Partagez | .
 
 Pernelle Atteyrson
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
  • Invité
  • Invité
MessageSujet: Pernelle Atteyrson   Jeu 14 Avr - 20:53:05

- Nom : Atteyrson
- Prénom: Pernelle
- Age en HJ : 22 ans
- Age du personnage s'il est du livre ou d'une famille (11 ans pour tous les autres.): 11 ans
- Statut de Sang de votre personnage (Voir selon la classification ICI) : Sang mêlé
- Comment avez vous connu le forum? Bouche à oreille

Le train massif s'ébranla doucement, les rails semblaient pleurer son départ, grinçant de manière sinistre. Son petit nez écrasé contre la vitre Pernelle regardait ses parents devenir de minuscules points, eux qui avaient été jusque là, de grandes silhouettes, des fantômes de chair présents toujours sur ses pas, un devant et l'autre derrière pour l'empêcher de tomber ou répondre à sa place. Ses yeux d'obdiscienne à demi caché par de long cils noirs recourbés se découvrirent un peu plus, lui donnant un air surprit alors qu'elle les écarquillait comme pour graver cette scène dans sa tête. La fillette consentit enfin à agiter sa menue menotte en signe d'au revoir. Sa mère semblait courbée, comme si elle portait le monde sur ses épaules, son père lui était droit, pourquoi cela n'étonna pas Pernelle que celui-ci ne réponde pas à son geste? La gosse ne comprenait pas vraiment la relation entre son papa et sa maman. Le premier commandait toujours sans hésiter et sa génitrice qui paraissait si soumise obéissait même si parfois, la petite croyait voir briller dans son regard d'autres envies non exprimées. Mais était-ce dû au fait de son propre désir de voir un jour, enfin, sa mère la défendre et surtout défendre Jùn qui avait dû partir de la maison d'après ce qu'elle avait compris.

Se tournant, la gamine regarda venir à elle une grosse dame qui distribuait des friandises contre de l'argent, Pernelle resta interdit, le sourire de la femme s'agrandit mais diminua en voyant quelle enfant malpolie elle était. Une petite larme naquit dans les yeux rouges de la muette. Son papa et sa maman n'étaient plus là pour parler à sa place ou Jùn pour "traduire" mais elle avait voulu sortir dans le monde... Et surtout prouver à ses parents qu'elle n'était pas bête! Oui Pernelle se souvenait avoir promis à sa conscience de toujours travailler pour avoir des bonnes notes et rendre fier son frère qui lui, la croyait intelligent! Sortant alors un petit parchemin en tremblant; comme souffrant à l'idée même de prendre une initiative mais tout de même courageuse, la gamine écrivit avec un stylo normal-héritage de son côté moldu, bien plus pratique que la plume avec toute l'encre qui peut baver ou tomber.- avec quelques lettres rondes et jolies à voir mais rendues maladroites par ses petits doigts tremblotant.

"Je ne peux pas parler"... "Non merci madame".

La dame bien qu'elle n'osait pas regarder directement ses yeux rouges s'attendrit et lui donna quand même un bonbon gratuitement. La gosse se laissa faire puis tapoter sur la tête, ses cheveux d'un blond presque blanc coulant entre ces mains calleuses de ménagère comme une cascade argentée; toutefois elle eut un petit geste de recul et l'adulte comprenant qu'il ne fallait pas s'imposer s'en alla. Pernelle jeta un coup d'oeil derrière puis ouvrit l'emballage du bonbon. C'était toujours comme ça... Soit on la méprisait pour son physique, soit on la prenait en pitié. Presque honteuse de n'avoir pu s'en sortir sans révéler son handicap, la gamine déchira le papier puis le jeta dans une poubelle magique qui faisait disparaître les saletés instantanément car c'était une petite fille bien éduquée. Lissant ses très longs cheveux, l'enfant prit finalement son pouce dans sa bouche; elle n'avait pas honte de ce geste, ayant été materné jusqu'à maintenant, confinée chez elle, les codes sociaux lui échappaient ainsi que l'ambition des enfants à imiter les adultes.

