Partagez | .
 
 Il faut parfois oser se salir les mains [Scénario - Ethel Perks]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
  • Natalee Shevelin
    • Nombre de messages : 201
    • Age : 36
    • Date d'inscription : 16/10/2007

    • Pensine
      Statut sanguin: Sang-Pur
      Baguette magique: 34cm, chêne rouge, ventricule de dragon
    avatar
  • Auror à puces Auror à puces
MessageSujet: Il faut parfois oser se salir les mains [Scénario - Ethel Perks]   Mer 16 Juil - 13:22:21

« Vous êtes sûrs qu'elle est fiable ? » demanda Natalee en finissant au goulot la bièreaubeurre qu'elle avait ouvert quelques minutes plus tôt.
Elle n'avait pas même pris le temps de retirer sa veste après avoir transplané du ministère jusque chez elle pour avaler un sandwich en quatrième vitesse avant de rejoindre le quartier général de l'Ordre du Phénix. C'était une maison simple et coquette que l'Ordre avait acheté en passant par un agent immobilier moldu, avant de s'empresser de la mettre sous fidelitas. Harry, qui se trouvait assit devant elle, était le gardien du secret. Il lui tendit, sur un bout de papier, l'adresse du QG écrite de sa main et Natalee le rangea dans la poche de sa veste de cuir sans même y jeter un coup d'œil.
« On peut faire confiance à Alan, Ethel Perks est sa petite amie et Hermione a fouillé un peu son passé, elle est complètement claire. Si elle accepte de rejoindre l'Ordre et de nous aider, elle peut être mise dans la confidence dès ce soir.
— Bon okay, j'y vais. Putain j'ai l'impression d'être chargée de recrutement ces derniers temps !
— Tu peux dire merci à ton flair implacable ! » rétorqua Potter avec un sourire qui lui valut un froncement de sourcils amusé de la part de Natalee.
Posant sa bouteille vide sur la table, l'auror se leva de sa chaise et délassa ses longues jambes maigres avant de repartir du repaire aussi vite qu'elle était venue.

Ethel Perks. Lee n'avait jamais vu la jeune femme que par photo, mais cela serait certainement suffisant pour la reconnaître. L'Ordre avait donné rendez-vous à la jeune femme à un endroit très susceptible d'être surveillé, mais qui rendrait leur échange d'autant plus inoffensif. Quand on voulait cacher un trésor, le mettre en évidence était la meilleure cachette. Il y avait cela de magique avec le cerveau humain que ce qui était mis en évidence était aussi le moins visible.
C'était ainsi que Perks avait été invitée, par le biais d'Alan, à se rendre dans la boutique de farces et attrapes des Weasley, sur le Chemin de Traverse, et de suivre les instructions de qui prononcerait la combinaison de mots codés « boursoufflet sous mescaline ». Trouvaille absolument inspirée de Lee elle-même, cela allait sans dire. L'auror s'était arrangée pour quitter le bureau à 18h, ce qui laissait, après son bref passage au QG de l'Ordre, trois-quarts d'heure aux deux sorcières pour discuter en toute tranquillité avant la fermeture des boutiques sur le Chemin de Traverse. Cependant, elles ne pourraient profiter d'autant de temps sans que cela ne paraisse louche, et Natalee s'était donné un grand maximum de dix minutes avant qu'elle juge que cela devienne risqué tant pour elle que pour Ethel.  

Shevelin entra dans la boutique de farces et attrapes et, sans d'abord vérifier si elle découvrait parmi les nombreux clients le visage de sa cible, elle salua chaleureusement George et échangea quelques mots avec lui, avant de le laisser s'occuper de ses clients. Elle partit fureter dans les rayons, touchant à tout ce qui attirait plus ou moins son regard, ou du moins le semblait-il. Tout ses sens étaient en réalité occupés à une seule tâche, trouver la Miss Perks parmi les clients.
Son regard d'ambre bifurqua soudain par-dessus un étalage de pétards assourdissants et elle la vit, dans le rayon juste en face, à observer une boîte de poudre d'obscurité d'un air vaguement intéressé. Sans se presser, Natalee fit le tour de son rayon et ne tarda pas à rejoindre la jeune femme dans celui d'en face. Elle ne la regarda pas pour autant, et fit mine de s'intéresser, près d'elle, à un drôle de spray à la bouteille multicolore.
« Avec Wiseltache, couvrez vos camarades de ridicule rien qu'en un coup de… »
Psshiiit !
« Oh merde ! Merde, merde, merde ! Vraiment désolée ! » s'excusa vivement Natalee, alors qu'elle venait d'appuyer malencontreusement sur le bouton du spray tandis que l'embout était tourné vers Ethel. La jeune femme s'était trouvée aspergée d'une énorme tâche qui avait pris l'allure absolument immonde de bouillie de viande sanguinolente.
« C'est vraiment dégueulasse ce truc en plus ! Vraiment, navrée, je ne sais pas ce que j'ai aujourd'hui, je suis aussi dégourdie qu'un boursoufflet sous mescaline ! Attendez, je vais demander à Weasley de nous prêter les toilettes de sa boutique pour vous débarrasser de ça. »

Sous le regard hilare des clients qui avaient assisté à la scène, Natalee appela George qui les conduisit, non sans pouffer de rire, dans l'arrière boutique. Avec un petit « Bon courage pour nettoyer ça, t'as bien choisi, Lee ! » suivi d'un clin d'œil espiègle, il referma la porte sur les deux sorcières, tandis que la tâche sur la robe d'Ethel prenait maintenant la texture affriolante du vomi. Aussitôt, Natalee ferma derrière elles et lança un assurdiato, puis un finite sur la robe de la pauvre botaniste. …Finite qui n'eut pas le moindre effet.

