Partagez | .
 
 Le réveil de Lady Mystéris Voldemort
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
  • Invité
  • Invité
MessageSujet: Le réveil de Lady Mystéris Voldemort   Ven 12 Mai - 1:10:33

*Titre de ta nouvelle : Le réveil de Lady Mystéris Voldemort.

*Présentation de l'histoire : Imaginez seulement qu’un soir, alors que vous lisez votre bouquin préféré, vous vous retrouviez dans cet univers. Et si soudain vous vous retrouviez dans l’histoire même de Harry Potter… ?

*Protagonistes : A peu près tous avec Mystéris en plus.

*Catégorie : Première année à Poudlard de Mystéris, qui entre en même temps que Harry.

*Genre : Action/Aventure, Fantastique

* Nombre de chapitres : 17

*Complet : Oui, il y a même une suite !

* Remarque : Cette fan-fic est particulièrement mal rédigée, elle date d’il y a environ 3 ans, de plus certaines scènes sont tirées par les cheveux, mais cela est encore du au fait que cette fic est assez vieille. Le tom 2 est bien mieux construit, mais pour le comprendre faut lire le tom 1 donc voilà^^


Chapitre 1 : Ouvre les yeux…

Cé Modret était à seize ans une jeune fille comme les autres… enfin, presque. Elle vivait depuis l’âge de ses sept ans avec sa mère et un homme de 84 ans qui avait fait le travail qu’aurait dû faire son père. En effet, de dernier purgeait une peine de prison pour avoir commis des actes si horribles qu-il serait déplacé de les évoquer dans ce récit.

Comme beaucoup de jeunes filles de son âge, Cé était mal dans sa peau. Haute d’un mètre soixante trois, elle possédait quelques rondeurs… Son visage était plutôt rond, relativement joufflu, boutonneux et assez disgracieux. Peut-être était-ce parce qu’elle avait vécu des moments sombres dans sa vie, Cé était attirée par le noir. Cette couleur la rassurait, ce qui lui donnait un côté gotique et qui accentuait l’expression froide et triste de son visage. Lorsqu’elle se mettait en colère, ses proches lui disaient que ses yeux << lançaient des éclairs >>. En effet, elle possédait des yeux verts qui, lorsqu’elle observait quelqu’un, s’avéraient être durs, sévères, et bien pire si elle s’énervait pour de bon. Il lui arrivait fréquemment de fixer ainsi les gens, et ceux ci interprétaient ça comme de l’arrogance ou de la méchanceté, alors qu’elle ne s’en apercevait même pas.

Cé avait une passion : Harry Potter. Elle adorait ces romans, les trouvait passionnants. Elle était en admiration devant J. K. Rowling, cette personne était vraiment une artiste, et Cé lui était extrêmement reconnaissante d’avoir imaginé tant de choses aussi fantastiques, car grâce à J. K. Rowling, elle pouvait se réfugier dans un monde magique quand son moral n’était pas à son apogée, ce qui arrivait fréquemment. De ce fait, elle lisait et relisait sans s’en lasser les cinq tomes, aussi elle connaissait par cœur les moindres détails.. Son personnage préféré était, à la surprise de nombres de ses amis, Severus Rogue, le Maître des Potions, qu’elle trouvait fascinant et très mystérieux. En fait, elle se sentait proche de lui, et en effet, ils avaient plusieurs points communs : cet air méchant que tout le monde leur reprochait, ce regard glacial, le même goût du noir et aussi et surtout, cette incompréhension qu’avaient les autres envers eux : cette manie de les juger et de reprocher leur comportement sans rien savoir de leur vie. De plus, elle possédait quelques similitudes physiques : ces cheveux noirs qui lui tombaient devant les yeux.

Un soir, Cé était allongée sur son lit et lisait pour la quatrième fois son tome préféré de Harry Potter : Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban. Sirius Black était également l’un de ses personnages préférés, ce sorcier injustement emprisonné pour un crime qu’il n avait pas commis : celui d’avoir dénoncé à Lord Voldemort, le plus puissant mage noir de l’époque, l’endroit où se trouvait la famille Potter, ce qui eut pour conséquence de provoquer leur mort… Elle éprouvait à son égard de l’affection. Il lui prenait souvent de s’imaginer devenir un personnage de l’histoire, d’être un jour appelée à rejoindre Poudlard, l’école de sorcellerie, car tout au fond de son cœur, Cé croyait à la magie.
Elle était à présent arrivée au chapitre 21 :
- […] Mais tout de même, leur conduite aurait pu permettre à Black de s’enfuir… De toute évidence, ils étaient persuadés qu’ils pourraient le capturer à eux tout seuls. Jusqu’à présent, ils ont toujours réussi à s’en tirer à bon compte…
Cé arrêta net sa lecture. Elle venait d’entendre la dernière phrase prononcée par une voix d’homme au fort accent anglais. Elle leva lentement les yeux vers l’endroit d’où elle avait entendu la voix, c’est à dire vers la fenêtre. Elle eut un haut le corps et dut plaquer la main contre sa bouche pour étouffer une exclamation de surprise.

Un homme tout de noir vêtu se tenait debout dans l’obscurité et la regardait. Il avait les cheveux noirs qui lui tombaient jusqu’aux épaules, des yeux aussi sombres qu’une nuit d’hiver et un nez busqué.
- En effet, ils pensaient t’avoir à tout jamais éloignée de chez nous mais… l’homme saisit le livre de Cé, Ils ont négligé quelques détails !
- C…co… comment êtes vous entré…qui êtes vous… de qui parlez vous… ?
Un tas de questions lui venaient à la tête. Mais, au fond d’elle, il lui semblait déjà connaître la réponse…
- Je suis rentré grâce à une potion nommée La porte des rêves, je suis Severus Rogue, et je te parle du Ministère de la Magie.
Il avait dit ces mots d’une seule traite.
- Comme je le disais, ils ont négligé quelques détails… mon plan a fonctionné comme je m’y attendais, il me semble… murmura-t-il en examinant le livre. Ah, une petite erreur pourtant, je n’avais pas l’intention que le personnage principal de cette histoire soit ce Potter ! il prononça ce nom avec mépris.
Cé, paralysée non pas de peur mais de surprise, dut faire un effort surhumain pour reprendre la parole :
- Qu’est ce que c’est que cette histoire ?
Rogue la regarda, et, à son grand étonnement, lui sourit.
- Je t’expliquerai tout ça quand nous serons à Londres, tu veux bien ? Je te dirais seulement pour que tu comprennes un peu mieux ce qui se passe, que tu es une sorcière plongée dans un sommeil magique qui te prive de tes pouvoirs, et te fait vivre une vie de moldue tout à fait ordinaire, dans un corps qui n’est pas vraiment le tien. Si tu veux en savoir plus, bois cette potion et suis moi.
Il lui tendit une petite gourde qu’elle saisit machinalement, sans vraiment réaliser ce qui se passait. L’émotion la bloquait, elle restait là, la bouche grande ouverte, ce qui lui donnait un air particulièrement ridicule. Elle s’en aperçut et ferma immédiatement la bouche. Soudain, elle se rappela qu’elle avait toujours rêvé de vivre dans le monde de la magie. Sans réfléchir, elle saisit le flacon et en but le contenu.
La potion avait un drôle de goût, on aurait dit le goût de croûtes de pains qu’on aurait trempé dans de l’eau. Un tourbillon de couleurs l’envahit, puis un brouillard lui cacha la vue et elle perdit connaissance.

Dans une sombre pièce aux murs de pierres froides et humides, Cé se réveilla. Elle était allongée sur un lit à baldaquin drapé de soie noire. Elle s’assit et aperçut que la chemise de nuit qu’elle portait avait été remplacée par une longue robe noire sans manches ; elle portait de longs gants, de la même couleur, qui lui montaient jusque bien au dessus du coude, ainsi qu’une très longue cape à capuche, également noire, qui traînait par terre, tout comme le bas de sa robe.
Elle remarqua un miroir en face de son lit. Elle s’approcha et ne put s’empêcher de pousser un cri : la jeune fille qu’elle voyait n’en était pas une, ou du moins pas encore. Cé était retournée à l’état de ses 11 ans ! Seulement, il y avait quelques différences. Premièrement, le poids : elle avait maintenant une belle silhouette, fine et gracieuse.
Elle remarqua également que ses cheveux lui tombaient jusqu’aux reins, qu’ils étaient très raides et d’un noir de jais, ce qui accentuait l’éclat du vert de ses longs yeux en amande, soulignés par de longs cils épais et noirs. Mais même ses yeux avaient changé ! Son œil droit était toujours vert mais selon l’angle avec lequel on le regardait, il prenait une jolie teinte bleue cyan. Son teint était très blanc, et sa peau était nette, sans impureté. Son nez, avant empâté et légèrement busqué était maintenant beau et bien fait. Ses lèvres d’habitude trop charnues et roses s’étaient transformées en une belle bouche rouge sombre, comme la couleur d’un vieux vin.

Son regard fut attiré par une petite vitrine faiblement éclairée à l’autre bout de la pièce. Elle s’y dirigea. Elle renfermait un petit écriteau d’or sur lequel était gravés ces mots qu’elle lut à haute voix :
Par l’unique Panthécorne
Par l’unique corne
Réveille ce qui dort
Réveille Mystéris Voldemort.


Cé eut un nouveau sursaut de surprise. Le texte était en Anglais, et elle l’avait déchiffré sans aucun problème ! Tout à coup, une forte lumière s’échappa de la vitrine. Cé recula et un étrange animal en sortit délicatement.
On aurait dit une panthère noire, sauf qu’elle avait une corne sur le front. La Panthécorne s’approcha à pas feutrés vers Cé et s’inclina. L’animal était entouré d’une lueur argentée qui lui donnait un air fantomatique. Puis, sa corne sembla s’ouvrir pour faire apparaître une fine baguette noire torsadée. Cé la saisit, et elle fut prise d’une étrange sensation, comme si elle était munie de piles électriques et qu’elles se rechargeaient d’énergie. Elle ferma les yeux un long moment, car cette sensation était très agréable. Quand elle les rouvrit, l’animal avait disparu et elle tenait toujours dans sa main la belle baguette. Elle remarqua alors qu’elle était gauchère, et non plus droitière. Puis, un cheveu de Cé se détacha, s’enroula autour de la baguette puis sembla entrer à l’intérieur pour y disparaître de sa vue.


Dernière édition par le Sam 24 Juin - 15:17:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
  • Invité
  • Invité
MessageSujet: Re: Le réveil de Lady Mystéris Voldemort   Dim 14 Mai - 22:53:32

