Partagez | .
 
 Les grandes vacances, c'est bientôt fini! (libre)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
  • Caïn Mayfair
    • Nombre de messages : 99
    • Age : 24
    • Date d'inscription : 24/03/2013

    • Pensine
      Statut sanguin: Sang Mélé
      Baguette magique: Bois d'ébène, ventricule de dragon, 27 cm
    avatar
  • Auror Auror
MessageSujet: Les grandes vacances, c'est bientôt fini! (libre)   Sam 20 Avr - 12:41:51

La ville de Londres était réveillée depuis bien longtemps lorsque Caïn ouvrit les yeux. La fin de cette délicieuse grasse matinée avait été décidée par Byron, qui, enfermé dans la chambre de son maître, avait manifesté son impatience en s'étalant sur le visage de ce dernier, l'obligeant à se réveiller par une vicieuse suffocation. Le chat gris attendait à présent devant la porte, posant un regard insistant sur le jeune homme. Jetant ses draps au pied du lit, le dormeur alla ouvrir à l'animal, qui disparu en un éclair dans le couloir, direction la cuisine, où l'attendait son repas.

Midi passé. Voilà ce que le jeune homme lu sur l'horloge de sa chambre en allant ouvrir les fenêtres, qui offraient une vue imprenable sur les jardins de Kensington. En ce samedi après midi, les promeneurs y étaient très nombreux, profitant des tout derniers jours de l'été, et prenant un peu le soleil avant la rentrée. Dirigeant à nouveau son regard sur l'horloge, il hésita un instant à accélérer le rythme, mais il décida de prendre son temps. Après tout, Sheena lui avait bien dit de passer à la boutique pour venir la chercher. Elle n'avait pas précisé d'heure, même si il savait pertinemment que vu le projet de sa meilleure amie ( shopping shopping shopping shopping), elle aurait certainement voulu qu'il se pointe sur le chemin de traverse à 9h pétante, heure bénie où les magasins levaient leur rideaux. La mère de cette dernière tenait une petite boutique d'herboriste, et obligeait Sheena à y travailler l'été pour qu'elle apprenne à «gérer son obsession compulsive de l'achat en masse, ainsi qu'à améliorer sa perception de son compte en banque » que la jeune fille avait légèrement tendance à fortement surestimer. Après s'être douché et habillé, Caïn sorti de sa chambre, dévala les escaliers et arrivé en bas, jeta un coup d 'oeil au grand salon, puis à la bibliothèque, espérant qu'un de ses parents serait là. Mais comme toujours, la maison était vide. La personne qu'il y voyait le plus souvent était la bonne. Dorothy avait d'abord travaillé pour les grands parents du jeune sorcier, et à la mort de ces derniers, elle avait souhaité continuer à travailler pour le père de Caïn, qu'elle avait vu grandir. Bien entendu, elle ignorait que madame Mayfair et son fils étaient des sorciers. Ce qui n'était pas bien difficile à cacher, la mère de Caïn n'exerçant la magie que dans l'hopital St Mangouste, où elle passait sa vie, et le jeune serpentard faisant ses devoirs chez sa meilleure amie. Il avala rapidement le petit déjeuné copieux que Dorothy lui avait préparé avec amour, puis alla la trouver dans le grand salon, où elle nettoyait les vitres. Le jeune homme lui fit la bise en lui disant qu'il allait faire un tour en ville, et qu'il serait de retour le soir même. La dame le regarda avec des yeux suspicieux, comme elle le faisait à chaque fois qu'il ne précisait pas où il se rendait. Il lui sourit pour la rassurer avant de quitter la pièce et de sortir de la maison.

Bien qu'il avait largement les moyens de s'offrir un taxi, il choisit de prendre le métro pour se rendre au Chaudron Baveur. Ce choix n'avait rien à voir avec un envie de paraître humble. Non, en réalité, cette décision était totalement stratégique. En effet, le métro en cette période de fin de vacances regorgeait de jolies jeunes filles qui parcouraient Londres avec leurs amies, et enfermé dans un taxi, il était impossible de draguer. Une stratégie payante puisqu'en sortant de la bouche de métro, il fut rattraper par une flamboyante demoiselle qui lui demanda timidement son numéro. Elle était si jolie, il ne pouvait décemment pas refuser. Un sorcier avec un I phone, cela peut paraître étrange, mais lorsque la moitié de votre famille est moldue ainsi que vos amis, il faut bien s'adapter.


