Partagez | .
 
 La porte ouverte à toutes les fenêtres [Ethel]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
  • Page McHenry
    • Nombre de messages : 1880
    • Age : 33
    • Date d'inscription : 09/02/2008

    • Pensine
      Statut sanguin: Née-moldue
      Baguette magique: 27,5cm, noisetier clair, avec une spirale jusqu'à la pointe (brûlée), nerf de dragon
    avatar
MessageSujet: La porte ouverte à toutes les fenêtres [Ethel]   Mar 21 Déc - 14:03:23

On était à une dizaine de jours du Bal. Ce fichu bal de fin d'année. Ou de Noël. Ou d'elle ne savait quoi, mais s'en fichait. Toujours était-il que cette année, elle avait accepté une invitation d'un garçon pour y aller, et que maintenant, elle était dans de beaux draps. Elle ne savait absolument pas comment s'y prendre. Et, en désespoir de cause, elle avait décidé d'envoyer un appel au secours à sa mère, qui, elle, était beaucoup plus à même de la guider sur ce terrain que Page trouvait carrément mouvant.

C'était donc soulagée que la rouquine redescendait de la volière, après avoir confié sa missive à Irmelda pour que celle-ci l'apporte à Londres. A n'en pas douter, Mary volerait au secours de sa fille. Alors cet envoi marquait un pas vers la solution à son problème, et Page se sentait le cœur bien plus léger maintenant que son oiseau était parti remplir sa mission.
Lui restait une inquiétude tout de même : le temps. La météo était vraiment exécrable depuis ce matin, et les bourrasques de vent n'en finissaient plus de prendre d'assaut les tours du château. La quatrième année avait hésité avant d'envoyer la petite chouette braver les éléments, mais celle-ci s'était montrée résolue - pour autant qu'une boule de plumes puisse faire montre de ses sentiments - et Page était si impatiente de recevoir les conseils de sa mère qu'elle avait tout de même envoyé le rapace, missive à la patte. A coup sûr, Irmelda s'en sortirait comme une chef, n'est-ce pas ? Après tout, quelque part, c'était une McHenry aussi, et donc une dure à cuire.
Enfin en tous cas, c'était ce que la lionne se répétait tandis qu'elle traversait le couloir du septième étage pour retourner vers la tour des Gryffondor. Parce qu'un léger sentiment de culpabilité l'étreignait tout de même.

Elle fut tirée de ses pensées par une lueur suivie d'un craquement. Un éclair venait de larder le ciel écossais, et la rouquine s'en voulut finalement, d'avoir envoyé une si frêle petit chose voler dans un ciel si maussade. Elle se rapprocha d'une des fenêtres à vitraux transparents, qui tremblait sous les coups de vent et crépitait sous la pluie, et jeta un oeil dehors. Ouch. Ca secouait sec. Pauvre Irmelda. Page s'était vraiment montrée égoïste sur ce coup.
Une rafale de vent plus forte que les autres eut raison de la résistance de la fenêtre et l'air à grande vitesse força le châssis de la fenêtre, qui s'ouvrir brusquement, cognant de front de la lionne et la faisant reculer de plusieurs pas. Pluie, vent et froid s'engouffrèrent dans le couloir, soulevant les tentures, faisant tinter les armures et surtout... ouvrant à la volée une porte, située presque en face.
Trop surprise par l'attaque inopinée des éléments, la quatrième année n'y prêta pas une grande attention, et s'efforça plutôt de refermer la fenêtre qui claquait, en arc boutant ses muscles.
Elle lutta un instant contre la force du souffle, mais c'était peine perdue. Seule, elle n'y arriverait pas.

Holy shit, quelle galère ! En plus, avec le raffut que cela faisait, si elle ne se coltinait pas de visiteur, elle serait bien chanceuse. Enfin, un peu d'aide, ce ne serait pas de refus, mais elle espérait s'épargner la compagnie de Rusard par exemple. Elle n'y était strictement pour rien, mais le concierge, qui ne la portait vraiment pas dans son coeur, se ferait une joie de la punir pour cela. C'est qu'il avait la rancune tenace, le vieux, et il ne lui pardonnerait sans doute jamais tous les affronts que William et elle lui avaient fait sous l'identité des Brigades Rousses.
Enfin en attendant, elle luttait contre la force du vent, la pluie lui giflant les joues et le vent glacé faisant voler ses cheveux de feu en tous sens. Crap, elle jouait de malchance !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iceland.light.free.fr/blog
  • Ethel Perks
    • Nombre de messages : 626
    • Age : 31
    • Date d'inscription : 11/10/2010

    • Pensine
      Statut sanguin: Sorcière simple
      Baguette magique: Ebène, crin de licorne, 21.25 cm
    avatar
  • Botaniste
MessageSujet: Re: La porte ouverte à toutes les fenêtres [Ethel]   Mar 21 Déc - 19:07:09

Non seulement le temps était à l’hiver, avec la neige qui recouvrait tous les terrains du château, certains pris sous le gel devenant ainsi des patinoires géantes, mais en plus la nuit tombait de plus en plus tôt ces temps-ci. Et ce soir, il y avait de l’orage. Les éclairs déchiraient le ciel et le tonnerre grondait à vous en éclater les tympans. Tous les élèves les plus lucides avaient rejoins leurs salles communes sitôt les cours terminés. D’autres, trainaient encore dans les couloirs et sous les préaux.

Parmi eux, une petite silhouette dissimulée sous une cape noire s’échappait jusqu’à la volière. Ethel voulait envoyer un courrier à sa mère pour savoir si les cadeaux qu’elle avait acheté à Pré-Au-Lard étaient arrivés à bon port.

Un éclair blanc traversa le ciel, dans un boucan du diable, faisant sursauter la petite lionne. Même armée de tout le courage du monde, la galloise avait peur des orages. Elle n’avait jamais ça. Petite, elle en avait une trouille bleue. Elle se souvenait que Manu en jouait beaucoup quand il voulait la terroriser. Une fois, il lui avait raconté que quand un orage éclatait, des centaines de détraqueurs paradaient dans les rues à la recherche d’âmes à tourmenter. Depuis ce jour, Ethel avait toujours eu peur de sortir toute seule, dans les grands soirs d’orage. Et dire qu’on l’avait envoyée à Gryffondor …

Armée de tout le courage du monde, l’adolescente reprit son avancée vers la volière. Il fallait qu’elle envoie ce courrier ce soir. Mais, vu le temps, elle hésitait. Le pauvre rapace ne sortirait sûrement pas indemne d’un trajet dans un temps pareil. Une fois à l’intérieur, elle s’arrêta pour reprendre son souffle. Sa cape était trempée. Elle enleva sa capuche, dégageant ainsi son visage. Ses cheveux étaient mouillés malgré la protection. Mais la pluie était tellement forte que même le plus fort sort de protection n’aurait pas suffit. Elle repoussa la porte pour la fermer, luttant contre la force du vent. Quelque chose vint cogner contre le bois de l’entrée, faisant sursauter la lionçonne, lui arrachant presque un cri. La prochaine fois, elle ne sortirait pas toute seule.

De toute façon, elle n’avait même pas le droit d’être dehors par un temps pareil. Si elle tombait sur un préfet, elle espérait juste que ce serait un de sa maison. Pour se rassurer, elle fredonna une comptine qu’elle avait apprise, enfant.


« Cric, croc,
Que le grand Cric me croque
Tic, toc,
De frapper à sa porte ».

Dans le couloir, le sol craquait sous ses pas. Elle s’arrêta, braquant sa baguette devant elle.

« Lumos ! »

Une faible lumière jaillit du bout de sa baguette. La lueur, presqu’inexistante, la rassurait un peu. Enfin, jusqu’à ce qu’elle entende de nouveaux craquements dans le plancher. Et pourtant, elle s’était arrêtée. Ca plus le grondement de l’orage, aussi téméraire soit-elle, Ethel finirait par prendre ses jambes à son cou. Afin d’occuper ses pensées, Ethel énuméra les différentes personnes qu’elle était susceptible de croiser à une heure pareil. Rusard étant en tête de liste. Brrr, rien que le nom lui donnait des frissons dans le dos. Le vieux bonhomme terrorisait la gamine depuis sa première année. Autant que sa chatte aux yeux rouges, Vile petite créature qui se faufilait dans tous les recoins sans le moindre bruit et avertissait son maitre dès qu’elle apercevait un élève en dehors de son lit.

Son cœur tapait contre sa poitrine. Elle avait vraiment la trouille. Et le nouvel éclair qui éclata la fit sursauter de plus belle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Page McHenry
    • Nombre de messages : 1880
    • Age : 33
    • Date d'inscription : 09/02/2008

    • Pensine
      Statut sanguin: Née-moldue
      Baguette magique: 27,5cm, noisetier clair, avec une spirale jusqu'à la pointe (brûlée), nerf de dragon
    avatar
MessageSujet: Re: La porte ouverte à toutes les fenêtres [Ethel]   Mar 21 Déc - 20:51:05

Au rythme où ça allait, le couloir serait bientôt inondé... Le sol dallé ressemblait déjà bien plus à une pataugeoire qu'à l'illustre corridor qu'il était censé être. Quant à Page, elle tenait plus de la serpillère humide que de la fringante préfète. En plus, dehors, c'était la tempête, et les éclairs lézardaient le ciel, faisant sursauter l'irlandaise à chaque fois. Et à chaque fois, elle perdait sa prise sur cette foutue fenêtre. Elle finit par jeter l'éponge. Elle n'avait pas assez de force, ça ne servait à rien de se faire rincer par les éléments pour rien. Elle aurait essayé, au moins. Rusard n'aurait qu'à s'en occuper. Après tout, c'était lui, le concierge, pas elle !