Chapitre 2 : Apprends qui tu es…

La porte s’ouvrit et Rogue apparut. En voyant Cé, il eut une étrange lueur dans le regard : il était ému ! Rogue, ému !
- Je vois que tu as déjà récupéré tes pouvoirs, j’en suis heureux.
Il parlait en Anglais cette fois, mais Cé comprit tout, alors qu’elle n’avait jamais rien compris de cette langue qu’elle n’aimait pas beaucoup.
- Je…je…je parle Anglais ? Mais…
- Cela est du à ton réveil, Mystéris, mais ne t’inquiètes pas, ta langue maternelle reste le français, tu sais toujours le parler. Avec un petit rire amusé, il ajouta, Et puis, je dois t’avouer que tu gardes ton accent bien français.
- Comment m’avez- vous appelée ? Mystéris ?
Rogue eut soudain l’air grave.
- Il faut que je te raconte ce qui s’est passé, Mystéris. Il faut que je te raconte l’histoire de ta vie, ton histoire, celle que nombre de sorciers connaissent et qui se trouve dans presque tout les livres de sorcellerie.
Il lui fit signe de s’asseoir à ses côtés. Cé s’approcha lentement, hésita puis s’assit.
- Cela remonte à plus de vingt ans aujourd’hui. Ma sœur, Circéna, avait fait la rencontre du Seigneur des ténèbres et s’était rangée à ses côtés. C’était réellement une sorcière très puissante et également belle. Tu es son portrait craché, le sais-tu ?
Cé ouvrit de grands yeux.
- Vous voulez dire que…
Sa voix tremblait, et son cœur battait la chamade. Non, ce n’était tout de même pas possible ? Circéna, la sœur de Rogue ne pouvait pas être…
- Oui, Mystéris, Circéna était ta mère. Sa soif de pouvoir sans limite l’a influencée dans la mauvaise direction et elle est tombée amoureuse de Tu-Sais-Qui. Ce dernier n’a pas hésité une seule seconde et l’a épousée ; il savait pertinemment qu’avec leur deux pouvoirs réunis, il pourrait prendre le contrôle du monde sans trop de mal. Seulement, il ne l’aimait pas, mais elle, oh ça oui, elle l’aimait ! Et puis un jour, elle est tombée enceinte de toi.
A ces mots, Cé sentit ses entrailles se serrer : elle était la fille de Lord Voldemort, un assassin, un ignoble personnage ! Ne pouvait elle donc jamais espérer avoir un père juste et bon ?
- Je ne pouvais tout de même pas la laisser risquer la vie de son enfant, ainsi que la sienne, poursuivit Rogue, même si depuis qu’elle avait fait le choix des forces du mal, nous ne nous parlions plus. J’ai donc décidé pour vous protéger d’entrer aux côtés de Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom.
- Mais, l’interrompit Cé, de quel danger aviez vous peur, si Voldemort voulait utiliser les pouvoirs de…de… votre sœur, il ne l’aurait pas tuée, ni moi, sinon elle m’aurait défendue !
Rogue resta silencieux un instant et hésita à répondre. Puis, il pris sa respiration et répondit :
- Tu-Sais-Qui ne t’aurait jamais fait du mal, car tu avais hérité des pouvoirs de ta mère ainsi que les siens ! A toi toute seule, tu étais aussi forte que lui ! Ce que je ne t’ai pas encore dit, c’est que ta mère avait un pouvoir extrêmement rare, un pouvoir de magie noire : le Delta. C’est à dire qu’elle était immunisée contre le sortilège de l’Avada Kedavra : le sortilège de la mort ; l’Imperium : le sortilège de manipulation de l’esprit ; et l’Endoloris : sortilège de la douleur, tout trois appelés Sortilèges Impardonnables. Elle pouvait faire usage de la magie sans baguette lorsqu’elle était sous le coup d’une forte émotion et elle possédait le pouvoir de l’Idéma Kedavra. Ce pouvoir lui permettait de renoncer à son immunité contre les Sortilèges Impardonnables et de rendre vie à la personne qu’elle aimait de tout son amour et qui l’aimait aussi d’un amour égal, si celle ci avait été tuée par l’Avada Kedavra . Je ne parle pas de l’amour qui existe entre une mère et son enfant, mais celui entre une femme et un homme. Seulement, lorsque le sortilège est lancé, les deux personnes sont liées par ce Sort et si l’une d’entre elles meurt, l’autre meurt également, en même temps. Ce don ne peut être utilisé qu’une fois. Tu as hérité de ce don. Tu es la seule aujourd’hui à le posséder. Tu-Sais-Qui était très fier de sa fille, surtout lorsqu il a découvert que tu avait comme animal totem la Panthécorne. C’est un animal unique qui a disparu il y a des siècles. Ta baguette magique est faite avec la corne du Panthécorne, à l’intérieur de laquelle se trouve un cheveu de ta mère enlacé avec un des tiens, ce qui te donne un pouvoir extrêmement puissant, les sorts que tu lanceras avec cette baguette auront un effet cent fois supérieur qu’avec une baguette normale. Ces dons sont visibles en deux endroits différents : tes yeux, ton œil droit prendre une teinte bleue parfois, et…
Il se tut un instant et fixa Cé qui ne savait plus quoi faire, à part écouter sans rien dire. Soudain, quelque chose lui vint à l’esprit : pourquoi portait-elle des gants ? Avec une horrible sensation de déjà connaître la réponse, elle retira le gant de son bras droit et vit avec stupéfaction et dégoût…
- La Marque des Ténèbres. Tu es née avec, Mystéris. Le jour de tes un an, Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom avait trouvé le moyen de tuer ta mère. Ce que je vais te dire et très difficile à entendre, Mystéris, il va falloir que tu t’accroches…


Dernière édition par le Sam 24 Juin - 22:03:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
  • Invité
  • Invité
MessageSujet: Re: Le réveil de Lady Mystéris Voldemort   Lun 15 Mai - 23:24:46

Chapitre 3 : Savoir supporter la souffrance pour accepter le passé.

Cé avait très peur de ce qu’elle allait apprendre, elle prit sa respiration et son courage à deux mains puis attendit. Quand Rogue reprit la parole, sa voix était plus grave.
- Etant donné que Circéna était protégée contre les Sortilèges Impardonnables, il ne pouvait pas la tuer avec l’Avada Kedavra, sauf… sauf si c’était la main d’un autre sorcier qui possédait le même don qu elle. Or, il n’y avait qu’une seule personne qui avait ce pouvoir à part elle : toi. Tu étais si jeune, tes pouvoirs étaient encore extrêmement faibles, ton immunité contre l’Imperium n’était pas tout à fait efficace… Il a donc utilisé ce sortilège sur toi et t’a fait prononcer le sort de l’Avada Kedavra.
Cé sentit sa gorge se serrer… elle avait tué sa mère ! Même si elle ne la connaissait pas et qu’elle avait encore du mal à croire que la femme qu’elle avait toujours cru pour sa mère ne l’était pas réellement, des larmes vinrent inonder ses yeux. Cependant, Cé n’arrivait toujours pas à dire le mot Maman pour qualifier Circéna. Pour elle, elle n’était pas vraiment sa mère, surtout qu’elle s’était rangée du côté des forces occultes.
- Donc, reprit Rogue, Tu-Sais-Qui s’était enfin débarrassé de ta mère, et moi je décidai de quitter son Ordre pour me ranger dans l’Ordre du Phœnix et ainsi trouver un moyen pour te sortir de là, car… je suis non seulement ton oncle mais aussi ton parrain. Quelques mois passèrent et le moment où les parents de Potter furent massacrés arriva. Après la disparition du Seigneur Ténébreux, le Ministère de la magie jugea plus prudent de te plonger dans un sommeil magique te privant de tes pouvoirs pour éloigner tout risque que tu ne remplaces Tu-Sais-Qui. Je n-étais pas d-accord, bien sûr, mais mes antécédents de Mangemort ne me donnaient pas beaucoup de crédulité. Tu fus donc enfermée dans cette chambre située dans les sous-sols du Ministère et plongée dans un sommeil magique te faisant croire que tu étais française, la nationalité initiale de ta mère. Ils t’ont mené la vie dure, une façon pour eux de se venger. Seulement, je n’étais pas décidé à te laisser dans cet état. J’ai donc, avec l’aide de Dumbledore, modifié quelques événements de ta vie pour qu’elle soit moins pénible, et nous avons introduit dans ton sommeil une personne du nom de J. K. Rowling, qui aurait écrit l’histoire de notre monde, mais sans te mentionner parce que Dumbledore ne voulais pas que tu te fasses passer pour folle, même si ce n’était qu’une illusion, tu en aurais souffert. Il fallait que l’histoire te plaise pour que tu la lises et que tu prennes goût à ce monde. Ce que je n’avais pas prévu, c’est que ce Potter en serait le personnage principal, et aussi qu’étant donné que tu étais projetée dans une vie imaginaire, tu aurais accès à l’histoire qui se produirait dans le futur. Je n’ai malheureusement pas eu la chance de lire ces livres et je ne peux même pas savoir si ce que tu as lu dans les ouvrages traçant les évènements à venir sont fiables ou non.
Il arrêta enfin son récit et observa Mystéris qui restait interloquée. Elle déglutit avec difficulté puis murmura :
- Donc, je suis une sorcière… je suis la fille de Lord Voldemort, et celle que j’ai pris pour ma mère pendant 16 ans n’était qu’une illusion… Je pense qu’il va me falloir beaucoup de temps pour que je me fasse à cette idée…si je m’y fait un jour ! J’ai un tas de questions mais il y en a tellement que je ne sais même plus de quoi il s’agit. Il y en a pourtant deux qui m’obsèdent. Pourquoi Voldemort voulait-il tuer Circéna et pourquoi avez vous pu me réveiller ?
- Ta mère s’est fait tuer parce qu’elle avait deviné qu’elle n’était pas aimée pour ce qu’elle était mais pour ses pouvoirs, et que maintenant que tu étais là, Tu-Sais-Qui voulait t’utiliser à sa place. Seulement, Tu-Sais-Qui savait qu’elle allait essayer de t’enlever de ce milieu pour te protéger de ce sombre destin, elle représentait donc un grand danger pour la suite de son programme. Une mère est prête à tout pour protéger son enfant. J’ai pu te réveiller car tu avais atteins l’âge de 11 ans, et donc celui d’entrer à Poudlard. Dumbledore a réussi à convaincre le Ministère de te révéler la vérité. Mais tu ne dois en aucun cas parler des livres que tu as lu sur notre monde, sinon nous aurions de grands ennuis.

Quelque jours passèrent. Mystéris résidait dans une chambre du Chaudron Baveur, un pub de Londres, peuplé de sorciers en tous genres et n’en sortait jamais. Elle était en état de choc. Tout ce que Rogue lui avait raconté au sujet de sa vie lui avait totalement retourné l’esprit. Elle était perdue et ne savait plus quoi penser. D’un côté, elle était surexcitée à l’idée d’être une sorcière, elle en avait tellement rêvé !! En plus, tout le monde la connaissait, mais heureusement que Dumbledore, le directeur de Poudlard et l’un des plus puissants Mages avait écrit un article dans la Gazette du Sorcier pour expliquer à la population qu’il n’y avait rien à craindre d’elle, car Mystéris lisait dans les yeux de certaines personnes une lueur de peur et de dégoût, ainsi que du doute à son propos dans leurs voix.
D’un autre côté, son cœur se serrait à l’idée qu’elle ne reverrait plus ses amis, ni les quelques membres de sa famille qu’elle aimait, et que celle qu’elle avait pris pour sa mère ne l’était pas, étant donné que sa vie jusque là n’avait été qu’une illusion. De plus, la pensée que sa vraie mère était morte par sa main la remplissait de tristesse et de remords : même si elle était du côté des forces du mal, elles auraient pu apprendre à se connaître et Mystéris l’aurait peut être persuadée de changer de camp. Rogue était très présent, il n’y avait aucun doute qu’il aimait Mystéris comme sa propre fille. Elle l’appelait par son prénom, Severus, et avait pris l’habitude de s’adresser à lui de manière familière. Si Rogue n’avait pas été là, Mystéris aurait sombré dans la dépression et l’envie de se rendormir pour rejoindre le monde des Moldus (ceux qui n’ont pas de pouvoirs magiques) et ses amis l’auraient envahie. Puis, un matin, elle décida d’accepter son passé et de se rendre au Chemin de Traverse pour acheter ses fournitures scolaires.


Dernière édition par le Sam 24 Juin - 22:03:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
  • Invité
  • Invité
MessageSujet: Re: Le réveil de Lady Mystéris Voldemort   Jeu 18 Mai - 11:43:52

Chapitre 4 : Les premiers pas.

A l’aide de sa baguette magique, elle composa le code secret sur le mur de la cour du Chaudron Baveur et entra dans le Chemin de Traverse. C’était une longue allée peuplée de magasins en tout genre. Mystéris remarqua une boutique dont la vitrine exposait des chaudrons, puis de l’autre côté se trouvait un magasin d’équipement de Quidditch, le sport favori des sorciers, qui exposait en ce moment un tout nouveau ballai volant : le Nimbus 2000.
Rogue lui avait donné sa clé pour aller à Gringotts, la banque des sorciers. Les gobelins, ces étranges petites créatures toutes fripées, l’accueillirent et la conduisirent dans les labyrinthes sous terrain en wagonnet jusqu’à son coffre. Elle y possédait son propre compte et lorsqu’elle vit l’or qui s’y trouvait, elle constata avec bonheur qu’elle possédait une vraie petite fortune. Elle alla tout d’abord chez << Madame Guipure, prêt à porter pour mages et sorciers >>. Une femme replète vêtue de mauve accourut vers elle.
- C’est pour Poudlard, ma petite ?
- Oui…
- Oh, tu es française toi, n’est ce pas ?
- Euh…oui…
- Bien ! Va t’installer sur le tabouret là-bas, il y a déjà un jeune homme qui attend, tu pourras discuter avec lui pendant que je prendrais tes mesures et que je te préparerais tes uniformes.
Elle la prit par les épaules et l’installa sur le tabouret.
- Salut !
Mystéris se retourna et vit avec horreur Drago Malefoy, cette misérable petite crapule. Elle avait tout de suite reconnu son nez pointu et son air supérieur.
- Je m’appelle Drago Malefoy. Et toi, comment tu t’appelles ? Tu vas aussi à Poudlard ?
- Oui, et je sais qui tu es.
Malefoy parut surpris et flatté à la foi.
- Je ne savais pas que j’étais si populaire !
Mystéris préféra ne rien répondre.
- Tu as un drôle d’accent ! Tu es française ?
- Me revoilà Miss ! Je vais prendre vos mesures…
Madame Guipure était revenue, accompagnée d’un mètre ruban qu’elle dirigeait avec sa baguette magique.
- Oh, mais il ne fait pas si froid que ça en Angleterre pour garder de tels gants ! Et puis si vous ne les enlevez pas, vous n’allez jamais vous habituer au climat ! Hop !
Avant même que Mystéris n’ait pu dire quoi que ce soit, ses gants s’envolèrent. Madame Guipure poussa un hurlement et une onde de terreur se lut sur son visage.
- Nom d’une chouette !! C’est Lady Mystéris !!
Pour essayer de récupérer ses gants, Mystéris avait levé ses bras et ainsi révélé la marque des Ténèbres, une tête de mort avec un serpent qui lui sortait de la bouche. Paralysée, elle regarda la tailleuse d’un air implorant. Madame Guipure cligna des yeux et s’excusa d’une voix tremblante
- Excusez moi Lady, c’est que nous ne sommes pas encore habitués à votre retour et j’ai été surprise.
Elle lui sourit, tout en observant à la fois son bras, mais aussi son œil droit.
- Ce n’est rien.
Plus un mot ne fut prononcé pendant que l’on s’occupait d’elle, et Malefoy lui jetait sans cesse des regards pleins de curiosité. Quand Mystéris put enfin sortir de la boutique, elle croisa un jeune garçon à lunettes qui entrait. Elle le fixa longuement. Il avait l’air complètement perdu. Se sentant observé, il la regarda à son tour et aplatit aussitôt sa frange sur son front pour masquer sa cicatrice en forme d’éclair, craignant d’avoir été reconnu par unes de ces fanatiques. Puis soudain, il plaqua sa main sur sa cicatrice, comme s’il avait eu mal. Sachant que c’était de sa faute, Mystéris sortit en vitesse du magasin sans se retourner.

