Partagez | .
 
 Gabriel Bloodstone
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
  • Gabriel Bloodstone
    • Nombre de messages : 13
    • Age : 27
    • Date d'inscription : 05/08/2013

    • Pensine
      Statut sanguin: Sang-Mêlé
      Baguette magique:
    avatar
  • Styliste magique
MessageSujet: Gabriel Bloodstone   Mar 6 Aoû - 4:27:27

[list]
[*]Nom :Bloodstone
[*]Prénom :Gabriel
[*]Âge en HJ :22 ans
[*]Âge du personnage :15 ans
[*]Statut de sang de votre personnage (Voir selon la classification ICI) :Sang-Mêlé
[*]Comment avez-vous connu le forum ?Une amie qui m'en avait parlé il y a quelques années.




Des plaintes se firent entendre, réveillant à contrecœur Gabriel. Il ouvrit difficilement les yeux et les referma aussitôt, à cause des rayons du coucher de soleil. Son regard se posa instinctivement sur son baladeur. Il replaça quelques mèches rouges sur son front et constata avec amertume qu'il n'avait plus de batterie. Un long soupir sortit de sa bouche. Il ne manquait plus que ça. Il n'aimait pas voir son appareil l'abandonner, surtout en plein voyage.

– Ah oui c'est vrai... un voyage, pensa le jeune homme.

Le rouquin releva la tête et, d'un air profondément ennuyé, fit l'état des lieux. A force de se couper du monde avec sa musique, il avait presque oublié qu'il était dans le Poudlard Express. Mais au vu de l'état insalubre du compartiment, il aurait préféré ne pas s'en souvenir. Il s'adossa à nouveau contre cet inconfortable siège. Il n'y avait vraiment rien de divertissant dans ce train. C'était constamment le même public : des élèves de premières années surexcités, stressés, ou blasés pour certains (histoire de bien suivre le stéréotype de l'enfant riche aux nombreux mal-être), une vielle dame qui proposait les mêmes friandises depuis des siècles, et pour finir, un train qui pourrait très facilement se faire dépasser par un ''Brossdur 1'' si une course venait à être organisé. L'adolescent regrettait presque sa curiosité juvénile d'antan. Il se souvenait de cette époque où la découverte de cet univers était apparu à lui comme une bouffé d'oxygène. Entré dans le monde de la magie était une occasion, pour Gabriel, de réussir dans la vie. Tout le monde n'avait la chance d'avoir des pouvoirs magiques et il en était bien conscient.

- Tu aurais été étonné de me voir donner autant d'intérêt pour quelque chose.Dit-il en plaçant sa main sur son ventre.

Il leva un sourcil et commença à tapoter son pull comme pour y retrouver un objet perdu.

- Absinthe ?


Tandis que le stresse montait en lui, les plaintes à l'extérieur du compartiment se transformèrent en cris. Le jeune sorcier retira son casque, se leva en direction du couloir et y ouvrir la porte du compartiment, non sans violence. Alors qu'il s’apprêtait  à réclamer le silence envers la gente féminine, il stoppa son geste en voyant la scène devant lui. L'origine de tout ce vacarme était une élève de première année qui gesticulait au milieu du couloir. Elle essayait désespérément de retirer quelque chose à l'intérieur de son pull. Du poil à gratter, une araignée ? Que ce soit l'un ou l'autre, le rouquin ne bougea pas d'un pouce et se surprit même à rire. Certains élèves se moquèrent également, sans pour autant sortir complètement de leur cabine. Ils ne souhaitaient peut être pas se faire accuser pour une blague qui n'était pas la leur. Sûrement un élèves de première année, supposa Gabriel.

- Enlevez-moi ce truc, c'est dégoûtant ! S'écria l'enfant.

