Partagez | .
 
 Séminaire: la levée du Code International du Scret Magique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
  • PNJ
    • Nombre de messages : 51
    • Age : 68
    • Date d'inscription : 15/01/2009
    avatar
MessageSujet: Séminaire: la levée du Code International du Scret Magique   Lun 18 Oct - 19:57:37

Salle de conférence de l'UMA, 10h du matin.

Dehors, le ciel était gris. Le mois d'octobre s'annonçait par le biais des nuages et des averses qui survolaient l'Angleterre.

Carlotta Pinkstone rajusta ses lunettes sur le bout de son nez, tria ses notes une nouvelle fois, machinalement, en attendant que les derniers retardataires finissent d'arriver dans la salle de conférence de l'UMA. L'endroit était idéal pour un séminaire; l'université était accessible à tous. Quant à l'époque... après la guerre qui avait déchiré le monde sorcier ces dernières années, ravivant de sombres souvenirs, sa cause avait enfin été officiellement entendue. Il était hors de question de considérer les nés-moldus comme des incapables, et par là-même leurs parents.

La vieille dame jeta un coup d'oeil à la salle, globalement silencieuse, de laquelle s'élevait quelques toussotements, le raclement des chaises sur lesquelles on s'installait, le chuchotement des conversations attendant le début de sa conférence. Elle n'avait certes plus l'impétuosité de sa jeunesse qui l'avait conduite plusieurs fois à Azkaban pour des durées limitées, mais son regard restait pétillant, vif: nul ne pouvait douter de sa motivation, et encore moins de son intelligence. Le premier impudent qui aurait osé évoqué l'idée de sénilité quant à l'importance passionnée qu'elle donnait à l'établissement de droits pour les moldus aurait eu tôt fait de regretter ses paroles. Elle était une prêcheuse convaincue, c'était certain, mais avait forgé son avis à partir de raisonnements et non pas d'une foi obscure et inexplicable. Elle estimait que ses arguments tenaient la route, aujourd'hui plus que jamais.

Quelque chose en elle incitait au respect, ce mélange d'admiration et de crainte pour autrui. L'air infiniment attentif qu'elle accordait à tout interlocuteur quel qu'il soit était à la fois rassurant et inquiétant car écouter, prêter attention, n'impliquait pas seulement une estime, mais également la possibilité de déceler les failles d'une argumentation pour la réduire à néant. Son âge respectable y contribuait certainement aussi. Aussi n'entendait-elle que rarement des critiques de front, ses adversaires préférant répandre leur bile dans les commérages et les ragots de sources inconnues qui faisaient la joie des journalistes de feuilles de choux s'empressant de diffuser le venin à leur tour, de la pointe de leurs plumes aux critiques acérées. S'il ne fallait citer qu'un seul représentant de cette espèce de charognards, elle choisirait sans aucune hésitation Rita Skeeter. Non, Carlotta Pinkstone n'était pas une fervente admiratrice des journalistes. Ils n'avaient que trop tendance à interférer dans le processus politique et à compliquer son bon déroulement par des interventions trop souvent mensongères, qui nécessitaient pourtant d'être vérifiées et faisaient perdre du temps à tout le monde.

Elle jeta un coup d'oeil à la salle: sa petit-fille y était sûrement assise. Elle eut un sourire imperceptible. Elena ne partagerait probablement pas son avis. La jeune fille - déjà ! - venait d'entamer ses études de droit à l'UMA, à la grande fierté de sa grand-mère. Du haut de ses 78ans, celle-ci se redressa, et tapota sa baguette contre sa gorge.


- Sonorus, hem hem.

Une fois sa voix magiquement amplifiée, elle se tourna vers l'assistance.

- Bienvenue à tous ! Pour ceux qui ne me connaissent pas, je suis Carlotta Pinkstone, et j'animerai ce séminaire sur les raisons de lever le Code International du Secret Magique...

Ah ces formalités ! Mrs Pinkstone les préférait courtes.

- ... bien sûr, je n'oblige personne à partager mes convictions, et toute observation critique ou question sera la bienvenue, vous n'êtes pas uniquement là pour écouter une vieille femme radoter n'est-ce pas ? Je vous prierai juste de lever la main, non pas que je souhaite vous donner l'impression de retourner sur les bancs de Poudlard, mais parce que, pour donner à chacun l'occasion de faire évoluer sa réflexion, il faut de l'ordre.