Arrivé sur Charing Cross Road, Caïn entra dans l'auberge du Chaudron Baveur, avant de se rendre sur le Chemin de Traverse. La foule monstrueuse qui s'y trouvait lui fit un moment regretter de ne pas s'être levé plus tôt, ce qui lui aurait épargné les bousculades et une suite interminable de « Pardon..excusez-moi...pardon... ». D'autant plus que plus il approchait de la boutique de la mère de Sheena, plus il était difficile d'avancer, car ladite boutique se trouvait juste en face de chez Fleury et Bott. La clochette de l'entrée sonna la fin du parcours du combattant, et le jeune homme pris une grande inspiration de l'air frais et parfumé de l'endroit, où le calme règnait. C'était une boutique très étroite aux murs entièrement recouvert par des commodes de bois sombre aux centaines de minuscules tiroirs. Au plafond étaient suspendu une multitude de plantes, certaines sèches, d'autres pas. Caïn s'avança pour se rendre dans la pièce qui se trouvait au fond de la boutique, et où étaient présentés tous les ingrédients précieux comme les os de créatures magiques, mais il n'y avait personne. C'est alors que le sepentard entendit un grand remue ménage provenant de la trappe qui était sur le sol non loin de la où il se trouvait. Elle s'ouvrit d'un seul coup, et la mère de Sheena en sortit en s'élançant vers l'entrée en grommelant.

« Même pas capable d'aller s'occuper des clients.... faites des gosses qu'ils disaient !... »

De toute évidence, la femme n'avait pas remarqué Caïn, et pensait voir un client dans l'avant de la boutique, où elle ne trouva personne. Enervée elle épousseta sa robe et se recoiffa rapidement, toujours en grommelant tout bas, avant de se retourner. Lorsqu'elle vit le jeune homme, son attitude changea du tout au tout. La colère disparu de son visage, laissant place à un sourire immense et à un regard pétillant. Avant qu'il n'ai eu le temps de dire bonjour, madame Stormcrow le serrait dans ses bras en lui embrassant chaque joue avec la force d'un minotaure.

« Caïn quelle joie de te voir! Comment vas tu  mon beau? Et ta mère, elle travaille toujours aussi dur n'est ce pas ? Je me demande ce que ferais St Mangouste sans elle, elle est vraiment extraordinaire ! Et ton père, toujours avec ses chiffres et son costume ? Ou bien encore en voyage ? Tu as passé de bonnes vacances ? Ta mère m'avait dit que tu partirais quelques jours avec ton père en Italie c'est ça ? En tout cas, le soleil te réussi, tu es absolument radieux ! Et... »

Le jeune homme se contentait de sourire, essayant malgré, le débit de parole de la mère de Sheena, de répondre par des mots clés à chacune de ses nombreuses questions dont la liste ne cessait de s'agrandir. Il espérait juste que sa meilleure amie ne tarderait pas à apparaître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Sheena Stormcrow
    • Nombre de messages : 47
    • Age : 24
    • Date d'inscription : 24/03/2013

    • Pensine
      Statut sanguin: Sorcière Simple
      Baguette magique: Plume de Phenix, bois de cèdre, 28 cm, plus rigide que souple.
    avatar
  • Langue-de-Plomb Langue-de-Plomb
MessageSujet: Re: Les grandes vacances, c'est bientôt fini! (libre)   Jeu 2 Mai - 16:24:40

La rumeur des pas de la foule qui se pressait dans l'allée principale du chemin de Traverse parvenait jusqu'aux oreilles de la jeune fille qui s'activait dans l'arrière salle. Depuis que les premiers rayons du soleil étaient venus caresser les toits de tuiles des boutiques, une véritable cohue d'enfants et de parents sorciers avait envahi les ruelles . La plupart des clients étaient même sur place pour l'ouverture des échoppes. Très tôt. Trop tôt. Si cette journée de Septembre avait ce quelque chose de "magique" qui enchantait les coeurs des jeunes sorciers tout émoustillés de venir faire leurs achats de dernière minute pour la rentrée, Sheena s'en serait bien passé. En effet, imaginez vous devoir vous lever vers les 5 heures du matin dans la seule perspective de devoir ranger, ramasser, trier, envoyer, emballer toute la multitude d'ingrédients plus rares et plus fragiles les uns que les autres dont recele la boutique d'apothicaire tenue...par votre mère. C'est dans ces moments là que les mots tels que "dictature" ou encore "exploitation" prennent tout leur sens. Ainsi, à moins que son souhait n'eut été de se recevoir la raclée du siècle par sa mère (au bord de la crise de nerfs car submergée par toutes les commandes à la boutique), Sheena n'avait pas eu d'autres choix en cette veille de rentrée scolaire que de descendre à la boutique pour préter main forte.

