Partagez | .
 
 Corruptions [Pv Ella]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
  • Aïlin Bower
    • Nombre de messages : 978
    • Age : 28
    • Date d'inscription : 29/07/2007

    • Pensine
      Statut sanguin: Sang-Pur. Mère cracmole (tenu secret)
      Baguette magique: Noyer et plume de phénix, 28,72 cm, assez rigide
    avatar
  • Langue-de-Plomb Langue-de-Plomb
MessageSujet: Corruptions [Pv Ella]   Ven 12 Avr - 19:24:51

Lynn était finalement revenue du Ministère, seule tandis que l'avocat s'évertuait à trouver un confrère qui avait assez peu d'éthique pour défendre coûte que coûte l'aîné Bower. Aïlin n'avait pas quitté son bureau, et sa sœur s'était présentée devant celui-ci, pour lui adresser un regard impénétrable, suivi de quelques mots :
« Tu ne le déçois pas. Ce sont ses mots en retour de ta lettre. ...Moi, en revanche, c'est une autre histoire. »
Puis elle s'était détournée et avait quitté la pièce, sans laisser à son frère le loisir de répondre ou de la retenir. Pensif, Aïlin était demeuré assis, immobile, assimilant cette simple phrase de son frère qui pouvait, pourtant, signifier tant de choses.

Le lord passa lentement ses mains le long de son visage. Il commençait à être épuisé, mais il savait qu'il ne trouverait pas le sommeil pour autant. Il avait encore trop de choses à faire, trop de pensées qui se bousculaient pour obtenir le répit.
Pour commencer, il devait mettre au point le plan qui avait germé dans son esprit. Il était à la fois simple, mais redoutablement efficace. Ce ne serait pas la première fois qu'un mangemort utiliserait cette défense, mais la façon dont Aïlin la ferait mener à Torin serait différente des autres. La plupart de ceux qui s'étaient retrouvés face au Magenmagot étaient démunis, sans plus d'alliés à l'extérieur, et leur défense s'en était trouvé affaiblie. Si Torin était dans ce cas, cela n'était pas vrai pour Aïlin. C'était lui qui prenait les choses en main, et il avait bien assez de contacts et d'argent pour obtenir ce qu'il désirait. Tout se monnayait. La corruption n'avait pas encore disparue du monde politique et de la Justice, et cela lui servirait. Les consciences vacillaient face à un coffre remplie de gallions sonnants et trébuchants. Aïlin ouvrirait le terrain, et l'avocat ferait le reste.

Le jeune homme sortit d'un tiroir un nouveau rouleau de parchemin et récupéra sa plume, qu'il trempa dans l'encrier. La première étape consistait à aller quémander le soutien de ses contacts les plus importants. Et ceux-ci n'étaient nuls autres que des membres à part entière de la mafia. Oh, il se doutait qu'il devrait offrir une contrepartie en retour, mais pour le moment, cela était le cadet de ses soucis. Après tout, il travaillait déjà pour eux, d'une certaine manière. Aïlin n'était pas dupe. Même s'il avait refusé d'intégrer un clan, il avait rejoint officieusement les rangs et devait respecter leurs règles dès le moment où il avait posé un pied dans l'engrenage. Le mal était déjà fait, il était temps d'assumer.

Signant simplement du sceau représentant ses armoiries, Aïlin plia la lettre et la glissa dans une enveloppe. Avant qu'il n'ait pu écrire l'adresse, un Grand-Duc s'engouffra par la fenêtre ouverte du bureau, puis se posa devant lui. Il tendit la serre, sur laquelle était accrochée une lettre épaisse dont le sceau était vierge. Méfiant, le lord attrapa l'enveloppe et la décacheta. Quelque chose tomba de l'enveloppe, et Aïlin découvrit, sur son bureau, une pièce d'échecs blanche. Un cavalier. Une angoisse lui crispa le ventre alors qu'il se demandait de quoi il pouvait bien retourner. Prenant une inspiration, il sortit délicatement de l'enveloppe un petit rouleau de parchemin et le déroula. Une simple phrase était écrite, mais Aïlin en eut le souffle coupé.



Aïlin n'aurait pas imaginé que la pensée qu'il avait eu, un instant auparavant, aurait été si vraie. Avait-il vraiment cru que son implication auprès des chefs mafieux, pour les travaux divers qu'il avait exécuté, ou sur lesquels il travaillait encore aujourd'hui, seraient passés inaperçu auprès de ce fameux Maître du Jeu ? Rien n'avait échappé au mystérieux sorcier, et à présent, il imaginait sans mal la volonté du Maître du Jeu s'exprimer à travers les chefs de clan auxquels il avait eu affaire. Les témoins de l'Allée des Embrumes n'étaient pas revenus sur leur parole grâce à l'intervention de Lowsley, bien évidemment, mais grâce à celle de la Mafia. En somme, il avait déjà les deux pieds dans les ennuis. Ce n'était plus qu'une question de temps avant que l'on réclame de lui d'autres choses. Et s'il ignorait ce que signifiait exactement cette pièce d'échecs, Aïlin avait la conviction que cela était ce message qu'on lui transmettait.

Aïlin se prit les tempes entre les mains. C'était trop. Trop de conséquences auxquelles penser, trop d'incertitudes et de doutes quant à l'avenir. Les évènements s'accumulaient, incontrôlables. Il n'avait plus aucune prise, pas même sur sa propre conscience. L'alchimiste aurait aimé se terrer dans l'obscurité pour se cacher aux yeux du monde. S'arrêter, méditer, reculer avant qu'il ne soit trop tard. Pourtant, c'était comme si une force continuait à le pousser vers l'action, sans qu'il ne puisse rien y faire. Il se vit se lever et fermer la fenêtre, puis se tourner vers le hibou.


« Je vais répondre à ton maître. »

Le jeune homme chiffonna la première lettre et en commença une nouvelle. De toute façon, il lui semblait désormais impossible de faire marche arrière. Le pion s'était avancé.

***

Les évènements s'étaient enchaînés très vite. Avant qu'Aïlin eut le temps d'avaler et d'assimiler une potion revigorante, Lowsley avait frappé à sa porte et lui avait présenté le confrère qui prendrait en charge la défense de Torin. Ce dernier était un grand homme dans la force de l'âge, à l'air affable mais déterminé, et quelque chose disait au lord qu'il était un comédien dans l'âme, capable de s'exprimer avec une verve et une prestance remarquables. Il était l'homme de la situation.
Après deux longues heures de discussion, il ne resta bientôt à Aïlin qu'à attendre la réponse du Maître du Jeu. Pourtant, il ne pouvait se résoudre à rester inactif. Dès lors qu'il se trouvait seul, il se mettait à tourner en rond, tel un lion en cage.
Aussi avait-il pris la décision de se rendre sur le Chemin de Traverse. Il devait, de toute façon, trouver une nouvelle baguette. Sans arme, il se sentait démuni, impuissant. Lorsqu'il sortit de chez Ollivander, en revanche, le doute et l'inquiétude avait remplacé ces sentiments. Il n'eut guère le temps de s'attarder sur les propos d'Ollivander, cependant, car à son retour, un hibou l'attendait, posé sur le rebord d'une fenêtre.
Un rendez-vous, au manoir. Voilà ce que lui avait proposé le Maître du Jeu. Il n'avait pas précisé, en revanche, qui il enverrait à la rencontre du lord. Il n'avait plus eu qu'à prendre son mal en patience, jusqu'à l'heure de cette fameuse visite.

À présent, étendu sur un des fauteuils devant la cheminée, Aïlin tournait et retournait la chevalière à son doigt, songeur. Jenny et Erycius avaient été congédié pour les prochaines heures, afin que nulle oreille indiscrète n'entende les propos qui se tiendraient au manoir. Seul, il avait tout le loisir d'être la proie de ses démons. Il ne parvenait tout simplement plus à réfléchir de façon cohérente, et le manque de sommeil y était pour quelque chose. Il était las, accablé. Et pourtant, il sentait encore une certaine frénésie fourmiller dans son corps. Ou de la folie, peut-être, car ces derniers jours, Aïlin avait la sensation de devenir fou.
Les propos d'Ollivander, à présent, tournaient dans sa tête, ainsi que l'image du moment où sa nouvelle baguette l'avait choisi. Il se souvenait de l'éclat violacé qui avait auréolé l'arme, et de la chaleur presque brûlante qui avait irradié son corps. Le vieil Ollivander l'avait longuement regardé, avant de murmurer, sur le ton de la mise en garde :

« C'est une puissante alliée que vous venez de trouver là, Monsieur Bower. Je ne m'attendais pas à lui attribuer un propriétaire de si tôt. Vous devez être, comme elle, d'une grande ambivalence, et je m'avancerai même à dire : dans une période charnière de votre vie. Faites attention à la voie que vous choisirez, car avec une telle baguette entre vos mains, je doute qu'il y ait de retour possible. Quoi que vous fassiez, elle vous supportera et vous y encouragera même, et cela peut autant être en bien qu'en mal. »

L'alchimiste sortit de la poche de son costume le cavalier qu'il avait reçu quelques jours plus tôt et prit une longue inspiration. Il ne l'avait pas tourné trois fois dans ses doigts que le heurtoir frappa contre la porte d'entrée, répandant un son grave et lourd dans le manoir. Aïlin se leva, rangea la pièce dans la poche de sa veste, et alla à la rencontre de son invité... qui se révéla être une invitée.

