Partagez | .
 
 Comment faire d'une pierre deux coups [Pr Vawdrey]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
  • Lavande Brown
    • Nombre de messages : 1510
    • Age : 28
    • Date d'inscription : 07/07/2006

    • Pensine
      Statut sanguin: Née moldue
      Baguette magique: 25 cm, bois de bouleau argenté, crins de licorne
    avatar
  • Médicomage Médicomage
MessageSujet: Comment faire d'une pierre deux coups [Pr Vawdrey]   Mer 19 Juin - 13:16:48

Barcelone enneigée. La plage peinte en blanc. La Sagrada Familia sous les stalactites. Des images étonnantes, impressionnantes même. Bon, certes, la scène perdait tout de suite en majesté lorsque l’on remarquait les deux zoziaux qui posaient fièrement sur chacun des clichés, mais il n’en restait pas moins que les photographies étaient suffisamment surprenantes pour avoir amené une observation attentive de ces dernières par Lavande. Après tout, pour une fois que ses cousins lui envoyaient autre chose que des photos de leurs conquêtes féminines respectives, le changement était bienvenu.

A vrai dire, elle les enviait même fortement d’être présentement en année d’échange dans la capitale catalane. Que n’aurait-elle pas donné pour se rendre sur le continent, histoire de profiter un peu du soleil ibérique par exemple … Malheureusement les finances familiales ne le permettaient pas. Sans compter qu’en termes d’études magiques, l’Espagne ne possédait pas d’université rivalisant avec l’UMA. Enfin, honnêtement, elle se serait conformée sans difficulté avec Paris ou Prague où se trouvaient les deux autres plus grandes facultés du monde magique européen. Mais bon, la jeune étudiante se remontait le moral en constatant qu’au moins, en ce mois de novembre déjà bien avancé, Eric et Jordan pouvaient se vanter de beaucoup de choses concernant leur présence à Barcelone mais certainement pas du temps. C’était une maigre consolation bien entendu – surtout si on comparait la neige catalane à la pluie londonienne – mais c’était toujours mieux que rien.

L’Anglaise se décida donc à ranger les photos que les jumeaux avaient accolées à la lettre qu’ils lui avaient envoyée dans un tiroir de son bureau, se promettant de leur répondre dans la semaine. Pour l’instant, elle avait un entretien à préparer. Ou, plus précisément, elle avait à se préparer pour un entretien. Car la préparation dudit entretien était terminée depuis quelques jours. Elle vérifia d’ailleurs nerveusement que ses notes étaient bien dans son sac à main et, une fois ses inquiétudes calmées, se mit en devoir de choisir une tenue correcte pour rencontrer le professeur Vawdrey. En effet, le rendez-vous qu’elle allait avoir avec son professeur préféré dans un peu moins d’une demi-heure était essentiel pour son avenir professionnel et même citoyen.

Mais revenons quelques jours en arrière pour mieux comprendre la situation. Trois jours auparavant, un article signé Emilien Dawster avait été publié dans la Plume Sagace concernant le déclenchement de l’épidémie dont on parlait déjà depuis quelques semaines dans le monde sorcier. D’après les premiers soupçons, les symptômes auraient un rapport avec la consommation du tonique Vitmagic créé par l’alchimiste Gustave Flemming. Et, suite au commencement de propagation des symptômes, un groupe de recherches avait été monté autour du Professeur Vawdrey pour étudier les symptômes déjà présents et tenter de trouver une solution avant que l’épidémie ne se propage. Or, Lavande avait tout de suite vu là l’occasion de se rendre utile à la communauté sans se mêler de politique tout en obtenant peut-être le stage dont elle avait tant besoin pour valider son CALMAR.

En effet, comme il était à prévoir, le centre de recherches en pathologies, maladies et conditions d’origine magique associé à Sainte-Mangouste n’avait pas encore répondu à sa demande de stage. Ce qui n’était nullement étonnant soi-dit en passant vu le nombre réduit de places proposées et la difficulté conséquente d’y obtenir un poste. Ce groupe de recherches organisé par le Professeur Vawdrey semblait donc être un don du ciel. Seulement, elle savait parfaitement que Vawdrey n’allait pas l’accepter comme stagiaire juste pour ses beaux yeux – ne serait-ce que parce qu’il pouvait se faire les plus belles filles du campus d’un simple sourire. Par conséquent, elle avait réfléchi à un véritable plaidoyer pour un projet sur le long terme. Projet qui, de plus, avait l’avantage de constituer une aide substantielle à Vawdrey et son équipe si jamais elle réussissait à convaincre ce dernier de le mettre en place. Et là était bien toute la question.

