Partagez | .
 
 Une nouvelle tête, pas si nouvelle que ça... [Elendil]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
  • Natalee Shevelin
    • Nombre de messages : 201
    • Age : 37
    • Date d'inscription : 16/10/2007

    • Pensine
      Statut sanguin: Sang-Pur
      Baguette magique: 34cm, chêne rouge, ventricule de dragon
    avatar
  • Auror à puces Auror à puces
MessageSujet: Une nouvelle tête, pas si nouvelle que ça... [Elendil]   Lun 22 Juil - 14:30:17

«  Lee ! Le rapport sur l'attaque des Harpies près de Cardiff, tu l'as ?
— Ouais deux secondes, c'est sur mon bureau.
— Lee ! Il manque ta griffe sur le rapport d'intervention 8a775.
— Passe-moi une plume.
— Tu l'as bien lu ?
— Mais ouais ! M'apprends pas à faire mon taff, Rosebury.
— Lee ! On a un problème, y a une coquille dans le...
— Mais fous-y un coup de baguette et y en aura plus, que veux-tu que je te dise !
— Hé, Lee, tu veux...
— Non !
— J'allais juste te proposer un restau, ce soir...
— Ah... Ah. Désolée, je suis un peu débordée là, mais ouais, avec plaisir.
— Lee ! La commission a refusé la mission « Boursoufflet », tu t'sens d'en parler à Irons ?
— Merde ! Ouais je le ferai ce soir. Maintenant j'ai un putain de...
— Lee ! Tu peux faire une lettre à propos de cette histoire de guérisseurs de terrain, le département requiert l'avis d'un lieutenant là dess...
— Ça presse à la minute ?
— Non, mais...
— Merde à la fin ! Maintenant cassez-vous avec vos putains de demandes ou je vous caillasse ! »


Collins tourna le dos et fila sans demander son reste, sous le regard furibond de Natalee. Ils allaient la lâcher, à la fin ? C'était pas possible, ça ! Depuis que Tim avait quitté son poste de Lieutenant, ce n'était plus une, mais deux équipes d'aurors que Natalee avait sur le dos. Comme par hasard, ces bons à rien allaient plus souvent vers elle que vers Jared, quand bien même celui-ci se tournait les pouces en bouffant une pizza froide. Celui-ci lui avait bien dit qu'elle se rendait trop disponible, répondait trop vite aux demandes qu'on lui faisait, et que c'était la raison pour laquelle elle se trouvait toujours en train de courir et de régler des problèmes qui ne la concernait même pas. Cependant, Lee n'arrivait pas à faire autrement. Elle détestait laisser les choses traîner, autant par peur de mal faire son travail que de laisser les aurors sous sa direction démunis, incapables d'avancer de leur côté. Il y avait tant de travail, tant de problèmes à régler, si peu d'effectifs qu'elle carburait à cent à l'heure. Même lors de la guerre, l'auror ne s'était pas autant donnée pour son travail. Il fallait dire qu'à cette époque, les coupes dans le budget avaient considérablement réduit leur efficacité, en amochant considérablement le département de la Justice. Encore aujourd'hui, leur bureau en portait les stigmates.

Natalee avait bien songé à laisser tomber, pendant un temps, mais cela lui était impossible. Elle ne pouvait pas laisser ses coéquipiers, et encore moins Jared. D'autant qu'elle avait réalisé, avec l'aide de sa psychomage, qu'elle n'aurait pas tenu trois mois en congé sabbatique avant de se faire admirablement chier. Il lui fallait de l'action, du stress, de quoi la forcer à bouger, tout le temps. Elle avait construit sa vie de cette façon, et elle n'avait plus l'âge de tout démolir pour reconstruire sans sacrifier une partie d'elle-même. Alors, elle continuait, malgré la fatigue, malgré les angoisses que cela lui causait parfois, ou le risque de mourir à chaque mission.
Mais en ce moment, c'était plus qu'elle pouvait digérer. Jared et elles étaient dépassés, et les trois semaines sans un troisième lieutenant se faisaient sentir sur leur visage fatigué. Au moins, ce soir, s'efforceraient-ils de quitter plus tôt le QG, afin de prendre du temps pour eux. Elle louait le ciel d'avoir Jared auprès d'elle, capable, lorsque la situation devenait trop tendue, de relâcher la corde alors qu'elle aurait continué à tirer dessus jusqu'à ce que celle-ci se casse.