« Bon, bah on va essayer de t'en débarrasser en parlant, hein. Recurvite. » Aucun effet. « Tu es bien Ethel Perks, la petite-amie d'Alan ? Il t'a parlé de nous, je suppose ? Si tu as des questions c'est le moment. Tergeo. » Toujours rien et Natalee en était déjà au quart des sorts ménagers qu'elle connaissait, ou peut-être même à la moitié, réflexion faite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Ethel Perks
    • Nombre de messages : 626
    • Age : 31
    • Date d'inscription : 11/10/2010

    • Pensine
      Statut sanguin: Sorcière simple
      Baguette magique: Ebène, crin de licorne, 21.25 cm
    avatar
  • Botaniste
MessageSujet: Re: Il faut parfois oser se salir les mains [Scénario - Ethel Perks]   Jeu 17 Juil - 9:45:18

Quand Alan avait parlé à Ethel de la renaissance de l’Ordre et un d’un éventuel recrutement à venir, la galloise avait sauté sur l’occasion.  Mais non sans crainte. Si l’Ordre se reformait, cela voulait aussi dire que les choses n’allaient pas très bien ou, du moins, qu’elles ne tarderaient pas à se dégrader.

Politiquement, la jeune femme suivait de près l’actualité sorcière comme l’actualité moldue. Les mangemorts étaient désormais traqués, jugés puis enfermés à nouveau à Azkaban afin de ne plus jamais en sortir _ enfin, ça c’était le moins sûr quand on sait que certains s’étaient déjà échappés une première fois _ le pouvoir politique était retravaillé. Tout aurait pu aller pour le mieux s’il n’y avait pas eu cet attentat à Pré-Au-Lard. Ce dernier avait marqué Ethel autant physiquement que moralement. Et cela avait eu pour conséquences de faire cogiter l’herboriste sur bien des points.

Puis, il y avait eu la quarantaine et Ethel avait quitté le pays. Sa relation avec Alan commençait à peine, mais le jeune couple avait craint pour leur sécurité. Le jeune médicomage avait été contraint de rester. L’ancienne gryffondor en avait alors profité pour entamer un tour du monde afin de parfaire ses connaissances en herbologie. Cela pouvait toujours servir, avait-elle alors pensé. Elle qui aimait se rendre utile, avait alors  songé qu’on ferait sans doute appel à elle un jour. Elle avait alors voyagé pour complété ses connaissances magiques et moldues, se tenant toujours au courant de ce qui se passait dans le monde magique, un exemplaire de la gazette du sorcier sans cesse sous le coude.

A distance, elle avait commencé à préparer son retour. Elle s’était arrangée avec ses parents et Alan pour obtenir une petite échoppe où elle pourrait aisément travailler à son aise. Son petit labo, comme elle aimait à l’appeler. Parallèlement à tout ça, elle avait écrit son livre, espérant qu’il serait d’un grand secours au monde magique.

Et tout cela l’avait menée là … Alan, qui s’était longuement impliqué dans ses recherches médicales pour trouver un remède à la maladie, avait certainement parlé des études de sa compagne à l’OdP et il lui avait vaguement soufflé l’idée qu’elle pourrait mettre ses talents à contribution. Pour quoi ? Elle n’en savait rien. Cela l’avait juste intriguée. Elle crevait d’envie de se mettre au service des bonnes causes depuis l’enfance, ne supportant pas l’idée d’être mise à l’écart. Son ancienne appartenance à la maison de Godric ne l’avait, sans doute, jamais quittée. Elle cherchait toujours à se mettre au service de son prochain même si cela lui coûtait souvent une boursoufflure aux bras.

De toute façon, elle ne tenait pas en place. Aussi, décida-t-elle de se rendre en ville. Elle s’y sentirait plus libre qu’enfermée entre les quatre murs de leur petit appartement londonien. Alan lui avait suggéré de se rendre à la boutique de farces et attrapes des Weasley. « Il se pourrait que tu y fasses une voire des rencontres intéressantes », lui avait-il lancé. Il ne lui avait pas donné d’autres informations qu’un code que la personne qui aurait quelque chose pour elle viendrait lui révéler.

Parvenue à la boutique des Weasley, Ethel s’enfonça dans les rayons. Elle salua George. L’échoppe paraissait toujours aussi vide sans la présence de son frère jumeau, mais les choses étaient ainsi. Elle savait que le rouquin était marqué à jamais par l’absence de son double. Elle ne l’avait pas vécu directement. C’était Hermione qui le lui avait raconté. La galloise continua son avancé parmi les articles, plus farfelus les uns que les autres. Le stock avait bien gonflé ces dernières années. L’arrivée de Ron devait expliquer bien des choses.

Elle nota la présence d’un article qui attira son regard dans l’étagère en face d’elle. Elle ne remarqua pas tout de suite la jeune femme, présente non loin.


« Avec Wiseltache, couvrez vos camarades de ridicule rien qu'en un coup de… »

Elle n’eut pas le temps de s’écarter. Une énorme tâche semblable à du vomis lui atterrit dessus _ Enfin, sur ses vêtements _ non sans lui soutirer un haut-le-cœur. Par la barbe de Merlin, c’était pas sa journée.