Ainsi, dix minutes avant l’heure prévue, après avoir enfin porté son choix final sur une jupe mi-longue légèrement évasée au niveau des genoux, une chemisier blanc classique et une veste à épaulettes noire, le tout accompagné d’un collant et de bottines, elle enfila sa gabardine et son écharpe, attrapa son sac à main et prit la direction du bureau du professeur de Soins Magiques. Elle arriva très précisément deux minutes avant l’heure et, ne voulant pas déranger, attendit qu’il soit onze heures précises pour frapper et attendre qu’il lui soit donné l’autorisation de rentrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Arsène Vawdrey
    • Nombre de messages : 514
    • Age : 40
    • Date d'inscription : 09/09/2008

    • Pensine
      Statut sanguin: Sang-de-Bourbe
      Baguette magique: 27cm, bois de noisetier avec du ventricule de dragon
    avatar
  • Médicomage Médicomage
MessageSujet: Re: Comment faire d'une pierre deux coups [Pr Vawdrey]   Lun 8 Juil - 20:13:25

Debout devant l'étagère de son bureau de l'UMA, Arsène tentait de mettre la main sur un manuel perdu de vue qu'il souhaitait citer dans son projet de recherche. A vrai dire, il s'accordait par la même occasion une petite pause dans sa très longue journée.

Le médicomage n'avait jamais autant croulé sous le travail. Certes les dossiers avaient toujours eu tendance à s'accumuler sur son bureau à Sainte Mangouste, cependant depuis quelques semaines ceux-ci prenaient très largement la poussière. Et pour cause, une épidémie était très probablement en train de pointer le bout de son nez. Il avait fait en sorte de rester le plus évasif possible avec les journalistes, mais il était sérieusement inquiet.

Depuis quelques semaines, il avait mis sur pied un groupe de médicomages qui recensaient les cas soupçonneux de grippe. Bizarrement, alors que l'épidémie habituelle de grippe n'avait toujours pas atteint la Grande-Bretagne, des états grippaux avaient été constatés aux urgences de l'Hôpital Sainte-Mangouste et ceux-ci s'avéraient être assez tenace. Au début ils n'avaient pas réellement pris cela au sérieux et avaient traité très simplement les cas. Seulement c'était sans compter le retour des mêmes patients, jours après jours, dont l'état ne faisait qu'empirer et ne répondait pas aux traitements habituels. Interloqué, Arsène avait même contacté un confrère de l'Hôpital Saint-Thomas, établissement moldu, afin de tenter de traiter certains patients avec du Tamiflu; sans succès. Finalement, les patients avaient été hospitalisés et maintenant ils occupaient une partie du service du deuxième étage, spécialisé dans les virus et microbes magiques. L'équipe de soignants avaient été prié de tenir sa langue sur ce qu'il s'y passait et aux dernières nouvelles, peu d'informations avaient filtrées, cependant, la direction de l'Hôpital avait tenu à ce que le Professeur Vawdrey organise une conférence de presse afin de rendre la population attentive à ce qu'il se passait.

Cette conférence de presse, il l'avait tenu entre quatre yeux avec Emilien Dawster, rédacteur à la Plume Sagace, journal de l'UMA. Son but ? Attirer l'attention de la Direction de l'Université de Magie Avancée afin qu'elle accepte son projet de mise en place d'un groupe de recherche plus sérieux et surtout financé par l'Université. Sainte-Mangouste était très limité d'un point de vue financier et il était hors de question de faire des trous dans le budget déjà bien serré de l'établissement de santé. C'est ainsi qu'il s'était retrouvé à devoir monter un projet pour que l'Université leur offre des locaux et une bonne rémunération pour mener leurs recherches. Arsène avait déjà tout prévu : un pôle resterait à Ste-Mangouste et se chargerait de récolter des informations sur les patients rencontrés et un autre se situerait à l'UMA où des chercheurs tenteraient de mettre au point un remède, après avoir pu identifier la mystérieuse maladie.

Son projet était déjà bien ficelé, il ne restait que quelques points à mettre en place. Celui-ci serait présenté au Conseil d'Administration début décembre et ceux-ci déciderait s'il acceptait ou non d'accueillir le groupe de recherche. Arsène se sentait assez stressé par l'idée qu'ils refusent, ça l'angoissait et ça faisait bien longtemps qu'il n'avait pas ressentit ce sentiment. Au fond de lui il savait pertinemment que le CA ne refuserait pas, il avait eu l'occasion de discuter avec certains de ces membres qui s'étaient montrés très favorables, il n'y avait donc quasiment aucune chance pour qu'il soit refoulé. Cependant, l'heure était grave et si le groupe de recherche ne trouvait pas des fonds, le monde magique courrait à la catastrophe, il en était probablement le plus conscient de tous.

Un coup léger frappé à sa porte le sortie de ses pensées. Qui était-ce? Arsène n'attendait personne. Sa lèvre se plissa d'irritation. Il n'avait franchement pas le temps de répondre à de futiles questions d'étudiants qui ne comprenaient rien à rien à ses cours. Son bureau était en chantier, des documents trainaient ça et là sur les chaises, des livres trônaient même par-terre car la place manquait sur son bureau lui aussi très encombré de documents divers.