Elle ne doutait pas que les adultes présents soient capables de rester silencieux. Les jeunes étudiants en revanche, avaient tendance à s'enflammer et à s'insurger parfois bruyamment contre un avis qui était différent du leur. Elle leur jeta un regard amusé, mais équivoque. A bon entendeur...

D'un coup de baguette, elle fit apparaître une série de points au tableau.


Citation :

Introduction

• But économique :
L'extension des marchés
La diffusion et le progrès des techniques

• But politique :
Tourner la page sur un passé révolu
Obtenir la paix

Conclusion

- Voici le déroulement de mon raisonnement que je vous présenterai au cours de ces quelques heures de réflexion commune. Chacun de ces points sera entrecoupé d'une pause de cinq minutes, le temps de déjeuner entre les deux points majeurs. Nous reprendrons à 13h.


Un plan concis, limpide, voilà comment elle aimait les choses: précises. Alors elle s'efforçait de poursuivre son travail en ce sens. Elle allait pouvoir commencer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Invité
  • Invité
MessageSujet: Re: Séminaire: la levée du Code International du Scret Magique   Mer 20 Oct - 12:34:57

Quand Jonathan Finch s'était levé ce matin-là, il avait su que la journée serait très intéressante. Le séminaire sur la levée du Code International du Secret Magie méritait d'être amplement salué. Il était ravi pour les étudiants nés-moldus que le secret soit enfin levé et que les choses évoluent. Il était plus que temps. Sans doute cette guerre faisait-elle évouler les mentalités...

En temps qu'éminant journaliste (hmhm !) de l'UMA, Jon' se devait de faire un compte-rendu de la conférence. Il avait pour cela préparé sa plus belle plume, des parchemins à foison et, dans sa poche, un stylo bille, au cas où son côté gaucher l'empêcherait d'écrire aussi vite que prévu. Il irait s'installer là où il y aurait de la place mais, de préférence, hors du champs de vision de Madame Carlotta Pinkstone.

Quand la vieille femme commença à attirer l'attention des participants de la conférence, Jonathan griffonna le plan de l'argumention du séminaire. Il écrivit si vite qu'il bêqua sa plume. Il aurait pu rectifier tout cela d'un coup de baguette magique, mais il aurait loupé la moitié du discours de madame Pinkstone. Ce qui était à proscrire. Il prit donc le stylo-bille et se remit à griffoner à une allure effrénée. Sans doute serait-il victime de crampe le soir-même, mais c'était un bien pauvre sacrifice face à l'importance historique de l'événement. Couvrir un tel séminaire était un honneur, une joie, une reconnaissance même ! Mais l'équipe de journaliste de l'UMA était encore bien faible en effectif, et il fallait relativiser : il fallait juste que quelqu'un face le boulot. Ce qui, en fait, ne diminuait en rien le plaisir de Jon', qui était littéralement aux anges.

Il ne repéra pas grand monde dans la salle déjà bondée. Mais il n'était pas venu pour discuter alors, de toute façon, où était le problème ? On veait saluer les nés-moldus et leurs parents, leur expliquer ce qu'ils devaient savoir. Cela méritait un silence respectueux et une discussion organisée. Carlotta Pinkstone semblait parfaitement capable d'orchestrer ce séminaire, il n'y avait aucun doute à avoir là dessus. Restait à saoir si les élèves seraient courtois ou non.
Revenir en haut Aller en bas
  • Invité
  • Invité
MessageSujet: Re: Séminaire: la levée du Code International du Scret Magique   Mer 27 Oct - 19:32:42


    Les premiers jours de Nevaeh Greatness à l'UMA se passèrent merveilleusement bien. Pour sa première rentrée, la jeune femme s'était fait déjà quelques amis et avait retrouvée ses anciens amis de Serdaigle lorsqu'elle était à Poudlard, elle avait aussi déjà assité à deux cours compris dans son programme de première année. Lorsque Nevy avait visité l'université, la jeune femme avait découvert qu'il y aurait un seminaire sur le levée du code international. En tant que jeune femme à moitié moldue ainsi que jeune femme adorant se cultiver, Nevy mourrait d'impatience d'entendre le point de vue de Carlotta Pinkstone et ceux des autres élèves qui seraient présents à ce séminaire. Le matin de la conférence, l'ex Serdaigle se rendit dans la salle prévu à cette effet avec une bonne vingtaine de minutes d'avance. La salle était déjà pleine d'étudiants chuchotant et impatients.

