Partagez | .
 
 Bonne nuit à vous aussi. (Sheena)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
  • Ben Crowe
    • Nombre de messages : 11
    • Age : 29
    • Date d'inscription : 15/12/2013

    • Pensine
      Statut sanguin: Sang Pur
      Baguette magique: Chêne rouge, plume de phénix, 30cm, dure
    avatar
  • Agent de liaison avec les vampires Agent de liaison avec les vampires
MessageSujet: Bonne nuit à vous aussi. (Sheena)   Dim 16 Fév - 10:49:41

Ben appréciait la nuit. On disait parfois chez les moldus que le manque de soleil déprimait, mais le moment de la journée où le jeune homme se sentait le mieux était, précisément, lorsque celui-ci ne se montrait plus et laissait la place à sa petite sœur. La lune, ce jour-là, n’en était qu’à son premier croissant et c’était tant mieux. Ben revenait d’une visite diplomatique dans une forêt d’Irlande, une où il savait trouver des Loups-garous lorsque le disque lunaire se montrait au complet au milieu des étoiles. Quelques fois à ses débuts, le sang-pur avait manqué de prudence. La seconde fois, il ne fut sauvé in extremis par l’un des vampires du clan auquel il rendait visite. Son bras gardait une cicatrice indélébile de leur rencontre, cicatrice qu’il montrait rarement, plus rarement encore au Ministère où les employés tendaient à être paranoïaques avec ça. Particulièrement quand il s’agissait des employés de son département.

Malgré la méfiance générale et les rumeurs sur sa propre vampirisation – qui lui faisaient toujours dire que certains avaient oublié leurs cours de DCFM – Ben adorait son travail. Ses parents avaient attendu de sa part plus qu’un simple poste de délégué aux relations avec les vampires – agent de liaison, plus précisément. Son rang, son sang, son âme de Serpentard auraient du l’emmener plus haut, là où son brillant esprit auraient attiré l’attention et l’admiration de ses pairs. De son point de vue, il excellait dans ce qu’il faisait et un grand nombre de responsabilités lui incombaient : son ego n’avait pas besoin de davantage pour se porter au mieux, même s’il flanchait parfois, dans les jours de grande fatigue.

Cette nuit-là, débutante et fraîche, ne comptaient pas parmi les plus tristes. Ben souriait aisément, faisait la discussion avec les quelques personnes qu’il croisait et marchait le pas vif et alerte jusqu’à son bureau. L’y attendait un objet qu’on lui avait confié, de ceux qu’il ne révélait pas au Département des Mystères car après tests, ils ne révélaient aucun danger. Et quand bien même, Ben savait les gérer. Chez lui, ses bibliothèques en affichaient plein. Des échanges, des achats, des cadeaux. Même s’il en livrait parfois à ses collègues pour les apparences, la plupart finissaient sur ses étagères pour lui rappeler le bon travail qu’il faisait.

La nuit passée, il avait toutefois hésité. Même sûr de lui, Ben tâchait de garder à l’esprit qu’il n’était pas infaillible et qu’un jour, possiblement, ses collègues cesseraient de fermer les yeux sur son petit manège. En arrivant dans le couloir de son bureau, il sut immédiatement qu’il ne ramènerait pas son cadeau chez lui en rentrant. Une belle jeune femme à la peau aussi sombre que la sienne marchait en sens inverse, une de celles qui n’avait pas grand-chose à faire à cet étage, mais tout à faire dans son bureau lorsqu’il s’y trouvait justement la statuette qu’il n’avait pas rangée. Certain que tout irait bien même s’il devait renoncer à la garder, il s’approcha de sa collègue, large sourire aux lèvres, et la salua avec enthousiasme.

« Miss ! Vous vous êtes trompée d’étage ou on vous a muté avec moi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Sheena Stormcrow
    • Nombre de messages : 47
    • Age : 24
    • Date d'inscription : 24/03/2013

    • Pensine
      Statut sanguin: Sorcière Simple
      Baguette magique: Plume de Phenix, bois de cèdre, 28 cm, plus rigide que souple.
    avatar
  • Langue-de-Plomb Langue-de-Plomb
MessageSujet: Re: Bonne nuit à vous aussi. (Sheena)   Mar 25 Fév - 23:14:14

Une jeune sorcière parcourait nonchalamment le hall d’accueil du Ministère en compagnie d’une de ses collègues et amies, qui était chargé de l’accueil, faisant claquer ses talons hauts sur le sol de marbre sombre tout en évitant la foule de sorcier qui parcourait perpétuellement ce lieu clé du monde magique. Portant sa cape bleue nuit repliée sur son bras, elle était vêtue d’une chemise de soie blanche et d’un long pantalon noir, haut et droit, qui venait souligner la finesse de sa taille en étant resserré par une ceinture. Les deux femmes parlaient et riaient de bon cœur, faisant valoir leur grande complicité.