Ses suppositions partirent en fumés, en même temps que son sourire, lorsqu'il vit un rat albinos sortir du col de la fillette. Le rongeur s'échappa du pull et se dirigea à grande vitesse vers Gabriel. Il grimpa sur le jeune garçon et alla directement se loger derrière la chevelure rouge de ce dernier.
Une fois remise de ses émotions, la petite fille se retourna avec un regard noir.


- Un problème ? Demanda-t-il en la fixant, sans bouger d'un cil.
- Elle est à toi cette chose ?
- Il s'appelle Absinthe.

La petite bouillonnait sur place. Il n'avait jamais vu de sourcils aussi froncés.

– Je m'en fiche de comment il s'appelle, les animaux n'ont pas le droit de sortir en dehors des compartiments, je vais aller le dire que cette bestiole m'a attaqué ! Fit-elle d'un ton qui se voulait menaçant.

La voyant trembler des jambes, il leva un sourcil et d'un geste calme pris le rat dans sa main.

- Tu diras également qu'il a essayé de te défigurer le visage.

Gabriel fit mine de lancer l'animal sur elle, ce qui eut pour réaction de la faire partir en criant. Le garçon fit craquer sa nuque et retourna dans son compartiment.

– Dis donc, je ne savais pas que tu aimais faire des farces comme ça ? Demanda-t-il en soulevant son compagnon à son niveau.

Il n'eut pour réponse qu'un simple grincement de dent de l'animal, qui reparti directement dans le pull du garçon.

- Je prends ça pour un oui. Je comprends pourquoi mon père a dit que l'on s'entendrait bien tout les deux.

Le rouquin retourna s’asseoir avec un petit sourire en coin. Le coude appuyé sur le rebord de la fenêtre, il observa le paysage défiler.

Il se revit à l'âge de onze ans, les cheveux longs et rouge, ressemblant d'avantage à une fille qu'à un garçon, sur le quai 9 ¾ à la gare de King's Cross. La veille de son départ pour Poudlard, il avait pris soin de faire sa coloration, malgré l'interdiction de son père Honiry Bloodstone. Il se fit sermonner le lendemain, mais cela ne dura pas longtemps étant donné qu'il était sur le point de partir.

- Tu as tout pris avec toi ? Demanda son père.
- Ouais, ouais.
- Tes pulls ?
- Ouais, ouais.
- Tes slips ?
- Ouais, ouais.
- Ton âme... oh pardon, c'est vrai que tu n'en as plus depuis hier.

L'homme rigola, sachant pertinemment que sa blague avait touché de plein fouet la fierté de son fils. Avant que l'enfant ne réplique quoi que ce soit, son père le prit dans ses bras.

- Allez, fais attention à toi. Fit son père, essaye de ne pas t'attirer d'ennuis avec les autres, et puis surtout... coupe moi ces cheveux où tu ne trouveras jamais de petit copine.
- Et sinon le début de ta calvitie, ça se passe comment ?
- Espèce de...

Un sifflement retenti, annonçant le départ du train. Le jeune garçon lui dit au revoir une dernière fois, puis monta dans le train. Il traîna sa valise d'une main à la recherche d'un compartiment. Il s'arrêta un instant devant une fenêtre et contempla sa chevelure qui lui arrivait au niveau des épaules. Gabriel refusait que son père les lui coupe car, aussi loin que remontaient ses souvenirs, il adorait se faire passer pour une fille et faire tourner en bourrique ses professeurs. Un peu plus loin, il trouva un compartiment, déjà occupé par quelques élèves. Il y entra, monta sa valise pour la ranger dans le porte bagage puis alla s'asseoir.

