Partagez | .
 
 [Thème Deux] La Fiole piégée ou la longue fin de journée [MIS]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
  • Alan Desoya
    • Nombre de messages : 841
    • Age : 26
    • Date d'inscription : 17/01/2011

    • Pensine
      Statut sanguin: Né-Moldu
      Baguette magique: Bois de noyer noir, plume de phénix, 30 cm
    avatar
  • Médicomage Médicomage
MessageSujet: [Thème Deux] La Fiole piégée ou la longue fin de journée [MIS]   Mar 6 Sep - 17:10:09

* Titre : La Fiole piégée ou la longue fin de journée
* Thème choisi : Thème Deux, UMA
* Personnage(s) : Alan, "Honor Mac Tansey" , Lavande, Manu, and cie UMA peut-être...
* Résumé :

Alan est bien le premier à dire et redire sans cesse : "Faut toujours faire gaffe quand on traite des potions, n'acceptez rien de ce qui vous semble trouble d'une personne en laquelle vous n'avez pas confiance." Et bien, il va lui-même se faire avoir le temps d'une folle matinée par un cadeau empoisonné, qui va très rapidement pour lui tourner au cauchemard... comment va-t-il réussir à se dépêtrer de la situation ? Sur qui pourra-t-il vraiment compter ? Ses talents d'acteur vont-ils réellement donner le change alors qu'il est transformé le temps de quelques heures malgré lui en la fille qu'il a aimé jadis et déteste désormais ?

* Cadre : UMA principalement, campus
* Année : 1998/1999
* Complet : Oui

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Chapitre Un : Ne jamais faire confiance aux colis inconnus et embarras profond :

On était alors en Juin, alors que les cours allaient vers leur fin. Alan avait enfin terminé son épuisant rituel animagus et se remettait lentement des dures heures paniquées dans l'Allée des Embrumes en compagnie de ce maudit mage noir Jun. Vautré sur sa chaise de bureau, le futur deuxième année à l'UMA ou Université de Magie Avancée d'Angleterre regardait le plafond sans rien dire, songeant avec une noire mélancolie à ce qu'il avait dû laisser derrière lui pour enfin réussir à faire le pas en avant qu'il espérait depuis la fin des années noires. Le jeu en valait la chandelle, bien entendu, mais la vérité amère lui rappelait toujours avec un étrange remord CELLE avec qui il avait coupé les liens. Celle qu'il avait essayé de protéger par tous les moyens quand il avait apprit sa survie miraculeuse. Mais aussi...

"Celle qui m'a fait croire six mois durant qu'elle était morte. Celle qui m'a effacé la mémoire quand je venais à peine de la retrouver et accusait ses sentiments envers moi. Celle qui m'a collé un cuisant Endoloris en traitre. Espèce de sombre idiote, Honor ! J't'envie pas dans la situation où tu trouves actuellement, mais égoiste et trop fière que tu es, j'ai plus envie de t'aider ! Pourquoi est ce que tu me harcèles à ce point là par lettres ? Fiches moi la paix, d'accord ! La paix, je veux la paix !"

Il n'avait rien dit à Lavande, mais il avait gardé une certaine correspondance vénimeuse et acerbe, acide, avec l'ancienne verte et argent qu'il avait aimé, et qui maintenant ne voulait pas se remuer le derrière pour se tirer de la vie de SDF droguée et mêlée aux traffics de la rue. Elle le détestait désormais autant qu'il la détestait, l'amour qu'ils avaient pu avoir l'un pour l'autre, inavoué et repoussé, s'était noirci en haine la plus pure et la plus sombre. Il avait une très courte pause le midi avant les cours de soins avancés puis de potions avancées, mais n'avait pas eu très faim, alors à la place il s'était réfugié dans sa chambre. Il avait surtout envie d'une sieste, il était encore très fatigué par tout cela et ces récents ennuis. Puis il secoua vivement sa tête, ce n'était pas du tout une bonne idée, il allait être en retard au cours de Vawdrey, un de ses profs préférés, et ce n'était décidément pas une bonne idée, surtout envers ce professeur qui détestait les retards comme la peste noire. Que pouvait-il donc faire...

Son regard noir se posa sur des fioles reposant sur son bureau, la plupart d'entre elles vides et rincées soigneusement. Il aimait les potions et expérimentait souvent de nouvelles recettes, et depuis peu essayait de trouver un antidote plus efficace et plus préventif que correctif face à la terrible potion du Véritasérum, mais il n'avançait pour l'heure pas très vite tout en dépensant un nombre fou d'heures qui auraient pu lui servir à autre chose de plus utile. Mais il était bien déterminé à chercher, pas seulement pour chercher, mais surtout pour trouver un bouclier face à des sales types traitres comme leur prof de magie noire, Shun Mac Alrich, pouvait l'être en dehors des salles de cours et de l'aire de l'Université aux murs sobres des années trente. Deux seulement étaient encore pleines, et l'une au verre étrangement opaque qu'il avait reçu un peu plus tôt dans la matinée d'un expéditeur inconnu. Il ne l'avait pas encore analysée, ayant manqué de temps pour le faire, mais elle était accompagnée d'un petit mot constitué de lettres découpées dans un journal anglais :


Please take care of illusions,
Sometimes things are not exactly
What they seems to be, Alan...
But why don't you try to find out
What I am keeping below the glass ?
You are supposely the master of potions
Between us after all... so, try or try not ?