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Ella Von Königsberg
    • Nombre de messages : 665
    • Age : 29
    • Date d'inscription : 09/02/2009

    • Pensine
      Statut sanguin: Assimilée Sang-pur
      Baguette magique: Bois d'ébène - Crin de sombral - 27,5 cm
    avatar
  • Tueuse à gage
MessageSujet: Re: Corruptions [Pv Ella]   Sam 13 Avr - 13:50:08

Une Reine rouge. Tel était le pion d'échiquier qu'elle avait reçu quelques jours plus tôt dans une enveloppe cachetée venant du Maitre du Jeu. C'était aussi précisément avec une identique dame rouge qu'elle revendiquait les assassinats qu'on lui confiait. L'espace de quelques instants, la ténébreuse avait cru qu'il s'agissait d'une mauvaise blague avant de lire la note qui accompagnait l'étrange cadeau. Le Maître du Jeu avait semble-t-il trouvé une nouvelle manière de se distraire en distribuant des figurines de jeu d'échec à tous les protagonistes de l'organisation mafieuse selon le rôle qu'ils tenaient au sein de celle ci. Ella, bien sur, était d'ores et déjà la Dame Rouge, un pseudonyme qu'on lui avait attribué en raison de sa fameuse signature, et qui était devenu son nom de code. Le maître marionnettiste, comme elle se plaisait parfois à le désigner, s'était contenté de reprendre l'idée. Toutefois, en englobant la Dame Rouge dans l'Echiquier, le chef de la mafia transmettait un message clair. Il venait ni plus ni moins de lui rappeler qu'elle n'était jamais plus qu'un pion sur son plateau de Jeu qu'il manipulait à sa guise. La tueuse ignorait quelle était la finalité de cette nouvelle fantaisie du Maitre du Jeu. Ce qu'elle comprenait en revanche, c'était que ce type était un grand tordu et que dans sa logique démente, le fait qu'il dispose les pièces, signifiait sans l'ombre d'un doute qu'il s'apprêtait à entamer une nouvelle partie.

Vêtue d'une longue robe de couleur prune, la sulfureuse jeune femme s'avançait d'un pas agile dans le grand salon du manoir, terminant ses préparatifs à la hâte avant de se rendre au rendez vous que le maître du jeu avait décidé pour elle. Cela ne l'enchantait guère, mais on ne lui avait pas laissé l'ombre d'un choix et d'ailleurs, c'était loin d'être la mission la plus déplaisante qu'on lui avait assigné. Au moins cette fois, elle aurait le loisir de converser avec une personne vivante, ce qui changeait un peu de son boulot habituel. La seule chose qui l'agaçait en fin de compte c'était l'absence totale de liberté qu'on lui laissait. Ella se pencha pour attraper son jeune fils qui tendait ses petits bras dans sa direction. Celui ci grandissait à une telle vitesse sans qu'elle ne s'en rende compte... C'était incroyable, il fêterait bientôt son premier anniversaire et elle n'avait pas vu les mois passer. Au moins, à présent il faisait ses nuits. Son poupon semblait toutefois particulièrement affecté à chaque fois qu'elle s'éloignait ou qu'elle devait partir. Elle détestait l'abandonner à sa détresse, mais il faudrait pourtant qu'il s'habitue à ce qu'elle ne soit pas toujours avec lui et en principe, elle serait vite rentrée.

La ténébreuse embrassa une dernière fois son enfant qu'elle portait dans les bras avant de le confier délicatement à la nourrice. Elda était la seule a avoir survécu répondu aux innombrables critères de sélections de l'Allemande. La duchesse n'avait en outre pas hésité à se renseigner sur les diverses candidates se présentant au poste, allant même jusqu'à user de légilimencie pour s'assurer des compétences et des motivations des postulantes. Elle en avait probablement terrorisé une ou deux durant leur entretien. Klaus bien sur, ne savait rien des véritables raisons qui la forçait à s'absenter, il ne comprenait pas la raison pour laquelle sa jeune épouse devrait travailler, car il était certain que sur un plan matériel ce n'était pas l'argent qui manquait. Son argumentaire résidait dans le fait qu'elle avait besoin d'avoir une activité et de conserver une certaine indépendance en travaillant de son côté. Elle ne supporterait pas de rester passivement au manoir en femme au foyer entretenue qui élève son gosse et passe ses journées à régenter une armée d'elfes de maison. Très peu pour elle; cela au moins était la stricte vérité. Pour ce qui était de son activité en elle même, en revanche, elle avait du omettre 2 ou 3 détails, comme le fait qu'elle butait des gens pour la mafia. Elle était resté floue sur la question, se contentant de dire à son mari qu'elle s'occupait d'affaires délicates que lui confiaient certains clients en tout anonymat et qu'elle n'était pas autorisée à en dire plus. Dans un sens, c'était vrai aussi, juste incomplet. Evidemment Klaus était loin d'être idiot, il avait sans doute deviner tout de suite que tout ça n'était pas forcément très net. Michael Schwarz trempait lui aussi dans des affaires douteuses et les Von Königsberg n'étaient pas non plus complètement étrangers à quelques corruptions. Quoi qu'il en soit, il s'était abstenu de la cuisiner à ce sujet, il respectait son indépendance et lui laissait avoir ses propres secrets. C'était d'ailleurs, l'une des principales choses pour lesquelles l'ancienne mangemort avait pu l'épouser.


« Je ne serais pas longue Elda, je devrais être rentrée à l'heure du thé. »

Par certains côtés, la sorcière restait plus anglaise qu'allemande, notamment cette habitude de boire le thé à 17 heures ne l'avait jamais quittée. Quand on mène une vie comme la sienne, il faut bien entretenir un semblant de vie normal en conservant une certaine routine si l'on ne veut pas devenir complètement dérangé et instable. La ténébreuse glissa sur ses épaules une cape moirée assortie à sa robe et transplana vers le lieu de son rendez vous.

Le manoir Bower était situé à Connaught dans le nord de l'Irlande. L'élégante bâtisse en pierre s'élevait majestueusement au milieu du parc de la propriété. La grille du portail extérieur était ouverte, la ténébreuse s'avança d'un pas sur le long de l'allée centrale et gravit les escaliers du perron avant de frapper du heurtoir à la porte d'entrée.

La dangereuse lady n'eut pas à attendre bien longtemps avant que son hôte ne vienne lui ouvrir. Le Lord Ailin Bower était un jeune homme, il avait quelques années de moins qu'elle mais il possédait un charisme certain et dégageait une sorte d'aura ténébreuse qui lui allait comme un gant. La tueuse à gage eut tout juste le temps de ranger sa baguette magique à la ceinture de sa robe avant de tendre une main cordiale à l'alchimiste. Il aurait été impoli de rester sur le qui vive, baguette à la main alors qu'elle était invitée. Certaines choses ne se font pas même si les précautions et les réflexes induits par ses antécédents et ses activités actuelles n'étaient pas toujours faciles à mettre en veilleuse. Le maître du jeu avait été relativement clair sur ce qu'il attendait d'elle durant ce rendez vous, elle serait son messager et devait avoir l'air aussi bienveillante et inoffensive que possible. Naturellement, on était en droit de s'interroger sur le choix du bonhomme de lui confier cette mission là à elle. La ténébreuse supposait que c'était surtout un moyen pour lui de la faire chier tout ce qu'il pouvait en l'utilisant comme un vulgaire hibou. Cela étant, elle ne prétendait pas comprendre l'esprit tortueux du Maitre du Jeu. Peut être avait-il vraiment une raison à cela, même si elle n'entrevoyait pas encore laquelle. La jeune femme aux cheveux flamboyants adressa un sourire professionnel à son interlocuteur.


« Bonjour, Lord Bower, je viens de la part du Maitre du Jeu. Puis-je entrer ? »

Elle ne s'était pas présentée et elle n'avait pas l'intention de le faire, ni en tant qu'Ella Von Königsberg, ni même en tant que Dame Rouge, pour l'instant. L'anonymat lui allait très bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Aïlin Bower
    • Nombre de messages : 978
    • Age : 28
    • Date d'inscription : 29/07/2007

    • Pensine
      Statut sanguin: Sang-Pur. Mère cracmole (tenu secret)
      Baguette magique: Noyer et plume de phénix, 28,72 cm, assez rigide
    avatar
  • Langue-de-Plomb Langue-de-Plomb
MessageSujet: Re: Corruptions [Pv Ella]   Mer 17 Avr - 12:13:14

Le visage qui se présenta à sa porte n'était pas inconnu à Aïlin. Cette femme, il était certain de l'avoir déjà croisé une fois. Cependant, Bower était pour le moment incapable de remettre un nom sur la rousse sulfureuse qui lui adressait un sourire cordial. Cela n'avait pas grande importance car elle n'était, pour l'heure, qu'un émissaire du Maître du Jeu, comme elle venait si bien de le dire. Les mots qu'elle prononcerait ne refléteraient non pas sa volonté, mais celle du Maître Chanteur.

« Bien sûr, je vous en prie. »

Répondit aimablement Aïlin. Il s'écarta et la laissa passer devant lui, puis referma la lourde porte d'entrée. Par réflexe, l'alchimiste aida son invitée à se débarrasser de sa cape et la rangea lui-même dans le placard du vestibule. Ah, peut-être était-ce à une réception qu'il avait croisé la jeune femme. D'ailleurs, elle avait dans l'attitude et la démarche l'empreinte d'une éducation soignée, digne d'une femme de haut rang. D'un geste, il l'invita à passer l'arcade qui menait au grand salon, puis la précéda jusqu'aux fauteuils auprès de la cheminée. D'un coup de baguette, il disposa son fauteuil en face de celui qu'avait choisi Ella et s'installa à son tour.

« Souhaitez-vous boire quelque chose ? »

Demanda poliment Aïlin, avant de faire apparaître une bouteille de cognac et un verre. Tout en servant, le jeune homme leva les yeux vers l'envoyée du Maître du Jeu.