-Tu aurais dû voir sa tête ! Il n’en pouvait plus ! Disait Mimi entre deux éclats de rire. Il montait et redescendait les étages sans relâche…Pendant une bonne heure il a fait ça, je crois bien. Et à chaque fois il revenait à l’accueil, soufflant comme un bœuf…On a tellement ri, tu aurais dû venir voir ça! On t'avais envoyé une missive, lis la la prochaine fois!

-J’y penserais, promis. Répondit Sheena en posant une main sur l’épaule de la rousse, arrêtant leur marche un instant. Mais là je dois y aller…

-Ooh…Tu ne veux pas venir avec nous ? On va chez Max avec les filles…Supplia la rouquine, qui comprit bien vite que Sheena ne cèderait pas. Prenant une mine boudeuse elle râla : Pour une fois qu’on peut passer une soirée tous ensemble tu retournes dans ta crypte !

-Ne t’inquiètes pas Mimi, vous survivrez bien une nuit sans moi j’en suis sure, se fit pardonner la sorcière en déposant une bise sur la joue de son amie. A demain !


Prenant congé de son amie avec un sourire, La jeune femme à la peau d’ébène accéléra le pas pour rejoindre l’un des ascenseurs avant que celui-ci ne soit appelé à rejoindre un autre étage. Les portes se fermèrent en grinçant, et ce tandis que plusieurs notes de service se glissaient juste à temps dans la cabine dans un bruissement pressé, avant que la machine ne s’ébranle. Sortant de son sac à main italien bleu marine (doublé de rouge, s’il vous plait) un petit miroir de poche, Sheena profita de sa solitude momentanée pour vérifier l’état de son maquillage et surtout si elle n’avait rien de coincé entre les dents. Elle venait en effet de partager un diner à la cafétéria du Ministère avec une autre employée, Camilla More, Mimi pour les intimes, qui était délicieusement bavarde, tout comme l’était l’ex-Poufsouffle, ce qui, remarquez, demeurait assez paradoxal pour une Langue-De-Plomb. Ce repas chaleureux, bien que tardif, marquait habituellement la fin de son service, quand elle n’avait pas de travail en retard tout du moins, mais ce soir-là faisait exception. Il y avait une affaire qu’elle devait régler, et, connaissant de réputation celui qui était impliqué, elle était sûre de ne pas être déçue.

Lorsque la voix de l’ascenseur indiqua l’étage de Contrôle et de Régulation des créatures magiques, la sorcière rangea précipitamment son miroir avant de sortir. Les portes puis les grilles se refermèrent derrière son dos. Elle marqua un arrêt, posant son regard sur le corridor désert qui se déroulait devant elle. Il était semblable à tous ceux qui devaient parcourir le ministère, le même marbre noir que dans le hall ou que dans son propre département, au détail près qu’il y avait beaucoup plus de portes à ce niveau-là du bâtiment. Un collègue lui avait indiqué précisément où se trouvait le bureau qu’elle souhaitait voir plus en détail, mais cela ne l’empêcha pas de se sentir un peu perdue dans cet endroit qu’elle n’avait jamais pénétré auparavant bien qu’aucun danger ne fût à signaler. Le bureau qui devait être fouillé était celui d’un dénommé Ben Crowe. Agent de liaison avec les vampires, il avait depuis peu fait de remarquables progrès dans son travail et se montrait particulièrement doué et efficace dans ses missions. Si bien qu’il recevait énormément de présents de ses patients ou clients-Sheena ne savait pas comment il convenait de les appeler- enfin, vampires avec qui il faisait aussi des trocs qu' il faisait parfois parvenir à ses collègues. Quand le cœur lui en disait. Car Crowe était un électron libre, et il ne prenait que rarement la peine de descendre jusqu’au département des Mystères pour y faire vérifier et sécuriser ses dernières trouvailles. Et la curiosité ainsi que l’avidité de Sheena le prenaient mal. Très mal. En cette nuit de Janvier, elle avait donc décidé de sortir des rangs des taiseux qui pratiquaient la politique de l’autruche quant aux agissements illicites de l’agent.