Apparemment confuse, la jeune femme coupable de l’incident se précipita vers elle. Ethel grimaçait. C’était vraiment dégueulasse et il fallait que ça tombe sur elle.


« Oh merde ! Merde, merde, merde ! Vraiment désolée ! […] C'est vraiment dégueulasse ce truc en plus ! Vraiment, navrée, je ne sais pas ce que j'ai aujourd'hui, je suis aussi dégourdie qu'un boursoufflet sous mescaline ! Attendez, je vais demander à Weasley de nous prêter les toilettes de sa boutique pour vous débarrasser de ça ».

La galloise leva les yeux vers elle. Son visage lui disait quelque chose. Mais ce fût plus le code qui sauta à son esprit. Ainsi, c’était elle le fameux contact dont lui avait parlé Alan. Curieuse façon de lui donner rendez-vous … Elle eut un léger sourire en coin, avant de soupirer légèrement. Puis, elle suivit la jeune femme jusqu’aux toilettes. Cela n’était pas la peine d’attirer les regards plus que ça. Assez d’yeux étaient déjà penchés sur elle pour qu’elle ne s’éternise d’avantage.  

« Bon, bah on va essayer de t'en débarrasser en parlant, hein. Recurvite. Tu es bien Ethel Perks, la petite-amie d'Alan ? Il t'a parlé de nous, je suppose ? Si tu as des questions c'est le moment. Tergeo. »

Enfermées dans le petit placard étroit qui faisait office de salle de bain, les deux jeunes femmes se dévisagèrent.

Ethel tenta de rassembler le maximum d’informations que son cerveau pouvait intégrer. Elle jetait, de temps en temps, des regards à la jeune femme qui tentait, tant bien que mal, d’enlever les tâches dégoutantes apparues sur ses vêtements.

Elle inspira profondément puis se  détendit.


« Oui, c’est bien moi. Et oui, il m’a  parlé de vous. Enfin vaguement … Je sais juste qu’il m’a dit que mes talents pourraient bientôt servir à quelque chose … Et à quoi d’ailleurs ? En quoi une petite herbologiste pourrait donc bien vous être utile ? »

Ethel était intriguée. Elle s’intéressait aux plantes et aux potions. Sa seule clientèle rassemblait les élèves de Poudlard et quelques scientifiques bien informés. Il lui arrivait de bricoler, de temps  à autre, dans le garage de leur maison. Elle aimait bien tenter d’inventer une nouvelle potion de temps en temps. Elle ignorait pourquoi l’Ordre s’intéressait d’un coup à elle. Certes, elle avait dit à Alan qu’elle n’hésiterait pas à mettre ses services à contribution. Mais pourquoi elle ? Pourquoi maintenant ?

La tâche sur sa robe commençait à disparaitre. Seule l’odeur nauséabonde subsistait. Dorénavant, elle songerait à embarquer du parfum dans son sac à chaque fois qu’elle sortirait faire un tour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Natalee Shevelin
    • Nombre de messages : 201
    • Age : 36
    • Date d'inscription : 16/10/2007

    • Pensine
      Statut sanguin: Sang-Pur
      Baguette magique: 34cm, chêne rouge, ventricule de dragon
    avatar
  • Auror à puces Auror à puces
MessageSujet: Re: Il faut parfois oser se salir les mains [Scénario - Ethel Perks]   Jeu 17 Juil - 18:10:55

À la fois occupée par la grosse tâche malodorante sur la robe d'Ethel Perks ainsi que par Ethel en personne, Natalee fixait de temps à autre son regard ambré et perçant sur la botaniste, entre deux coups de baguette. Bon Dieu, elle n'allait jamais partir, cette tâche ? se demandait-elle, tandis que l'autre partie de son cerveau notait la légère nervosité de la Gryffondor.
Nervosité qui se calma lorsqu'elle respira un bon coup et prit la parole. Le « vaguement » déplu quelque peu à Natalee, qui avait imaginé que Desoya avait déjà eu une discussion approfondie avec sa petite amie. Elle espérait que la botaniste ne se contentait pas de suivre aveuglément son compagnon, mais durant le peu de temps qui leur était imparti, l'auror trouverait bien un moment pour s'en assurer.

« À faire ce que les gens d'action et les vieux de la vieille ne sauraient faire sans manquer de crédibilité ou être grillés d'office. Il paraît que tu es plutôt bonne dans ton domaine, et comme tu le sais peut-être déjà, l'orphelinat sorcier que le gouvernement a récemment construit se peuple de plus en plus chaque jour. Beaucoup des sorciers placés dans cet orphelinat ne peuvent pas rejoindre Poudlard, du fait de leur âge ou du retard qu'ils auraient sur les autres. Il y a donc des cours donnés à l'intérieur de ces orphelinats, par des professeurs improvisés, des membres de la société VitMagic, et des volontaires. »
Par réflexe, Lee jeta un coup d'œil à la porte derrière elle, puis lança un nouveau sort qui eut enfin l'effet escompté sur la robe de la jeune sorcière en reportant son attention sur elle.
« Nous manquons de sorciers capables d'accomplir ce genre de tâche et une botaniste fraîchement revenue au Royaume-Uni aurait le profil parfait pour s'intégrer à cette structure et contribuer à la l'adaptation des orphelins mineurs dont s'occupe l'institut. Bien sûr, le but du jeu serait d'en savoir plus sur l'orphelinat et la façon dont sont traités les adolescents au quotidien, quel est le type d'apprenti sorcier que l'on y trouve et combien il en arrive par semaine. Nous craignons que la loi gouvernementale sur les conditions de transfert à l'orphelinat ne soit pas respectée, et avons même déjà quelques preuves flagrantes de la liberté avec laquelle les membres du Ministère interprètent cette loi. Avec d'autres observations, d'autres preuves, l'Ordre du Phénix pourrait éviter de voir les droits des moldus bafoués, et de voir des sorciers né-moldus retirés à leur famille sous des prétextes fallacieux… »

