Partagez | .
 
 Après-midi entre vieux amis [PV manu][TERMINÉ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
  • Izlaya Cummings
    • Nombre de messages : 155
    • Age : 28
    • Date d'inscription : 20/09/2009

    • Pensine
      Statut sanguin: inconnu, prétendue née moldue
      Baguette magique: 29,8cm, Poirier, Plume de phénix, moyennement souple
    avatar
  • Membre de la Brigade de Police Magique Membre de la Brigade de Police Magique
MessageSujet: Après-midi entre vieux amis [PV manu][TERMINÉ]   Jeu 27 Oct - 4:01:05

Il devait être à peine 13h et quart, mais déjà Izlaya était aussi épuisée mentalement qu'on eusse pu l'être. Elle n'avait encore jamais eu de mal en ce qui pouvait concerner la magie noire, mais ce chapitre expliquait des choses hors de sa portée, genre des extrapolations hyper avancées sur la magie noire au sein des communautés antiques tel que la Mésopotamie et les secrets entourant certains rituels. Rien de ça n'aurait du lui donner du fil à retordre pourtant, bonne en histoire, bonne en magie noire, mais on dirait que cette fois la combinaison des deux la laissait sans voix d'incompréhension et l'étudiante se retrouvait devant un énorme problème maintenant. C'était alors qu'elle avait eu l'idée de siècle. Appeler Manu pour l'aider! Il était calé en magie noire, en dernière année et en plus, elle pourrait le revoir après tout ce temps et s'excuser, une bonne fois pour toute.

Entre l'attaque du QG de l'ordre Iz avait fugué en Irlande, puis au Nunavut, et était revenu en Angleterre en Mars, mais resta terrée jusqu'à la grande bataille, où elle combattit néanmoins fièrement, se récoltant au passage une profonde et vilaine cicatrice, qu'elle ne fit jamais disparaitre, car elle désirait assumer cet épisode. Enfin, avec tout ça, l'été passé à récupérer de ses blessures
(la cicatrice, les multiples contusions, os cassés, blessures magiques longues à guérir et réhabilitation psychologique), l'année scolaire à ne pas vouloir voir personne, presque dépressive, elle n'avait presque pas vu Manu depuis sa sortie de Sainte-Mangouste, début Octobre de l'an dernier.

On était en Septembre 1999 maintenant, et Manu lui avait énormément manqué mais elle n'avait pas osé lui montrer la loque humaine qu'elle avait pu devenir pendant sa longue déprime et son deuil de Laurie et Kyle et de tous ceux de la bataille. C'était donc pour ça qu'après un peu moins d'un an, lorsqu'elle avait appelé, d'une voix penaude, elle avait été sûre qu'il lui en voudrait à mort qu'ils ne se soient parlés pendant si longtemps. Au moins, qu'il lui en ait voulu ou pas, il avait quand même accepté et maintenant elle l'attendait dans le parc, couchée sur le ventre, sur une couverture bleue.

L'étudiante se rappelait de toute leur amitié. Comme si c'était hier. Ils se connaissaient depuis la troisième année, par une journée pluvieuse sur le terrain de quidditch vide de l'école, Izlaya tentait de se perfectionner comme poursuiveuse et lui était simplement trop accro au Quid. En quatrième année, c'était carrément devenu une amitié solide et ils étaient un peu meilleurs amis depuis ce temps. Bon... il y avait aussi de la sixième à ses 19 ans, elle avait eu un méga béguin sur lui. Elle ne l'avait jamais dit, en même temps, pourquoi aurait-elle brisée leur si belle amitié pour ça? Qui plus est, Izlaya était peut-être devenue une jeune femme séductrice, mais autrefois elle était l'étudiante qui ne voyait pas sa beauté et qui croyait que personne ne pourrait tomber amoureuse d'elle se disait que si elle avait ressentit un intérêt pour lui, elle n'avait jamais intéressé Manu. Et plus le temps avançait plus ça la tuait.

Mais voilà, un jour elle partit en voyage, toute une année autour du monde. Un seul hibou envoyé à Manu, à son départ. Ça pouvait paraitre bas comme acte, mais Izlaya avait décidé de profiter de ce voyage pour l'oublier car, malgré ses efforts, son béguin s'était doucement transformé en amour, et elle ne pouvait laisser cela perdurer. L'ainée Cummings se disait aussi qu'elle pourrait s'épanouir ainsi. Elle n'a pas eu tort sur aucun point. Une seule rencontre avec Emilio, un espagnol, et la jeune femme était tombée amoureuse. Donc la futur professeur décida de rester avec lui en juin, alors qu'Azriel rentrait en Angleterre. Deux mois de passion, de bonheur, de petit travail dans un café pour quoi? Pour finir par découvrir qu'il n'était qu'un coureur de jupons... sa vengeance avait été forte et elle était revenue, cœur brisée mais sans regret. Cela l'avait épanouie et donné une leçon. Il avait été sa preuve qu'elle avait oublié son amour maintenant crevé dans l'oeuf pour Manu.

Le jour où elle était arrivé à sa porte après un an avait été une très belle journée et surtout une révélation. La Izlaya, un peu timide, fière, cynique, pleine de classe et de grâce était revenue, mais maintenant, on le voyait dans ses yeux et dans sa gestuelle qu'elle s'en rendait compte. Oui elle avait enfin pris confiance en elle, en son potentiel physique et ça avait provoqué un énorme changement au niveau du charisme. Ce jour avait honnêtement été fabuleux avec lui.

Au final avec toutes ces pensées, Iz n'avait pas continué à étudier et, dans un flot de souvenirs, n'avait pas vu le temps passer. Lorsqu'elle releva ses yeux émeraudes brillants, Manu arrivait à grandes enjambées. La jeune femme se leva d'un seul bond, comme poussée par son instinct. Son livre tomba sur la douce couverture et son corps athlétique, qui avait perdu ses poignées d'amour de l'été s'élança de lui-même vers le gallois. Son grand con de Gallois à elle.

- Manu! Tu m'as énormément manqué!

La jeune femme l'enserra dans ses bras avant de se reculer un peu. Elle fixa les yeux, de la même couleur que les siens, de son meilleur ami et l'embrassa chaleureusement sur la joue. Il était beau, très beau même. Elle se recula et replaça son pull over en cachemire gris pâle et son jean blanc cassé. Iz toussota, prête à lui expliquer pourquoi elle l'avait à peine vu depuis Octobre passé.

- Tu sais, je m'excuse si on me s'est presque pas vu depuis tout ce temps... je... j'avais seulement besoin de me remettre et reprendre la première année m'a stressée. Enfin, tu m'as manqué, mais c'était tout simplement hors de mon contrôle... j'ai si peur que tu m'en veuilles...

Elle le serra une fois de plus, un peu plus fort cette fois, les yeux émus. Son odeur, ses yeux, son sourire et sa voix lui avaient manqué. L'ex-serdaigle n'en revenait même pas d'avoir pu vivre sans la présence de son meilleur ami pendant si longtemps et la honte rosissait son visage couleur pêche. Néanmoins la joie gardait ses yeux lumineux.