Sa première mission de la journée avait été de se rendre à Gringotts. La fraicheur de la nuit se faisait encore sentir dans les ruelles, ne présageant en rien la fournaise que serait cet endroit d'ici quelques heures, car l'été résistait encore à l'automne bien que les grandes vacances vivaient leur dernières heures. Depuis qu'elle avait atteint la majorité, la mère de Sheena lui faisait pleinement confiance pour se rendre en son nom à la célébrissime Banque. Ce n'était pas pour y retirer la moindre mornille qu'elle y venait, loin de là! Les Stormcrow, s'ils n'étaient pas à la rue, ne possédaient pas non plus de coffres remplis de gallions. Ce n'était pas non plus pour les beaux yeux des gobelins. Les visites désormais habituelles de la jeune fille avaient pour unique but de venir récupérer les ingrédients les plus rares dans un coffre que sa famille avait loué à cet effet depuis plusieurs decennies, considérant que la boutique n'était pas à l'abris d'un cambriolage. Ces visites avaient tendance à s'étirer dans le temps car la jeune sorcière ne passait jamais sans prendre un échantillon des nouveaux produits qui s'y trouvaient. Ce coffre, le n°915, était une véritable caverne aux merveilles. Quiconque s'y serait rendu sans un minimum de connaissances sur les propriétés magiques des objets qui s'y trouvaient n'aurait vu qu'un tas de breloques et de restes d'animaux déséchés. Qui aurait pu se douter que cette corde brunâtre était en réalité tissée de crins et de poils de griffons? Qui aurait prété attention à ce tas de cuir sans savoir qu'il s'agissait en fait de peau de Re'em? Faire l'inventaire de tout ce qui se cachait dans ce coffre prendrait des mois, si en plus on prenait en compte le fait que c'était l'un des coffres les plus vastes de la banque des sorciers, sa superficie atteignant facilement celle de deux terrains de Quidditch côte à côte. Sheena prit bien soin de ranger dans sa besace (enchanté avec un sortilège d'extension, indétectable, bien évidemment) les ingredients que sa mère lui avait demandé de rapporter. Un client lui avait passé une commande exclusivement composée d'ingredients issus de dragons. Un carton plein d'écailles, deux crocs et un extrait dont la jeune fille ignorait qu'il fut possible de s'en procurer: des pupilles de dragons. Tous ces extraits étaient classés par catégories d'âge, de taille, de race et de sexe. Autant dire qu'il fallait y allait doucement, histoire que le tout ne se mélange pas durant le trajet du retour! Elle ressortit de la banque et s'accorda un temps de lèche vitrine devant la boutique de Mme Guipure avant de s'engouffrer dans l'étroite boutique d'apothicaire.
La "Poudre Cimetierre" avait été fondée par les ancètres de Sheena. A l'origine sorte de pompes funèbres magiques, la boutique s'était petit à petit transformée en herboristerie par l'initiative d'un aieul embaumeur passionné de plantes. Les débuts en tant qu'apothicaires avaient été difficiles pour la famille, mais quelques clients célèbres tels que Nicolas Flamel firent connaitre l'échoppe.
Le côté quelque peu lugubre de la boutique était aussi du à l'absence de clients, ou du moins d'absence physique. En effet, la plupart des acheteurs passaient commande sans jamais mettre les pieds dans la boutique familliale, soit pour garder l'anonymat ( ce qui était aussi bien le cas des chercheurs evitant à tout prix d'être plagié dans leurs idées, que pour des mages un peu moins recommandables), soit pour éviter d'avoir à prendre le risque de se promener avec des objets rarissimes et très recherchés dans leurs poches, et ainsi peut être se faire attaquer par des brigands.

Lorsque la jeune fille entra, un oiseau noir et blanc sortant de la salle attenante à la boutique et vola dans sa direction. Babayaga vint se poser dans un froissement d'ailes sur l'épaule de sa maîtresse, la saluant d'un croassement lugubre mais joyeux. Sheena lui carressa les plumes de la gorge.

-Toi aussi on t'a fait levé de bonne heure?

Pour toute réponse, l'oiseau s'ébroua.

-Sheena! Madame Stormcrow, essouflée comme d'habitude, sortit de l'arrière boutique dans laquelle se trouvait ( oh miracle! ) un client et dont elle semblait s'occuper. Tu as ce que je t'avais demandé?Bien. Elle jeta un rapide coup d'oeil dans la besace puis repartit aussitôt faisant signe à Sheena de la suivre tout en lui adressant quelques ordres. Va ranger tout ça en bas sur le tas pour les commandes outre-atlantiques. Et au passage tu changeras la terre des lumivers!La mère de la jeune poufsouffle jeta un regard sévère au corbeau pie et le délogea de l'épaule de sa fille, en l'encourageant d'un geste plutôt brusque, qui rappelerait facilement celui des batteurs au Quidditch, de repartir dans l'arrière boutique. Et toi la volaille fais ton travail au lieu de faire du lard!

Avec un croassement surpris et indigné, la dite volaille repartie s'engouffrer dans la sombre petite pièce, claquant du bec, comme il avait pour habitude de faire lorsqu'il était faché. N'appelez pas la société protectrice des animaux tout de suite, cela est tout à fait normal. Babayaga, en plus d'être un oiseau de compagnie formidable s'est aussi rapidement vu attribué par la mère de sa propriétaire le rôle de surveillant général de la boutique. Le volatile faisait ainsi office de "chien de garde", et tandis que Sheena et sa mère se trouvaient occupées au sous sol, Babayaga devait s'assurer en ne lachant pas de son regard aiguisé les clients, qu'aucun chapardage ne serait commis, sous peine pour le voleur de se voir attaqué par une nuée de plumes et de se faire lacérer le visage par les griffes du corbeau.

