Partagez | .
 
 Lolita Boulanger
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
  • Invité
  • Invité
MessageSujet: Lolita Boulanger   Mar 10 Mai - 21:18:49

Nom : Boulanger
Prénom : Lolita
Age : 18 ans
Statut de Sang de votre personnage : Origines moldues

Notes aux B.U.S.E :
- Défense contre les Forces du Mal (A)
- Potions (EE)
- Sortilèges et Enchantements (O)
- Histoire de la Magie (D)
- Métamorphose (A)
- Astronomie (P)
- Botanique (A)
- Soins aux créatures magiques (D)
- Etude des Moldus (O)
- Arithmancie (EE)

Notes aux A.S.P.I.C :
- Défense contre les Forces du Mal (A)
- Potions (O)
- Sortilèges et Enchantements (EE)
- Métamorphose (EE)
- Botanique (A)
- Etude des Moldus (O)
- Arithmancie (A)

Filière souhaitée : Médico-Soins
Option(s) choisie(s) : Magie noire, Culture générale

Age en HJ : 19 ans
Comment avez-vous connu le forum ? Je suis une (très très) ancienne (un haribo à celui qui me reconnait).

Paumée ! Je suis complètement, totalement, désespérément, inexorablement paumée, se disait Lolita, en repassant pour la dix-huitième fois devant ce qui lui semblait être la même porte du même bureau au sein du même bâtiment de cette foutue université, dont l’organisation faisait plus penser au Procès de Kafka qu’à autre chose. Elle se souvenait encore, non sans amertume, des quarante-huit hiboux qu’elle avait envoyés pour son transfert depuis Beauxbatons … Mais tout cela en valait la peine. Enfin, elle quittait son père poissonnier (quand on se nomme Boulanger, avouez que c’est un drôle choix de carrière), sa mère dépressive, leurs exigences absurdes auxquelles elle s’était trop souvent pliée : "un diplôme de sorcellerie, c’est bien, mais avec le bac, c’est mieux !" Oui, Lolita devait être la seule sorcière au monde à s’être tapé le CNED pendant sept ans. Comme si obtenir un baccalauréat scientifique allait lui être d’une quelconque utilité pour se faire engager à Sainte Mangouste, ou autre centre hospitaliser magique. En effet, Lolita avait toujours voulu devenir médicomage, et les professeurs de Beauxbatons étaient formels : la meilleure université magique, du moins pour cette filière, était, de loin, l’UMA anglaise. Ni une ni deux, Lolita avait passé les équivalences et démarré son trafic de hiboux outremer.

La brune, qu’en tant que narrateur objectif j’aurais pu qualifier de « belle », mais dont, forte de mon devoir de retransmission du point de vue du personnage, je dois m’abstenir de dire la joliesse, s’arrêta un instant, histoire de souffler un coup. Profitons-en pour l’observer : de taille moyenne, Lolita affichait un tel port de tête (merci à la formation de danse classique proposée à Beauxbatons) qu’on la voyait toujours plus grande qu’elle ne l’était. Elle avait des yeux sombres qui vous acculaient dans un coin si vous osiez vous confronter à son regard. Elle pouvait fixer les choses sans cligner de la paupière pendant un laps de temps fort long, frôlant l'insoutenable. Mais globalement, elle évitait de regarder autrui droit dans les yeux, parce que les yeux, c'est terriblement traître : il y passe des tas de choses qu'on ne peut pas contrôler et, Lolita, ce qu'elle aimait, c'était le contrôle. Par ailleurs, la jeune adulte se trouvait bien trop grosse et aurait souhaité être bien trop mince, comme les superwomen des magazines, qui réussissent tout dans la vie les doigts dans le nez. Ses doigts à elle avaient plutôt tendance à s’enfoncer juste en dessous du nez, et ce depuis bien longtemps … De fait, les autres la trouvaient normale, tout à fait normale. C’était ça, en fin de compte, le drame de sa vie : cette terrible banalité qui lui collait à la peau. Parce que Lolita avait beau être exaspérée par ses parents, c’était chose courante à 18 ans. Sa famille était certes malsaine, mais pas non plus traumatisante. Ses exigences personnelles étaient probablement très élevées, mais pas non plus irréalisables. Et puis, même ses vomissements, en quoi ça la différenciait ? Quelle fille ne s’est jamais plainte de son poids ? Qui n’a pas pensé faire un régime ? Les statistiques annoncent la couleur : 10% des étudiantes seraient boulimiques.

Lolita reprit sa valise et ses recherches. (Ceci était un zeugma.) Comme toujours, elle dédramatisait mentalement la situation : certes, son errance dans l’UMA durait depuis bien deux heures, mais au final, cela lui permettait de découvrir les lieux. Attention toutefois : Lolita n’était absolument pas une de ces optimistes notoires, dont la bonne humeur tend à la stupidité, mais plutôt comme ces gens qui ont délibérément choisi de rire plutôt que de pleurer. D’ailleurs, la française riait énormément, et c’était un bruit cristallin, pétillant, véritablement charmant. Elle était l'image même de la fille épanouie, raisonnable, mesurée. Tout ce qu'elle s'empêchait d'exprimer à voix haute, tout ce qui lui semblait trop trash pour être dit, trop sale pour être pensé, elle le niait, prenait sur elle, attendait que ça macère bien et ... vomissait. C'est fou tout ce qu'une bête chasse d'eau peut évacuer comme stress inutile.

Le nez en l'air, la demoiselle sentit une brise légère dans son cou exposé. Elle avait relevé ses longs cheveux en un chignon bohème, comme elle le faisait souvent, d'abord parce que c'était pratique, ensuite parce que ça la faisait paraître plus âgée. Lolita s’arrêta soudainement de marcher. « Bureau des inscriptions universitaires » indiquait, juste sous ses yeux, une belle plaque en bois gravé. Se retenant de faire la danse de la joie, du beau temps et de la fertilité, Lolita franchit la porte et s’arma de son plus beau sourire.

- Bonjour ! Je viens pour une inscription, c’est ici ?

Certes, la question pouvait sembler obsolète. Mais elle ne l’était pas du point de vue de la jeune fille : en effet, maintenant que son périple avait éventuellement la possibilité d’avoir la chance de prendre fin, elle voulait s’assurer que tel était le cas. En gros : ça semblait trop beau pour être vrai. Lolita dû toutefois se passer de réponse et se contenter d’un vague haussement de sourcil, signe de profonde exaspération de la part de la secrétaire.

- Z’avez apporté vot' dossier dûment complété ? Fiche d’inscription, rel'vé d'notes des B.U.S.E. et des A.S.P.I.C., justificatif d’identité ?
- Oui … Oui, j’ai tout. La feuille de transfert depuis Beauxbatons aussi.
- Ah, française ? Z’avez l’attestation d'réussite au test de langue ?
- Euh, oui … Tout y est. Normalement …


Lolita fit passer son énorme dossier à la très aimable fonctionnaire, et attendit poliment que ces histoires de paperasse soient (enfin !) réglées. Elle jeta un oeil à la pile de dossiers déjà entreposés sur le bureau, espérant que les étudiants anglais étaient un peu plus matures que ses anciennes camarades de chambres, plus préoccupées par leur acné juvénile que par leurs études.
Revenir en haut Aller en bas
  • Altaïr
    • Nombre de messages : 137
    • Age : 53
    • Date d'inscription : 14/07/2007
    avatar
MessageSujet: Re: Lolita Boulanger   Mer 11 Mai - 9:32:19

Bienvenue à l'UMA cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Miroir du Riséd :: Accueil :: Personnages :: Présentation des personnages :: Fiches Acceptées-