Une bien étrange missive qu'il avait rapidement détourné ainsi que la fiole en question. Il n'avait pas confiance. Cela pourrait très bien être un dangeureux poison. C'est alors qu'il s'appercu que l'heure tournait bien vite et qu'il devrait rapidement sortir du campus s'il voulait être à l'heure pour le cours, s'exclamant tout en saisissant d'une main son sac de cours et de l'autre la première potion lui venant en main, une potion censée être celle énergisante à son souvenir de la disposition de ses fioles :

- "Damn it, pourquoi est ce que je suis encore en train de rêvasser ? J'ai pas de temps à perdre moi, ce serait trop con de me faire remarquer les derniers jours de cours !"

Il avait presque réussi à se tenir à carreau question respect des profs, sauf une exception qui dépassait vraiment les bornes, puis Lavande l'attendrait sûrement pour le cours, alors il ne devait pas être en retard, par respect envers sa meilleure amie et l'un de ses profs favoris ! Il but sans plus réfléchir la potion qu'il avait à main, dans un rarissime empressement ne pensa pas à vérifier si l'une de ses étiquettes était présente sur la fiole, avant de filer en quatrième vitesse vers la porte, avant de se raviser en voyant que sa fenêtre n'était pas fermée, jurant entre ses dents :

- "Mais c'est pas vrai, où j'ai la tête moi en ce moment ! Vite, je transplanerais, tant pis, mais je dois pas tarder !"

C'est en refermant la fenêtre qu'il constata que quelque chose ne collait pas avec lui : tout d'abord ses affaires étaient devenues trop grandes pour lui petit à petit, son sac lui semblait plus lord que d'ordinaire... il se sentait tout étrange... c'est alors qu'il posa son regard sur le verre de la vitre qu'il se tétanisa, lâchant d'un coup la fiole opaque qu'il tenait encore dans sa main gauche, son esprit saisissant lentement les éléments que lui relayaient ses yeux ébahis et effrayés :

" What the... il n'y a personne devant moi, et je n'ai pas pris de potion d'invisibilité... je dois halluciner... alors c'est quoi ces cheveux de fille bl... heeeeeein !"

En effet, son corps avait été changé en celui d'un membre féminin aux longs cheveux blonds roux légèrement bouclés, aux yeux non plus noirs mais d'un bleu vert océan, une silhouette beaucoup plus petite et menue, fragile, presque trop maigre et sans le moindre muscle... terrifié de cet affreux constat, il ne put en s'observant de part et d'autre que de constater l'affreuse chose tout en hurlant d'une voix de fille décidément plus la sienne :

- "WHAT THE HELL IS HAPPENING WITH ME !!!"

Le colis mystérieux lui revint alors en mémoire, alors qu'il s'empressa de s'accroupir à la hauteur de la fiole brisée tout en lançant de sa baguette un sortilège de révélation d'ingrédients apprit en début d'année fébrilement, notant mentalement les composants avant de blêmir violemment, observant d'un air terrifié ses mains plus fines de... de... de fille, et pas n'importe laquelle en plus, de Honor Mac Tansey, non étudiante normalement ! Merdum, que faire ? Quid facere ? Il ne pouvait pas être absent au cours, il devait prévenir que son lui normal était malade, un prétexte formé rapidement ! Il n'avait pas une heure devant lui pour attendre la fin de ce triste polynectar ! Il bondit dans sa réserve de costumes à alibis pour dénicher rapidement une tenue de sorcière féminine sans rien trouver, prit son jean en serrant au maximum avec sa ceinture pour qu'il tienne une heure, encore trop grand toutefois, garda sa chemise blanche certes trop grande n'ayant rien d'autre sous la main, tout en songeant en se baffant mentalement :

"Quel crétin, quel crétin, quel crétin... comment je vais faire maintenant ? J'suis bien obligé d'y aller comme cela... bon... pas de panique, cela ne dure qu'une heure... t'auras l'air garçon manqué, mais tu t'en fous. Zen Alan... pose toi deux secondes, et essaye de réfléchir... elle me payera cette mauvaise farce... mais le problème c'est bien Lavande, si elle voit Honor elle va péter un plomb avant que je ne puisse lui expliquer le soucis... et mon sac, elle va le reconnaitre, et je peux pas aller sans mes cours moi ! Bon assez réfléchi, je vais pas aggraver mon cas... on y va comme cela et on verra bien la suite ! Essayons de transplaner directement devant la salle de cours... en croisant les doigts pour que je ne croise PERSONNE de mes connaissances..."