C'est donc entre de bonnes mains, enfin ailes, que les deux femmes laissaient la partie supérieure de la boutique tandis qu'elles s'affairaient dans la cave. Si l'echoppe, avec ses murs transpercés de centaines de minuscules tirroirs, était un modèle même d'ordre et de rangement...le sous sol était une toute autre affaire. Entre les tas de commandes et les produits qui attendaient d'être étiquettés ou ranger, c'était un capharnaüm sans nom. De nombreux objets, cartons, boites et fioles étaient entassés, souvent dans un équilibre très précaire, et formaient de petites tours qui touchaient presque le plafond, partout dans la pièce, ne laissant qu'un passage étroit pour atteindre les tas de commandes. La poufsouffle, après être enfin arrivée devant les tas de colis, rangea selon les indications de sa mère les produits. Ils étaient fin prêts à être envoyés pour l'Amérique.
Elle soupira. Un bocal de terre, perché presque au sommet d'une pile d'objets en tout genre, n'attendait plus qu'elle. Enfin, les lumivers n'attendaient plus qu'elle. Sheena retroussa les manches du gilet qu'elle portait par dessus un haut bustier noir. L'entreprise s'averait perilleuse. Elle prit une chaise en bois couverte de poussiere et s'en servit comme d'un marche pied pour atteindre sa cible. Elle tendit les bras. Dix. Il ne lui manquait que dix ridicules petits centimètres pour enfin pouvoir attraper ce bocal, nom d'une gorgogne! Elle jeta un regard autour d'elle, essayant de trouver un objet dont la valeur lui permettrait d'en faire un réhausseur...mais il n'y avait rien qui puisse être utilisé ainsi dans cette cave, ormis cette chaise. Elle hésita un instant à appeler sa mère pour lui demander de l'aide, mais elle la vit, par dessus un tas de paquet, en train de faire le récapitulatif des dizaines de produits qu'un acheteur lui avait commandé. Mieux valait ne pas la déranger. Toujours debout sur la chaise de bois, Sheena regarda son adversaire. La colonne était tout aussi brinquebalente que les autres et, par chance, le bocal ne servait d'appui à aucun autre objet, elle pourrait donc le déloger sans se prendre le sommet de la pile en pleine tête. Mais il restait un petit soucis. Si le bocal semblait perché sur le bord de la pile, comme pret à faire le saut de l'ange, son poids conséquent devait jouer un role dans l'équilibre de la dite colonne. Ce serait à pile ou face. Pile: elle saute, retire le bocal, et la colonne ne bouge pas. Face: elle saute, retire le bocal, et la colonne s'écroule. La clochette de l'entrée tinta. Ce fut Face. Sheena se retrouva à terre, les restes du bocal fracassé dans les mains, tandis que le reste de la pile s'éffondrait.

La jeune sorcière se retrouva avec le gilet couvert de terre et la cave fut bientot envahi de dizaines de petits vers qui éclairaient l'endroit sombre d'une éblouissante lumière bleutée. Bien qu'ils n'aient rien de spécial en apparence, ces insectes étaient les seules créatures magiques à pouvoir se targuer d'être capable d'éclairer et d'annihiler par leur lumière les endroits envahi par la poudre d'Obscurité Instantanée du Pérou.
Sheena tenta tant bien que mal de rassembler les lumivers dans un autre petit bocal, sans terre celui ci, mais s'arreta lorsqu'elle reconnut la voix du fameux client. Elle remonta quatre à quatre les marches de la cave et découvrit Cain, qui était sous les assauts de question de sa mère. Tenant toujours son bocal dans les mains, elle s'approcha tout sourire de son ami.

-Alors? Pret à affronter ta derniere année à Poudlard? Au fait dans quelle section de l'université magique comptes tu t'inscrire l'an prochain?Je dois avouer que je te verrais bien aller en Justice magique ou au moins au ministere avec des parents brillants comme les tiens...

-Cain! Enfin! dit elle sans cacher son soulagemment.

-Enfin? sa mère se retourna vers elle avec un air surpris. Puis elle plissa les yeux, et dans une moue accusatrice, dit à sa fille Je vois...tu avais prévu de passer la journée avec Cain ...et me laisser ainsi submergé par le travail...Elle mit ses poings sur les hanches, gratifiant d'un regard à la fois furieux et sévère les deux adolescents.Jeune fille je suis très déçue de te voir te débiner lors de notre journée la plus chargée pour la boutique...Mais ne crois pas que tu vas t'en tirer si facilement! lança-t-elle .Le bazar que tu as mis dans la cave n'attend que toi pour être nettoyé et puis il....

La clochette de l'entrée tinta, tel un gong salvateur. Se découpant dans l'entrée, une silhouette haute s'avança dans la boutique, laissant la porte se refermer derriere elle. La gérante ouvrait des yeux ronds de surprise et d'émerveillement devant le nouveau venu. Sheena n'en croyait pas ses yeux, mais pour un autre raison, tant cette entrée semblait un signe divin.

-Bien le bonjour, Mme Stormcrow, salua -t-il tout en enlevant poliment sa coiffe de sorcier rouge bordeau. Je me no...

-Monsieur Dagworth-Granger! Quel plaisir...enfin, quel Honneur de vous voir ici! Mais que nous vaut votre visite?!