S'éloignant de la fenêtre avec un léger sentiment de culpabilité, la lionne tenta tant bien que mal d'essuyer son visage et ses cheveux avec les pans de sa robe de sorcier. Rien n'y faisait, elle dégoulinait. Poussant un soupir exaspéré, la préfète allait se remettre en route quand elle aperçut au bout du couloir une légère lueur. Holy shit ! Ca ne pouvait être que ce vieux croûton de Rusard ! Elle l'avait évoqué, et donc invoqué !
En réalité, il y avait moult autres options quant à l'identité de l'individu approchant, mais la rouquine, tout à sa paranoïa envers le belliqueux concierge, n'avait aucune envie de se faire coincer et mettre l'incident sur le dos. Alors elle se cacha précipitamment derrière une tenture, en attendant de mieux maîtriser la situation.

Au bout d'un instant, elle fut rassurée : pas de vilaine petite ombre noire suivant à la trace. Et si Miss teigne n'était pas là... pas de Rusard. Sans compter que la silhouette était bien trop petite pour être adulte. Ou trop grande pour être un elfe ou Flitwick.
Se décidant à sortir de sa cachette, elle tenta le tout pour le tout : même si elle ne savait pas qui arrivait, ça ne pourrait pas être pire que le vieux grincheux s'il s'agissait d'un élève. Oui, même Toaster ou Cudacier, elle pouvait se permettre de les apostropher de la sorte.


- Hé toi là-bas ! J'ai besoin d'aide. C'est une préfète qui le demande...

Bon restait à espérer que cette silhouette à contre jour fasse plutôt partie de ses amis et, surtout, ne soit pas trop étonné par la serpillère vivante qu'elle était devenue. Ses cheveux trempés avaient pris une couleur bien plus foncée et pendaient lamentablement de chaque côté de son visage, tandis que l'eau s'était étiolée en tâches sombres sur la robe et l'uniforme de la préfète. Oh oui, elle avait vraiment fière allure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iceland.light.free.fr/blog
  • Ethel Perks
    • Nombre de messages : 626
    • Age : 31
    • Date d'inscription : 11/10/2010

    • Pensine
      Statut sanguin: Sorcière simple
      Baguette magique: Ebène, crin de licorne, 21.25 cm
    avatar
  • Botaniste
MessageSujet: Re: La porte ouverte à toutes les fenêtres [Ethel]   Mar 21 Déc - 21:22:45

Cachée sous sa cape qui, tellement trempée ne la protégeait plus de rien, Ethel continuait à avancer avec pour objectif de trouver un endroit sec ou s’abriter. Si on l’attrapait maintenant, elle aurait sans doute fière allure. Le sol était glissant. A chaque pas, la galloise risquait une dangereuse glissade. Agrippant sa baguette qui était sa seule source de lumière, Ethel tentant tant bien que mal de rester sur ses deux jambes. Ses cheveux collaient sur son visage aussi trempe que le reste. Elle devait passait, sans arrêt, une main sur son visage pour le dégager des mèches qui brouillaient sa vision.

Elle n’aurait jamais du quitter la salle commune. Même si c’était pour aller s’occuper de quelques plantes dans la serre. Avec les gros nuages gris qui s’étaient pointés en début d’après-midi, l’adolescente aurait du prévoir que le temps se gâterait. Pas le temps de remuer ses neurones avec autant de questions. Pour l’heure, Ethel était toujours dans le couloir, baguette en main, seule. Seule ? Pas vraiment. Du moins, pas pour longtemps. Quelques secondes plus tard, le silence se rompit avec une voix féminine qui semblait assez proche de là ou se trouvait la galloise.

La jeune disciple de Gryffondor se raidit. Qui cela pouvait-il bien être ? Rusard ? Non, elle aurait déjà aperçu Miss Teigne au moins cent mètres avant. Un professeur ? Dans ce cas, elle pouvait se préparer à réserver tous les samedis suivant pour aller en retenue.
Timidement, Ethel se rapprocha, avec tout le courage dont elle pouvait se munir. Après tout, elle était une disciple de Godric, non d’un gnome ! Elle devait donc faire preuve de plus de courage que ça.

La voix se fit plus distincte. Mince ! Une préfète ! Son compte était bon ! Si c’était Dawster, elle ferait perdre une cinquantaine de points à coup sûr à sa maison. Elle se mordit la lèvre d’avance.

Dégageant ses cheveux de son visage et pointant sa baguette devant ses yeux, Ethel se redressa. Après tout, la silhouette demandait de l’aide. Aller l’aider lui donnerait des points en plus, certainement.

Mais, si c’était un piège tendu par un Serpentard justement ?

Allez bon sang ! T’es une gryffondor, Ethel ! Un peu de tripes !


« Je … J’arrive ! »

Ses pas étaient rythmés par un flop-flop qui résonnait dans les flaques d’eau répandues sur le sol. Il faudrait qu’elle suggère ce son pour la prochaine chorale.

Elle ne savait pas vraiment où elle se trouvait. Elle ne se guidait que grâce aux lueurs de sa baguette et de celle qu’elle commençait à distinguer plus nettement.

Mais, elle ne reconnaissait toujours pas la silhouette à qui appartenait la-dite baguette. Amie ou ennemie ?

Le bruit de l’eau qui tombait au-dessus d’elles ne faisaient que s’accentuer. C’en devenait atroce.


« Qui est-là ? », fût la seule phrase timidement prononcée qui sortit de la bouche d’Ethel, au moment où elle se rapprocha d’avantage de l’ombre qui l’avait interpellée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Page McHenry
    • Nombre de messages : 1880
    • Age : 33
    • Date d'inscription : 09/02/2008

    • Pensine
      Statut sanguin: Née-moldue
      Baguette magique: 27,5cm, noisetier clair, avec une spirale jusqu'à la pointe (brûlée), nerf de dragon
    avatar
MessageSujet: Re: La porte ouverte à toutes les fenêtres [Ethel]   Mer 22 Déc - 1:48:07

L'ombre semblait hésiter. Allez, bloody hell, elle n'allait tout de même pas la manger ! Une réponse perça le silence du couloir. Ouf. Elle arrivait. "Elle", comme la silhouette mais aussi comme la jeune fille. Puisque Page ne pouvait pas s'y tromper, c'était bien une demoiselle qui avait entendu son appel. Sauf que ça puait la trouille et le manque d'assurance. Oui, bon, Page n'était pas tout à fait à l'aise non plus de ne pas trop savoir à qui elle avait affaire, mais tout de même.

- C'est Page. Page McHenry. Préfète des lions. Allez, ramène toi.

L'irlandaise décida, au vu des hésitations de la nouvelle venue, de se porter à sa rencontre. Au moins, maintenant qu'elle s'était présentée, elle espérait que tout malaise serait dissipé.
Baguette brandie en avant, la quatrième année se dirigea vers la silhouette, afin de pouvoir enfin mettre un nom sur un visage.
Dehors, l'orage continuait de gronder, faisant régulièrement tonner sa colère et emplissant les couloirs de son écho vengeur.
Il ne fallut pas longtemps à la rouquine pour rejoindre l'autre lueur. Et pour reconnaitre, malgré ses vêtements détrempés, une fille de son année, Ethel Perks, qui était aussi inscrite à la chorale.


- Oh, c'est toi Ethel ! T'en as mis, un temps...

Le ton n'était pas au reproche mais bien au constat. Page était soulagée que ce fut une condisciple qui se trouvât là. Au moins, elle allait pouvoir l'aider sans rechigner. Enfin elle l'espérait.


- Tu voudrais pas me filer un coup de main ? L'orage a ouvert une fenêtre, et avec ce foutu vent, pas moyen de la refermer seule... Un coup à ce que Rusard nous accuse encore de tous les maux de la terre s'il le découvre...

La préfète offrit un sourire - humide - à Ethel pour l'encourager. Sa rivale du concours de chocogrenouilles ne semblait pas en mener bien large...


Dernière édition par Page McHenry le Mer 22 Déc - 18:34:26, édité 1 fois (Raison : orthographeuh :fou:)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iceland.light.free.fr/blog
  • Ethel Perks
    • Nombre de messages : 626
    • Age : 31
    • Date d'inscription : 11/10/2010

    • Pensine
      Statut sanguin: Sorcière simple
      Baguette magique: Ebène, crin de licorne, 21.25 cm
    avatar
  • Botaniste
MessageSujet: Re: La porte ouverte à toutes les fenêtres [Ethel]   Mer 22 Déc - 8:40:13

Page … Elle se retrouvait face à Page. Ses épaules se relâchèrent. Cela aurait pu être pire, elle aurait vraiment pu tomber sur Ange ou sur Rusard. Et l’accueil n’aurait pas été le même. Mais qu’est-ce qu’elle avait à manquer de courage devant une condisciple, vraiment ?! Elle se redressa, bombant le torse et desserrant les muscles. Peur, elle ? Mais de quoi ? Non mais vraiment, qu’allait-on s’imaginer là ? Oui, d’accord, la peur était une caractéristique du courage avait dit un jour Feu Dumbledore. Mais tout de même …

Avançant devant la préfète de sa maison, Ethel baissa sa garde ainsi que sa baguette. Elle ne pouvait pas lui montrer qu’elle avait eu la trouille, même si c’était sans doute déjà fait. Et pourtant, Page ne semblait pas être en colère contre elle. Le ton de sa voix était sans reproche, comme si la rouquine avait, elle aussi, été rassurée de découvrir une camarade de maison et non un autre individu qui aurait pu lui causer des ennuis. Bien au contraire, la jeune fille semblait vouloir de l’aide. Ethel leva les yeux pour constater qu’une des fenêtres refusait de se fermer si on n’y mettait pas plus de force. Cette même fenêtre qu’elle avait tenté de fermer seule, quelques minutes auparavant.


« Je vais t’aider. Manquerait plus que ce vieux grincheux nous accuse de quelque incident que ce soit. Ce ne serait pas la première fois ».

Le sourire de la préfète réconforta la galloise qui oublia toute tentative de crainte à son égard.