Ainsi commenca cette après-midi d'enfer. Allait-il survivre sous l'apparence d'Honor Mac Tansey ? Allait-il être suffisament discret pour que les profs ne remarquent pas qu'il manquait à l'appel et qu'une fille inconnue de l'UMA venait au cours ? Il n'en savait rien, mais il allait sacrément devoir improviser sur ce coup là !

(1469 mots pour l'instant, première de trois parties je pense ^^)


Dernière édition par Alan Desoya le Ven 23 Déc - 18:22:09, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Alan Desoya
    • Nombre de messages : 841
    • Age : 26
    • Date d'inscription : 17/01/2011

    • Pensine
      Statut sanguin: Né-Moldu
      Baguette magique: Bois de noyer noir, plume de phénix, 30 cm
    avatar
  • Médicomage Médicomage
MessageSujet: Re: [Thème Deux] La Fiole piégée ou la longue fin de journée [MIS]   Sam 1 Oct - 18:36:36

(HJ : j'avais fais un post d'enfer mais mon pc a planté {3000 mots de perdus -_-} donc du coup je subdivise le bloc que j'avais fais, je n'ai pas le coeur à tout refaire... bonne lecture !)

Chapitre Deux : Réveille toi bon sang, je ne suis pas celle que tu crois !

Finalement il n'était pas si en retard que cela, il lui restait même un peu de temps de crédit. Il avait dû mal régler sa montre par étourderie, ce qui ne l'arrangeait pas trop mal au final. Il restait ainsi enfermé dans sa chambre, ne répondant à personne, écroulé sur son lit, se demandant ce que diantre il pouvait faire. Car sécher ce cours était une solution tout bonnement impossible en vue des jurys qui approchaient pour l'année suivante, et sécher un cours de Vawdrey serait risquer sérieusement son passage en médicomagie ! Les yeux rivés au plafond, il réfléchissait intensément avant d'avoir l'idée du siècle qui était de revérifier dans son barda de vêtements où il avait mit les vêtements de l'un de ses alibis et ceux de rechange pour des rôles féminins, cela lui était déjà arrivé de devoir en jouer pour ses recherches, et trouva ce qui pourrait donner le change en attendant : un pantacourt féminin beige à peu près potable à ses yeux, un débardeur beige pas trop voyeur qui passait sur sa silhouette contrainte, des chaussures à talons beige, et trouva même en cherchant un peu plus un vieux sac à main que lui avait refilé il y a trèèèès longtemps la vraie demoiselle, qui se portait comme sa besace; assez large, de cuir noir usé. Il fourra ses cours dedans en urgence, tout ce dont il avait besoin, avant de plaquer sa besace dans un sac de sport ainsi que ses affaires du coup devenue de rechange (chemise + jean + chaussettes + baskets noires) de lui coller un charme d'invisibilité, ne gardant vraiment sur lui que sa baguette magique dont il était hélas inséparable, le reste dans le sac à main.

Il se transplana dans un couloir proche de la salle de cours, toujours très peu précis sur le lieu d'atterrisage, et toujours aussi doué dans ce domaine, il fallut que comme sur le chemin de traverse il devint sous son apparence féminine tangible au moment où quelqu'un passait, créant un choc assez violent qu'il ressentit plus que d'habitude étrangement, se retrouvant sur son popotin en moins de temps qu'il ne fallut pour le dire tout en s'écriant dans le rôle qu'il s'était donné avant de pouvoir retrouver Lavande et de faire comprendre à cette dernière les ennuis qui venaient de lui advenir, contenant ses injures habituelles entre ses dents pour composer avec cette ridicule et niaise voix de fille dont il avait hérité, celle de l'ex-serpentarde qui lui avait décidément joué un bien mauvais tour :


- "Oh sorry, i am so sorry... vous allez bien ? Désolée je suis tellement maladroit...e ! Tout va bien ?"

Et c'est là qu'il se dit que la fatalité décidément le suivait comme son ombre, quand il vit que celui qu'il avait percuté n'était autre que son grand pote Manu, certes ancien condisciple noir et or, ancien capitaine de Quidditch des Pouffsouffle, aussi du coup son partenaire batteur dans la même équipe les années où lui avait joué, un bon ami, mais aussi connu pour sa gentillesse que son côté charmeur pour la gente féminine. Bon, okay, il était obligé de composer avec son apparence féminine, mais il ne tenait pas trop à se faire draguer par un Manu apparement plongé dans l'illusion du au polynectar car oui, Honor avait pas mal de charmes dont elle savait faire usage à l'époque pour arriver à ses fins, contrairement au petit jeu qu'il avait mené en complicité avec Tomas Hertz pour faire tourner Lavande en bourrique à la piscine, il n'était pas spécialement attiré par les garçons, et était même assez peu touché par la beauté féminine, son problème de coeur l'en avait totalement détourné, ce qui ne l'empêchait pas de la constater sans en être victime, l'avantage du célibataire encore endurçi. Alors qu'il cogitait ainsi et jouait au mieux son rôle de jeune demoiselle timide et étrangère un peu perdue et confuse, Manu avait eu le temps de se redresser et il n'aima pas du tout la lueur charmeuse qu'il vit dans le regard de son collègue, non que cela le vexa, mais cela le paniqua beaucoup de l'intérieur. Oh ho, il avait pas pensé à ce problème là... il leva la tête en retenant toute sa gêne masculine alors que son ami ne le reconnaissant pas lui tendit une main pour l'aider à se redresser, prenant une voix aimable différente de celle qu'il avait l'habitude d'entendre :