Au moment où elle reprenait sa plume pour terminer de remplir le document qui l'avait occupée entre deux interruptions, une boule de papier lui atterrit en plein front. Elle releva un regard féroce puis s'appuya du plat des mains sur son bureau, prête à bondir sur l'abruti fini qui osait encore l'interrompre.


« Qui est le putain de fils de...
— Hé, regarde qui c'est qu'approche ! »


Natalee se stoppa net dans sa diatribe fleurie et tourna la tête en direction des portes vitrées du QG. Celle-ci s'ouvrirent sur une silhouette connue, qui fit tourner quelques paires d'yeux féminins sur son passage.
Par le slip sale de Merlin, elle avait oublié, avec tout ce travail qui la submergeait ! Irons avait déclaré avoir trouvé un nouveau lieutenant, qui se présenterait aujourd'hui-même, à treize heures, avant d'ajouter que la surprise en ravirait plus d'un. Sur le coup, Natalee n'avait pas réfléchit davantage, pensant qu'Irons avait réussi à dénicher un de ces super-héros des États-Unis où elle ne savait quel pays à la con, où des aurors cousus de cicatrices tiraient plus vite que leur ombre. Mais non, il avait déniché, du fin fond de sa retraite en plein milieu de la forêt un gars bien des leurs, et que Natalee connaissait assez bien pour avoir partagé des années le QG avec lui, ainsi que quelques missions particulièrement dangereuses. Mister Roman, rien que cela. Un large sourire se dessina sur son visage, et elle se redressa complètement pour aller à sa rencontre, de sa démarche volontaire.


« Ça t'aurait troué le cul de donner de tes nouvelles ? »

Lâcha-t-elle pour tout accueil, avant de pouffer et d'étreindre brièvement le revenant. Elle se recula en tapotant gentiment son épaule, puis glissa ses mains dans les poches de son jean en lui adressant un grand sourire.

« Alors c'est toi qu'ils ont déniché pour remplacer Tim ? Tu peux pas savoir comme ça me fait plaisir de te revoir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Invité
  • Invité
MessageSujet: Re: Une nouvelle tête, pas si nouvelle que ça... [Elendil]   Mer 24 Juil - 21:26:48

Il avait dit oui. Mais que lui avait-il pris ce jour là ? Un soupçon d'humanité, de sens du devoir peut être. Elendil Roman n'avait pas dormi de la nuit. Dans quel pétrin était-il aller se mettre ? Depuis la visite inopinée de Garrett, l'homme avait tourné et retourné dans sa tête de bien drôles de pensées. Il s'était juré de ne plus reprendre les armes depuis la fameuse nuit du décès de son collègue et ami Hector. Il passait d'une émotion à une autre : il pouvait passer des heures à se promettre de ne plus remettre un seul pied au Ministère, et l'instant d'après, il se prenait à rêvasser à ce qu'étaient devenus les autres Aurors depuis la fin de la Guerre, ce à quoi ressemblerait son bureau, et tout simplement à sa vie si tout cela n'était pas arrivé.
Une partie du cœur, de l'âme et des entrailles du beau sorcier était morte avec Hector. Il ne subsistait depuis aucune lueur. Il était un corps vide, sans vie, sans amour. La tristesse avait laissé place à la haine, la haine s'était ensuite écartée pour laisser s'imposer le néant. Plongé dans une noirceur extrême, il n'était plus que l'ombre de lui même. L'homme autrefois si souriant, plaisant, charmeur s'était transformé en une âme errante.
Etait-ce un signe du destin ? Il n'avait que trente cinq ans, et malgré son laissé aller, Roman possédait encore quelques qualités. Il n'avait perdu aucun réflexe, il était peut être un peu rouillé, mais il dégainait sa baguette à une vitesse vertigineuse. Ses sens semblaient toujours autant en alerte. Il fut un grand Auror lors de ses débuts et pendant la Guerre. Il le serait peut être encore...

