Partagez | .
 
 Un témoin gênant [Pv Ambrine]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
  • Ella Von Königsberg
    • Nombre de messages : 665
    • Age : 29
    • Date d'inscription : 09/02/2009

    • Pensine
      Statut sanguin: Assimilée Sang-pur
      Baguette magique: Bois d'ébène - Crin de sombral - 27,5 cm
    avatar
  • Tueuse à gage
MessageSujet: Un témoin gênant [Pv Ambrine]   Jeu 28 Mar - 3:55:15

Vingt-trois heures. Une silhouette encapuchonnée dissimulée sous une longue cape pourpre apparut dans un tourbillon de brindille avec le craquement caractéristique du transplanage. L'Allée des embrumes était aussi déserte qu'un cimetière. D'ailleurs, quand bien même elle ne l'aurait pas été, elle aurait eu tôt fait de se vider à l'arrivée de la nouvelle visiteuse. La Dame Rouge s'avança sans hâte dans la ruelle et bifurqua à l'angle du Laughing Inferi. Son chaperon, un sorcier de la quarantaine nommé Auguste, était déjà là et l'attendait, visiblement aussi nerveux que mécontent. L'homme à la carrure massive se tenait à quelque pas de l'entrée du Club, à l'extrême limite du Chemin de Traverse. Il était vêtu d'une épaisse cape de qualité moyenne, son visage aux traits grossiers ne cessait de scruter l'avenue en tournant nerveusement la tête. La tueuse s'avança d'un pas sur et élégant vers le sorcier qui la vit alors et eut une expression grimaçante à son approche.

« Vous en avez mis du temps, ça fait 10 minutes que je poireaute ! Pourquoi êtes vous en retard ?! »

La main crispée sur sa baguette magique pour réprimer le maléfice qu'elle rêvait de lui expédier, la ténébreuse s'avança jusqu'à lui, impassible. Le masque qui dissimulait ses traits n'aurait de toute façon pas permis de voir son expression, quand bien même eut-elle été furieuse.

« Je suis pile à l'heure au contraire. Ils ne sont pas encore sorti que je sache. »

La réplique de la tueuse était d'un ton glacial et sans appel. L'homme grogna quelque chose dans sa barbe mais il eut la bonne idée de s'abstenir d'argumenter. Cette mission agaçait au plus haut point la ténébreuse, tout comme la présence de l'homme à ses côtés. Elle n'avait certainement pas besoin de cet empoté alcoolique pour mener à bien cette tâche et elle savait pertinemment que si Murray avait tenu à ce qu'il vienne c'était pour la surveiller et s'assurer qu'elle fasse exactement ce qu'il avait ordonné. Le Maitre du Jeu la tenait en respect, il en savait trop sur elle et sur ses proches, alors qu'elle ignorait tout de cet individu. A cause de lui, elle n'était désormais plus qu'un simple pion au service du clan Murray. La tueuse avait le sentiment d'être un tigre en cage et elle n'aspirait qu'à se libérer ses chaines pour massacrer tous ceux qui voulaient la contrôler.

Des éclats de voix et des rires bruyants devant le Grizz'Light tirèrent la sulfureuse sorcière de ses pensées meurtrières. Les combats de la Tanière devait être terminés pour la soirée. Il était tant d'agir. La tueuse n'approuvait pas le plan, il avait bien trop de manière de mal tourner. Elle aurait préférer les prendre un par un, les attendre à leur domicile ou à un endroit ou elle les aurait trouvé seuls et où il n'y aurait aucun risque d'y avoir des témoins. Mais Murray voulait faire un exemple, il fallait que ce soit violent, sanglant, en pleine rue, afin de laisser un message clair. Il s'agissait d'un basique règlement de compte pour venger l'affront du sabotage ayant eu lieu quelques jours plus tôt. Ce n'était tellement pas digne d'elle que cela ne faisant qu'accroitre son irritation et son ressentiment à l'encontre de la mafia.


« Restez derrière et couvrez moi ! » Ordonna son acolyte en s'avançant à découvert sur le Chemin de Traverse avec l'envie évidente d'en découdre alors que leurs cibles venaient de quitter la sécurité du Pub. Mais quel imbécile. Il n'était rien de plus qu'une brute emplie de testostérone. Pour l'effet de surprise c'était raté. Avait-il oublié qu'ils étaient 3 en face ? 3 brutes alcoolisées certes, rien dont la ténébreuse ne puisse venir à bout mais son partenaire ne valait guère mieux que leurs opposants.

Le premier sort fusa et tout se déclencha. Le maléfice jeté par son acolyte atteignit l'un des trois hommes à l'épaule, le blessant grièvement mais sans le mettre hors d'état de nuire. Les deux autres levèrent leur baguette dans un même moment pour riposter. Ça allait mal tourner pour cet imbécile d'Auguste, or la ténébreuse ne pouvait se mettre que cette mission soit un échec, le Maître du Jeu la tenait. N'ayant d'autre choix que d'intervenir, la tueuse transplana directement au centre du combat et se jeta dans la mêlée. Son irruption soudaine au milieu de la rue eut le mérite de surprendre et déstabiliser leurs adversaires qui n'avaient pas du manquer de reconnaître la caractéristique cape rouge qui la désignait sans méprise possible en tant que Dame Rouge.