Agacé, le médicomage pointa sa baguette magique vers la porte d'entrée et lui ordonna de s'ouvrir. Il n'avait aucune envie de se déplacer pour perdre encore plus de temps à virer l'étudiant qui aurait le culot de le déranger.

Il vit apparaitre une jeune femme, Lavande Brown, qui suivait ses cours depuis quelques années. Étudiante attentive et brillante qui avait probablement un excellent potentiel. Il n'avait jamais couché avec elle et à vrai dire elle ne lui avait jamais fait d'avance. Que lui voulait-elle? et surtout pourquoi maintenant? Avaient-ils rendez-vous?

Mais le médicomage s'était déjà détourné de la blonde pour replonger son regard noisette sur les étagères, toujours à la recherche de ce fameux manuel perdu. Il tiqua légèrement et lança à son étudiante:

Que puis-je faire pour vous Miss Brown? Je n'ai pas beaucoup de temps alors soyez brève.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Lavande Brown
    • Nombre de messages : 1510
    • Age : 28
    • Date d'inscription : 07/07/2006

    • Pensine
      Statut sanguin: Née moldue
      Baguette magique: 25 cm, bois de bouleau argenté, crins de licorne
    avatar
  • Médicomage Médicomage
MessageSujet: Re: Comment faire d'une pierre deux coups [Pr Vawdrey]   Mer 10 Juil - 9:05:15

Lorsque la porte s’ouvrit dans un « clic » automatique, Lavande la poussa avec détermination mêlée à une bonne dose d’appréhension. Une fois le seuil passé, elle se rendit soudain compte qu’elle n’était jamais venue jusqu’au bureau du Professeur Vawdrey avant ce jour. Peut-être était-ce lié au fait que la matière qu’il enseignait était la seule où, au lieu de rencontrer des difficultés, elle se révélait avoir des facilités inattendues. Par conséquent, elle n’avait jamais éprouvé le besoin de venir mendier quelques explications en plus à la fin d’un cours. Quant à l’autre « volet » de raisons qui amenait régulièrement les étudiantes jusqu’au bureau du jeune Médicomage, elle se contentait pour sa part sans difficulté d’admirer la plastique sans défauts de l’enseignant pendant les cours. Pour tout autre type d’activités d’un ordre plus physique, elle avait un Celte à la maison qui faisait plus que l’affaire.

-Que puis-je faire pour vous Miss Brown ? Je n'ai pas beaucoup de temps alors soyez brève.

L’entrée en matière lui servit de douche glacée. S’il y avait un scénario qu’elle n’avait pas envisagé lorsqu’elle avait revu mentalement les différentes façons dont son entrevue était susceptible de se dérouler, c’était bien que Vawdrey ait oublié leur rendez-vous. Un instant, elle fut sur le point de paniquer et de vérifier compulsivement si elle n’était pas la fautive dans l’histoire, celle qui aurait confondu les jours mais, non, c’était impossible. Elle avait vérifié et revérifié la date et l’heure du rendez-vous un bon millier de fois avant de venir pour être sûre de s’attirer les grâces du Médicomage. A croire que son plan avait néanmoins lamentablement échoué. Cependant, elle ne se laissa pas démonter pour autant, elle avait un projet à présenter et à en croire son interlocuteur ce dernier n’avait que peu de temps à lui accorder. Elle se lança donc dans son explication de plein pied sans même prendre le temps de s’asseoir.

-Bonjour Monsieur. Je viens vous voir en rapport avec vos recherches sur l’épidémie qui semble s’être déclenchée récemment. En effet, après quelques réflexions personnelles, je pense pouvoir vous faire une offre qui serait mutuellement bénéfique à votre équipe et aux étudiants de l’UMA.


Elle sortit alors ses notes de son sac et lui tendit une feuille avec trois graphiques et quelques pourcentages inscrits dessus.


-Ceci est une copie du rapport annuel du département de médecine de l’Université moldue Colombia basée à Manhattan, New-York.


Elle désigna ensuite le deuxième histogramme et poursuivit.


-Et ceci représente les progrès effectués dans la lutte contre Alzheimer depuis l’ouverture en mars 1998 d’un groupe de soutien étudiant aux chercheurs professionnels. Vous voyez à quel point le registre précis des différents symptômes, associé à des tests plus fréquents des nouveaux traitements effectués par des étudiants d’abord supervisés puis seuls a permis une percée en la matière ? Eh bien, je viens vous proposer de réaliser quelque chose de similaire.

Elle fit une légère pause pour reprendre son souffle, réalisant que le stress l’avait amenée à parler un peu vite, même si son articulation n’en avait pas pâti. Elle changea ensuite de page et montra à son professeur un organigramme divisé en trois parties principales.