Prenant une profonde inspiration elle se mit à marcher d’un pas décidé, empruntant un autre petit couloir qui se trouvait sur sa gauche et au bout duquel se dressait la porte tant recherchée. Sa main gauche se tendit vers la poignée dans un geste qui fit tinter la rangée de larges bracelets de cuivre qui ornait son avant-bras. Inconsciemment, ce simple mouvement lui paraissait naïf et dessué dans un monde ou la sorcellerie remplace les cadenas, mais comme le dit le dicton, qui ne tente rien n’a rien. La poignée se tourna dans sa paume, et, dans un léger cliquetis, la porte s’ouvrit sans la moindre résistance. Poussant le battant, La jeune femme resta perplexe. Ses lèvres se pincèrent, dans le reflexe qui indiquait qu’elle était en train de réfléchir. Elle n’était pas habituée à voir un endroit si peu sécurisé. En était-il de même avec tous les bureaux du département ? Elle en doutait fort. Il ne restait que deux solutions possibles et elle les imagina très bien tout en s’avançant dans la pièce sombre. Soit elle était attendue, soit le propriétaire du bureau était une tête en l’air de grande envergure. Un léger sourire vint orner ses lèvres de sa trace mutine et moqueuse, et celui-ci s’agrandit encore lorsqu’elle vit ce qui trônait sur le bureau. Debout, bien en évidence, se tenait une statuette. Elle prit l’objet et le plaça délicatement dans son sac, qui restait à demi ouvert. Mais une hésitation la retint de le fermer. Si elle emportait la statuette maintenant, Ben ne serait pas inquiété, mais surtout elle louperait sans doute une belle occasion de lui demander combien d’autres jolies broutilles ornaient ainsi son bureau ou même sa maison, ce que la curiosité insatiable de la jeune sorcière refusait catégoriquement. Elle retira donc la statuette du sac et la reposa sur le bois lustré du bureau. Crowe ne tarderait certainement pas à revenir chercher son bien, et elle prit la décision d’aller le cueillir au pied de l’ascenseur.
Retournant sur ses pas, elle ferma la porte derrière elle, s’avança dans le couloir… et eu la surprise de constater qu’elle n’était plus tout à fait seule. Elle se doutait bien que le charmant jeune homme qui lui faisait face et qui se dirigeait vers elle n’était autre que le fautif qu’elle avait presque pris la main dans le sac. Il marchait vers elle avec assurance, un grand sourire béat éclatant s’étalait sur son visage. Le pauvre bougre ne savait pas à qui il avait à faire. Que les dieux, quels qu’ils soient, lui viennent en aide.


« Miss ! Vous vous êtes trompée d’étage ou on vous a muté avec moi ? »lui lança-t-il chaleureusement.

Ce visage avenant et cette plaisanterie l’aurait fait rire en temps normal, car elle avait une affection particulière pour les personnes qui savait parler librement et taquiner sans crainte de voir un visage se fermer. Mais elle devait jouer un rôle bien précis ce soir là.

-Monsieur Crowe ! Quelle surprise ! lui répondit-elle d’un ton tout aussi chaleureux, accompagné du même sourire enjoué dont il l’avait gratifié. Cependant toute la sympathie qu’inspirait alors la jeune femme était légèrement brouillée par un éclat persistant et flamboyant qui ne quittait pas ses yeux d’obsidienne, les faisant briller d’une lueur presque menaçante.

C’est ainsi que, s’approchant d’un pas franc de sa victime, la jeune fille, grâce à un geste mainte fois répété sur son meilleur ami, lui en accordant une maitrise quasi parfaite, le jeune homme en vint littéralement à se faire tirer les oreilles. Enfin, une seule. La droite pour être précis. Pinçant fermement l’oreille de Ben, la jeune femme le força à se diriger vers le bureau qu’elle avait quitté quelques secondes plus tôt. Un geste démesuré et peu convenable me direz-vous. Mais c’est mal connaitre Sheena que de croire que ce genre de scène la générait, car elle avait un talent fou pour s’exprimer clairement et pour ne jamais « y aller par quatre chemins ». Elle aurait pu discuter calmement avec lui, lui demander gentiment, tenter de le convaincre…Mais la patience n’avait jamais été son fort. Alors, aux grands maux, les grands moyens ! Une fois qu’elle eut refermé la porte derrière eux, elle consentit à lâcher prise sur le sorcier, croisant les bras d’un air menaçant. Position qui déclenchait habituellement les hostilités avec sa mère, de laquelle elle avait hérité du don pour l’exagération. Elle planta son regard noir dans celui tout aussi sombre de son interlocuteur.


-Je ne me suis pas trompé d’étage, par contre il semblerait que cela soit le cas de cette statuette. Dit-elle d’un ton sévère en montrant l’objet d’un signe de la tête. Et je n’ai pas été mutée, dieu merci, mais j’en connais un qui va finir au service courrier s’il continue comme ça !

Evidemment, c’était des menaces en l’air. Elle n’avait jamais eu le pouvoir de faire muter qui que ce soit et elle doutait que le fait d’entrer dans le bureau d’un autre sans invitation soit réellement réglo et apprécié de ses supérieurs.

-Alors ? demanda-t-elle, impatiente, mais plus calme. Vous en avez combien des comme ça ?

Le sorcier pouvait toujours penser ce qu’il voulait, que Sheena ne pouvait concrètement pas grand-chose contre lui, qu’il n’était pas obligé de lui répondre, qu’elle était folle peut-être ce qui était compréhensible…Mais elle se refusait de lâcher prise tant qu’elle n’aurait pas obtenu un minimum satisfaction, et cela se lisait dans son regard comme dans sa posture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Miroir du Riséd :: Angleterre :: Ministère de la magie :: Niveau 4-