-Eh bien..je suis venu pour acheter quelques ingredients. dit il d'un ton hésitant devant l'enthousiasme étouffant de la vendeuse.

-Oh mais bien sur! Suis-je bete! Venez, suivez moi, nous avons tout pour faire le bonheur des potionnistes! Voulez vous voir nos arrivages recents? De quoi avez vous besoin herbes, graines, crin...

Madame Stormcrow ne tenait plus en place. Et pour cause! Le client était en réalité Quentin Dagworth-Granger, descendant direct du sorcier à l'origine de la Très Extraordinaire Société des potionnistes; autrement dit, une mine d'or pour les apothicaires.

Laissant le bocal sur le comptoir, Sheena profita du fait que sa mère soit totalement omnubilée par un client si prometteur pour faire signe à Cain de la suivre discrètement à l'exterieur.
Une fois sortie, elle s'épousseta afin d'enlever les restes de terre poussiereuse de son gilet et laissa retomber sur l'épaule de son ami une joyeuse mais néanmoins puissante bourrade.

-J'ai bien cru que tu m'avais abandonnée! T'es jamais en retard d'habitude! ria-t-elle.

Sans lui laisser le temps de répondre, elle l'attrapa par la manche et elle l'entraina à sa suite dans la cohue afin de s'éloigner au plus vite de la boutique familliale. Les deux sorciers échappèrent finalement à la foule compacte qui attendait devant Fleury et Bott et soufflèrent un peu devant la façade imposante de Gringotts. Sheena se tourna vers Cain et le detailla quelques instants. Il n'avait pas changé, si ce n'est que les vacances d'été lui avait laissé un teint halé qui lui donnait un faux air de "surfeur" comme disent les moldus. Elle avait un léger sourire, heureuse à l'idée de pouvoir assouvir ses besoins (presque vitaux) en shopping intensif. Elle était heureuse que le garçon fut lui aussi très averti niveau mode, ce qui lui permettait de pouvoir l'amener avec elle lors de ces tournées d'achats ou elle parcourait toutes les boutiques de vetements à la recherche de la perle rare. Tout d'un coup, ce fut comme si une boule glace était descendue dans son estomac. Sa mine se décomposa en une expression profondément déprimée, les yeux dans le vague elle dit sans une once d'émotion:

-j'ai oublié de prendre mon porte monnaie.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Caïn Mayfair
    • Nombre de messages : 99
    • Age : 24
    • Date d'inscription : 24/03/2013

    • Pensine
      Statut sanguin: Sang Mélé
      Baguette magique: Bois d'ébène, ventricule de dragon, 27 cm
    avatar
  • Auror Auror
MessageSujet: Re: Les grandes vacances, c'est bientôt fini! (libre)   Sam 4 Mai - 9:04:58

Dans la petite boutique, on entendait plus que la voix puissante de madame Stormcrow, qui continuait sa de parler sans laisser un seul instant au serpentard pour répondre. C'était à croire que la bonne femme avait travaillé cette liste de questions pendant toutes les vacances d'été. Un sourire poli sur les lèvres, le jeune homme savait que la seule personne capable d'arreter cette oppression était Sheena, qui, il espérait, ne tarderait plus à arriver.

-Alors? Pret à affronter ta derniere année à Poudlard? Au fait dans quelle section de l'université magique comptes tu t'inscrire l'an prochain?Je dois avouer que je te verrais bien aller en Justice magique ou au moins au ministere avec des parents brillants comme les tiens...

Enfin une silhouette surgit de la trappe juste derrière madame Stormcrow. Il s'agissait d'une créature élancée, à la peau aussi sombre que les ténèbres de la cave d'où elle sortait. Le sourire du vert et argent s'élargit avec le sentiment de soulagement qui l'envahissait.


-Cain! Enfin!

La propriétaire de la boutique laissa enfin respirer Caïn, afin de mieux jauger sa progéniture. Manifestement, la patronne n'était pas au courant de l'après midi de loisirs que s'était réservée la poufsouffle en ce jour de grande affluence. Encore des ennuis dont elle faisait généreusement profiter son meilleur ami. Madame Stormcrow posa ses mains sur ses hanches, signe avant coureur d'une colère que le jeune homme avait trop souvent affronté grâce aux exploits de Sheena, qui se débrouillait toujours pour qu'il soit mis dans le même sac qu'elle. Quitte à se faire réprimander, avec un ami à ses cotés c'est moins ennuyeux. Heureusement la providence fit qu'un client entra dans la boutique juste avant que le serpentard ne se voit imposé de passer un de ses derniers jours de vacances à nettoyer les performances de sa meilleure amie dans le sous sol, rempli de bestioles magiques et tout autres ingrédients fastidieux à ramasser. Un client de prestige, puisque la terrible madame Stormcrow en oublia instantanément la présence des deux jeunes gens. Le jeune homme regarda un instant le sorcier vétu de pourpre s'adresser timidement à la mère de Sheena, qui était aux anges. Discretement, la poufsouffle lui fit signe et ils se faufilèrent tous les deux jusqu'à la sortie.
La jeune fille enleva la poussière qui recouvrait son gilet avant d'offrir à son meilleur ami une bourrade aussi délicate et agréable que si elle eut été donnée par un troll des montagnes.


