Partagez | .
 
 Oswin Striker
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
  • Oswin Striker
    • Nombre de messages : 29
    • Age : 30
    • Date d'inscription : 28/11/2013

    • Pensine
      Statut sanguin: Sorcier simple
      Baguette magique: Bois d'Ébène et plume de phénix, 27,5cm, souple
    avatar
  • Langue-de-Plomb Langue-de-Plomb
MessageSujet: Oswin Striker   Jeu 28 Nov - 21:19:31

Fiche d'état civilNom :  Striker
Prénom(s) :  Oswin
Âge :  27 ans
Date de naissance : 06.06.1978
Ville d'origine : Leeds
Habite à/au : Leeds, un immeuble moldu, dans l'ouest de la ville
Situation maritale : Célibataire
Enfant(s) : C’est lui l’enfant
Emploi actuel : Langue-de-plomb



Tac tac tac

Penché sur un de ses parchemins, Oswin tapotait du bout de sa plume sur le bois, en rythme avec une mélodie qu’il était le seul à entendre.  D’un geste, il consulta sa montre, puis se remit à entourer, gribouiller et raturer le document. Plus que deux heures pour réussir à casser le code contenu dans la lettre, c’était la limite qu’il s’était fixé. Après quelques instants de plus passés ainsi, à regarder le parchemin comme s’il désirait y faire un trou à l’aide de ses yeux, il attrapa la baguette noire posée à ses côtés et jeta une série de sorts sur le document.

Toujours rien.

Un grognement s’échappa de ses lèvres et Oswin bascula la tête en arrière sur son siège, yeux fixés sur le plafond, sur le point de commencer une bonne grosse séance de réflexion avec lui-même, sans que rien ne lui vienne.

Tac tac tac

Il lui fallut quelques instants pour réaliser d’où venait le bruit, puis il releva la tête pour voir une de ses collègues, cheveux attachés en chignon et air stricte, toquant à la porte de son bureau.

-Rachel ?

-Salut Oswin. Ça avance la lettre ?

-Hm. Plus ou moins. Je peux au moins dire que c’est pas un sort ou un enchantement qu’ils ont utilisé. Je penche plutôt pour un objet magique ou un chiffrage classique, mais les sorts de déchiffrages n’ont rien donné.

Sans répondre tout de suite, elle fit un pas dans son bureau pour s’adosser au seul bout de mur qui ne soit pas couvert d’une bibliothèque, pensive. Au fil des ans, ce bout de mur nu était devenu sa place, elle s’y installait souvent lors de leurs échanges verbaux divers et variés.

-Eh bien s’ils savent vraiment ce qu’ils font, et je pense que leurs agissement récents le démontrent, ils auront sans doute utilisé un mélange des deux, comptant sur le fait que les chiffrages moldus ne soient pas ceux qu’on ait le plus l’habitude de déjouer.

-Et sur le fait que nous n’aurions pas l’objet magique en question sous la main ce qui rend le déchiffrage encore plus long.

-Mais pas impossible.

-Non, mais j’y serai encore demain matin.

Un léger rire leur échappa, Rachel le salua d’un geste de la tête puis disparu dans le couloir. Sans plus attendre, Oswin se pencha à nouveau sur son papier, fermant la porte d’un geste de la baguette pour signifier qu’il ne désirait plus être interrompu. Ils avaient besoin de ces informations pour le lendemain au plus tard, aussi prit-il la décision d’ignorer son estomac, et s’apprêta à passer la nuit au ministère.





Tac tac tac

Oswin ouvrit un œil. Un chignon, une robe vert sombre, une personne de dos. Rachel tentant de leur préparer un thé sans le réveiller. Ce qui avait échoué, dans la mesure ou sa tasse cognait avec acharnement contre la théière. Il écouta d’une oreille sa collègue réprimander l’objet entre ses dents, et finit par s’éclaircir la gorge. Rachel se tourna alors vers lui après l’avoir entendu faire, un brin agacée.