- "Ce n'est pas grave, mademoiselle... besoin d'aide pour se relever ?"

"Noooooooon Manu ! C'est moi, c'est Alan, s'il te plait arrête ton petit manège, ne me rend pas le calvaire encore plus dur à jouer s'il te plait, j'ai pas le temps pour cela moi !"

Bon gré - Mal gré il prit la main tendue, s'étonnant encore de la finesse et de la faiblesse de la prise, tout en le remerciant avec cette tonalité féminine qui avait le don de l'agacer plus qu'autre chose, et Manu le -ou la selon le contexte- redressa rapidement tout en poursuivant sur une lancée qui ne lui plut pas du tout, il avait déjà bien du mal à rester en équilibre sur des chaussures à talon, se sentait horriblement gêné dans ces vêtements qu'il n'avait guère coutume d'utiliser. Il n'écouta pas tout, déconcentré et intimidé par les regards interrogateurs et les murmures des autres étudiants dans le couloir qui se demandaient ce qu'une inconnue comme lui faisait dans l'enceinte de l'université, question tout à fait normale soit dit en passant, mais en gros il trouva une issue de secours en inventant du tac au tac, comme les idées lui venaient :

- "Et bien je... je suis nouvelle en effet (en quelque sorte), je m'appelle heu... Kimberley, mais on m'appelle Kim ! Et vous êtes ?"

Quel nom ringard franchement, mais c'était le seul qui lui était passé par l'esprit alors on fait avec ce que l'on a hein... il broda de son mieux alors que Manu l'interrogeait et ne semblait pas vouloir la laisser partir, alors que les minutes tournaient trop rapidement, il fit un curriculum vitae de cette manière : Kim, américaine en programme d'échange inter_universités, venue de Californie, de sang mêlé. Il lui donna un faux-numéro de portable -son ancien soit dit en passant- et refusa de founir une adresse précise, puis parvint difficilement à lui demander pour briser la conversation un peu dérangeante pour une raison que les autres ne pouvaient pas comprendre :

- "Heu... excuse moi Manu... mais tu saurais où est la salle de cours des soins avancés ? On m'a dit que c'était là que je devais me rendre..."

Etonné, Manu lui donna l'information et il s'enfuit à l'anglaise, prétextant être en retard, et eut la très bonne -ou mauvaise idée - de se rétamer avec les talons juuuuuste à l'éntrée de la salle de cours, faisant une entrée que l'on pourrait dire de remarquée. Et Merdum ils étaient TOUS là : Emilien, Neville, Gregory, Hayden et... comment ne pas louper ce regard tueur, Lavande. Si un regard pouvait tuer comme le basilic paralysait, il serait mort au moment où il était entré sous l'apparence de Honor Mac Tansey. Pourquoi cette animosité ? Il ne comprenait pas vraiment, ayant été inconscient lors de la dispute, mais il savait que cette hostilité était présente. Certains garçons avaient les yeux braqués sur lui, l'air captivés, ce qui le dérangeait horriblement, sans la moindre pudeur, tandis que Hayden semblait le ou la plutôt juger du regard. Il avait vraiment pas envie d'avoir des ennuis avec elle, il l'appréciait. Mais Lavande était la pire, le fait de se faire fusiller du regard par sa meilleure amie était horriblement dérangeant. Il s'avança courageusement et laborieusement sur les chaussures à talons vers Vawdrey qui le dévisageait d'un air curieux -on ressentait quand même encore sa réputation de prof tombeur de filles - et lui lança en reprennant son rôle d'étudiant-e étrangère en soulignant l'accent américain :

- "Heu... hello sir, on m'a dit que je devais vous voir... je suis une student étrangère, je viens des états unis, je suis Kimberley Thamson et j'étudie aussi les... magico-soins isn't it ? Et j'ai croisé un student qui ne se sentait pas bien et m'a chargé de vous dire qu'il ne pourrait venir tout de suite... someone called... Alan."

