Partagez | .
 
 Armando Leoni
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
  • Armando Leoni
    • Nombre de messages : 14
    • Age : 56
    • Date d'inscription : 01/07/2011

    • Pensine
      Statut sanguin: Né-moldu
      Baguette magique: Bois de Châtaignier - Ventricule de Dragon - 26,2 cm
    avatar
  • Mort Mort
MessageSujet: Armando Leoni    Ven 1 Juil - 20:16:20

Nom : Leoni
Prénom : Armando
Poste souhaité : Chef mafieux
Statut sanguin: Né-moldu
Age de votre personnage : 51
Age du posteur (en HJ) : 21
Comment avez vous connu le forum? J'ai des espions partout mon p'tit

***

« M'sieur Leoni ! Marco a été tué et les hommes de Giovanni ont réussi à s'enfuir ! »

L'homme qui se trouvait dans le bureau ne leva pas immédiatement la tête, les yeux rivés sur un échiquier où une partie semblait avoir été interrompue en plein milieu, il réfléchissait à une interrogation seulement connue de lui même. Finalement il ôta l'un des fous noirs, comme s'il estimait qu'il était en trop sur le plateau de jeu et fit signe à l'homme d'avancer. 

Monsieur Leoni se leva pour accueillir le garçon et l'inviter à s'asseoir, comme un grand oncle bienveillant. Le quinquagénaire ne semblait pas le moins perturbé ou surpris par la nouvelle que son interlocuteur s'était dépêché de transmettre. Le fossé entre la nervosité du premier et le calme confiant du second homme semblait assez caricatural.


«  Prends donc quelque chose à boire, Diego. » Offrit le patron en se retournant pour servir un verre d'un alcool moldu qu'il affectionnait.

« Mais c'est que... »

« J'insiste » Coupa Monsieur Leoni, en faisant signe à son interlocuteur de se détendre, « ensuite nous pourrons discuter de tout ça. »

Le dénommé Diego capitula rapidement, sachant qu'il ne valait mieux pas froisser le mafieux, et avala en vitesse quelques gorgées.

«  Tu disais donc que Marco a été tué ? Voilà une bien mauvaise nouvelle.. »

« Oui.. et les hommes de Giovanni se sont enfuis, je n'ai rien pu faire.. »

Armando Leoni se leva lentement de son bureau, tournant quelques instants le dos à son homme de main pour sortir sa boite à cigare de la commode du fond. Il revient s'asseoir quelques instants après avec un cigare allumé en répondant:

« Tu n'as pas à t'inquiéter sur ce point. J'ai déjà réglé ce problème. »

Pour la première fois, Diego eut l'air perplexe, ce qui se manifestait chez lui par un froncement de sourcils très significatif.

« Je ne comprends pas.. »

« Allons mon cher Diego,  tu te doutes bien que j'avais placé d'autres hommes sur le coup en plus de Marco et toi. Tous les hommes de Giovanni sont morts. »

Sur cette annonce, Armando tira une bouffé de son cigare. Il aimait la façon unique dont le goût épicé de  son Montecristo se mêlait sur sa langue à l'arôme persistant du whisky. Il n'avait pas offert de cigare à Diego, c'était volontaire et celui ci en prit conscience à cet instant précis. Il était en effet de notoriété que Monsieur Leoni, avait un sens aigu de l'amitié et offrait toujours un cigare à ses loyaux amis. Son interlocuteur ne manqua pas de lui faire remarquer sur un ton qui se voulait plaisantant, bien qu'on y sentait indéniablement une certaine tension.

«  Vous ne m'avez pas proposé de cigare. »

« Non, en effet. Je n'en offre qu'à mes amis. »

Le temps que Diego mesure l'implication de ces simples mots, le chef de la mafia italienne poursuivit: « J'avais trois hommes planqués, surveillant le parking, lorsque tu as emmené Marco directement dans le piège tendu par les hommes de Giovanni, avant de leur remettre en main propre les dossiers que je t'avais demandé. Face à l'évidence de ta trahison, ils ont attendu que tu repartes pour les coincer et les éliminer avant de me prévenir. »

Quand bien même Armando n'avait pas haussé la voix, les mots tombèrent avec le poids d'une sentence inévitable. Il n'a qu'une seule manière de punir la trahison dans ce milieu, et Diego ne l'ignorait pas. Une lueur de satisfaction passa dans le regard du mafieux lorsque le traitre découvert voulu prendre son arme et dégainer sans parvenir à faire le moindre geste. La potion qu'il avait ingurgité à son insu dans le whisky annihilait tout mouvement et le clouait à sa chaise. Il ne pouvait plus que parler, respirer et éventuellement cligner des yeux. Diego n'avait aucune défense possible, si ce n'est un élément qui ne pouvait coller dans le récit des événements tenu par Leoni.