Le jeune sorcier se mit alors à analyser les gens autour de lui. La carrure, la manière de parler, de se comporter, ou bien la qualité des vêtements pouvait être un moyen facile de reconnaître les enfants aisés ou intelligents. Il pourrait ainsi se renseigner sur certain d'entre eux au cours de l'année. Il ne cherchait pas obligatoirement à s'entourer de Sang-Pur. D'ailleurs, Sang-Pur ou Sang de Bourbe, il s'en fichait éperdument. Et puis faire du radicalisme n'était pas la meilleure solution pour servir ses ambitions. Non, ce qu'il visait c'était les avantages que ses camarades pouvaient lui apporter durant sa scolarité. Faire des farces, se servir des gens pour s'amuser ou pour en tirer profit était un de ses passe-temps favoris. On pouvait même dire qu'avec le temps il était devenu un véritable expert. Il pouvait aborder une personne gentiment, apprendre à connaître ses points faibles pour ensuite les utiliser contre elle. Pour autant, cela ne l'empêchait pas d'apprécier un individu simplement pour sa personnalité, mais cela n'arrivait pas souvent. Ses véritables amis se comptaient sur les doigts de la main. Mais l'enfant n'allait pas s'en plaindre, puisqu'il était à un tournant de sa vie plus que prometteur.

Gabriel regardait le temps passer, déjà vêtu de sa robe de sorcier. Il écoutait les autres enfants parler du monde magique qu'il ne connaissait qu'à travers les paroles de son père. En effet, le seul sorcier qu'il avait connu dans sa vie était son géniteur. Et pas n'importe lequel, d'après ce qu'il avait compris. Honiry Bloodstone était l'héritier d'une grande famille de Sang-Pur. Dans sa jeunesse, il suivait fièrement les traces de son père, le considérant comme un mentor. Ce n'est que plus tard qu'il comprit que  son paternel le considérait comme un simple objet de succession pour préserver les biens de la famille Bloodstone. Cela se confirma le jour où son père lui arrangea un mariage avec sa cousine, pour ainsi perpétuer la pureté du sang et rentrer dans les bonnes grâces de Lord Voldemort, si ce dernier venait à revenir. Ce fut le début d'une guerre entre le père et le fils, à la suite de quoi, ils rompirent tout contacte. Honiry partit vivre dans le monde Moldus et se découvrit une passion pour la peinture. Il rencontra Sheena Smith, une Moldus, qu'il épousa peu de temps après, en 1984. Gabriel naquit un an après.

Avec un parent sorcier, on aurait pu croire que le rouquin connaissait tout du monde magique, mais il n'en était rien. A part quelques sortilèges que son père utilisait pour entretenir la maison ou pour faire des farces avec son fils, il ne savait pas grand chose. On ne lui en parlait que pour répondre à ses questions ou pour lui apprendre à gérer ses pulsions magiques d'enfant. Gabriel avait tenté d'en apprendre d'avantage par lui même, mais son père n'avait gardé que des livres de médicomagie dans sa cave.

L'arrêt du train provoqua un bruit strident qui fit sortir l'enfant de ses pensées. La vapeur dégagée créa une espèce de brouillard sur le quai. Plusieurs élèves dans le couloir se précipitèrent vers la sortie, allant même jusqu'à le bousculer. Il n'hésita pas à leur donner des coups de pieds en retour. Une fois à l'extérieur, il prit une grande bouffée d'air. Le jeune garçon vérifia que sa belle robe, faite sur mesure, n'eut pas été sali ou déchiré par la foule. S'il y avait bien une chose qu'il n'aimait pas, c'était que l'on touche à ses vêtements. La mode était pour lui une invention beaucoup trop belle pour être souillée. Il fallait en prendre soin et ne pas hésiter à s'en délecter quand l'occasion se présentait.