La veille de sa fameuse rentrée au Ministère, encore hésitant sur son futur, il décida de lui rendre visite, à lui, à celui qui serait toujours son meilleur ami. Accompagné de son fidèle chien Junk, il se rendit au cimetière dans lequel reposait désormais Hector. Il était la seule personne à qui il se confiait encore. Il n'avait plus, depuis l'accident, donné de nouvelles à sa famille ou à ses amis. Il était comme mort, et une partie de lui avait effectivement perdu la vie.


Bonjour Hector.

La tombe était magnifiquement fleurie malgré la saison hivernale.

Junk et moi sommes venus te rendre visite, et... Et t'annoncer quelque chose. Je tenais à t'en parler. 

Son berger allemand remua la queue, comme pour inciter son maitre, dont la voix et les membres tremblaient, à poursuivre.

Garrett est venu me voir il y a quelques jours. Tu sais, la Guerre est finie, mais le monde sorcier n'est malheureusement pas débarrassé du Mal. Il m'a parlé d'une Mafia, mais ne m'a pas donné plus de détails... Il me demande aujourd'hui de reprendre du service et de rejoindre à nouveau les troupes.

Une brise glaciale se leva. Décembre soufflait et faisait régner sa loi. Elendil cligna ses yeux qui brillaient sous le vent.

J'ai tout abandonné lorsque tu es parti. Je ne suis plus rien aujourd'hui. Je m'étais juré que sans toi je ne ferai plus rien. Mais une partie de moi en a envie, finit-il par lâcher.

Les rayons du soleil percèrent à travers les nuages et vinrent réchauffer le corps d'Elendil. Il leva les yeux vers le ciel : était ce le signe de l'approbation d'Hector ?

C'est ce qu'il aurait souhaité, crois moi. Que tu continues à vivre, pour lui, pour toi, pour moi.

L'Auror se retourna précipitamment : devant lui se tenait Kate, la soeur d'Hector. Dans ses bras des fleurs splendides, colorées. Elle était plus mince que dans son souvenir, mais toujours aussi sublime.

Kate ! Je, je... Je suis heureux de te revoir, lui dit-il enfin, les yeux perdus dans le vague.

Moi aussi Elendil.

Le silence s'instaura ensuite. Le temps avait passé, ils ne s'étaient pas revus depuis la mort d'Hector. Mais finalement, après trois ans, il ne leur suffit que d'un regard pour que ces années d'absence disparaissent ; ou du moins en apparence. Elle lui en voulait de n'avoir donné aucune nouvelle, de l'avoir laissé seule affronter sa peine. Hector était son ami certes, mais elle était sa soeur, son sang. Sans lui sa vie entière s'était vue bouleversée. Mais elle n'avait pas arrêté de vivre. Elle avait connu d'interminables jours sombres, mais elle croyait encore en la lumière. Il l'admirait pour son courage, pour sa volonté. Ils parlèrent ainsi des heures aux côtés de la tombe fleurie. Ils évoquèrent des souvenirs heureux, et pour la première fois depuis tant de temps, il rit. Puis le froid vint engourdir les extrémités de leurs corps. Leurs doigts étaient gelés, presque paralysés. Vint alors l'heure de rentrer. Ils se quittèrent d'une étreinte amicale qui réchauffa le cœur d'Elendil...

Le lendemain matin, Roman faisait les cent pas devant le Ministère de la Magie. Son cœur battait à tout rompre. Comment revenir d'entre les morts ? Tous ces gens avaient continué à vivre, pas lui. Il se sentait comme un étranger. Tête baissée, il suivit la foule de travailleurs et pénétra alors dans la battisse. Les lieux n'avaient presque pas changé. Il avança machinalement vers le niveau 1, en direction du bureau des Aurors. Des centaines de sorciers s'affairaient et aucun d'entre eux ne sembla remarquer sa présence. D'étranges sensations parcoururent le corps d'Elendil : tout lui était à la fois familier et étranger; les odeurs, les visages, les murs. Sa vie sociale reprenait du sens. Il était de nouveau une personne vivante, un sorcier à part entière. 
Il pénétra alors dans le QG des combattants. Des dizaines de regards se tournèrent vers lui, parfois le dévisageant comme un étranger, d'autres fois comme un revenant. Certains ouvraient même la bouche en se plaquant une main devant. Aucun son ne put d'ailleurs sortir de la sienne. Il était un peu mal à l'aise, mais son naturel nonchalant et séduisant reprit le dessus. Il se tenait droit, fier, beau, et s'arrêta soudain lorsqu'une voix familière résonna :

« Ça t'aurait troué le cul de donner de tes nouvelles ? »

Puis une étreinte. Celle de la très jolie Natalee Shevelin. 