« Comment auraient ils pu vous avertir avant moi alors que vous refusez d'avoir un téléphone? »

Naturellement, il avait raison. Avec des moyens classiques, comme une voiture, jamais ses hommes n'auraient pu attendre le départ de Diego, puis éliminer les sbires de Giovanni et rentrer pour l'avertir à temps. Il avait aussi raison sur le fait qu'Armando ne voulait pas de portable, ou tout autre engin électronique du genre. Et cela pour une raison très simple, aucun appareil électronique ne pouvait fonctionner avec lui, car Armando Leoni était un sorcier, tout comme les 3 hommes qu'il avait envoyé suivre Diego ce soir.  Mais il ne pourrait pas expliquer à un moldu que les types impliqués dans la mission avaient seulement eu à transplaner pour l'informer de la situation.. De toute façon, il n'avait aucune explication à fournir.

«  Je suis curieux de savoir, que Giovanni t'a il promis, Diego ? » 

Rien n'obligeait l'homme à répondre, mais dans ce genre de situation les gens parlent toujours pour tenter de gagner du temps et repousser l'inévitable.

« Beaucoup d'argent. Suffisamment pour tout arrêter. »

« Parce que tu crois vraiment qu'il t'aurait laissé arrêter ? Tu t'es bercé d'illusions, mon pauvre Diego. »

Sur cette dernière phrase, Leoni appuya sur la détente de son 12 mm. Explosant à travers le bois du bureau, la balle vient se loger dans la poitrine du traitre qui tomba mort sur la moquette. La seule façon de quitter la mafia était de mourir, au moins, le voeu de ce cher Diego était exaucé.

En attendant l'arrivée des flics il allait y avoir du sang partout.. Enfin, rien qu'un bon coup de baguette ne puisse arranger mais tout de même. Le quinquagénaire avait depuis longtemps appris à exploiter les avantages des deux mondes. Un flingue est certainement bien plus pratique qu'un avada kedavra et surtout il ne tenait pas à voir débarquer chez lui tout le défilé des aurors alors qu'il a pris grand soin à faire modifier les registres du ministère de la magie pour apparaître comme moldu, et ainsi dépendre de la juridiction moldue. La justice sorcière ne peut pas arrêter un moldu et les moldus n'ont pas les moyens d'arrêter un sorcier. Tant que les sorciers vivront dans le secret et qu'il n'existera aucune entente officielle entre les gouvernements des deux communautés, il serait intouchable.

Les bruits de pas précipités de ses gardes du corps ne tardèrent pas à se faire entendre dans le couloir et le battant de la porte claqua contre le mur. Le mafieux  regarda les hommes faire irruption dans la pièce comme s'il les attendait. On se laisse difficilement surprendre dans de telles conditions. Armando tira une nouvelle bouffé de son cigare et se leva posément pour venir à la rencontre de ses gens. 


« On a entendu des coups de feu.. »  se justifia Lorenzo pour eux tous en découvrant le corps qui saignait toujours sur la moquette. « Vous allez bien mon oncle ? Que s'est-il passé ? » 

Le vieil homme contourna le bureau et le corps qui gisait pour venir poser une main paternelle sur l'épaule du jeune homme . Il le détourna du cadavre, comme s'il espérait préserver son regard chaste d'un tel spectacle.

« Ce brave Diego a pensé qu'il pourrait me berner, et il a échoué. »

« Doit on débarrasser le corps ,mon oncle ? »

« Non. Préviens plutôt mon ami, le lieutenant Fernando, pour qu'il s'occupe de l'affaire. Il pourra ainsi certifier que c'était un cas de légitime défense. »

« Très bien, mon oncle. »  Acquiesça le concerné avant de quitter les lieux sans discuter, entrainant les autres hommes à sa suite.