« Ne crois pas que j’ai eu peur de toi, hein ?! C’est juste le vent et l’orage … Et puis Rusard aussi … »

Oui bon, elle avait peur du concierge. Enfin faut dire qu’après tout ce que ses ainés lui avaient raconté sur les punitions qu’exécutait le vieux bonhomme quand cela lui prenait, et aussi, l’année dernière du temps des Carrow tout ce qu’elle avait entendu, beaucoup n’en mèneraient pas large à sa place. Bon d’accord, elle n’avait pas fait preuve de courage en restant à l’école pour aider à la défendre l’année précédente. Mais, ses parents ne lui en avaient pas laissé le choix. Ils avaient beau être peu présents, Les parents Perks tenaient à leur nombreuse marmaille.

Ethel se rapprocha de Page et poussa avec cette dernière la lourde fenêtre. La rouquine n’allait tout de même pas croire qu’un petit incident de ce genre allait ternir la réputation de la galloise. Au pire, elle pourrait toujours trouver un moyen de la soudoyer si celle-ci la menaçait de tout révéler à l’ensemble des rouge & or. Parce que bon, menacer une préfète, c’était assez risqué. Et surtout, ce n’était pas le genre de la maison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Page McHenry
    • Nombre de messages : 1880
    • Age : 33
    • Date d'inscription : 09/02/2008

    • Pensine
      Statut sanguin: Née-moldue
      Baguette magique: 27,5cm, noisetier clair, avec une spirale jusqu'à la pointe (brûlée), nerf de dragon
    avatar
MessageSujet: Re: La porte ouverte à toutes les fenêtres [Ethel]   Mer 22 Déc - 18:53:03

La rouquine eut un sourire amusé lorsqu'Ethel affirma qu'elle n'avait pas eu peur d'elle. Evidemment. Mais de ce qu'elle aurait pu être, c'était moins sûr. Mais peu importait. Page ne la jugerait pas pour ça. En plus, il fallait avouer que le cadre n'était vraiment pas rassurant. Et que la menace de Rusard en calmait plus d'un.
L'irlandaise avait appris à ne plus avoir peur du vieux grincheux. Elle ne l'aimait pas, et ne voulait juste pas lui laisser le loisir de l'accuser à tout bout de champ. Donc moins elle le croisait, mieux elle se portait. Mais on ne pouvait pas dire qu'il lui fasse peur, non. Il y avait eu bien d'autres menaces pires que lui dans les murs du château. Enfin c'était compréhensible que son ombre impressionne, elle voulait bien l'admettre. Surtout que Miss Teigne était grave flippante.

Quels que fussent les sentiments d'Ethel, la jeune fille ne se fit pas prier pour aider sa condisciple, et, joignant leurs efforts, bravant le souffle et la pluie qui continuaient de s'engouffrer, elles vinrent à bout de la fenêtre. Cell-ci se referma dans un CLAC sonore et Page souffla un peu. Elle était encore plus trempée qu'avant. Regardant Ethel qui se trouvait dans le même état, elle éclata de rire.


- Et ben... ce qu'on ferait pas pour éviter un savon de cette vieille bique de Rusard, hein.


Forte de ses acquis de l'an passé, la rouquine lança quelques sortilèges de sécheresse pour atténuer l'importance de la piscine qu'était devenue le couloir. Bon, elle ne le maîtrisait pas encore assez bien pour tout faire disparaître, mais au moins, c'était praticable. Et puis elle n'allait pas récurer le château non plus. Ses vêtements et cheveux subirent le même sortilège.
La préfète allait remercier la lionne et lui proposer de remonter vers la salle commune quand son regard tomba sur une ouverture dans le mur.

Ouverture qu'elle n'avait encore jamais vue ici, et qui était à demi masquée par une tenture qui avait été malmenée par le vent.


- Attends une seconde...


Tendant sa baguette devant elle, la quatrième année l'illumina d'un nouveau Lumos, et s'approcha de la sombre anfractuosité. Soulevant le tissu, elle découvrit une porte de bois qui avait sans doute été forcée par le souffle violent de l'orage : le battant semblait avoir claqué contre le mur, et en temps normal, était masqué par le lourd rideau.
Intriguée, la jeune fille s'approcha de l'ouverture et tendit sa baguette à l'intérieur pour essayer de discerner ce qui pouvait se retrouver derrière. Mais c'était peine perdue : la porte semblait donner sur un très étroit couloir qui s'enfonçait dans les ténèbres. Cool.
La rouquine se retourna vers sa condisciple avec un sourire qui ne présageait rien de bon.


- Ethel, j'crois bien qu'on vient de tomber sur un passage secret. Et je sais pas toi, mais moi je crève d'envie d'aller voir ce qui s'y passe... T'en es ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iceland.light.free.fr/blog
  • Ethel Perks
    • Nombre de messages : 626
    • Age : 31
    • Date d'inscription : 11/10/2010

    • Pensine
      Statut sanguin: Sorcière simple
      Baguette magique: Ebène, crin de licorne, 21.25 cm
    avatar
  • Botaniste
MessageSujet: Re: La porte ouverte à toutes les fenêtres [Ethel]   Mer 22 Déc - 20:41:48

Bon, il fallait se rassurer sur un point. La menace du Mage noir et des Carrow était désormais éteinte. Le vieux concierge était donc sous bonne surveillance et ses techniques, largement étudiées par qui de droit. De toute façon, Mc Gonagall n’avait jamais été fervente de ses pratiques avant même de devenir directrice de l’école. Alors, maintenant que c’était le cas, le vieux brigand n’avait qu’à bien se tenir. Oui, la seule chose que les deux jeunes filles avaient le plus à craindre, c’était plus de tomber sur des recoins encore méconnus de l’école donc pas forcément très sûrs. Ethel se souvenait de la fameuse Salle sur Demande, malheureusement détruite à nos jours. Mais, c’était un endroit qui avait été vraiment utile.

Mais ce qui était le plus sûr c’était que l’alliance était une arme plus puissante que le plus puissant des sorts. Et ça, l’ensemble des élèves l’avaient découvert au fil des ans. Et c’est dans cette alliance que les deux jeunes lionnes parvinrent à fermer la lourde porte, non sans recevoir quand même de bonnes giclées d’eaux. Elles mériteraient bien leur place auprès du feu en revenant dans leur salle commune. Quitte à virer un ou deux premières années en revendiquant leur ancienneté.

Ethel répondit au rire de Page, en voyant son état qui devait certainement être similaire au sien.

« Ca tu l’as dit ! On pourrait presque nous décerner une récompense, tiens ! »

En parlant de récompense, l’adolescente eut un pincement au cœur en pensant à tous ses élèves qui avaient risqué leur vie l’année dernière quand elle était en sécurité en exil. Elle avait râlé d’être si loin du monde, sans penser une seule seconde qu’elle au moins ne risquait rien là ou elle se trouvait.

Elle allait rajouter autre chose quand Page l’interrompit. La préfète avait sorti sa baguette, projetant un Lumos sur une partie du mur plus sombre que le reste. Elle souleva un bout de tenture qui révéla une porte en bois assez ancienne. Un passage secret non encore découvert ? Ici, dans le château ? Si Rusard ne le connaissait pas, les deux filles pourraient se vanter de connaitre un nouvel endroit secret dans l’école.

Dissimulée derrière Page, Ethel tendit le cou pour mieux voir. Page semblait avoir envie d’aller y jeter un œil. La galloise aussi. Ce passage l’intriguait.

« Bien sûr que j’en suis ! Ca a l’air mortel ! »

Bizarrement, toute trouille s’était évaporée de son petit corps. Bon, elles enfreignaient certainement une bonne dizaine de règlements. Mais, après tout, Page était sa préfète non ? Elle ne faisait que lui obéir. Mais, c’était excitant !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Page McHenry
    • Nombre de messages : 1880
    • Age : 33
    • Date d'inscription : 09/02/2008

    • Pensine
      Statut sanguin: Née-moldue
      Baguette magique: 27,5cm, noisetier clair, avec une spirale jusqu'à la pointe (brûlée), nerf de dragon
    avatar
MessageSujet: Re: La porte ouverte à toutes les fenêtres [Ethel]   Mer 29 Déc - 20:44:08

Ethel ne mit pas longtemps à accepter, et la rouquine lui offrit un sourire complice. La brunette semblait bien plus à l'aise que quelques instants auparavant. On ne refaisait pas les Gryffondors : l'attrait de l'aventure leur donnait des ailes.

- Ben c'est parti alors...

La préfète fit un signe à sa compagne pour que celle-ci rentre dans l'étroit couloir puis s'assura que personne ne les avait vues dans le couloir. Un coup d'oeil à droite, un coup d'oeil à gauche... Personne en vue, et c'était tant mieux. La jeune fille tira la tenture pour la décrocher de la pierre à laquelle les bourrasques de vent l'avaient accrochée, permettant aux deux lionnes de découvrir la porte. Si elles masquaient l'accès, elles devraient être tranquilles pour explorer pendant un moment. La rouquine repoussa le battant de bois également, mais sans fermer totalement la porte, et elle cala son manuel de potions contre le chambranle pour éviter qu'elles se retrouvent enfermées.


- On est jamais trop prudentes, chuchota-t-elle à l'adresse d'Ethel.

Ca faisait un peu vétérante, dit comme ça mais, après tout, Page s'était déjà pas mal baladée dans le château et avait été fouiné dans un paquet de coins peu recommandables... et en tout cas pas sur les plans officiels du château. Du moins ceux que les élèves se construisaient eux-mêmes au fur et à mesure de leur scolarité. Et bien souvent, ces balades insolites lui avaient réservé de sacrées surprises, bonnes comme mauvaises. Alors oui, la prudence était de mise.
Semblant se rappeler que cette fois elle embarquait une camarade Rouge et Or dans ses péripéties, elle jugea bon de lâcher tout de même un petit mot de circonstance.


- Oui euh, en réalité, on n'a pas trop le droit d'aller se balader comme ça mais bon... 'suffit juste que personne l'apprenne, ok ? On fait rien de mal, donc y a pas de raison. On garde ça pour nous, ok ?