« Je suis reconnaissant au Maître du Jeu d'avoir consenti à répondre si vite à mon appel. Comme vous le savez sûrement, mon affaire est urgente, et je n'ai pas la position au Ministère pour mener seul ce projet à bien. »

Aïlin s'empara de son verre, qu'il fit lentement tourner entre ses doigts. Il savait qu'il devrait payer un tribut pour ce qu'il allait demander, alors que le Maître du Jeu avait déjà participé à sa propre libération. La politesse avec laquelle il s'était exprimé n'avait d'autres buts que de laisser entendre qu'il était désormais prêt à coopérer.
Sa conscience en était mise à mal, et le souvenir de ce qu'il s'était passé à la Commémoration perturbait le fil de ses pensées. Jouer pour le Maître du Jeu signifiait qu'il se rangeait du côté de ceux qui avaient blessé et tué une foule d'innocents. D'une certaine façon, c'était comme s'il se dessinait lui-même la marque des Ténèbres que son père et ses frères avaient désirés voir un jour orner son bras. Il n'avait de toute façon plus le choix, et ce depuis plus d'un an. Dès lors qu'il avait consentit à travailler pour Murray, il s'était plié aux lois de la Mafia. Si son client avait accepté qu'il n'entre pas officiellement sous ses ordres, c'était certainement parce qu'il savait que, tôt ou tard, Aïlin se retrouverait au milieu de l'organisation, sans plus avoir la possibilité de faire marche arrière. C'était le revers d'un succès rapide. Depuis le début, Bower avait fait le mauvais choix. Il avait été trop confiant, persuadé qu'il aurait assez d'intelligence pour se tenir à distance des plans de la Mafia. Sa foi en ses capacités intellectuelles lui avait fait manquer d'humilité et sa morale payait le prix de sa vanité. Camouflant son sentiment de lassitude, Aïlin reprit la parole.


« Il s'agit de la libération de mon frère, Torin. Libération conditionnelle, dans un premier temps, en attendant son procès. Je suppose qu'en y mettant les moyens, cela ne serait pas difficile à obtenir, d'autant qu'il est blessé et a encore, de ce que j'ai pu constater, besoin de soins. »

En réalité, Aïlin se souciait bien peu que Torin termine balafré à vie à cause d'un manque de soins. Cela l'aurait même amusé que son aîné garde les stigmates de leur duel. Torin avait posé une empreinte indélébile sur son jeune frère, et celui-ci aurait vu comme une douce consolation de lui en imposer une à son tour, quoi que physique plutôt que morale. Néanmoins, la blessure de Torin faisait un argument de plus pour sa libération conditionnelle.

« J'ai besoin de prouver au Magenmagot que Torin est devenu mangemort sous la contrainte... C'est la seule ligne de défense envisageable. Néanmoins, des preuves ou témoignages seraient bienvenus et... dans l'idéal, quelques membres du magenmagot ou magistrat convaincus d'office. Après tout, on sait tous que le plaidoyer d'un avocat n'est rien d'autre qu'une formalité dans la majorité des cas. »

Un sourire teinté d'ironie glissa sur le visage d'Aïlin. L'allocution de l'avocat de la défense, aussi brillant pourrait-il être, n'était jamais qu'une mise en scène, davantage destinée au public qu'à la cour. Ce qui était fondamental, décisif, était ce qui se passait en coulisses. Descendant d'une famille de politiciens et d'experts en droit, l'alchimiste en avait parfaitement conscience. Tout comme Torin, qui avait lui-même entamé une carrière dans ce domaine, avant que ses aspirations ne s'effondrent avec la chute du Seigneur des Ténèbres. Tricher était inné chez les Bower, et bien qu'il ne se l'avouait pas, tirer les bonnes ficelles dans l'ombre plaisait à Aïlin. C'était autrement plus agréable que de s'avancer en toute bonne foi et honnêteté, dans un monde qui était fondamentalement corrompu. La Justice n'avait rien de juste. Elle n'était jamais qu'une bureaucratie corruptible.

_________________________________


Dernière édition par Aïlin Bower le Lun 29 Avr - 13:17:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Ella Von Königsberg
    • Nombre de messages : 665
    • Age : 29
    • Date d'inscription : 09/02/2009

    • Pensine
      Statut sanguin: Assimilée Sang-pur
      Baguette magique: Bois d'ébène - Crin de sombral - 27,5 cm
    avatar
  • Tueuse à gage
MessageSujet: Re: Corruptions [Pv Ella]   Ven 19 Avr - 18:01:18

Sur l'invitation du jeune homme, la ténébreuse entra dans le manoir et remit sa cape au maitre des lieux. Comme elle le faisait toujours lorsqu'elle pénétrait en terrain inconnu, la mage noire ne put s'empêcher de détailler ce qu'elle voyait et d'analyser la disposition des lieux. Après tout, un jour cela lui serait peut être utile, quand bien même entrer par effraction la demeure du Lord ne faisait absolument pas partie de ses projets. D'ailleurs, elle devinait la présence de systèmes de sécurité qui rendrait probablement périlleuse une telle tentative. La tueuse pénétra dans un spacieux salon, richement décoré et alla s'installer dans l'un des fauteuils près de la cheminée; celui qui lui permettait de garder un champs de vision aussi large que possible sur la pièce et de pouvoir surveiller les issues. Ce n'était pas qu'elle se méfiait, à vrai dire elle doutait sincèrement qu'Ailin ait prévu de la piéger, mais son obsession du contrôle voulait que si une autre personne devait interrompre leur discussion, même un elfe de maison, elle voulait en être la première avertie.

Comme son hôte lui offrait quelque chose à boire, la duchesse se contenta de décliner poliment l'invitation. Elle avait pour principe d'éviter soigneusement de boire lorsqu'elle était en mission. Elle n'était pas là pour prendre du bon temps ou se détendre et de plus, elle n'avait pas soif.

« J'apprécie l'attention, mais non merci, je ne désire rien. »

Ailin Bower entra le premier dans le vif du sujet en faisant un bref récapitulatif de la situation dont le maître du Jeu l'avait informée. Ella avait d'ailleurs lu dans la Gazette du sorcier l'article fort divertissant sur les sombres péripéties de la famille Bower. Le retour soudain de Torin parmi les vivants était de loin l'information qui avait le plus attisé son intérêt. Quoi qu'il en soit, elle savait que le procès de son ancien collègue mangemort devait se faire extrêmement rapidement et qu'il était donc urgent d'agir. Les aurors n'ont pas souvent une si belle occasion de montrer que leur service est effectivement utile à quelque chose. Alors l'arrestation d'un mangemort est pour eux du véritable pain béni.

La représentante du Maitre du Jeu laissa terminer son interlocuteur sans cesser de le regarder droit dans les yeux. En vérité, elle était assez intriguée de connaître la raison qui pouvait pousser Ailin à vouloir libérer son frère au lieu de le laisser à la merci des aurors, compte tenu du fait que quelques jours plus tôt il avait tenté de le tuer. Avec une pointe d'ironie, elle ne put d'ailleurs s'empêcher de penser « amateur ». Toutefois, elle s'efforça de ne pas succomber à sa curiosité déplacée enfin de traiter ce qui devait l'être.


« En effet, je suis informée de tout ceci. »

La ténébreuse disposait de toutes les informations nécessaires sur la manière dont la libération de Torin pourrait être accompli. Bien sur, elle ne connaissait pas toutes les cartes que le maitre du jeu avait en main, mais elle en connaissait assez, étant elle même l'une de ses cartes maîtresses. il était incontestablement un maître chanteur aguerri et savait qui était susceptible de se laisser corrompre par un simple pot de vin et qui avait besoin de davantage d'arguments. D'ailleurs, elle aurait elle même un rôle actif à jouer en ce qui concernait les menaces sur les magistrats lus plus retords. (Voire même l'exécution éventuelle de l'un ou l'autre d'entre eux parmi les plus inflexibles afin d'inciter les autres à coopérer). Elle laissa passer quelques secondes, le temps de rassembler ses idées avant de reprendre la parole.

« Le témoignage de James Kirkby en tant que mangemort repenti peut être facilement arrangé.  Ensuite, si vous avez la moindre difficulté à trouver un avocat compétent qui accepte de défendre votre frère, on peut aisément y remédier.. Parfois certains manquent seulement d'un peu de motivation.. »

Bien sur, elle ne doutait pas qu'Ailin ait plus que les moyens de se payer un bon avocat, mais par les temps qui courrait, il était de plus en plus difficile de trouver un mec vraiment brillant dans son métier qui accepte de défendre un mangemort notoire. Il y en avait certes; parmi les meilleurs avocats on peut trouver aussi bien des types sans le moindre scrupule que des férus de justice, mais le fait est que, compte tenu de l'urgence et de la personne à défendre, il serait peut être nécessaire de faire un peu pression façon mafia..

« Pour les magistrats, ce sera bien sur un peu plus délicat, surtout dans le cadre d'un tribunal pénal au complet. Il faudra s'assurer les faveurs de plus de la moitié d'entre eux. Délicat, mais pas impossible. »

Pot de vins, chantage et menaces devraient faire l'affaire. Il faudrait beaucoup de monde sur le coup, mais ça, le Maitre du Jeu en avait les moyens. Par ailleurs, il avait d'ores et déjà un certain nombre de magistrats à sa botte, ce qui permettait de réduire un peu la liste des personnes à corrompre. Quoi qu'il en soit, Ailin Bower n'avait pas besoin de connaitre le détail des méthodes employées, elle même n'en saurait davantage que sur les missions spécifiques qui lui seront assignées. Il restait néanmoins un dernier point à aborder.

« Cela étant, ce que vous demandez est loin d'être un petit service et vous devez être bien conscient que le Maître du Jeu n'agit certainement pas par bonté d'âme. Il ne consent à vous rendre ce service seulement s'il en retire en contrepartie un intérêt suffisant. Par chance, il se trouve qu'il accorde beaucoup d'intérêt à vos talents d'alchimistes... »

Sur cela au moins, elle devait admettre que le chef de la mafia se montrait honnête, il tenait à ce que l'ont soit bien averti à l'avance des tenants et des aboutissants de tout accord passé avec lui. Un service rendu n'était pas gratuit et il fallait s'attendre à ce qu'il vienne tôt ou tard réclamer son du. Si l'on acceptait l'offre c'était en toute connaissance de cause.