-Elle fait toujours ça.  Je n’ai jamais aucun problème avec ce sort d’habitude mais cette tasse refuse juste de…

D’une main, la sorcière rattrapa la tasse qui venait de passer par-dessus bord et la reposa sur le comptoir.

-Tu as réussis à déchiffrer la lettre ?

-J’ai terminé à 7h28 exactement.  

-Oh, j’ai donc interrompu ta longue sieste de trente minutes. Depuis quand tu dors autant ?

Un rire nerveux lui échappa. La fatigue irradiant son corps lui donnant envie de dormir là, sur cette chaise, et au diable son lit, mais rester dormir ici était le meilleur moyen pour que quelqu’un vienne le réveiller et lui demander de l’aide. Après quelques nouvelles banalités échangées avec sa collègue, il prit donc le chemin de son appartement, sans plus attendre, laissant derrière lui un département des mystères en plein réveil.




Oswin transplana dans son appartement une dizaine de minutes plus tard. Il s’écroula sur ses draps bleus et argents, en hommage à ce qui fut sa maison à Poudlard, et s’endormit sans autre forme de procès. Ce n’est que cinq heures plus tard, réveillé, douché et habillé, qu’il s’écrasa dans son canapé, gâteau à la citrouille fourré dans la bouche, journal en main.

Le langue-de-plomb parcouru le journal d’un regard rapide, avant de soupirer. Que des conneries. Haine par ici, désinformation par là. Ceux qui n’étaient pas aux mains du ministère tombaient clairement dans la paranoïa et n’aidaient en rien. La guerre n’était pas finie, mais au lieu de se trouver dans une guerre ouverte, explosive, celle-ci était froide. Ils en étaient à un tournant, qui façonnerait le visage de la société sorcière de Grande-Bretagne pour des siècles, et leur salut ne se trouvait pas dans les moldus, ni dans les sang-purs.

Globalement, il se foutait d’où se trouvait leur salut. Quoi qu’il se passe, quoi que qui que ce soit fasse, ces problèmes ne partiraient jamais. Il fallait limiter la casse, empêcher les extrêmes de prendre du pouvoir, et continuer à protéger les gens de tout ce qui avait sa place dans le département.

Tous les efforts du département des mystères avaient étés consacrés à garder son indépendance par rapport aux mangemorts, lors de la dernière guerre. Lui-même n’avait pas servi à grand-chose. A l’époque, il n’était qu’un blanc-bec ayant à peine achevé sa formation au sein du département, échappant quotidiennement aux questionnements et à la curiosité permanente d’à peu près tout le monde pour les mystères enfermés au niveau neuf. Et il était doué dans son domaine. Circonscrire les menaces, gérer les risques, réagir en cas de crise. Oswin était fier, d’une certaine manière, de pouvoir se dire qu’il n’avait jamais laissé passer le moindre bout d’information. Même sa mère ne connaissant pas le tiers de la pression qu’on leur avait imposée, ni des mesures qu’il avait fallu mettre en place pour continuer de fonctionner sous Voldemort ou…de tout temps, en réalité.

Fawley avait au moins le mérite de ne pas trop s’intéresser à eux. Oswin l’aimait bien, il aimait ses réformes et sa modération.  

Oswin soupira à nouveau, et balança le journal, non pardon, le torchon, dans sa cheminée, avec les autres exemplaires de la gazette du sorcier puis entreprit de faire un peu de ménage. Sa mère ne tarderait pas à arriver pour lui rendre son linge propre. Avec sa promotion au sein de la police magique, il se demanda combien de temps encore elle pourrait lui faire sa lessive, tout en terminant de ramasser les vêtements sales qui trainaient au sol. Nul besoin de faire hurler sa mère en étalant ainsi devant son nez son incapacité profonde à s’occuper seul de sa lessive. Mais quel besoin avait-il de s’en préoccuper alors qu’elle le faisait pour lui, entre deux coups de pied au cul ?




Lorsqu’on toqua à sa porte, le sorcier posa son livre et n’eut pas le temps d’atteindre la porte que déjà celle-ci s’ouvrait. Marilyn, un panier de linge sous un bras, referma la porte derrière lui et déposa son fardeau sur le sol. Oswin s’en approcha avec un sourire presque invisible et serra rapidement sa mère dans ses bras.
L’un comme l’autre avaient l’air aussi à l’aise que des ours après l’hibernation.