Elle ne doutait pas qu'Ethel serait d'accord. Aucune des deux filles n'avait d'intérêt à vendre la mèche. C'était un coup à faire perdre bien trop de points aux Lions si jamais leur directeur de maison apprenait que la préfète et une comparse de quatrième année flânaient le soir dans les couloirs, après le couvre-feu, dans des endroits non réglementaires.
Certes, le couvre-feu n'était pas encore passé, mais ça n'allait pas tarder.
Le craquement d'un éclair fit sursauter l'irlandaise tandis que la vive lueur passait à peine par l'entrebâillement de la porte. C'était bon signe : la tenture masquait presque parfaitement le passage.

Tendant baguette et Lumos devant elle, la quatrième année repassa devant Ethel dans le couloir qui se dessinait devant les deux filles, en se collant au mur. Le passage n'était pas bien large, et même si les deux lionnes n'étaient pas des sumos, il leur était impossible de rester à deux de front.

- Bon. J'passe devant pour le moment, et puis on changera après, histoire que chacune ait sa part de découverte !

Joignant le geste à la parole, Page commença à avancer, à pas mesurés, chassant progressivement les ténèbres grâce à la lueur de sa baguette. Les murs étaient en pierre, comme le sol et le plafond. Mais aucune des surfaces n'avait un réel aspect "fini". On avait presque l'impression d'être en plein travaux, en cours de chantier. Et puis, c'était étrange, quand même, l'étroitesse de ce passage qui pourtant bénéficiait d'une porte...


- C'est dingue, j'ai l'impression qu'on avance dans l'épaisseur du mur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iceland.light.free.fr/blog
  • Ethel Perks
    • Nombre de messages : 626
    • Age : 31
    • Date d'inscription : 11/10/2010

    • Pensine
      Statut sanguin: Sorcière simple
      Baguette magique: Ebène, crin de licorne, 21.25 cm
    avatar
  • Botaniste
MessageSujet: Re: La porte ouverte à toutes les fenêtres [Ethel]   Mer 29 Déc - 21:27:45

Ethel était toujours avide de nouvelles découvertes et le passage sur lequel Page avait mit la main lui mettait l’eau à la bouche. Du coup, la frousse survenue tantôt s’était complètement évaporée. Il suffisait d’un truc nouveau pour en effacer un ancien avec la galloise et ce, depuis son enfance. C’était un stratagème qu’utilisait souvent Manu pour occuper l’attention de la fillette lorsque quelque chose lui faisait peur ou la contrariait. Très efficace comme changement d’humeur.

La jeune gryffone s’engagea, à la suite de la préfète, dans l’étroit couloir sur lequel elles venaient de mettre la main. Une fois engouffrées à l’intérieur, Page bloqua le battant de la porte avec son gros bouquin de potions. L’adolescente avait raison. On n’est jamais trop prudent. Mais, Ethel eût un peu mal au cœur que ce soit un livre de potions qui serve à empêcher la porte de se refermer. C’est vrai quoi ! C’était sacré les manuels de potions. Cela frustrait l’adoratrice du cours de potions qu’elle était. Elle sourit tout de même. Elle n’était pas du genre tatillon de toute façon. Et puis, c’était pour la bonne cause. Si ça se trouve, elles mettraient la main sur de drôles de secrets, comme ceux qu’on découvrait dans les livres. Et ça, c’était captivant. Tant pis si les deux filles se retrouvaient devant des bestioles répugnantes ou autres trucs qui auraient pu paraitre effrayant. Après tout, elles étaient à Gryffondor et en plus elles étaient deux. Et la devise de l’école après tout c’était « l’union fait la force », non ?

Et lorsque Page rappela que ce genre de promenade était interdit et qu’elle comptait sur elle pour n’en parler à personne, Ethel la regarda avec un air entendu.


« Je ne suis pas du genre à cafter. Et puis, je ne tiens pas à faire perdre de points à notre maison. Pas question que les vipères remportent la coupe, hein ?! En plus, c’est bien mieux de garder un truc comme ça pour nous. Cela fera de nous des exploratrices hors pair et des grandes en plus qui ont un secret en commun ! »

Elle s’était attendu à quoi mademoiselle la préfète ? Qu’Ethel irait raconter à qui voudrait bien l’entendre qu’elles avaient mis la main sur un énième passage secret dans l’école pour que tout le monde rapplique et qu’encore une fois, on leur apprenne que violer le règlement de l’école était interdit ? Pas de ça chez les Perks. On avait le sens de l’honneur.

« Comptez sur moi, Cap’tain ! Le secret sera on-ne-peut-mieux gardé, foie de Perks ! »

Ethel s’écarta un peu lorsque Page repassa devant elle. Et puis, Ethel reprendrait la suite. Comme ça, les deux jeunes filles pourraient, à la fois, découvrir chacune son tour ce qui était à découvrir et puis comme ça, elles pourraient mieux prévenir du danger. Un genre de tour de garde, en quelques sortes. Sauf qu’aucune ne dormirait.

A la lumière des baguettes, la galloise observait les lieux tout en avançant. Encore une fois, Page avait raison. On avait l’impression de se trouver à l’intérieur même d’un mur.


« Tu crois que des travaux auraient été abandonnés à cause d’un danger quelconque ? Ou bien que quelque chose … ou quelqu’un aurait détruit cette partie du château ? »

Ethel gardait en mémoire que durant les dernières années, quelques zones de l’école n’avaient pas survécues à la grande guerre entre les membres de l’ordre et les mages noirs. Mais les fissures semblaient plus anciennes. Qui sait ce que pouvaient renfermer ces murs.

« Dis ... Y a des trucs qui te font peur à toi ? »

Ben quoi ? C'était une question comme une autre non ? Et puis, cela évitait de rester dans le silence. L'absence de bruit était plutôt inquiétante.

Ce dont avait peur Ethel, c'était le vide et la hauteur. C'était pour ça qu'elle ne supportait pas les cours de vol, malgré toute la volonté qu'elle avait mise pendant le cours, en première année.

Elle se demandait ce qui pouvait effrayer Page. Après tout, pour avoir participé à la grande bataille de Poudlard, des peurs comme celles-ci pouvaient paraitre plutôt banales.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Page McHenry
    • Nombre de messages : 1880
    • Age : 33
    • Date d'inscription : 09/02/2008

    • Pensine
      Statut sanguin: Née-moldue
      Baguette magique: 27,5cm, noisetier clair, avec une spirale jusqu'à la pointe (brûlée), nerf de dragon
    avatar
MessageSujet: Re: La porte ouverte à toutes les fenêtres [Ethel]   Jeu 30 Déc - 16:49:35

La pierre succédait à la pierre et l'étroit couloir se poursuivait encore et encore, se révélant au fur et à mesure que les deux jeunes filles avançaient. Page se demandait où cela pouvait bien mener. Elle avait l'impression de s'enfoncer dans les entrailles des château. Mais elle était persuadée, même si elle ne savait pas du tout où elle se trouvait, que ce passage mènerait à quelque chose. C'était obligé. Il y avait une porte. Donc ça avait une raison d'être, et ça menait quelque part. CQFD. Restait à trouver quoi.

Ethel formula quelques hypothèses auxquelles l'irlandaise fut incapable de répondre.


- J'en sais vraiment rien. Chui pas une tête en Histoire de Poudlard... Ca s'pourrait... Ou bien ça a été prévu comme ça à l'origine pour rester secret...

Les deux lionnes rencontrèrent bientôt un obstacle. Des étais de bois en travers du couloir semblaient maintenir l'écartement des deux murs et il leur fallut se contorsionner pour passer tantôt dessus, tantôt dessous et poursuivre leur progression.

« Dis ... Y a des trucs qui te font peur à toi ? » demanda la galloise, de but en blanc.

Surprise, la rouquine se retourna et, ne regardant pas où elle marchait, glissa sur une pierre et manqua de se ramasser. Jurant entre ses dents sur sa maladresse, elle se redressa, plongeant son regard dans celui d'Ethel. C'était étrange, comme question, dans cette situation. Enfin... elle devait sans doute être tout à fait innocente, vu que la brunette avait avoué tout à l'heure avoir peur de l'orage. Et puis finalement, les deux jeunes filles se connaissaient assez peu, puisqu'Ethel avait été éloignée de l'école l'an passé. Au final, la galloise ne devait sans doute connaître l'irlandaise que pour ses actions de première année sous l'identité des Brigades Rousses et son rôle de préfète qu'elle endossait à nouveau cette année.

- Euh je... j'ai pas de peur particulière, répondit-elle avec un air bizarre. Mais je sais que j'ai déjà eu sacrément peur. Dans certaines situations. Mais ça tenait du contexte. C'est pas une généralité quoi.

Non, elle était honnête en répondant cela. Elle n'avait pas peur des trolls. Elle n'avait pas peur du noir. Elle n'avait pas peur des serviteurs des ténèbres. Elle n'avait pas peur des Loups Garous. Mais face aux uns ou aux autres, elle avait eu peur. Très peur.
Elle poussa un soupir.


- Le monde magique regorge de créatures et de trucs qui peuvent facilement te coller les foies. Même si à la base, c'est pas des trucs qui te font peur.


Page avait l'impression de tourner autour du pot. Le meilleur exemple qu'elle aurait pu donner à Ethel pour lui expliquer ce qu'elle voulait dire était sans nul doute la forme qu'avait prise son épouvantard en première année. Mais elle n'avait vraiment pas envie de reparler de ça.

- Genre les trolls. Tu vois, de base, j'ai pas peur des trolls. Mais j'peux te dire que quand ce gros tas est devant toi et t'a déjà bien amoché la tronche, ben tu fais comme tout le monde, tu flippes. Gryffy ou pas.

Ouais, ça c'était un exemple concret qui illustrait bien ce qu'elle essayait de dire. Le reste, pas besoin de l'évoquer. La seule chose, ou plutôt personne, qui lui faisait réellement peur dans le sens où Ethel le demandait était décédée à la bataille de Poudlard, sous les coups de la Justice. Bower n'était plus, et le reste de ses funestes expériences se partageaient les cauchemars qu'il avait abandonnés. Enfin à bien y réfléchir...