« Je crois savoir que vous avez reçu un petit présent de sa part. Vous pouvez encore choisir de le refuser et de vous passer de son offre. Si, en revanche, vous décidez de l'accepter, sachez que cela vous engage et tôt ou tard, il viendra vous le rappeler. »

S'engager auprès du Maître du jeu, c'était à peu prêt aussi définitif que de faire un serment inviolable à ceci près que si l'on ne respectait pas a part de l'accord, on ne mourrait pas forcément mais on pouvait le regretter davantage. Ceci ramener la ténébreuse à se poser la question du pouvoir en arriver là ? Pourquoi prendre le risque de passer un tel marché pour le bénéfice d'une personne que l'on souhaiterait morte ? Ou du moins, qu'on avait tenté de tuer.. La sulfureuse lady voyait deux réponses possibles à cela: soit l'on ne voulait pas que la personne soit jugée et condamnée, afin de pouvoir mieux lui régler son compte soi même, soit, parce qu'on craignait qu'elle ne révèle certains secrets qui auraient du être enterré. Dans les deux cas, connaître la vérité l'intriguait. La légilimens posa donc la question mais non sans plonger son regard pénétrant dans celui de son vis à vis.

« J'aimerais vous poser une question toutefois... Pourquoi tenez vous tant à voir votre frère en liberté ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Aïlin Bower
    • Nombre de messages : 978
    • Age : 28
    • Date d'inscription : 29/07/2007

    • Pensine
      Statut sanguin: Sang-Pur. Mère cracmole (tenu secret)
      Baguette magique: Noyer et plume de phénix, 28,72 cm, assez rigide
    avatar
  • Langue-de-Plomb Langue-de-Plomb
MessageSujet: Re: Corruptions [Pv Ella]   Lun 29 Avr - 14:13:13

La mention de James dans l'affaire gêna Aïlin, bien qu'il n'en laissa rien paraître. En tant qu'ami, Aïlin ne doutait pas que Kirkby accèderait à sa demande, d'autant que c'était l'occasion pour lui d'apaiser les potentielles tensions qu'il aurait pu entretenir avec Torin, du fait de sa désertion de chez les mangemorts. Son frère, fervent défenseur de la « Cause », avait dû voir d'un trait mauvais œil que le jeune homme quitte les rangs en dénonçant certains d'entre eux. Par chance, Aïlin n'avait pas souvenir qu'il ait dénoncé Torin, mais cela restait à vérifier.

« Mon propre avocat s'est chargé de trouver celui qui s'occupera de la défense de Torin. Il n'a aucune morale et c'est un grand orateur. On raconte qu'il n'y a pas meilleur sophiste que lui... »

Rétorqua le lord en souriant avec amertume.

« Inutile de menacer James, en revanche. C'est un ami, et je pense qu'il est assez lucide pour se rendre compte de l'avantage qu'il aurait à prendre la défense de mon frère. »

Aïlin n'ajouta rien de plus, laissant son invitée prendre les rênes de la discussion. Évidemment, il n'éprouva pas la moindre surprise quant aux propos que lui tint la sorcière. Il aurait fallut être particulièrement stupide pour penser qu'un tel service ne demanderait aucune contrepartie. Tant qu'il s'agissait seulement de ses talents d'alchimiste, Aïlin pouvait bien mettre de côté sa morale, après tout. On ne lui demandait pas d'assassiner autrui, et travailler dans l'ombre lui convenait bien. Les mafieux à qui il avait eu à faire avaient, à force de tenter de le séduire, finit par le convaincre qu'accepter d'entrer officiellement dans les rangs n'aurait pas que des désavantages. Si sa conscience bataillait encore avec cette idée, sa raison, elle, avait rendu les armes devant l'évidence. Il était impliqué depuis trop longtemps pour continuer à faire l'autruche. Après tout, la moralité ne nourrissait pas son homme, pensa l'alchimiste, cynique. C'était une chose qu'il avait fini par comprendre, une fois seul à la tête de terres, d'une fortune et d'un nom lourd à porter.

« Il me semble aujourd'hui évident que j'aie pris cette décision il y a déjà un an de cela. »

Rétorqua donc Aïlin, faisant référence à ses accords avec Murray, puis Dmitriev.

« Je suppose que, tôt ou tard, il faut assumer les conséquences de ses choix. Jusqu'à présent, je n'ai pas eu à me plaindre du traitement de faveur que m'a réservé votre organisation... »

Aïlin trempa ses lèvres dans son verre de cognac puis le posa sur la table basse, avant de revenir braquer son regard dans celui, scrutateur, d'Ella. Ce regard, d'un vert étincelant, très fixe, avait quelque chose de gênant, d'oppressant. La jeune femme dégageait un profond charisme, auquel Aïlin n'était pas indifférent. Il aurait été difficile de rester froid face à l'aura de la sulfureuse rousse, et le lord ne doutait pas qu'avec de tels sbires, le Maître du Jeu avait le pouvoir d'obtenir à peu près tout ce qu'il désirait.
Sa question lui tira un mouvement de mâchoire crispé. Il savait à l'avance que la mage noire se doutait de la réponse. Elle était assez évidente, mais ce n'était pas pour autant qu'Aïlin désirait lâcher la vérité. Il aurait pu envoyer sèchement son interlocutrice sur les roses, en arguant qu'il ne s'agissait pas là de ses affaires, mais la situation le forçait à montrer profil bas. Machinalement, Aïlin fit tourner sa chevalière autour de son annulaire, pour contenir sa nervosité. Puis, d'une voix lente et grave, il consentit à donner le change.


« Je connais assez Torin pour savoir qu'il fera tout pour ne pas rester en prison, dusse-t-il pour cela commettre l'acte le plus fou de sa vie. Je préfère le savoir dehors avec mon aide qu'enfermé à ruminer sa haine à l'égard de moi et ma sœur. Car... vous n'êtes peut-être pas sans savoir que c'est elle qui a donné son nom à l'ancien directeur du Département de la Justice, Lawrence Hawkesworth. »

Il marqua une pause, durant laquelle son regard s'évada vers la droite. S'il omettait de dire qu'il avait peur de ce que pourrait dire Torin, face au Magenmagot, ce qu'il venait de déclarer n'en était pas pour autant un mensonge. Il ne voyait vraiment pas son frère se satisfaire d'une condamnation à perpétuité. Torin ne s'était jamais rendu. Leur duel presque à mort en témoignait. Jusqu'au bout, malgré la douleur, l'épuisement, malgré l'évidence d'une mort prochaine, qu'un petit miracle avait finalement interrompu, Torin n'avait pas lâché la gorge de son frère. Sans les détraqueurs, Azkaban n'était plus une prison aussi sûre qu'elle l'avait été. Les flots déchaînés de la mer n'arrêtaient pas un mangemort assoiffé de vengeance.

« Évidemment, tout aurait été plus simple si j'étais parvenu à le tuer dans l'allée des Embrumes. Pour une fois qu'un décès aurait épargné des ennuis à tout le monde, les aurors ont choisi d'intervenir à temps... Faute de pouvoir se débarrasser proprement d'un indésirable, autant se donner les moyens d'exercer un contrôle dessus. »

Conclut-il abruptement.

« À mon tour de vous poser une question, si vous me le permettez... »

D'un geste élégant, Aïlin tira la pièce d'échec de sa poche et la fit tourner entre ses doigts, avant de la poser entre Ella et lui. Ce faisant, il ne lâcha pas la femme du regard, comme pour lire une réponse autant dans ses yeux que dans ses mots.

« Qu'est-ce que signifie ceci, exactement ? »

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Ella Von Königsberg
    • Nombre de messages : 665
    • Age : 29
    • Date d'inscription : 09/02/2009

    • Pensine
      Statut sanguin: Assimilée Sang-pur
      Baguette magique: Bois d'ébène - Crin de sombral - 27,5 cm
    avatar
  • Tueuse à gage
MessageSujet: Re: Corruptions [Pv Ella]   Jeu 2 Mai - 19:25:31

Silencieuse, la ténébreuse prêtait attention aux paroles et aux réactions du Lord, tout en caressant machinalement le manche de sa baguette magique de ses doigts arachnéens. Ella ne s'était même rendue compte qu'elle l'avait de nouveau prise en main tant ce geste lui était familier. Au fur et à mesure que le jeune homme parlait, la tueuse à gage s'enfonçait dans ses pensées, songeant à la manière dont le Maître du Jeu tissait savamment sa toile pour y prendre prisonnier tous ceux susceptible de revêtir un quelconque intérêt pour lui. Jusqu'à alors, elle pensait qu'Ailin avait encore la possibilité de choisir, qu'il était encore libre, mais en fin de compte l'issue de cette conversation était d'ores et déjà scellée bien avant qu'elle même ne vienne ici en émissaire. En réalité, le sorcier n'avait aucune autre possibilité.

Les mots « votre organisation » employés par son interlocuteur résonnèrent étrangement aux oreilles de l'ancienne mangemort. Si elle était bien ici le porte parole du manipulateur qui orchestrait tout ça, jamais elle n'aurait pu parler du Damier en ces termes. L'organisation était peut être celle du Maître du Jeu mais certainement pas la sienne. Autant dire d'un pion, fut il une dame, qu'il possède le jeu d'Echec. Non, si on devait parler en terme de propriété, c'était bien elle qui appartenait à l'organisation et non l'inverse. Cette pensée lui arracha un rictus amer. En fait il ne lui manquait guère que les chaines pour la marquer en tant que prisonnière. Son vis à vis se rendait il compte qu'il était dans le même cas ? Il avait déjà renoncé à sa liberté, et désormais, il ne faisait que renforcer ses liens. Les services rendus par la mafia n'avaient d'autre buts que de renforcer la main mise du Maitre du Jeu sur ces gens en rappelant bien que tout ce qui a été donné peut aussi être repris. Suite aux paroles d'Ailin, la Dame rouge se contenta de garder le silence sans rien ajouter. Il déclarait qu'il avait bénéficié d'un traitement de faveur de la part de la mafia et n'avait pas à s'en plaindre, elle ne pouvait que lui souhaiter que les choses continuent dans cette voie, mais c'eût été d'un optimiste bien naïf que l'on pourrait aisément qualifier de stupide.