De nouveau seul dans son bureau, Armando Leoni baissa les yeux vers le cadavre qui souillait de rouge a belle moquette. Il le contourna pour retourner vers son bureau derrière lequel trônait un vieux portrait de son père. Ce dernier pouvait certainement être fier. Armando ne s'était pas contenté de reprendre les affaires familiales, il avait su étendre son domaine d'influence, en commençant par la communauté sorcière italienne, puis il s'était attaqué à d'autres pays, notamment la France où l'on trouvait des nymphes, très convoitées pour leurs propriétés magiques et leur chant enchanteur, également certains pays d'Europe de l'Est d'où il faisait venir des vélanes. La plupart des hommes seraient prêts à absolument tout et n'importe quoi pour pouvoir bénéficier des faveurs de l'une de ces créatures, et en homme d'affaire avisé, il a su s'en servir entre autre pour se mettre dans la poche un nombre conséquent de politiciens et de magistrats. D'ailleurs, lui même ne manquait jamais de compagnie. La Roumanie qui était le  paradis par excellence des chasseurs de Dragons. Il avait laissé de côté l'Espagne qui ne représentait à ses yeux qu'un intérêt très limité, mais désormais son nouvel objectif était la Grande Bretagne. Au delà des licornes, des phénix et autres créatures fantastiques que l'on pouvait y trouver, l'Angleterre attirait l'attention du chef mafieux depuis plusieurs années. Il avait assisté en spectateur à la guerre civile qui par deux fois avait déchiré la population sorcière, et affectant indirectement les moldus. Il avait observé la monté en puissance du Lord noir britannique comme il le surnommait , puis enfin sa chute au début du mois de Mai dernier. Jamais encore auparavant l'Angleterre n'avait été aussi instable et fragile qu'à présent, une population au moral miné, une économie en ruine, un gouvernement trop jeune. Bref un monde désoeuvré et friable où un homme comme lui pourrait se faire un empire.  L'Angleterre avec ses mystères et ses contradictions  l'avait séduit. Ce pays lui plaisait il avait bien l'intention de s'y établir et le faire sien. Il avait confiance en Lorenzo pour gérer ses affaires en Italie,  d'autant qu'à présent la menace de Giovanni était écartée. Et puis, s'il y avait le moindre problème, il ne serait jamais qu'à 2 secondes et demi de portoloin.


***



Armando Leoni se trouvait en Angleterre depuis 2 mois, temps mis à parti pour tâter le terrain, repérer les personnalités intéressantes, et se faire des contacts. Venu en tant que mafieux étranger souhaitant faire des affaires et élaborer des ententes commerciales, il n'avait pas l'intention de paraître menaçant avoir d'avoir renforcé son assise sur place, sans quoi il aurait certainement été contraint de quitter la pays sur l'heure. L'homme était arrivé en avion pour ne pas attirer l'attention des autorités sorcières locales qu'en à son réel statut. Il disposait d'une autorisation spéciale de créer des portoloins sous une fausse identité qui le présentait simplement comme un homme d'affaire italien, mais il préférait attendre de dénicher sur place un responsable des transports magiques qui pourrait lui fournir une couverture si besoin. Mieux valait rester prudent dans un pays étranger car les modalités n'étaient pas toujours identiques.

Néanmoins, il ne s'était nullement caché des individus qu'il souhaitait voir le contacter: il avait passé plusieurs jours à déambuler dans l'allée des embrumes _ la célèbre allée des embrumes ! _ indiquant qu'il souhaitait établir des contrats d'ordre commercial. Il avait ainsi pu prendre contact sur le terrain avec un certain nombre de trafiquants locaux et passer quelques accords. Le sorcier avait emmené avec lui 3 sublimes vélanes qui avaient acceptés de travailler pour lui (Au fond, elles n'étaient pas plus difficiles à appréhender que les femmes ordinaires, il suffisait de les couvrir de richesses et de compliments et elles se montraient d'une docilité sans faille), ainsi que quelques gardes du corps, qu'il pouvait présenter comme des partenaires d'affaire, leur carrure ne tromperait certainement pas un véritable professionnel mais elle dissuadait les importuns de poser trop de questions embarrassantes. Quoi qu'il en soit la seule présence des vélanes suffisait généralement à subtiliser tout le reste à l'attention des interlocuteurs.
En 2 mois, le mafieux avait pu recruter quelques alchimistes et empoisonneurs professionnels sur le chemin de traverse, un certain nombre d'hommes de main, et établi un commerce de créatures humanoïdes (vélanes, elfes de maisons, nymphes, vampires..) et très rapidement un commerce de potions devait voir le jour.

Le quinquagénaire fut alors contacté par un certain Shadow, qui prétendait contrôler toutes les activités et commerces non officiels dans le pays. L'homme lui fixa un rendez vous pour le rencontrer et discuter « affaire ». Il lui apparut masqué, un costume qui l'identifiait comme un mangemort. Un mage noir qui s'accrochait à ses rêves de pouvoir et avait déjà commencé à s'imposer comme leader. C'était bien imprudent de dévoiler un tel secret, même sans montrer son visage. On est jamais à l'abri d'être suivi, tracé et mis à jour.. Dans ce milieu impitoyable, on est vite remplacé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Arsène Vawdrey
    • Nombre de messages : 514
    • Age : 40
    • Date d'inscription : 09/09/2008

    • Pensine
      Statut sanguin: Sang-de-Bourbe
      Baguette magique: 27cm, bois de noisetier avec du ventricule de dragon
    avatar
  • Médicomage Médicomage
MessageSujet: Re: Armando Leoni    Ven 1 Juil - 20:48:40

Validé titeuple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Miroir du Riséd :: Accueil :: Personnages :: Présentation des personnages :: Fiches Acceptées-