Elle tremblait. Elle venait de rencontrer Harry Potter, celui dont la vie avait été détruite par son père. Elle ne savait pas quoi penser de lui, ni si elle pouvait risquer une amitié avec lui. Son oncle, qui le haïssait, le lui autoriserait il ? Puis une idée lui vint à l’esprit : peut-être que s’ils devenaient amis, Rogue cesserait de le discriminer…
Elle poursuivit ses achats, puis se rendant compte qu’il lui restait encore assez d’argent pour s’acheter un animal, alla au magasin des créatures magiques. Son intention était d’acheter un hibou, mais son regard fut attiré par une cage isolée qui contenait son animal préféré : une chauve souris !
- Est ce que les chauves souris peuvent apporter le courrier comme les hiboux ?
Demanda-t-elle à la marchande.
- Bien sûr Miss !
Mystéris sortit du magasin quelques instants plus tard avec sous le bras la chauve souris qu’elle avait nommé Aude, en souvenir de sa meilleure amie Moldue.

Le premier Septembre arriva. Mystéris tremblait comme une feuille : comment allaient réagir les autres élèves en apprennent son identité ? Allait-elle se faire des amis ? Dans quelle maison allait-elle être envoyée ? Elle était sûre à 99 % qu’elle serait envoyée à Serpentard, comme son père et sa mère, là où vont les sorciers adeptes de magie noire. Son souhait aurait été bien entendu d’aller à Gryffondor et d’être amie avec les trois héros des livres : Harry, Ron et Hermione. Ce matin là, elle sortit du côté Moldu et prit un taxi pour la gare de King’s Cross. Les lieux étaient tels qu’elle les avaient imaginé. Elle aperçut une vieille femme qu’elle reconnut aussitôt grâce à son grand chapeau où trônait un vautour empaillé : la grand mère de Neville Londubat, un garçon joufflu et particulièrement maladroit. Mystéris se dirigea droit vers eux.
- Heu… Bonjour ! Lança-t-elle d’une voix dont le ton assuré et joyeux sonnait faux.
- Bonjour, répondirent en chœur Neville et sa grand mère, l’air étonné qu’une jeune fille leur adressât ainsi la parole. Tout d’un coup, Mrs Londubat fixa son œil droit et l’expression de son regard signifiait qu’elle venait de comprendre à qui elle avait affaire. Celle ci, au grand étonnement de Mystéris, lui adressa un large sourire :
- Vous devez être Lady Mystéris V…hum hum ! Je suis enchantée de faire votre connaissance ! Dumbledore nous a tellement parlé de vous, en bien, assurément ! Vous venez de quel pays ? J’entend dans votre accent une petite note latine, n’est ce pas ? Espagnole ?
- Heu… non… Française.
- Ah ! La France ! Quel pays merveilleux ! J’y suis allée une fois, c’était en Tchampeygne !
- En Champagne ?
- Oui, c’est ça, en Champahgne !
- Oh, je n’y suis jamais allée, moi j’étais plus au Nord, Lille, vous connaissez ?
- Oui, j’en ai déjà entendu parler… il y a une bibliothèque Moldue là bas qui contient de très anciens livres de sorcellerie. Bon, assez discuté, il est onze heure moins cinq, tout le monde voie 9 ¾ !
Et ainsi, Mystéris traversa pour la première fois le mur pour se rendre au Poudlard Express.
- A bientôt Lady ! lui cria Mrs Londubat.
- A bientôt, merci Mrs Londubat !
Mystéris parcourut tout le train et, comme elle le savait, il n’y avait plus aucun compartiment vide. N’osant pas s’incruster dans un groupe, elle s’assit sur sa valise dans le couloir, accompagnée d’Aude qui dormait à poings fermés dans sa cage. Le frou-frou régulier du train la berçait et elle sentit ses paupières devenir lourdes, lourdes…


Dernière édition par le Sam 24 Juin - 22:04:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
  • Invité
  • Invité
MessageSujet: Re: Le réveil de Lady Mystéris Voldemort   Sam 17 Juin - 9:12:16

Chapitre 5 : Prends le temps d’être toi-même : c’est le reflet de ton cœur.

- Hey, qu’est-ce que tu fabriques toute seule dans le couloir ?
- Oui, c’est vrai ça, qu’est ce que tu fais toute seule ?
Mystéris leva les yeux en sursaut et vit, plantés devant elle, deux garçon, plus grands qu’elle, tous les deux identiques des pieds à la tête, celle ci étant couronnée d’une touffe de cheveux roux.
- Lui c’est Fred.
- Et lui c’est George.
- Non, c’est toi Fred !
- Ah oui, tu as raison George !
- Et toi tu es… Oh bah ça alors ! Tu es Lady Mystéris Tu-Sais-Qui ?
Mystéris se sentit rougir jusqu’aux oreilles.
- Oui… enchantée ! elle prit le risque de leur tendre la main.
- Pareillement ! répondit Fred en lui serrant la main.
- De même ! répondit son frère George en l’imitant.
- Pourquoi tu ne vas pas dans un compartiment ?
- Et bien je ne sais pas si tous les autres vont réagir aussi bien que vous…
- Bah, tu racontes des histoires ! Ce n’est pas toi qui a commis tous ces meurtres ! s’écria George d’une voix joyeuse, ce qui faisait un net contraste avec le sujet de la conversation, mais qui permit à Mystéris de se détendre un peu.
Ils la prirent chacun par un bras et l’emmenèrent dans tous les compartiments du train, en déclarant à haute voix : Nous avons le très grand honneur de vous présenter Lady Mystéris Vous-Savez-Qui, qui fera sa première année à Poudlard ! et les autres témoignaient leur agréable surprise et leur curiosité par des sourires charmants de bienvenue. Cette petite escapade ne lui plaisait pas trop, sa timidité l’empêchait de se lâcher, mais au bout de trois ou quatre compartiments, elle riait de bon cœur avec les jumeaux Weasley. Puis, elle arriva au compartiment numéro 9 : celui de Harry Potter et de Ron. Quand elle entra, elle aperçut qu’Hermione était déjà là, en train de faire remarquer à Ron que son sort pour rendre son rat jaune n’avait pas fonctionné.
- Bonjour la compagnie ! Je vous présente…
- Lady Mystéris Vous-Savez-Qui !!! s’écria Hermione, surexcitée, en coupant la parole de Fred. Je m’appelle Hermione Granger, et tout comme pour Harry, j’ai tout lu sur toi ! Tu es vraiment une sorcière époustouflante, même si le seul sort que tu as jeté jusqu’à maintenant était involontaire et qu’il a …
Elle s’interrompit, en constatant qu’elle venait d’aborder un sujet délicat en présence de Harry. Celui ci dévisagea Mystéris.
- Alors c’est toi, Mystéris ? La fille de l’assassin de mes parents ? Dit-il avec froideur. Pour quelqu’un qui as tué sa propre mère et qui possède le sang de Voldemort dans ses veines, je te trouve bien culottée de venir ici. Fais nous voir ce que tu sais faire, si tu es si puissante que ça, sauf si tu n’es capable que de tuer !
Un silence gêné se propagea. Chacun avait les yeux rivés sur Harry et Mystéris. Mystéris ne savait pas comment réagir, et elle se demandait comment il connaissait tout ça alors qu’il était censé ne rien savoir sur le monde de la magie. Hagrid, le garde chasse de Poudlard, ou Ron, le frère des jumeaux Weasley, l’avaient certainement mis au courrant. Puis elle aperçut que les lunettes de Harry étaient cassées. Elle sortit sa baguette et récita à mi-voix :
- Accio lunettes !
Les lunettes de Harry s’envolèrent immédiatement vers elle, mais avec beaucoup plus de puissance qui ne l’aurait fallu. Elle les attrapa au vol puis pointa le bout de sa baguette vers l’endroit où elles étaient rafistolées avec du ruban adhésif.
- Oculus Reparo ! et elle les lui rendit avec un sourire timide, complètement réparées, comme neuves. Tu sais Harry, je n’ai pas cherché à l’âge de un an à te faire du mal, ni à tes parents. Ce n’est pas ma faute, et puis saches que je suis tout à fait de ton côté, Voldemort me répugne. J’aimerais devenir ton amie.
Au nom de Voldemort, tout le monde frissonna, sauf Harry et Mystéris. Harry récupéra ses lunettes en lui lançant un regard assassin.
- Bon, et bien puisque tous les autres compartiments sont vides, Ron, Harry, cela ne vous dérange pas si Mystéris reste avec vous ? demanda Fred, puis, se tournant vers Harry : Tu sais Harry, c’est normal que tu en veuilles à Tu-Sais-Qui, mais Mystéris n’a rien fait, elle a le même âge que toi, ne l’oublie pas. En plus Dumbledore a écrit un article sur elle dans la Gazette du Sorcier pour expliquer qu il ne fallait pas la juger trop vite. Essaye au moins de la connaître. Il lui adressa un large sourire d’encouragement et s’en alla, accompagné de George, dans le couloir pour chercher les bagages de Mystéris.
- Vous devriez mettre vos robes de sorcier, on ne va pas tarder à arriver, dit Hermione. Mystéris, j’espère vraiment qu’on sera dans la même maison, et qu’on pourra discuter toutes les deux ! et elle s’en alla, laissant Mystéris avec Harry et Ron.
- Bah viens t’asseoir ! lui lança Ron avec un sourire.
Elle prit place aux côtés de Ron, quand soudain la porte s’ouvrit pour laisser entrer un garçon blond avec un air supérieur entouré de deux autres garçons avec des bras aussi gros que des cuisses : Malefoy, Crabbe et Goyle.
- Alors c’est vrai ! Harry Potter est dans ce compartiment ! Je me doutais bien que c’était toi, depuis que je t’ai vu chez le tailleur. Lui c’est Crabbe, et l’autre c’est Goyle. Moi je suis Malefoy, Drago Malefoy.
Ron laissa échapper un petit ricanement. Drago Malefoy tourna les yeux vers lui.
- Mon nom te fais rire ? Inutile de te demander le tien ! Un rouquin, et une robe de seconde main, tu es forcément un Weasley ! Mon père m’a dit que les Weasley avaient trop d’enfants pour pouvoir les nourrir !
Le fait est que Ron était le dernier fils d’une famille de 5 garçons : Bille, Charlie, Percy, Fred et George. Il avait une petite sœur qui était la dernière de la famille : Ginny. La famille Weasley ne comportait que des sorciers mais ne gagnait pas beaucoup d’argent, et le simple fait qu’Arthur, le père, soit passionné par les Moldus suffisait à attirer sur eux les pires reproches de la famille Malefoy. En effet, cette famille attribuait une grande importance à la soit-disant pureté du sang, car si chez les Moldus il existe le racisme, il existe également chez les sorciers, sous une autre forme. Dans ce monde, les Moldus sont traités de souillure et les familles uniquement composées de sorciers sont considérées comme familles au Sang Pur. Or, si un sorcier est né de parents Moldus, il est tout de suite catalogué de Sang de Bourbe, qui est une insulte très grave et odieuse. Si un sorcier épouse un Moldu, sa famille sera classée dans les Sangs Mêlés. Bien heureusement, la plupart des sorciers n’y prêtent plus attention, mais il y a encore et toujours des esprits fermés.