Sans ranger sa baguette, Natalee s'interrompit et s'appuya dos à la porte, laissant le soin à la Miss Perks d'enregistrer le flot d'information qu'elle venait de lui donner dans la précipitation. La lycane ne passait pas par quatre chemins, mais ce n'était pas son style et, surtout, elles n'avaient pas le temps de mettre les formes.

« Je vais vite, mais nous n'avons guère qu'une dizaine de minutes avant de paraître louches si quelqu'un a eu le goût de m'espionner. L'Ordre s'est réveillé dans le secret, mais c'est le genre de secret qui ne dure jamais bien longtemps… Aussi, il faut que tu saches que si tu désires t'impliquer pour le droit des moldus et la sauvegarde de la paix, cela ne se fera pas sans risques. Depuis le discours de Potter, on reproche aux anciens de l'Ordre de tenter de diviser et de vouloir une part du gâteau, politiquement parlant. Nous ne sommes jamais bien vus, notre tâche est dangereuse et ingrate, tu n'auras peut-être même jamais aucun remerciement pour ce que tu as fait et ne devras te contenter que de la solidarité et le soutien des autres membres de l'Ordre du Phénix. Et surtout, surtout… de ta discrétion dépendra ta sécurité et celle d'Alan, ainsi que de tous les autres. Tu peux encore refuser, mais si tu acceptes d'espionner pour nous comme nous te le demandons, tu seras liée à nous par le secret et tu ne devras jamais en parler à personne, sauf si nous t'y autorisons. »

D'une certaine façon, Ethel était de toute façon déjà impliquée, tout comme Jared l'était en se trouvant aux côtés de Natalee, bien qu'il ne faisait pas explicitement parti de l'Ordre du Phénix. Il avait encore à l'égard de l'Ordre, un soupçon de méfiance ou de pudeur, un quelque chose qui le retenait de s'impliquer quand bien même il s'accordait avec sa compagne sur la nécessité d'agir. Il n'était, tout simplement, pas prêt. Pourtant, si elle tombait, il risquait de tomber avec elle. Tout comme Ethel se verrait sûrement accusée de faire partie de l'Ordre si Alan était reconnu comme l'un des leurs. Pour le moment, fort heureusement, il n'y avait aucune répression directe, rien qui puisse sérieusement inquiéter les membres de l'Ordre. Les choses se préparaient encore dans l'ombre, mais les anciens savaient à quoi s'attendre, quand les secrets émergeraient. Ils avaient été assez discriminés, accusés, opprimés, pourchassés pour savoir que leur force n'avait été bien vue par aucun gouvernement. Ils étaient l'opposition, la liberté, le symbole d'une société entière. Ils étaient le peuple, celui qui avait la foi en l'avenir, le courage de ses convictions et la voix pour les faire entendre. Ils étaient la baguette levée en barrage contre les forces noires et en défense des plus faibles. L'obstacle que l'on aurait aimé pouvoir détruire à tout prix, en effaçant toute cette reconnaissance qu'on leur devait et dont, selon les politiciens, ils abusaient, afin que plus rien ne justifie la tolérance qu'on avait à leur égard.
Tout cela demeurait implicite aux propos de l'auror. Sa main libre posée sur sa hanche, elle dardait son regard scrutateur sur la Gryffondor, attendant sa réaction, sa réponse, les questions qui nécessitaient encore d'être posées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Ethel Perks
    • Nombre de messages : 626
    • Age : 31
    • Date d'inscription : 11/10/2010

    • Pensine
      Statut sanguin: Sorcière simple
      Baguette magique: Ebène, crin de licorne, 21.25 cm
    avatar
  • Botaniste
MessageSujet: Re: Il faut parfois oser se salir les mains [Scénario - Ethel Perks]   Ven 18 Juil - 9:39:26

Tout en tentant de récupérer les dégâts sur la robe d’Ethel, la jeune femme dévoila enfin la raison de leur rendez-vous. La galloise l’écouta attentivement.