Toujours aussi délicate et polie à ce que je vois, Natalee ! Effectivement ça m'aurait trouvé le cul, donc j'ai préféré pas le faire tu comprends bien... Ben dis donc, tu vas finir par prendre racine si tu continues ma belle ! J'allais te dire que t'avais pas changé, mais si finalement, t'as un peu vieilli quand même malgré tes fringues d'ado, lui lança t'il en regardant la jeune femme dont les mains se trouvaient au fond de ses poches... Il ne lui dirait pas mais sa présence plaisait au sorcier.

« Alors c'est toi qu'ils ont déniché pour remplacer Tim ? Tu peux pas savoir comme ça me fait plaisir de te revoir. »

Comme tu le vois, oui. Pas que j'en avais marre de me la couler douce dans ma tanière, mais il paraît qu'on a besoin d'aide par ici, alors je suis venu à la rescousse, lui lança t'il taquin. T'as l'air crevée Nat', va falloir penser à faire un petit somme réparateur si tu vois ce que je veux dire...

Shevelin avait de l'humour dans ses souvenirs, et beaucoup de répartie, il pouvait donc se permettre ce petit jeu. Il sourit alors à la sorcière, mais il sentit que ce geste n'était pas encore revenu à son naturel : sa bouche se déforma d'ailleurs un peu.

Bon alors, qu'as tu sur la planche ? Paperasse ? Terrain ? Tim ne m'a pas donné plus d'infos, mais paraît que vous avez du boulot !

Elendil huma l'atmosphère et se sentit étrangement bien. Il était revenu à ses sources, et se retrouvait pour la première fois depuis trois ans...


Dernière édition par Elendil Roman le Lun 29 Juil - 8:55:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
  • Natalee Shevelin
    • Nombre de messages : 201
    • Age : 37
    • Date d'inscription : 16/10/2007

    • Pensine
      Statut sanguin: Sang-Pur
      Baguette magique: 34cm, chêne rouge, ventricule de dragon
    avatar
  • Auror à puces Auror à puces
MessageSujet: Re: Une nouvelle tête, pas si nouvelle que ça... [Elendil]   Ven 26 Juil - 8:11:06

Un rire un peu semblable à un jappement de Junk chien heureux sortit du gosier de l'auror, lorsqu'elle entendit la répartie de son ancien collègue. N'importe quelle femme aurait été vexée à plus ou moins grand degré par les propos de Roman – Shepperd, par exemple, lui aurait retourné une baffe – mais pas Natalee. Elle ne s'était jamais sentie assez à l'aise dans son corps pour se soucier vraiment de son apparence. Quant à son âge... Bon, pour tout avouer, son âge la peinait un peu, mais davantage par nostalgie que par peur de vieillir. Elle ne vieillissait pas, d'ailleurs. Bien, non, puisqu'elle demeurait toujours la même tête brûlée, à la bouche encrassée par les vulgarités qu'elle débitait à longueur de journée.

« Toi aussi, mon vieux. L'âge va bien aux hommes, mais tu te laisses un peu aller, là ! »

Ne put-elle s'empêcher de rétorquer, bien qu'elle n'en pensait pas un mot. Son look un peu négligé ne lui allait pas si mal, bien que Natalee aurait préféré ne pas distinguer, dans les yeux du revenant, cette ombre légère qu'il ne camouflait pas assez pour ses sens aiguisés de lycane.