Malefoy se tourna à nouveau vers Harry.
- Evite de traîner avec les gens douteux, Potter, je peux te conseiller. Il lui tendit la main, mais Harry la refusa.
- Je sais parfaitement qui sont les gens douteux, Malefoy, je n’ai pas besoin de conseils, dit-il avec froideur.
Vexé, les joues pâles du garçon rosirent légèrement.
- Si j’étais toi, je serais un peu plus poli, ou tu risques de finir comme tes parents ! Eux aussi ont manqué de prudence !
- Si j’étais toi Malefoy, c’est moi qui me montrerais plus poli car là c’est toi qui manques de prudence, dit tranquillement Mystéris. Ce Malefoy lui était toujours sorti par les trous de nez.
Malefoy la fixa, étonné. Il devint curieusement tout pâle, encore plus pâle que son teint naturel.
- Mon père m’a beaucoup parlé de toi, Mystéris. Toute notre famille reste très respectueuse envers toi, et mes parents m’ont chargé de te dire qu’ils seraient heureux de te rencontrer. Tu as une chance formidable d’avoir ton oncle, qui est aussi ton parrain, à Poudlard. Sans oublier qu’il est directeur de la maison Serpentard. J’espère vivement que tu iras dans cette maison.
Mystéris ne répondit rien. Elle se contenta de le fixer d’un air glacial. Malfoy dut s’en apercevoir car il se tourna de nouveau vers Harry et Ron.
- Si tu traînes avec des racailles comme les Weasley ou ce gros balourd de Hagrid, ils vont finir par déteindre sur toi, Potter.
Harry et Ron se levèrent en même temps. Le visage de Ron était aussi rouge que ses cheveux.
- Répète un peu ça ! S’écria-t-il.
- Vous voulez vous battre tous les deux ? Répliqua Malefoy d’un rire amusé tant dis que ses deux gardes du corps roulaient des biceps.
- Tu ferais mieux de déguerpir très vite d’ici toi et tes petits copains, Malefoy, dit Mystéris d’un ton très calme en sortant sa baguette magique.
Depuis le temps qu’elle avait envie de donner à ce Malefoy une bonne correction, elle n’allait pas s’en priver !
Malefoy, de plus en plus pâle, la regarda d’un œil pas rassuré mais ne se démena pas pour autant. En fait, Mystéris ne savait pas vraiment quel sort jeter à ces trois vaux-rien. Elle ne voulait pas les blesser, seulement les pousser en arrière, mais elle ignorait quel sortilège utiliser. Elle n’osait pas non plus utiliser le sortilège de désarmement car Rogue l’avait mise en garde qu’elle risquait de lancer des sorts dont la puissance serait décuplée, et qu’il fallait qu’elle apprenne à maîtriser ce don. Soudain, il lui vint une idée à l’esprit.
- Wingardium Leviosa ! S’écria-t-elle et Malefoy s’éleva d’environ un mètre du sol en criant après sa mère, ce qui provoqua l’hilarité de Ron et même de Harry.
Etant donné que la puissance de ce sort avait été décuplé, Mystéris avait pu réussir ce tour sans jamais l’avoir pratiqué auparavant.
Fred et George arrivèrent accompagné des bagages de Mystéris et d’Aude. En apercevant Malfoy dont la tête touchait le plafond, ils regardèrent Mystéris d’un air admiratif.
- Tu es vachement douée !
- Ça oui alors ! Même nous qui sommes en troisième année, on a du mal à faire léviter un livre, alors un garçon… waw !
Mystéris abaissa sa baguette et Malefoy tomba lourdement sur le sol. Il se releva aussitôt en pleurnichant et prit ses jambes à son cou, suivi de ses deux molosses.
- C’est ça, passe ton chemin ! s’écria Ron, l’air ravi.
Le reste du voyage se déroula agréablement. Harry semblait moins détester Mystéris. Les trois compagnons étaient plongés dans une grande discution sur les quatre maisons de Poudlard, où les élèves étaient répartis selon leur personnalité. Il y avait Poufsouffle, qui accueillait l’esprit loyal ; Serdaigle, qui préférait l’intelligence et la soif d’apprendre, Gryffondor, qui appréciait particulièrement le courage, et enfin Serpentard qui ouvrait ses portes aux Sang Purs et aux esprits malins.
- Vous pensez qu’ils vont nous demander de se battre contre un troll ou un dragon ? C’est mon frère Fred qui m’a dit ça… demandait Ron, l’air inquiet.
- Non, ne t’inquiètes pas, il faut juste mettre un chapeau sur ta tête, répondit Mystéris en riant.
- Je ne comprend pas, repris Ron, Jusqu’à il y a deux mois, tu ne savais pas du tout que tu étais une sorcière, tu as grandis dans une fausse famille de Moldus, et tu en sais déjà plus que mes deux frères !
- Oh non, je n’en sais pas plus qu’eux en matière de magie, répondit Mystéris. Disons que déjà mon parrain est professeur à Poudlard et que je me suis très intéressée à ce monde. J’ai acheté quelques livres en plus et me suis beaucoup entraînée. Je suis vraiment passionnée par ce nouveau type de vie.
Harry lui adressa, à sa grande surprise, un sourire admiratif.


Dernière édition par le Sam 24 Juin - 22:05:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
  • Invité
  • Invité
MessageSujet: Re: Le réveil de Lady Mystéris Voldemort   Dim 18 Juin - 13:31:19

Suite du chapitre 5

Le train s’arrêta enfin. Tout le monde se précipita vers la sortie. Sur le quai, l’atmosphère était tendue. Les joues de Mystéris étaient fouettées par un vent glacial. Une grosse voix se fit alors entendre.
- Les premières années par ici s’il vous plait !
Mystéris reconnut aussitôt Hagrid, le Garde chasse, et Gardien des clés et des Lieux à Poudlard. Elle se dirigeait vers lui quand son regard fut attiré vers les diligences qui conduisaient les autres élèves au château. Il y avait devant chaque diligence un étrange animal noir avec des yeux blancs. On aurait dit un cheval ailé dont les os seraient recouverts uniquement d’une fine peau noire. Des Sombrals. Mystéris marcha vers celui qui était le plus proche d’elle. Les yeux de l’animal la fixèrent et elle tendit la main pour le caresser. Sa peau était douce et soyeuse.
- Miss, suivez nous murmura la grosse voix de Hagrid.
Mystéris se retourna brusquement, elle ne s’était pas attendue à ce que Hagrid soit aussi près d’elle. En la voyant, le grand homme jeta un rapide coup d œil à ses gants puis à son œil droit.
- Je n’étais pas sûr que tu pourrais les voir, étant donné que tu n’avais qu’un an lorsque… lorsque ça s’est passé, dit il. Allez, il faut y aller.
Il prit Mystéris par le bras avec douceur et la mena vers les barques où la plupart des élèves avaient pris place. Elle se retrouva aux côtés d’Hermione qui paraissait ravie de l’avoir comme voisine. C’était une jeune fille dotée d’une chevelure hors du commun qui s’ébouriffait dans tout les sens. De plus, ses dents du dessus étaient démesurées, ce qui lui donnait un petit air de rat de bibliothèque, surtout qu’elle n’allait jamais quelque part sans avoir parcouru des centaines et des centaines de livres au sujet du lieux où elle se rendait. Elle était littéralement passionnée par les études et à cheval sur le règlement, et cela lui valait souvent le titre de Miss je sais tout et de fayotte ; mais son intelligence lui permettait de passer au delà des critiques, même si son moral en prenait chaque fois un coup, elle s’arrangeait toujours pour le cacher.
- A ton avis, dans quelle maison tu vas être envoyée ? lui demanda-t-elle avidement.
- Je crains d’être envoyée à Serpentard… répondit Mystéris amèrement. La magie noire qui est en moi sera certainement un poids considérable pour m’y envoyer.
- Oh, tu sais, après tout peut-être que tu n’y seras pas envoyée, il se peut que le Choixpeau regarde autre chose que les antécédents. Cependant, il est vrai que la maison Serpentard risque de te convenir, mais cela ne signifie pas pour autant que tu tourneras mal, après tout, je ne trouve pas que tu es quelqu’un de maléfique !
- Merci, mais je n’y crois pas trop, même si mon souhait serait d’aller à Gryffondor.
- Eh bien tu n’auras qu’à souhaiter de toutes tes forces d’y aller quand tu auras le Choixpeau sur ta tête, répondit Hermione avec un sourire d’encouragement. J’espère vivement qu’on y sera toutes les deux. Mais même si tu es envoyée à Serpentard, je pourrais toujours être ton amie, si tu le souhaites.
Mystéris regarda Hermione avec étonnement.
- Bien sûr que je veux bien être ton amie, Hermione, merci beaucoup ! lui répondit elle, émue.
Hermione lui sourit aimablement, apparemment ravie de sa réponse.

Tous les élèves attendaient à présent devant la Grande Salle. Le professeur McGonagall, une sorcière d’un certain âge, droite et sévère, coiffée d’un chignon serré, directrice de la maison Gryffondor, vint les chercher et les accompagna devant la table des professeurs où les attendait, soigneusement déposé sur un tabouret, un vieux chapeau pointu tout rapiécé. Soudain, une déchirure tout près du bord s’ouvrit en grand, comme une bouche, et le Choixpeau se mit à chanter sur l’histoire et la création du collège Poudlard. Puis, le professeur McGonagall s’avança en tenant à la main un long rouleau de parchemin.
- Quand j’appellerai votre nom, vous vous avancerez, vous mettrez le Choixpeau sur votre tête, et vous serez réparti dans votre maison. Abbot, Hannah .
La jeune fille se dirigea maladroitement vers le tabouret et mit le chapeau sur sa tête.
- POUFSOUFFLE ! cria le Choixpeau après un instant de silence.
La répartition continua. Mystéris sombrait de plus en plus dans une panique intérieure, au fur et à mesure que son nom approchait. Elle promena son regard à la table des professeurs et chercha celui de Rogue. Celui ci était en grande discussion avec le professeur Quirell, le professeur de Défense contre les Forces du Mal. Mystéris se souvint alors qu’il cachait dans son turban une partie de l’esprit de Lord Voldemort. Soudain, elle se rendit compte que le professeur McGonagall était arrivée à Turpin Lisa, qui fut envoyée à Serdaigle, et que ça allait être son tour. Quand le professeur s’en rendit compte, elle sembla hésiter:
- Lady Mystéris V…V… elle ne pouvait se résoudre à prononcer ce nom.
La Grande Salle fut plongée dans un silence gêné, jusqu’à ce que le professeur Dumbledore achève la phrase du professeur de Métamorphose :
- Lady Mystéris Voldemort !
Des murmures s’élevèrent.
- Lady Mystéris ?
- Vous-Savez-Qui ? Sa fille ? Ici ?
Mystéris se sentit rougir. Elle se dirigea, tremblante, vers le tabouret où se trouvait le Choixpeau. Elle lança un regard en appel au secours à son parrain qui semblait presque plus stressé qu’elle. Le professeur Dumbledore lui fit signe de s’assoir avec un sourire d’encouragement, ce qui la rassura un peu. Elle s’assit et aplatit le Choixpeau sur sa tête. Il était tellement grand qu’il lui couvrait les yeux. Une voix s’éleva alors à son oreille :
- Hum, seconde difficulté de la soirée, je n’aurais pas chômé cette année. Alors… où vais-je te mettre ? Hum, je vois beaucoup de pouvoirs, et de la magie noire par dessus, cela semble être les qualités requises par la maison Serpentard, et oh… que vois-je ? Je suis en ce moment perché sur la tête de l’héritière de Serpentard lui même, voilà qui est intéressant…Alors, vais-je valider mon choix sur l’appel du sang ?


Dernière édition par le Sam 24 Juin - 22:06:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
  • Invité
  • Invité
MessageSujet: Re: Le réveil de Lady Mystéris Voldemort   Sam 24 Juin - 15:18:48

Chapitre 6 : Savoir dire non.

Mystéris pensa de toutes ses forces qu’elle reniait ce sang, qu’elle n’était pas l’héritière de Serpentard dans son esprit.
- Je ne suis pas comme lui, se répétait-elle. Je ne suis pas comme Voldemort, non, je ne suis pas comme lui…
- Vraiment ? lui susurra la voix du chapeau. Seulement ton talent et ton sang respirent de magie noire et la maison Serpentard est celle qui te conviendrait le mieux.
Soudain, la voix du Choixpeau se tût. Il réfléchissait.
- Cela étant, reprit-il, tu as le courage de rejeter ton sang, d’affirmer ton choix et de t’opposer au destin. Tu iras donc à… GRYFFONDOR !
Mystéris n’en crut pas ses oreilles ! L’improbable venait de se passer ! Elle allait à Gryffondor, la maison ennemie de Serpentard, alors que toute sa famille y était allée ! Quand elle s’assit à la table, elle remarqua que les Gryffondor lui réservaient la même innovation que pour Harry. Hermione applaudit bruyamment et sautait sur place. Mystéris se tourna vers Rogue et s’aperçut qu’il avait l’air déçu de ne pas l’avoir dans sa maison. Elle lui adressa un sourire radieux et il le lui rendit, constatant qu’elle était heureuse. Quand Ron les rejoignit, il avait l’air aussi content de voir Harry et Mystéris à sa table qu’horrifié de voir que Hermione l’était aussi.

Les assiettes vides se remplirent d’un coup de nourriture. Au Chaudron Baveur, Mystéris s’était toujours arrangée pour obtenir de la cuisine française, mais ici c’était impossible. Elle se servit donc une assiette de ragoût bien anglais et ne le trouva pas mauvais, même si elle préférait tout de même les plats français. Une fois le repas terminé, Dumbledore se leva.
- Bienvenue, bienvenue à tous pour une nouvelle année à Poudlard ! Maintenant que nous avons rassasié notre faim et étanché notre soif, je voudrais encore dire quelques mots sur le règlement intérieur de l’école. Les premières année doivent savoir qu’il est interdit à tous les élèves sans exception de pénétrer dans la forêt qui entoure le château. Certains de nos élèves les plus anciens devraient s’en souvenir.
Il tourna ses yeux étincelants vers les jumeaux Weasley. Mystéris leur fit un grand sourire en leur lançant un regard complice.
- Il est également interdit de pratiquer la magie dans les couloirs entre les cours. Je dois également vous prévenir que cette année, l’accès au couloir du troisième étage est interdit, à moins que vous ne vouliez mourir dans d’atroces souffrances. Bien, je dois maintenant vous parler d’un second point. Nous accueillons aujourd’hui une élève de première année que vous connaissez tous. En effet, quel livre ne parle pas de Lady Mystéris Voldemort, la fille de Lord Voldemort ? Vous avez la liberté de détester et de craindre Voldemort, mais pas sa fille. Sachez seulement que ce n’est qu’une enfant qui a souffert et que jusqu’à aujourd’hui, elle ignorait totalement qui elle était. Je ne peux pas vous obliger à avoir des affinités avec elle ou non, mais prenez au moins la peine de la connaître avant de la juger. Enfin, pour ceux qui ne savent pas prononcer le nom de Voldemort, appelez là comme elle voudra. Je pense que Mystéris ou Lady Mystéris devrait convenir ?
Il regarda Mystéris, qui était devenue rouge comme une pivoine.
- Mystéris ira très bien, répondit elle timidement.
- Bien, je vous souhaite à tous une bonne nuit !
Sur ces mots, les élèves se levèrent pour quitter la Grande Salle. Mystéris bavardait gaiement avec Fred et George quand Rogue lui fit signe de s approcher.
- Je ne te caches pas que je suis quelque peu déçu de ne pas t’accueillir à Serpentard. Mais il me semble que Gryffondor est la maison dans laquelle tu désirais aller…
- Oui Severus, ne t’inquiète pas pour moi.
- Très bien, lui sourit-il, mais je me chagrine de constater par dessus tout que tu te sois liée d’amitié avec les Weasley et ce… Potter. Les yeux de Rogue devinrent durs et froids.
- Avec Harry, il y a beaucoup de tension, mais avec Hermione Granger et les Weasley tout va bien. S’il te plaît, essaye de ne pas lui en faire voir de toutes les couleurs, il n’y est pour rien…
- Allez, dépêche-toi sinon tu risques de te perdre. Bonne nuit Mystéris.
- Bonne nuit Severus.