Vawdrey n'avait pas l'air de croire franchement à son histoire, du moins pas en entier, mais il eut apparement le bénéfice du doute puisqu'il le laissa aller s'installer avec un sourire plus rassurant. Il y avait bien des places libres, mais Alan savait où il devait se risquer à aller, la seule personne qui pourrait lui venir en aide dans une heure, pour qu'il puisse sortir dix minutes avant, foncer prendre le sac de ses rechanges invisible près de la porte, aller aux wc et en finir avec les effets du polynectar. Il s'avança donc vers sa meilleure amie blonde aux yeux bleus tout en prenant une inspiration légère et demandant avec un air supplicateur qu'il n'avait pas dans le regard auparavant :

- "Excuse me... je peux m'asseoir ici si tu n'es pas dérangée par cela ?"

Lavande lui jeta un regard torve et très énervé qu'il ne lui avait jamais vu, mais elle avait entendu les mots échangés avec l'enseignant, fit mine de refuser mais Alan forca le passage en feintant qu'il n'avait pas compris et la remercia avec un sourire un peu forcé de ses sauces :

- "Merci beaucoup, je te suis très..."

- "Arrête ta comédie, je sais très bien qui tu es ! Tu es..."

Alan eut une lueur d'espoir alors qu'il redressa les yeux alors d'un bleu lagon, repoussant les boucles dorées vers l'arrière, mais déchanta très vite quand elle lui lança avec une cruauté qu'il ne lui connaissait pas :

- "... Honor Mac Tansey, et tu n'es pas mon amie. Surtout pas après ce que tu as fais à Alan... tu as compris ou tu es tellement stupide que je dois répéter ?"

Alan eut un air désespéré, perdant toute chance, les yeux presque larmoyants de désespoir dans sa situation, soufflant qu'il y avait erreur sur la personne dans une sylepse -elle n'était pas Honor mais Kim, il n'était ni Honor ni Kim mais Alan- mais elle détourna le visage. Et bien, le cours allait être bien long , c'était loin d'être gagné...

(suite plus tard, 1787 mots pour cette partie)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Alan Desoya
    • Nombre de messages : 841
    • Age : 26
    • Date d'inscription : 17/01/2011

    • Pensine
      Statut sanguin: Né-Moldu
      Baguette magique: Bois de noyer noir, plume de phénix, 30 cm
    avatar
  • Médicomage Médicomage
MessageSujet: Re: [Thème Deux] La Fiole piégée ou la longue fin de journée [MIS]   Lun 3 Oct - 15:24:58

Chapitre Trois : On ne voit bien que du coeur, les yeux sont aveuglés par l'illusion, le coeur lui la contourne et la transcende :

Ce cours était un enfer pour lui. Il put prendre quelques notes, mais avouons que ce n'était pas les meilleures qu'il ait jamais prises, car il n'est guère facile de suivre et de noter habilement alors qu'un oeil mauvais ne manquait pas de vous trucider du regard sur votre droite. Alan se prit à jurer contre la stupide rancune bien féminine mentalement, se demandant comment diable Honor avait pu énerver Lavande à ce point. Ah les filles je vous jure, elles ne savent pas en finir de leurs affaires horriblement compliquées. Il gardait sa baguette magique dans son étui, pour ne pas encore trop choquer et se faire agresser par une Lavande en furie, il tenait à sa peau quand même, alors que la partie théorique des soins avancés avançait à grand pas, occupant la première heure du cours. Et comme si un sablier invisible s'écoulait juste sous son oreille pour lui rappeler le délai lui étant imparti pour sauver sa dignité. Et Lavande détenait sans le savoir la clé de ce sablier pour en arrêter le cours au bon moment. L'ennui, c'était comment lui ouvrir les yeux pour lui faire réaliser qui elle était vraiment, cette fichue apparence, et que derrière cette enveloppe corporelle féminine assez avantageuse était prisonnière l'âme d'un garçon qui se trouvait être son meilleur ami au passage. A un moment, il cessa d'écrire, osant jeter un regard intimidé vers sa voisine, sans mettre le moins accent américain dans sa voix malheureusement déformée, dans un murmure :

- "Lavande... Ohé Lavande... Lav' !!!"

Le surnom avait été utilisé dans l'espoir de la faire réagir, il savait être l'un des rares à l'employer à la place des coutumiers "la cruche", "lavnouille" ou autres de ce genre, il aimait bien ce petit diminutif amical, mais tout ce qu'il reçut pour sa peine fut un regard incendiaire et un chuchotement sifflant et agressif si rare de la part de son amie :

- "On n'est pas amies, d'accord ? C'est pas parce que t'as failli terminer avec lui que tu peux t'approprier des familiarités avec moi, compris ? Tais toi, avec des bavardages j'arrive pas à suivre le cours."

"Lavande PAR PITIÉ !!!! Fais pas ta mauvaise tête et... heeeeein ? Honor finir avec moi ? Non mais t'es tarée ou quoi ???"

