Partagez | .
 
 [Théme 5] La vengeance est un plat qui se mange froid.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
  • Tomas Herz
    • Nombre de messages : 337
    • Age : 27
    • Date d'inscription : 16/01/2011

    • Pensine
      Statut sanguin: Sang-Mélé
      Baguette magique: Boix d'Erable, 30.5 cm, Oreille de Koblod, souple
    avatar
  • Journaliste
MessageSujet: [Théme 5] La vengeance est un plat qui se mange froid.   Dim 9 Sep - 11:29:17

Titre: La vengeance est un plat qui se mange froid.
Thème choisi: thème 5
Personnages: Tomas et Engel Herz, Maureen Doherthy, Lavande Brown, Alan Desoya
Résumé: En l'an 2000, alors qu'il était encore étudiant, Tomas avait participé à une manifestation pacifique qui a mal tournée. Présent en tant que photographe, il apporta toutes les preuves au ministère de la magie. Un grand nombre d'entre elles furent censurées. Furieux, il se promit de réparer cette injustice.
Cadre: Tout le monde magique
Année: Début en 2002, ensuite les années vont défiler pour arriver jusqu'en 2010
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wwwangelinedufief.com
  • Tomas Herz
    • Nombre de messages : 337
    • Age : 27
    • Date d'inscription : 16/01/2011

    • Pensine
      Statut sanguin: Sang-Mélé
      Baguette magique: Boix d'Erable, 30.5 cm, Oreille de Koblod, souple
    avatar
  • Journaliste
MessageSujet: Re: [Théme 5] La vengeance est un plat qui se mange froid.   Mar 16 Oct - 13:09:40

Chapitre 1:

Juin 2002


-Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs en vos titres et grades respectifs, Je vous souhaite la bienvenue pour cette cérémonie des diplômés 2002...

Le directeur et son beau discours préfabriqué. Le directeur de l'UMA. Il vit toujours ce type? On le voit tellement souvent... Depuis qu'il avait été admis à l'UMA, c'était la première fois que Tomas le voyait en vrai. Il a fallut que ce soit ici, dans une robe d'étudiant violette et parmi une foule de jeune diplômé. Il y a deux ans de cela, il aurai cru qu'il serai heureux d'y être. Qu'après avoir eu son bout de papier, il serait parti fêter cela avec ses amis. Bon, c'était vrai en parti. Il allait effectivement avoir ce bout de papier prouvant sa réussite scolaire et son talent en tant que photographe, aller embrasser Maureen, serrer Lavande dans ses bras, serrer la main de Kaelir et aller boire un pot au Chaudron Baveur. Entre deux ou trois chopes, sa sœur arriverai fraiche comme une fleur pour fêter l'évènement. Avec un peu de chance, Hans et Erik seraient de la partie. Et dans ce beau tableau, il manquait quelque chose pour que tout soit parfait. Alan. Cet idiot. Cet imbécile que Tomas avait été trop bon à considérer comme un frère. Un bon à rien qui était parti il y a déjà deux ans.

Tomas baissa la tête et soupira. Après deux ans, voilà qu'il pensait encore à lui alors qu'il s'était juré de tirer un trait sur ce... Goujat, comme aimait l'appeler Lavande. Après avoir chasser l'Autre de ses pensées, il releva la tête et prêta attention au discours monotone du directeur.


-Chères (chers) diplômé(e)s, ici s’achève votre séjour parmi nous ; j’aime à espérer qu’il vous aura permis d’enrichir votre « data base » en souvenirs tant académiques que personnels. Il y a 4 ans, voire plus (quand on aime, on ne compte pas) vous avez fait le choix de rejoindre notre Université pour confier à notre équipe pédagogique le soin d’affiner et d’affirmer un projet professionnel...


Oui, oui, c'est bien. La personne qui a écrit cela à très bien fait ça, achève. Accouche. Balance les noms des diplômé qu'on en finisse!

Tomas était devenu un poil impatient depuis la fugue de l'Autre. C'était pas bon pour sa carrière, il en avait conscience et travaillait sur lui pour retrouver un contrôle sur sa patience.


-Ont obtenu leur diplôme en filière Générale. Booker Helen...