- Sinon, Comment ça va? Quoi de neuf depuis le temps?

D'un gesete leste, elle replaça ses livres et lui proposa de s'asseoir sur la couverture pour discuter un peu. Oui bon elle l'avait appelé pour qu'il l'aide à étudier et Izla le savait bien, mais ça pouvait attendre un peu! Non?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Invité
  • Invité
MessageSujet: Re: Après-midi entre vieux amis [PV manu][TERMINÉ]   Ven 28 Oct - 7:31:40

Putain qu’il était stressé, cela n’avait absolument aucun sens. Son regard d’émeraude fixé dans la glace, il observait son visage alors qu’il tenait celui-ci entre ses doigts. Comme s’il cherchait autre chose à changer, comme s’il n’était pas encore totalement satisfait de son apparence. Avait-il choisi des vêtements appropriés? Sa coiffure était-elle correcte? Avait-il mis un peu trop ou pas assez d’eau de toilette? Tant de questions… Et pourtant, il se sentait affreusement ridicule de se les poser. Il n’allait pas à la rencontre de sa future fiancée, il ne s’agissait pas d’une entrevue pour un emploi. Non, aujourd’hui, il allait retrouver sa meilleure amie. Et elle l’accepterait peu importe ce qu’il avait sur le dos. Mais il trouvait ça important, lui. Un jean foncé, typique du Manu habituel, et un pull gris foncé aux bordures noires et aux manches trois-quarts, rien de bien impressionnant. Mais ce pull et ces jeans étaient particulièrement bien ajustés à sa silhouette athlétique. Probablement que Izlaya lui ferrait une remarque comme quoi il ne mangeait pas assez et qu’il s’entraînait trop. Ce qui n’était qu’à moitié vrai, c’était vrai qu’il s’entrainait trop. Son alimentation était tout à fait équilibrée, pas de remarque à faire là-dessus. D’ailleurs, il serait presque temps de manger mais son estomac ne lui permettrait pas. Il était beaucoup trop anxieux. Le beau brun soupira une dernière fois, glissa ses doigts dans ses cheveux pour ajuster un peu sa coiffure puis laissa son pouce effleurer sa mâchoire; il s’était laissé un peu de barbe, juste assez pour que ça pique.

Le Gallois avait quitté son appartement avec ses livres et ses notes de magie noire dans son sac; après tout, c’était la raison principale que sa meilleure amie lui avait donnée pour le voir. Il devait s’avouer que cela l’avait un peu déçu. Cela faisait si longtemps qu’ils s’était vus, presque un an. Et tout ce qu’elle cherchait à lui demander, c’était s’il pouvait l’aider avec ses devoirs pour un cours dans lequel il était calé. Mais bon, c’était mieux que rien. Il préférait la voir dans un contexte scolaire plutôt que de ne pas la voir du tôt. Et il savait pertinemment que les dernières années avaient été particulièrement délicates pour elle. Jamais Emmanuel n’aurait osé pousser sa Serdaigle favorite hors de sa zone de confort. Il l’avait attendue. Comme il l’avait fait lorsqu’elle était partie pour l’Italie. Leur amitié transcendait toutes ces notions. Il n’avait jamais cessé de penser à elle, d’espérer qu’elle aille bien et que, quelque part, à un certain moment, elle pense à lui.

Manu transplana vers l’université, atterrissant dans le hall. Parfait, ainsi il pourrait prendre encore quelques minutes pour calmer son rythme cardiaque assourdissant. Bloody Christ, il devait apprendre à se calmer… Il prit une grande inspiration et se dirigea d’un pas confiant en direction du parc, saluant sur son chemin quelques personnes. Ça avait au moins l’effet de le calmer, de lui changer les idées. Il ne voulait pas qu’elle voit dans quel état elle le mettait après tout. C’était une question d’orgueil. Notion idiote, mais tout de même, elle était là. Iz savait bien qu’il était comme ça, de toute façon. Il arriva finalement dans le parc, son regard d’émeraude balayant le paysage ensoleillé et coloré du regard. Puis il la vit, étendue sur une couverture bleue, belle comme jamais. Cela le fit sourire. Elle était plus en forme que la dernière fois qu’il l’avait vue, c’était rassurant. Il connaissait son implication avec l’Ordre et il savait qu’elle avait été grandement marquée par cet évènement de sa vie, il donc normal que sa mine était plus basse durant les années du règne du Lord Noir – c’était le cas d’un peu tout le monde, après tout. Mais il l’avait vue dépérir, se flétrir durant ces mois difficiles et cela l’avait terrorisé. Elle était si belle lorsqu’elle souriait. À ce moment-là, où les rayons du soleil s’étendaient délicatement sur son visage à la moue un peu lunatique, elle était sublime. Cela lui arracha un sourire.

Puis elle le remarqua; sa tête se leva et ses yeux se mirent soudain à briller. Elle semblait aussi heureuse de le voir que lui. Le beau brun lui rendit son sourire et accéléra légèrement le pas – en retenant le plus possible son envie de courir dans sa direction – et au même moment, elle se leva à son tour pour venir à sa rencontre. Mais il ne pouvait plus résister; son sac toujours pendu à son épaule, le Gallois recueilli Izlaya dans ses bras et la fit doucement tourner tout en la serrant contre lui. C’était l’un des meilleurs câlins de sa vie. Ils se serraient si fort, si tendrement, qu’on les aurait cru soudés. Et sa voix, sa voix! Comme du miel.


« Putain de merde Izlaya Cummings, ne me refait plus jamais ça, promets-le moi… Tu restes, cette fois. », souffla-t-il à son oreille alors qu’il la redéposait doucement sur l’herbe.

Il la regarda attentivement, son genre de sourire niais n’arrivant pas à quitter ses lèvres, et se risqua même à glisser l’une de ses mains dans sa chevelure foncée, l’autre retombant calmement au côté de son corps. Emmanuel répondit tout aussi tendrement à son baiser, faisant même exprès pour que sa barbe lui effleure la joue, puis engouffra ses deux mains dans ses poches. Un peu nerveux, le Manu.


« Je sais, arrêtes, tu n’as pas à t’expliquer. Comme je te disais, je t’interdis juste de repartir, c’est tout. Mais tu es toute pardonnée. Comment résister à ce sourire de publicité moldue pour un dentifrice? »

Il avait conclu sur un note taquine, comme pour l’assurer qu’il n’y avait là aucun problème. Car hormis leurs élans d’affection, c’était bien ça la nature de leur relation. L’ancien Poufsouffle profita une autre fois de l’étreinte de sa meilleure amie, ses bras retrouvant leur aise enlacés autour de sa taille, puis il s’avança avec elle vers la couverture où étaient étalés quelques livres. Le beau brun déposa son sac aux côtés du matériel bleu et s’y assied en tailleur, face à elle. Ce qu’il y avait de neuf depuis un an? Eh bien…

« Oui, ça va très bien. Ça va mieux, en fait, la dernière fois que nous nous sommes vus j’étais en mode asocial et j’abusais un peu de… des… des bonnes choses de la vie, quoi. Mais les excès se sont calmés. Et puis, depuis un an… » Le jeune homme marqua une pause, réfléchissant un instant. « Bah c’est la dernière année de mon cursus, ensuite j’entre sur le marché du travail, mon dossier est déjà à l’étude au département des Mystères. J’ai repris contact avec quelques anciens de Poudlard, ça m’a fait du bien. La famille va bien, la santé va bien… Et côté fille, ça se stabilise. »

Il n’osait pas en dire plus que cela, si elle était curieuse, elle n’aurait qu’à lui poser des questions. C’était un sujet qu’il avait toujours un peu de mal à aborder avec elle sans nécessairement savoir pourquoi. Il préférait juste ne pas s’étendre sur ce sujet avec elle, profiter du temps qu’ils avaient ensemble.