Profitant de la confusion, la tueuse frappa tel un cobra, son sectumsempra atteignit le sorcier le plus proche qui s'effondra, complètement lacéré et se vidant de son sang. L'ancienne mangemort se retourna alors juste à temps pour bloquer le maléfice envoyé par le second opposant et riposta dans la foulée par un Avada Kedavra en bonne et due forme, en pleine poitrine. Tant pis pour la boucherie, ce n'était pas sa manière de faire, elle préférait l'efficacité. Si Murray n'était pas content, qu'il aille se faire foutre. De son côté, Auguste venait tout juste de prendre l'avantage du duel contre son unique adversaire. Ce dernier avait apparemment un genou explosé, en plus de l'épaule et présentait une large blessure au niveau du torse causé par un sort de magie noire. Néanmoins, il se battait toujours avec l'espoir de réussir à s'échapper. Son chaperon ne pouvait il pas simplement mettre son opposant hors d'état de nuire une bonne fois pour toute ? Agacée, la ténébreuse s'avança en levant une dernière fois son arme pour mettre fin à cette mascarade. Elle n'avait pas de temps à perdre et n'avait aucun plaisir à jouer ainsi pour le seul goût du combat, d'autant que des patrouilles d'aurors pouvaient débarquer à tout moment.


« Fulgura fendo. »

Le maléfice, de sa propre création, explosa dans la pénombre de la rue avec un éclat de lumière aveuglante et foudroya l'individu aussi surement que s'il avait été frappé par la foudre. Auguste parut particulièrement furieux qu'elle le prive du plaisir de neutraliser lui même son adversaire, mais la contrariété de cet imbécile était de loin la dernière de ses préoccupations.

Par ailleurs, alors que la tueuse à gage tournait les talons et s'apprêtait à partir, son regard émeraude se posa sur une petite silhouette dissimulée dans l'ombre, du côté opposé de la rue, juste à côté de l'endroit où le dernier sort de son complice était allé se perdre . Un témoin. Visiblement très jeune en plus. La ténébreuse n'avait-elle pas dit que ce plan d'attaque à découvert était la pire des idées ? L'espace de quelques secondes, la ténébreuse fixa en silence l'anomalie qui n'aurait jamais du se trouver ici à cet instant. Il s'agissait d'une adolescente, encore presque une gamine. Que fichait-elle ici ? Pourquoi n'avait-elle pas déjà pris ses jambes à son cou ? Etait-elle là depuis longtemps à observer en témoin effrayé depuis sa cachette ? Quoi qu'il en soit, l'enfant du voir qu'elle était démasquée puisqu'elle se redressa brusquement et prit la fuite comme un lapin apeuré. Manque de chance, ce soudain mouvement attira également l'attention d'Auguste qui l'aperçut à son tour.


« La gamine ! Elle a tout vu ! » s'exclama alors inutilement le sorcier, avant qu'Ella ne décide de prendre les devants.

« Laisse. Je m'en occupe. »

La tueuse voulait se débarrasser de son chaperon, elle ne voulait pas laisser la gamine entre ses mains. Elle s'en occuperait elle même, à sa manière, avec davantage de subtilité. Inutile de tuer une innocente. Joignant le geste à la parole, la ténébreuse se lança sur les traces de leur témoin gênant. La Dame rouge ne prit pas la peine de presser le pas, à l'évidence, la fillette était trop jeune pour savoir transplaner, elle n'irait pas loin. De son côté en revanche, elle n'aurait aucun mal à la rattraper. Dans un mouvement de cape, elle transplana pour se matérialiser plus loin sur l'avenue et ainsi barrer la route à la gamine.

« Ne m'oblige pas à te courir après, ça pourrait bien m'énerver... »

[HJ: Je me permets de te pnjiser légèrement sur la fin, j'espère que ça ne te gêne pas, sinon dis moi j'éditerais I love you]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Ambrine Illunia
    • Nombre de messages : 432
    • Age : 24
    • Date d'inscription : 12/12/2010

    • Pensine
      Statut sanguin: Sorcier simple
      Baguette magique: Crin de Licorne et bois de Saule, 23,25cm, très souple
    avatar
  • Alchimiste Alchimiste
MessageSujet: Re: Un témoin gênant [Pv Ambrine]   Lun 1 Avr - 12:49:29

– Papa, j’ai mal…

Assise aux côtés de son père, l’enfant ne s’amusait pas du tout. Autour de la table s’était réunis ses parents et son frère, ainsi que tante Lucy, dont un pot de peinture lui était sans doute tombé sur la figure, « tonton Jojo » qui se croyait marrant, et David et Sarah, les cousins trop grands pour s’occuper des gamins. Et tout ce beau monde discutait joyeusement de choses légères, de souvenirs, de rêves, d’envies de voyages. Le repas trainait en longueur et l’alcool coulait à flot, comme à chaque rendez-vous familial. Et c’était encore pire quand ceux-ci se déroulaient, comme le cas présent, dans un restaurant sorcier.

Le lieu ne prêtait pas vraiment au rire pour Ambrine. Situé sur le chemin de Traverse, le restaurant offrait, certes, un cadre chaleureux et festif, mais les pensées d’Ambrine étaient toutes dirigées vers la sombre ruelle adjacente au chemin. C’était si récent…

- Tu as prit ton Poussos ?

Ambrine grimaça, rien qu’à l’annonce de cette affreuse potion. Elle approuva d’un signe de tête et se massa l’épaule pour joindre le geste à la parole.

- Oui, avant de venir. Mais ça me brûle…

Elle parlait tout bas, pour ne pas devenir tout à coup visible aux yeux des autres membres de la famille, et ainsi éviter les regards inquiets, les « pauvre choupinette » et autres formes de pitié. Son père chercha un instant dans les poches de son manteau puis se pencha vers sa fille. Il sentait l’alcool et semblait déjà bien joyeux.