- Si, je crois qu'il y a vraiment qu'un truc dont j'ai vraiment peur. C'est qu'on fasse du mal à ma soeur jumelle. T'as déjà dû la voir, Helen, elle est à Poufsouffle, un an en dessous de nous...

Elle avait déjà eu très peur pour sa soeur. Mais aujourd'hui, le monde était plus calme, et elle plus sereine de ce côté là.
Page esquissa un sourire pour chasser toutes ses sombres pensées. Elle avait fini par répondre à la question de sa condisciple.


- Et toi ? Hormis l'orage, y a des trucs qui te font flipper ? Je dirai rien, promis !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iceland.light.free.fr/blog
  • Ethel Perks
    • Nombre de messages : 626
    • Age : 31
    • Date d'inscription : 11/10/2010

    • Pensine
      Statut sanguin: Sorcière simple
      Baguette magique: Ebène, crin de licorne, 21.25 cm
    avatar
  • Botaniste
MessageSujet: Re: La porte ouverte à toutes les fenêtres [Ethel]   Jeu 30 Déc - 17:21:21

Ethel avait ouvert le sujet plus pour meubler le silence des catacombes que pour tenir une conversation. Parce que fallait avouer que là où elles se trouvaient, les deux jeunes filles n’avaient pour seule compagnie que des bruits sourds provenant du fond de la cavité, le tout plongé dans le noir. Et, malgré la lueur diffusée par leur deux baguettes, elles n’y voyaient pas à cinq mètres devant elles. Et puis, le bruit d’une conversation la rassurait. Cela avait toujours été comme ça. Même petite, lorsqu’elle sortait dehors pour ramasser des fruits, lorsque la nuit tombait, si elle n’était pas accompagnée, elle se parlait à elle-même, d’une voix assez forte.

Leur expédition se poursuivait, les menant toujours devant des murs de pierres semblant interminables. On entendait des bruits d’écoulement d’eau. Comme s’il y avait une galerie souterraine plus loin. Une grotte ? Un abri ? Un cachot ? Les cachots, ça ne faisait pas peur. Les cours de potions avaient lieu dans des cachots depuis longtemps et ils étaient emménagés de telle manière qu’ils étaient plus chaleureux et confortables que l’endroit où les deux lionçonnes se trouvaient, à présent.

Page avait sans doute raison. Si c’était comme ça, c’était qu’on l’avait certainement voulu. Pour faire parler les curieux, certainement. La preuve que ça marchait bien.

Puis Page glissa sur une pierre humide, certainement recouverte de mousse. Dans un mouvement d’inquiétude et d’entraide, Ethel avait agrippé sa camarade pour lui éviter de finir les fesses sur le sol glacé, sombre et certainement poussiéreux (voire plus sale encore si on faisait la lumière sur la situation).

La réponse de la préfète concernant sa peur avait satisfait la galloise qui lui avait sourit avec douceur. Pour le coup, la petite demoiselle se sentait ridicule avec ses peurs presqu’enfantine. Elle se demandait bien pourquoi elle était chez les lions. Certes, elle avait de l’aplomb, du répondant et était prête à se mettre devant les gens qu’elle appréciait pour leur éviter tout danger. Mais, des peurs, elle en avait des tas. La première étant certainement celle de perdre des gens qui lui étaient chers. Après venaient sa peur du vide et celle du noir. Mais bien après.

Quand Page amorça son explication sur les trolls, Ethel retint un rire. Ca c’était sûr. Devant un Troll, Gryffy ou pas, on finissait par prendre ses jambes à son cou si c’était pour éviter de mourir écraser sous le poids de la bestiole ou du moins salement amoché.

Puis finalement, l’irlandaise avoua un profond secret à sa camarade des rouges. Page avait peur qu’il advienne quoi que ce soit à sa sœur jumelle. Beh ouais, Page avait un cœur en plus du courage. Et ça, Ethel n’en aurait jamais douté. Les lions avaient du courage mais étaient réputés pour leur sens de l’honneur et de l’entraide. Et puis les liens familiaux étaient plus forts que tout. Même Ethel ne supportait pas qu’il advienne quoi que ce soit à ses frères et sœur. Même si c’était elle qu’on avait tendance à protéger le plus. Enfin, la préfète retourna le sujet pour mieux sonder la personnalité de sa camarade froussarde.


« En fait, à part le noir et le vide, ce qui me fait le plus peur c’est qu’il arrive quelque chose à mes proches sans que je sois capable de les protéger. Si mes frères et sœur se retrouvaient en danger et que je ne serais pas à leurs côtés, parce qu’ils me considèreraient trop jeune pour me mettre aussi en danger, je ne supporterais pas qu’il leur arrive quelque chose sans que je sois là pour au moins tenter de les défendre ».


Disant cela, la petite demoiselle avait serré les poings. Le fait d’avoir été couvée et surprotégée tout au long de sa vie avait fragilisé Ethel qui se retrouvait frustrée quand elle se retrouvait incapable de venir en aide à quelqu’un. Et pourtant, elle avait de la volonté et l’envie de se surpasser à chaque instant, cet esprit de compétition ayant été multiplié quand elle était entrée à Gryffondor.

Ethel ne se souvenait pas de la forme qu’avait pris l’épouvantard qu’elle avait eu à affronter en cours de DCFM lors de sa seconde année. Toujours est-il qu’elle ne désirait plus s’en souvenir.

Par moment, elle se demandait pourquoi elle n’avait pas été envoyé à Serdaigle ou à Poufsouffle, comme ses ainés. Peut-être parce qu’elle avait marmonné au choixpeau de faire d’elle quelqu’un d’exceptionnel pour qu’elle puisse se détacher du lot, pour une fois, et ainsi récolter des félicitations et des encouragements pour les actes de bravoures qu’elle pourrait accomplir.


« Je ne sais pas si je suis réellement courageuse en fait. Disons que j'ai tellement besoin de prouver que je peux faire les choses que je finis par oser affronter les dangers ».

C'était comme ça qu'elle avait affronté les diverses épreuves du cours de DCFM chaque année et qu'elle avait réussi à remonter sur un balai récemment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Page McHenry
    • Nombre de messages : 1880
    • Age : 33
    • Date d'inscription : 09/02/2008

    • Pensine
      Statut sanguin: Née-moldue
      Baguette magique: 27,5cm, noisetier clair, avec une spirale jusqu'à la pointe (brûlée), nerf de dragon
    avatar
MessageSujet: Re: La porte ouverte à toutes les fenêtres [Ethel]   Jeu 30 Déc - 19:20:51

Page sourit à la réponse de la galloise. Eh bien, à elles deux, elles feraient de fieffées Poufsouffles en réalité, à protéger leur famille par dessus tout ! Ethel semblait aussi pensive que la rouquine finalement... Sans doute avait-elle posé la question par curiosité, mais ses propres réponses semblaient l'amener à s'interroger sur elle-même.

- Encore heureux qu'on sorte pas tous du même moule, chez Godric. Je pense que ça fait la force de notre maison.

C'était pareil dans les autres maisons d'ailleurs. Car si les archétypes annoncés le soir de la répartition se retrouvaient souvent dans les caractères des élèves qui rejoignaient les différentes maisons, ils étaient souvent beaucoup plus nuancés, et c'était tant mieux.
Bon, sauf chez les Verts. Enfin, là, elle faisait preuve de mauvaise foi, et le savait pertinemment. Elle en avait rencontré quelques-uns de valables. Des exceptions. Si elle était arrivée au château sans idée préconçue, Cudacier, Toaster, Deniel ou le petit poison s'étaient chargés de la faire rentrer dans les rangs - et les clichés. A présent, elle était pour ainsi dire l'incarnation de la lutte entre Serpents et Lions, aux yeux de beaucoup. Plus rouge que rouge.
Page eut un sourire amusé. Cette image qu'on lui collait lui plaisait finalement, et elle avait plus d'une fois contribué à dépeindre ce tableau. Et tant pis si personne ne retenait les exceptions.

- C'est une raison comme une autre, en tous cas, pour affronter le danger... Moi ça me va. Pis j'suis certaine que si le Choixpeau t'a mis chez les Rouges, c'est que tu le méritais. Avec beaucoup de courage ou juste ce qu'il faut.

La rouquine fit un clin d'oeil à sa comparse avant de se retourner à nouveau vers les ténèbres.

- La preuve, on va là, fit-elle en pointant l'obscurité.

Reprenant sa progression, l'irlandaise fit cette fois attention au placement de ses pieds, et cela lui évita une nouvelle chute, car cette fois, plusieurs petites marches de pierre érodée apparurent dans le halo de son lumos.

- Gaffe, Ethel, ça glisse.

Effectivement, les murs, à partir de cet endroit, semblaient suinter, et l'humidité descendait sur le sol en traînées noirâtres. De la moisissure, sans doute. Page fronça le nez. Ca sentait les fonds de cachots humides et rances. Prenant ses appuis avec précaution, la jeune fille passa l'endroit délicat et s'assura que la brunette ne glissait pas non plus.
Enfin, elle se retourna, et découvrit, deux mètres plus loin, une porte, qui bloquait le chemin. Un simple battant de bois, sobre et sans fioriture, visiblement usé par le temps... Pas de serrure visible.

- Je suis pas super chaude pour ouvrir ça prendre quelques précautions... T'en penses quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iceland.light.free.fr/blog
  • Ethel Perks
    • Nombre de messages : 626
    • Age : 31
    • Date d'inscription : 11/10/2010

    • Pensine
      Statut sanguin: Sorcière simple
      Baguette magique: Ebène, crin de licorne, 21.25 cm
    avatar
  • Botaniste
MessageSujet: Re: La porte ouverte à toutes les fenêtres [Ethel]   Jeu 30 Déc - 20:08:26

Ethel se mit à rire sous la remarque de la préfète.