Le regard plongé dans celui de son interlocuteur, l'Allemande avait focalisé son attention sur les révélations de ce dernier concernant son frère. Torin Bower, ancien mangemort de son état, récemment réapparut d'entre les morts. Lorsqu'elle avait eut vent de la nouvelle dans la Gazette du Sorcier, elle en avait d'ailleurs été passablement surprise. Ayant assassiné un certain nombre de ses anciens collègues mangemorts pour racheter sa propre liberté auprès de Benson et effacer l'ardoise de ses méfaits passés, elle trouvait plus prudent de n'en laisser aucun derrière elle qui pourrait être susceptible de nourrir des désirs de vengeance. Et puis ça faisait tâche. Elle aimait le travail bien fait. D'une certaine manière elle en voulait au sorcier assis en face d'elle de ne pas avoir été foutu de faire le boulot jusqu'au bout. Désormais, non seulement il était vivant mais en plus il allait être libre et intouchable à cause du Maitre du Jeu. Certes, il n'était pas vraiment une menace, il la reconnaitrait sous son masque de mangemort mais n'avait aucune idée de sa vraie identité et puis, il avait visiblement assez à faire avec sa propre famille. La phrase suivante du Lord arracha un sourire sans joie à la tueuse, il venait d'énoncer tout haut ce qu'elle pensait.


« Oui, je dois bien admettre que les aurors ont la fâcheuse tendance à compliquer les choses.. »

Susurra la belle tout en faisant tourner son arme entre ses doigts. Ah les aurors... une belle bande d'incompétents seulement doués pour foncer dans le tas sans réfléchir en suivant les ordres. Elle même avait tant de raison de nourrir de la rancoeur et du mépris à leur égard... mais ce n'était pas le lieu de s'égarer vers ce sujet. Avec une expression prédatrice, la mage noire adressa un sourire indescriptible à Ailin et poursuivit d'une voix égale comme s'ils étaient en train de discuter d'un sujet des plus ordinaires.

« La prochaine fois qu'il vous vient le désir de tuer quelqu'un, préparez mieux votre coup.  Les actes impulsifs donnent rarement de bonnes choses. »

Si la sorcière n'était qu'à moitié satisfaite de l'explication donné par le Lord sur le pourquoi il tenait tant à voir son frère dehors, elle laissa néanmoins filer. Après qu'Ailin et Torin aient tenté de s'entretuer, pourraient il vraiment enterrer la hache de guerre ? Elle doutait sincèrement que Torin puisse seulement être reconnaissant à son frère de le faire libérer, cela cachait autre chose, mais au fond ce n'était pas vraiment son problème. D'ailleurs, son hôte ne lui laissa pas le temps de s'attarder sur la question puisqu'il la lança sur un autre sujet en lui présentant la petite figurine de cheval blanc qu'il avait reçu.

Ella laissa son regard s'attarder quelques instants sur le pion tandis que son sourire se teintait d'une pointe d'amertume et faisait écran aux désirs de rébellion et de massacre massif qu'elle refoulait au fond d'elle. Si elle ignorait la signification précise que chaque pièce pouvait revêtir dans l'esprit tordu du Maître du Jeu, elle répondit néanmoins la stricte vérité.


« Cela, mon ami, signifie que, tout comme moi, vous n'êtes qu'un vulgaire pion entre les mains du Maitre du Jeu. Avez vous d'autres questions ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Aïlin Bower
    • Nombre de messages : 978
    • Age : 28
    • Date d'inscription : 29/07/2007

    • Pensine
      Statut sanguin: Sang-Pur. Mère cracmole (tenu secret)
      Baguette magique: Noyer et plume de phénix, 28,72 cm, assez rigide
    avatar
  • Langue-de-Plomb Langue-de-Plomb
MessageSujet: Re: Corruptions [Pv Ella]   Mar 28 Mai - 13:03:45

Un froncement de sourcil vint barrer le visage jusque là imperturbable d'Aïlin. Son interlocutrice, avec une attitude prédatrice, avait lâché un commentaire qui tenait autant de la leçon que de la provocation. Une lueur d'agacement avait brillé dans les yeux du lord, sans qu'il ne put empêcher son attitude de trahir ses émotions. Oh, bien sûr, s'il avait appris dans d'autres circonstances que son frère était encore en vie, rien de tout cela ne serait arrivé. Il aurait eu le temps de réfléchir à la meilleure façon de l'éliminer et l'aurait piégé avant que Torin ne se doute que son jeune frère était au courant de sa survie. La vie n'était cependant pas un roman dans lequel l'on pouvait se projeter, en feuilletant les chapitres suivants pour se préparer à l'avenir. Non, celle-ci était faite d'impondérables, de surprises, d'imprévus. D'imprévus dont on aurait pu se douter, si l'on avait étudié plus minutieusement les éléments que l'on possédait. Aïlin aurait pu envisager que son frère n'était pas mort empoisonné, au beau milieu du manoir. Ce n'était pas son style de se laisser prendre aussi facilement, mais les nombreux meurtres de mangemorts qui avaient été perpétrés, à l'époque, avait engendré en Aïlin la conviction naïve qu'il s'était lui aussi laissé berner. Puis, il avait eu son soit disant corps mort sous les yeux.
Le jeune lord avait envisagé que l'auteur de ces nombreux crimes n'avait été personne d'autre qu'un mangemort craignant d'être dénoncé par l'un de ses collègues, comme cela s'était déjà fait par le passé. Une personne que l'on aurait pu recevoir en amie, avant de se rendre compte, trop tard, que cet ami là ne vous voulait pas du bien. Un sourire aigre passa sur les lèvres de l'alchimiste, avant qu'il ne réplique en s'enfonçant lentement contre le dossier de son fauteuil.


« Si seulement le mangemort ayant décidé d'assassiner ses collègues avait fait montre d'un peu plus de zèle, je n'en serai pas venu à commettre un acte complètement irréfléchi. On peut refaire le monde, avec des « si ». »

Trancha-t-il abruptement, sans avoir la moindre idée de la personne à laquelle il faisait cette critique. En un sens, il pouvait également en vouloir à cette personne qui avait tué tant de mangemorts, mais qui avait bêtement omis de s'en prendre à son frère. Son regret, aussi amer était-il, de n'avoir pu être l'acteur de la mort de Torin n'aurait été qu'une insignifiante contrariété comparée aux ravages qui balayaient ses nerfs et son âme, aujourd'hui.
Sa déclaration valait autant pour Ella que pour lui. C'était une leçon, en quelques sortes, qu'il se faisait à lui-même. Il n'avait que trop vécu dans le passé, avait avancé le regard tourné en arrière, et à présent, voilà où il en était. Les « si » n'avaient rien de constructif ni de réparateur. Les regrets et remords étaient des poisons desquels il s'était trop longtemps abreuvé. Il savait que ce défaut le suivrait encore longtemps avant qu'il ne parvienne à s'en débarrasser, néanmoins, c'était vers cet avenir noir et incertain que le lord devait se projeter, s'il voulait avoir des chances de l'affronter sans perdre la raison.
Son frère était en vie et il l'avait fait libéré, par peur des mots qu'il prononcerait devant la Justice. Il avait tué par deux fois, et avait échoué à mettre à mort celui qu'il avait le plus désiré voir mourir de ses mains. Il avait accepté de mettre de côté ses principes pour intégrer la mafia. Il ne pouvait revenir sur aucun de ces faits. Ils étaient gravés dans la dalle en marbre du passé, incorruptibles, ineffaçables. Ce qu'il devait prévoir, c'était ce qu'il ferait demain. Les douleurs et les joies du passé n'avaient plus aucune portée sur le présent. Aujourd'hui, c'était une seconde vie qui commençait pour Bower. La roue avait tourné et tout s'était renversé, faisant prendre à son existence un tournant insoupçonné. Qu'allait-il pouvoir en faire ? Il l'ignorait, mais ce n'était plus l'heure de s'en morfondre. Aussi commença-t-il par interroger la sulfureuse sorcière quant à la signification de la pièce qu'il venait de déposer sur la table. Prévoir, ne serait-ce que pour les semaines à venir, avait quelque chose de rassurant.
Malheureusement, Aïlin pu savourer toute la déception que la réponse d'Ella instillait en lui. Elle ne semblait avoir aucune véritable information, ou alors, elle les cachait. Après avoir baissé une longue seconde les yeux sur le cavalier blanc, Aïlin sonda les deux émeraudes qui le fixaient, y cherchant réserve ou secret. Il ne lut, dans ce regard, que l'image d'une réalité qui la rendait amère. Tout comme lui, la jeune femme ne semblait pas pleinement satisfaite de son sort. C'était là une information à retenir.

Malgré son attitude secrète, son interlocutrice lâchait quelques bribes d'informations à son sujet, à demi-mots. Demi-mots qui, liés entre eux comme des pièces de puzzle, pouvaient permettre au jeune lord d'en apprendre davantage sur la rousse sulfureuse. Quitte à accepter de se plier aux desseins du Maître du Jeu, il était avisé de commencer par tâter le terrain, et discerner à qui, de l'organisation, l'alchimiste pouvait accorder un début de confiance. Ne pas s'intéresser à ses rares interlocuteurs directs aurait été une preuve de bêtise.
Aïlin laissa traîner le silence, tout en réfléchissant. Son index glissait sur ses lèvres tandis qu'il tentait de se dresser un portrait de la jeune femme. Ses propos d'un peu plus tôt, murmurés comme par orgueil, laissaient entendre que son rôle sur l'échiquier n'était pas celui de simple messagère. Son attitude, ses manières et la fierté qui transparaissaient d'elle la plaçait dans la catégorie des sorciers estimables et, pourtant, voilà qu'elle se trouvait devant lui à donner le change. Il y avait quelque chose, en elle, ce charisme, peut-être, qui laissait à penser qu'elle pouvait pourtant être une adversaire redoutable, autrement plus utile dans le feu de l'action qu'en tant que parlementaire. Le Maître du Jeu avait-il envisagé de l'intimider, s'il refusait d'entrer dans le moule ? C'était une hypothèse quelque peu absurde, puisque c'était lui, Aïlin, qui avait fait le pas l'engageant définitivement. Aussi, sur le ton que les deux sorciers avaient employés tout au long de leur conversation, Aïlin reprit la parole.