Pernelle ferma les yeux, elle ne les rouvrit que quelques fois lorsque des autres enfants rentrèrent dans le Wagon pour s'assoir et finalement renoncer. Pourquoi la craignait-elle? Pourtant elle était jolie avec son petit visage fin et son corps tout menu souple comme un roseau, ses grands yeux exprimaient beaucoup de choses et même parfois de l'agressivité mais sages, ils semblaient transporter deux pierres précieuses, le rouge sage pouvait-il faire peur quand même? Jùn disait qu'elle était jolie, et normale aussi... Et Jùn n'était pas un menteur! La petite caressa le petit fléreur qu'elle délivra de sa cage. L'animal qui était encore un bébé avait été consentit par ses parents car c'était un animal magique très intelligent qui avait le don pour repérer les personnes louches et était extrêmement fidèle au sorcier qui en prenait soin; surtout quand ils étaient tous petits comme le sien... Sans doute que Lys et son mari avaient pensé que la créature protègerait ainsi la pauvre petite "attardée". La fillette examina longuement les poils soyeux et plus long que la moyenne du fléreur, exactement comme ses cheveux pensa-t-elle, ses grandes oreilles et sa queue de lion! Ses géniteurs avaient tiqué au début quand la miss avait choisi celui-ci en particulier; en effet, il était albinos, et consentir à laisser une bête "anormale" prendre la route de Poudlard avec leur enfant malade avait été difficile mais elle n'en avait pas voulu d'autre, s'étant senti si proche du fléreur; lequel n'avait pas de nom puisque la gamine ne pouvait pas parler... Elle lui en donnerait un quand elle réussirait! car Pernelle comptait bien un jour arriver à parler comme Hellen Keller sourde et muette de naissance pourtant. Enfin ça c'était une douce utopie pour le moment.

L'enfant remit la bestiole dans sa cage à regrets quand elle dû s'habiller. Lentement Pernelle passa ses habits de sorcière, c'était tout une symbolique pour elle, elle voulait commencer sa nouvelle vie avec application; aussi lissa-t-elle les plis de sa tenue avec un soin presque exagéré, ses longs cheveux blancs-que sa mère aimait coiffer pendant de longues minutes, comme le ferait une petite fille avec sa poupée, ce qu'était Pernelle en grande partie pour elle probablement.- arrivant jusqu'à ses fesses contrastant avec le noir de celle ci, pareillement pour sa peau pure mais si fragile en même temps.

La petite descendit ensuite du train, une main sur son énorme valise et l'autre sur la cage du fléreur et elle suivit les autres enfants dans les barques. Les yeux rouges de l'animal et de la fillettes se braquèrent sur le château, deux paires d'yeux pour faire face à l'immensité de Poudlard et de cette nouvelle vie! Tant pour cette enfant qui sortait de sa maison prison pour la "première" fois que ce petit fléreur qui débutait dans la vie. La gamine marcha derrière le géant, puis atteignit l'école sans faire de difficultés, ne se faisant pas remarquer ou presque. Ses pas étaient discrets, si légers qu'elle semblait prête à s'envoler ou à se volatiliser. Le silence était son royaume; elle qui aimait tant les animaux était comme un petit fléreur sauvage qui pénétrait dans un endroit habité par les hommes. Des hommes avec des pouvoirs, tout comme elle et sa belle baguette magique avec une plume de phénix dedans... La baguette que Jùn lui avait offert, la baguette qui ne se serait sûrement pas révélé sans lui, la petite en était sûre.

Courageusement, elle fit quelques pas rapides, quitte à bouscule un ou deux gamins comme eux le faisaient pour arriver aux premier plan, elle savait que son nom était dans les premières lettres, un nom qui l'unissait à Jùn, un mot encore qu'elle ne pouvait pas dire. Pernelle avait été prévenue... Les cours seraient très difficiles et les sortilèges? Dans un premier temps elle n'y aurait pas recours, il faudrait attendre que la magie grandisse pour qu'elle puisse recourir aux informulés mais la gosse saurait être patiente, elle s'en convainquit lorsque le choixpeau l'appela et se dirigea vers le choixpeau avec la cage de son fléreur, pas question qu'elle vive cette expérience sans lui...

-Atteyrson Pernelle.

La maison? Elle s'en fichait, elle voulait juste que Jùn soit fier, et même ses parents, car au font la petite les aimait, c'était ses géniteurs et ils faisaient de leurs mieux, sa maman savait même être douce et câline. La gamine leva le menton et interrogea le choixpeau par la pensée; elle était toute heureuse car son frère lui avait dit que le bout de tissu pouvait communiquer ainsi. Elle pouvait presque parler avec une "presque" personne... C'était le début de la magie!
Revenir en haut Aller en bas
  • Invité
  • Invité
MessageSujet: Re: Pernelle Atteyrson   Ven 15 Avr - 9:23:52

Hummm..



Voila une petite fille bien courageuse..




GRYFFONDOR !
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Miroir du Riséd :: Accueil :: Personnages :: Présentation des personnages :: Fiches Acceptées-