Mystéris rattrapa le groupe des première année de Gryffondor. Neville Londubat vint à sa rencontre.
- Salut ! Je suis content que tu sois à Gryffondor ! Ma grand mère sera ravie elle aussi. Je ne m’attendais pas à être admis également à Gryffondor !
- Moi aussi je suis contente d’y être Neville ! Tu ne peux pas savoir à quel point je suis soulagée de ne pas être à Serpentard. Je suis heureuse que tu y sois également !
Hermione les rejoignit, un sourire radieux aux lèvres.
- J’ai appris par le préfet que nous sommes dans la même chambre Mystéris !
- Vraiment ? Oh mais c’est génial !
- Au fait, je peux te demander une faveur ?
- Bien sûr.
- Pourrais-tu m’apprendre quelques notions de Français ? Je trouve cette langue très jolie et j’aimerais beaucoup savoir la parler. En plus, dans deux ans nous allons en France mes parents et moi. Ce pays est un véritable puits de culture ! J’ai bien l’intention de faire des recherches sur les sorciers Français, il paraît qu’il y a une multitude de légendes à leur sujet ! J’aimerais vraiment visiter l’Académie de Beauxbâtons, l’école de sorcellerie française !
- Eh bien, je vais essayer, mais ce ne sera pas facile ! répondit Mystéris en riant.

Ils arrivèrent enfin devant les dortoirs. Mystéris se laissa guider, car les dortoirs des filles lui étaient inconnus. En haut d’un escalier en colimaçon, une porte portait un écriteau sur lequel était écrit : Miss Lavande Brown, Miss Hermione Granger, Miss Parvati Patil et Lady Mystéris Voldemort.
A la vue de ce nom, les trois filles frissonnèrent en se demandant à haute voix s’il était possible de l’effacer de l’écriteau. La chambre était chaleureuse. Quatre lits à baldaquin blancs crème les attendaient, recouverts de coussins, tels des lits de princesses. La cage d’Aude était posée au pieds du lit près de la fenêtre, juste à côté de celui de Hermione. Les quatre sorcières ouvrirent leurs valises et se mirent en pyjamas. Le matelas était très confortable et Mystéris eut tout juste le temps de dire bonne nuit à ses camarades avant de sombrer dans un sommeil profond.
Revenir en haut Aller en bas
  • Invité
  • Invité
MessageSujet: Re: Le réveil de Lady Mystéris Voldemort   Lun 26 Juin - 10:59:10

Chapitre 7 : Haine et célébrité.

Mystéris se réveilla tôt ce matin là. La Grand salle était presque vide lorsqu elle alla prendre son petit déjeuner. Bientôt, Fred et George la rejoignirent.
- Bonjour ! Alors, la première nuit dans les lit de Gryffondor ? lui demanda Fred.
- Très agréable !
Hermione arriva à son tour, et la Grand salle se remplit peu à peu. Tout les cours étaient en commun avec les Serpentard et le premier devait être celui de Métamorphose, assuré par le professeur McGonagall. Celle ci leur avait demandé de changer des allumettes en aiguilles, et Mystéris fut énormément étonnée d y parvenir dès la troisième tentative, car c était un exercice très difficile.

Le vendredi matin, Mystéris attendais avec un mélange d impatience et d appréhension son premier cours de Potion. En effet, l idée d assister au cours de son parrain la réjouissait, mais elle savait aussi qu il avait une nette tendance à favoriser les Serpentard et qu il lui plaisait de discriminer Harry. Le cours avait lieu, comme l était écrit dans le livre, dans les cachots. Lorsque Rogue fit l appel, il fit une pause au nom de Harry Potter.
- Harry Potter…Notre nouvelle célébrité….
Il acheva de faire l appel et releva la tête.
- Il n y aura ni baguettes magiques, ni incantations idiotes dans ce cours. Vous êtes ici pour apprendre la science subtile et l art rigoureux de la préparation des potions. Aussi, je m attend à se que vous ne compreniez rien à la beauté d un chaudron qui bouillonne doucement, laissant s échapper une douce volute scintillantes, ni à la délicatesse d un liquide qui s insinue dans les veines d un homme pour lui emprisonner les sens…Cependant… pour ceux qui possèdent des prédispositions, il regarda Malfoy et Mystéris, je peux leur apprendre à mettre la gloire en bouteille, à distiller la grandeur, et même à enfermer la mort dans un flacon.
Un grand silence suivit ce discours. Soudain il se tourna vers Harry.
- Monsieur…Potter…Qu est ce que j obtiens quand j ajoute de la racine d asphodèle en poudre à une infusion d armoise ?
Hermione avait levé le bras si vite que Mystéris cru qu il avait été accroché à une ficelle reliée à un avion à réaction. Mystéris connaissait parfaitement la réponse, mais elle s abstint de lever la main, elle ne voulait pas mettre Harry mal à l aise, il avait déjà l air assez gêné comme ça, inutile d en rajouter.
- Je ne sais pas, Monsieur, répondit il.
Sans accorder la moindre attention à la main levée d Hermione, Rogue ajouta
- Essayons encore, où iriez vous si je vous demandais de me rapporter un bézoard ?
Hermione leva de nouveau la main à la vitesse d un boulet de canon, et Mystéris eu peur de le voir s arracher de son épaule.
- Vous ne savez pas ? Vous ne vous êtes pas donné la peine d ouvrir votre livre pendant vos vacances ? Quelle est la différence entre le napel et le tue-loup ?
- Je ne sais pas, Monsieur. Répondit Harry, de plus en plus gêné.
- Navrant… à l évidence, la célébrité ne fait pas tout, n est ce pas, Monsieur Potter ?
Mystéris attendit avec appréhension la suite des évènements. Elle lança un regard implorent vers Rogue, mais celui-ci n y prêta aucune attention. Harry, lui, semblait s énerver :
- A l évidence Hermione le sait, c est navrant de ne pas l interroger !
Il y eu quelques rire, et Mystéris estimait que son oncle avait mériter cette réflexion. Rogue en revanche, n avait pas l air content…pas content du tout.
- Asseyez vous, petite idiote ! lança t il à Hermione. Lady Mystéris, veuillez répondre aux trois questions que j ai posé à cet insolent.
Tous les regards se tournèrent vers elle, et elle se sentit rougire jusqu aux oreilles. Pourquoi donc le lui demandait il à elle ? Si elle répondait, Harry lui en voudrait beaucoup, elle avait déjà eu du mal à débuter une relation amicale avec lui…mais si elle ne répondait pas, elle risquait de décevoir Rogue et ainsi faire perdre plus de points à Gryffondor, car chaque bonnes réponses et la bonne conduite permettait de faire gagner des points à sa maison, mais toute infraction au règlement et mauvais comportement lui en faisait perdre. Hermione lui donna un coup de coude pour l inciter à répondre.
- Heu…et bien…le mélange de la racine d asphodèle en poudre à un infusion d armoise donne un somnifère très puissant appelé la Goutte du Mort vivant. Le bézoard et une pierre que l on trouve dans l estomac des chèvres et qui est un remède à la plupart des poisons. Quant au napel et au tue-loup, il s agit de la même plante, connue aussi sous le nom d aconit.
Elle avait dit tout ça d une seule traite, et elle le regretta aussitôt.
Tous les élèves la regardaient bouche bée, sauf Harry, qui la fusillait du regard. Rogue, quant à lui, semblait très fier.
- Alors ? Qu est ce que vous attendez, tous, pour prendre des notes ?
Il y eu soudain un bruissement de plumes et de parchemins.
- Mystéris, votre excellent comportement fait gagner un point à Gryffondor.
Le bruissement des plumes s arrêta aussi soudainement qu il avait commencé, et les regards se tournèrent une foi de plus vers Mystéris dont les joues étaient si brûlantes qu on aurait pu y faire cuire un œuf. Jamais Rogue n avait donné de point à une autre maison que la sienne, encore moins à Gryffondor.
- Monsieur Potter, votre insolence fait en revanche perdre le point que Mystéris vous avait fait gagner. De ce fait, vous faites donc encore perdre un point à la maison Gryffondor.
Revenir en haut Aller en bas
  • Invité
  • Invité
MessageSujet: Re: Le réveil de Lady Mystéris Voldemort   Mar 11 Juil - 1:40:57

Chapitre 8 :Les provocations de Malefoy.

Mystéris attendait son premier cours de vol avec angoisse, car il y a bien une chose que l on ne peux pas apprendre dans les livres : voler sur un balais ! De plus, elle n avait jamais été de nature très sportive… C est donc les mains tremblantes qu elle rejoignit la grand salle en compagnie d Hermione, qui avait le nez plongé dans un livre de la bibliothèque intitulé Le Quidditch à travers les âges. Neville reçu de sa grand-mère ce matin là un Rapeltou, une sphère de verre rempli d une fumée qui devient rouge lorsque celui qui l a en possession à oublié quelque chose. Comme Mystéris le savait déjà, Malefoy se ramena accompagné de ses habituels gardes du corps et arracha le Rapeltou des mains de Neville. Harry, Ron et Mystéris se levèrent d un bon. Cette dernière allait lancer à Malefoy une réflexion cinglante mais le professeur McGonagall fut plus rapide qu elle :
- Que se passe t il ici ? Demanda t elle d un ton sévère.
- Malefoy m a pris mon Rapeltou, gémit Neville en devenant écarlate.
Malefoy lui lança un sourire narquois en jetant le Rapeltou sur la table.
- C était juste pour regarder, garde le, ton machin stupide.

Cette après midi là, Mystéris sortit accompagnée de Harry et de Ron ( Hermione était littéralement absorbée dans sa lecture…) pour se rendre au terrain où avait lieu leur premier cours de vol. Madame Bibine les précéda de peu.
- Bienvenu pour votre premier cours de vol. Alors ? qu est ce que vous attendez ? aboya t elle, allez, mettez vous tous devant un balais, allez, dépêchez vous ! Tendez votre main droite au dessus de votre balais et dite << Debout ! >>
- Debout ! crièrent tous les élèves.
A son grand étonnement, le balais de Mystéris lui sauta immédiatement dans la mains, tant dis que celui des autres élèves semblait ne pas se décider à bouger, sauf celui de Harry, bien entendu. Ensuite, le professeur Bibine leur montra comment s asseoir et leur expliqua leur premier exercice. Le problème, c est que Neville était si nerveux qu il s envola avant même que le professeur ait terminé ses explications. Il s éleva dans les airs jusqu à 6 mètres avant de faire une chute dans un horrible craquement qui indiquait sans erreur qu il venait de se casser le poignet. Et, ce que Mystéris craignait se produit. Malefoy ramassa le Rapeltou que Neville avait laisser sur le sol après sa chute.
- Rend moi ça, Malefoy, prévint Harry.
- Non, je vais le laisser quelque pare pour que ce balourd le retrouve, répondit le sal gamin en s envolant sur son balais.
Harry enfourcha son balais et s apprêta à le rejoindre dans les airs pour récupérer la petite sphère de Neville.
- Arrête, s écria Hermione à Harry, Madame Bibine nous a interdit de voler sous peine d être renvoyé ! Tu vas faire perdre des points à Gryffondor ! Et en plus, tu ne sais même pas voler.
Harry fit la sourde oreille. Il s éleva comme une flèche et rattrapa Malefoy. Celui ci jeta d un coup le Rapeltou et Harry s élança à sa poursuite. On aurait dit un aigle, c était son premier vol mais il se débrouillait comme un professionnel, ce qui provoqua des cris d admiration des élèves restée au sol. Le Rapeltou était à présent à deux mètres du sol… un mètres… 50 centimètres… Harry le rattrapa de justesse avant de remonter en chandelle, c était un véritable exploit ! Il atterrit sur la terre ferme, sous les applaudissements des Gryffondor. Malefoy, quant à lui, était littéralement sidéré, mais il retrouva très vite son habituel air triomphant : le Professeur McGonagall était descendu chercher Harry, l air courroucé.
- Quel idiot, dit Hermione, non seulement il va se faire renvoyé, mais en plus il va faire perdre des points à Gryffondor…
- Ce n était pas de sa faute ! rugit Ron, c est ce sal Malefoy qui l a provoqué !
- Ca ne sert à rien de se disputer !
Mystéris s était interposée avant qu une dispute éclate.
- Il ne se fera pas renvoyé et il ne fera perdre aucuns points à Gryffondor, au contraire.
Elle se rendit soudain compte de son erreur. Elle n aurait jamais dû dire ça.
- Je n aurais jamais dû dire ça…je n aurais jamais dû dire ça… murmura t elle.
- Comment tu sais ça ? demandèrent en chœur Ron et Hermione.
Ils la regardèrent tous deux avec des yeux exorbités. Il fallait maintenant que Mystéris trouve quelque chose à dire, car elle ne devait surtout pas parler des livres.
- Heu… et bien… Le professeur McGonagall n avait pas l air si fâchée (ce qui été tout à fait faut…)
- Pas si fâchée ?! s écria Ron. Tu te moques de moi ? On aurait dit que de la fumée allait sortire de ses narines !
- Et bien… Oh, mais vous l avez vu comme moi, non ? s impatienta t elle, Harry vole très bien, il a rattrapé une boules de verre pas plus grosse qu une noix à quelques centimètres du sol ! C est évident non ?
Les deux autres n avaient pas l air d avoir tout assimilé, ils continuaient de la regarder avec une expression d incompréhension totale, presque comme s ils prenaient Mystéris pour quelqu un de mentalement perturbée.
- A mon avis, le professeur McGonagall ne renverra pas un futur Attrapeur potentiel pour l équipe de Quidditch de Gryffondor !
Un grand silence suivit ce discours. Un de ces silences qui vous plongent dans des longs sentiments de solitude…
- Tu as complètement perdue la tête. Répondit Ron, abasourdi.
Elle allait répliquer lorsque Madame Bibine revint en imposant le silence. Voler sur un balais était bien plus difficile que ce qu avait imaginée Mystéris. Elle provoquait chaque foi qu elle s élevait à plus de deux mètres l hilarité des élèves : elle tombait toujours de façon spectaculaire, ce qui la couvrait de ridicule… Sans aucuns doute, le vol était la matière où elle s en sortait le moins.