« À faire ce que les gens d'action et les vieux de la vieille ne sauraient faire sans manquer de crédibilité ou être grillés d'office. Il paraît que tu es plutôt bonne dans ton domaine, et comme tu le sais peut-être déjà, l'orphelinat sorcier que le gouvernement a récemment construit se peuple de plus en plus chaque jour. Beaucoup des sorciers placés dans cet orphelinat ne peuvent pas rejoindre Poudlard, du fait de leur âge ou du retard qu'ils auraient sur les autres. Il y a donc des cours donnés à l'intérieur de ces orphelinats, par des professeurs improvisés, des membres de la société VitMagic, et des volontaires […] Nous manquons de sorciers capables d'accomplir ce genre de tâche et une botaniste fraîchement revenue au Royaume-Uni aurait le profil parfait pour s'intégrer à cette structure et contribuer à la l'adaptation des orphelins mineurs dont s'occupe l'institut. Bien sûr, le but du jeu serait d'en savoir plus sur l'orphelinat et la façon dont sont traités les adolescents au quotidien, quel est le type d'apprenti sorcier que l'on y trouve et combien il en arrive par semaine. Nous craignons que la loi gouvernementale sur les conditions de transfert à l'orphelinat ne soit pas respectée, et avons même déjà quelques preuves flagrantes de la liberté avec laquelle les membres du Ministère interprètent cette loi. Avec d'autres observations, d'autres preuves, l'Ordre du Phénix pourrait éviter de voir les droits des moldus bafoués, et de voir des sorciers né-moldus retirés à leur famille sous des prétextes fallacieux […] Je vais vite, mais nous n'avons guère qu'une dizaine de minutes avant de paraître louches si quelqu'un a eu le goût de m'espionner. L'Ordre s'est réveillé dans le secret, mais c'est le genre de secret qui ne dure jamais bien longtemps… Aussi, il faut que tu saches que si tu désires t'impliquer pour le droit des moldus et la sauvegarde de la paix, cela ne se fera pas sans risques. Depuis le discours de Potter, on reproche aux anciens de l'Ordre de tenter de diviser et de vouloir une part du gâteau, politiquement parlant. Nous ne sommes jamais bien vus, notre tâche est dangereuse et ingrate, tu n'auras peut-être même jamais aucun remerciement pour ce que tu as fait et ne devras te contenter que de la solidarité et le soutien des autres membres de l'Ordre du Phénix. Et surtout, surtout… de ta discrétion dépendra ta sécurité et celle d'Alan, ainsi que de tous les autres. Tu peux encore refuser, mais si tu acceptes d'espionner pour nous comme nous te le demandons, tu seras liée à nous par le secret et tu ne devras jamais en parler à personne, sauf si nous t'y autorisons. »

Cela faisait, en effet, beaucoup d’informations à ingérer puis à digérer d’un seul coup. Ethel résuma la situation pour elle-même : Les récents événements avaient fait beaucoup d’orphelins_et pour beaucoup des enfants moldus_qui, pour la plupart, étaient encore bien jeunes et, en raison de la fermeture de Poudlard, il fallait trouver un corps enseignant pour aider ces jeunes enfants à trouver leur voie afin qu'ils rejoignent le monde magique le plus aisément possible. On avait donc besoin d’elle pour s’intégrer à ce corps professoral. Mais apparemment, ce que l’on semblait surtout attendre d’elle ressemblait à une mission de reconnaissance. Un genre d’espionnage. Ou plutôt d’infiltration en somme. Sa mission semblait variée : Elle devrait s’infiltrer, aider les enfants à s’adapter, surveiller les activités de l’hospice afin de vérifier l’état des enfants. Aux dires de son contact, il se pouvait qu’une organisation secrète tente, à nouveau, de bafouer les droits moldus.

Elle ne connaissait même pas son nom. A dire vrai, la situation était-elle, qu’elles n’avaient guère le temps de bavarder autour d’une tasse de thé. Mais, le contact lui avait dit connaitre Alan. Qu’à cela ne tienne. Elle demanderait à son cher et tendre l’identité de ce fameux contact si l’envie lui prenait.

En attendant, on semblait attendre une réponse de sa part. Elle réfléchissait. Après tout, lorsqu’elle était enfant, elle rêvait de devenir enseignante. Et, le désir d’aider son prochain était toujours présent.

Elle inspira profondément, un peu plus détendue. Après tout, cela ne ressemblait en rien à une mission suicide.


« Donc, si je vous comprends bien, vous attendez de moi que j’intègre l’orphelinat en tant que professeur. De Botanique, cela va de soi. Et, que je permette aux enfants de rattraper leur retard. Jusque-là, je ne vois rien de compliqué ni de contraignant ».

Elle sourit, marquant une pause.

« Et, à travers cette mission d’enseignement, je devrai vous transmettre un rapport sur les conditions de vie de ces enfants. C’est bien ça ? »

Agent infiltré, agent double. Cela devenait intéressant.

« Comment vous transmettrai-je mes rapports ? Je suppose que le courrier sera hautement surveillé … »

Il y avait des risques. Cela, Ethel en était consciente. Mais, cela ne serait pas la première fois qu’elle risquerait sa vie pour autrui. Et, cette fois, elle irait jusqu’au bout des choses. Plus question de s’enfuir pour parer à sa propre sécurité. Elle serait liée par le secret. Elle passait donc un pacte avec l’Ordre. Un pacte magique qui achetait son silence.

Elle ne devrait en parler à personne. Pas même à Alan ?


« Alan est-il au courant de la totalité de la mission que vous souhaiteriez me confier ? »

A dire vrai, Ethel se voyait mal commencer à lui cacher des choses. Mais, si Alan l’avait recommandée, il devait savoir une ou deux choses sur la mission qui l’attendait, non ?!

Mis à part quelques petits détails, la mission convenait à Ethel qui ne supportait plus de rester là, sans rien faire. Tenir son échoppe lui plaisait. Mais, en ancienne gryffondor qu’elle était, l’action lui manquait. Même si celle-ci s’avérait dangereuse. Ses peurs d’enfants – qui quelque part lui avaient valu de gagner en sagesse – étaient toujours présentes.

