Partagez | .
 
 Mauvais endroit, mauvais moment [Les Mayfair] - Terminé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
  • Aely Strange
    • Nombre de messages : 248
    • Age : 21
    • Date d'inscription : 20/05/2012

    • Pensine
      Statut sanguin: Sorcière née Moldue.
      Baguette magique: Bois de Saule Pleureur, Plume de Pheonix Noire, 27,5 cm, Rigide.
    avatar
  • Chasseuse de Créatures Magiques
MessageSujet: Mauvais endroit, mauvais moment [Les Mayfair] - Terminé   Sam 8 Mar - 18:42:00


Un "plop" sonore retentit dans le hall d'entrée du 20 Cheyne Walk, à Londres, dans le quartier de Chelsea. L'aube venait à peine de se lever et la faible lumière du jour éclairait d'une pâle lueur l'escalier de marbre. S'en y faire vraiment attention, Aely gravit les marches quatre à quatre pour aller s'enfermer dans sa chambre, claquant bruyamment la porte derrière elle. D'une humeur massacrante, elle ôta ses chaussures en les envoyant rouler plus loin dans la pièce et commença à se déshabiller en semant ses affaires humides et constellées de terre sur le chemin de la salle de bain. Là, la jeune fille jeta un coup d’œil machinal vers le miroir mais sa vision lui tira un grognement. * Putain, on dirait que tu viens de passer la nuit rouler en boule dans un fossé ma pauvre 'Ly ! * Un rire sans joie s'échappa de ses lèvres lorsqu'elle se rendit compte que c'était plus ou moins ce qu'il c'était passé.

Passant sous la douche, la rouquine laissa l'eau brûlante courir sur sa peau laiteuse, ses longs cheveux lui collant au visage. La pleine lune avait été éprouvante, sa métamorphose douloureuse et son réveil difficile. Elle avait perdue Natalee après quelques heures de chasses et, en émergeant, le corps couvert de feuilles et de sang séché, elle avait décidé de ne pas tenter de la retrouver. L'aurore était sans doute déjà chez elle, puisqu'elle avait du travail. Aely avait transplané jusqu'à son vieil hôtel particulier, trop fatiguée pour prendre en compte le fait qu'elle n'avait pas encore son permis et qu'elle risquait d'être désartibulée. Mais manifestement, elle n'avait laissé aucun bout d'anatomie derrière elle.

S'enroulant dans une longue serviette en éponge, la jeune fille regagna sa chambre où ses affaires sales avaient disparues. Renn, sa petite elfe de maison, s'en était chargée avant elle. Elle ouvrit son dressing et choisit soigneusement ce qu'elle allait porter pour la journée. Aely avait rendez-vous à l'Hôpital Sainte Mangouste pour renouveler son stock de Tue-Loup, comme tous les mois. On lui posait déjà assez de questions pour s'assurer qu'elle allait bien, ce n'était pas la peine d'en rajouter en débarquant en jogging troué. Surtout que c'était la dernière fois qu'elle s'y rendait en temps que mineure. Ensuite, elle aurait dix-sept ans et pourrait ne venir que tous les six mois, chose qu'elle attendait avec impatience. Être traitée comme "le cas de lycanthropie le plus jeune de ces deux dernières décennies" n'était pas vraiment ce qu'elle préférait...

Aely enfila un collant fin et une robe à manche longue en cachemire noir, bataillant avec la fermeture qui se trouvait dans son dos. Celle-ci avait l'avantage d'être confortable, chaude et jolie à la fois, tout ce qu'on pouvait rechercher dans une robe. La jeune fille attacha ses longues boucles rousses encore humides en un chignon artistique et se maquilla légèrement. Elle n'avait pas le temps de pousser sa préparation, elle préférait arriver tôt à l'hôpital, avant que tous les autres patients catastrophés ne fassent leur entrée...

L'ancienne Serpentarde chaussa une paire de Richelieu et enfila un trench bleu marine en passant par la cuisine où elle déroba un bout de brioche et un verre de jus de citrouille à son elfe. Elle déjeunerait dans le taxi qui l'attendait déjà dans la rue. Aely se fit conduire devant le bâtiment de briques rouges du Purge & Pionce Ltd. où elle attendit patiemment que le mannequin dans la vitrine l'autorise à entrer. Balançant à bout de bras son habituel sac en cuir, elle se dirigea sans mal vers le premier étage de l'hôpital, qui s'occupait des blessures par créatures vivantes, et elle prit la direction du bureau d'Augustus Pye, le Médicomage qui s'occupait d'elle depuis quelques années maintenant.