-T’as une tête affreuse. A quand remonte ton dernier vrai repas ?

D’une main, il agita le petit gâteau à la citrouille qu'il tenait.

-Non, j’te parle d’un vrai repas, fils, pas d’un gâteau à la citrouille acheté par paquet de vingt.

Oswin ne put s’empêcher de rire – un peu – devant l’air désapprobateur de sa mère. Mais alors juste un peu.

-Si c’est ça, ça remonte à hier midi.

Après dix minutes passées à tenter de la convaincre que non, ça allait, il ne risquait pas de mourir d’inanition, il finit par manger son rôti sans faire d’histoire, sous peine de sans doute se voir attaché puis nourris de force.

-La solitude ne te réussit pas, Oswin.

Le regard de sa mère passa en revue la cuisine un brin sale, puis le salon mal rangé, avant de revenir sur lui, insondable. Certes, il n’aimait pas franchement être seul, sans pour autant aimer la compagnie. D’où sa solution idéale : Rester à moins de cinq-cents mètre de l’endroit où vivait Marilyn.  

-C’est pas ça le problème, j’ai juste des choses plus importantes à faire que de ranger ou nettoyer.

Et c’était vrai. Oswin était toujours très occupé. Et pas si solitaire. Juste terriblement secret, au point ou même sa famille n’avait jamais entendu parler d’aucune de ses conquêtes, ou de celle avec laquelle il avait presque faillit se marier. Avant de découvrir qu’elle était en couple et mariée depuis bien avant qu’ils se rencontrent et qu’il avait été le dindon de la farce. Raison de plus pour ne jamais en parler à Marilyn ou à son oncle. Se faire tromper était une tradition dans la famille, dont ils se seraient bien tous passé.

-Je sais, mais ne va pas me dire que lancer un sort ou deux le soir en rentrant te demande trop de temps. Tu es un sorcier, tu sais encore lancer des sorts.

Eeeet…c’était vrai aussi. Le langue-de-plomb fit un sourire d’excuse à sa mère, sans compter changer le moins du monde ses mauvaises habitudes. Seul son air un brin malicieux et le fait que la nouvelle cheffe de la police magique connaisse très bien son fils lui indiquèrent que non, comme d’habitude, Oswin n’allait pas faire le moindre effort dans ce sens.


Votre âge : 24 ans
Comment avez-vous connu le forum ? Euh. J’y étais déjà.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Le Staff
    • Nombre de messages : 962
    • Date d'inscription : 17/04/2006
    avatar
  • Compte commun du Staff
MessageSujet: Re: Oswin Striker   Ven 29 Nov - 17:06:59

Très jolie fiche Very Happy

Comme tout est bon pour nous, nous te souhaitons la bienvenue et un bon jeu sur le forum avec ce nouveau personnage.

Amuse-toi bien.

_________________________________
Compte commun de l'équipe d'administration du Miroir du Risèd.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Aïlin Bower
    • Nombre de messages : 978
    • Age : 28
    • Date d'inscription : 29/07/2007

    • Pensine
      Statut sanguin: Sang-Pur. Mère cracmole (tenu secret)
      Baguette magique: Noyer et plume de phénix, 28,72 cm, assez rigide
    avatar
  • Langue-de-Plomb Langue-de-Plomb
MessageSujet: Re: Oswin Striker   Ven 29 Nov - 17:26:02

Je proteste ! Nous ne sommes pas d'accord sur le café. niarkhéhé

Re-bienvenue Oswin. Very Happy

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Invité
  • Invité
MessageSujet: Re: Oswin Striker   Ven 29 Nov - 22:21:08

J'aime beaucoup ton histoire et l'ambiance qui s'en dégage. Bienvenue au Ministère ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
  • Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Oswin Striker   

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Miroir du Riséd :: Accueil :: Personnages :: Présentation des personnages :: Fiches Acceptées-