Ses souvenirs d’appartenance à l’AD remontèrent. Elle était jeune à l’époque. Toute jeune. Mais, elle s’était battue pour une cause qui lui tenait à cœur. Et maintenant, une nouvelle occasion se présentait à elle.

Cependant, elle n’acquiesça pas tout de suite. L’inconnue avait surement d’autres informations à lui dévoiler.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Natalee Shevelin
    • Nombre de messages : 201
    • Age : 36
    • Date d'inscription : 16/10/2007

    • Pensine
      Statut sanguin: Sang-Pur
      Baguette magique: 34cm, chêne rouge, ventricule de dragon
    avatar
  • Auror à puces Auror à puces
MessageSujet: Re: Il faut parfois oser se salir les mains [Scénario - Ethel Perks]   Jeu 24 Juil - 20:42:13

Beaucoup de mots, beaucoup d'informations et très peu de temps. Un temps que l'auror avait appris, autant grâce à sa profession qu'à son expérience dans l'Ordre, à gérer. Aussi, ce fut sans la moindre impatience qu'elle laissa Ethel Perks encaisser son discours et rassembler ses idées pour répondre à tout cela.
« Et, à travers cette mission d’enseignement, je devrai vous transmettre un rapport sur les conditions de vie de ces enfants. C’est bien ça ?
— C'est ça, répondit Natalee en acquiesçant. Ainsi que sur la teneur des autres enseignements, et la ligne politique susceptible de ressortir sous couvert d'éduquer.
— Comment vous transmettrai-je mes rapports ? Je suppose que le courrier sera hautement surveillé…
— Par Alan, en venant directement à nous… ou lorsqu'on viendra vers toi… ça dépendra du moment et de la situation. »

Par situation, Shevelin entendait bien évidemment celle du pays en lui-même. L'Ordre avait appris à observer, décortiquer et réagir en fonction de l'atmosphère générale, ainsi que des décisions prises par le Ministère en lui-même. Si, bien des années plus tôt, la mort de Dumbledore avait laissé les membres de l'Ordre pareils à des orphelins, le groupe qui restait après les guerres était désormais un noyau averti et soudé. Plus que jamais, ils étaient une communauté, prête à sortir du secret derrière laquelle elle se cachait.
« Alan est-il au courant de la totalité de la mission que vous souhaiteriez me confier ?
— Il l'est, c'est pourquoi il a pu t'en parler en ayant conscience que tu aurais le profil. Il n'y a pas vraiment de cachoteries entre membres de l'Ordre, hormis lorsque cela devient absolument nécessaire. »
Un sourire rassurant passa sur ses lèvres fines, et elle ajouta :
« Sans vouloir te vexer, nous avons davantage confiance en Alan qu'en toi, pour l'instant. Aussi ce que nous nous permettons de te dire, nous ne craignons pas de le confier aussi à Alan. »

Natalee rangea sa baguette magique dans la poche intérieure de son cuir et tendit un instant l'oreille pour avoir une idée de ce qu'il se passait à l'extérieur. Il semblait y avoir moins de monde dans la boutique et, l'heure de la fermeture approchant, cela n'étonnait guère la lycane. George, pas très loin de la porte, vantait les mérites de taille-crayons cracheurs de mine à un tout jeune garçon qui riait aux éclats.
Sans plus se soucier de ce qui se passait à l'extérieur, l'auror reporta son attention sur Ethel, tout en faisant, dans sa tête, le résumé de ce qu'elle lui avait dit et ce qu'il lui restait encore à expliquer. Après un petit instant de silence, elle reprit la parole :
« Il faut savoir que comme toute association, l'Ordre du Phénix a une hiérarchie. Je fais parti des décisionnaires de l'Ordre, mais je ne suis pas la seule. Tu nous rencontreras petit à petit, si tu acceptes de nous rejoindre. Normalement, les sympathisants récemment intégrés ne sont pas au courant de la plupart de nos… secrets, mais Alan est garant de toi. C'est pourquoi les choses vont si vite. Si tu as besoin de quelques jours pour bien réfléchir et faire ton choix, tu es libre de les prendre, en revanche. Je ne te mets pas face au troll. Si ta décision est prise, il reste encore quelques petites choses à se dire, outre les questions que tu peux encore avoir. Mais je ne peux pas te confier ces choses tant que tu n'es pas sûre de toi. »



HJ : C'est très court, navrée, mais j'ai été totalement coupée à plusieurs reprises à cause de mes problèmes de clavier… Je préfère donc répondre "rapidement" tant que ça fonctionne à peu près que pas du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Ethel Perks
    • Nombre de messages : 626
    • Age : 31
    • Date d'inscription : 11/10/2010

    • Pensine
      Statut sanguin: Sorcière simple
      Baguette magique: Ebène, crin de licorne, 21.25 cm
    avatar
  • Botaniste
MessageSujet: Re: Il faut parfois oser se salir les mains [Scénario - Ethel Perks]   Jeu 2 Oct - 4:10:03

Cette mission ne déplaisait pas à la galloise qui appréciait de se mettre au service de son prochain. Qui plus est, il s’agissait d’aider des enfants qui allaient faire leur entrée dans le monde magique. Comme il en avait été le cas pour elle quelques années auparavant. Et puis, cela ne semblait pas très dangereux. Ce n’était pas comme quand elle se livrait à un trafic d’objets magiques et non-magiques à Poudlard pendant la guerre, avant que ses parents ne la retirent de l’école. Là, la mission serait couverte, officiellement comme officieusement.