-Mon idée serait de diviser les étudiants motivés en trois groupes. Un premier composé uniquement d’élèves en filières Médicosoins aurait pour rôle de tester les premiers remèdes que votre équipe aura mis au point, pour gagner du temps. Un deuxième, ouvert à tous, se chargerait de tâches plus « administratives », comme tenir un registre à jour des différents symptômes, de leur évolution, etc… Voire on pourrait imaginer une cellule d’information à disposition du « grand public » si vous me passez l’expression. Enfin, de manière originale par rapport à l’expérience columbienne, j’ai également envisagé la création d’un troisième Agroupe qui pourrait se charger de créer tout type de potions et/ou cataplasmes dont vous et votre équipe auriez besoin, voire dans des cas très spécifiques pourrait se mettre à la recherche de certains ingrédients spécifiques. L’idée étant toujours de vous faire gagner du temps pour vous permettre de vous concentrer sur la recherche pure sans avoir à vous perdre dans des détails plus matériels.

Tandis qu’elle parlait, elle indiquait du doigt l’organisation des différents groupes qu’elle avait imaginés puis, une fois son petit discours terminé, elle finit par tendre les deux feuilles (bilan annuel et organigramme) à son professeur, considérant qu’il serait désormais bien avisé de lui laisser le temps d’assimiler toutes les informations qu’elle lui avait données. Elle continuerait avec les précisions techniques d’organisation uniquement s’il semblait intéressé par le projet, pas la peine de perdre leur temps à tous deux si l’enseignant rejetait d’office son idée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Arsène Vawdrey
    • Nombre de messages : 514
    • Age : 40
    • Date d'inscription : 09/09/2008

    • Pensine
      Statut sanguin: Sang-de-Bourbe
      Baguette magique: 27cm, bois de noisetier avec du ventricule de dragon
    avatar
  • Médicomage Médicomage
MessageSujet: Re: Comment faire d'une pierre deux coups [Pr Vawdrey]   Mer 24 Juil - 15:52:06

[HJ : J’ai imaginé que Lavande s’asseyait. Mais si ce n’est pas le cas, redis-moi et j’éditerai Wink]

Son ton n’avait laissé aucune place au doute, l’étudiante n’avait que quelques secondes pour énoncer la raison de sa présence et selon, Arsène la sommerait de sortir de son bureau aussi vite qu’elle était entrée. La présence de Lavande le rassurait cependant sur un point et un seul : il n’aurait au moins pas à reconduire une jeune femme aux idées placées au-dessous de la ceinture. Il avait tout sauf le temps d’une partie de jambe en l’air et l’avantage des questions liées à son cours, c’est qu’elles pouvaient se résoudre plus rapidement.

Son regard s’était replongé dans la bibliothèque à la recherche de ce fameux manuel dont l’absence l’irritait. Ses doigts palpaient la reluire des livres d’un air impatient, il aurait volontiers mis toute l’étagère en bas si cela avait pu l’aider à le retrouver. L’étudiante quant à elle, ne s’était visiblement pas laissé décourager par le dos hostile qu’il lui tournait.

Il n’avait pas franchement écouté le début du discours de la demoiselle mais lorsque celle-ci osa s’approcher de lui pour lui tendre des documents, il tendit l’oreille. Il fit même un quart de tour pour attraper les documents pour qu’elle puisse plus facilement lui montrer les différents éléments présentés. Il n’avait pas réellement eu l’intention de s’intéresser à ce qu’elle lui racontait, mais il resta pantois devant tant de détermination. Elle le regarda à peine, s’obstinant à lui prouver par A + B que l’Université de Colombia avait fait une avancée extraordinaire dans la recherche sur l’Alzheimer grâce à la participation active des étudiants.

Il hocha la tête pour l’encourager à poursuivre lorsqu’elle s’arrêter pour reprendre son souffle. S’ils avaient rendez-vous, il l’avait complétement oublié, mais même si ce n’était pas le cas l’étudiante semblait si inspirée par le sujet qu’elle traitait, qu’il aurait été absolument incapable de la jeter dehors de son bureau même si elle avait commencé à lui expliquer qu’il était possible de reproduire les détraqueurs avec les elfes de maison. Sa détermination frisait le respect. La suite termina de le convaincre qu’il avait bien fait de lui accorder du temps, elle avait déjà imaginé comment répartir les différents pôles de recherche au sein des différentes branches étudiantes que regroupait l’Université.

Elle s’arrêta enfin de parler. Son discours était terminé et il la balle était dans son camp. Passablement interloqué par la prestation de Lavande, Arsène attrapa définitivement les documents qu’elle lui tendait obstinément. D’un coup de baguette magique, il ferma la porte restée grande ouverte sur l’entrée de l’étudiante. Ensuite, il s’avança jusqu’à son bureau où il demanda, d’un tour de poignet, à des livres d’aller s’installer plus loin, il dégagea une des chaises qui faisait face à son bureau avant de s’installer dans son propre fauteuil.


Asseyez-vous !