- J’ai pas prit de potion sur moi, mais tu peux aller dans la boutique, il me reste un fond d’essence de Murlap derrière le comptoir.

Aucun accompagnement ne lui fut proposé. Ambrine prit les clés que son père lui tendit et resta planté là un instant, se demandant si elle devait ou non demandé à son frère de l’accompagner. Mais, tout comme les autres, il était absorbé dans une conversation de grands avec David. Sans doute parlait-il de sa nouvelle conquête. Ne pouvait supporter sa cousine, et refusant de demander à un adulte, Ambrine se leva et se dirigea vers la sortie. Son père la héla alors qu’elle n’avait fait que quelque pas, et Ambrine se retourna, pleine d’espoir :

- Tu refermes bien la porte derrière toi surtout.

Ascenseur émotionnel. L’enfant approuva à nouveau d’un simple signe de tête et sortit du restaurant.

L’air était frais dehors et la nuit était tombée depuis longtemps. Les lumières éclairaient faiblement la rue. Longeant les devantures, Ambrine serra tout contre elle la clé du magasin d’accessoires de Quidditch, ses pas résonnant sur les hauts murs du lieu. Passant devant l’entrée de l’Allée des Embrumes, la jeune fille pressa l’allure, les échos du Laughing Inferi n’aidant pas à calmer les battements de son cœur. Ses mains tremblaient de peur et de froid. Sans s’en rendre compte, elle s’était mise à courir pour passer le plus rapidement possible cet endroit. Rapidement, elle se retrouva devant le magasin. D’un geste fébrile, elle ouvrit la boutique, s’engouffra dans la pièce et claqua la porte avec force.

Un long soupir de soulagement traversa les lèvres d’Ambrine. Appuyée dos contre la porte, elle verrouilla à double tour et ferma les yeux pour laisser le temps à son cœur de se calmer. En sécurité, elle était enfin en sécurité. Dans un endroit qui l’avait vu grandir. Se redressant, elle balaya du regard la pièce plongée dans le noir. Elle ne prit pas la peine d’allumer, se contenant de se diriger immédiatement vers le comptoir situé au fond de la pièce. Une fois la fiole récupérée, elle traina quelques longues minutes à travers les étagères, pensant avec nostalgie à sa gloire passée. Lentement, elle s’approcha des vitres, d’où perçait l’unique source de lumière du lieu. Les lampadaires donnaient une ambiance sinistre à la boutique. Et la rue, par sa sombre robe, rappelait à s’y méprendre les ruelles de l’Allée. Un long frisson parcouru l’échine de la jeune fille.

Le souvenir était douloureux. Cet homme au visage sale avait laissé une empreinte indélébile dans l’esprit de la jeune fille. Une blessure plus profonde encore que celle de son épaule. Elle s’était imaginée tant d’horreur en si peu de temps. Un enlèvement, un viol, un meurtre. Elle sentait encore les doigts de l’homme parcourant son corps. Un sentiment de dégout se mêla alors à la peur. Puis elle repensa à Aïlin. Même dans ses souvenirs, il l’arrachait de ce cauchemar. Ses yeux, ses mains, la douceur de sa voix l’aidait à oublier l’infâme. Il s’était montré si gentil, si compréhensif. Un homme admirable pour qui elle aurait retourné ciel et mer pour lui prouver sa reconnaissance. Et elle, pauvre sotte, lui avait proposé une glace pour le remercier.

Un sourire amusé aux lèvres, Ambrine détourna le regard de la fenêtre et se motiva à retourner vers sa famille. Elle irait dans les toilettes du restaurant pour étaler l’essence sur son épaule. D’un pas lent, elle s’avança dans la rue, prenant bien soin de fermer la porte derrière elle, pour ne pas subir les réprimandes de son père.

De la où elle était, il lui fallait traverser tout le chemin de Traverse pour retourner au restaurant. Long et périlleux chemin dans le froid et la noirceur de la nuit. A pas de loup, Ambrine entreprit le voyage. Elle glissait comme l’ombre des nuages, n’osant déranger le silence de la nuit. A l’approche de l’Allée, l’enfant se colla contre les murs, ses mouvements se faisant encore plus discret. Elle espérait ainsi ne pas signaler sa position aux prédateurs rôdant dans la sinistre rue. Mais en avançant encore, elle se rendit vite compte qu’elle n’était plus seule.

« Restez derrière et couvrez moi ! ».

S’accroupissant dans un coin sombre, cachée du mieux qu’elle le pouvait, Ambrine n’osa plus bouger. Deux personnes encapuchonnées à quelques mètres à peine de l’Allée des Embrumes, ça ne signifiait rien de bon. Et cette théorie fut prouvée bien vite, lorsque trois autres hommes se mêlèrent à la scène. Là, en plein milieu du chemin de Traverse, un duel de sorciers se déclencha.

Ambrine n’avait jamais rien vu de tel. C’était terrifiant. Des cris de douleurs remplirent rapidement l’espace. Du sang giclait ci et là. C’était un spectacle tout bonnement affreux pour une enfant. Ambrine revivait la terreur de la commémoration. L’odeur de sang la prit à l’estomac et ses yeux s’écarquillèrent à la vue du premier homme tombé. Elle était incapable de faire le moindre mouvement, et ses côtes semblaient refuser de se lever pour laisser entrer dans ses poumons un peu d’air frais. Elle ne bougeait plus, regardant la scène malgré elle. Même lorsqu’elle vit un sort dévié arriver dans sa direction, elle n’eut pas le reflexe de se défendre. Le sentant passer à quelques centimètres d’elle, la gamine eue tout juste la force de coller une main sur sa bouche pour ne pas crier. Tout allait trop vite. Ambrine eu à peine le temps de se rendre compte que cette effroyable lueur verte était le fruit d’un sortilège impardonnable qu’un autre éclat, plus aveuglant encore, frappa un autre homme. Puis le silence retomba.