Hors, lorsqu'elle entra, la jeune fille le trouva debout derrière un bureau parfaitement ordonné, se qui laissait présager quelque chose d'étrange. L'homme, qui avait la quarantaine, la salua néanmoins d'un grand sourire
.
« Hé ! Salut Aely ! Je t'attendais, tu vois... Je viens de finir ma garde, là, et Smethwyck m'a accordé une semaine de vacances, alors c'est pas moi qui vais te filer la potion ! » Il attrapa un stylo et un bloc-note en effectuant un pas de danse assez ridicule, mais la rouquine ne pu s'empêcher de sourire en le voyant s'activer. « Mais j'vais tout te noter sur un papier, hein, j'te lâche pas quand même... C'est au troisième étage, salle 342 et c'est la Médico' en chef, t'as déjà du la croiser, enfin bref, tu verras ! Je crois qu'il y a son fils avec elle, enfin, c'est ce qu'à dit l'infirmière de service, mais si la porte est ouverte, tu rentres, hein, c'est toujours ses patients sa priorité, et je crois aussi que... »

« Hé ! » La rouquine coupa le Médicomage dans son élan en levant les yeux au ciel et attrapa la note qu'il lui tendait avec un sourire narquois. Augustus était l'homme le plus heureux de vivre qu'elle ait jamais rencontré, mais si elle ne l'arrêtait pas maintenant, il allait continuer de l'abasourdir de paroles toute la matinée. « C'est bon Pye, t'inquiète ! Va prendre tes congés et embrasse Susie de ma part, d'accord ? »

Le bonhomme la remercia d'un sourire comblé et l'embrassa sur le front avant de sortir de son bureau au pas de course, sa mallette sous le bras et son uniforme volant derrière lui. Aely, quant à elle, prit les escaliers pour se rendre à la salle que lui avait indiqué le Médicomage. Elle était habituée à ce qu'on la fasse courir d'un bureau à l'autre, c'était d'ailleurs pour ça qu'elle préférait venir tôt le matin, quand les couloirs étaient encore presque vides.

La rouquine arriva devant la salle 342 et, sans attendre frappa trois petits coups à la porte qui était entrouverte avant de rentrer, un sourire léger aux lèvres
.
« Bonjour, excusez moi de vous déranger, je viens pour... »

Son sourire se fana subitement lorsque la jeune fille se rendit compte des personnes à qui elle s'adressait. Une femme à l’opulente chevelure blonde se trouvait devant elle, mais malgré l’impressionnant charisme qu'elle dégageait, ce n'était pas sur elle qu'étaient fixés les yeux émeraude d'Aely. C'était sur son fils. Caïn.

Un frisson glacial lui parcouru l'échine quand elle posa son regard sur le papier à demi froissé qu'elle tenait entre ses doigts fins et qu'elle prit enfin la peine de déchiffrer d'écriture en pattes de mouches de Pye :

Docteur Mona Mayfair, Troisième étage, Salle 342.



Dernière édition par Aely Strange le Mer 26 Mar - 17:37:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Caïn Mayfair
    • Nombre de messages : 99
    • Age : 23
    • Date d'inscription : 24/03/2013

    • Pensine
      Statut sanguin: Sang Mélé
      Baguette magique: Bois d'ébène, ventricule de dragon, 27 cm
    avatar
  • Auror Auror
MessageSujet: Re: Mauvais endroit, mauvais moment [Les Mayfair] - Terminé   Sam 8 Mar - 21:36:05

Le jeune auror sortit de sa chambre avec l'étrange impression qu'il allait se passer quelque chose.  Une bonne odeur de pain grillé lui parvint lorsqu'il traversa le salon. Fait rarissime, Jaime avait préparé un petit déjeuné décent, dont il ne restait qu'une tartine couverte de nutella, que Caïn saisit en passant avant de sortir de l'appartement. Il tenait sous son bras un paquet plutôt volumineux, et c'est en faisant attention à ne pas trop le secouer que l'auror decendit les escaliers. Arrivé dans Oxford Street, complètement déserte à cette heure, il dut marcher un peu avant qu'un taxi ne se présente en sens inverse. Le sorcier monta dans le vehicule noir, et profita du trajet pour devorer la tartine chocolaté.

Il n'était que 6 heures du matin, et il ne devait être au Ministère que dans deux bonnes heures. Si il s'était levé si tôt, c'était à cause du colis posé à côté de lui sur la banquette arrière. Il se rendait à l'hôpital Sainte- Mangouste, un vieux magasin abandonné pour les moldus. Ce colis, cela faisait des mois que Caïn en entendait parlé. Il s'agissait d'un cadeau que Mona, sa médicomage de mère, souhaitait faire à la grand mère de l'auror pour l'anniversaire de cette dernière. Mais l'anniversaire était passé, et le cadeau était toujours en préparation. Et pour cause! Cela faisait presque un an que la médicomage poussait à bout les artisans parisiens de chez Guerlain, afin de créer un parfum sur mesure pour la grand-mère. Si ils avaient d'abord été ravis d'avoir à faire à une femme qui était loin d'être ignorante en la matière, ils avaient rapidement changé d'avis lorsqu'elle s'était révélée être une perfectioniste extrème, les faisant sans cesse remanier les dizaines de recettes qu'ils lui avaient proposer, sans succès.

La médicomage ne pouvant se déplacer à cause de son travail, c'était par la poste que les échantillons faisaient des aller-retour outremanche pour être approuvés, mais surtout désapprouvés par la sorcière. Si l'auror avait eu la surprise de se faire livrer un tel colis, c'était parce que Mona avait confiance en lui et seulement lui pour lui apporter ce precieux chargement à son bureau, sans qu'il ne fut abimer.
Le taxi arriva devant les vitrines poussiéreuses de Purge&Pionce, et c'est avec un brin d'incompréhension que le chauffeur vit son élégant client sortir de la voiture pour aller se planter devant le magasin à l'abandon. Une fois le véhicule parti, l'auror entra après y avoir été autorisé par un des mannequins.
Une fois dans les couloirs de l'hôpital, il se dirigea immediatement vers les étages supérieurs. Il salua quelques infirmières et guérisseurs qu'il connaissait, fils de médicomage en chef oblige, et arriva à l'étage des empoisonnements. Il enleva sa veste bleu nuit, et entra dans la salle 342. Il sourit en voyant la décoration de la pièce, qu'il connaissait si bien, et qui contrastait tant par rapport au minimalisme strict du reste de l'hôpital.