Il n’avait pas suivi tout le discours de la jeune femme, mais ce n’était pas pour cela qu’il fit mine de lire attentivement les quelques pages qu’elle avait rédigé à son attention. Il avait cerné l’essentiel de la demande de Lavande et il s’accordait le temps d’y réfléchir. Elle lui avait exposé de manière très clair ce qu’il savait très bien : les étudiants étaient une valeur sûre dans toute recherche. Il n’était pas tombé de la dernière pluie et si le système sorcier laissait passablement à désirer, il avait eu l’opportunité de faire une immersion en Centre Universitaire moldu le temps d’une année sabbatique sorcière. C’était d’ailleurs la principale raison qui lui avait donné envie de s’approcher de la prestigieuse université plutôt que de mener ses recherches à Ste Mangouste.

Après quelques minutes de réflexion où il resta silencieux les sourcils froncés sur les graphiques de Colombia, il releva son regard pour capter l’attention de Lavande. Concrètement elle lui avait amené des idées qui complétaient les siennes, mais la question qu’il se posait à l’instant n’avait pas été posée par l’étudiante, aussi la lui posa-t-il, l’air grave.

C’est bien beau tout cela Miss Brown, vous prêchez un convaincu qui a fait une année de recherche à dans une université Moldue. Ce n’est pas un hasard si je compte m’adresser à l’UMA pour héberger ce projet. Certes l’apport matériel de Ste-Mangouste serait supérieur à celui de l’université, mais les étudiants sont une ressource assez rare dans l’établissement sanitaire. Je ne peux donc qu’approuver tout ce que vous me dites.

Il fit une maigre pause où il joignit ses mains devant son visage, il vérifia qu’il avait bien toute l’attention de l’étudiante avant de reprendre.

Et vous dans tout ça ? Vous n’êtes pas venu jusqu’ici pour m’expliquer comment un groupe de recherche doit fonctionner…

Il laissa sa phrase en suspens. Le médicomage n’était pas certain que la demoiselle assise en face de lui y avait concrètement réfléchit. Quoi qu’elle avait peut-être plus d’un tour dans son sac. Quoi qu’il en soit maintenant qu’elle avait commencé son histoire, il avait bien envie d’entendre la suite. Aussi attendit-il qu’elle reprenne la parole, confortablement assis dans son fauteuil. Son ton s’était montré passablement direct et quelque peu froid, si elle était aussi motivée qu’elle avait l’air de le montrer, elle ne s’y arrêterait pas dans son discours. Et puis il n’était jamais trop tard pour se mettre en avant malgré les obstacles et Arsène espéra qu’elle réussisse à continuer de le convaincre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Lavande Brown
    • Nombre de messages : 1510
    • Age : 28
    • Date d'inscription : 07/07/2006

    • Pensine
      Statut sanguin: Née moldue
      Baguette magique: 25 cm, bois de bouleau argenté, crins de licorne
    avatar
  • Médicomage Médicomage
MessageSujet: Re: Comment faire d'une pierre deux coups [Pr Vawdrey]   Dim 28 Juil - 15:33:45

Alors comme ça, elle prêchait un convaincu ? C’était censé être une bonne chose non ? Si le Professeur Vawdrey connaissait le principe des universités moldues, il était normal qu’il comprenne rapidement l’intérêt de son projet. Il semblait apparemment même y avoir déjà pensé lui-même puisqu’il avait choisi d’héberger ses recherches à l’UMA et non à Sainte-Mangouste – elle avait d’ailleurs honnêtement déjà envisagé que cela lui serait bénéfique lorsqu’elle avait eu son idée en lisant l’interview d’Emilien. Mais alors pourquoi, malgré toutes ces bonnes conditions, ressentait-elle encore un certain scepticisme de la part de son enseignant favori ?

-Et vous dans tout ça ? Vous n’êtes pas venue jusqu’ici pour m’expliquer comment un groupe de recherche doit fonctionner…

Ah voilà où se trouvait le piège ! Le Médicomage craignait sûrement de se retrouver avec un projet énorme sur les bras alors que, à en croire l’état de son bureau, il croulait déjà sous les obligations. Ou alors, à l’inverse, il avait peur qu’elle n’ait réfléchie à tout cela que dans le but de se faire bien voir de lui, du Conseil d’Administration ou peut-être même bien des deux tant qu’à faire. Heureusement pour elle et pour lui, aucune des deux solutions n’étaient vraies. Elle avait certes envisagé ce projet en s’incluant comme une part importante mais elle était loin de penser qu’elle pourrait le gérer seule. Elle se lança donc dans une nouvelle volée d’explications, essayant de ne pas se démonter puisque la première semblait avoir plutôt atteint son but.