A l heure du dîner, Harry s était empressé de raconter à Ron qu il avait été admis dans l équipe de Quidditch de Gryffondor, en tant qu Attrapeur. Mystéris vit courir Ron vers elle en traînant Harry pas le bras.
- Tu avais raison ! Je n y crois pas ! Tu avais raison ! Mais explique moi ! Comment tu le savais ?
Il la bombarda ainsi de questions, le visage traversé d un sourire qui lui montait jusqu aux oreilles.
- C était une simple suggestion… répondit Mystéris, de plus en plus gênée.
Hermione ne semblait pas comprendre non plus, mais Mystéris lu dans ses yeux une lueur de doute…elle commençait à deviner quelque chose.
Le repas débuta donc dans la joie. Débuta seulement.
- Alors Potter, c est ton dernier repas ?
Drago Malefoy apparu, accompagné de Crabbe et Goyle.
- Tu faisait moins le fier lorsque tu n avais pas tes petits copains avec toi ! répliqua Harry.
Mystéris dû étouffer un fou rire en voyant l expression de Crabbe et de Goyle, qui, de toute évidence, n avaient pas l habitude d être qualifiés de << petits. >> Malheureusement, la situation dégénéra : Malfoy donna rendez vous à Harry cette nuit à minuit pour un duel, que Ron s empressa d accepter.
Revenir en haut Aller en bas
  • Invité
  • Invité
MessageSujet: Re: Le réveil de Lady Mystéris Voldemort   Lun 17 Juil - 3:24:04

Chapitre 9 : Le couloir du troisième étage.

L heure du duel approchait. Mystéris était assise sur son lit. Hermione et elle réfléchissaient. Mystéris ne voulait pas que Ron et Harry y aillent, après tout, les livres qu elle a lu pouvaient se tromper, Rogue l avait mis en garde de se méfier, ils pourraient être en danger ou avoir des ennuis. De plus, elle ne voulait pas qu ils découvrent l endroit où se trouvait Touffu, le chien à trois têtes, car l aventure qui aurait suivi cette découverte étai dangereuse et Mystéris ne voulait pas qu ils soient blessés. Seulement, elle avait expliqué à Rogue ce que complotait le professeur Quirell, et il n avait pas eu l air de la prendre au sérieux : << Je t ai déjà expliqué qu il ne fallait pas croire à ce que racontaient ces livres…même s il y a eu des évènements qui se sont déroulés comme il y était écrit…fais attention…>>.
Soudain, Hermione se leva d un bon.
- Ils sont dans la sale commune, il faut que j empêche ça !
Et avant que Mystéris ait eu le temps de dire quoi que ce soit, elle avait déjà enfilé sa robe de chambre, et descendait les escaliers.
- Hermione, attend moi ! Je viens avec toi !
Elle était déjà en pleine discutions avec Ron et Harry lorsqu elle arriva.
- J ai failli tout raconter à ton frère, Ron, Percy est préfet, il pourrait empêcher ça !
- Harry, Ron, s il vous plaît, il ne faut pas que vous y alliez, Malefoy est fourbe, il vous a certainement joué un tour, croyez moi, il ne vous attend pas, il vous a dit ça pour…
- Ne te mêle pas de nos affaires, tu n as pas à me donner de conseils ! coupa Harry.
- Oh non… qu est ce qu on va faire, mais qu est ce qu on va faire… ?
Mystéris ne s était pas rendue compte qu ils avaient continué à avancer pendant leur dispute et Hermione s était aperçue que la Grosse Dame du tableau qui gardait l entrée de la salle commune des Gryffondor avait quitté la porte pour aller faire un tour : ils ne pouvaient plus rentrer. Hermione était pâle comme un linge.
- Attendez nous !
Elles rattrapèrent les deux garçons.
- Tu était obligée de l amener ? demanda Ron à Mystéris en désignant Hermione d un signe de tête.
- Tu pensais réellement que j allais attendre ici que Rusard vienne me chercher ? Tu te fourres le doigt dans l œil jusqu au coude mon bonhomme, je vous accompagne, et si jamais on rencontre un professeur, je leur dirais la vérité : je voulais vous empêcher de faire des bêtises. Bien entendu, Mystéris m accompagnait pour m aider.
Celui qui n avait pas du tout l air heureux de voir que Mystéris les accompagnait, c était Harry. Elle ne comprenait pas pourquoi, mais il avait changé de comportement du jour au lendemain. Il la détestait tout comme il détestait Rogue.

La troupe rencontra sur son chemin Neville, qui s était perdu, et c est donc à 5 qu ils rejoignirent la salle des trophées. Mystéris s attendait à ne voir personne mais à sa grande surprise…
- Vous êtes en retard ! Oh… mais que vois-je ? Tu avais donc si peur que tu as amener tout ça avec toi ? Laisse moi rire !
Drago Malefoy était bien là ! Il était accompagné comme d habitude de ses deux molosses. Ron se précipita vers Mystéris :
- Tu connais pas un sort qui pourrait faire gagner Harry ? lui chuchota t il.
- Bah… tu sais, j en connais plusieurs mais il lui faudrait de l entraînement, il n y arrivera pas !
Mystéris ne savait pas quoi faire…elle n avait pas du tout prévu que Malefoy viendrait réellement au rendez vous ! Hermione regardait la scène avec une expression de panique sur le visage : même si elle en voulait à Harry pour ne pas l avoir écouté, elle ne voulait pas qu il soit blessé. Soudain, elle paru avoir eu une idée :
- Un instant ! Qui est le second dans ce duel ?
- C est moi, pourquoi ? répondit Ron avec sa mauvaise humeur habituelle lorsque Hermione lui adressait la parole.
- Et bien je demande un changement de second ! Mystéris sera le second de Harry.
Tout le monde la regarda la bouche bée.
- Et pourquoi moi ?! gémi Mystéris.
Hermione s avança vers elle.
- Parce que toi, tu pourras battre Malefoy lorsque Harry sera disqualifié ! lui susurra t elle.
- Et pourquoi pas toi ? Toi aussi tu pourrais le battre !
- Heu… moi… et bien moi je n ai pas pris ma baguette magique ! Voilà ! répliqua t elle, mais Mystéris savait bien qu elle ne voulait pas être mêlée à de tels évènements.
- Bon, qui est le second de Harry alors ? s impatienta Malefoy.
- Moi, déclara Mystéris, résignée.
Malefoy paru moins certain de lui. La perspective de se battre contre la fille de Voldemort l inquiétait.
- Normalement, on ne peut pas changer de second comme ça ! dit il, la voix légèrement tremblante.
- Tu penses réellement que je me serais permise de proposer quelque chose d interdit ? explosa Hermione.
Harry et Malefoy se mirent donc face à face. Soudain, Malfoy jeta un sort à Harry alors que celui ci avait encore le dos tourné !
- Locomotor Mortis !
Il lui avait lancé le sort du Bloque-Jambes. Harry tomba bientôt sur le sol, les jambes collées l une à l autre.
- Tricheur ! hurlèrent Ron et Hermione.
Puis, tout à coup, des bruits de pas se firent entendre, et Miss Teigne, la chatte de Rusard, le concierge avide de torturer les élèves, fût bientôt dans la salle des trophées. Malefoy était déjà partit avec Crabbe et Goyle. Hermione se tenait la tête dans un signe de panique.
- Finité Incantatem ! récita Mystéris à Harry, et celui ci retrouva aussitôt l usage de ses jambes.
- Vite, filons !
Les 5 élèves se précipitèrent donc par une porte en face de celle où arrivait Rusard, qui n eût pas le temps de les apercevoir. Seulement, un autre soucis les attendait au bout du couloir : Peeves, l esprit frappeur.
- Oh.. mais qu est ce que font 5 jeunes élèves de Gryffondor dans les couloirs la nuit ? Demanda t il d une voix vertueuse.
- Fiche le camps, laisse nous passer, lança Ron en faisant un geste pour l écarter.
Mystéris fit une grimace : Ron venait de dire ce qu in n aurait jamais dû dire…
- ELEVES HORS DU DORTOIR ! hurla Peeves. ELEVES DANS LE COULOIR DES ENCHANTEMENTS !
- Tais-toi ! s écria Mystéris. Tu a intérêt à trouver quelque chose pour que Rusard ne nous retrouve pas !
A son grand étonnement, Peeves parût soudain calmé.
- Peeves a entendu parler de Lady Mystéris, le Baron Sanglant à prévenu Peeves de ne pas lui chercher d ennuis, veuillez excuser le pauvre Peeves. Marmonna t il.
- Je ne sais pas du tout comment tu as fais, Mystéris, mais là il faut filer, et vite ! dit Ron.
Ils coururent donc et arrivèrent devant une porte… fermée à clé. Mystéris aurait voulu les empêcher d y entrer, mais il n y avait aucune autre issue.
- Elle est fermée, on est fichu ! se lamenta Ron.
- Oh mais pousse toi ! grogna Hermione.
Elle prit la baguette magique de Harry et murmura :
- Alohomora !
La porte s ouvrit dans un petit déclic. Ils se faufilèrent juste à temps, Rusard était arrivé et il s adressait à Peeves, qui, comme le lui avait demandé Mystéris, était en train de faire diversion.
- Cool…merci Mystéris, en plus il pense que la porte était verrouillée !
- Elle était verrouillée, précisa Hermione.
- Et on comprend pourquoi ! gémi Harry.
Ils se retournèrent. Hermione était figée, Harry et Ron étaient prêt à hurler, Neville lui était au bord de l évanouissement. Mystéris, quant à elle, cherchait la poignée de la porte, les mains tremblantes.
Revenir en haut Aller en bas
  • Invité
  • Invité
MessageSujet: Re: Le réveil de Lady Mystéris Voldemort   Ven 29 Sep - 22:13:52

Chapitre 10 : Chien, troll et amitié.

Mystéris saisit enfin la poignée…juste à temps ! Un énorme chien à trois têtes se trouvait en face de nos 5 héros et ces derniers eurent tout juste le temps de refermer la porte avant qu il ne bondisse en leur direction… et ne s écrase la truffe contre le mur.
- Je vous avais prévenu ! vociféra Hermione dès qu ils eurent franchit le passage menant à leur salle commune.
- Mais qu est ce qui leur prend de garder une chose pareille dans une école ? C est vrai, quelqu un pourrait être blessé ! répliqua Ron.
- C est précisément pourquoi l accès au couloir du troisième étage nous est interdit ! précisa Mystéris.
- Et tu te sers de tes yeux quelque foi ? lança Hermione à Ron avec mauvaise humeur. Tu n as pas vu sur quoi il était ?
- Non, penses tu ! Je ne regardais pas ses pattes, mais plutôt ses têtes ! Il en avait quand même trois !
- Il était sur une trappe, intervint Mystéris.
- Exactement. Il garde quelque chose ! Maintenant, si cela ne vous dérange pas, je vais me coucher, avant que l un de vous n ait encore une merveilleuse idée pour nous faire tuer ! Ou pire…nous faire expulser ! Ajouta Hermione, le regard flamboyant.
Celle ci se retourna et rejoignit les dortoirs, le nez en l air, comme à son habitude.
- Il faudrait qu elle révise l ordre de ses priorités ! dit Ron, en la regardent partire, bouche bée.
Mystéris éclata de rire, et, en faisant un clin d œil à Ron, s en alla rejoindre Hermione.