"Bonjour maman"

La soricère blonde leva les yeux vers lui, et malgré le fait qu'elle ait été de garde toute la nuit, elle resplendissait comme si elle venait de commencer la journée. Comme la plupart des autres médicomages, Mona ne comptait pas ses heures de travail, et elle avait assurément passé plus de temps dans les couloirs de Sainte-Mangouste qu'en compagnie de sa famille depuis qu'elle y travaillait. L'auror déposa le fameux colis sur le bureau de sa mère.

"Désolée de t'obliger à venir jusqu'ici, je tenais vraiment à ce que ça ne s'abime pas."

"Ne t'en fais pas. Je ne dois être au ministère que dans une heure. Et puis, ça fait longtemps que je ne suis pas venu te voir à Sainte-Mangouste."

"Bonjour, excusez moi de vous déranger, je viens pour... "

Caïn se retourna vers la personne qui venait d'entrer, et qu'il n'avait pas entendu arriver. Il reconnu immédiatement le regard émeraude de la jeune fille. Il sourit pour saluer son arrivée, à la fois heureux de la voir ainsi arriver de façon imprévue, mais se demandant en même temps ce qui l'avait fait venir. Ce qui le troublait le plus étant sans doute cette lueur dans le regard de la rouquine, qui lui disait certes qu'elle était aussi surprise que lui de le voir ici, mais aussi peut être qu'elle aurait préféré qu'il n'y soit pas.

"Vous devez être  Aely n'est ce pas? Asseyez vous je vous en prie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Mona Mayfair
    • Nombre de messages : 34
    • Age : 23
    • Date d'inscription : 07/07/2013

    • Pensine
      Statut sanguin: Sorcier Simple
      Baguette magique: 25,5 cm, Bois de vigne, crin de licorne
    avatar
  • Médicomage Médicomage
MessageSujet: Re: Mauvais endroit, mauvais moment [Les Mayfair] - Terminé   Sam 8 Mar - 21:40:54

"hé bien...il se débrouille plutôt bien. Les patients se plaignent toujours de son côté un peu ...taquin, mais c'est tout. D'après ce que j'entend il est même assez inventif dans ses sorts curatifs.."

"..Inventif...?"

La médicomage leva les yeux du dossier qu'elle était en train de parcourir, pour poser son regard gris et sévère sur l'homme qui se tenait devant elle. Le guérisseur à la barbe grisonnante sembla se pétrifier face à la crainte que lui inspirait sa supérieure. Détournant le regard, il s'appliqua à fixer un point sur le mur derrière la médicomage en chef, avant de continuer.

"Le docteur Rosenbach a plusieurs fois fait usage de sa propre initiative de certains sortilèges...qu'il modifie."

Mona appuya son dos contre le dossier de son fauteuil en cuir, tapotant du bout de ses doigts fins les accoudoir de bois sombre. Francis Newton, guérisseur arrivant à la fin de sa carrière, avait depuis quelques temps un nouvel emploi. En effet la sorcière blonde, quelques mois auparavant, lui avait assigné le rôle d'espion à l'étage des accidents matériels. C'était pour elle le moyen de suivre le parcours de la plus grande menace que Sainte-Mangouste ait connue depuis l'épidémie du syndrôme de déficience magique : Jaime Rosenbach. Ainsi toutes les semaines, le guérisseur Newton se rendait à l'étage des empoisonnements par potions et plantes, dans le bureau de la médicomage en chef, pour lui faire son rapport.

"Bien, ça sera tout. Vous pouvez y aller."

Le guérrisseur à la chevelure poivre et sel venait de sortir et la médicomage avait à peine eu le temps de plonger sa plume dans son encrier qu'un trouble fait entra à son tour. La médicomage s'apprétait à évincer celui ou celle qui osait ainsi la déranger à nouveau, et alors qu'elle se tournait vers le nouvel arrivant, elle s'adoucit immediatement, et un sourire ô combien rare se dessina sur son visage.

"Bonjour maman."

"Viens, entre."

Alors que le jeune homme à la chevelure aussi blonde que la sienne s'avançait vers elle, la médicomage ne pouvait s'empécher de le regarder les yeux brillants de fierté. Caïn, son fils, la seule chose au monde à ses yeux qui avait plus d'importance que ses responsabilités au sein de l'hôpital Sainte-Mangouste. L'auror déposa un petit colis sur le bureau, juste devant la soricère. Elle ne pris pas la peine d'y jeter un coup d'oeil, sachant déjà ce qu'il contenait.

"Désolée de t'obliger à venir jusqu'ici, je tenais vraiment à ce que ça ne s'abime pas."

"Ne t'en fais pas. Je ne dois être au ministère que dans une heure. Et puis, ça fait longtemps que je ne suis pas venu te voir à Sainte-Mangouste."

