Partagez | .
 
 [Thème 3] La dernière fois
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
  • Lynn Bower
    • Nombre de messages : 824
    • Age : 30
    • Date d'inscription : 20/02/2007

    • Pensine
      Statut sanguin: Sang-pur
      Baguette magique: En bois de cèdre, 28 centimètres, souple, contenant une plume de Phoenix
    avatar
  • Créatrice d'Artefacts enchantés Créatrice d'Artefacts enchantés
MessageSujet: [Thème 3] La dernière fois   Mer 24 Oct - 19:53:59

* Titre : La dernière fois
* Thème choisi : Numéro 3 pour Adulte
* Personnage(s) Lynn Bower, Aïlin Bower, Lev A. Karkoff
* Résumé Lynn est à court de drogue et ressent pour la première fois l'effet du manque. Elle va tout faire pour essayer de s'en procurer.
* Cadre Manoir familial, Londres sorcier
* Année 2000
* Complet : Not yet



Lynn n'avait jamais vraiment connu la sensation de manque avant ce jours-là. Elle avait terminé ses comprimés quelques jours auparavant et ne s'en était pas alarmé. Elle ne se considérait pas comme une droguée, elle n'avait pas de problème de dépendance. Juste une légère tendance à la dépression et à l'angoisse qu'elle soignait en s'évadant quelques heures par semaines. Rien de bien méchant.
Enfin, c'était ce qu'elle pensait jusqu'à aujourd'hui. Elle se sentait si mal que lorsqu'elle avait ouvert le petit coffret de sa table de chevet pour se rendre compte qu'elle n'avait plus de cachet, elle l'avait violemment jeté à travers la pièce avant de se mettre à pleurer.
Par conséquent, oui elle avait un problème. Mais elle s'en occuperait plus tard, pour l'instant, ce qui importait, c'était remédier à l'absence de drogue dans son organisme.
Après avoir retourné le problème dans sa tête toute la matinée, elle avait finalement pris sa décision.
Elle transplana jusqu'au manoir familial et entra sans frapper, chose qu'elle ne faisait plus depuis que son frère était devenu le maître des lieux.


- Aïlin ? Appela-t-elle dans le hall d'entrée. Aïlin, tu es là ?
- Miss Bower ?

Lynn sursauta et se retourna pour voir Jenny, comme toujours sincèrement ravie de la voir.

- Ho bonjour Jenny, j'avais besoin de voir Aïlin, est-ce qu'il est là ?

- Non, désolée mon petit, il est parti pour affaire il y a plus d'une heure. Il devrait être rentré pour le souper.

C'était trop long, bien trop long.

- Est-ce que je peux faire un tour dans mon ancienne chambre ? Je voudrais récupérer quelques affaires.

Lynn ne se souvenait pas avoir jamais menti avec tant de naturel et de facilité, et elle s'en étonna elle-même. Mais Jenny, après une seconde d'hésitation, ne put qu'accepter devant les deux grands yeux innocents de la jeune femme.

- Vas-y vite, je te prépare un petit quelque chose à emporter en attendant, il faut que tu te remplumes, ma jolie !

La jolie gryffondor, du moins pour quelques jours encore, acquiesça et monta les escaliers pour rejoindre l'étage. Elle pénétra dans la première pièce et se mit à en fouiller les moindres recoin. Elle connaissait la majorité des cachettes de son frère, l'exploration serait rapide.
Mais tandis qu'elle délaissait la première chambre pour la seconde, puis pour le bureau, elle commença à paniquer à l'idée qu'il se soit débarrassé de tout son stock. Elle savait qu'il essayait d'arrêter, mais aussi qu'il était loin d'y arriver facilement. Il devait forcément en avoir encore quelque part !
Lynn redescendit les escaliers et profitant d'entendre Jenny fredonner dans la cuisine –une chose qui n'était jamais arrivée du temps de Devin- elle se glissa dans le laboratoire de son frère. Elle n'y avait pratiquement jamais mis les pieds et elle s'étonnait toujours de voir l'endroit impeccable. Les multiples instruments et récipients qui occupaient les étagères étaient autant de preuves du talent de son frère pour l'art délicat de l'alchimie. Elle pensa un instant qu'il serait particulièrement intéressant de mêler alchimie, charmes et enchantement pour des objets de qualités encore plus rares et encore plus efficace. Il faudrait qu'elle lui en touche deux mots pour voir si une quelconque collaboration était possible.
En attendant, elle trouva enfin le coin où il gardait potions et autres ingrédients, et elle se mit à chercher fébrilement ce qui pouvait ressembler de près ou de loin à des comprimés.
Elle sentit des larmes de rage lui monter aux yeux tandis que ses recherches restaient infructueuses.