« Tu imagines si tous les gryffondor n’étaient que des têtes brûlées qui fonceraient, visage contre terre, contre le danger sans prendre le temps de réfléchir avant ? Cela ferait un sacré désordre … »

Oui. Heureusement qu’il y avait des caractères divers et variés chez les lions. Les plus courageux protégeaient les plus faibles et ces derniers prouvaient leur valeur en agissant de la manière la plus héroïque possible, ne serait-ce qu’en ne fuyant pas ventre à terre à la première occasion. Ethel était de ceux là. Elle n’était pas une leader, elle préférait se maintenir en retrait. Mais, elle était toujours présente pour filer un coup de main quand c’était nécessaire. « Ne jamais laisser un camarade dans le besoin », c’était sa devise.

Elles auraient fait de remarquables Poufsouffles finalement. Mais, le choixpeau avait bien dû avoir ses raisons pour les envoyer chez Godric. Et apparemment, les deux demoiselles ne semblaient pas trop gênées par leur situation actuelle.

Ethel regarda avec attention l’endroit que lui indiquait Page. Oui, il fallait beaucoup de courage pour oser entrer là-dedans en ignorant totalement ce que la pièce pouvait bien renfermer.

« Je pencherais plutôt pour un gros élan de curiosité, tu ne crois pas ? »

Elle lui sourit avec la même douceur que précédemment. Puis les deux jeunes filles se remirent en route. Jusqu’à ce que Page glisse à nouveau. La galloise prit donc en compte l’avertissement de sa camarade. Mieux valait être prudente.

Quand elles arrivèrent devant une drôle de porte qui semblait très très ancienne et que Page suggéra de faire quelque chose tant l’état était ragoutant, Ethel eut une idée lumineuse en levant sa baguette.


« Un petit récurvite ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Page McHenry
    • Nombre de messages : 1880
    • Age : 33
    • Date d'inscription : 09/02/2008

    • Pensine
      Statut sanguin: Née-moldue
      Baguette magique: 27,5cm, noisetier clair, avec une spirale jusqu'à la pointe (brûlée), nerf de dragon
    avatar
MessageSujet: Re: La porte ouverte à toutes les fenêtres [Ethel]   Sam 1 Jan - 17:34:10

Courage, curiosité ou stupide témérité, les raisons étaient sans doute multiples. En tous cas, les deux lionnes étaient devant une impasse au fond d'un couloir sombre, et Page ne comptait pas abandonner si vite. L'irlandaise détaillait la porte en attendant la réponse de sa camarade, mais elle ne s'était pas attendu à ce qu'Ethel proposa. Elle éclata de rire.

- Ahah, si tu veux, mais moi, j'suis pas vraiment une grande fan de ménage !


Pas un seul instant elle n'avait songé à "laver" la porte. C'était sans doute à cet instant qu'on voyait le mieux la différence d'expérience entre les deux jeunes filles. L'une revenait à Poudlard après une année loin des dangers alors que l'autre y avait été plongée jusqu'au cou...

- Non, je pensais plutôt à vérifier si y avait pas des protections... Ou des pièges.

Voilà pourquoi elle ne voulait pas mettre ses doigts sur cette porte suspecte tant qu'elle n'aurait pas "déminé" le terrain. C'était un coup à se blesser ou pire... Paranoïaque la rouquine ? Pas encore. Mais très prudente. Elle n'avait pas très envie d'écoper bêtement d'une cicatrice de plus. Jetant un regard entendu vers sa comparse, elle prit les devants.
Tandis que la baguette d'Ethel permettait de conserver une lueur sur l'espèce de palier qu'elles occupaient, l'irlandaise lança plusieurs sortilèges sur la porte, par acquis de conscience. Si le battant de bois était juste effectivement sale comme le supposait la galloise, elle aurait l'air un peu bête, mais elle préférait cela à se prendre une explosion en pleine figure en passant dans l'embrasure.


- Finite ! Alohomora !

Bon, si un sortilège simple protégeait la porte, il devait être annulé. Et en l'absence de serrure, elle espérait que son sortilège d'ouverture ait pu faire sauter tout verrouillage magique. Elle regarda la porte avec méfiance, pas encore convaincue. Si seulement elle était capable de lancer un Protego ! Il lui semblait que c'était au programme de cette année, mais ils ne l'avaient pas encore étudié en cours... Alors, avant de poser ses mains sur le battant, elle frotta sa paume contre le mur de pierre brute, pour récolter un peu de poussière, et la jeta sur le bois.

Aucune réaction. Pas d'explosion, pas de lame tranchante, pas de halo lumineux.


- Bon, fit-elle en se retournant vers Ethel avec un air dubitatif. Je crois qu'on peut y aller maintenant. Enfin j'espère. Sauf si tu veux vraiment nettoyer la porte.

Elle rit avant de retrouver rapidement son sérieux. "Vigilance constante" lui avait rapporté William des cours du vieux Maugrey. Elle aimait bien ce dicton. Et elle comptait bien l'appliquer. Baguette à nouveau illuminée d'un Lumos, la rouquine posa avec précaution sa main sur la porte et poussa, prête à en découdre au moindre bruit ou mouvement suspect.
Sauf que la porte résista. Après un instant de surprise, la rouquine pouffa en se rendant compte qu'il fallait la tirer, et elle recommença la manoeuvre, dans le bon sens.
Cette fois, le battant fut plus coopératif.
Rien ne leur sauta au visage. Rien n'explosa. Aucun bruit suspect.

La préfète passa par l'entrebâillement de la porte, Ethel sur ses talons, et pénétra dans ce qui semblait être une sombre pièce aux murs couvertes d'étagères chargées de bocaux. Une table couverte de parchemins moisis se trouvait au centre. Et, en promenant sa baguette le long du mur, Page eut la désagréable surprise de découvrir des contenus de bocaux tous plus étranges et dégoûtants les uns que les autres. Des créatures bizarres flottaient dans un liquide ambré, le verre du bocal faisant loupe. La poussière et la saleté ambiantes conféraient à l'air une consistance un peu étouffante. A moins que ce ne fut l'ambiance globale.


- Brrrr Ethel, ça craint...

Elle n'avait plus vraiment envie de rire à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iceland.light.free.fr/blog
  • Ethel Perks
    • Nombre de messages : 626
    • Age : 31
    • Date d'inscription : 11/10/2010

    • Pensine
      Statut sanguin: Sorcière simple
      Baguette magique: Ebène, crin de licorne, 21.25 cm
    avatar
  • Botaniste
MessageSujet: Re: La porte ouverte à toutes les fenêtres [Ethel]   Sam 1 Jan - 18:07:13

Après qu’Ethel ait proposé sa réponse, Page s’était mise à rire. Il est vrai qu’il aurait été plus intelligent de penser à leur sécurité en premier plutôt qu’à nettoyer la porte de prime abord. La galloise manquait soit de logique ou alors pensait d’abord à l’état de son uniforme avant sa sécurité. Que Godric se cache les yeux ! Il avait là une bien piètre disciple.

Bon, c’est vrai, Ethel n’avait pas été trop confrontée au danger ces dernières années, isolée loin des dangers de Londres comme l’avaient souhaité ses parents. Et, elle en avait un peu honte. D’une part, parce que beaucoup d’élèves de son âge s’étaient battus pour la défense de leur école, seul lieu où la magie pouvait leur être enseignée. D’autre part, parce qu’elle était sans doute passée pour une idiote devant Billy. Et ça, elle s’en mordait les doigts, même si le jeune attrapeur ne lui aurait sans doute jamais fait remarquer. La galloise était bien là une fille sans cervelle. Elle devrait songer à tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de causer, la prochaine fois.

La jeune fille se contenta donc de se tenir un peu en retrait, baguette levée pour diffuser assez de lumière pendant que Page lançait des contre-sorts sur la porte. Elle serait toujours reléguée au second plan, décidemment. Elle n’avait, en aucun cas, les épaules pour être une leader.

Apparemment, pas de piège. Du moins, pas un qui ne sauta à la figure des deux jeunes filles. Page, d’ailleurs, sembla donner le signe de départ pour repartir en expédition. N’y voyant aucun inconvénient, Ethel haussa les épaules, relevant à peine la remarque de sa camarade quant à sa suggestion première de nettoyer la porte. Enfin si ! Pour la forme, elle lui répondit.


« Ouais bon, c’était pas bien fut-fut, mais ça nous servira peut-être, hein ?! »

Elle lui tira la langue sans aucune agressivité.


« Au moins, j’aurais proposé quelque chose ! Et puis, t’es la chef toi. Tu ordonnes, j’obéis ! »

Ce genre de situation, ça lui allait très bien. Enfin, jusqu’à un certain point. C’était évident.

Les deux gamines pénétrèrent dans la salle, alors qu’une vision d’horreur s’offrait à elles. Des étagères recouvraient les murs de la pièce. Et, quand on y pointait un soupçon de lumière, on voyait bien qu’il y avait là des centaines de bocaux entreposés. Leur contenus souleva l’estomac d’Ethel qui retint un haut-le-cœur.


« Tu crois que … Tu penses qu’ils ont fait des expériences sur des créatures ou … »

Elle se tût. Elle avait failli dire « humains », mais elle préférait se taire. O bien sur, l’année dernière, les Carrow avaient du s’en donner à cœur joie de ce genre d’expérience. A n’en pas douter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Page McHenry
    • Nombre de messages : 1880
    • Age : 33
    • Date d'inscription : 09/02/2008

    • Pensine
      Statut sanguin: Née-moldue
      Baguette magique: 27,5cm, noisetier clair, avec une spirale jusqu'à la pointe (brûlée), nerf de dragon
    avatar
MessageSujet: Re: La porte ouverte à toutes les fenêtres [Ethel]   Mar 4 Jan - 21:05:30

La petite phrase d'Ethel sur les rapports hiérarchiques entre les deux lionnes fit légèrement tiquer Page. Elle n'avait pas vraiment envisagé les choses ainsi en réalité... Certes, elle avait ce fucking badge, mais en l'occurrence, il la bridait plus qu'autre chose : ses entorses au règlement étaient au moins aussi nombreuses que le nombre de chatons dans les assiettes de porcelaine du bureau d'Ombrage (et c'était dire), elle ne se sentait pas forcément la mieux placée pour parler respect hiérarchique.
En revanche, ce même état de fait la rendait bien plus encline à prendre les situations en main... même si elle devait faire des efforts pour limiter ses pulsions aventureuses.