Sa mère avait tenu le même discours avant de partir, il y a six ans, faire une carrière de mannequin en France. Si son père avait décidé de vivre modestement de sa passion, ce n'était pas le cas pour Sheena, qui croyait que les pouvoirs magiques de son mari leur permettraient de vivre dans le luxe. Elle quitta la maison en laissant son fils, prétextant que se serait beaucoup trop dur pour un enfant de cinq ans de supporter ses nombreux voyages. Ils ne la revirent plus depuis ce jour. Sheena envoya tout de même d'importantes sommes d'argent tous les mois, ainsi que des vêtements de haute couture, pour les besoins quotidien de son fils. En grandissant, sa mère lui proposa de venir vivre avec elle. Vivre aisément le tentait bien. Mais n'ayant pas beaucoup de souvenirs de sa mère, et donc peut d'affection pour elle, il préféra rester près de son père. De plus, Gabriel savait que rester en contacte avec la magie pouvait être un bon moyen pour réussir dans la vie.

Ainsi donc, le jeune garçon pris l'habitude de recevoir régulièrement des vêtements de marques. Il se mit également à la couture dès qu'il sut se servir d'une machine à coudre. Il recevait très souvent des patrons ainsi que plusieurs gammes de montages de la part de sa mère. Avant de partir pour Poudlard, elle lui envoya assez d'argent pour qu'il puisse s'acheter du tissu de qualité, au Chemin de Traverse. Grâce à cela, le garçon put se confectionner sa propre robe de sorcier. Il ne savait pas si ce don résultait de la magie ou de ses propres capacités, mais il en était fier. Très fier. La coupe était parfaitement ajustée à sa taille, et les points invisibles, faits à la main, étaient pratiquement irréprochables.

Gabriel entendit un sifflement quelques mètres plus loin.

- Allez les premières années, regroupez-vous près de moi ? Fit un homme gigantesque, d'une voix tonitruante.

Le rouquin fut assez impressionné. Ce n'était pas tous les jours qu'il voyait un individu aussi grand. Mais mise à part cette particularité et la barbe qui lui cachait à moitié le visage, l'homme en question ne semblait pas plus intéressant que cela. Il ne perdit donc pas son temps à l'observer et partit en direction du groupe de première année. Peu après, Gabriel se retrouva sur une barque en bois, flottant lentement sur un lac noir. Il contempla l’étendu d'eaux autour de lui. Apparemment, les deux autres élèves à côté de lui ne restèrent pas de marbre non plus. L'un d'eux se pencha un peu plus.

- Mon père m'a dit qu'il y avait des sirènes dans ce lac, s'émerveilla une petite fille aux cheveux corbeau.
– Ouais, mais il parait qu'elles sont horribles, lui répondit son voisin en rigolant.
- J'ai toujours rêvé d'en voir une en vrai.
- Je te pousse si tu veux, suggéra Gabriel sans se retourner.

De peur, la jeune fille bascula en arrière, faisant tanguer la barque. Le géant intervint un peu plus loin.

- Wow, doucement devant, on évite de bouger. Vous ne voudriez pas vous retrouvez nez-à-nez avec le calamar ? Grogna l'homme.
- Le... le quoi ? S'étonna la petite, encore inquiète d'avoir pu finir à l'eau l'espace d'une seconde.

Le deuxième garçon explosa de rire tandis que Gabriel arbora un sourire en coin, fier de sa petit blague. Après quelques exclamations d'élèves autour de lui, il releva la tête pour la première fois et  aperçut l'immense bâtisse qui se dressait, petit à petit, devant lui. Le design était magnifique et les fenêtres scintillaient, trahissant la multitude de tours enfouies dans la nuit. Oui, il pouvait le dire, ce château avait ''de la gueule''. Les embarcations arrivèrent bientôt à bon port et les élèves se regroupèrent. Une fois arriver à l'intérieur, le rouquin replaça quelques cheveux de son visage et admira le décor. Il avait l'impression d'être dans un film. C'était beaucoup mieux que ce vieux train, roulant à deux à l'heur, qu'il avait pris dans la journée. Subitement, une drôle de femme au visage aussi froid qu'un glaçon les accosta en plein milieu du couloir. Elle les toisa un moment puis leur demanda de la suivre. En la voyant, Gabriel compris vite qu'il valait mieux être dans ses bons papiers.