« Et toi, Miss? Comment va la vie? Tu rayonnes, d’ailleurs, je dois te dire. J’ai presque fondu sur place. Imagine, tu n’aurais pas eu le temps de me demander pardon. »

Puis il ponctua sa phrase d’un clin d’œil. Comme si seulement quelques heures s’étaient passées depuis la dernière fois qu’ils avaient passé un après-midi ensemble.
Revenir en haut Aller en bas
  • Izlaya Cummings
    • Nombre de messages : 155
    • Age : 28
    • Date d'inscription : 20/09/2009

    • Pensine
      Statut sanguin: inconnu, prétendue née moldue
      Baguette magique: 29,8cm, Poirier, Plume de phénix, moyennement souple
    avatar
  • Membre de la Brigade de Police Magique Membre de la Brigade de Police Magique
MessageSujet: Re: Après-midi entre vieux amis [PV manu][TERMINÉ]   Lun 31 Oct - 5:34:58

Leur premier calin depuis 11 mois était l'un des meilleurs qui puisse avoir été fait un jour dans tout le monde magique. Il la faisait doucement virevolter à quelques centimètres du sol et même si il n'Avait pas fait cela elle aurait quand même eu la sensation qu'elle planait. Tout ça était amical, certes, mais aussi fusionnel, comme deux partie de ces petits colliers BFF qui s'emboitent si parfaitement. Elle ne voulait plus le quitter comme ça, dépressive ou non, elle n'y arriverait plus, c'était écrit dans le ciel maintenant.

- Putain de merde Izlaya Cummings, ne me refait plus jamais ça, promets-le moi… Tu restes, cette fois. murmura-t-il a son oreille en la reposant par terre.

Onze mois, onze long mois et encore, il semblait que le courant de leur pensées était encore aussi parallèle qu'autrefois.

- Je te le promet. Je te le jure même. Tu sais que j'voyage beaucoup... mais j'te laisserai plus jamais comme ça, c'est assuré!

Sa voix se brisa dans l'air. Elle aurait pu pleurer de joie, mais Iz était doté de ce même orgueil dont Manu faisait preuve pour ne pas agir de la même manière que la lueur euphorique qui semblait animer ses prunelles. C'était comme revoir une moitié de vous après l'avoir crue morte. Mais bien sûr, c'était elle-même que Iz avait crue morte. Elle poussa un très petit soupir de soulagement. C'était si bon de ravoir son meilleur ami des 11 dernières années avec elle, que le goût que cela lui laissait semblait presque interdit. Manu passa une de ses mains dans la longue chevelure d'ébène d'Izlaya en lui donnant à son tour un baiser sur la joue, érafflant gentiment la joue de la jeune femme de sa barbe de quelque jours à peine. Pendant une seconde, elle profita pleinement de la bouffée de réconfort que cela lui donnait de savoir que ça n'était pas qu'une illusion, qu'il était bien là. Il était bien là et nerveux, le pauvre à le voir fourrer ses mains dans ses poche.

Après qu'elle se fut excuser de sa si longue absence de la vie du brun il fit, comme le meilleur ami qu'il avait toujours été fi du fait que ça n'avait pas été un comportement des plus exemplaire et la pardonna de fait, ce qui eut le don de la soulager comme pas permis et de la faire rire, lorsqu'il compara son sourire à une pub de dentifrice.

- Avec beaucoup de volonté, mais tu sais bien que j'ai annihilé la tienne voilà longtemps. dit-elle en pressant son doigt sur le bout du nez de manu en riant.

Il l'enserra une nouvelle fois, par la taille et elle se colla à lui dans une ambiance des très conviviale et sympathique. C'était bon de retrouver ses vieilles taquineries dont elle ne se lasserait certainement jamais et de ravoir l'odeur enivrante de son meilleur ami qui l'enrobait chaleureusement.

Une fois le sac du grand brun déposé et tous les deux assis Izlaya lui avait demandé comment il allait depuis le temps. Elle ne l'avait pas posé dans le style "je-meuble-la-conversation-je-me-fous-de-ce-que-tu-peux-répondre" mais plutôt dans le genre "mais bon sang, qu'est-ce que j'ai bien pu rater de lui pendant onze putain de mois!!!", tout ce temps, cette question lui avait turlupiné l'esprit. Elle s'était souvent, voire toujours demandé ce qu'il pouvait bien advenir de lui, s'il allait bien... Azriel lui assurait que oui, mais n'extrapolait pas, surement pour tenter de la pousser à revenir vers la civilisation. C'était pas à mal, il n'était pas méchant et ne voulait pas la torturer, mais Az était de ceux qui faisait tout et n'importe quoi pour aider les gens qu'il aimait et Iz ne pouvait pas lui en vouloir à c'grand con de jumeau.

- Oui, ça va très bien. Ça va mieux, en fait, la dernière fois que nous nous sommes vus j’étais en mode asocial et j’abusais un peu de… des… des bonnes choses de la vie, quoi. Mais les excès se sont calmés. Et puis, depuis un an… Bah c’est la dernière année de mon cursus, ensuite j’entre sur le marché du travail, mon dossier est déjà à l’étude au département des Mystères. J’ai repris contact avec quelques anciens de Poudlard, ça m’a fait du bien. La famille va bien, la santé va bien… Et côté fille, ça se stabilise.
- Wow, j'en ai manqué tant que ça? Enfin... j'te souhaite bonne chance pour le département des mystère et... côté fille ça se stabilise tu dis? T'en a une en vue genre... sérieusement?

Iz n'eut même pas besoin qu'il réponde de vive voix, l'éclat qui passa dans les yeux du jeune homme était rare, mais sincère. C'était un oui des plus sérieux.

- Et elle est gentille au moins j'espère! Et pi elle disparait pas subitement comme moi, ou ton ex dont j'me souveins plus trop le nom? Tu me la présenteras quand tu seras prêt hein, j'dois donner ma bénédiction moi!