Elle préféra pourtant ne pas relever. Elle n'avait pas envie de créer un quelconque malentendu. Il serait toujours temps de clarifier les choses plus tard.

En attendant, le spectacle offert par la décoration glauque de la pièce laissait aux deux filles un sentiment identique de dégoût.


- Ca y ressemble bien... Regarde, y a plein de bestioles, je sais même pas ce que c'est... Eurk, dégueu, celui-là il a deux têtes !

L'irlandaise passait le long des étagères, à la fois curieuse de voir les mystères enfermés dans ces bocaux mais également tenaillée par une forte réticence. Elles feraient mieux de filer, c'était vraiment trop malsain. Mais maintenant qu'elles étaient là, Page ne pouvait se retenir de détailler ce qu'elles avaient découvert. Qu'est-ce qui pouvait bien se tramer ici ? Un atelier secret ? Certainement vu l'accès difficile. Mais pour qui, Bloody Hell ?
Un peu plus loin, un petit meuble à tiroirs vermoulus, lui aussi couvert de parchemins indéchiffrables. La rouquine brûlait d'envie de l'ouvrir, mais elle hésita un instant. Ca pouvait être dangereux.
Rho, au diable les précautions. Si la porte d'entrée avait été protégée, cela devait être plus tranquille à l'intérieur. Pointant tout de même sa baguette vers l'ouverture à venir, la quatrième année posa sa main sur la poignée de l'un des tiroirs et tenta de l'ouvrir. Mais le vieux bois avait travaillé et il lui fallut forcer. Elle tira de toutes ses forces et le tiroir céda, la faisant tomber au sol dans un couinement.

Hein ? Un couinement ?

En un éclair, la préfète était à nouveau sur ses pieds, pointant avec fébrilité sa baguette alternativement sur le tiroir au sol puis le vieux meuble.


- Ethel... Ca craint... T'as entendu ?




[HJ : j'ai plusieurs options plausibles pour l'origine du bruit mais si tu veux t'approprier le truc, fais-toi plaisir !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iceland.light.free.fr/blog
  • Ethel Perks
    • Nombre de messages : 626
    • Age : 31
    • Date d'inscription : 11/10/2010

    • Pensine
      Statut sanguin: Sorcière simple
      Baguette magique: Ebène, crin de licorne, 21.25 cm
    avatar
  • Botaniste
MessageSujet: Re: La porte ouverte à toutes les fenêtres [Ethel]   Mer 5 Jan - 9:24:31

Ethel observait les quelques bocaux à la faible lumière de sa baguette. Beurk … Dégueu … Des bestioles à deux têtes, d’autres avec des griffes placées dans les endroits les plus inconnus … Des trucs qui ne devaient même pas être référencés dans les livres de soins aux créatures magiques. Où alors, si leur professeur avait dans l’intention de leur faire étudier, voire disséquer, des choses aussi immondes, il devait être un peu psychopathe sur les bords.

Elle réprima un haut-le-cœur et suivi Page dans la suite des rayons de la pièce qui, finalement, paraissait plus grande qu’elle en avait l’air. La galloise se demandait bien ce que pouvait être cet endroit. Son esprit critique penchait pour un laboratoire secret. L’antre d’un professeur, surement un peu fou, qui tentait des expériences sur des créatures à l’apparence déjà pas très rassurante à l’origine.

On se serait cru dans l’allée des embrumes. Bien qu’elle n’y ait jamais mis les pieds_ses parents puis ses ainés s’y étaient opposés_Ethel avait entendu bien des choses plus effrayantes les unes que les autres sur cet endroit. C’était une rue très mal famée où seuls les sorciers qui préparaient un mauvais coup trainaient.

Pourquoi ne faisaient-elles pas demi-tour ?! Elles en avaient assez vu pour ne plus jamais venir rôder auprès de cet endroit, c’était certain. Acte de curiosité ou de courage totalement débile et inutile ? Ethel comprenait maintenant, pourquoi la porte d’entrée avait été scellée. Seul un être privé d’esprit et de jugement aurait pénétré dans ce genre de planque. Disons que la curiosité et la bravoure des Gryffons pouvaient leur faire faire n’importe quoi !

Page s’était dirigée vers une grande commode qui trainait dans un coin de la pièce et tentait désespérément d’en ouvrir les tiroirs pour découvrir ce qu’elle pouvait contenir. Elles trouveraient peut-être des choses intéressantes là-dedans. Où alors d’autres surprises aussi ragoutantes que les précédentes. Au choix. Ethel se tenait près de sa camarade, s’armant de courage, tant sa curiosité était maintenant aiguisée. Lorsque la préfète tira sur l’un des tiroirs un couinement se fit entendre. Les deux adolescentes sursautèrent.

Baguette pointée vers l’origine du bruit, Ethel se rapprocha un peu plus. Elle avait bien l’intention de prouver à Page qu’elle avait un minimum de courage. Mais, elle ferait quand même preuve de raison. Elle regarda le meuble, non sans une certaine crainte. Qui sait ce qu’il pouvait renfermer.

« Lumos Maxima ! »

Elle parcourut le meuble avec une lumière maintenant plus vive. Le meuble était placé sur quelque chose. Un genre de carré. Ethel savait que le château renfermait un grand nombre d’endroits secrets. Le professeur Dumbledore l’avait signalé quelques années auparavant. Il leur avait également conseillé de ne jamais s’en approcher. Conseillé. Pas défendu.


« Page, regarde ! On dirait une trappe ou un truc du genre ! »

Ca ne leur disait toujours pas l’origine du couinement. Une porte qui s’ouvrait plus loin ? Quelqu’un qui les suivait ? Ou bien cela venait-il tout simplement de la trappe ? Dans ce cas, que Merlin les préserve peut-être de ce qui se cachait à l’intérieur.

« On ouvre, tu crois ? »

De toute manière, si les bruits provenaient de l’extérieur, valait peut-être mieux qu’elles se planquent non ?! Parce que préfète ou pas, Page se ferait sans doute autant réprimander qu’Ethel si on les trouvait là. Et puis, si ça se trouve, le couinement n’était pas si proche que ça, hein ?!

Baguette pointée vers l’orifice, Ethel attendait le feu vert de Page. C’était maintenant à elle d’agir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Page McHenry
    • Nombre de messages : 1880
    • Age : 33
    • Date d'inscription : 09/02/2008

    • Pensine
      Statut sanguin: Née-moldue
      Baguette magique: 27,5cm, noisetier clair, avec une spirale jusqu'à la pointe (brûlée), nerf de dragon
    avatar
MessageSujet: Re: La porte ouverte à toutes les fenêtres [Ethel]   Mer 26 Jan - 18:23:18

La lueur amplifiée de la baguette d'Ethel permit aux deux jeunes filles de découvrir une nouvelle surprise. Non seulement elles avaient découvert un passage secret puis une pièce cachée pour venir jusqu'ici, mais voilà qu'à présent elles trouvaient une nouvelle voie vers... ailleurs. Sans que Page n'ait la moindre idée de ce que pouvait bien être cet ailleurs.

Et puis, il y avait ce couinement, inexpliqué... Maintenant qu'elles étaient là, il fallait qu'elles sachent, non ?


- On a trop avancé pour reculer. Maint'nant, j'veux savoir c'que c'est. Tu m'aides ?

Sans attendre la réponse de sa camarade qui n'allait sans nul doute pas se faire prier pour l'aider, l'irlandaise coinça sa baguette entre ses dents, et posa ses mains sur le vieux meuble vermoulu de manière à s'assurer une bonne prise. C'était dégoûtant, tout spongieux, presque collant, mais elle s'en fichait. Sa curiosité avait été piquée. Elle s'arcbouta et tira de toutes ses forces, mais le renfort d'Ethel ne fut pas de trop pour réussir à décaler le vieux bahut. Dans un grincement, le meuble daigna enfin se mouvoir, raclant le sol et perdant au passage quelques éclats de bois.
Page essuya ses mains poisseuses sur sa robe de sorcière sans y prêter la moindre attention et attrapa à nouveau sa baguette pour la pointer cette fois vers la trappe. Elle n'était pas très grande, de quoi laisse le passage d'un enfant ou d'un elfe, mais certainement pas d'un homme du gabarit de Slughorn par exemple.
Nettoyant vaguement du bout de la chaussure toute la poussière accumulée au sol, l'irlandaise révéla une poignée en métal, encastrée dans le sol.
Elle jeta un regard vers la brune.


- Bon. Ben y a plus qu'à, non ?


La préfète s'accroupit, posa la main sur l'anneau et attendit un instant, tendant l'oreille. Pas de bruit louche. Plus de couinement... Regardant à nouveau Ethel, elle afficha un décompte avec ses doigts, et lorsqu'elle abaissa le pouce, elle ouvrit la trappe d'un mouvement sec, en prenant bien garde de se déporter sur le côté.

Un concert de couinements résonna alors de l'ouverture, et la lionne se recula précipitamment, peu désireuse de se ramasser un truc louche en pleine face. Heureusement, hormis le bruit, la chose, ou plutôt les choses, ne semblaient pas en mesure de sauter à la gorge des Rouge et Or.


- Bloody Hell... qu'est-ce qu'il y a là-dessous...


A pas lents, la préfète s'approcha de l'ouverture, baguette et lumos tendus pour essayer de discerner un peu mieux ce qui se tramait là-dessous. La pierre visible ne laissait aucun indice, mais au fur et à mesure qu'elle se rapprochait, la rouquine modifiait son angle de vue, lui permettant de voir de plus en plus bas. Et bientôt, elle aperçut une tâche informe, noire, collée sur le mur... et couverte de petits yeux, qui regardaient dans sa direction en couinant.