Deux personnes étaient encore debout. Une silhouette massive, et une plus fluette, toute de rouge vêtue. Cette dernière se tourna vers l’enfant. La première seconde, Ambrine eu l’espoir qu’elle transplanerait. Mais à la deuxième, une peur plus profonde encore que celle ressentie lors de la bataille la prit aux tripes.

*Fuis. Dégage de là. Lève-toi bordel*

L’enfant se redressa brusquement et courut aussi vite qu’elle le pouvait vers la boutique. Dans son dos, une voix masculine résonna, l’obligeant à accélérer encore sa course infernale.

« La gamine ! Elle a tout vu ! »

Pourquoi s’était-elle retrouvée là ? Qu’avait-elle fait de si horrible dans sa vie pour se retrouver chaque fois dans une situation pareil ? N’avait-elle pas suffisamment flirté avec la mort ?

Ses poumons étaient douloureux et sa respiration saccadée. Mais elle gardait la cadence. Aucun son de pas à part les siens ne résonnait. C’était bon signe. Elle commençait à peine à croire qu’elle s’en était tirée. Mais juste devant elle apparu la silhouette de la Dame Rouge. S’arrêtant net, l’enfant poussa un petit cri aigu et lâcha la fiole d’essence de Murlap qui se fracassa au sol.

« Ne m'oblige pas à te courir après, ça pourrait bien m'énerver... »

Reculant de quelques pas en arrière, la gamine chercha, en premier lieu, un moyen de s’échapper. Mais elle était trop loin de la boutique pour espérer la rejoindre assez rapidement, et aucune sombre ruelle ne pourrait la protéger de cette femme, à en juger par sa voix.

Alors elle devrait faire face. Sortant sa baguette, elle la pointa vers la dame, la tenant avec ses deux mains pour diminuer ses tremblements. Elle était parfaitement au courant de la loi qui lui interdisait de se servir de magie, mais de toute façon, elle ne comptait pas se battre, ou même lancer le moindre sort. Aucun ne lui permettrait de se sortir de là. Sa baguette lui servait juste à se rassurer.

- Laissez-moi, je ne dirais rien, je vous le jure.

Des larmes étaient montées à ses yeux et sa voix tremblait. Elle continuait à reculer pas à pas, priant pour que son père remarque sa longue absence et vienne à la rescousse de sa fille, en espérant qu’il ne soit pas saoul à mourir. Mais l’enfant n’y croyait guère. Cette fois-ci, elle devrait se sortir de là seule. Aucun Nikolaï ou Aïlin de la planète ne lui porterait secours. A son tour de prendre soin de sa vie.

- Je ferais tout ce que vous voulez. Je vous en prie, ne me faites pas de mal... Je ... J'ai rien vu.

_________________________________
Image
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Ella Von Königsberg
    • Nombre de messages : 665
    • Age : 29
    • Date d'inscription : 09/02/2009

    • Pensine
      Statut sanguin: Assimilée Sang-pur
      Baguette magique: Bois d'ébène - Crin de sombral - 27,5 cm
    avatar
  • Tueuse à gage
MessageSujet: Re: Un témoin gênant [Pv Ambrine]   Dim 7 Avr - 15:50:16

Dans un mouvement de cape, la ténébreuse se dressa face à la gamine qui s'enfuyait et lui barra la route. C'était presque trop facile, néanmoins, Ella savait qu'elle devait agir vite. En plein milieu du chemin de Traverse, elle était bien trop exposée. Le jeune fille qu'elle avait devant elle était une adolescente, pas encore une adulte, mais plus tout à fait une enfant. La tueuse ignorait ce qu'elle allait faire de cette fille, elle savait seulement qu'elle ne pouvait pas simplement la laisser filer. Elle devait savoir ce qu'elle avait vu, qui elle était et ce qu'elle avait l'intention de faire.

L'adolescente recula de quelques pas, mais il n'y avait nulle part ou elle pouvait se cacher. L'ancienne mangemort ne put s'empêcher de ressentir cette sensation familière, ce plaisir malsain et cette satisfaction cruelle qui lui conférait le pouvoir . Elle aimait cela; tenir les autres à sa merci, être crainte, avoir leur vie entre ses mains et pouvoir choisir de les épargner ou non. La peur qu'elle lisait dans les yeux de la gamine lui fit l'effet d'une délicieuse décharge électrique et réveilla en elle ses plus sombres instincts de prédateur. Ce qui l'excitait vraiment et qu'elle aimait par dessus tout n'était pas la traque ou le meurtre mais bien le pouvoir lui même et cette sensation de contrôle et de toute puissante qu'il procurait. Quand on y a goûter une fois, il est difficile de s'en passer.