-J'ai bien cru que tu m'avais abandonnée! T'es jamais en retard d'habitude!

Il aurait bien voulu lui répondre que pour le nombre de fois où ELLE avait été en retard, il n'avait pas à s'excuser d'être arrivée moins vite que prévu, surtout quand la cause de ce retard était une charmante créature rencontrée dans le métro londonnien ; Mais la poufsouffle le tira par la manche et l'entraina d'un pas rapide dans le Chemin de Traverse, certainement dans le but d'éviter de se faire rattraper par la maman dragon si jamais elle avait trop vite servit le client. Devant le gigantesque bâtiment de Gringotts, elle s'arreta, laissant le jeune sorcier souffler un peu. La jeune fille le fixait avec un sourire qui signifiait que l'après midi allait être non pas un instant shopping de détente et de joie, mais bien une véritable traque, une chasse à la perle rare. Avec Sheena bien, sûr, il n'y avait pas qu'une perle rare, mais des dizaines. Le jeune homme haussa les sourcils lorsqu'il vit le sourire de son amie s'effacer pour laisser place à un visage décomposé, représentation même du malheur du monde.

-j'ai oublié de prendre mon porte monnaie.

Caïn regarda la jeune fille, interdit, avant de plisser les yeux. Le Graal de Sheena, un porte monnaie qui avait la forme d'une grenouille, objet kitchissime qu'elle adorait, était resté bien au frais dans le tiroir du comptoir de l'accueil, sous la bonne garde de Babayaga, un corbeau qui servait de chiend de garde.
Mais comme lorsqu'on s'est sauvé des griffes du dragon, on ne replonge pas dans sa gueule pour une grenouille, et retourner à la boutique signerait définitvement la fin de tout après midi de loisir. Le jeune homme baissa les yeux et laissa échapper un long soupir blazé, avant de se diriger vers la boutique de Madame Guipure.


-Si tu vois quelque chose fais moi signe...je t'avancerai

Il s'arreta un instant devant la vitrine où étaient exposés quelques tenues, toutes hautes en couleurs. Pas vraiment le style de Caïn, mais bon, Sheena adorait cette boutique, et puis qui sait, peut être qu'il y trouverait quelque chose lui aussi. Avec un père moldu, il avait pris l'habitude de ne s'habiller qu'avec des marques moldues, et ce depuis tout petit, certainement pour ne pas éveiller les soupçons de la bonne.

-Alors ? T'as fait quoi de beau pendant ces vacances ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Sheena Stormcrow
    • Nombre de messages : 47
    • Age : 24
    • Date d'inscription : 24/03/2013

    • Pensine
      Statut sanguin: Sorcière Simple
      Baguette magique: Plume de Phenix, bois de cèdre, 28 cm, plus rigide que souple.
    avatar
  • Langue-de-Plomb Langue-de-Plomb
MessageSujet: Re: Les grandes vacances, c'est bientôt fini! (libre)   Mar 28 Mai - 15:03:19

-Si tu vois quelque chose fais-moi signe… je t’avancerai.

Sheena posa un regard plein de gratitude sur son ami. Un grand sourire radieux s’étira sur son visage à la peau d’ébène. Elle trépignait de joie, elle qui, quelques instants plus tôt, croyait que ses espoirs de revenir les bras chargés de vêtements dans l’étroite boutique familiale s’étaient envolés. Plus détendue, elle suivit Cain qui s’arrêta devant la vitrine clinquante de la boutique de Madame Guipure. La petite sorcière vêtue de son éternel ensemble mauve était d’ailleurs en train d’arranger un mannequin qui était placé juste derrière la vitre. Celui-ci s’était vu revêtir une brillante robe de sorcier bleu azur dont une étiquette vantait la capacité rafraichissante : « Avec le tissus à aération permanente respirfrais, finies les robes collées par la chaleur ! A vous la climatisation portative magique ! ». Sheena inspectait minutieusement les articles présentés en vitrine lorsqu’elle entendit Cain lui demander :

-Alors ? T’as fait quoi de beau pendant ces vacances ?

-Des vacances ? Laisse-moi rire ! repondit-elle avec un air offusqué. Ma mère nous a embarqué dans une véritable expédition cette fois, oui ! Elle n’arrêtait pas de se plaindre de la mauvaise qualité des racines de gingembre et des graines de Lotus qu’elle commandait à un exportateur chinois. Du coup elle a décidé qu’on irait nous même les chercher là-bas, au sud-Est du Tibet…On a pas arrêté de crapahuter dans les montagnes, à la recherche de plantes au nom absolument imprononçable, tu aurais vu les paysages ! C’était splendide, quoiqu’un peu frisquet.

Elle se tourna vers son ami pour lui faire face, les yeux brillants et un sourire enthousiaste aux lèvres.