- Non, non, non... ce n'est pas possible… Par Merlin, Aïlin, tu n'aurais pas pu mieux choisir ton moment pour faire le grand ménage ?

Comprenant qu'elle ne trouverait pas ce qu'elle cherchait, elle voulu remonter mais la porte s'était verrouillée derrière elle.


- Ho c'est pas vrai… Alohomora ! Alohomora ! Non ! Gémit-elle.

Elle ne devait pas être là ! Comment allait-elle pouvoir expliquer sa présence si Jenny, ou pire, Aïlin venaient à la trouver en train de fouiller ? Il allait la TUER ! Bon, l'image était sûrement mal choisie mais il serait fou de rage et son frère énervé était la dernière chose que Lynn voulait affronter. Il serait sûrement encore plus agacé d'apprendre ce qu'elle cherchait… Et si c'était Jenny qui la trouvait, elle finirait par en parler à Aïlin sans y penser, parce qu'elle l'adorait et qu'elle ne pouvait rien lui cacher.

Il fallait absolument qu'elle sorte d'ici !

Lynn explora à nouveau la pièce, essayant de voir s'il n'y avait pas une autre ouverture, mais rien ne lui sauta aux yeux. Ce qui ne voulait pas dire qu'il n'y en avait aucune, le manoir avait sûrement encore bien des secrets à dévoiler. Elle entendit un bruit et sursauta, bousculant une étagère et faisant tomber une fiole d'où s'échappa une poussière bleutée.


- Ho non… par pitié, faites que ce ne soit rien d'irremplaçable… !

Elle s'agenouilla pour ramasser les débris et effaça péniblement les traces de l'accident en enfouissant tout dans son sac à main.

Bien sûr, elle aurait pu se contenter de frapper en appelant à l'aide, mais c'était tout sauf une bonne idée, d'autant que Jenny n'était plus toute jeune et ne l'entendrait peut-être même pas.

- Réfléchis, Lynn, réfléchis !


Mais elle était incapable de penser clairement avec son sang bouillonnant réclamant sa dose de drogue apaisante.


Elle resta plantée là de précieuses minutes à fixer la serrure de la porte quand un souvenir la frappa. Cette pièce n'avait pas toujours été un labo, bien au contraire ! Devin avait pour l'habitude de l'enfermer là dans le noir quand il en avait assez d'elle. Aïlin et elle avaient mis au point une cachette où se trouvait la clé de la porte !
Elle s'agenouilla et toqua sur les lattes du parquet pour essayer de retrouver l'endroit exact. Puis d'un coup de baguette, elle lança un sortilège d'attraction sur la clé et adressa une prière silencieuse de remerciement avant de se diriger vers la sortie. Une fois la porte ouverte, elle remit la clé à sa place et remonta en refermant la porte derrière elle, toujours frustrée de n'avoir rien trouvé.
Elle essaya de reprendre son calme avant de rejoindre Jenny à la cuisine qui finissait de lui emballer un gros sac de victuailles à l'odeur alléchante.


- Je n'ai pas trouvé ce que je cherchais,
expliqua Lynn d'un air sincèrement dépité. Je reviendrai quand Aïlin sera là, il pourra sûrement m'aider.
- Reviens quand tu veux, tu sais que ça me fait toujours plaisir de te voir !
- C'est réciproque Jenny, merci. Et passe le bonjour à Eurycus, je ne l'ai pas croisé dehors !