La faible tentative de sa vis à vis de lever sa baguette pour se défendre amusa beaucoup la ténébreuse qui avançait vers l'enfant à mesure que celle ci reculait. Elle ignora délibérément les suppliques de la petite et déclara:


« Tu n'es pas très convaincante ma chérie, en tremblant ainsi tu ne réussirais même pas à lancer le plus basique des sortilèges. »

Elle eut un sourire ironique et teinté de cruauté bien que la jeune fille ne puisse le voir derrière son masque, assez semblable à celui qu'elle avait étant mangemort. Avec un amusement assez sadique, la sulfureuse sorcière plongea son regard émeraude dans celui de la petite et ajouta:

« Qu'as tu l'intention de faire, hein ? M'envoyer ta baguette magique dans la figure ? »

La tueuse ponctua sa phrase d'un habile mouvement du poignet qui désarma l'adolescente. La baguette de celle ci tournoya un instant dans les airs avant de terminer sa course dans la main de l'allemande. Autant ne pas courir de risques inutiles au cas où l'instinct de survie pousserait subitement la gamine à vouloir se battre pour son salut. Même s'il y avait peu de chance qu'une telle entreprise réussisse, un instant d'inattention de sa part pourrait lui permettre de s'échapper.

Un cri résonna un peu plus haut sur le chemin de Traverse, suivit de bruits de voix paniquées dont la ténébreuse n'eut aucun mal à déterminer la provenance. Des passants avaient du tomber sur les cadavres laissés devant le Grizz'Light. Ils ne tarderaient pas à alerter les aurors, elle ne pouvait pas s'attarder ici plus longtemps.

La tueuse prit sa décision en moins d'une seconde. Elle parcourut le dernier mètre qui la séparait de l'adolescente et avant que celle ci n'ait eu le temps de réagir, elle l'empoigna fermement par le bras sans se soucier d'enfoncer ses ongles dans sa chair.


« Nous allons devoir finir cette conversation dans un endroit un peu moins exposé.. si tu n'y vois pas d'inconvénient.. »

La ténébreuse connaissait un entrepôt désaffecté à quelques rues de là, un endroit où elle avait d'ailleurs à plusieurs reprises utilisé pour se livrer à quelques interrogatoires musclés. Tenant les deux baguettes dans sa main droite, et l'infortunée gamine de l'autre, elle transplana avec elle avant de la lâcher sans ménagement une fois arrivée à destination. Au vu de sa réaction, la gamine ne devait pas avoir pratiqué souvent le transplanage d'escorte. Il fallait un certain temps pour à la sensation même si c'était toujours aussi peu agréable. Par ailleurs, ménager l'adolescente ne faisait pas parti de ses projets immédiats.

« Bien, reprenons. » 

Alors que l'adolescente était prise au piège en tenaille entre le mur dans son dos et elle, la Dame Rouge se rapprocha à moins d'un mètre de sa jeune proie jusqu'à pouvoir plonger profondément son regard dans le bleu de ses yeux.

« Tu vas commencer par me faire voir ce que tu sais... légilimens ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Ambrine Illunia
    • Nombre de messages : 432
    • Age : 24
    • Date d'inscription : 12/12/2010

    • Pensine
      Statut sanguin: Sorcier simple
      Baguette magique: Crin de Licorne et bois de Saule, 23,25cm, très souple
    avatar
  • Alchimiste Alchimiste
MessageSujet: Re: Un témoin gênant [Pv Ambrine]   Ven 12 Avr - 13:20:09

Les entrailles d’Ambrine se mouvaient dans une danse macabre. Son cœur tapait si fort contre ses côtes qu’il semblait vouloir sortir de là. La distance entre elle et la dame diminuait au même rythme qu’augmentaient ses tremblements. C’était un réel supplice pour elle de rester là, faible, à attendre de connaitre le sort qu’il lui était destiné. Sous les sarcasmes de la dame, Ambrine se vit confisquer sa baguette magique, seule source de réconfort. Elle la regarda s’envoler, sans qu’elle ne puisse rien y faire, avant d’être attrapée au vol par son agresseur. Nue face à l’ennemi, elle se sentit plus inutile que jamais. Et dire qu’elle s’était « juste » retrouvé au mauvais endroit au mauvais moment.

Elle sentit couler, le long de sa joue, une larme lorsqu’un cri brisa le silence approximatif du lieu. L’enfant tourna par réflexe la tête vers la source du bruit et hésita une seconde à courir vers elle. Une seconde de trop qui lui coûta son évasion. La dame s’était approchée de l’enfant durant ce court laps de temps. Elle sentit de grands ongles s’enfoncer dans sa peau et une étreinte ferme lui coupa la circulation dans la moitié du bras. Un petit gémissement de douleur et de peur échappa à Ambrine, qui retourna prestement la tête vers l’inconnue. Si proche, elle distinguait maintenant nettement son masque. Tels les mangemorts lors des années de règne du Seigneur des Ténèbres. La jeune fille sentit les couleurs de ses joues disparaitre, pour laisser place à une pâleur contrastant nettement avec la noirceur de la dame.


« Nous allons devoir finir cette conversation dans un endroit un peu moins exposé.. si tu n'y vois pas d'inconvénient.. »

Ambrine tenta un instant de se débattre. Mais ce fut vain. La dame transplana, emportant avec elle une gamine terrorisée. Se sentant aspirée, puis compressée dans un rouleau dont elle ne voyait pas le bout, la fraction de seconde que dura le transplanage parut une éternité à l’enfant. Elle tournait, encore et encore, sentait son estomac se compresser et sa tête taper contre des parois invisibles. Plus rien ne semblait être à sa place dans son corps. C’était une sensation écœurante et effrayante.