-Oh c’est vrai ! On a fait un arrêt dans un temple perché sur un crête rocheuse, et qui s’est révélé être en réalité une école de magie. Il ne faut pas avoir le vertige pour y aller, crois-moi ! Ma mère voulait des conseils pour l’utilisation du jade ou je ne sais quoi et devine quoi ? Un des professeurs s’est proposé pour nous faire visiter, à mon père et moi, une réserve de créatures magiques qui jouxtait le temple…et il y avait pleins de dragons ! Partout ! Le sorcier tibétain nous a emmené dans une sorte de volière, il nous a expliqué que c’était là qu’il travaillait et qu’il enseignait aux élèves le soin aux créatures magiques. Il soignait les dragons malades ou bien il s’occupait de ceux qui venaient de sortir de l’œuf. J’ai pris plein de photos je te les montrerai.

Alors qu’elle parlait, elle se remémorait l’endroit, gigantesque volière faîte de glace et de pierre noire, remplie de dragons tibétains de toutes les tailles, connu pour être absolument pacifiques contrairement à leurs voisins de l’Est : les boutefeux chinois. Ils avaient aussi la particularité d’être les seuls dragons à ne pas pouvoir cracher de feu à proprement parler étant donné qu’ils créaient dans leur gosier une sorte de lave épaisse qu’ils utilisaient la plupart du temps afin de se construire des nids confortables et chauds. Ces reptiles avaient le cou couvert d’une sorte de crinière de poils longs et luisants, qui continuait le long de leur colonne vertébrale et finissait en panache au bout de leur queue. Si seulement Poudlard pouvait se procurer quelques dragons afin de rendre les cours de soins aux créatures magiques plus amusants !
Elle contourna son ami et entra dans la boutique, faisant sonner la clochette de l’entrée. Elle tint la porte à son ami et lui demanda par-dessus son épaule avant de continuer sa route.


-Et toi, tes vacances ?

L’endroit était rempli d’élèves qui attendaient de voir leurs robes de sorciers rajustées par la tenancière et qui étaient bien souvent accompagnés de leurs parents qui avaient les bras surchargés de sacs remplis des fournitures scolaires de leur progéniture. Un père à l’épaisse chevelure de jais se débattait d’ailleurs avec une petite chauve-souris fraichement achetée et visiblement espiègle, qui s’agitait au dessus de la tête du sorcier en poussant des petits cris stridents et en battant des ailes.
Heureusement, la partie prêt-à-porter était beaucoup moins attrayante pour les clients en cette veille de la rentrée, et Sheena n’eut aucun mal à s’y avancer, accompagnée du vert et argent.
Elle se mit à farfouiller dans les nouveautés proposées dans les capes, à la recherche de celle qui pourrait éventuellement lui servir cet hiver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Caïn Mayfair
    • Nombre de messages : 99
    • Age : 24
    • Date d'inscription : 24/03/2013

    • Pensine
      Statut sanguin: Sang Mélé
      Baguette magique: Bois d'ébène, ventricule de dragon, 27 cm
    avatar
  • Auror Auror
MessageSujet: Re: Les grandes vacances, c'est bientôt fini! (libre)   Dim 7 Juil - 23:20:02

Caïn détourna le regard et leva les yeux au ciel lorsqu'il vit le sourire de son amie. Comment ça s'appelle déjà ce truc...le regret c'est ça? Oui c'était bien du regret qu'il éprouvait. Car Sheena était le genre de fille qui, lorsque vous avez le malh...la chance d'être son meilleur ami, le genre de fille qui lorsque vous tendez la main, vous prend le bras voire la tête en plus. Et dans le cas présent, il était à peu près sûr que la jeune fille n'aurait pas assez de ses bras pour porter tous les paquets qu'elle allait ramener à la fin de l'après midi. Certes Caïn ne manquait pas d'argent, et cela ne le gènait nullement d'offrir tant de cadeaux à sa meilleure amie, tout comme elle n'était nullement génée de se faire gâter ainsi. Ce qui le gènait, c'était la réaction qu'aurait la mère de cette dernière lorsqu'elle devinera que sa fille n'aurait jamais pu s'acheter tout ça. Les Stormcrow étaient une famille plutôt modeste, et à chaque fois que Caïn payait de bon coeur quoi que ce soit à Sheena, madame Stormcrow, si elle l'apprenait, se pliait en quatre pour rendre la pareille au jeune homme, lui donnant de force une multitude de plantes et de pierres rares qui pour lui, n'auraient jamais d'autre fonction que celle d'objet de décoration. Ainsi les deux amis avaient mis au point plusieurs techniques pour que les herbes et les pierres reviennent à la boutique sans que la propriétaire des lieux ne s'en aperçoive, ce qui était un exercice particulièrement délicat, la bonne femme ayant la capacité de lister dans sa tête la totalité des objets exposés ou bien restés en réserve que contenait son herboristerie.