« Et vous, Madame. Quel est votre place dans l'échiquier ? J'ai l'impression que je me tromperai en imaginant que vous n'êtes qu'une simple messagère. »

_________________________________


Dernière édition par Aïlin Bower le Dim 2 Juin - 12:50:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Ella Von Königsberg
    • Nombre de messages : 665
    • Age : 29
    • Date d'inscription : 09/02/2009

    • Pensine
      Statut sanguin: Assimilée Sang-pur
      Baguette magique: Bois d'ébène - Crin de sombral - 27,5 cm
    avatar
  • Tueuse à gage
MessageSujet: Re: Corruptions [Pv Ella]   Sam 1 Juin - 13:46:30

Une lueur indescriptible traversa regard de la ténébreuse lorsqu'elle entendit le commentaire du Lord. Ailin ne venait-il pas indirectement de critiquer son travail ? Bien évidemment il ne pouvait en avoir conscience, néanmoins, il avait bel et bien dit qu'elle avait manqué de zèle. Tiens donc. Pour tout dire, la tueuse ignorait si la remarque l'agaçait ou l'amusait. Sans doute un mélange des deux en fait. Elle ne manifesta toutefois aucune émotion lorsqu'après un bref haussement d'épaule elle répondit avec une once d'ironie.

« Peut être a t-il pensé que traquer un homme mort était une perte de temps... »

Les pensées de l'Allemande remontèrent jusqu'à cette période sombre qui avait suivi la chute du Seigneur des Ténèbres. Elle n'avait jamais été si seule, si désespérée et si paumée qu'à cette époque, pas étonnant qu'elle ait commis autant d'erreurs. Elle n'avait pas hésité bien longtemps avant de trahir ses anciens collègues pour ne pas croupir en prison, elle s'était attaqué à certains des plus redoutables serviteurs de Voldemort sans se soucier de risquer sa vie. A cette période cela lui était complètement égal de mourir, et d'une certaine manière, elle attendait presque le moment où elle échouerait et se ferait tuer. Un vrai miracle qu'elle soit encore en vie.. Désormais les choses étaient bien différentes. Elle avait une excelle raison de tout faire pour rester en vie, elle avait un fils.

Quoi qu'il en soit, elle n'avait clairement pas traqué les mangemorts avec autant de professionnalisme qu'elle aurait du le faire. Après tout, elle n'était alors qu'une jeune femme désespérée, bien loin alors de la tueuse à gage méthodique qu'elle était devenue. Par ailleurs, l'accord qu'elle avait pas avec Benson consistait à ce qu'elle « aide » la justice, pas qu'elle assassine à elle seule tous les autres mangemorts. Elle en avait fait bien plus que tous les aurors réunis, on pouvait donc estimer qu'elle avait rempli sa part du marché... Néanmoins, Ailin n'avait pas tord, elle avait manqué de zèle, aussi elle ajouta d'une voix conciliante:


« Mais vous avez probablement raison. »

Sans chercher à préciser davantage sa pensée, la sulfureuse sorcière reporta son entière attention sur son interlocuteur qui semblait bien trop curieux et trop perspicace pour son propre bien. Elle se rendait bien compte qu'il la jaugeait et cherchait à la percer à jour. La belle soutint le regard du Lord sans ciller, le trouvant bien imprudent de jouer à ce jeu là avec une légilimens. Un demi sourire suffisant franchit ses lèvres à la pensée qu'elle pourrait y aisément forcer ses défenses mentales pour le seul plaisir de le provoquer, mais cela serait stupide et arrogant. Aussi ce fut elle qui détourna les yeux la première, les posant plutôt sur le petit cavalier blanc, avant de céder à la tentation. Mieux valait garder quelques armes cachées dans sa manche pour le jour où elle en pourrait en avoir besoin.

Par ailleurs la question que venait de lui poser le sorcier la mettait face à un léger dilemme. Devait elle refuser de répondre ou encore mentir pour ne pas courir le risque qu'il puisse la dénoncer un jour ? Ou devait-elle jouer carte sur table, avec une chance peut être de trouver un allié au sein du Damier ? Elle hésita durant quelques longues secondes, pesant le pour et le contre. Au fond, considérant la propre implication du lord Bower, le risque n'était pas si grand. Par ailleurs, Ailin ne semblait pas novice pour ce qui était de garder des secrets. Les iris émeraudes de la ténébreuse vrillèrent une fois de plus le regard du sorcier tandis qu'avec une lenteur maitrisée, elle pointa sa baguette sur la table basse du salon en effectuant un habile mouvement de poignet. Ella fit ainsi apparaître aux côtés du cavalier sa propre signature: une dame de couleur rouge, parfaitement identique d'ailleurs à celles qu'elle laissait sur le lieu de ses assassinats. Satisfaite de son effet, la ténébreuse se recula légèrement pour s'appuyer sur le dossier du fauteuil afin d'observer la réaction du son vis à vis.


« D'une certaine manière, mon rôle est pourtant bien de transmettre des messages. Le principal étant qu'il est préférable de ne pas se dresser contre le Maitre du Jeu si on tient à rester en vie. »

La tueuse avait prononcé ces mots sur le ton de la conversation. Si ses propos n'avaient rien de rassurants, la menace qu'ils contenaient n'était pas adressée à son interlocuteur. Du moins, pas directement. Cela méritait toutefois d'être précisé dans la mesure ou elle ne souhaitait pas que la raison de sa présence ici soit mal interprétée.

« Toutefois, vous n'avez pas à vous sentir menacé, considérez moi plutôt comme une alliée.  D'ailleurs, si d'aventure les circonstances s'y prêtent, je me ferais un plaisir de vous aider à régler vos problèmes familiaux. »

Et telle était très probablement la volonté du Maitre du jeu, il souhait certainement montrer à Ailin qu'il avait autant à gagner en s'alliant la puissance du Damier qu'à perdre en refusant son offre. Peut être incarnait-elle autant la carotte que le bâton dans cette histoire. Le MJ savait-il toujours à l'avance exactement tout ce qu'elle allait faire et comment elle allait réagir ? A cet instant précis, elle avait encore plus le sentiment d'être une marionnette que jamais auparavant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Aïlin Bower
    • Nombre de messages : 978
    • Age : 28
    • Date d'inscription : 29/07/2007

    • Pensine
      Statut sanguin: Sang-Pur. Mère cracmole (tenu secret)
      Baguette magique: Noyer et plume de phénix, 28,72 cm, assez rigide
    avatar
  • Langue-de-Plomb Langue-de-Plomb
MessageSujet: Re: Corruptions [Pv Ella]   Dim 2 Juin - 14:51:31

La répartie de l'envoyée du Maître du Jeu ne manquait pas de bon sens, mais à vrai dire, elle ne satisfaisait pas Aïlin. Un demi-sourire, sans joie, traversa son visage alors qu'il acquiesçait doucement de la tête.

« Certes. Néanmoins, cette personne aurait eu cinq mois devant elle pour trouver Torin et l'éliminer. C'était plus qu'il n'en fallait. »

S'il avait su, à l'époque, tout ce qu'il savait aujourd'hui, Aïlin se serait lui-même chargé de retrouver Torin et de le tuer. Ou, du moins, aurait-il envoyé quelqu'un faire le travail pendant qu'il s'occupait de son héritage... Mais à ce moment là, Aïlin s'était retrouvé seul, sans plus personne sur qui compter d'autre que lui-même. Seul, il avait dû affronter le corps sans vie d'Ultan, allongé parmi des centaines d'autres dans la Grande Salle de Poudlard. Seul, il était rentré au manoir, vide et plus lugubre que jamais. Seul, il avait organisé l'enterrement de son second frère, l'enterrement d'un mangemort auquel personne ou presque n'assista. Ultan avait rejoint leur père et, quelque part, Aïlin ne doutait pas que c'était ce que le jeune homme avait désiré. Quant à Torin, il avait tout bonnement disparu sans laisser de traces, mais en ayant eu le bon sens, avant, de vider la demeure familiale de tout ce qui lui avait appartenu et risquait de corrompre davantage son image.

Aïlin n'avait jamais parlé de cette période de sa vie, à personne. Pourtant, il s'agissait d'une des épreuves les plus dures qu'il ait eu à vivre. Il était resté prostré pendant des jours dans le salon du manoir, à contempler le vide et à se demander ce qu'il allait bien pouvoir faire à présent. S'il s'était nourrit, c'était seulement grâce à Jenny, sa vieille cuisinière, qui l'avait veillé avec la tendresse d'une grand-mère et la discrétion délicate d'une femme. Il avait fallut à Aïlin deux longues semaines pour sortir de son accablement léthargique, ainsi que du sentiment d'horreur qui lui collait à la peau. Puis, un matin, il s'était relevé. Il avait alors entreprit de rénover entièrement le manoir, ainsi que d'installer son laboratoire aux sous-sols, avec la conviction que la seule chose qu'il lui restait maintenant à faire, c'était de laver son nom de ses souillures, afin de pouvoir survivre lui-même.
Car il était le dernier frère, le dernier pilier d'une famille aux trois quarts détruite. Le prochain à éradiquer pour satisfaire la vengeance de ceux qui demandaient la tête des Sang-Purs. Et combien d'erreurs avait-il fait, en construisant son chemin. Aussi intelligent était-il, il reconnaissait maintenant volontiers qu'il avait été bien trop jeune, à l'époque, pour agir comme il l'aurait fallut. Le traumatisme, aussi, était trop lourd pour s'envoler de lui-même, emporté par le temps. Si ses relations avec ses frères n'avaient jamais été idéales – elles avaient même été complètement chaotiques – ceux-là demeuraient être son sang, et leur disparition respective l'avait plus ébranlé qu'il ne l'avait jamais admis.

Aussi n'en voulait peut-être-t-il pas seulement à Torin des actions horribles qu'il avait mené contre sa propre famille. Il lui en voulait, aussi, d'avoir été lâche et capable, lui aussi, le redoutable mage noir de la famille, de commettre une horrible erreur. À ses yeux d'adolescent, Torin avait été infaillible. Le seul homme qu'il lui restait en modèle, un modèle qu'il contrait, qu'il voulait tant mépriser, mais un modèle tout de même, n'avait, en réalité, jamais fait que des erreurs. Il avait été comme lui aujourd'hui. Un jeune homme face à dilemme cruel, duquel il ne sortirait pas indemne quelle qu'étaient ses décisions. Un jeune homme qui avait pris peur.