Il commençait déjà à s'agacer de désespoir de se faire entendre, prit une grande inspiration qui fut mal interprétée vu le braquage soudain de sa voisine et meilleure amie aveugle dans cette situation douloureusement cocasse, et insista d'un ton suppliant, tout en surveillant les gestes de Vawdrey :

- "Lavande, je sais que cela parait dingue, mais c'est moi ! Il y a erreur sur la personne, je ne suis pas celle que tu crois ! Je ne suis pas Honor mac Tansey !"

Mais sa voix et son apparence semblaient jouer contre lui, et c'est là qu'il regrettait amèrement que Harry ne puisse pas prêter l'espace de quelques instants sa fameuse carte des maraudeurs pour prouver de manière a + b = ab qu'il était bien ce qu'elle affirmait qu'il était. Ou même prêter ses sens de loup à sa meilleure amie pour qu'elle puisse le vérifier par elle-même, mais elle ne saurait probablement pas s'en servir correctement. 'Tin Honor le faisait VRAIMENT suer là avec sa blague à deux balles... il vit le regard incendiaire de Lavande et ses joues de plus en plus rouge tomate, signe d'énervement croissant, et paniqué, il ajouta immédiatement avec son dialecte normal bien qu'une voix de fille, toujours le plus bas possible, inquiet du ridicule possible :

- "Je te jure que je ne te mens pas ! En fait la "student americaine" n'existe pas ! Sur la tête de ma petite soeur que je ne te mens pas ! J'avais pas le choix sur ce coup là ! "

- "Oui, bien sûr, et moi je suis la reine d'Angleterre n'est ce pas ? Arrête tes jérémiades, plus tu parles plus tu t'enfonces... t'as même pas de soeur en plus, c'est Alan qui me l'a dit. En fait la seule chose qui est vrai est que tu es sous une fausse identité Mac Tansey ! Un mot de plus et je te balance au prof..."

"Lavande i am begging you ! Please listen to me ! Be nice as always please... this is not the right time for that..."

- "Lavande, c'est moi, Alan ! Je t'en prie, écoute moi..."

- "Tu peux te la boucler oui ? J'en ai marre de tes mensonges à répétition... T'es une fille au cas où tu t'en souviendrais pas, puis Alan ne se ridiculiserait jamais de la sorte..."

"Si seulement tu savais combien tu te trompes, Lav'... si seulement tu le réalisais à temps..."

Un long silence pesa, alors qu'Alan songea à une stratégie pour prouver la véracité de ses mots, il décala son bras pour laisser voir son écriture, il ne l'avait transformée en rien, mais il n'eut en réponse qu'un "tu l'as imitée, cela ne prouve en rien que c'est Alan, idiote !". Une autre tentative fut de désigner ses cours, mais pareille, elle dégagea la possibilité en un coup de vent et une voix basse mais claquante :

- "Tu as très bien pu les lui voler sans qu'il ne s'en rende compte ! Il est si étourdi !"

Il essaya alors de montrer les dessins dans la marge, essaye de dessiner, mais obtint un résultat similaire. Bon alors il allait devoir prendre les grands moyens... silencieux, rejetant les mèches dorées si encombrantes vers l'arrière, il soupira d'un croissant agacement avant de prendre son étui à baguette magique et de l'en tirer avant de la présenter à Lavande avec un regard intense dans les yeux lagons. Bon, elle le croyait maintenant ? Mais sa réaction fut des plus inattendues, puisqu'elle s'emporta tout d'un coup et lui arracha des mains sa propre baguette magique, le prenant de court et lui arrachant un léger cri inattendu en pointe des aigus, il détestait qu'on lui chipe son arme magique ainsi :

- "Hey, mais... !!!"

Il se tut aussitôt dès que le regard acéré de Vawdrey, tel une sentinelle du savoir et de l'ordre dans la classe, glissa sur leur table d'un air inquisiteur déjà assez peu rassurant comme cela, baissant le regard jusqu'à ce que la menace passe avant de répliquer d'un air surpris dans un murmure alors que Lavande rangeait sa baguette à lui et à étui personnel dans son sac :

- "Qu'est ce qui te prends ? C'est ma..."

- "Non mais j'en reviens pas ! T'as été jusqu'à voler sa propre baguette magique, mais t'es vraiment dérangée toi ! Il ne s'en sépare jamais ! Allez dis moi, il est où Alan ? Tu le détiens où ? Réponds ou je jure que je vais vraiment devenir méchante !"

Non mais qu'est ce qu'elle allait imaginer franchement ! Il eut un gros soupir désespéré, se frappant de dépit le front du plat de la main en songeant :

"Sérieux, Lavande, qu'est ce que tu vas encore imaginer ? T'es tellement têtue que t'es prête à rentrée dans les théories les plus absurdes qu'il soit !"

- "Okay, je vais te dire où il est Alan... ouvre grand tes oreilles comme t'as l'air aveugle...figure toi qu'il est juste sous ton nez ! Là, juste devant toi, et qu'il désespère que sa meilleure amie le reconnaisse pour qu'il puisse..."