-Non, je ne suis effectivement pas venue vous expliquer le fonctionnement d’un groupe de recherches, je suis venue dans l’intention de m’y impliquer si le projet vous intéresse. Plus précisément, mon idée consiste à gérer le groupe étudiant de recherches que je conçois comme un groupe de soutien au groupe de recherches que vous avez créé récemment. Mon idée serait alors que ce deuxième groupe, s’il venait à voir le jour, soit sous votre direction mais que je sois votre « intermédiaire » auprès des étudiants. En effet, j’ai pensé que les étudiants, en particulier ceux d’autres filières que celle de Médicosoins, seraient peut-être moins intimidés à l’idée de s’impliquer s’ils pouvaient s’adresser à une étudiante plutôt qu’à un professeur.

Elle s’arrêta là, appréciant le fait d’être désormais assise pour reprendre quelque peu son souffle. Puis considéra utile de rajouter, ne serait-ce que pour démontrer qu’elle ne voulait pas se mettre en avant de la scène pour le simple plaisir de se refaire une « image publique » après avoir joliment traîné son nom dans la boue en ayant l’idée stupide de suivre Elena Pinsktone à Trafalgar Square.

-Néanmoins, je dois avouer que si le projet venait à voir le jour dans une forme similaire à celle que je viens de vous exposer, je considérerais utile d’avoir si ce n’est un petit comité d’étudiants qui dirigeraient ce groupe à mes côtés, tout au moins un ou deux autres étudiants fortement impliqués dans les aspects plus « administratifs » du groupe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Arsène Vawdrey
    • Nombre de messages : 514
    • Age : 40
    • Date d'inscription : 09/09/2008

    • Pensine
      Statut sanguin: Sang-de-Bourbe
      Baguette magique: 27cm, bois de noisetier avec du ventricule de dragon
    avatar
  • Médicomage Médicomage
MessageSujet: Re: Comment faire d'une pierre deux coups [Pr Vawdrey]   Dim 28 Juil - 20:06:45

Le médicomage sondait le visage de la jeune étudiante alors qu’elle répondait à sa question. Il était évident que son visage trahissait une intense détermination. Il appréciait même si son visage à lui ne trahissait absolument aucune expression bonne ou mauvaise. Il avait appris avec le temps qu’il ne fallait jamais se fier aux apparences et c’est pourquoi il adoptait toujours une approche plutôt dure afin de tester les gens. Les personnes peu sûres d’elles déchantaient assez vite, les menteurs ou les beaux parleurs se faisaient également assez vite désarçonner. L’étudiante assise devant lui était restait aussi stoïque qu’on le pouvait lorsqu’on présentait ce qui semblait être un projet qui lui tenait fortement à cœur.

Il se renseignait toujours sur les gens qu’il côtoyait, si ceux-ci se démarquaient du lot. Lavande étant une étudiante brillante en cours de Soins Magiques, il était logique qu’Arsène connaisse son parcours par cœur, sans en référer à un dossier scolaire. Bien que sa réputation avait fait parler d’elle quelques mois auparavant lors d’une sombre affaire impliquant entre autre Elena Pinkstone et surtout Ann-Charlotte Doeringer, le diable de cette université. Mais chacun avait son petit lot d’erreurs qu’il souhaitait dissimuler ou laver, Lavande y compris.

Impliquer, gérer, intermédiaire, voilà des mots plein d’ampleurs. Quelque part, elle le surprenait. Elle si discrète, à ne jamais se mettre en avant plus qu’il n’en fallait. Voilà qu’elle décidait de se lancer tête la première dans ce groupe de recherche. Intéressant. Il n’aurait au moins pas à gérer un autre égo que le sien, ce qui n’était que plus appréciable.

La jeune femme avait terminé de parler depuis quelques instants lorsqu’Arsène reposa ses mains sur le dossier de son fauteuil et répondit.

Vraiment Lavande vous me surprenez. En bien, j’entends. Je vous ai toujours trouvé trop discrète bien que très brillante. Vos idées sont fascinantes et collent avec l’idée de ce que je me faisais de ce groupe de recherche au sein de l’UMA. Votre proposition me plait et m’intéresse. Cependant, je ne voyais pas les choses avec deux groupes de recherche distincts.

Alors qu’il parlait, il se leva pour avoir la place de faire de grands gestes.

Beaucoup d’étudiants en médicomagie terminent leur troisième année et rejoignent les rangs de Ste-Mangouste beaucoup trop tôt. Je vois là l’occasion de leur proposer de poursuivre leurs études en intégrant ce groupe de recherche. Savez-vous que seul un étudiant sur dix poursuit son cursus en faisant des HARPIES ? C’est bien regrettable croyez-moi.

Sur ses dernières paroles, il s’était retourné pour faire face à Lavande. Puis il reprit et contourna son bureau pour se rapprocher d’un meuble près de la porte d’entrée.

J’ai épluché les dossiers scolaires de plusieurs étudiants en médicomagie. Le vôtre également Miss Brown.