La troupe entra dans une immense salle ou plusieurs élèves, déjà assis, les attendaient. Le pépiement de ses camarades augmenta à la vue de ce ciel qui flottait au-dessus d'eux. Ses yeux s'arrêtèrent un instant sur les chandelles. Il se demandait si la cire fondu n’allait pas leur tomber à la figure. Ça question personnelle resta en suspend quand il entendit un chant mélodieux résonner dans la salle. Le rouquin baissa alors la tête et posa son regard en face de lui. Ce n'était pas un professeur, ni un élève, mais bien un vieux chapeau placé sur un tabouret qui chantait. Voilà donc le fameux Choixpeau dont lui avait parlé son père. Apparemment, c'était lui qui décidait dans quelle maison les élèves allaient passer le reste de leur scolarité. Une fois qu'il eut fini de pousser la chansonnette, le professeur qui les avait emmené jusqu'ici se plaça près de l'objet enchanté et déroula un parchemin où était écrit tous les noms des futurs répartis. Sa voix résonna quand elle cita le premier nom.

- Ellena Swift !

Surprise, la jeune fille en question répondit sans y être invité.

- Présente ! Fit-elle paniquée.

Les élèves dans la salle ricanèrent. Gabriel sourit également quand il vit qu'il s'agissait de la même fillette qu'il avait effrayé quelques minutes plus tôt. Consciente de sa faute, elle alla timidement s'asseoir sur le tabouret. Une fois placé sur sa tête, le Choixpeau se mit à gigoter, ce qui effraya certains élèves dans la foule. Le rouquin, quand à lui, se demandait combien de personne avait pu passer sous ce chapeau, les cheveux sales. Il jura de se laver les cheveux une fois que tout cela serait fini.

- Serdaigle ! S'écria l'objet animé.

Des applaudissements éclatèrent dans toute la salle pour féliciter l'enfant, qui courut vers sa maison avec le sourire. A la suite de cela, un bon nombre d'élèves passèrent à leur tour. Cela dura un petit moment. Le jeune sorcier eu le temps de se poser un bon nombre de question. Il ne connaissait aucune particularité de ses quatre maisons, bien qu'il ait posé la question à son père. Ce dernier refusait de lui répondre, prétextant qu'il souhaitait attendre que le rouquin soit réparti pour se moquer de lui. Ce qui voulait dire, pour le jeune garçon, que certaines maisons devaient avoir un statu bien médiocre.

- Gabriel Bloodstone !

Le rouquin leva les yeux. A son tour, il se dirigea en direction du tabouret et s'assit dessus, tentant de camoufler le stresse qui montait en lui. Il surplombait à présent la salle devant une centaine d'élèves qui le regardaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Invité
  • Invité
MessageSujet: Re: Gabriel Bloodstone   Mer 7 Aoû - 13:14:18

Ah ! AH ! Avec toi, pas l'ombre d'un doute ! Ta Maison sera...


SERPENTARD !

Bienvenue ! Very Happy

Décidemment, Sheena / Gabriel, ça en fait une drôle de coïncidence. D'autant qu'avec Gabriel, toi, Sheena et Taemin, vous allez pouvoir monter un club d'amateurs éclairés de Mode. niarkhéhé
Revenir en haut Aller en bas
  • Gabriel Bloodstone
    • Nombre de messages : 13
    • Age : 27
    • Date d'inscription : 05/08/2013

    • Pensine
      Statut sanguin: Sang-Mêlé
      Baguette magique:
    avatar
  • Styliste magique
MessageSujet: Re: Gabriel Bloodstone   Mer 7 Aoû - 15:03:37

Merci beaucoup !

D'autres passionnés de la mode ? Bon ben, on va organiser un défiler dans les couloirs de l'école alors. niarkhéhé 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Gabriel Bloodstone   

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Miroir du Riséd :: Accueil :: Personnages :: Présentation des personnages :: Fiches Acceptées-