Lynn enlaça la vieille femme et accepta son paquet avant de quitter le manoir aussi précipitamment qu'elle y était entrée. Elle passa par son appartement pour y déposer la nourriture avant de repartir errer sur le chemin de Traverse. Elle se sentait nauséeuse et une migraine lui élançait douloureusement le crâne. Depuis combien de temps n'avait-elle pas convenablement dormi ? Ces dernier temps, seules les nuits où elle avait pris la drogue d'Aïlin avaient été paisibles. et reposantes. Le dernier remontait à moins d'une semaine, cinq jours peut-être. Elle avait vraiment un problème. Mais qui n'en aurait pas après tout ce qui s'était passé ? Elle avait torturé et assassiné son violeur, rompu avec son petit ami, été prise au milieu d'une fusillade où un homme avait failli mourir dans ses bras, et avec tout ça, elle avait encore dû passer ses examens à Poudlard. Elle pouvait s'estimer heureuse d'avoir surmonté tout ça avec juste un petit cachet par semaine pour l'aider à se sentir mieux.
Mais là tout de suite, elle avait juste envie de pleurer tant elle se sentait misérable. Elle se cherchait des excuses, voilà ce qu'elle faisait. Elle qui avait tant affronté par le passé, comment avait-elle pu tomber dans la facilité en se servant de la drogue pour fuir ? Ce n'était pas ça qui allait l'aider. Ca ne résoudrait pas ses problèmes. Ca ne faisait que repousser l'heure où elle devrait finalement leur faire face.
Oui mais pour l'instant, son esprit en manque était incapable de raisonner clairement. Elle s'attaquerait au problème plus tard, quand elle aurait assouvi ce besoin de plus en plus urgent.
Ses pas la menèrent inconsciemment vers l'allée des embrumes. Elle savait qu'elle pourrait trouver ce qu'elle cherchait ici, pour un peu qu'elle sache à qui s'adresser. Il fallait juste qu'elle se fasse discrète. Il valait mieux qu'on ne la remarque pas.
Malheureusement, elle n'eut pas à attendre longtemps avant que trois inconnus l'abordent, de façon quelque peu insistante, l'acculant dans un recoin sombre :

- Alors, qu'est-ce qu'une jolie dame comme toi fait dans notre quartier ?

- Je cherche… je voudrais…

Mais que voulait-t-elle exactement ? Elle était complètement inconsciente de venir traîner dans les bas-fonds sorciers de Londres ! Elle n'avait pas survécu à toutes les atrocités que la vie lui avait réservé pour se faire bêtement trancher la gorge !
Puis soudain, elle eut une idée :


- Je cherche quelqu'un du clan Dmitriev. C'est pour une transaction.

- Ho… la demoiselle cherche des petites pilules magiques ?
- Peut-être. Répondit-elle avec une assurance qu'elle était loin de ressentir.
- Wielfried a ce qu'il te faut… déclara l'un d'eux en sortant un petit sachet de poudre. Mais il va falloir payer d'abord….

Elle secoua la tête, incertaine, elle n'allait certainement pas sortir sa bourse entourée de trois malfrats et de toute façon elle ne voulait pas de poudre.

- Je veux voir quelqu'un du clan Dmitriev. Répéta-t-elle.
- Et pourquoi ça ? Ma tête te revient pas ?

Entre autre, mais elle n'oserait jamais dire une chose pareille.

- La demoiselle se croit trop bien pour nous… on va lui faire passer l'envie de nous prendre de haut !


Lynn poussa un cri quand l'un deux l'attrapa brusquement par le bras. Elle se dégagea mais il la repoussa violemment contre le mur. Elle se cogna la tête et s'effondra sur le sol. Bien que sonnée, elle parvint à se saisir de sa baguette :

- Expelliarmus !

L'homme fut projeté au loin et elle pointa immédiatement son arme vers les deux autres, menaçante :


- Ne m'approchez pas ! Allez-vous-en !
- Sale garce, tu crois que tu fais le poids contre nous ?
- Reculez !
- Vous avez entendu la petite dame ?


Lynn tourna les yeux pour voir une impressionnante carrure s'avancer vers eux. Elle eut un soupir de soulagement en reconnaissant l'homme de main de Dmitriev, Mr Karkoff.