Le lendemain, Mystéris croisa le regard de Malefoy. Celui ci s empressa vite de tourner les yeux ailleurs. Hermione ne voulait plus adresser la parole à Ron et Harry, et Mystéris devait faire la navette pour entretenir une discussion avec les deux << groupes >> sans en délaisser un pour autant.
Une semaine plus tard, à l heure de la distribution du courrier, Harry reçu son balais : le fameux Nimbus 2000, le balais le plus rapide et réputé du moment. Pendant que Harry était à sa première séance d entraînement de Quidditch, Mystéris était partie rendre visite à Rogue.
- Severus, je pense que nous devrions discuter au sujet de la pierre Philosophale.
Rogue, qui buvait son thé, s étouffa à moitié en entendant ce mot.
- Comment es tu…
- Grâce au livre, coupa t elle, il faut que tu m écoutes, je t en supplie !
- Je t écoute.
- Très bien. Je suppose que tu as déjà des soupçons pour ce qui est de la sincérité du professeur Quirell ?
- Eh bien… je ne sais vraiment pas comment ces livres on pu écrire ça, mais oui, c est tout à fait exacte, continu…
- Et bien, il faudrait protéger la pierre, Severus, Quirell cache dans son turban Lord Voldemort !
- Tu Sais Qui ? Dis tu ?
- Oui, je te l assure ! Je sais bien que les livres peuvent se tromper, mais jusqu à maintenant, ce qu ils avaient raconté s est avéré exacte ! Il faut faire très attention, il va essayer de la voler ! Cette pierre permet de changer n importe quel métal en or et de préparer de l élixir de longue vie, et elle permettrait à Volde…pardon, à Tu Sais Qui, de revenir !
Rogue la regarda d un œil pénétrant, comme s il voulait lire dans ses pensées. Puis il respira longuement, et dit enfin :
- Je vais mener mon enquête. Je le soupçonnais, mais pas à ce point. Néanmoins, j ai entièrement confiance en toi, je vais donc suivre ton conseil. Tu pourras m aider si tu le désires.
- Merci Severus ! soudain, un détail lui vint à l esprit. Severus ? De quoi soupçonnais tu Quirell ?
- Euh.. et bien… Rogue ne n avait pas l air de savoir quoi répondre. Excuses moi Mystéris mais j ai du travail, va rejoindre tes … amis. Peut être pourrais tu te montrer sympathique envers Malefoy ? et voyant le regard courroucé de Mystéris, non, il vaut mieux que tu ne lui parles pas, en effet. Allez, à tout à l heure !
Mystéris ne comprit pas pourquoi il avait eu une telle réaction. C était la première foi qu il la mettait hors de son bureau. Elle retourna vers la salle commune des Gryffondor, la tête bourdonnante de questions : qu est ce que Rogue avait après Quirell ?

Le matin de Halloween, c est en compagnie de Ron et de Harry que Mystéris alla prendre son cours d Enchantement. Celui ci consistait ce jour là à faire léviter des objets. Harry n avait pas l air enchanté d être placé à côté de Mystéris, quant à Ron et Hermione, qui étaient l un à côté de l autre, on aurait dit qu ils avaient tout deux avalé quelque chose de travers, tant leur…heu…joie d être ensemble les affectait ! Mystéris et Hermione furent ce jour là les deux seules élèves à obtenir un succès dans leur travail. Mystéris parvint même, involontairement, à soulever le pauvre professeur Flitwick jusqu au plafond…
A la fin du cours, étant donné que Hermione était absorbée dans une interminable discussion avec le professeur, Mystéris s en alla avec Ron et Harry.
- C est un vrai cauchemar cette Hermione ! Ca ne m étonne pas qu elle n ait aucun amis ! ronchonna Ron.
Mystéris allait répliquer qu il se trompait, que Hermione était en fait une fille très sympathique et qu elle l avait comme amie, mais elle n eût pas le temps…Hermione les dépassa en bousculant Harry, en larmes.
- Bravo, tu as gagné Ron ! rugit Mystéris.
- Mais…

Et dire qu elle pensait avoir réussi à éviter l épisode du soir de Halloween, c était raté ! Mais elle avait encore une chance de tout réparer si elle se dépêchait. De plus, elle était inquiète au sujet de Hermione, après tout, elle avait dû croire que Mystéris s était payé sa tête et qu elle ne la considérait pas comme une amie, elle devait se sentire trahie…
- Hermione ! S il te plait, ouvre moi ! Hermione ! Je t assure, c était un mal entendu !
Mais elle avait beau insister, Mystéris continuait malgré elle à s adresser à la porte fermée des toilettes. Entendre les sanglots de son amie la mettait mal à l aise, elle se sentait impuissante, elle aurait tellement voulu la consoler. Mystéris avait aussi mal que Hermione.
- Très bien, puisque tu t obstine à ne pas me répondre, je vais rester ici jusqu à ce que tu sortes !
Elle s assit sur le sol froid et humide et attendit. Elle savait qu elle allait rater les cours de l après midi, mais peu lui importait, elle pourrait rattraper, elle avait de très bons résultats… et puis elle voulait rester auprès de son amie.

Plusieurs heures passèrent sans que les sanglots saccadés de Hermione ne cessent. Puis, elle ouvrit timidement la porte. Mystéris se leva d un bon, et avant qu elle ait pu dire quelque chose, un bras la saisie avec force et l entraîna à l intérieure de la cabine.
- Tu es restée ici tout l après midi ? demanda Hermione, la voix beaucoup plus aiguë qu à l ordinaire.
- Oui, répondit simplement Mystéris.
Hermione semblait émue. Ses yeux se remplirent à nouveaux de larmes.
- Tu mens ! Je vous ai entendu, toi, Ron et Harry. Vous m avez insulté ! je sais bien que je suis un peu…disons spéciale, mais je n ai jamais eu de mauvaises intentions…
- Je sais, je sais, mais je t assure que je ne pensais pas ce qu a dit Ron, et que j allait te défendre lorsque tu es arrivée… s il te plait, allons au festin de Halloween, on pourra parler là bas, et tu pourras manger quelque chose, tu n as rien avalé de la journée…
Il fallait absolument qu elle parvienne à emmener Hermione hors des toilettes avant qu il n arrive.
- Non, j ai trop honte ! Et puis, tu sais, moi, je ne voulais que me faire des amis, et je pensais m en avoir fait une, et tu m as trahie…
Elle fut secouée d un sanglot particulièrement bruyant, elle se moucha dans le mouchoir que lui avait tendue Mystéris avant de reprendre :
- Je suis tellement passionnée par ce monde, je veux absolument réussire, pour prouver à tout le monde que je suis capable ! J ai toujours eu beaucoup de mal à me faire des amis, tu étais la seule…
Mystéris sentis des larmes venir au coin de ses yeux. Elle s empressa de les essuyer avec le revers de sa main.
- Hermione, s il te plait, écoute moi! Je ne t ai pas trahie, tu es mon amie, tu es l une des premières personnes qui m a acceptée telle que je suis ! Et je suis persuadée que Ron et Harry deviendront amis avec toi. S il te plait, allons dans la salle commune.
Mystéris crue qu elle venait de remporter la victoire. Hermione lui sourit et la serra dans ses bras. Puis, elle lui fit signe qu elle voulait bien rejoindre le festin. Hermione ouvrit la porte, mais la cabine était tellement petite qu elle dû sortir en marche arrière. Soudain, elle senti une odeur nauséabonde : un mélange de jus de chaussettes et de toilettes mal entretenues… C est en apercevant le visage de Hermione qu elle se rendit compte qu elles avaient trop tardé à bavarder, il était déjà arrivé dans les toilettes des filles !

Hermione et Mystéris reculèrent lentement vers le mur du fond. Mystéris réfléchissait à la manière avec laquelle elle pourrait s y prendre pour les sortir d affaire. Soudain, Harry fit éruption dans les toilettes, suivi de près par Ron.
- Hermione ! S exclamèrent ils ensemble.
- Et moi, je compte pour du beurre ? s indigna Mystéris.
- Il faut l attirer ailleurs, dit Harry.
Le troll s approchait dangereusement de Hermione et Mystéris, en arrachant les robinets sur son passage. Ron en ramassa un et le jeta sur le troll. Celui-ci s arrêta à 2 mètres des deux sorcières et se tourna lentement vers Harry. Il souleva son énorme massue et…
- Il est fou ! s exclama Ron, horrifié.
Harry venait de se faufiler en dessous des jambes du troll et il s était lancé au coup du troll. Puis, il lui enfonça sa baguette dans le nez !
- Berck ! fit Mystéris.
Harry était maintenant suspendu par les pieds par le troll. Hermione était effondrée, à moitié évanouie. Mystéris se jeta vers elle pour s assurer qu elle allait bien.
- Mystéris, qu est ce que je vais faire ? Hurla Ron.
- N importe quoi ! Hurla à son tour Harry.
- Tourne et abaisse ! s écria Mystéris.
Elle ne savait pas pourquoi elle avait dis ça, elle aurait pu le lui dire autrement, mais la panique dans laquelle elle était pour Hermione l empêchait de réagire correctement.
- Wingardium Leviosa ! prononça Ron.
La massue s arracha toute seule de la main du troll, s éleva très haut et retomba dans un horrible fracas sur la tête du monstre. Celui-ci lâcha aussitôt Harry, qui tomba sur le sol. Mais le troll, dans sa chute allait écraser Harry ! Mystéris sorti enfin sa baguette et cria :
- Accio Harry !
Elle ne savait pas si ça allait fonctionner sur une personne, mais Harry glissa vers elle juste à temps. Les quatre sorciers contemplèrent alors le troll, apparemment assommé. Hermione rompit la première le silence. Sa voix était tremblante.
- Il… il est mort ?
- Je ne pense pas, répondit Harry, il est juste assommé.
Au moment où il récupéra sa baguette de la narine du troll, les professeurs McGonagall, Rogue et Quirell entrèrent dans les toilettes. Rogue se précipita vers Mystéris, alors que Quirell semblait sur le point de s évanouire et que McGonagall fusillait du regard Ron, Harry, Hermione et Mystéris.
- Qu est ce qu il vous est passé par la tête ? dit elle avec une colère froide, le teint livide.
Mais avant qu une réponse ait pu être donnée, le troll s était relevé d un bond, ce qui était assez extraordinaire pour une créature de cette taille. Mystéris, par réflexe, sortit sa baguette et s écria :
- Stupefix !
Le troll fût éjecté en arrière avec tant de puissance qu il traversa le mur avant de s encastrer dans celui de la salle de cours voisine, raide comme une planche en bois.
Mystéris se rendit compte de ce qu elle venait de faire et elle n en revenait pas ! Rogue la regardait la bouche entre-ouverte, les yeux pleins de fierté, tandis que les autres regardaient le troll et Mystéris à tour de rôle, les yeux exorbités.
- Expliquez vous ! rugi soudain le professeur McGonagall. Vous pouvez vous estimer heureux de ne pas vous être fait tuer !
- Mystéris était avec eux, Minerva, précisa Rogue, d un ton qu il voulait neutre mais dont le léger tremblement trahissait une grande émotion, vous avez bien vu comment elle s en est débarrassée, elle ne courre aucun danger étant donné que…
- Cela n est pas une raison, Severus ! coupa le professeur McGonagall. Que faisiez vous dans les couloirs ? Pourquoi n êtes vous pas dans votre dortoir ?
- Ne soyez pas trop sévère avec eux, s il vous plait, professeur McGonagall. C est ma faute. Ils étaient venu me chercher.
- Miss Granger ?!
- J étais partie à la recherche du troll, j ai lu plein de choses à leur sujet, je pensais pouvoir m en débarrasser toute seule, mais j avais tore, expliquait Hermione. Si Harry, Mystéris et Ron n étaient pas venu, je serais morte à l heure qu il est. Harry lui a enfoncé sa baguette dans le nez, Ron à réussi à l assommé avec sa propre massue et Mystéris à également sauvé la vie de Harry en l attirant vers elle à l aide d une formule d attraction avant que le troll ne l écrase.
Tout le monde regardait à présent Hermione. La mâchoire de Ron, sous l effet de l émotion, menaçait dangereusement de tomber à terre.
- Vous…bredouilla le professeur McGonagall, vous me décevez beaucoup, Miss Granger. J enlève 5 points à Gryffondor, pour votre manque de discernement ! Quant à vous…, elle se tourna vers les trois autres, je veux que vous sachiez que vous avez eu beaucoup de chance, peut d élèves de première année auraient su combattre un troll adulte, et en sortir vivant ! Et cela vous concerne également, Lady Mystéris, car la puissance ne sert strictement à rien sans la bonne formule, et j ignore comment vous les avez apprises, ceci est du niveau de troisième et quatrième année ! Cependant, vous et vos deux camarades, Mr Potter et Mr Weasley faites gagner 5 points chacun à Gryffondor… pour votre chance insolente ! Vous pouvez partir.
En sortant de la pièce, Mystéris lança un regard noir au professeur Quirell, qui, à sa grande surprise, la fixa d un air à mi chemin entre l admiratif et l excuse. Rogue s en aperçu et s interposa immédiatement. Mystéris ne comprit pas la réaction de son oncle.
Revenir en haut Aller en bas
  • Invité
  • Invité
MessageSujet: Re: Le réveil de Lady Mystéris Voldemort   Mar 3 Oct - 20:38:52