Lorsque ses pieds retombèrent sur le sol, ses genoux lâchèrent et la gamine se retrouva suspendue par le bras, toujours fermement tenu par l’inconnue. Sa tête lui faisait affreusement mal et elle la laissa tomber en avant. Ses entrailles menaçaient à tout instant de se vider, mais ils n’en firent rien. Elle transpirait et sentait ses cheveux se coller à son visage. Rester un instant au sol lui aurait fait le plus grand bien, mais c’était sans compter sur la dame, qui la releva vite et la colla contre un mur.


« Bien, reprenons. »

Respirant difficilement, Ambrine tenta tant bien que mal de rester debout malgré ses jambes tremblantes qui menaçaient de flancher. Elle appuya son dos contre le mur et releva la tête vers la dame. Allait-elle la frapper pour l’obliger à parler ? Ou user de magie contre elle ? Si c’était une mangemort, Ambrine ne doutait pas un instant qu’elle se servirait de sortilège impardonnable. A travers la barrière que formaient ses larmes, Ambrine fixa le visage flou de la sorcière, et lança dans un murmure, comme un dernier espoir :


- Pitié … Laissez-moi …

Mais c’était peine perdue. La dame s’approcha, menaçante, sans prendre garde aux vaines paroles d’Ambrine, et lança :

« Tu vas commencer par me faire voir ce que tu sais... légilimens ! »

Le décor de l’entrepôt disparu, laissant place à des images floues qui se succédaient rapidement. Puis elle distingua un peu plus nettement Akiko, assise sur l’herbe du terrain de Quidditch, lui révélant son secret, elle vit Caleb, dans la baignoire de Poudlard. Le Moldu de la commémoration apparaissait dans une foule dense, sa blessure à l’épaule – elle ressentit d’ailleurs, l’espace d’une demi-seconde, la balle entrant à l’intérieur de sa chair -, l’homme de l’allée des Embrumes la prenait à nouveau à la gorge, ses mains parcourant son corps. Elle revit sa salle commune puis se succéda dans sa tête les images de la soirée, bien plus claires que les autres. La boutique de son père, les trois victimes sortant du bar, la silhouette rouge les abatants froidement, le sang frais giclant des corps, les cris de douleur. Entre ces images, le visage d’Aïlin s’imposa à son esprit dans un flash aussi bref que flou. Il souriait, devant une coupe de glace, sa main posée sur celle de l’enfant. Puis le massacre reprit.

Ces souvenirs ne suivaient aucun ordre. Ils s’imposaient à elle, par flash, lui faisant ressentir à nouveau les mêmes sentiments qu’elle avait éprouvés lors de l’évènement. Elle avait mal, peur, était inquiète, heureuse, détendue. Incapable de se défendre, la petite était tombée au sol et serrait sa tête entre ses mains. Elle hurlait et pleurait, sans même s’en rendre compte. Elle revivait ses souvenirs si intensément que rien autour d’elle ne l’atteignait. Elle ne connaissait pas l’art de l’occlumencie et ne savait pas comment se défendre de ce viol. Elle se contenta de supplier, demandant à ce que cela s’arrête.

_________________________________
Image
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Ella Von Königsberg
    • Nombre de messages : 665
    • Age : 29
    • Date d'inscription : 09/02/2009

    • Pensine
      Statut sanguin: Assimilée Sang-pur
      Baguette magique: Bois d'ébène - Crin de sombral - 27,5 cm
    avatar
  • Tueuse à gage
MessageSujet: Re: Un témoin gênant [Pv Ambrine]   Dim 14 Avr - 20:26:59

En une seconde, le décor de l'entrepôt s'évapora et l'instant d'après la ténébreuse visualisait une scène qu'elle n'avait jamais vécu. Le lieu était familier, plusieurs flashs, ramenait à ses brides de souvenirs de l'enfant se déroulant à Poudlard. Une salle commune aux tentures jaunes et noires lui apprit que l'adolescente devait appartenir à la maison Poufsouffle. Cela ne fit que la conforter dans son idée bien figée que les gens revêtant ce blason était des incapables, franchement elle veillerait à ce que si un jour son fils devait se retrouver dans la même situation que cette gamine, il ne reste pas comme un con paralysé de peur dans un coin à attendre que les méchants lui tombent dessus. Et qu'il serait préparer à se défendre au besoin. Bon, en même temps, le premier qui aurait le malheur de toucher un cheveu de son fils, elle lui exploserait personnellement la tête en moins de temps qu'il n'en faut pour dire avada Kedavra. Il y eu l'image d'une gamine de Serdaigle, une maison largement plus honorable... si son fils allait là bas ce ne serait pas une mauvaise chose.. Quoi qu'il en soit penser à Alexander maintenant ne l'aidait absolument pas. Si elle n'y faisait pas gaffe, elle risquait de causer des dommages permanents dans le cerveau de cette gosse et ce n'était pas le but. Et merde. En plus, non seulement penser à son fils la déconcentrait mais en plus ça la rendait sentimentale. Double merde. Heureusement pas la force de la pratique il ne lui fallut qu'une demi seconde pour faire le vide et modeler son propre esprit en arme pour aller à la rencontre des informations qu'elle voulait. Elle orienta les souvenirs de la fillette vers les plus traumatisants, supposant qu'assister à un règlement de compte devait figurer quelque part dans cette liste. Elle revit le passage marquant de la fusillade lors de la commémoration, puis força la mémoire de la petite vers des souvenirs plus récents encore. Un homme menaçait la gamine en la prenant par la gorge.. on pouvait dire qu'elle avait l'art de s'attirer des ennuis.. L''intérieure d'une boutique.. trois sorciers sortant du Grizz'Light, cette fois on y était..