L'ancienne serdaigle eu un léger rire. Il était comme ça, avec elle, chaque fois qu'elle avait eu un copain et elle ne voulait pas rater la quasi unique occasion de lui rendre la pareille, pour sûr! Et puis, pour l'identité de la jeune femme, ça pouvait bien attendre, elle ne voulait pas le brusquer. Si il avait été prêt à en parler il lui aurait dit sur le coup, et... elle non plus ne se sentait pas tout à fait prête à connaitre le nom de la fille qui aura conquit une bonne fois pour toute le coeur du Candy Killer Gallois... Pas qu'elle fut encore amoureuse mais tout de même... il y avait encore une légère tension, comme une incertitude, un goût amer de "Et si" qui planait dans l'air chaque fois que les amours de Manu étaient abordées... Et si je lui avait dit que je l'aimais? Et si je lui avouait que je l'ai déjà aimé? Et si? Et si? C'était pourtant des questions que la jeune femme évitait à tout prit et cette fois n'en fut pas différente. Elle balaya ses pensées d'un coup de vent et reporta son attention sur la voix d'Emmanuel, qui s'élevait une fois de plus dans l'air.

- Et toi, Miss? Comment va la vie? Tu rayonnes, d’ailleurs, je dois te dire. J’ai presque fondu sur place. Imagine, tu n’aurais pas eu le temps de me demander pardon.
- Hé bien, merci! Dit-elle en souriant. Je vois que t'es encore aussi beau parleur, jouvencelle en vue ou pas! Elle marqua une pause et lui fit un clin d'oeil. Pour ce qui est d'aller, je vais assez bien, pour moi, pas personne en vu. J'fais ma deuxième année après avoir reprit ma première au complet, Az se sert souvent de moi pour ses pratiques de quid... j'm'en plains pas, ses amis sont canons. Quelques aventures à travers tout ça mais sinon pas grand chose... Berk, je deviens aussi ennuyeuse que le professeur Binns, tu dois m'sauver, tu vois?

La jeune femme lui fit un sourire taquin avant de se pencher vers son sac, oubliant un peu son décolleté et Manu qui l'en taquinerait surement. Bon... comment allait-elle aborder le fait que l'après midi d'études était un peu un prétexte? Elle préféra passer à un autre sujet avant d'aborder celui de "l'étude".

- D'ailleurs en parlant de quid j'ai une surprise pour toi! Elle sortir un cognard un peu usé. J'ai apprit de Azriel qui était ton joueur préféré, et je l'ai rencontré alors qu'il venait chercher son petit frère à une de nos pratique. Il était des plus... sympathique. Izla eu un sourire charmeur... oui bon ils avaient flirtés, quoi! Et il l'a signé, pour toi.la noiraude marqua une pause pour admirer la réaction de l'ancien capitaine de Pouffy. Bon... pour l'aide en magie noire... j'aurais surtout une question... t'aurais pas un endroit ou même toi même des livres sur la magie noire de mésopotamie?? j'en ai pas trouvé qui vaille la peine à la bibliothèque... enfin j'ai ptêtre seulement mal regardé...

Ou plutôt pas regardé du tout. Manu avait été sa première idée et donc elle s'était un peu foutue du reste. Et il devait bien savoir que si elle avait vraiment voulu chercher dans les livres, elle se serait démerdé toute seule, par orgueil de bleue et bronze. Et puis lui en voudrait-il qu'elle lui ait sortit un prétexte dans la simple idée de le voir? Il passerait peut-être de la déception à la joie, dans ce cas! Et peut-être même lui apporterais-t-il des réponses qu'elle n'avait pas encore... au sujet de la magie noire, bien sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Invité
  • Invité
MessageSujet: Re: Après-midi entre vieux amis [PV manu][TERMINÉ]   Lun 31 Oct - 20:11:22

On se serait vraiment cru à Poudlard. Il régnait dans l’air un sentiment d’insouciance et de paix d’esprit qui ne s’était pas fait sentir depuis longtemps entre ses deux jeunes gens. C’était comme si le pire était passé et que, finalement, ils pouvaient profiter du moment et de la compagnie de l’autre moitié de ce binome légendaire. Car, de leurs années de Quidditch, on parlait toujours de l’étrange rituel qui unissait la poursuiveuse de Serdaigle et le Capitaine de Poufsouffle. Littéralement, après chaque match (que l’un ou l’autre joue, ou encore qu’ils jouent l’un contre l’autre), ils se rencontraient au beau milieu du stade, avec une couverture dans le même genre que celle sur laquelle ils étaient assis à ce moment même, et savouraient un petit repas, gracieuseté de Manu-le-voleur-des-cuisines-de-l’école. Il lui suffisait de s’y glisser avant de match, de tout mettre dans des plats auto-chauffants et de les garder dans son sac jusqu’à la fin du match. Après les douches, ils se rencontraient au milieu du stade, étendant leur couverture et se délectaient de chaque bouchée et chaque seconde passée en compagnie de l’autre. C’était leur petit plaisir rien qu’à eux – et de toute façon, personne n’avait jamais osé demander à s’y joindre, pas même le frère d’Izlaya. C’était comme ça. Bon, à ce moment-là, ils n’étaient pas au stade de Poudlard, la couverture n’était pas la même, et il n’y avait pas de festin à dévorer, mais ils étaient ensemble et Manu n’avait pas négligé d’amener son habituel grand sac rempli de bonbons de toutes sortes.

D’ailleurs, Manu était en train de sortir ledit sac de friandise lorsque Iz réagit à sa tentative d’esquive du sujet de ses amours. Il avait échoué, bien entendu, il devait s’y attendre. Non seulement Izlaya était capable de le lire comme un livre ouvert, mais lorsqu’il s’agissait de parler des filles dans la vie d’Emmanuel, elle avait un réel radar. Il ne savait pas trop ce qui permettait à son amie de voir à travers son jeu. Était-ce lui qui manquait de subtilité et qui affichait trop clairement ce qu’il ressentait, ou bien c’était elle qui avait un talent fou pour détecter les moindres changements dans ses taux d’hormones? Peut-être un peu des deux. Car autant le Gallois ne laissait que très peu de gens dans son intimité, Izla y avait un accès illimité. Il ne gardait aucun secret d’elle, parce que les rares fois qu’il avait essayé, elle les avait découverts presque aussitôt. C’était à la fois intimidant et rassurant de savoir que l’on a quelqu’un qui peut nous lire avec autant de facilité – surtout si cette personne veut notre bien.

L’étudiant leva un regard mi-timide, mi-rêveur à sa meilleure amie lorsqu’elle lui demanda s’il avait quelqu’un de sérieux en vue. Cette hypothèse – qui était d’ailleurs très juste – devait sans doute étonner Izlaya. Car elle ne se pointait pas souvent, et elle en savait un brin. Le Gallois n’avait été sérieusement amoureux que trois fois dans sa vie. Victoria du temps de Poudlard, Lucy Ann durant quelques années à l’Université et puis maintenant, Elanor. Il se souvenait très clairement de sa première peine d’amour, en fin de sixième année, lorsqu’il avait appris que Vicky ne l’avait jamais vraiment aimé et qu’elle s’était jouée de lui depuis le début. Izla avait été là pour ramasser les morceaux – et faire des menaces de mort à la sale Vipère qui avait osé arracher le cœur à son ami. Sans elle, ce deuil aurait été beaucoup plus difficile. Elle avait été là pour lui lorsque Lucy Ann était partie, mais c’était Manu, cette fois, qui s’était éloigné, trop blessé pour confronter ses problèmes. Il s’était réfugié dans une autre relation, des plus particulières et légèrement malsaines, avec son autre très bon ami, Cadfael. Et ça, il n’en avait que très peu discuté avec sa meilleure amie, juste par principe. Pas qu’il n’était pas fier – il avait toujours eu une attirance physique pour d’autres mecs – mais ce qui lui faisait honte, c’était de s’être servi de cela pour passer par-dessus sa peine de Lucy. Entre ses trois amours, il avait eu plein d’aventures sans lendemain, mais il ne s’attachait jamais. Puis maintenant, après un peu plus de deux ans, il se retrouvait. Le cœur battant la chamade, son esprit hanté par le visage de la femme qu’il aimait, et l’impression qu’il avait toujours un sourire de collé aux lèvres.