Il sortit un porte document qu’il tendit à Lavande. A vrai dire, seuls 5 étudiants avaient retenu son attention. Mais il émettait certaines réserves au sujet de certains d’entre eux, ou plutôt d’entre elles. Il ne souhaitait pas compromettre ses recherches avec des plans-culs. Aussi, puisqu’elle se proposait de participer activement, peut-être pourrait-elle l’aider à trouver des gens fiables. Il ne connaissait pas tous les étudiants aussi bien qu’un camarade pourrait les connaitre.

Vous comprendrez donc qu’il serait plus pertinent que ces étudiants rejoignent directement le groupe de recherche et mène les recherches. Imaginons que vous, Lavande, vous qui souhaitez-vous impliquer, ne souhaiteriez pas faire vous-même ces recherches, sans passer par des médicomages bien trop occupés ? Mener des recherches impliques beaucoup d’échecs, mais il n’y a pas besoin pour les mener d’avoir trente mille têtes pensantes, quelques-unes suffisent pour mener la barque et pour cela nous pouvons compter sur les experts de Ste-Mangouste et, je l’espère, ceux du Magizoo.

Tout en parlant, il s’était rassit et s’appuyait confortablement contre le dossier de son fauteuil.

Voyez-vous, je pensais demander deux postes d’assistants de recherches dans le projet que je vais présenter au Conseil d’Administration. Vous répondez parfaitement au profil.

Il fit un signe du menton en direction du porte-document et annonça :

Choisissez donc le camarade que vous estimez aussi digne que vous pour participer.

Un sourire amusé se dessina sur le visage du médicomage alors qu’il termina d’annoncer :

Ce travail est rémunéré Miss Brown…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Lavande Brown
    • Nombre de messages : 1510
    • Age : 28
    • Date d'inscription : 07/07/2006

    • Pensine
      Statut sanguin: Née moldue
      Baguette magique: 25 cm, bois de bouleau argenté, crins de licorne
    avatar
  • Médicomage Médicomage
MessageSujet: Re: Comment faire d'une pierre deux coups [Pr Vawdrey]   Jeu 1 Aoû - 15:50:40

-Vraiment Lavande vous me surprenez. En bien, j’entends.

A l’écoute de ces mots, ce qui devait arriver arriva et, malgré toute sa contenance jusque-là, la nature reprit ses droits et elle fut incapable de l’en empêcher, sentant le rouge lui monter aux joues. Une rougeur démontrant qu’elle était peu habituée à s’entendre couvrir de louanges pour aussi véridiques qu’elles soient. Elle se contenta donc de garder un visage aussi impassible que possible malgré la couleur qu’il avait pris, s’imprégnant avec plaisir des remarques de son professeur, telle une éponge se gorgeant d’eau après des mois de sécheresse. En effet, elle avait traversé une période difficile depuis la fermeture de l’UMA et ce n’était que depuis sa reprise en main à la rentrée, en grande partie aidée par les conseils d’Hermione, qu’elle avait l’impression d’avoir redonné une véritable direction à sa vie.

Jusque-là, elle se contentait de vivre au jour le jour, survivant aux années scolaires comme elle le pouvait, se concentrant principalement sur sa vie sociale et sentimentale, cherchant ainsi à oublier les horreurs de la guerre. Néanmoins, la manifestation du mois de mars avait été la sonnette d’alarme, le réveil brutal dont elle avait besoin pour réaliser qu’elle avait désormais vingt ans et qu’elle ne pouvait plus continuer à vivre comme une enfant, en fermant les yeux sur tout ce qui la contrariait. Il était temps de prendre son destin en main et de lui donner la forme qu’elle désirait. Après tout, n’était-ce pas le professeur Trelawney elle-même qui expliquait que le destin ne se dévoilait qu’à ceux capables de l’accepter ? Il était donc grand temps qu’elle accepte le sien, qu’elle se voie telle qu’elle était – avec ses qualités et ses défauts – et non comme elle rêvait d’être. Car, ce n’était que de cette façon qu’elle pourrait atteindre ses objectifs. Se voiler la face ne ferait que la ralentir.

Elle voulait devenir chercheuse spécialisée dans la recherche dans la lycanthropie ? Très bien. Mais, pour cela, elle allait devoir s’en donner les moyens. Et c’est pourquoi, elle s’était mise à travailler sérieusement les matières où elle était plus faible, notamment la Botanique et les Potions, si utiles en tant que compléments indispensables en Soins Magiques. Néanmoins, il ne suffisait pas de vouloir changer pour que les résultats arrivent en un jour et son absence de réponse après sa demande de stage au service de recherches de Sainte-Mangouste parlait d’elle-même. Si elle voulait s’imposer dans un milieu ultra-compétitif, elle allait devoir se démarquer des autres, démontrer qu’elle valait la peine qu’on investisse en elle. Le groupe de recherches créé par le Professeur Vawdrey était donc venu au moment le plus opportun pour cela et elle avait sauté sur l’occasion.