Un peu plus adoucie, mais le regard encore pétillant, Lee avoua à demi-mots que la présence chaleureuse de son collègue lui avait manquée. Oh ! elle avait compris les raisons de son départ. Elle se doutait qu'elle-même en aurait fait autant, si elle avait vécu l'expérience d'Elendil, avec Jared. Le métier d'auror, aussi difficile, dangereux et usant était-il, créait des liens forts entre les membres d'une équipe, plus particulièrement encore avec son principal coéquipier. Des liens d'amitié ineffaçables, de fraternité profonde, de confiance et parfois, même, d'amour. Natalee cacha l'élan de compassion qu'elle éprouva à cette pensée derrière un sourire, tandis qu'Elendil reprenait la parole, toujours avec ce ton railleur. Les propos lui firent oublier presque instantanément ce triste souvenir.


« J'ai pas le temps pour ces conneries. » rétorqua-t-elle, amusée. « En revanche, j'espère que tu en as bien profité de ton côté, car désormais, l'époque de la sieste coquine de quatre heures est finie. »

Au moins Elendil, lui, avait l'air en forme et motivé à présent qu'il était sorti de son trou. Natalee ricana en entendant les questions du nouveau lieutenant et sortit les mains de ses poches pour les lever en signe d'arrêt.

« Minute, coco. D'abord, je dois t'introduire dans tes nouvelles fonctions. Soit dit en passant, je ne sais pas ce qu'il t'as pris d'accepter le grade de lieutenant. Moi, je me pose toujours la question, me concernant. »

Elle alla pour s'engager dans l'open space, en direction du bureau privé d'Elendil, mais se stoppa dans son élan quand elle remarqua toutes les paires d'yeux braqués sur elle. De grands yeux attentifs et interrogateurs. Respectueux malgré leur tendance à la blague saucisse, les aurors attendaient que la femelle alpha (comme ils la surnommaient sans qu'elle n'en sache rien) ait fini avant de céder à leur désir de saluer le revenant.
Shevelin recula de quelques pas en fourrant de nouveau les mains dans ses poches, et ce fut le signal. Jared le premier, tous ceux qui avaient assez d'années de service derrière-eux pour avoir connu Roman vinrent lui souhaiter un bon retour, avec la jovialité et l'humour qui les caractérisaient. Lorsque tous eurent pu serrer la main ou faire l'accolade à Elendil, Lee les renvoya à leur travail, en tapant dans ses mains comme une maîtresse d'école.
Grant fut le dernier à retourner à son bureau, non sans lui adresser un regard insistant, quoi qu'amusé. Shevelin se remémora l'époque lointaine où, alors qu'ils n'étaient encore qu'amis, elle avait avoué lors d'une conversation grivoise, avec sa voix éraillée et sa sobriété exemplaire, que « comme toutes les gonzesses de ce bureau, moi aussi, je me le taperais bien. Sur un malentendu, ça peut être cool ! ». L'auror ne put s'empêcher de rire.


« Bon allez, un peu de sérieux. Ton bureau est là-bas, derrière cette porte. Les chefs ont l'avantage de ne pas bosser dans l'open space, mais j'avoue que Grant et moi travaillons encore souvent ici. Je t'apporterai les rapports de mission concernant ton équipe principale, ainsi que leur dossier personnel, à chacun. Quant aux restes... »

Elle marqua une pause, puis articula, plus bas et plus lentement qu'à l'accoutumée.

« Irons est en réunion politique avec je ne sais plus quels chieurs du Ministère. Il m'a demandé de te briefer un peu. C'est ma pause alors, ça te dit d'en discuter autour d'une assiette ? Perso, je crève la dalle. Y a un petit bistrot sympa, pas trop loin d'ici. »




Hj : Si tu veux enchaîner sur le bistrot, libre à toi d'inventer. Si tu ne le fais pas, j'improviserais dans mon prochain RP de toute façon. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Invité
  • Invité
MessageSujet: Re: Une nouvelle tête, pas si nouvelle que ça... [Elendil]   Lun 5 Aoû - 18:26:23