Il s’apprêta à lui répondre que son ami enchaînait, en lui disant qu’il devait la lui présenter pour lui accorder sa bénédiction. Cela le fit rire doucement alors qu’il prit une petite poignée de vers en gelée du sac de bonbons, en glissant un dans sa bouche et le mâchouillant doucement.


« Eh ben… Tu la connais déjà, en fait. Elle était aussi très active dans l’Ordre. C’est… C’est Elanor. »

Il savait qu’il n’avait pas besoin d’en dire plus. Les deux jeunes femmes se connaissaient bien sans être de super bonnes amies. Il se demandait bien, d’ailleurs, quel serait l’avis de son amie à propos de son choix, ils ne s’étaient jamais vraiment encore parlé d’Ela. Même si son attirance pour la slave datait du tout début de sa scolarité à l’UMA, il ne lui avait jamais mentionné. Et puis il ne voulait pas commencer aujourd’hui, parce qu’il savait qu’il pourrait commencer à raconter des tonnes de trucs et avoir l’air complètement idiot avec cette fichue lueur amoureuse au creux des prunelles. Il ne voulait pas imposer cela à Izlaya. Les deux meilleurs amis passèrent bien vite à un autre sujet de conversation lorsque Manu demanda à l’Anglaise ce qui était de ses propres histoires. Des aventures ici et là? Il se souciait toujours un peu d’elle lorsqu’elle parlait de cela mais c’était une grande fille, et il savait très bien qu’elle n’hésiterait pas à venir chercher de l’aide si elle en avait un jour besoin. Il se contenta de lui jeter un coup d’œil du genre « J’espère au moins que tu fais attention » puis rit à sa dernière remarque.

« Ennuyeuse? Mais pas du tout, il faut bien que l’on s’assagisse éventuellement, j’imagine que de ton côté ça commence. Jusqu’à ce que tu te trouves un beau joueur de Quidditch avec de gros bras qui te ferra rêver. Ce qui vient ensuite, je préfère ne pas le savoir, mais on peut deviner, n’est-ce pas? », lui dit-il en ponctuant sa phrase d’un clin d’œil.

Le Gallois regarda sa belle amie se pencher vers son sac, sans oublier de loucher discrètement vers son décolleté, mais se dit qu’il était peut-être déplacé de pousser sa taquinerie un peu plus loin – enfin, pour l’instant. S’ils avaient été quelques années plus tôt, il aurait pendu son doigt au tissu de son col pour l’abaisser encore plus et aurait fait un commentaire sur son soutien-gorge, mais onze mois d’absence, même pour les meilleurs amis du monde, ça remet les choses en perspective. Mais le visage du jeune homme s’éclaira aussitôt en voyant le cognard que la demoiselle tenait dans ses mains. Et cette signature, il la reconnaissait! Omaigod omaigod omaigod omaigod omaigod omaigod!!! Le Gallois retint ses expressions de joie d’une morsure bien placée à l’intérieur de la joue, se contentant de sourire comme un idiot, et prit le cognard dans ses mains, observant la signature d’un air rêveur. Ça serait trop beau près de son balai et de sa batte, au-dessus de sa télévision à l’appartement.


« Gosh, merci beaucoup Iz, tu sais pas à quel point ça me fait plaisir! Je te revaudrais ça, c’est promis », dit-il en se penchant vers elle pour lui donner la bise avant de ranger précieusement l’objet dans son sac.

Bon, revenons aux choses sérieux… Ils étaient là pour parler de Magie Noire à la base, non? Le Gallois écouta attentivement la question de son amie et sourit doucement. Avant même qu’elle n’eut le temps de terminer sa question, Manu avait sorti un gros livre de son sac. Il le déposa sur la couverture, face à Izla, son titre doré rayonnant un peu au soleil « Histoire de la Magie Noire dans les sociétés antiques ». On voyait aussi quelques petites feuilles colorées qui ressortaient du début du livre. Habilement, le jeune homme ouvrit une page; c’était exactement ce dont Izlaya parlait.


« Faut pas oublier que je passe une partie de mon temps libre avec le prof, hein. Il m’a informé du contenu de votre cours et j’ai trouvé ça dans un de mes livres. Donc ici, tu as l’historique, ensuite, par là, les rituels et puis finalement, à la fin du chapitre… l’impact sur la magie noire aujourd’hui », avait-il dit en tournant les pages au fur et à mesure qu’il citait les différentes sections.

Il leva ensuite les yeux vers elle et lui adressa un grand sourire.


« Mais si tu as des questions plus précises, n’hésite pas, je suis là pour ça. Et pis je me débrouille pas mal, j’ose croire que ce n’est pas pour mes beaux yeux que le prof m’a choisi comme stagiaire. »
Revenir en haut Aller en bas
  • Izlaya Cummings
    • Nombre de messages : 155
    • Age : 28
    • Date d'inscription : 20/09/2009

    • Pensine
      Statut sanguin: inconnu, prétendue née moldue
      Baguette magique: 29,8cm, Poirier, Plume de phénix, moyennement souple
    avatar
  • Membre de la Brigade de Police Magique Membre de la Brigade de Police Magique
MessageSujet: Re: Après-midi entre vieux amis [PV manu][TERMINÉ]   Mer 16 Nov - 3:33:17

Elanor?!? Elanor Levika?!? Bien sûr elle la connaissait. Pas énormément, mais assez pour savoir qu'elle était une femme digne de ce nom. Il avait bien choisit ce bougre, cette fille était jolie, gentille et très intelligente à ce que Iz avait entendu.

N'allons pas nous méprendre, l'ex-serdaigle se trouvait ravie pour son meilleur ami... mais, il y avait ce petit pincement, ce sentiment de "j'ai-jamais-pris-ma-chance-je-le-regrette" et malgré que selon toute pertinence elle n'était plus amoureuse de lui, il y avait quelque chose qui, dans de très rare cas, faisait encore rater un battement à la demoiselle. Peut-être que ce sentiment ne la quitterait jamais? Assez inquiétante que l'idée de toujours ressentir la douce amertume et de ne jamais arrêter de fondre pour le gallois. Oui, il avait bien choisit sa compagne et cette dernière était fichtrement chanceuse de l'avoir…

Si seulement elle avait tenté le coup, en 6ème, avant que cette sale Victoria se pointe dans les parages. Avant qu'Eidan se pointe lui aussi. Victoria était une manipulatrice qui avait prit son meilleur ami comme proie - très TRÈS mauvaise idée de faire ça au proche d'un Cummings, d'ailleurs - et Eidan était le coureur de jupon bad boy qui l'avait totalement obnubilée avec ses grands airs cool, son regard perçant et sa prose. Deux connards de la plus pure tradition qui s'en prirent aux mauvaises personnes.