"Bonjour, excusez moi de vous déranger, je viens pour... "

Mona jeta un regard froid à la jeune fille qui venait d'entrer. N'importe quelle personne qui serait entrée à ce moment là, coupant net l'un des rares instants où la médicomage était avec son fils, qu'elle ne voyait presque plus depuis qu'il travaillait au Ministère, aurait eu droit au même acceuil. La sorcière blonde prenant toujours soin d'être prévenue de l'arrivée d'un de ses patients, se demanda un instant qui pouvait bien être cette jeune péronelle au trench bleu. Son regard gris se posa sur le flacon qui se trouvait sur son bureau. Elle se souvint qu'un de ses colègues, le docteur Pye, lui avait demandé de remettre cette potion à une de ses patientes, qu'il ne pouvait recevoir pour cause de départ en vacances.

"Vous devez être  Aely n'est ce pas? Asseyez vous je vous en prie."

Elle désigna à la jeune fille rousse le fauteuil qui lui était destiné, moins imposant que celui qu'occupait la médicomage, mais tout aussi luxueux et confortable. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas vu la jeune fille. A vrai dire, la première fois qu'elle l'avait vu, la rouquine n'était agée que d'une dizaine d'années, et elle était inconsciente suite à une morsure de loup garou. C'était un cas qui avait beaucoup intéressé la médicomage. La plus jeune lycanthrope depuis deux décennies. Un objet d'étude et d'observation rarissime. C'est lorsqu'elle pris dans un de ses tiroirs le dossier médical d'Aely, que lui avait remis le docteur Pye, que la sorcière remarqua le regard insistant de cette dernière pour son fils.
Mona savait que Caïn plaisait aux demoiselles. Après tout, c'était son fils, aussi beau, aussi élégant qu'elle. Mais le regard de la louve pour son fils ne plut pas du tout à la médicomage. Il disait beaucoup trop de choses qu'elle ne voulait pas, qu'elle n'accepterait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Aely Strange
    • Nombre de messages : 248
    • Age : 21
    • Date d'inscription : 20/05/2012

    • Pensine
      Statut sanguin: Sorcière née Moldue.
      Baguette magique: Bois de Saule Pleureur, Plume de Pheonix Noire, 27,5 cm, Rigide.
    avatar
  • Chasseuse de Créatures Magiques
MessageSujet: Re: Mauvais endroit, mauvais moment [Les Mayfair] - Terminé   Dim 9 Mar - 9:38:37


La dernière fois qu'Aely avait vu Caïn remontait à environ deux jours. Quarante-huit petites heures. Lorsque la jeune fille avait quitté la fête d'Ambrine, au petit matin, elle était rentrée chez elle et avait commencé à ressentir les symptômes caractéristiques de la pleine lune. Comme à son habitude, elle avait préparé ses affaires pour rejoindre en taxi l'ancien domaine familiale de la famille Shevelin, où Natalee et elle avait coutume de se retrouver une fois par mois, quand l'une ou l'autre n'était pas contrainte d'aller passer sa pleine lune ailleurs. Toutes les pensées de la rouquine avait été tournées vers sa métamorphose pendant ces quarante-huit heures, et voilà que la réalité lui revenait brusquement à la figure.

Les sentiments qu'elle ressentait pour Caïn étaient nouveaux, et plus que confus. Elle avait décidé de ne pas trop s'y pencher pour éviter de tout gâcher, mais les faits étaient là. Aely aimait le jeune auror bien plus que comme un simple ami. Cette constatation lui était apparue sans mal. Il suffisait d'ouvrir les yeux : il n'y avait que lorsqu'elle le voyait lui que les battements de son cœur s'affolaient et que son cerveau perdait le contrôle de ses actions. Néanmoins, la jeune fille aurait préféré qu'en cet instant, le blond se trouve le plus loin possible d'elle et du bureau de sa mère. La Médicomage ne verrait peut-être pas de problème au fait que son fils reste à ces côtés, mais pour Aely, s'en était un de taille. Elle n'avait pas spécialement prévu de parler de sa lycanthropie avec Caïn, ou du moins, pas pour le moment..
.

« Vous devez être Aely n'est ce pas ? Asseyez vous je vous en prie. »

La jolie rousse reporta son regard vers Lady Mayfair qui la toisait d'un air glacial. Inutile d'être légilimens pour se rendre compte que la sorcière blonde ne semblait pas vraiment l'apprécier... Aely s'avança jusqu'au fauteuil indiqué avec l'impression d'être condamnée à mort, les talons de ses chaussures claquant sur le sol du bureau. Elle s'installa bien au fond du petit sofa et croisa les jambes en essayant d'avoir l'air détendue, même si, à cet instant, elle aurait aimé se retrouver n'importe où ailleurs. Son cerveau lui signifia que si elle avait voulu partir en courant, elle avait laissé passer l'occasion et elle se mordilla nerveusement la lèvre inférieure.

Pendant que la Médicomage sortait son dossier, la jeune fille se tourna légèrement vers la droite pour regarder Caïn et lui jeter un regard suppliant qu'il ne comprendrait certainement pas. Le regard sombre de sa mère la rappela à l'ordre et Aely décida de ne plus regarder le jeune homme. Appolonia n'était pas censée savoir qu'ils se connaissaient, du moins elle l'espérait, alors autant essayer d'avoir l'air le plus naturel possible.