Natalee n'avait pas changé. Chaleureuse, directe et pleine de répartie, le temps avait, contrairement aux dires d'Elendil, bien fait son travail. 
Autour de lui les mains s'affairaient à traiter les dossiers, et ce climat si spécial qui régnait au QG des Aurors lui rappelait des souvenirs lointains. Il se voyait encore avec Hector, discutant autour d'un bon café des derniers ragots du Ministère, de la dernière conquête d'Elendil, des prochaines missions qu'ils réussiraient à coup sûr. Une lueur de tristesse brisa furtivement le regard de l'auror. Mais très vite les odeurs de papier, le grattement des crayons, les senteurs caféinées qui emplissaient le bureau lui titillèrent les narines, et ses pensées négatives disparurent aussi vite qu'elles étaient apparues.
Il était heureux et soulagé de revenir parmi les siens, et plus requinqué que jamais. A la vue d'une Natalee forte, téméraire et courageuse, il ne pouvait pas reculer, et n'en avait d'ailleurs pas l'envie. Elle avait fait face à la Guerre, et semblait porter le poids d'une armée sur ses épaules. Il lui sourit, et apprécia l'instant présent. La jolie brune semblait percer, derrière cette attitude assurée, les séquelles d'un traumatisme, mais l'heure était venue de reprendre du service et d'enfin arrêter cet apitoiement personnel.


J'ai pas le temps pour ces conneries. En revanche, j'espère que tu en as bien profité de ton côté, car désormais, l'époque de la sieste coquine de quatre heures est finie.

Disons que l'ours a fini d'hiberner, lança t'il amusé.

Je ne sais pas ce qu'il t'as pris d'accepter le grade de lieutenant. Moi, je me pose toujours la question, me concernant.

Tu croyais quand même pas, Natalee, que j'allais revenir sous ta jouxte?, ajouta t'il amusé. Non, plus sérieusement je sais pas trop pourquoi j'ai dit oui. Mais soyons fous, j'ai besoin de bosser, de crouler sous des tonnes de dossiers, de gérer les troupes, d'arrêter de dormir, de recommencer à fumer, bref. Je suis content de revenir, et de te revoir, lui dit-il très sincèrement.

La surprise était au rendez-vous: après trois années d'absence, un élan de sympathie s'était dévoilé au passage d'El'. Ces visages amicaux, joviaux, qui n'avaient que très peu changés finalement, remplissaient à nouveau le cœur jusque là si vide de bonheur de l'Auror. Il prit le temps de tous les saluer. Parmi eux, Jared, dont les regards pénétrants envers Natalee étaient éloquents. Certaines choses avaient donc changé finalement, tout comme l'état des bureaux qui mériteraient bien un petit coup de rafraichissement. 
Après toutes ces accolades et salutations, Lee présenta enfin son bureau au nouveau – pas si nouveau que ça – venu.
Roman y déposa alors quelques affaires personnelles qu'il n'avait pas oubliées d'amener. Un bon petit coup de décoration, des bouquins et quelques peintures et le tour serait joué, il y serait chez lui.


Irons est en réunion politique avec je ne sais plus quels chieurs du Ministère. Il m'a demandé de te briefer un peu. C'est ma pause alors, ça te dit d'en discuter autour d'une assiette? Perso, je crève la dalle. Y a un petit bistrot sympa, pas trop loin d'ici.

Toujours aussi spontanée, mais prudente: la voix de la jeune femme était descendue de quelques tons.  Aux gargouillis brutaux et sonores qu'émettaient son ventre, Elendil lui donna raison sans même avoir besoin de lui répondre:

Mouai, ça s'impose je crois. Je te suis. Je crois qu'un bon briefing me fera le plus grand bien. J'ai du louper pas mal de trucs. J'ai suivi les affaires du Ministère mais qu'avec la Gazette, rien de plus. Un petit rafraichissement de mémoire est primordial. Et puis, dit il à son tour en baissant volontairement la voix, toi aussi tu as des choses à me raconter...

Et son regard désigna Jared, qui au loin, avait de nouveau vaqué à ses occupations.
(…)

Lee conduisit El' dans un petit bistrot très British à la sortie du Ministère. Il grouillait de monde, mais heureusement, elle semblait connue comme l'Hippogriffe doré et le serveur, chaleureux, ne tarda pas à les installer confortablement dans un petit coin tranquille au coin d'une cheminée.
Il ôta son manteau bleu nuit, et s'assit sur un banc confortable face à sa collègue:



Alors Lee, raconte moi tout.
Revenir en haut Aller en bas
  • Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Une nouvelle tête, pas si nouvelle que ça... [Elendil]   

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Miroir du Riséd :: Hors-Jeu :: Archives :: 1999-2000-