Enfin il entamait ce pourquoi nous sommes tous ici. Ce n'était pas trop tôt, encore un peu et il allait s'endormir. Tout ces noms commençant par un B, Tomas se mit à sourire en pensant que l'année prochaine, ce serai Lavande qui serai à sa place attendant avec impatience que son nom soit cité, gigotant nerveusement sur son siège. Après les B et les C, voici venu les D. Son sourire s'effaça. L'année prochaine, il aurait du y avoir Alan Desoya. Oui, si cet abrutis n'était pas parti comme un lâche. Grognant, Tomas croisa les bras et observa ses pieds. Voyons le bon côté des choses, l'année prochaine, il y aura Maureen dans les D.

-A obtenu son diplôme avec succès, félicitation du jury et des maîtres de stage, Granger Hermione

Tomas releva la tête et sourit à la demoiselle. Durant ces deux dernière années, il avait appris à mieux la connaître et avait fait quelque travaux avec. Il avait été impressionné que cela avait été constructif pour eux deux. La Miss-je-sais-tout n'était pas aussi ennuyante que la rumeur faisait courir. Au contraire, Tomas la trouvais intéressante. Bien sûr, il fallait avoir un esprit curieux et avide de connaissance pour pouvoir la supporter. En contre partie de son aide scolaire, Tomas lui donnait des détails sur l'histoire des contrés qu'il avait pu visitées et il se plaisait à voir que Granger ne connaissait pas autant les cultures étrangères que lui.

-A obtenu son diplôme avec succès, félicitation du jury, des maîtres de stage ainsi que le prix photographie, Herz Tomas

Tomas se leva et rejoignit les professeurs ainsi que le directeur pour recevoir son parchemin Prouvant qu'il avait réussis ses années d'études. Pas peu fière de lui, Tomas serra la main des enseignants.


Comme prévu, quelques heures plus tard, L'allemand se retrouva à une table du Chaudron Baveur avec ses amis, sa petite amie et sa petite sœur devant une chope de bièrreaubeurre. Il souriait, mais son regard était perdu dans la mousse blanche du breuvage. Cela faisait longtemps qu'il n'avait plus pris cette boisson, il y avait trop de souvenir douloureux derrière. Un shooting photo dans le froid, une mauvaise blague devant une maison sinistre, des claques dans le dos et des rires. Tout ça avec quelqu'un qui n'est pas présent aujourd'hui. Quelqu'un qu'il avait cru -et espérer- voir apparaître à la porte d'entrée avec un sourire timide et désolé.

Mais qui ne viendrait jamais.




Août 2002

Jamais il n'aurait cru que la recherche d'emploi était si difficile. Pourtant, il n'avait pas arrêté depuis le début du mois de juillet. Il avait envoyé lettre de motivation et cv à tout les journaux possibles. Aucun ne lui avait répondu favorablement ou alors n'avait même pas daigné écrire un petit mot affirmant la réception de sa candidature. Tomas avait, depuis, horreur de deux choses; les sans-réponses et les réponses automatiques. Qu'est-ce-qu'une réponse automatique? C'est ce genre de lettre mielleuse qui prétende avoir pris connaissance de votre candidature mais qu'ils ne recherchent pas de collaborateur et qu'on garde votre cv dans les archives. Menteurs! Ce genre de réponse, ils ont juste vu votre adresse, tapoter une feuille de parchemin vierge et envoyer le texte avec le premier hiboux qui passait sous leur nez. Ce genre de chose, il en avait beaucoup vu quand il cherchait un stage. C'est dans ses moments-là qu'on voyait exactement les réponses automatique. Et le faite qu'on ne prête même pas attention à votre nom énervait Tomas au plus haut point!

Mais enfin! En ce jour du mois d'Août, il avait reçu une réponse favorable! Ce n'était pas le boulot dans ce type de magazine qu'il aurait aimé travailler pour un premier temps, mais c'était déjà quelques gallions qui entreraient dans sa poche. Bricomage. Les merveilleux trucs et astuces pour les bricolage magique c'est chez bricomage! Quoi de plus merveilleux que de prendre en photo des pot de peinture et des ciseaux? Tomas n'était pas fort motivé pour cet emploi, mais qu'importe. S'il faisait le difficile, il ne trouverai jamais rien car les grande boites voulaient des professionnels avec des années d'expériences derrière eux. Et c'est ce point qui lui manquait. De l'expérience dans le milieu professionnel.