Plongeant une main dans son sac en cuir, la rouquine en sortit une chemise verte contenant un paquet de feuilles qui retraçaient ses différentes visites à l'Hôpital de Sainte Mangouste, les doses de Tue-Loup qu'on lui procurait chaque mois, les différents symptômes qu'elle avait pu ressentir et tout un tas d'autres questions plus ou moins indiscrètes les concernant, sa lycanthropie et elle. Le tampon d'Augustus était appliqué sur chacune des notes, ainsi que la signature de Natalee Shevelin, en temps qu'adulte tutrice, puisque c'était elle qui s'était occupée de ses premières métamorphoses.

Aely tendis les documents à Lady Mayfair à contre-cœur.
« En général, c'est le Docteur Pye qui rempli mes fiches de présence, mais je suppose qu'aujourd'hui, ce sera vous... », déclara-t-elle d'un ton qui signifiait clairement qu'elle regrettait le susnommé tout en soutenant le regard froid et réprobateur de la sorcière blonde. La Médicomage en Chef ne semblait pas la porter dans son cœur, et bien la jeune fille se ferait un plaisir de lui rendre la pareille.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Mona Mayfair
    • Nombre de messages : 34
    • Age : 23
    • Date d'inscription : 07/07/2013

    • Pensine
      Statut sanguin: Sorcier Simple
      Baguette magique: 25,5 cm, Bois de vigne, crin de licorne
    avatar
  • Médicomage Médicomage
MessageSujet: Re: Mauvais endroit, mauvais moment [Les Mayfair] - Terminé   Dim 23 Mar - 11:33:42

« En général, c'est le Docteur Pye qui rempli mes fiches de présence, mais je suppose qu'aujourd'hui, ce sera vous... »

Mona stoppa son geste d'ouvrir le dossier de la jeune fille et se tourna vers son fils, sans accorder de réponse à sa patiente.

"Caïn, pourrais-tu nous laisser s'il te plait?"

"Ah, oui bien sûr."

La médicomage suivit de son regard gris son si précieux enfant lorsque ce dernier posa sa main sur l'épaule de jeune Aely, et lui chuchota quelques mots à l'oreille. Mais l'ouïe d'une mère peut s'avérer très fine surtout lorsque cette dernière veut protéger son fils. Ainsi la sorcière, ne se donnant même pas la peine de feindre de n'avoir rien entendu, saisit la totalité de ce que disait Caïn "Je dois y aller, ce soir je t'invite à dinner, je passerai te prendre chez toi." Non, il ne souriait pas. C'était inconcevable. Elle ne le permettrait pas.

"A bientôt! Passe le bonjour à papa de ma part!"

Son fils chéri quitta le cabinet de consultation sans qu'elle ne lui accorde un sourire, tant elle était occupait à foudroyer la jeune louve du regard avec application. Une invitation à dinner? Et puis quoi encore? Mona avait toujours apprécié, enfin autant que se peut pour une femme aussi glaciale, les petites amies de son fils, même si elle ne les avait pas toutes rencontrées. Entre la bonne, le jardinier, son mari, elle avait suffisament d'yeux postés un peu partout dans Londres pour au moins savoir quel était le métier de leurs parents. Et cela lui suffisait, car pour le reste, elle savait que son fils ne lui ramènerait jamais une pimbèche brulée aux UV et maquillée comme une voiture volée. Mais là, c'était différent. La sorcière rejetta en arrière son épaisse chevelure avant d'ouvrir le dossier, qu'elle feuilleta jusqu'à la dernière page, bien qu'elle le connaissa par coeur.

"Avez-vous noté une évolution dans les symptômes? Décrivez moi en détails vos dernières constatations, vos impressions. Et je ne vais pas me contenter du baratin habituel qu'a retranscrit mon collègue. Je veux tous les détails, que ça soit tes sensations à propos de votre perception de votre environnement, vos pulsions, votre état d'esprit." La médicomage saisit sa plume et la trempa dans l'encrier en argent ciselé, prête à noter les réponses de la louve." Le mois dernier le docteur Pye vous a administré une quantité plus importante de potion. Je ne pense pas que ça soit une bonne chose. Vous êtes presque adulte, ou du moins votre corps l'est, et il va falloir vous habituer à une dose plus raisonnable."

Notant les réponses de la jeune fille, Mona ne pouvait s'empécher de penser à ce qui pouvait bien y avoir entre elle et son fils. Comment Caïn, la chair de sa chair, enfant surdoué, élève brillant, mondain raffiné, plus jeune membre jamais admis au Reform Club de Londres, auror depuis peu, pouvait-il manifester de l'intêret pour une fille qui semblait à la médicomage aussi banale et vulgaire qu'un bulot sur un plateau de fruits de mer. Elle n'avait jamais interféré dans les relations de son fils unique, et elle pensait ne jamais avoir à le faire. Mais cette fois ci, elle ne pouvait pas laisser les choses se faire. Un loup garou? Une belle fille à moitié chien, qui chaque mois se transformerait en une créature immonde? Très peu pour elle. Et elle n'osait même pas penser à voir cette personne dans sa propre maison pour un déjeuner ou autre dinner ennuyeux qui aurait pour but de faire les présentations.  De toutes façons, cela n'arriverait jamais, la sorcière y veillerait. Et puis, un détail lui laissait penser qu'elle n'aurait pas à lever le petit doigt pour que tout aille comme elle le souhaitait.