Ces pensées, aussi sophistiquées étaient-elles, Aïlin les avait associé à toute vitesse, comme une évidence qui lui apparaissait soudain en arborescence. Aussi eut-il un regard un peu lointain, un peu surpris, lorsque la voix de son interlocutrice coupa l'enchaînement de ses réflexions en lui déclarant qu'il avait probablement raison. Cette phrase tombait plus à propos que la sulfureuse rousse ne pouvait le soupçonner. Sans le chercher, elle lui apportait une réponse sur lui-même.
Éludant pour l'instant ces pensées, Aïlin s'intéressa alors au moment présent et, en particulier, à sa vis-à-vis. C'était, là, son dernier regard en arrière. Une réponse venue comme une illumination, mais qu'il fallait balayer aussitôt pour passer, enfin, à autre chose. Et cette autre chose n'était autre que les conséquences de son entrée dans le Damier. Qui autour de lui, dans cet environnement presque nouveau, pouvait être ce qui s'approchait d'une personne de confiance ?

L'alchimiste n'était pas certain d'obtenir une réponse à sa question. L'envoyée du Maître du Jeu pouvait avoir bien des raisons de ne pas satisfaire la curiosité de son interlocuteur. À cet instant de la discussion, la teneur de leur propos était comme une bonne partie de tarot, à ce moment précis de l'appel où le complice, enfin, se révélait. Mais en lieu et place d'un roi, ce fut la pièce d'une dame que la belle sorcière fit apparaître sur la table. Une dame dont le bois était peint d'un rouge aussi sanguin que ses lèvres. La surprise passa clairement sur le visage d'Aïlin, bizarrement accompagnée d'un mince sourire. Il releva les yeux jusqu'à celle qui n'était autre que la Dame Rouge, alors qu'elle déclarait, l'air de ne pas y toucher, qu'elle transmettait pourtant bien des messages, quoi qu'ils avaient, sans exception, une signification très précise et toujours très semblable.
Bien sûr, l'instant distrayant de la surprise passé, une pensée bien plus préoccupante passa dans l'esprit d'Aïlin. La présence au manoir de la Dame Rouge signifiait-il qu'il était plus en danger qu'il ne le soupçonnait ? Venait-elle vraiment en amie ? Il suffisait d'un geste et d'un mot de la Dame pour maîtriser le lord. Malgré les affiliations illicites de son invitée, Aïlin avait trop de savoir vivre pour garder sa baguette en mains devant une personne qu'il accueillait chez lui, en particulier lorsqu'il s'agissait d'une femme. C'était bien là l'atout le plus redoutable des dames bien nées. Elles avaient pour elles, par nature, la confiance fictive et forcée des hommes, leurs obligés.

Bower n'eut cependant pas le temps de se poser davantage de questions, puisque la mage noire écarta le moindre doute en se présentant comme une alliée. Au point où il en était, Aïlin se demandait si cela aurait eu une réelle importance qu'il ait été dupé par le Maître du Jeu, et qu'Ella, pour une raison obscure, ait été envoyée pour le tuer. Sa mort l'aurait allégé de bien des soucis.
La seconde déclaration de la Dame Rouge, quant à elle, tira au lord l'un de ses rares rires francs. Son regard, à la fois appréciateur et amusé, fixa la sorcière, brillant.


« J'apprécie votre sollicitude, Madame. Malheureusement, c'est une option qu'il ne m'est plus possible, pour le moment, d'envisager. Croyez-bien, sinon, que ma requête auprès du Maître du Jeu aurait été tout autre. Comme vous l'avez dit, les actes impulsifs entraînent rarement de bonnes choses. »

Il marqua un temps de silence, pendant lequel son regard bifurqua sur la pièce d'échiquier qui était apparue à côté de la sienne. Les deux pions, côte à côte, avaient une résonance presque symbolique. Et en effet, il apparaissait clair, maintenant, qu'Aïlin avait tout intérêt à se faire une alliée de son invitée.

« Je ne me suis pas trompé. J'ai toujours imaginé la Dame Rouge comme une sorcière d'une grande beauté. Il n'y a pas meilleur masque, pour une femme, derrière lequel cacher ses plus dangereux secrets. »

La situation avait quelque chose de surréaliste, qui éloignait Aïlin des tourments agitant jusqu'alors son âme. La conversation et les révélations stimulantes qui en découlaient rendaient à Aïlin l'énergie qui commençait à lui manquer. L'objet de son intérêt s'était déplacé, lui faisant perdre, pour un temps, l'objectif primordial de cette entrevue. Il était, de toute façon, acquis.
La dangereuse sorcière qu'il avait sous les yeux l'intriguait, maintenant. Les hypothèses qu'il pouvait formuler à son sujet, avec les quelques éléments éparses qu'il avait recueilli, excitaient son intelligence, l'enthousiasmant par la même occasion. Le changement était d'ailleurs visible. Le regard qu'il portait à la jeune femme était différent. Quelque chose qui ressemblait à une lueur de vie avait ranimé les traits décolorés de son visage. C'était un fait qu'il devait maintenant bien admettre : l'intrigue et le danger étaient des bouffées d'oxygène, pour lui. Inconsciemment, il se poussait tout seul dans ce genre de situation, parce qu'il n'en connaissait pas d'autres, parce qu'il ne savait vivre autrement que sur la corde raide. Même son comportement addictif était, s'il en fallait, une preuve supplémentaire de ce fait.

Comment cette dame était-elle devenue une tueuse de sang-froid ? Pourquoi avait-elle si rapidement consentit à partager ce secret bien gardé avec lui ? Quelque chose dans son attitude, juste avant qu'elle ne se révèle, laissait penser à Aïlin que rares devaient être les personnes au courant du masque de la jeune femme. Elle avait eu, dans le regard et dans les gestes, de l'hésitation.
Et puis, quelle était la signification de la couleur blanche du cavalier ? Et le rouge de la Dame ? Le Maître du Jeu avait-il déjà une idée précise de l'utilisation qu'il allait avoir de ce pion nouvellement acquis ? Il y avait encore bien trop de questions auxquelles Aïlin aurait aimé avoir une réponse, mais les plus pressantes n'étaient pas forcément celles qu'il avait envie de poser. Aussi prit-il une gorgée d'alcool avant de reprendre la parole, sur un ton cette fois murmuré.


« Qui d'autre le sait ? »

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Ella Von Königsberg
    • Nombre de messages : 665
    • Age : 29
    • Date d'inscription : 09/02/2009

    • Pensine
      Statut sanguin: Assimilée Sang-pur
      Baguette magique: Bois d'ébène - Crin de sombral - 27,5 cm
    avatar
  • Tueuse à gage
MessageSujet: Re: Corruptions [Pv Ella]   Lun 3 Juin - 22:42:31

Ce n'était certes pas tous les jours que la tueuse manifestait sa volonté d'aider de manière si serviable une personne à « régler ses problèmes ». Ses clients devaient d'ordinaire y mettre le prix pour pouvoir s'offrir ses services, et encore, il lui arrivait de refuser pas mal de contrats, selon qu'elle les juge indignes d'elle par manque de challenge ou encore trop peu payé. Elle avait récemment décider d'éviter, dans la mesure du possible, de s'attaquer aux honnêtes gens qui n'avaient rien à se reprocher, et par chance la plupart des ennemis des mafieux étaient d'autres types tout aussi pourris qui constituaient des menaces potentielles pour la prospérité de leur affaire. Tout ça pour dire que peu pouvait jouir d'une offre comme celle qu'elle venait de faire et en conséquence, elle se sentit en partie offensée par l'éclat de rire du Lord. S'il n'avait rien là de moqueur, elle ne le ressentit pas moins comme une insulte, à croire que son vis à vis ne la prenait nullement au sérieux ou ne mesurait pas la valeur de sa proposition.

La dangereuse sorcière parvint toutefois à faire taire sa susceptibilité, qui n'était probablement pas justifiée. Elle ne voyait simplement pas en quoi ce qu'elle venait de dire pouvait être amusant. Par ailleurs, il était tout à fait clair dans son esprit que Torin était, pour l'heure, intouchable, car le maitre du jeu semblait avoir également des projets pour lui. Elle avait bien précisé « si d'aventure les circonstances s'y prêtent », mais ils ne s'étaient visiblement pas compris. La ténébreuse esquissa un sourire assez froid tout en répondant d'une voix veloutée qui ne collait absolument à l'expression prédatrice de son visage.


« J'en ai bien conscience, néanmoins les situations peuvent toujours évoluer. Après tout, seule la mort est inéluctable et elle peut survenir n'importe quand. »

La suite de la conversation prit ensuite un tournant des plus inattendu lorsque le sorcier la complimenta sur sa beauté, déclarant que c'était précisément ainsi qu'il s'était imaginé la Dame Rouge. Une esquisse de sourire naquit à la commissure de ses lèvres de la sorcière qui apprécia la remarque à sa juste valeur. Ella avait en effet parfaitement conscience de l'effet qu'elle pouvait avoir sur les hommes et avait depuis longtemps appris à en jouer.

« Je suppose que c'est l'idée que l'on se fait d'une femme fatale. » répliqua-elle avec une pointe d'amusement.

Ce n'est pas sans fondement que l'on associe la beauté au danger, les hommes sont si facilement manipulables... D'ailleurs même Arsène avait bien failli y laisser la peau en se laissant berner par une salope de blonde qui l'avait appâté en lui promettant un super plan cul pour mieux le buter. Le souvenir de cette scène lui restait encore en travers de la gorge, et lui donnait des envies de meurtre. Elle n'accepterait jamais le fait que le médicomage fréquente d'autres femmes.. Elle se rendait bien compte que la situation actuelle ne lui convenait pas du tout et qu'elle ne pouvait pas continuer à s'infliger ça. Mais c'était là un problème à résoudre plus tard.