C'est donc bien zapper qu'il arriva à la maison mère du magazine pour son entretient avec le directeur et le chef d'impression. Il était le seul candidat et franchement dans un univers aussi... voilà quoi, il ne s'en étonnait pas. L'interview se passa relativement bien, ses interlocuteurs faisaient comme s'ils connaissaient un rayon en photographie, mais Tomas repéra à la première remarque qu'ils ne comprenaient absolument rien à la délicate harmonie de la lumière sur différent plan. Et n'hésitait pas à leur faire remarquer. Du à ce dernier point, l'allemand avait vraiment cru qu'ils allaient le remballer et qu'il pourrait recommencer sa recherche d'emploi. Mais non. La liste des candidats étaient tellement « longue » qu'ils avaient tout de même du l'engager pour un CDD de 6 mois.

C'est ainsi que le jeune homme commença sa carrière professionnel en photographiant des pots de peinture, des rubans, de la colle magique et des personnes illustrant les étapes d'un quelconque tutoriel. Fascinant! D'ailleurs, c'est toujours ce qu'il répétait au diner de famille chez les Doherthy. Sa petite amie était compatissante, ainsi que sa belle-mère et son beau-père lui proposait souvent de changer de métier.


-Viens jouer du piano et de la guitare au pub!
-Merci, beaucoup. Mais c'est de la photographie que je veux vivre. La musique, c'est juste un hobby.




Janvier 2003


La fin du contrat avec Bricomage est terminé, enfin! C'est avec beaucoup de joie que Tomas fit ses cartons, remballant tout son matériel. Car, mine de rien, il avait gagné pas mal de matériel de photographie grâce à ces bon à rien. Grâce à ses photos, Tomas avait permis au magazine de monter un peu plus dans les chiffres de ventes. Ce qui avait encouragé le directeur de lui proposer un CDI que Tomas lui avait « gentiment » épinglé sur son long nez. Cela faisait des mois qu'il cherchait déjà une nouvelle place et l'avait trouvé le mois dernier. Sa meilleure amie avait été enchantée d'apprendre chez qui il allait bosser. Tomas Herz allait faire les photos de Wizard’s Paradise. Le jeune homme se souvenait encore du saut de joie que Lavande avait fait en apprenant la nouvelle. Elle allait pouvoir se vanter de connaître le photographe de sa revue préférée.

Il faut dire qu'il était assez fier de son succès auprès des rédacteurs et directeurs du magazine. Pour la plupart ,des femmes, il avait réussis à les impressionnées sur son savoir en matière de mode. Il faut avouer qu'avoir une sœur styliste, une copine et une amie fan de mode cela aide beaucoup!

Maintenant, il arrivait aux diners familiaux avec un grand sourire, des magazines et des anecdotes croustillantes pour les quatre femmes de sa vie (Maureen, Engel, Lavande et Aby). Il avait construit une bonne entende avec ses collègues et les mannequins, ce qui avait aussi permis à Engel d'avoir sa pub dans le magazine ainsi qu'une édition spécial pour elle. Grâce à cela, sa clientèle s'était multipliée par 10, ce qui la rendait folle de bonheur.

Tomas se frottait les mains depuis qu'il était entré cher Wizard's Paradise. Ce magazine était bien connu et avait une bonne réputation. Travailler pour eux allait faire monter sa côte de popularité et l'aiderai à grimper jusqu'à toucher la Gazette du Sorcier, et ainsi, pouvoir enquêter sur les personnes qui avaient censuré ses photos il y a deux ans. L'heure de la vengeance approchait! Enfin, c'est ce qu'il avait cru. Être le meilleur photographe d'une célèbre revue de mode n'ouvrait pas les portes vers un réseau de connaissance qui était dans la politique, malheureusement.



[Totale des mots: 1699 mots ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wwwangelinedufief.com
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Miroir du Riséd :: Hors-Jeu :: Archives :: Marathon des fanfics-