Quand Victoria avait plaqué Manu en mars et qu'il était venu se mourir de chagrin dans les bras de la serdaigle, elle l'avait soutenu, par contre dès qu'elle en avait eu l'occasion, l'ainée Cummings avait prit la salope à part et, dans une vieille classe, lui avait fait subir tous les sortilèges qu'Iz avait bien pu vouloir faire au cours de sa scolarité. Pour venger Manu, certes, mais aussi un peu pour se défouler. Eidan l'avait plaquée le soir même. Le lendemain matin fut aussi exquis qu'une glace en été. Elle était allée voir son si cher Pouffy à sa table alors que la connasse arrivait dans la grande salle, des plus amochée et lui susurra. «Tu sais, ta petite Vicky au fond, elle n'était pas si belle.» Puis avait pointé la "chose" qui entrait, avec un sourire démesurément satisfait. «Enfin, si elle l'était, elle ne le sera plus avant un bon moment tu en as ma parole! Et c'est signé Cummings, mon chou.»

Merveilleux souvenir. Enfin, plus que deux semaine après ça, où Emmanuel l'avait choppée à vider toutes les larmes de son corps, alors qu'elle se remettait encore d'Eidan qui en plus de lui brisé le cœur, l'avait trompée à de multiples reprises. Ça faisait déjà deux semaines et elle n'en avait toujours pas parlé à son pouffy, n'ayant pas voulu l'ennuyer. Il avait quand même réussit à la convaincre et vaincue, Izla avait tout avoué. La réaction qu'il avait eue en entendant l'histoire avait été épatante, comme si il avait été prêt à massacrer Eidan style Barbare scandinave (sexy, quoi Cool).

Son esprit sortit des brumes et elle reporta son attention sur son meilleur ami. Pourquoi ne pas approuver cette union si belle à voir, tiens.

- Elanor? Hé bien, voilà enfin un choix judicieux de ta part auquel je peux donner ma bénédiction!

Non mais sans blague, il était temps! Pas qu'elle n'avait jamais apprécié Lucy-Ann, mais la noiraude avait toujours eu le sentiment qu'un jour, Manu n'en sortirait pas indemne et Iz était enchantée qu'il ait trouvé chaussure à son pied. Par tous les centaures, le revoir prunelles brillantes et joues rosées, ça faisait du bien.

Lorsqu'elle lui raconta en gros sa vie, il lui tint une réponse des plus gentilles et elle ne pu s'empêcher de sourire. S'assagir? Elle avait toujours cru que cela n'arriverait pas avant la trentaine, mais sentait qu'il n'était peut-être pas dans le tort. L'avenir le lui dirait.

- Tsssk. Je suis encore dans la fleur et la folie de l'âge, je m'assagirai quand j'aurai quelqu'un avec qui l'être et en effet la suite je la devine très bien. conclu-t-elle d'un ton un peu pervers, les yeux faussement rêveurs.

Après quoi la jeune femme attrapa le cognard dans son sac, et avec un plaisir non-dissimulé, observa la réaction de son meilleur ami lorsqu'il le reçu. Dire qu'il était aux anges eut été un piètre euphémisme tant ses yeux brillaient et que son sourire béat réchauffait le cœur.

- Gosh, merci beaucoup Iz, tu sais pas à quel point ça me fait plaisir! Je te revaudrais ça, c'est promis
- Tu sais bien que ça me fais plaisir!
*Et pi si ça peut te faire oublier mon anniversaire…*

En effet, elle ne voulait pas qu'il se sente coupable d'avoir oublié, ou qu'il désire lui acheter un cadeau. Elle adorait peut-être qu'on fête son anniversaire, mais se faire offrir un cadeau par son meilleur ami alors qu'elle ne lui avait donné presque aucun signe de vie depuis 1 an?!? Les principes d'Iz le lui interdisaient formellement.

Enfin, le sujet de la magie noire fut abordé, et comme Izla avait pu l'espérer, son meilleur ami eut les réponses qu'elle cherchait. Comment avait-elle pu oublier qu'il était assistant au prof! Quelle idiotie de sa part. Des ses doigts, elle parcouru avec délicatesse la couverture du bouquin. Décidément, ce pouffy serait toujours l'homme de la situation, à n'en pas douter. Il lui montra ensuite les parties du livre à retenir et l'Anglaise décida qu'il serait plus utile qu'elle prenne des notes que de tenter de mémoriser tout sur le moment, la joie de revoir son ami annihilant la moitié de ses capacités mentales. Oh, et quoi de mieux pour perdre le reste desdites capacité que le sourire chaleureux que Manu lui faisait à l'instant.

- Mais si tu as des questions plus précises, n'hésite pas, je suis là pour ça. Et pis je me débrouille pas mal, j’ose croire que ce n'est pas pour mes beaux yeux que le prof m'a choisi comme stagiaire.
- Hmmm... Attends voir...

Izla prit la mâchoire de Manu entre ses doigts, fermement mais avec une infinie douceur. Ses yeux mi-clos, très concentrée, sa bouche prit une moue pensive et elle fixa son visage un instant, avant de fixer intensément les yeux émeraudes de son ami. Si le prof ne l'avait pas prit pour sa beauté, cet argument aurait néanmoins tenu la route! Il avait un visage qui aurait pu faire fondre n'importe qui, même un chinchilla! Lâchant sa mâchoire et donnant une légère tape sur sa joue, elle lui fit un énorme sourire et dit d'un ton et d'un air très pince-sans-rire.

- D'après moi, il y a surement un peu de tes beaux yeux dans tout ça. Diantre, l'aurais-tu ensorcelé?!?La jeune femme pouffa de rire et enchaina avec plus de sérieux. En fait, ça n'est pas une question que j'ai, mais plutôt une demande. Tu pourrais me laisser noter? C'est que honnêtement, je crois qu'on va en ravoir besoin et tant qu'à aller prendre une autre copie à la bibliothèque, je pourrais autant me dépêcher, prendre en note tout ça et on passera aux choses sérieuses genre... profiter du reste de la journée entre amis!

Très rapidement sourire aux lèvres, elle prit un parchemin et une plume magique – pas question de trainer un pot d'encre – et transcrit ce qu'elle avait besoin. Cela l'aiderait énormément dans son travail, pour sûr. En écrivant à toute vitesse, elle pensa à une question qui lui avait trotté dans la tête pendant longtemps, et qu'elle ne lui avait toujours pas posée. Comment allait sa famille? Izla ne les connaissait pas énormément, quoi que les fois où elle les avait vus, elle les avait tout simplement adorés et qu'importe tout ce que pouvait dire Manu, son frère était très gentil et mignon, na.

- Dis-moi, mon gallois favori d'entre tous, comment va donc ta famille? Tes sœurs vont bien? La dernière fois, elles revenaient à peine après la fin de Voldemerde. Et... ton frère aussi se porte bien?