Il garda ses yeux alors lagons plantés dans ceux ondins de Lavande, la défiant du regard, mais elle semblait aussi têtue que lui, une situation qui faisait doucement rire leurs camarades qui ne comprenaient rien à la gravité de la situation, ce qui les agaçaient encore plus tous, ou plutôt toutes deux. Puis Lavande détourna de nouveau le regard d'un air obstiné, sans lui rendre sa baguette magique :

- "Je ne te crois pas, espèce de sale vipère de menteuse ! Alan est peut être trop gentil pour t'accorder du crédit à tes paroles, mais moi je ne mord pas à ton appât !"

- "Et toi tu es trop bornée pour daigner lui accorder le moindre crédit à ses paroles alors qu'il est juste sous ton nez à te supplier presque à genoux ton aide ! Tiens, et si je te disais cela : je t'ai rencontrée pour la première fois à la piscine magique de l'UMA. Tu y étais en compagnie d'un étudiant allemand très sympa, Tomas Hertz. On a fait des courses et je vous ai arrosé copieusement lors d'une blague pas très fine et..."

Elle lui jeta un regard de plus en plus assassin, mais il eut le courage d'enchaîner sur l'épisode dans sa chambre, quand elle était entrée sans frapper et qu'elle l'avait surprit torse nu encore dans son lit en plein rituel, ayant perçé son secret du rituel animagus. Mais elle restait butée, disant qu'elle "avait osé espionner les pensées de son ami en apprenant la légillimencie", idée tout à fait illogique quand on y pensait, et se fermait de plus en plus. Alan jeta alors son va tout en murmurant dans un souffle inaudible pour les autres alors qu'elle avait de nouveau détourné la tête d'un air boudeur :

- "Ah tu veux quelque chose que je suis le seul à connaître en dehors de toi ? Quelque chose que je n'aurais jamais révélé à qui que ce soit me concernant et te concernant ? Très bien. En ce qui me concerne, tu es la seule au courant que je sois un animagus depuis quelques semaines, que ca a été dur et que j'ai réussi avec ton aide, mon animae est un loup et j'ai eu un mal fou à te le dire pour la raison qui va suivre. Désolé de devoir en venir jusque là, mais tu m'y contraint : Tu as sur ton bras une profonde cicatrice non refermée totalement de griffures qui t'a été infligée lors de la Bataille de Poudlard l'an dernier par le loup-garou Greyback, tu as été sauvée par Hermione Granger et tu cache cette blessure derrière un sort d''illusion que je t'envie sacrément dans la maîtrise ! Depuis tu as une peur folle des lycanthropes, si je ne me trompe pas ?"

Et là ce fut le drame, il vit Lavande passer du blanc cadavérique tétanisé avant de virer au rouge pivoine furax et il crut qu'elle allait engendrer une bagarre de filles en plein cours, d'habitude il était bon dans ce domaine mais sous cette apparence il était désavantagé, et le temps était contre lui, c'était une lutte inégale ! Elle siffla d'une voix mauvaise tout en commençant à se tourner dangereusement vers lui -ou elle- inquiétante :

- "Alors comme cela, Mac Tansey tu as même osé fouiller dans mes propres affaires... tu n'es qu'une sale petite peste insolente qui ment et se mêle de ce qui ne la regarde pas..."

Tendu, il ne put retenir son niveau de langage, le naturel revenant au galop, et jura à voix basse très étrange pour une fille, le regard lagon plongé dans celui de Lavande, avec une lueur qui lui était bien propre, grondant d'une voix sourde et d'avertissement :

- "Bloody hell, Lavande ! Tu crois vraiment que je suis une passoire sur ces secrets là ? Tu me fais vraiment aussi peu confiance ? Ne fais pas d'erreur s'il te plait, je ne voudrais pas te faire du mal. Lavande, je te le redis pour la centième fois, je suis Alan. Et je te redemande une fois de plus : tu pense vraiment que je suis de ce genre détestable de type qui balancent les secrets de leurs amis à la populace ? Réponds moi, Lav', regarde moi dans les yeux et dis le moi en face. "

La tension fut à son comble un moment, avant que Lavande ne se recule légèrement, sa main s'éloignant de sa propre baguette magique, avant de se rasseoir correctement et de rester impénétrable un long moment alors qu'Alan inquiet sortit son éternelle montre à gousset de haute facture impossible à voler qu'il avait toujours sur lui pour vérifier le temps qu'il lui restait. Crap. Cinq minutes avant qu'il ne doive sortir de toute urgence. Il supplia Lavande du regard de lui accorder le bénéfice du doute, avant qu'elle ne se décide, encore tendue, mais soupirant plus de légère exaspération d'une amie précieuse et préoccupée pour lui, en lui soufflant, serrant sa main un bref moment :

- "J'ignore dans quoi tu t'es encore fourré, mais t'as intérêt à tout m'expliquer ensuite, d'accord ? Compris aimant à situations impossibles ?"