"Il n'est pas au courant, n'est ce pas?" La médicomage continua de noter les détails dictés par la louve, avant de poser sa plume."J'espère au moins que tu auras la décence de ne  pas te rendre à ce dinner. Caïn n'est pas le genre d'homme à inviter dans un fast food, quoi que soit la jeune fille en question." Un sourire à peine perceptible se dessina sur les lèvres rouges sang de la sorcière, et dans son regard gris brillait une lueur aussi menaçante que significative.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Aely Strange
    • Nombre de messages : 248
    • Age : 21
    • Date d'inscription : 20/05/2012

    • Pensine
      Statut sanguin: Sorcière née Moldue.
      Baguette magique: Bois de Saule Pleureur, Plume de Pheonix Noire, 27,5 cm, Rigide.
    avatar
  • Chasseuse de Créatures Magiques
MessageSujet: Re: Mauvais endroit, mauvais moment [Les Mayfair] - Terminé   Dim 23 Mar - 15:30:02


Le soulagement que ressentit Aely lorsque la Médicomage demanda à son fils de s'éclipser fut indescriptible. Le poids sur ses épaules s'envola et son visage retrouva quelques couleurs, même si elle essaya de ne pas trop le montrer pour ne pas vexer Caïn. Le jeune homme posa la main sur son épaule et lui glissa quelques mots à l'oreille, réduisant à néant les espoirs de la jolie rouquine qui aurait préféré laisser dans l'ombre le fait qu'ils se connaissaient. Un peu trop bien, peut-être... Sa proposition la laissa surprise. Elle rêvait ou Caïn venait de l'inviter à dîner, et ce, devant sa mère qui, vue l'air qu'elle abordait à présent, avait forcément entendu ? La jeune fille se mordilla la lèvre inférieure, et hocha la tête, un peu confuse.

« Hum... Je te rappelle dans la journée, ok ? »

Son regard croisa celui de Lady Mayfair, qui semblait fort peu favorable à ce rendez-vous. L'adjectif "glaciale" était un euphémisme pour décrire la sorcière qui la toisait avec véhémence. La porte claqua dans le dos d'Aely tandis que, derrière son bureau, la mère de son ami se mettait à feuilleter ses différents dossiers la concernant.
Comment cette femme pouvait-elle être celle qui avait élevé Caïn ? Ils se ressemblaient beaucoup physiquement, c'était indéniable ; les mêmes cheveux, la même façon de se mouvoir, le même charisme, bien sûr. Mais si le fils faisait battre le cœur de la rouquine avec une ardeur peu commune, la mère lui donnait en revanche une désagréable envie de prendre la fuite
...

« ... Et je ne vais pas me contenter du baratin habituel qu'a retranscrit mon collègue. »

La jeune fille releva la tête vers la Médicomage qui exigeait des détails, les sourcils froncés et lèvres pincées. D'où venait donc, chez cette femme, cette certitude d'être infiniment supérieur au monde entier ? De la paire d'escarpins de luxe sans doute hors de prix qu'Aely devinait sans peine sous le bureau, peut-être ? Sa bouche se plissa en une moue dédaigneuse lorsqu'elle répéta froidement le mot qu'elle ne pouvait supporter dans ce qu'on venait de lui dire. « Baratin ? » Augustus Pye était en effet assez coulant sur les récits de ses pleines lunes, sachant que revivre inlassablement ses métamorphoses était douloureux pour elle, mais de là à le considérer quasiment comme un incapable... Il y avait, pour Aely, une limite à ne pas franchir. Mais Lady Mayfair ne s'arrêta pas là, continuant de pointer nonchalamment les lacunes et problèmes que comportait son dossier.

« Le docteur Pye fait effectivement preuve de beaucoup de bienveillance à mon égard. », assena-t-elle avant de continuer, une pointe d'ironie dans la voix. « Une quantité plus importante de Tue-Loup rend mes métamorphoses moins douloureuses... Mais, ne vous en faites pas, je survivrais sans doute avec une dose plus... "raisonnable" ! »

La jolie rousse décroisa les jambes, un petit sourire au coin des lèvres. Si sa Seigneurie la reine de Sainte Mangouste avait finit de calomnier ses pauvres valets, peut-être allait-elle enfin pouvoir noter des choses plus intéressantes ? Rassemblant ses souvenirs plutôt désagréables de la nuit dernière, puisqu'elle n'avait manifestement pas le choix, Aely commença à raconter les événements avec le détachement qu'elle prenait toujours, ayant beaucoup plus de recul sur ses pleines lunes depuis que la potion faisait son effet.