Elle n'avait absolument pas un faible pour le frère de Manu, mais avait toujours peur que lui en pense autrement. Toutes les idées et inquiétudes que ce grand bêta pouvait se faire à propos des amours de la noiraude étaient imprévisibles, mais il était comme ça, et c'était bien ainsi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Invité
  • Invité
MessageSujet: Re: Après-midi entre vieux amis [PV manu][TERMINÉ]   Jeu 17 Nov - 4:35:30

Euh, mais…? Voyons, qu’est-ce qui lui prenait, à elle? Non sans échapper un petit bruit de surprise, le Gallois se laissa faire par son amie. Ses grands yeux verts maintenant légèrement écarquillés par l’étonnement fixaient d’un air perplexe ceux de la belle brune alors qu’il n’osait plus vraiment bouger. Pas que le contact des doigts fins d’Izlaya contre la mâchoire mal rasée était vraiment dérangeant. C’était juste que, après onze mois de longue absence, même l’amitié la plus solide et immuable subissait des changements. Il n’avait pas de doute que, après quelques semaines à se revoir plus régulièrement, tout serait redevenu absolument normal et qu’il ne sentirait plus cet étrange malaise à voir le visage de l’Anglaise aussi près du sien. Mais pour l’instant, il y avait cette tension particulièrement au creux de son ventre, ce sentiment d’être en train de mal faire. Il aurait été beaucoup trop facile pour l’un deux d’approcher son visage et d’embrasser l’autre. Il sentait le souffle de son amie contre ses joues… Mais la moue d’Izla changea lentement, jusqu’à en devenir caricaturale. Les lèvres pincées, les sourcils froncés, le regard perçant, comme si elle était en train de chercher quelque chose de façon exagérée. Non, il n’avait absolument aucun souci à se faire. Quel soulagement! Il n’aurait pas voulu de malaise dans cette relation qui lui était si précieuse. Histoire d’y mettre un peu du sien, le Gallois regarda un instant la belle d’un air tout aussi intense et, sans donner de signe d’avertissement, loucha à l’extrême, ses yeux pointés vers son nez, et tira sa langue. Cette idiotie lui permis de récolter une mini claque sur la joue et un grand sourire de la part de son interlocutrice. Manu lui rendit son sourire, accompagnant le tout d’un clin d’œil puis la laissa enchaîner avec sa requête.

La laisser prendre des notes? Mais certainement! De toute façon, malgré ses annotations dans son livre de cours, il y avait selon lui des choses qui manquaient de pertinence. Et puis, il n’allait certainement pas se priver de donner certains scoops à sa meilleure amie s’il pouvait en avoir! Bon, ça ne serait rien d’explicite, mais disons qu’il saurait comment l’aider à diriger son étude convenablement. C’est également pour cette raison que lui-même n’aurait pas à subir les interrogations et les examens pour ce cours-là, outre les rapports de stage et autres joyeusetés. Sans hésiter, le jeune homme hocha la tête et tendit le livre grand ouvert à Izlaya.


« Oh oui, vas-y, je t’en prie! Je veux juste t’indiquer que… » Emmanuel pointa un petit paragraphe, tourna deux pages puis en pointa un autre. « … ces deux paragraphes là, tu n’as pas à les retranscrire, ils ne sont pas vraiment importants. »

Une fois ses indications données, le Gallois fouilla dans les poches de son jean et en ressorti non sans un air triomphant son paquet de cigarettes. Il l’ouvrit lentement, prit une clope entre ses doigts et vint la poser entre ses lèvres. Dans un geste fluide, le beau brun pris sa baguette et, d’un sort imprononcé, fit sortir une petite flamme de l’extrémité de celle-ci, qui vint allumer le petit bâton de nicotine. Il en prit une longue bouffée, laissa l’air toxique emplir ses bronches puis s’étendit sur la couverture tout en expirant la fumée grise par ses narines. Petit plaisir coupable auquel il ne cédait jamais en présence d’Elanor. Il savait qu’Izla fumait encore plus qu’elle, il ne se sentit donc aucunement mal. Quelques minutes passèrent, un bras croisé derrière sa tête et l’autre naviguant entre son torse et son visage pour venir tirer sur la clope. Après un moment, son attention fut attirée par la voix de son amie qui lui demandait des nouvelles de sa famille. Et c’est à ce moment-là qu’il réalisa aussi qu’il avait complètement oublié de lui offrir une cigarette. Sans plus attendre, le brun sortit une autre cigarette du paquet qu’il avait laissé traîner et, sans demander l’avis de l’Anglaise, la lui glissa entre les lèvres et s’éleva sur ses coudes pour venir la lui allumer comme ils l’avaient toujours fait; il approchait le bout brulant de sa clope pour le coller à celui de son amie, le deux tirant ensuite dessus à répétition jusqu’à ce que la deuxième cigarette s’allume. Et soudainement, il ne ressentait plus du tout le malaise d’avoir son visage proche du sien. Une fois sa tâche de gentleman bien accomplie, il vint s’étendre à nouveau.

« Les filles vont bien. Ethel est en cinquième, toujours à Gryffy, et pis elle a un copain… William, qu’il s’appelle. Je t’avoue que ça me dépasse un peu, mais bon, elle ne pouvait pas rester ma toute petite pour toujours, j’imagine. Sally-Anne va bien, un peu perdue. Elle a quitté Poudlard et cette année, elle prend une année sabbatique avant de se diriger dans un métier. Et puis ton Joa-chéri est toujours célibataire, pas décidé, travaille toujours comme Oubliator au Ministère. Mais étrangement, il est devenu plus sympa lorsque les filles sont parties avec Papa et Maman. »

Le brun marqua une pause et ajouta sur un ton un brin mélodramatique, en se redressant pour être assis bien droit face à Izlaya.

« Tu sais que ça serait vraiment trop bizarre si tu devenais ma belle-sœur, hein? J’t’en prie, ne me fais pas ça! »

Le Gallois laissa son amie terminer sans ajouter plus de taquineries, fumant silencieusement en regardant autour de lui. Puis lorsqu’il entendit le livre se fermer, au même moment où il jetait sa cigarette terminée dans l’herbe à côté d’eux, ils décidèrent d’un commun accord – un regard leur suffit – qu’ils avaient passé suffisamment de temps à l’université pour la journée. Sans s’embarrasser de plus de cérémonie, le Gallois se redressa sur ses pieds, aida son amie à ramasser quelques trucs, et commença sa marche en direction de l’entrée du Campus, où ils pourraient transplaner.

Puis ça le frappa soudainement. Et dire qu’il était passé à deux doigts d’oublier complètement cet évènement suuuuuuper important. Le Gallois se figea aussitôt, arrêtant l’Anglaise dans sa marche d’une main sur son épaule et la regarda droit dans les yeux, avec un air presque accusateur.


« Et dire que tu allais presque me laisser oublier cela! Ça fait p’tet un an que nous ne nous sommes pas vus, mais c’est resté encré dans ma mémoire à long terme! Ton anniversaire c’est demain, non? »

Dans un geste exprimant à la fois son regret de ne pas y avoir pensé avant cela et la hâte de pouvoir en faire quelque chose, Emmanuel vint passer l’un de ses bras autour des épaules de sa meilleure amie, attendit qu’elle lui agrippe la taille, puis reprit sa marche en direction de la sortie.