- C'est une cliente. Ca ne te regarde pas ! Cracha l'homme à terre en se relevant péniblement.

Le mafieux leva un sourcil en regardant Lynn puis reporta son attention sur les trois dealeurs:

- Une cliente, hein ? Je crois pas que ce soit notre marchandise que tu as là, Wilfried, si ? T'es en train de me dire que vous faites des affaires dans notre dos ?

Celui à qui s'adressait le géant pâlit brusquement :

- Non ! Non, non, non, bien sûr que non.
- Videz vos poches et tirez-vous avant que je change d'avis et décide de vous faire la peau.

Les trois lurons obéirent et filèrent sans demander leur reste tandis que l'homme de main se tournait vers elle.

- Tout va bien, miss Bower ? S'enquit-il en lui tendant la main pour l'aider à se relever.

Bien que dévorée de honte, Lynn accepta volontiers son aide et se releva en se frottant la tête. Elle saignait un peu mais ce n'était rien en comparaison de ce qui aurait pu se passer :

- Oui, je suis juste un peu secouée… Merci, Mr Karkoff, je suis confuse, vraiment, je suis désolée, vous n'auriez pas du assister à ça…
- C'est un heureux hasard que je me sois trouvé dans les parages. Mais votre petite excursion m'aura tout de même été bénéfique, expliqua-t-il avec un sourire en lui montrant les sachets de poudre avant de les mettre dans ses poches. Souhaitez-vous que je vous raccompagne chez votre frère ?

Lynn rougit et glissa une mèche de ses longs cheveux noirs derrière son oreille :

- Non, merci, je vais rentrer chez moi. Mr Karkoff… je sais que c'est beaucoup vous demander, surtout après votre intervention, mais si vous pouviez éviter d'en parler à Mr Dmitriev ou même à mon frère… je vous en serais extrêmement reconnaissante. Tout ça n'a rien à voir avec lui, je ne veux pas que mon comportement lui soit préjudiciable d'une quelconque façon…

Le géant scruta la jeune femme de son regard perçant et prit quelques instants avant de répondre :

- J'ignore ce que vous recherchez ici, Miss Bower, dit-il d'un air entendu. Mais croyez-moi, rien qui ne touche de près ou de loin l'Allée des embrumes ne pourra vous être bénéfique.

Lynn baissa les yeux, comme prise en faute et acquiesça. Elle en avait conscience. Elle était à deux doigts de fondre en larme d'humiliation et de colère contre elle-même. Mais le ton du mafieux se radoucit et il ajouta l'air de rien :

- Vous n'êtes pas la première à vous perdre ici, ne vous inquiétez pas, en ce qui me concerne, je ne vous ai pas vu.
- Merci! Sourit-t-elle, sincèrement soulagée. Merci beaucoup, Mr Karkoff.

Il lui fit un petit signe de tête et Lynn l'imita avant de quitter cette détestable allée, transplanant directement devant le pas de sa porte.

Elle se précipita à la salle de bain et s'aspergea le visage d'eau fraîche, essayant de remettre de l'ordre dans ses pensées tout en s'efforçant d'ignorer la migraine de plus en plus forte qui lui vrillait les tempes. Elle aurait pu tout gâcher, et pour Aïlin et pour elle, cela ne pouvait plus durer !
Elle regarda son reflet si fatigué, si fragile et ouvrit l'armoire à pharmacie pour y prendre une potion de sommeil. Cela ne lui ferait pas autant de bien que la drogue dont elle manquait tant, mais il faudrait que cela suffise. Elle ne toucherait plus jamais à un stupéfiant de sa vie. Elle comprenait mieux maintenant les difficultés que rencontrait son frère pour arrêter. Alors elle allait surmonter ça et l'aider.
Elle avait trop à perdre pour prendre ce genre de risque. Elle se ferait aider s'il le fallait. Il ne lui restait plus qu'à souhaiter que le bras droit de la mafia Russe tienne sa promesse. Elle voulait oublier cette horrible journée et faire comme si elle n'avait jamais existé. Demain tout irait mieux. Elle trouverait une issue. C'était terminé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Miroir du Riséd :: Hors-Jeu :: Archives :: Marathon des fanfics-