La question, murmurée par son hôte l'aida à chasser ses pensées déplaisantes pour la ramener à la situation présente. Observant le lord de son regard pénétrant, la tueuse n'avait pas manqué de remarquer à quel point son expression avait changé. Il n'avait pas été effrayé par sa révélation, non, il semblait plutôt fasciné, comme si l'excitation du danger qu'elle représentait avait soudain ranimé la flamme de vie qui sommeillait en lui. La question qu'il venait de poser le confirmait, et la ténébreuse le trouvait d'ailleurs un brin trop audacieux à son goût. Elle hésita d'ailleurs pendant une seconde à le rembarrer pour la simple et bonne raison qu'elle lui en avait déjà révélé bien assez, et cela aurait été son premier réflexe.. mais d'un autre côté, il ne lui coutait pas grand chose de satisfaire sa curiosité après tout.

L'ancienne mangemort dévisagea son interlocuteur en silence pendant une longue seconde, avant de prendre sa décision.


« Et bien, pour vous répondre, de toutes les personnes qui l'ont jamais découvert, il n'y en a que trois qui sont toujours en vie. » La belle marqua une brève pause entre ses propos, sans quitter Ailin des yeux, puis reprit ses explications sur un ton parfaitement détaché. « La première parce que j'ignore sa véritable identité, la seconde parce que, pour une raison obscure, j'ai fait preuve de compassion et de sentimentalisme, et puis vous... probablement parce que je suis lasse de tous ces secrets. »

La ténébreuse n'avait en effet pas de meilleure explication à apporter. Par quoi sa décision de révéler son identité à Ailin Bower avait-elle été motivée au fond, ce n'était son envie de dire simplement la vérité ? Elle avait voulu qu'il sache, et elle avait la certitude qu'il ne parlerait pas, on ne pouvait pas vraiment expliquer une intuition n'est ce pas ? Fut ce t-elle aiguillée par l'empathie que lui donnait son don de légilimencie. D'ailleurs pourquoi diable devrait-elle se justifier ? N'était elle pas libre d'agir selon son bon vouloir au gré de ses caprices ? De plus, Ella avait toujours détesté le mensonge. Certes, elle pratiquait avec une grande habileté le mensonge par omission, ainsi que l'art de dire une chose tout en suggérant son contraire, mais parfois, elle se plaisait aussi à lâcher la crue vérité au visage de ses interlocuteurs pour le seul plaisir de voir ce que ça ferait. C'était probablement un peu le même principe que lâcher un moldu cinglé armé dans Pré-au-lard le jour de la commémoration du Phénix pour contempler le spectacle.

Toutefois, la belle se montrait si docile pour faire des révélations, il serait bien naïf de croire qu'elle viderait ainsi son sac sans la moindre contrepartie. Une habille manipulation en réalité. Comment Ailin refuserait il de lui accorder sa confiance, alors qu'elle avait fait preuve d'une telle franchise à son égard ?


« A ce propos, je dois avouer que je me sens quelque peu lésée. Je vous ai révélé mon secret alors que vous, en revanche, ne m'avez pas donné la véritable raison qui vous fait craindre de savoir votre frère aux mains de la justice. Ce n'est pas très équitable, vous ne trouvez pas ? »

Son ton avait juste ce qu'il fallait de piquant pour soutenir son reproche voilé, tandis qu'un sourire enjôleur ourlait les lèvres de la sulfureuse sorcière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Aïlin Bower
    • Nombre de messages : 978
    • Age : 28
    • Date d'inscription : 29/07/2007

    • Pensine
      Statut sanguin: Sang-Pur. Mère cracmole (tenu secret)
      Baguette magique: Noyer et plume de phénix, 28,72 cm, assez rigide
    avatar
  • Langue-de-Plomb Langue-de-Plomb
MessageSujet: Re: Corruptions [Pv Ella]   Mar 4 Juin - 19:51:39

Aïlin se remit à siroter son verre de cognac, tandis que la Dame Rouge le dévisageait, semblant mesurer le pour et le contre d'aller plus loin dans la confidence. Pour sa part, Bower estimait qu'il valait mieux, pour la conservation de son secret, qu'il sache à quoi s'en tenir. Il ignorait tout bonnement si le visage qui se cachait derrière le pseudonyme de la Dame Rouge était connu de ses pairs – ou plutôt, de « leurs » pairs, devait-il maintenant dire – et bien qu'il se doutait qu'une conversation au sujet de la redoutable tueuse lui permettrait bien vite de se situer, il préférait savoir quelle attitude adopter dès à présent.
Sa réponse, d'ailleurs, l'étonna. Pourquoi avait-elle été si prompte à révéler une part d'elle qu'elle avait jusqu'alors si bien caché ? La lassitude, répliqua-t-elle avant qu'Aïlin n'ait le temps de s'interroger davantage. Voilà bien un point qu'ils avaient tous deux en commun. Néanmoins, cela n'empêchait pas le jeune homme d'être particulièrement surpris d'une telle marque de confiance. Ou, plutôt, de la façon dont son interlocutrice s'était résolue à s'exposer, au détriment du danger que cela pouvait représenter pour elle.

« Je suis honoré que vous me prêtiez ainsi votre confiance. J'espère que cela ne signifie pas, cependant, que je serai conduis à un triste sort... »

Bien sûr, la ténébreuse sorcière n'en resta pas là. Trop absorbé par ces révélations, Aïlin ne l'avait pas vu venir, bien qu'il aurait dû s'en douter. Malgré le sourire séducteur de la Dame, le lord se renferma aussitôt. Les flammes de vie qui avaient brûlé dans ses yeux un peu plus tôt s'estompèrent aussi brutalement qu'elles avaient surgi.
Pouvait-il réellement se montrer aussi imprudent qu'elle ? Ils n'avaient pas la même position, dans le Damier. Ella pouvait très bien avoir révélé son secret pour mieux pousser le jeune homme à lui offrir un aveu qui ferait un excellent moyen de pression. D'autant qu'elle avait clairement signifié qu'elle n'était pas dupe en soulignant la crainte qu'il éprouvait de voir son frère devant le magenmagot. Elle avait supposé qu'il s'agissait plus d'une question de peur que de logique. Et elle avait raison. Aïlin poussa un soupir, bien moins amusé à présent que c'était à son tour de révéler une part de lui-même. D'un geste las, il déposa son verre quasiment vide sur la table basse et s'enfonça de nouveau dans son fauteuil, sans d'abord reposer son attention sur son invitée.


« En un sens, que je me livre à vous ne serait pas non plus équitable. Je cours bien plus de risques à révéler votre secret que vous le mien. »

Il parlait, bien évidemment, de le révéler au Maître du Jeu. Néanmoins, il réalisa non sans une certaine résignation que celui-ci avait les moyens de connaître des vérités que l'on pensait bien cachées. Qu'il parle maintenant ou tente d'esquiver ne ferait jamais rien que de lui faire gagner un peu de temps. Autant se résoudre à établir une réciprocité dans la confiance. Aussi ferma-t-il les yeux une courte seconde en prenant une inspiration, avant de braquer à nouveau son regard sur Ella. Celui-ci était devenu bien plus froid et son visage s'était durcit. Ce n'était pas pourtant de l'agressivité, mais une protection. Il ne voulait pas que la femme découvre la culpabilité qu'il éprouvait quant à ce qu'il allait dire.

« C'est moi qui ai tué mon père. »

Lâcha-t-il d'une voix plus rauque qu'auparavant. Elle restait neutre, mais, si l'on y prêtait davantage attention, on devinait clairement que le jeune homme ne pouvait pas s'exprimer d'une façon aussi détachée, sur ce sujet, qu'il l'avait fait tout au long de leur discussion.

« Je suppose que le Maître du Jeu l'apprendra tôt ou tard, s'il ne le sait pas déjà. Il est assez intelligent pour le deviner en lisant les dossiers d'archives au Département de la Justice. Tout comme il sait déjà que j'ai personnellement réglé le compte de ce magistrat pédophile, je suppose. »

Le lord jaugea son interlocutrice du regard, cherchant à lire sur son visage s'il elle était, ou non, satisfaite de cet aveu pour le moins complet. Il ne s'était pas attendu à parler de Carpenter, et les mots avaient dépassé sa bouche avant même qu'il n'y songe. Lui aussi était fatigué de cacher des vérités avec lesquelles il était si difficile de vivre. Et, bien qu'il ne se l'avouerait pas, peut-être trouvait-il dans sa déclaration une fierté morbide à avouer, à une tueuse professionnelle, savoir ce que cela faisait que de mettre à mort. Bien que dans ni l'un, ni l'autre cas, Aïlin ait éprouvé de la satisfaction ou du plaisir. Il était un meurtrier, oui. Pourtant, il ne se considérait pas comme un assassin. La nuance résidait dans la notion de jouissance qu'il aurait pu ressentir. La seule jouissance qu'il pouvait éprouver, là-dedans, était celle de se complaire dans les imperfections de son âme déchirée par le meurtre, d'entretenir ses ténèbres dans lesquels il étouffait. Il s'auto-mutilait allègrement, par peur d'essayer de devenir meilleur. Échouer à l'être aurait été bien plus terrible que de s'enfoncer dans les abîmes de ses péchés avec la croyance absurde qu'il était, au fond, quelqu'un d'autre. Quelqu'un de mieux, qui n'attendait qu'à se révéler.


« Cela dit, il n'y a pas d'autres crimes qui me font craindre pour ma liberté. »

Murmura-t-il avec un sourire en coin. Puis, espérant ainsi détourner la Dame Rouge du sujet, il se redressa légèrement pour plonger une main dans la poche de sa veste, de laquelle il sortit une clef. On y reconnaissait facilement le style typique des clefs de coffre de Gringott's. Aïlin se pencha en avant et la tendit à la ténébreuse.

« Auriez-vous l'obligeance de transmettre ceci aux personnes concernées ? Je tiens à contribuer personnellement à la remise en liberté de mon frère. J'ai horreur des dettes d'argent. »

Celle qu'il allait devoir au Maître du Jeu serait bien assez lourde comme cela, pensa-t-il aigrement.

_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Corruptions [Pv Ella]   

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Miroir du Riséd :: Hors-Jeu :: Archives :: 1999-2000-