Qu’allait-elle bien pouvoir leur enseigner ? La botanique, ça allait de soi. Elle pourrait leur transmettre la passion que le Professeur Chourave et le professeur Bachelard lui avait transmis dans sa jeune époque. Il faudrait donc qu’elle prépare quelques cours. Cela demandait du temps. En aurait-elle suffisamment ? Elle n’avait jamais travaillé dans l’urgence. Mais, après tout, du sang de Gryffondor coulait dans ses veines. Elle aimait donc les défis en tout genre.


« Par Alan, en venant directement à nous… ou lorsqu'on viendra vers toi… ça dépendra du moment et de la situation […] Il l'est, c'est pourquoi il a pu t'en parler en ayant conscience que tu aurais le profil. Il n'y a pas vraiment de cachoteries entre membres de l'Ordre, hormis lorsque cela devient absolument nécessaire […] Sans vouloir te vexer, nous avons davantage confiance en Alan qu'en toi, pour l'instant. Aussi ce que nous nous permettons de te dire, nous ne craignons pas de le confier aussi à Alan»

Natalee lui avoua enfin qu’Alan y était pour beaucoup dans leur rencontre. Ah, Alan ! Il n’y avait pas plus altruiste que lui ! Elle savait pourquoi elle avait succombé à ses charmes … La prudence et la réticence de l’auror à son égard était compréhensible. Ethel était, pour le moment, juste un contact d’Alan et, par les temps qui courraient, mieux valait-il être prudent.

La botaniste regarda l’auror ranger sa baguette. Signe que tout danger devait être écarté.  Autour d’elles, l’atmosphère semblait détendue. La boutique de George était bien tranquille, loin de toute agitation qui hante normalement ce genre d’endroit. C’était bien triste quand on sait combien le rouquin Weasley se donnait tant de mal à tenir la boutique en l’absence de Fred. Mais, tout le mérite ne pouvait que lui en revenir.

Elle repensa à ce que venait de lui confier la jeune femme. Elle disait tout rapporter à Alan de leur entrevue. Quelque part, cela ne dérangeait pas Ethel. Après tout, elle lui devait leur rencontre. Et, de toute façon, cela ne ferait que créer un nouveau sujet de conversation entre eux à l’heure du repas, bien qu’il fût rare que les deux jeunes gens échangent sur leur travail respectif.

La cadette Perks attendait d’en savoir plus sur l’association à laquelle appartenaient son aimé et la jeune femme. Comme si elle eut lu dans sa tête, Natalee lui fournit les réponses qu’elle attendait.


« Il faut savoir que comme toute association, l'Ordre du Phénix a une hiérarchie. Je fais partie des décisionnaires de l'Ordre, mais je ne suis pas la seule. Tu nous rencontreras petit à petit, si tu acceptes de nous rejoindre. Normalement, les sympathisants récemment intégrés ne sont pas au courant de la plupart de nos… secrets, mais Alan est garant de toi. C'est pourquoi les choses vont si vite. Si tu as besoin de quelques jours pour bien réfléchir et faire ton choix, tu es libre de les prendre, en revanche. Je ne te mets pas face au troll. Si ta décision est prise, il reste encore quelques petites choses à se dire, outre les questions que tu peux encore avoir. Mais je ne peux pas te confier ces choses tant que tu n'es pas sûre de toi. »

Ethel n’avait pas encore dit un mot, préférant laisser Natalee s’exprimer pour récupérer le plus d’informations possible. Ainsi donc, l’Ordre du Phénix avait repris vie petit à petit. Son fonctionnement ne lui était pas étranger. Elle n’en avait jamais véritablement fait partie, mais y avait plus ou moins participé directement en rejoignant l’AD à ses débuts à Poudlard. Accepterait-elle d’y remettre les pieds ?

En tout cas, sur le moment, elle n’y voyait aucun inconvénient. Elle n’avait pas beaucoup de travail ces derniers temps, et du temps à consacrer aux autres, elle en avait à la pelle. Ce fût donc sans hésitation qu’elle répondit à la jeune auror.


« Si je peux vous être utile de quelque manière que ce soit, alors vous pouvez me compter parmi vous. La discrétion n’est peut-être pas le fort des Gryffondor, mais je devais leur faire défaut sur bien des points, je serai muette comme une tombe », répondit-elle en souriant.

Natalee lui avait proposé un délai de quelques jours pour réfléchir, mais cela semblait déjà tout décidé dans l’esprit de la jeune femme. D’ailleurs, elle ne semblait pas avoir été aussi sûre d’elle depuis la première fois où elle avait accepté de chevaucher un balai pour ramener des points à sa maison rouge & or.


« Que devrai-je savoir de plus ? »

Elle connaissait maintenant sa mission, les personnes – du moins certaines – qui étaient au courant de son rôle à jouer dans cette affaire, maintenant s’il y avait un détail supplémentaire à connaitre, libre à Natalee de lui en faire part.