« Tu ne t’en sortiras pas de sitôt, Cummings! Ce soir, toi et moi on sort. Et c’est ma tournée. N’essaie même pas de refuser, tu ne gagneras pas. »
Revenir en haut Aller en bas
  • Izlaya Cummings
    • Nombre de messages : 155
    • Age : 28
    • Date d'inscription : 20/09/2009

    • Pensine
      Statut sanguin: inconnu, prétendue née moldue
      Baguette magique: 29,8cm, Poirier, Plume de phénix, moyennement souple
    avatar
  • Membre de la Brigade de Police Magique Membre de la Brigade de Police Magique
MessageSujet: Re: Après-midi entre vieux amis [PV manu][TERMINÉ]   Dim 18 Déc - 10:03:55

Iz continuait de transcrire les paragraphes de magie noire en omettant ceux que Manu lui avait indiqués quand elle sentit une cigarette venir se loger entre ses lèvres. Et tout le monde sait qu'une cigarette ne vient pas à votre bouche d'elle-même, même si vous êtes le pire accro de cette planète. L'étudiante porta son regard vers Manu qui s'approchait vers elle pour faire ce qu'ils avaient toujours fait ensemble; l'un allumait la cigarette de l'autre avec la sienne. Cette proximité avec Manu en aurait mit plusieurs en état de choc, ou les aurait fait défaillir, mais pas Iz, elle était plus résistante et surtout, habituée. Non seulement à la proximité de Manu, mais à celle de plusieurs canons.

- Les filles vont bien. Ethel est en cinquième, toujours à Gryffy, et pis elle a un copain… William, qu’il s’appelle. Je t’avoue que ça me dépasse un peu, mais bon, elle ne pouvait pas rester ma toute petite pour toujours, j’imagine. Sally-Anne va bien, un peu perdue. Elle a quitté Poudlard et cette année, elle prend une année sabbatique avant de se diriger dans un métier. Et puis ton Joa-chéri est toujours célibataire, pas décidé, travaille toujours comme Oubliator au Ministère. Mais étrangement, il est devenu plus sympa lorsque les filles sont parties avec Papa et Maman.
- Oh, beaucoup d'changements alors à c'que j'vois!

Iz contenait de montrer sa stupeur. Ethel avec un copain? Sa Tethel chérie? Bon sang, c'était quelque chose! Izla ne manquerait pas de lui en parler lorsqu'elle la reverrait, c'était un évènement à fêter autour d'une bière-au-beurre et de retrouvailles! Et puis Joachim, ne serait-ce qu'un peu sympa avec MANU? La guerre change un homme, mais à c'point-là on pouvait se demander si il n'y avait pas eu œuvre du saint-esprit. Bien sûr Joa avait toujours été une perle avec Iz, mais elle savait qu'il n'en était pas ainsi avec Manu et à quelque part, ça la mettait en rogne. L'ainé Perks devait le savoir car il semblait porter une attention particulière à ne pas se montrer trop désagréable envers Emmanuel lorsqu'Izlaya était là. Il faisait mieux d'ailleurs. Il était bien gentil le Jojo, mais Iz connaissait assez bien Manu pour savoir qu'il ne mentait pas sur son compte et c'est ce qui l'avait toujours empêchée de totalement tomber sous son charme terrible, don inné de famille, se dit l'Anglaise, à s'en mettre la main au feu. Manu fut quand même celui qui l'extirpa de ses pensées, s'étant redressé et lui faisant face.

- Tu sais que ça serait vraiment trop bizarre si tu devenais ma belle-sœur, hein? J’t’en prie, ne me fais pas ça!
- Q-quoi?!? Iz poussa un rire fort, honnête, franc. Il est bien mignon Joa et j'trouverais bien drôle de faire partie de la famille, mais pas à ce point!

Et puis il n'est pas Manu. Elle était certaine de ne jamais tomber sous le charme de Joachim, mais s'il avait été comme Manu de caractère, elle n'aurait pas su dire. Son ton n'avait pas laissé la jeune femme à être portée à croire qu'il ne blaguait pas, mais lui avait quand même répondu la vérité, par pure précaution. Elle fini enfin sa transcription et ils n'eurent besoin que d'un regard pour comprendre que leur temps ici était fait et qu'il était temps de voguer vers d'autres lieux, plus propices aux retrouvailles de deux meilleurs amis. Justement, son meilleur ami l'aida à se relever, l'aida à tout renfourguer dans son sac et ils commencèrent leur marche vers le seul endroit où il était permis de transplaner, l'entrée du campus.

Ils marchaient, bien pénards, quand tout à coup, Manu stoppa la noiraude et la toisa d'un regard apparenté au papa qui reproche à sa fille d'avoir brisé le vase ming. Elle sentait sa main chaude sur son épaule, néanmoins, elle sentit presque l'air se glacer autour. Avoir un regard dans ce genre ne la dérangeait de personne, sauf lui – et son jumeau, bien sûr – elle n'aimait pas avoir le sentiment qu'elle aurait pu faire quelque chose qui le contrarie.

- Et dire que tu allais presque me laisser oublier cela! Ça fait p’tet un an que nous ne nous sommes pas vus, mais c’est resté encré dans ma mémoire à long terme! Ton anniversaire c’est demain, non?
- Non… tenta-t-elle de mentir en vain devant le regard inquisiteur de son ami.
- Oui.

Défaite totale et cuisante. 1 à 0 en faveur du Gallois. Oui, c'était sa fête le lendemain, mais il allait quand même pas… non…. si?... il allait dire quelque chose à la fin? Les secondes passaient pour des minutes et elle sentit en avoir attendu au moins une dizaine avant qu'il ne finisse par ajouter en entourant ses épaules de ses bras d'ex-Quidditcheur.

- Tu ne t’en sortiras pas de sitôt, Cummings! Ce soir, toi et moi on sort. Et c’est ma tournée. N’essaie même pas de refuser, tu ne gagneras pas.
- H-hein? elle resta interdite un instant avant de reprendre, prête à jouer le jeu? On vient vraiment de passer de : moment d'étude tranquille à Débauche façon Candy-Killer? Hé bien, je me vois dans l'obligation de refuser de manquer ça! elle lui lançait un regard empreint d'une fausse remontrance. Pff, toi, tu m'fais décidément faire c'que tu veux!

Ah ba si, il allait l'amener fêter. Et ce con, il savait qu'elle aimait fêter fort! Elle ne savait pas, pour sûr, dans quoi elle s'embarquait, mais avec Manu, pouvait-on le savoir? La réponse était très claire. Un non catégorique. Il savait animer une soirée de mille évènements et à quelque part, elle était ravie que son anniversaire soit fêté gracieuseté de son canon de meilleur ami. La suite au prochain épisode, comme on dit, sauf si bien sûr, l'alcool ne le lui faisait pas zapper.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Après-midi entre vieux amis [PV manu][TERMINÉ]   

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Miroir du Riséd :: Hors-Jeu :: Archives :: 1999-2000-