« Mes symptômes sont toujours les mêmes ; maux de tête, de ventre et brûlure dans le fond de ma gorge, comme si quelque chose voulait sortir. Cela ce produit environ douze heures avant la pleine lune. Une fois métamorphosée, c'est comme si tous mes sens avaient été multipliés à l'infini, tout est plus clair, plus net, plus fort. Depuis que le Tue-Loup fait effet sur moi, j'ai conscience de mon état de lycanthrope. Je ne pense pas comme si j'étais humaine, pas vraiment, mais j'ai une certaine influence sur mes actions, je ne saurais dire comment, c'est plutôt à l'instinct. Et pour les pulsions, durant mes premières heures de pleine lune, c'est bien sûr la chasse qui compte le plus, mais je serais capable de m'arrêter je pense. Et cela devient de plus en plus facile au fur et à mesure que la nuit avance... Je finis souvent par m'endormir, et je me réveille lorsque je me retransforme. C'est beaucoup moins douloureux que la métamorphose en elle-même d'ailleurs, puisque la Louve est, comment dire... Repue ? Calme ? »

Perdue dans ses pensées, la jeune femme avait cessé de regarder la Médicomage. Toujours la même chose, une fois par mois, et elle en avait pour le restant de ses jours. Elle ne se souvenait même pas d'avoir une fois vu la pleine lune en paix. La seule chose qu'avait retenu sa mémoire était la vision d'un astre blanchâtre, dont la lumière la brûlait et la traversait plus sûrement que n'importe quelle flamme...

« Il n'est pas au courant, n'est ce pas ? »

Aely tressaillit, surprise par la voix de la sorcière qui se trouvait toujours derrière son bureau et fixa son regard émeraude sur elle. Ainsi donc, Caïn était redevenu le sujet de cet entretient ? Il était vrai que sa lycanthropie était, finalement, d'un ennui mortel. Une colère sourde monta des entrailles de la jolie rousse dont le visage était à présent aussi antipathique que celui de celle à qui elle fait face. Un grondement sourd traversa le barrage de ses lèvres, accompagné d'un éclat sauvage fugace au fond de ses yeux, qui aurait terrifié toute personne non informée de sa condition.

« Bien sûr que non, Caïn n'est pas au courant ! », trancha-t-elle froidement, insensible au ton menaçant qu'avait pris la conversation. « C'est donc ça qui vous inquiète ? Ce que je suis ? Loup-garou, née-moldue, orpheline et roturière, indéniablement. Mais certainement pas idiote, et votre fils ne l'est pas non plus, je pense qu'il est à même de choisir ses fréquentations. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Mona Mayfair
    • Nombre de messages : 34
    • Age : 23
    • Date d'inscription : 07/07/2013

    • Pensine
      Statut sanguin: Sorcier Simple
      Baguette magique: 25,5 cm, Bois de vigne, crin de licorne
    avatar
  • Médicomage Médicomage
MessageSujet: Re: Mauvais endroit, mauvais moment [Les Mayfair] - Terminé   Dim 23 Mar - 23:58:42

"Un médicomage n'a pas à être bienveillant. Il se doit d'être d'une objectivité absolue pour chacun de ses patients."

Des métamorphoses moins douloureuses? La médicomage en chef n'en avait que faire. S'il était compréhensible que la louve ait été l'objet de soins plus doux lorsqu'elle n'était encore qu'une enfant, à présent il était temps qu'elle grandisse. La potion n'était pas là pour soulager une douleur, mais pour empécher le lycan de s'en prendre aux Hommes lors de ses transformations. Lorsque la jeune fille eut fini de décrire ses observations personnelles, Mona reposa sa plume, estimant que cela suffisait. Mais c'est un grondement bestial qui lui fit lever les yeux vers la rouquine. Cette dernière la fixait avec un regard qui n'avait plus rien d'humain, si ce n'est leur couleur émeraude. Même si elle fût d'abord surprise d'une réaction aussi primaire, très vite un sentiment de victoire face à la colère qu'elle avait provoquée l'envahie, accompagné d'une pointe d'aigreur face aux manque de respect notable que venait de lui manifester la louve.

« C'est donc ça qui vous inquiète ? Ce que je suis ? Loup-garou, née-moldue, orpheline et roturière, indéniablement. Mais certainement pas idiote, et votre fils ne l'est pas non plus, je pense qu'il est à même de choisir ses fréquentations. »

Décidément, cette jeune fille ne plaisait pas du tout à la sorcière blonde. Si en la voyant rentrer dans son bureau, jolie et élégante avec son chignon de danseuse, elle lui avait fait plutôt bonne impression, la louve n'avait cessé de dégringoler dans l'estime de Mona depuis qu'elle avait posé son postérieur dans le fauteuil. La médicomage appuya son dos contre le dossier de cuir et posa ses mains fines aux ongles laqués sur les accoudoirs, avant de croiser les jambes. De toutes les personnes qui étaient entrées dans ce bureau, jamais, au grand jamais aucune d'entre elles ne lui avait parlé sur ce ton. Pas même son danger public de neveu. Et ça, c'était intolérable. Elle devait déjà supporter sa belle soeur, cette greluche de chapiteaux, hors de question d'ajouter un loup garou à ce calvaire.

"Non. Il est loin d'être idiot comme vous dites. Et il saura très vite juger ce qui est bon pour son avenir, et avec qui il pourra partager ses activités habituelles." La sorcière jeta un regard sur le dossier à présent fermé, qui tronait au milieu du bureau." J'ai cru lire que vous étiez chasseuse de créature magiques?...C'est original."