________________________________
H.J : Désolée pour ce long retard de réponse, mais beaucoup de soucis ces derniers temps, tant matériels que professionnels. J'espère que ma réponse te conviendra. N'hésite pas à me contacter si besoin Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Natalee Shevelin
    • Nombre de messages : 201
    • Age : 36
    • Date d'inscription : 16/10/2007

    • Pensine
      Statut sanguin: Sang-Pur
      Baguette magique: 34cm, chêne rouge, ventricule de dragon
    avatar
  • Auror à puces Auror à puces
MessageSujet: Re: Il faut parfois oser se salir les mains [Scénario - Ethel Perks]   Dim 26 Oct - 13:53:48

Ah ! Ces Gryffondors ! Des têtes-brûlés, plus souvent dans l'action que la réflexion. C'était typique d'eux, que de les voir accepter avec la persuasion d'avoir fait le bon choix, sans s'être octroyé un moment de réflexion. Ils avaient pour cela une sorte d'intuition, une conviction profonde et innée qui les guidait et, bien que cela leur était parfois préjudiciable, cette droiture engagée semblait tracer leur chemin. Ils n'hésitaient pas, ou rarement, et même le plus calme et le plus discret des Rouge et Or avait cette faculté à s'engager là où son cœur le portait. Amusée, Lee adressa un sourire convaincu à Ethel. Elle était désormais des leurs.
« Alors bienvenue dans l'Ordre du Phénix, Ethel Perks. » répondit la louve en relevant le menton, une lueur d'amusement brillant toujours dans ses yeux mordorés.

Tandis que la nouvelle recrue lui demandait ce qu'il lui restait à savoir, Natalee fouilla dans la poche de sa veste et en tira le fameux petit papier que lui avait donné Harry plus tôt dans la soirée. Elle le défroissa d'un geste machinal, l'ouvrit entre son index et son majeur et le tendit à Ethel.
« Voici l'adresse de notre quartier. Mémorise la bien et brûle le papier. Le repaire est sous fidelitas et si quelqu'un tombait sur ce bout de parchemin, il aurait plus qu'à pousser la porte pour nous trouver. Tu partages désormais le secret, mais tu ne pourras pas le révéler. Seul le détendeur du secret le peu. C'est pour ça qu'il est vraiment important que tu détruises l'adresse dès que tu le peux, d'accord ? »

Quand Ethel eut montré qu'elle avait bien saisit l'importance de ce que lui disait son interlocutrice, Natalee lâcha le morceau de parchemin pour que la Gryffondor puisse définitivement s'en emparer. Elle tritura ensuite nerveusement sa baguette magique, sentant intuitivement que les minutes avaient passées et qu'il était temps de mettre fin à cet entretien pour le moins incongru. Qui aurait pensé, en effet, que l'Ordre du Phénix en viendrait à recruter ses ouailles dans les chiottes ? À cette pensée, Natalee réprima un rire.
« On te recontactera bientôt. Nous allons nous réunir, présenter les nouvelles têtes, discuter de la suite. Vis ta vie comme tous les jours en attendant, ne te soucies pas du moment où on viendra à nouveau à ta rencontre. Postule pour l'orphelinat et concentre-toi seulement sur cette mission. Nous devons savoir comment les enfants sont traités là-bas, ce que les responsables de l'orphelinat leur disent, à propos des sorciers, à propos des moldus. Comment ils les traitent, comment ils les éduquent. Ne montre jamais ce que tu pourrais désapprouver. Reste neutre et disponible pour eux et tout se passera bien. »

Sur ces dernières recommandations, Natalee jeta un regard à la porte en se détournant à demi d'Ethel. Elle leva sa baguette magique, prête à défaire le sortilège qu'elle avait jetée à l'entrée, mais tourna une dernière fois la tête vers la botaniste.

« Il faut qu'on se sépare maintenant, avant d'avoir l'air louche. Si tu as un problème, passe par Alan, il saura nous contacter. Ne te rends au QG qu'en cas de force majeure ou si on t'y invite, d'accord ? Oh et, moi, c'est Natalee Shevelin. Je suis auror. Mais, bien sûr... on ne se connaît pas. »

Après un clin d'œil complice, Lee lança un finite sur la porte de la salle de bain et l'ouvrit à la volée, avec la discrétion et la distinction toutes féminines qui lui étaient propres, soit comme un camionneur sorti d'une terrible envie de pisser.
« Bah voilà, on a mis le temps mais on l'a fait disparaître cette foutue tâche ! Désolée encore, des fois je suis un vrai troll ! » clama-t-elle en sortant en compagnie d'Ethel. Un sourire d'excuse sur les lèvres, elle tapota l'épaule d'Ethel et retourna au rayon où elle avait fait la rencontre de cette dernière pour s'emparer d'une babiole inutile, qu'elle paya à George.

Puis, sans plus aucun regard pour celle qu'elle venait de recruter dans l'Ordre du Phénix, l'auror salua le gérant de la boutique de Farces et Attrapes et quitta celle-ci, pour transplaner quelques mètres plus loin, lorsqu'elle eut atteint une ruelle adjacente du Chemin de Traverse. Il ne leur resterait bientôt plus qu'à réunir l'équipe, et une impatience enthousiaste fourmillait en l'auror pour la première fois depuis des mois. Tout n'était peut-être pas perdu, la guerre avait forgé d'autres sorciers, d'autres personnalités, peut-être plus courageuses et déterminées que les précédentes. Plus meurtries, aussi, mais tous n'avaient pas pour autant perdu l'espoir d'un monde meilleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Il faut parfois oser se salir les mains [Scénario - Ethel Perks]   

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Miroir du Riséd :: Angleterre :: Le Chemin de Traverse :: Weasley, Farces pour sorciers facétieux-