Elle écouta donc religieusement celui-ci, surprise par les chiffres qu’il lui fournit. Si peu de gens se lançaient donc dans des études supérieures ? C’était en effet fort dommage car nombre de ses camarades de classe avaient parfaitement les moyens de poursuivre en HARPIES. Fussent-elles de Magibiologie dans le cas de Neville pour n’en citer qu’un, malgré ses absences à répétition ces derniers temps, ou de Magicosoins pour Alan par exemple, qui était déjà sorti du lot avec sa Potion de Régénération Mémorielle – dont secret partagé par bien peu de gens et dont elle n’était pas peu fière, elle était à l’origine du nom. Elle comprit donc l’utilité de fusionner les deux groupes qu’elle avait originellement imaginés distincts et hocha silencieusement la tête pour affirmer son assentiment à la proposition du Médicomage.

Elle se tendit néanmoins quelque peu par la suite lorsqu’il annonça avoir épluché son dossier. Etait-ce une bonne ou une mauvaise chose ? Elle n’en était pas certaine mais savait qu’elle serait bien vite fixée. Elle le laissa donc poursuivre et réussit cette fois-ci à retenir son étonnement et sa joie d’avoir ainsi attiré l’attention de son professeur préféré. Il lui proposait rien de moins qu’un poste rémunéré. C’était bien plus qu’elle n’avait jamais osé espérer. C’était l’occasion d’étoffer son CV tout en acquérant une expérience de terrain qu’elle n’aurait l’occasion de trouver nulle part ailleurs. Elle pourrait ainsi se confronter de plein pied aux difficultés de la recherche médicomagique et découvrir si, oui ou non, elle était faite pour cela. Elle s’empressa donc de remercier son professeur, incapable de retenir le sourire d’oreille à oreille qui s’était dessiné sur son visage.

-Merci mille fois Monsieur, je suis réellement honorée que vous déposiez ainsi votre confiance en moi.

Puis, pour éviter d’allonger ce moment toujours un peu dérangeant des remerciements, dont on ne sait jamais vraiment jusqu’à quel point ils sont sincères, elle s’empara des feuillets qu’il lui tendait et commença à les parcourir du regard. Les noms qu’elle y découvrit ne la surprirent en rien. Ils s’agissaient des élèves les plus brillants de leurs différentes promotions et elle était on ne pouvait plus orgueilleuse d’avoir été incluse dans cette liste si « select ». Elle prit donc son temps pour lire en détails chaque dossier puis, au bout d’une petite dizaine de minutes, se permit de donner son avis, puisque l’on le lui avait exigé.

-Et bien Monsieur, le choix n’est pas évident mais, de mon point de vue, la personne la plus indiquée serait Adrien O’Hagan. Outre son apparentement avec le Directeur du Magizoo, il est le seul spécialiste en Magibiologie disponible et je pense qu’un avis sur la façon dont les créatures semblent avoir été affectées par le SDM sera le bienvenu.

Elle sortit alors un autre dossier pour justifier ses dires.

-En effet Anna Bellini envisage également de se spécialiser en Magibiologie, néanmoins elle compte rentrer chez elle en Italie l’année prochaine poursuivre ses études de niveau HARPIES à Rome. Je pense donc qu’il serait plus logique d’engager quelqu’un qui restera en Grande-Bretagne au cas où les recherches venaient à s’attarder – ce que j’espère qu’elles ne feront pas, bien entendu.


Elle sortit ensuite les deux autres dossiers et osa donner son avis, plus subjectif sur ces derniers cas.


-Enfin, si je peux me permettre, Jonathan Cuvellier, malgré un parcours scolaire irréprochable n’a pas réellement la carrure pour gérer un projet d’une telle ampleur. Pas que je veuille faire ma mauvaise langue sans raison, mais sachant qu’il oublie certaines matins qu’il avait cours, je ne me sentirais pas vraiment en confiance à lui confier des responsabilités. Quant à Juliet Burn, elle travaille déjà à temps partiel dans la clinique privée de sa famille au Pays de Galles, je ne suis donc pas sûre qu’elle ait le temps de s’impliquer dans un nouveau projet.

**Sans compter qu’elle vous dévore des yeux à chaque cours donc, à mon avis mieux vaut éviter de mêler plaisir et travail**
, ne put-elle s’empêcher de préciser dans l’intimité de son propre esprit.

-Néanmoins, à vous de lui proposer tout de même. Je ne voudrais pas la priver d’une expérience en répondant à sa place. Et puis, dans tous les cas, le choix définitif devrait vous revenir. Après tout, votre avis professionnel compte plus que celui d’une simple camarade, pour aussi « gossip girl » que je puisse être, se permit-elle de rajouter pour terminer sur une petite pointe d’humour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Comment faire d'une pierre deux coups [Pr Vawdrey]   

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Miroir du Riséd :: Hors-Jeu :: Archives :: 1999-2000-