La médicomage ne pouvait s'empécher de rire intérieurement en imaginant la jeune fille à un des dinners élitistes auquels son fils et elle étaient souvent invités, ou même à un match de polo. Si elle s'amusait d'imaginer la louve quittant un robe de cocktail achetée au rabais dans un grossier magasin de distribution pour aller courrir après les chevaux, c'était bien parce que pour Mona, la victoire était acquise. Un jour ou l'autre la lycanthrope se rendrait bien compte qu'en plus de son évident manque de bonnes manières, sa malédiction ne pourraient s'accorder à l'emploi du temps mondain de Caïn. Une mère veut toujours ce qu'il y a de meilleur pour son enfant, et c'était bien le cas de Mona.

"C'est tout."

La médicomage avait fait mine de ne pas écouter la réponse de la louve, et lui indiquait d'un geste de la main qu'il était à présent temps qu'elle quitte les lieux. Elle jeta un regard à la potion qui était posée sur son bureau. Elle avait volontairement modifié la dose administrée par son collègue. Trop doux, trop conciliant à son goût. Car pour la sorcière, en plus d'être incroyablement détestable, la louve représentait l'occasion unique d'expérimenter l'évolution d'une lycanthropie juvénile, ou l'évolution de la malédiction à travers l'adolescence. Mona porta son regard gris sur la jeune fille, n'attendant qu'une chose, qu'elle débarrasse le plancher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Aely Strange
    • Nombre de messages : 248
    • Age : 21
    • Date d'inscription : 20/05/2012

    • Pensine
      Statut sanguin: Sorcière née Moldue.
      Baguette magique: Bois de Saule Pleureur, Plume de Pheonix Noire, 27,5 cm, Rigide.
    avatar
  • Chasseuse de Créatures Magiques
MessageSujet: Re: Mauvais endroit, mauvais moment [Les Mayfair] - Terminé   Mer 26 Mar - 14:15:24


Aely fixait les lèvres fines de la Médicomage, tordues en une sorte de rictus victorieux qui lui donnait des envies de meurtres. Inspirant lentement par le nez, elle se força à retrouver un minimum de calme. Quoi de mieux, pour prouver à quelqu'un que l'on est digne de son fils, que de lui grogner dessus comme une bête sauvage ? La Louve avait manifestement encore des progrès à faire en matière de diplomatie et son hôte, en matière de self-contrôle...
En face d'elle, le visage de Lady Mayfair se décomposa un instant avant de retrouver son habituelle froideur méprisante
.

« Non. Il est loin d'être idiot comme vous dites. Et il saura très vite juger ce qui est bon pour son avenir, et avec qui il pourra partager ses activités habituelles. »

La jolie rousse serra les poings. Impossible pour elle de concevoir un quelconque lien de parenté entre Caïn et cette horrible femme. Le jeune homme était d'une courtoisie à toute épreuve, et toujours de bonne compagnie, du moins avec elle. Mais sa mère ( puisqu'elle l'était vraisemblablement ; la fibre capillaire ne ment pas... ) semblait déborder de narcissisme, voir frôler la mégalomanie...

« Si vous le dîtes... », déclara-t-elle d'un ton mordant. Aely ne prétendait pas être la personne idéale pour Caïn. Ni pour personne d'autre d'ailleurs, car, après tout, qui aurait accepté un monstre ? Elle aurait voulu lui dire que son fils avait, avec elle, testé d'autres choses que les habituelles réceptions auxquelles il devait certainement participer, mais les mots de la sorcière creusaient un doute dans sa poitrine, si bien qu'elle préféra garder le silence.

« J'ai cru lire que vous étiez chasseuse de créature magiques ?... C'est original. »

Le rire moqueur de la Médicomage fit frissonner la rouquine. Elle était maintenant certaine de deux choses. La première, cette femme ne savait rien. Rien d'elle, rien de la vie qu'elle menait, rien de son métier de chasseuse. Elle ne connaissait que son bureau, ses tailleurs de luxe et ses réceptions privées avec le gratins mondain. Et la seconde, elle ne l'accepterait jamais. Même ne la connaissant que depuis à peine une dizaine de minute, elle la méprisait déjà, et le contraire était encore plus vrai.

« Vous trouvez ? », demanda-t-elle avec un sourcil interrogateur. « Ce qui aurait été vraiment original, cela aurait été de trouver un loup-garou derrière un bureau ! » Un sourire ourla ses lèvres, aussi froid que l’éclat de ses yeux verts. Mona ne l'aimerait jamais, à quoi bon faire semblant de l'admirer ou de la craindre ? Elle n'était plus à ça près.

La sorcière lui signifia que leur entrevue était terminée et Aely se leva avec un calme apparent, bien loin de ce qu'elle ressentait à l'intérieur. Elle tendit la main vers la petite fiole posée sur le bureau et celle-ci bondit jusque dans sa paume. C'était ainsi que l'ancienne Serpentarde avait découvert ses pouvoirs magiques. Les objets venaient à elle en cas d'émotion intense, pas besoin de baguette. Elle enfouit le précieux liquide au fond de son sac, et, sans un mot d'au revoir ou de remerciement, se dirigea vers la porte qu'elle franchit puis claqua avec la douceur d'un tank. Le regard fixé devant elle, la jeune fille sortit de l'Hôpital sans prêter la moindre attention aux mimiques étonnées, désapprobatrices ou amusées des infirmières qu'elle croisait dans les couloirs.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Mauvais endroit, mauvais moment [Les Mayfair] - Terminé   

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Miroir du Riséd :: Angleterre :: Hôpital Ste Mangouste-