- Oh, shit... C'est quoi, ça, Ethel ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iceland.light.free.fr/blog
  • Ethel Perks
    • Nombre de messages : 626
    • Age : 31
    • Date d'inscription : 11/10/2010

    • Pensine
      Statut sanguin: Sorcière simple
      Baguette magique: Ebène, crin de licorne, 21.25 cm
    avatar
  • Botaniste
MessageSujet: Re: La porte ouverte à toutes les fenêtres [Ethel]   Mer 26 Jan - 19:01:25

Un nœud au creux de son estomac indiqua à la jeune fille que ce n’était certainement pas très prudent. Qui sait ce qu’il y avait sous la trappe. Mais maintenant qu’elles avaient découvert ça, à quoi bon reculer ? Et puis si ça se trouve il y avait un truc cool dessous. Et si en plus c’était Page et elle qui le découvraient ce truc cool, beh cela ferait sans doute d’elles des filles cool. Certes, l’irlandaise l’était déjà. Elle était rousse et elle était préfète. En plus, elle avait créée un groupe avec d’autres filles cool. Alors si Ethel découvrait quelque chose d’encore inconnu dans le château, peut-être qu’elle aussi deviendrait quelqu’un de cool. Même si le couinement d’origine inconnu rendait la situation un peu moins cool.

Maintenant Page voulait savoir si Ethel la suivait ou bien si elle décidait de reculer.

De quoi avait réellement envie la galloise ? Certainement pas envie de rebrousser chemin toute seule. Ni de rebrousser chemin tout court d'ailleurs. Elle mourrait d'envie de dépasser ses limites. Et, cette petite expédition semblait être un bon tremplin pour prouver à Page et du coup, se prouver à elle-même, qu'elle n'était pas une trouillarde et qu'elle avait de la ressource.

« Tu peux compter sur moi ! »

Elle pointa la baguette sur la trappe, pas forcément rassurée parce qu’elle pouvait bien cacher. Peut-être les deux jeunes filles devaient-elles continuer à lancer des contre-sorts. Sait-on jamais ce qu’il y avait dessous. D’autant plus qu’il y avait de drôles de bruits. Alors, créatures, fantômes ou bien bois pourri ? Elles en sauraient plus, une fois qu’elle aurait fait le jour sur cette affaire.

Elle regarda la préfète se pencher sur la trappe, empoigner l’anneau d’une main et faire le décompte de sa main libre avant de tirer sur la boucle en manquant de peu de se retrouver les fesses sur le sol poussiéreux.

Des couinements de plus en plus proches et de plus en plus nombreux se faisaient entendre, à présent. Ethel se pencha un peu, s’appuyant sur la pointe des pieds pour tenter de mieux voir ce qui vivait dans cette antre humide et sombre. Elle manqua de tomber à la renverse étouffant un cri alors qu’une multitude de paires d’yeux les dévisageait. Pas très rassurée, elle pointa sa baguette au bout lumineux au dessus du trou.

« Je … Tu crois qu’Hagrid avait encore un autre pensionnaire dont il aurait tût l’existence ? »

Ethel savait que le géant avait pour habitude de s’enticher de créatures plus horribles et monstrueuses les unes que les autres. En général, il ne faisait pas bon s’approcher de trop près de ce que le garde-chasse considérait comme « inoffensif ». Généralement, on ne sortait jamais indemne d’un tête à tête avec une de ces bestioles.

« Et si ce … cette chose est là … Il y a bien une raison, non ? »

Enfin, ça c’était vite dit. Le domaine était peuplé de créatures bizarroïdes qui généralement étaient plus là pour effrayer les élèves que pour leurs caractéristiques décoratives ou éducatives.

« Tu crois qu’on devrait … descendre pour voir ce sur quoi elle est ? »

Ca, Ethel regretta bien vite d’avoir eu une idée pareille. Disons que la curiosité était plus forte que tout, dans un moment pareil. Et, après tout, elles avaient leurs baguettes, non ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Page McHenry
    • Nombre de messages : 1880
    • Age : 33
    • Date d'inscription : 09/02/2008

    • Pensine
      Statut sanguin: Née-moldue
      Baguette magique: 27,5cm, noisetier clair, avec une spirale jusqu'à la pointe (brûlée), nerf de dragon
    avatar
MessageSujet: Re: La porte ouverte à toutes les fenêtres [Ethel]   Dim 6 Fév - 19:18:09

Page tourna la tête vers Ethel lorsque celle-ci évoqua la possibilité que les bestioles couineuses soient les petites protégées de Hagrid. C'était loin d'être idiot. Le garde-chasse était connu pour ses excentricités du genre. Même que Ron avait raconté à tous les lions comment Harry, Hermione et lui s'étaient retrouvés face à un énorme chien à trois têtes qui appartenait justement au demi géant.

- Ouais, ce s'rait possible mais... J'suis pas sûre que Hagrid ait pu passer dans le couloir qu'on a pris pour venir jusqu'ici... Rapport à sa taille, tu vois. Déjà pour nous c'était pas large.... et je suis pas sûre que ce bureau ce soit trop son style... acheva-t-elle en faisant un rapide geste vers les étagères chargées de bocaux répugnants.

Enfin rien n'empêchait que le garde-chasse ait amené la bestiole au château et que le truc se soit installé ici ensuite, mais bon... Mais Ethel venait de proposer de descendre voir sur quoi pouvait être la mousse aux yeux. Oula.

- Ah ouais, t'es comme ça toi, fit-elle avec un petit rire nerveux. J'suis pas bien sûre d'avoir envie de me rapprocher trop près de ce... truc.

L'irlandaise passa une main dans sa chevelure de feu, ébouriffant sa tignasse comme à chaque fois qu'elle réfléchissait. Aller voir la pièce en dessous, c'était tentant mais la mousse bizarre là... S'éloignant de la trappe, la quatrième année revint vers les étagères, scrutant les rangements, semblant chercher quelque chose à la lumière de son lumos. Il ne lui fallut pas longtemps pour trouver ce qu'elle cherchait et elle revint vers Ethel, une tige métallique à la main.

- On va aller à la pêche avant de faire quoi que ce soit... Prépare un stupéfix ou un truc du genre au cas où ça chie.

Joignant le geste à la parole, la préfète s'approcha de la trappe et tendit doucement la pointe de la tige vers la masse visqueuse qui maculait le mur de la pièce. L'irlandaise était tendue, prête à se reculer au moindre mouvement suspect. OK, Ethel la couvrait, mais quand même. Mais rien d'affolant ne se passa. Les couinements augmentèrent à mesure que la tige s'approchait de la mousse noire, tous les petits yeux fixant la tige, mais aucun bond, jet d'acide, attaque éclair ou autre. Enfin, la tige toucha la mousse, qui sembla onduler, se mouvoir pour finalement s'écarter autour de la tige métallique : Page venait de toucher le mur.


- Bah ça... Ca n'a pas l'air agressif au final. C'est juste... trop bizarre. Si on fait gaffe à pas toucher ce truc, on doit pouvoir aller voir en dessous. T'en penses quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iceland.light.free.fr/blog
  • Ethel Perks
    • Nombre de messages : 626
    • Age : 31
    • Date d'inscription : 11/10/2010

    • Pensine
      Statut sanguin: Sorcière simple
      Baguette magique: Ebène, crin de licorne, 21.25 cm
    avatar
  • Botaniste
MessageSujet: Re: La porte ouverte à toutes les fenêtres [Ethel]   Jeu 24 Fév - 11:30:55

Hagrid ou pas Hagrid, ce truc était bien là et malgré le fait qu’il semblait inoffensif, il ne le resterait surement pas longtemps si les deux jeunes filles s’amusaient à le titiller. Seulement, la curiosité, le courage (et certainement plus la bêtise !) des Gryffondor étant plus forts que tout, Page et Ethel avaient la ferme intention de découvrir ce qu’il pouvait bien y avoir sous la trappe. Baguette pointée vers le truc visqueux, la galloise s’apprêtait à couvrir sa préfète quoi qu’il arrive. Mais apparemment, rien de dangereux ne se produisit.

L’irlandaise avait pointé son instrument de défense contre la chose qui, au lieu d’attaquer, poussa un petit couinement avant de s’écarter un peu pour laisser libre passage pour les deux jeunes filles. Page avait raison. Ce truc était loin d’être agressif. Menfin, on n’était jamais trop prudent.


« Ouais, tant qu’on ne touche pas ce truc, ou du moins, tant qu’on ne l’abime pas, je pense qu’on ne risque rien ».

La chose recula sans demander son reste. Apparemment, elle semblait avoir plus peur des filles que l’inverse. C’était plutôt rassurant.

Ethel pouvait, maintenant, y voir plus clair. Enfin, seulement en pointant le bout de sa baguette illuminé devant elle. Avant de répondre à sa camarade, elle examina la situation. Il semblait y avoir comme un long couloir qui descendait puis repartait à l’horizontal, comme si un long tunnel avait été creusé il y a fort longtemps. Malheureusement, la lumière de sa baguette était bien trop faible pour espérer voir plus loin sans avancer d’avantage.

Elle leva puis baissa la tête pour observer la taille du tuyau dans lequel elles s’apprêtaient à s’engouffrer. Il n’y avait certainement pas assez de place pour qu’elles se déplacent aisément. Il faudrait qu’elles avancent à quatre pattes, en tâtonnant devant elles pour trouver leur chemin.


« Par contre, je crois qu’on n’aura pas la place de se déplacer debout ! »

Elle désigna la largeur de l’orifice en pointant la lumière de sa baguette. Si elles espéraient rentrer propre de leur petite expédition, cela semblait peine perdue. Mais, après tout, les vraies aventurières ça doit se salir un peu pour découvrir de vrais trésors, non ? Pas un truc digne des ELLES. Ca c’était certain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La porte ouverte à toutes les fenêtres [Ethel]   

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Miroir du Riséd :: Hors-Jeu :: Archives :: Années passées-