-Des vacances ? Laisse-moi rire ! Ma mère nous a embarqué dans une véritable expédition cette fois, oui ! Elle n’arrêtait pas de se plaindre de la mauvaise qualité des racines de gingembre et des graines de Lotus qu’elle commandait à un exportateur chinois. Du coup elle a décidé qu’on irait nous même les chercher là-bas, au sud-Est du Tibet…On a pas arrêté de crapahuter dans les montagnes, à la recherche de plantes au nom absolument imprononçable, tu aurais vu les paysages ! C’était splendide, quoiqu’un peu frisquet.

Le vert et argent sourit. Il était assez exceptionnel que les "vacances" de la famille Stormcrow ne consistent pas en une expédition à la recherche d'un herbe introuvable ou d'une pierre exceptionnelle. Madame Stormcrow embarquait toute sa petite tribu dans des aventures dignes de films d'explorateurs, bien que sa fille soit plus douée pour courir dans un magasin avec des talons de 12 cm que pour escalader une montagne pensa Caïn en son for intérieur. En fait, les seules fois où les Stormcrow avaient connus le veritable sens du mot vacances, c'était lorsqu'ils étaient invités à passer quelques jours chez les Mayfair.

-Oh c’est vrai ! On a fait un arrêt dans un temple perché sur un crête rocheuse, et qui s’est révélé être en réalité une école de magie. Il ne faut pas avoir le vertige pour y aller, crois-moi ! Ma mère voulait des conseils pour l’utilisation du jade ou je ne sais quoi et devine quoi ? Un des professeurs s’est proposé pour nous faire visiter, à mon père et moi, une réserve de créatures magiques qui jouxtait le temple…et il y avait pleins de dragons ! Partout ! Le sorcier tibétain nous a emmené dans une sorte de volière, il nous a expliqué que c’était là qu’il travaillait et qu’il enseignait aux élèves le soin aux créatures magiques. Il soignait les dragons malades ou bien il s’occupait de ceux qui venaient de sortir de l’œuf. J’ai pris plein de photos je te les montrerai.

Décidément Sheena ferait un excellent cas d'observation pour la section pathologie mentale de Sainte-Mangouste. Comment pouvait on être à la fois addict des escarpins en tout genre, adepte des cosmetiques et admiratrice fanatique de différents couturiers...et tomber en pamoison devant un dragon? Il n'y avait vraiment que la poufsouffle pour faire preuve d'une telle personnalité.

-Et toi, tes vacances ?

Le jeune homme suivit son amie à l'intérieur de la boutique, où il put apprécier, malgré la foule de clients, la fraicheur qui règnait dans l'endroit. Il l'accompagna jusqu'à la partie du magasin où se trouvait le pret à porter, et qui était en cette veille de rentrée bien moins fréquentée que le stand des uniformes. Les mains dans les poches, Caïn regardait distraitement les vêtements suspendus aux cintres.

-Mes vacances?...hé bien comme d'habitude on a commencé par rendre visite à mes grands parents. Tu as beaucoup marqué mon grand père tu sais? Il me demande tout le temps de tes nouvelles, et il aimerait beaucoup te revoir.

Un léger sourire en coin se dessina sur le visage du vert et argent. Si le grand père avait tant apprécié Sheena, c'était certainement parce qu'il n'avait jamais autant ri de sa vie que lorsqu'il l'avait vue à cheval. Bien qu'étant une famille de sorciers, les Rosenbach étaient parfaitement intégrés dans la haute société britannique, et l'un des loisirs préférés du moldu aristocrate, c'est l'équitation, et surtout le polo et la chasse à coure. Deux ans auparavant Caïn avait obtenue la permission de sa mère d'emmener Sheena avec eux pour le repas de famille annuel qui se déroulait dans le manoir des Rosenbach. C'était à cette occasion que Sheena s'était essayé à l'art équestre pour la première fois de sa vie. Et cet épisode resterait dans les annales de la famille pour les décennies avenir.

- Sinon, j'ai passé quelques jours à Brighton chez Peter, ...tu t'en souviens peut être pas, c'est un de mes amis moldus. Après j'ai passé pas mal de temps à Londres...avec des dinners de temps en temps...
Et après avec mon père nous sommes allés à Milan, on y est resté 15 jours. Bon, vu qu'il y était pour affaires, je n'ai pas passé beaucoup de temps avec mon père, mais je me suis fais des amis qui m'ont fait découvrir la ville...c'était vraiment sympa.


Il n'osa pas parler de l'absence quasi totale de sa mère, qui n'avait daigné se libérer que pour la réunion de famille. Après tout il n'était pas à plaindre et il le savait. Le regard du serpentard s'arreta sur un pull dont le motif kaleïdoscopique serait selon lui, capable de rendre aveugle un dragon tibetain. Avant de lever les yeux vers un groupe de premières années qui débordaient d'enthousiasme en achetant leurs uniformes.
Beaucoup de souvenirs ressurgirent dans la tête du jeune homme, la première fois qu'il avait franchit les portes de la grande salle, les repas, les matche de quidditch...les dérouillées qu'il s'était pris de la part de Sheena...


- Tu te rends compte? C'est déjà notre dernière année à Poudlard..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Les grandes vacances, c'est bientôt fini! (libre)   

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Miroir du Riséd :: Hors-Jeu :: Archives :: 1999-2000-