Chapitre 11 : Magie noire…

Sur le chemin qui menait nos 4 héros vers leurs dortoirs, Hermione eut une belle surprise… Ron et Harry s étaient enfin décidé à devenir amis avec elle. Cependant, Harry ne semblait pas s attacher à Mystéris, il ne lui manifestait aucune hostilité ouverte, mais il était évident qu il ne l appréciait pas, et cela pour une raison que Mystéris ignorait totalement.
Un matin de novembre, une affiche était publiée dans la salle commune des Gryffondor : la saison de Quidditch allait enfin commencer ! C est alors que Mystéris se souvint qu elle devait absolument parler à son oncle.
Après une discussion très animée dans le bureau de Rogue, elle alla rejoindre Fred et George à la bibliothèque. Ceux-ci étaient en train de comploter quelque chose pour faire une farce à Rusard.
- Alors, je t explique, chuchota Fred à Mystéris, on aimerait ensorceler des Bombabouses pour que celles-ci bombardent Rusard. L idéal serait qu une dizaine de Bombes viennent des deux côtés du couloirs, comme ça, il serait piégé !
- Cela me semble une excellente idée ! Et j aimerais vous faire pare d une idée à moi, qui pourrait ajouter encore plus de piquant à tout ça… chuchota Mystéris avec un sourire malicieux.
- Explique ! s exclamèrent les deux frères jumeaux en même temps.
- Alors, c est un classique Moldu, il faudrait que…

Le lendemain, un dimanche, nos 3 farceurs se retrouvèrent dans une salle de classe du deuxième étage. George avait étalé sur une table une feuille de parchemin vierge.
- Mystéris, tu es officiellement membre de notre communauté secrète : le Club des Sorciers Facétieux ! déclara George d un ton solennel. Tu as donc l immense privilège de connaître l existence de la carte du Maraudeur !
Sur ce, d un geste royal de la main, il désigna le morceau de parchemin. Mystéris connaissait bien entendu cette carte, mais elle s abstint de le dévoiler.
- Sais tu à quel point ce trésor nous a aidé ? murmura Fred dans un souffle, en fixant Mystéris d un air mystérieux.
- Je n en ai pas la moindre idée, mentit elle.
- Je jure solennellement que mes intentions sont mauvaises ! récita George, en pointant le bout de sa baguette sur le parchemin.
Des mots tracés d une grande écriture à l encre verte se dessinèrent en haut du document :
Messieurs Lunard, Queudver, Patmol et Cornedrue
Spécialistes en assistance
Aux Maniganceurs de Mauvais Coups
Sont fiers de vous présenter
LA CARTE DU MARAUDEUR

Mystéris sentit son cœur se serrer. Puis, un plan détaillé apparut. Celui-ci contenait tous les passages secrets de Poudlard, mais aussi de petites étiquettes qui portaient des noms. Ces dernières indiquaient où se trouvait la personne qui portait le nom inscrit sur ces étiquettes.
- Très bien, dit George, Rusard est dans son bureau, et Peeves est dans une salle de cours au deuxième étage, juste ici ( il la désigna du doigt sur la carte). Mystéris, tu sais ce que tu dois faire, George, tu vas chercher le matériel, quant à moi, je m occupe des Bombes et je fais le guet. C est partit.
Mystéris couru jusqu à la salle de classe où se trouvait Peeves. Quand elle entra, ce dernier se redressa comme un soldat.
- Peeves, demanda Mystéris, pourrais tu me rendre un petit service ?
- Le Baron Sanglant à demandé à Peeves d obéire à Lady Mystéris, alors Peeves va obéire à Lady Mystéris !
- Merci, répondit elle avec un sourire, alors, est ce que tu pourrais…

10 minutes après, elle rejoignit Fred et George dans la salle de classe où ils avaient installé leur < Quartier Général >.
- Alors, c est bon ? demanda george.
- Oui, cela devrait se passer dans 5, 4, 3, 2, 1…
Un énorme vacarme retenti soudain : Peeves avait fait tombé exprès un grand meuble juste au dessus de bureau de Rusard.
- Très bien, dit Fred, chacun à son poste, vite !
George et Fred s en allèrent chacun d un côté du couloirs, pendant que Mystéris se cachait dans une salle, juste en face de l endroit stratégique. Quelques secondes plus tard, Peeves traversait le couloir en riant, suivit de Rusard qui crachait des jurons.
- Revient ici Peeves ! Tu vas le regretter ! Cette fois ci tu ne…
Mais il n eut pas le temps de finir sa phrase. Tout se passa en un éclair. Une dizaine de Bombabouses arrivaient de chaque côtés du couloir. Bientôt, Rusard était piégé, il ne pouvait plus qu entrer dans la salle qui se trouvait devant lui. Il voulu l ouvrit et… PLOUF ! Un seau remplis d eau qui était posé en équilibre sur le rebord de la porte lui tomba dessus ! Puis, Mystéris pointa sa baguette vers la porte et murmura la formule magique :
- Collaporta !
Et la porte se referma, impossible pour Rusard de se réfugier, et… PAF ! La vingtaine de Bombabouses s éclatèrent sur lui, le couvrant de bouse, ce qui avait pour effet de répandre une horrible odeur ! Il poussa un juron et hurla : PEEVES ! avant de prendre la fuite.
Mystéris rejoignit Fred et George, tous trois étaient tordus de rire…

La veille du match de Quidditch, Hermione, Harry, Ron et Mystéris discutaient dans la cour de récréation. Harry fit soudain une drôle de tête : Rogue venait dans leur direction.
- Qu est ce que vous avez là Potter ? demanda t il.
Harry lui montra le livre : Le Quidditch à travers les âges.
- Il est interdit d emporter les livres de la bibliothèque en dehors des murs du château, fit observer Rogue, donnez le moi, j enlève 5 points à Gryffondor. Mystéris, ce soir, après les cours, dans mon bureau.
Elle acquît d un signe de tête, sans faire attention aux remarques de Ron.
Le soir, après les cours, Mystéris était sur le chemin qui menait au bureau de Rogue, mais celui ci vint à sa rencontre.
- Nous serons mieux dans la salle des professeurs, lui dit il.
Elle aurait voulu protester, mais l expression avec laquelle il la regarda était sans réplique, alors elle obéit.
- Je t ai rapporté ce que tu m avais demandé, lui dit il en lui tendant un morceau de parchemin.
- Merci, répondit elle.
- Pourrais tu soigner ceci avec une de ces méthodes moldues ?
Il lui montra sa jambe sur laquelle il avait une vilaine blessure sanglante.
- Heu… il faudrait du matériel aussi…et…je ne suis pas qualifiée pour ce genre de choses…
- Je pense que tu l es bien plus que Rusard, marmonna t il, et il y a le matériel nécessaire dans l armoire, à ta droite.
Mystéris s en empara et commença à nettoyer la plaie.
- Tu aurais quand même pu faire attention de ne pas te blesser…
- Comment veux tu que je surveille ses trois têtes à la foi ?
Elle commençait à raccommoder tant bien que mal la morsure du chien à trois têtes lorsque soudain…
- POTTER ! hurla Rogue.
Mystéris releva la tête si brusquement qu elle manqua d enfoncer l aiguille dans la chaire de son oncle… La tête de Harry dépassait de l ouverture de la porte, et il était livide.
- Je…je voulait simplement vous demander si je pouvais reprendre mon livre, balbutia t il.
- DEHORS ! s époumona Rogue.

Lorsque Mystéris rejoignit la salle commune, elle trouva Harry, Ron et Hermione plongé dans une grande discussion :
- C est impossible, Rogue n essaierait pas de voler quelque chose que Dumbledore cherche à protéger, et Mystéris non plus, voyons ! disait Hermione.
- Moi je te dis qu elle est de mèche avec lui ! Je n ai aucune confiance en elle ! Et puis, qu est ce que c est que ce morceau de parchemin qu il lui a donner ? Elle n arrête pas d aller le voir, vous ne trouvez pas ça étrange ?
- Je t avoue que je me pose des questions, admit Ron.
- Merci Ron ! dit sèchement Mystéris.
Ils ne l avaient pas vu arriver, et ils firent tous un bond de 2 mètres. Mystéris jeta le livre de Quidditch qu elle avait repris à Rogue dans les bras de Harry, tourna les talons et s en alla se coucher, trop énervée pour discuter avec eux. Jamais elle n aurait imaginé que Ron la soupçonnerait. Elle s allongea sur son lit, déplia le parchemin que Rogue lui avait donner et entreprit d en apprendre le contenu. Quelques minutes plus tard, Hermione entra à son tour, sur la pointe des pieds pour ne pas réveiller leurs camarades qui dormaient déjà.
- Je suis désolée, dit elle, je ne crois absolument pas que tu cherche à voler quoi que ce soit, ni Rogue.
- Merci, répondit Mystéris, tu es une amie.
Hermione rougit et sourit jusqu aux oreilles.

Le lendemain matin, Mystéris refusa de prendre son petit déjeuner en compagnie de Ron et de Harry. Elle ne leur en voulait pas trop, mais elle ne souhaitait pas manger sous leurs regards accusateurs. C est donc avec Lee, Fred et George qu elle pris son petit déjeuner. Puis, quand vint l heure de se rendre dans les gradins, elle rejoignit Hermione, sans prêter la moindre attention à Ron, qui, visiblement, culpabilisait.

Le Quidditch a des règles relativement simple, mais il est difficile d y jouer. L équipe est constituée de quatre bales et de 7 joueurs : deux batteurs, un gardien, deux poursuiveurs et un attrapeur. Les deux batteurs sont équipés de battes et sont chargés de repousser les deux balles noires appelée Cognards, qui attaquent les autres joueurs pour des désarçonner. Les deux poursuiveurs, eux, se passent un grosse bale rouge de la taille d un ballon de foot, et essaient de marquer des buts constitué de poteaux très haut sur lesquels sont perchés des cercles verticaux. Ensuite, il y a l attrapeur, peut être le joueur le plus important. Son rôle consiste à attraper une petite balle en or pas plus grosse qu une noix, appelée Vif d Or, avant l attrapeur adverse ; c est un exercice très délicat, car cette balle vol si vite qu il est presque impossible de l avoir. Le dernier joueur est le Gardien, et celui ci doit tourner autour des trois buts pour empêcher que l équipe adverse marque ne de points. Enfin, il est essentiel de préciser que le Quidditch se pratique sur des balais volants.

Les joueurs de Quidditch firent leur entrée dans le stade. Ce premier match imposait les Gryffondor contre les Serpentard, et le commentaire du match était assuré par Lee Jordan.
- Angelina johnson, de l équipe de Gryffondor, s empare du Souafle ! Cette fille est un excellent poursuiveur, et en plus elle est jolie…
- JORDAN !
Le professeur McGonagall le surveillait de près…
Le match se déroulait normalement, jamais Mystéris n avait vu de spectacle aussi… aussi… et bien aussi spectaculaire, c est le cas de le dire ! Soudain, elle aperçue Harry foncer avec son balais : il avait repéré le Vif d Or. Mystéris ne pu s empêcher d éprouver de l admiration pour lui. Il volait avec une rare aisance, on aurait dit un oiseau. Il ne volait pas sur son balais, il volait AVEC son balais. Puis, elle se rappela qu elle devait rejoindre Rogue immédiatement avant que…

Elle partit donc, en laissant Hermione sans explications. De toute manière, celle ci était bien trop absorbée par le match pour remarquer sa disparition. Lorsque Mystéris arriva enfin aux côtés de son oncle, Harry avait violemment dévié de sa trajectoire et il fut désarçonné, comme si son balais était devenu sauvage.
Rogue était déjà en train de marmonner une formule magique pour le sauver, et il fût surpris de voir que Mystéris commença elle aussi à réciter ce sort de magie noir : celui là même qu il lui avait recopié la veille sur le morceau de parchemin, mais dont il n avait pas soupçonné la raison.

Sovinam balilarum prisintis omnubrius malus
Sovinam balilarum prisintis omnubrius malus…

Il fallait répéter cette formule jusqu à ce que le sort soit conjuré. Soudain, la cape de Rogue pris feu, au moment même où le sort avait été arrêté. Mystéris entrevit Hermione sous les gradins, c était elle qui venait de mettre le feu, et celle-ci lui lança un regard noir. Mystéris s élança à sa poursuite.
- Hermione, attend, je vais tout t expliquer…
- M expliquer quoi ? rugit elle, que tu m as trompée depuis le début, que tu n es qu une menteuse qui à essayé de tuer Harry ? Merci, mais je le sais déjà, pas la peine de perdre de temps ! Je t ai vue en train de marmonner une formule magique avec Rogue pour faire tomber Harry de son balais ! Tu me déçois, tu… tu me dégoûte ! Tu vas avoir des tas d ennuis ! Comment ai je pu avoir la naïveté de croire que la fille de Tu-Sais-Qui pourrait être différente de lui ! Non mais vraiment !
Puis elle s éloigna, en laissant Mystéris sans parole, la gorge serrée.
Revenir en haut Aller en bas
  • Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le réveil de Lady Mystéris Voldemort   

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Miroir du Riséd :: Hors-Jeu :: Vos créations :: Fanfictions-