La ténébreuse força la succession d'images à ralentir, elle revoyait la scène par les yeux de l'enfant, percevant ses émotions et les pensées les plus intimes qui l'avaient traversés pendant qu'elle assistait au massacre.. Elle se revit elle même abattra froidement les 3 hommes, l'un après l'autre. C'était une curieuse expérience de se voir au travers des yeux d'une autre personne. Apparaissait-elle vraiment aussi effrayante en réalité ? La légilimens prit le temps de creuser plus en profondeur les pensées de la petite pour savoir qui elle était et ce qu'elle faisait là.. La boutique qu'elle avait vu était celle du père de l'enfant, il attendait qu'elle revienne.. Avait-il été alerté par le remue ménage dans la ruelle ? Mais quel père responsable laisserait sa petite fille se balader toute seule le soir si près de l'allée des embrumes alors qu'elle avait déjà été agressé peu de temps auparavant ? Comment avait-il pu passer à côté de ça ? Quoi qu'il en soit, Ambrine Illunia ne savait rien du tout, elle n'avait rien à voir avec ses guerres de clans mafieux et c'était simplement trouver là au mauvais moment.. Dans son malheur, la gamine avait de la chance, elle n'avait pas l'intention de la tuer et si l'intrusion dans ses pensées était loin d'être une expérience agréable, cela n'était rien comparé à ce qui aurait pu lui arriver entre d'autres mains. Celles d'Augustes notamment.. Ella s'était contenté de fouiller ses souvenirs, sans chercher à lui faire volontairement du mal alors qu'elle aurait pu. Elle aurait pu lui faire voir des images horribles, lui influer des visions cauchemardesques jusqu'à la faire sombrer dans la folie... Oui on pouvait dire qu'elle avait été gentille. Elle rompit le sortilège pour se retrouver de nouveau pleinement dans sa tête à elle. La gamine était tombée par terre, non sans hurler et pleurer. Le tueuse observa la jeune fille sans guère plus ressentir qu'un frémissement de pitié qui tirait d'ailleurs beaucoup vers le mépris et la sermonna d'un ton glacial.


« Si tu ne veux plus être une victime, apprends à te défendre. Personne ne le fera à ta place. »  

C'était d'un ennui les victimes qui passent leur temps à supplier, à pleurer ou mieux encore à prier pour qu'on les laisse tranquille. Du moins cela valait tant qu'elles étaient à peu près en forme. Au bout d'un moment, la douleur répétée finissaient par anéantir tout espoir de s'en sortir, alors, gagné par la résignation, elles suppliaient simplement pour qu'on les achèvent. Heureusement, certaines étaient plus coriaces, plus résistantes, ou peut être simplement plus fière et elles se montraient alors plus difficile à briser. Là il y avait du challenge et c'était tout de suite beaucoup plus divertissant.. Le fait de se trouver là dans cet entrepôt avec une fillette terrorisée qui pleurait à ses pieds, ne manquait pas de lui rappeler le temps du Seigneur des Ténèbres lorsque les prisonniers s'entassaient dans les donjons du repères, n'attendant qu'à être torturés. Parfois, lorsqu'elle était d'humeur charitable, il lui arrivait de tuer l'une des victimes particulièrement amochée pour mettre un terme à ses souffrances. Mais bien sur, c'était une autre époque. Et là, la jeune Ambrine n'était pas retenue prisonnière par le Seigneur des Ténèbres mais par Ella, elle même, et il lui suffirait de la laisser partir... La sulfureuse lady attendit patiemment quelques minutes que la gamine se calme et se remettre de ses émotions. Si elle n'avait pas toute l'attention de l'adolescente, son message n'aurait pas le moindre poids.

« Cesse donc de chialer, c'est fatiguant, et sois plutôt reconnaissante d'être encore en vie. » s'impatienta la sorcière.

Oui, elle était encore en vie, mais le resterait-elle ? Bonne question. La ténébreuse avait bien de mal à prendre une décision la concernant et cela l'agaçait au plus haut point. Elle ne le cacha d'ailleurs pas.

« A vrai dire, tu me poses un problème, vois tu. Je ne sais pas quoi faire de toi. »

La dame rouge s'approcha de nouveau de la jeune fille et s'accroupit à sa hauteur, presque avec tendresse, comme si elle voulait simplement réconforter une enfant effrayée qui venait de faire un cauchemar. A ceci près, que le cauchemar de la jeune Poufsouffle à cet instant c'était elle et qu'un cauchemar ne vient pas pour réconforter, il déclenche plutôt l'effet inverse. Néanmoins, elle caressa avec douceur les cheveux emmêlés de l'adolescente et susurra à son oreille:

« Te tuer sans cérémonie serait sans aucun doute la solution la plus simple. Et probablement la meilleure chose à faire.. »

Mais pour être honnête avec elle même, la ténébreuse savait que si elle n'avait pas encore tué la fillette, c'était bien parce qu'une part d'elle la retenait. (Probablement celle qui se fait appeler conscience et qu'elle avait l'habitude d'ignorer.) Cette même partie d'elle n'avait pas envie de le faire. Parce que c'était une enfant, parce qu'elle était innocente, parce qu'il n'y avait aucun challenge, parce que c'était mal. A savoir que ce n'était probablement pas cette dernière raison qui pesait le plus lourd sur la balance du pour et du contre. Au point où elle en était la notion de bien et de mal s'en trouvait passablement confuse. Tuer pour une bonne raison était ce un mal ? Et ne pas tuer, si c'est pour une mauvaise raison, est ce toujours une bonne chose ? Rester à définir ce qui était une bonne ou une mauvaise raison. Mais ça c'était une autre histoire.