Il eut un sourire infiniment reconnaissant et soulagé, lumineux, et rit légèrement tout en admettant avec gêne :

- "T'es vraiment géniale Lav'... promis, toutes les questions que tu veux ensuite ! On peut sortir... maintenant s'il te plait ?"

- "Pourquoi donc ? Et mes explications ?"

- "Tu comprendras bien assez vite... faut que je sorte et viiite avant que le cadeau empoisonné ne prenne fin devant tout le monde, par pitié Lavande ! Épargne moi ce désastre !"

Il ne sut pas comment ils avaient réussi convaincre Vawdrey, qui avait bien essayé de se servir d'eux comme cobayes justement, mais ils parvinrent à obtenir un droit de sortie temporaire de la salle, et s'enfuit rapidement, Alan prenant son barda de rechange invisible, et il courut jusqu'aux toilettes des gars, veillant que personne n'était là avant que Kim ne s'y engouffre à toute vitesse, refermant la porte alors que la métamorphose commençait déjà à toucher la couleur de ses cheveux :

- "J'suis là dans deux minutes, et promis, tu auras toutes les explications que tu veux !"

Alors qu'il claqua la porte et s'enferma dans la pièce, il tourna le dos au miroir alors qu'il reprenait son apparence originelle, loin de ce "gender skipping" involontaire, ses cheveux se raccourcissant nettement, brunissant rapidement, les yeux noirs acérés entachant le lagon de l'apparence, et il se contint de crier de douleur quand il reprit les vingt bons centimètres qu'on lui avait brutalement arraché, c'était pas rigolo comme transformation et la potion avait dû être mal préparée pour ce que cela fasse aussi mal ! Lavande inquiète lui demanda s'il allait bien derrière la porte protectrice des toilettes des gars, il la rassura essoufflé avec sa vraie voix grave et chaleureuse, un sourire aux lèvres :

- "MAGNIFIQUEMENT bien Lav'... tu ne peux pas imaginer comment je me sens bien ! Je revis... mais j'ai l'air encore ridicule dans cet attirail, je rectifie ce détail et j'arrive..."

Il sourit, une fois rhabillé de son jean réajusté à sa taille en quelques secondes et de sa chemise d'un blanc cassé, il rit légèrement de toute cette histoire, encore sonné et incrédule que pareille chose ait pu lui arriver, il chercha les chaussures à talons mais n'en trouva qu'un exemplaire, puis désespéré de l'avoir perdue dans sa fuite, il remit ses baskets, reprit sa besace et transféra son bazar dans sa besace habituelle, reposant le sac à main avec le reste des affaires de fille dans le sac de sport qu'il déplaça dans sa chambre avec un "Evanesco" maitrisé, sortant avec un air soulagé et inquiet à la fois, refermant la porte ensuite :

- "Salut Lavande... content de te voir, tu ne peux pas imaginer combien je te suis reconnaissant une fois de plus, c'était moins une ! Par contre est ce que tu aurais..."

Lavande avait un air malicieux dans ses yeux bleus, ce qui perturba Alan profondément, avant qu'elle ne lui réplique en lui tendant la paire manquante de chaussures à talons :

- "Alors Cendrillon, tu perds ta chaussure de verre maintenant ? Tu as failli manquer le douzième coup de minuit..."

- "Lavande, c'est pas drôle ! Mais merci quand même... je t'explique tout sur le chemin du retour, tout de suite..."

Quand il lui apprit sa mésaventure, elle éclata d'un rire clair, s'étouffant presque dans son fou rire, faisant bougonner Alan que marmonnait entre ses dents que ce n'était pas drôle, avant de finir par regarder Lavande qui s'était calmée un bref moment, puis de rire avec elle de bon coeur tandis qu'ils étaient encore loin de la salle de cours ! Vawdrey risquerait de mal comprendre sinon, déjà qu'il allait devoir lui faire gober l'histoire...

(suite et fin au prochain épisode ! 2750 mots, commentez si vous aimez ou pas ^^)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Alan Desoya
    • Nombre de messages : 841
    • Age : 26
    • Date d'inscription : 17/01/2011

    • Pensine
      Statut sanguin: Né-Moldu
      Baguette magique: Bois de noyer noir, plume de phénix, 30 cm
    avatar
  • Médicomage Médicomage
MessageSujet: Re: [Thème Deux] La Fiole piégée ou la longue fin de journée [MIS]   Ven 23 Déc - 18:20:15

Bon finalement je conclus sur le troisième chapitre, ce qui donne un total de mots équivalent à...

6006 mots ! cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Thème Deux] La Fiole piégée ou la longue fin de journée [MIS]   

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Miroir du Riséd :: Hors-Jeu :: Archives :: Marathon des fanfics-