« Je me demande pour quelles bonnes raisons je devrais te laisser en vie.. Tu en vois toi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Ambrine Illunia
    • Nombre de messages : 432
    • Age : 24
    • Date d'inscription : 12/12/2010

    • Pensine
      Statut sanguin: Sorcier simple
      Baguette magique: Crin de Licorne et bois de Saule, 23,25cm, très souple
    avatar
  • Alchimiste Alchimiste
MessageSujet: Re: Un témoin gênant [Pv Ambrine]   Jeu 20 Juin - 19:47:12

La fillette était allongée par terre, silencieuse. Sa respiration était saccadée, irrégulière. Mais elle ne pleurait plus. Elle écoutait la Dame Rouge à travers les battements brusques de son cœur, tentant tant bien que mal de retrouver la raison et de replacer la scène dans son contexte. Ses yeux vides s’étaient figés dans leur orbite, fixant le mur froid de l’entrepôt. Son épaule la lançait et la douleur courait sur son corps, prenant sa source à sa blessure. Comme des vagues mouillant petit à petit un peu plus de sables chauds à chaque remous. Elle était immobile, sous les caresses de la Dame. Son petit corps ne tremblait plus.

« Te tuer sans cérémonie serait sans aucun doute la solution la plus simple. Et probablement la meilleure chose à faire.. »

Ses poumons se virent privés d’air pendant de longues secondes. L’enfant s’était plongée dans un état proche de la léthargie aux mots de la duchesse. Elle était sans baguette, dans un endroit qu’elle ne connaissait pas, peut-être à des dizaines de kilomètres du chemin de Traverse. Et surtout, elle était seule face à une terrifiante inconnue terriblement douée en duel et sans cœur. Elle avait échappée à la mort deux fois déjà. Etait-elle enfermée avec la dernière tentative de la faucheuse pour lui prendre la vie ? Etait-ce envisageable de croire à un troisième coup de chance ? Les battements de son cœur étaient faibles. Elle pensait à la commémoration et à l’Allée des Embrumes. A Nikolaï et Aïlin. Ils s’étaient mit en danger pour qu’elle laisse finalement une ex-mangemorte la tuer. Quelle ironie.

« Je me demande pour quelles bonnes raisons je devrais te laisser en vie.. Tu en vois toi ? »

Comme si elle avait reçu une décharge d’un défibrillateur, la jeune fille retourna dans la réalité. Elle se redressa, quittant la froideur du sol pour faire face à la Dame, ses yeux rouges la dévisageant dans une candide insolence. Ses poumons à nouveau remplis d’air ne demandaient qu’à être vidés en injures et appels à l’aide. Mais son cœur, oscillant entre vaillance et crainte, avorta toutes tentatives vouées à l’échec. A la place, elle murmura ce qui lui semblait être le plus naturel :

« Je ne sais pas qui vous êtes… Je ne dirais rien… »

Mais elle sentait bien, au fond d’elle, que ces arguments ne suffiront pas à convaincre la tueuse à la laisser partir. Son regard, soudain inquisiteur, balaya la pièce aussi rapidement possible, avant de se replonger dans ceux, glacials, de sa ravisseuse. Une grande double-porte se situait non loin d’elles. Il lui fallait éviter les gravas et déchets tapissant le sol, et courir suffisamment vite pour ne pas se faire rattraper. Tant pis pour sa baguette, elle trouverait une excuse potable à sortir à son père quand elle se sera échappé de là pour expliquer la disparition de celle-ci. C’était une perte douloureuse, mais un sacrifice inévitable pour se sortir de là. Elle toisa du regard Ella, puis lui lança à voix-basse :

« Je ne vous connais pas, mais je vais suivre votre conseil »

Dans une tentative désespérée, elle rassembla son courage, et, aussitôt sa phrase finie, poussa de toutes ses forces la dame en se relevant, courant comme jamais elle n’avait couru vers la sortie qu’elle avait repérée quelques secondes avant, zigzaguant entre les gravas maladroitement, tant et si bien qu’elle percuta une barre en fer dépassant d’un bout de mur tombé au sol. Elle ne s’arrêta pas pour autant, et ne se retourna pas non plus pour vérifier si elle avait poussée la tueuse suffisamment fort pour que celle-ci bascule en arrière, même si l’enfant espérait que le fait qu’elle était accroupie à ce moment-là ai aidé. Elle atteignit assez rapidement la grande porte, bien que sa jambe arborait maintenant une belle coupure sanguinolente, et posa sa main sur la poignée.


_________________

[Vraiment, un grand pardon pour le retard, surtout que le résultat est un peu court. Je me ferais pardonner dès que possible (et de la manière que tu voudras titeuple )… Je te laisse décider du sort d’Ambrine ! Soit la porte ne s’ouvre pas du tout, soit tu lui lances un sort avant qu’elle ne l’ouvre, soit elle s’ouvre et à ce moment là, tu peux la pnjiser et la faire courir désespérément vers un endroit quelconque si tu le souhaite. En fait, tu peux faire ce qui t’arrange, tant que ça te plait ! Et si tu veux que je change (parce que, faut avouer, j’ai complètement déconné !), y’a aucun soucis, MP moi I love you ]

_________________________________
Image
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Un témoin gênant [Pv Ambrine]   

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Miroir du Riséd :: Hors-Jeu :: Archives :: 1999-2000-