    Carlotta Pinkstone était déjà là, ses lunettes correctement ajustées sur son nez, ses notes bien propres et triées, le regard toujours vif et brillant malgrè son âge quelque peu avancée. Nevy s'était aussi renseigné sur l'intervenante à la bibliothèque de l'UMA, elle avait donc appris que Carlotta avait était maintes fois temporairement envoyés à Azkaban pour son impétuosité et pour avoir fait valoir ses opinions sur les traitements fait aux enfants-moldus et à leur parents. La jeune diplomée de poudlard reconnut un jeune homme quelle conaissait de vue, Jonathan Finch. « Celà te dérange si je m'assois içi? » lui demanda Nevaeh avec un sourire. * Lorsqu'il accepta, la jeune femme tira la chaise à côté de lui et s'assit. Sortant ses parchemins, sa plume et son encrier pour prendre des notes de la conférence. Elle avait aussi pris des plumes de rechange au cas ou, l'une de ses plumes se casserait sous la ferveur de son écriture. Celà lui était déjà arrivé.

    La salle était enfin comble lorsque Carlotta Pinkstone prit la parole; elle se présenta ainsi que l'organisation de son séminaire. Greatness prit en note les différents points de la conférence ainsi que son déroulement. En écoutant les premiers propos de la dame, Nevaeh comprit que celà allait être une très intéressante conférence.


(*HJ: je pars sur la base que Jon' accepte mais il ne veut pas je changerai de place. Wink )
Revenir en haut Aller en bas
  • Invité
  • Invité
MessageSujet: Re: Séminaire: la levée du Code International du Scret Magique   Jeu 28 Oct - 4:01:58

John était surexcité depuis qu'il avait entendu dire qu'un séminaire ayant pour thème la levée du Secret Magique allait se tenir sous peu. De plus, c'était Carlotta Pinkstone, la femme qui se donnait corps et âme à cette cause, connue pour avoir été emprisonnée plusieurs fois, qui allait animer la conférence. Cela promettait. Non pas que John était un curieux qui voulait seulement se moquer des idées un peu spéciales d'une vieille femme que beaucoup jugeaient sénile, mais il avait longuement réfléchi à la question, et ne savait toujours pas quelle était la meilleure solution pour les deux mondes. Il espérait avoir un début de réponse en sortant de la salle de conférence.

Il arriva bien tôt, la salle était encore presque vide, il reconnut néanmoins quelques étudiants de l'UMA, notamment Jonathan Finch, le jeune homme qui avait chanté durant son cours. Il ne préféra pas le déranger, il semblait être en charmante compagnie, il fallait laisser les jeunes gens entre eux, John irait rejoindre les croutons coincés qui pensent tout savoir sur la vie. Après tout n'était-il pas vieillissant? N'avait-il pas tendance à considérer ceux qui n'agissaient pas à sa façon comme des crétins? Il serait donc parfaitement à l'aise en leur compagnie. Il s'installa au premier rang, pour pouvoir poser rapidement les questions et remarques qui éventuellement viendraient à son esprit. Et puis aussi pour ne pas entendre les moqueries des personnes du fond. Il ne voulait pas entendre les "Elle est sénile!", les "Faut l'enfermer" qui seraient sûrement prononcés puisque le thème était extrémement controversé.

Lorsque l'heure arriva, la petite vieille qui était sur l'estrade, amplifia magiquement sa voix. La voix était assurée, elle avait confiance en ce qu'elle faisait, elle n'allait pas flancher sous les attaques de l'opposition, et ça, c'était un bon point pour elle. Le plan proposé par la vieille femme était assez séduisant, il répondait aux problèmes majeurs que posait la levée du Secret, du moins il en avait la prétention. Ce qui était important, c'était ce que Pinkstonne allait dire, pas ce que son plan promettait. Si ses arguments n'étaient pas bons, la conférence serait une déception pour John, et ce malgré le fameux plan qui promettait monts et merveilles.

S'installant confortablement dans sa chaise, les jambes croisées, une plume à papote prête à prendre des notes, John se prépara à boire les paroles de la vieille dame
Revenir en haut Aller en bas
  • Invité
  • Invité
MessageSujet: Re: Séminaire: la levée du Code International du Scret Magique   Dim 7 Nov - 19:26:48

Charlie n'était pas franchement une fervente défenseuse des droits des moldus. En fait elle s'en foutait bien pas mal. Pour elle, chacun vivait dans son monde et c'était mieux ainsi. Elle ne mettait que rarement les pieds dans le monde moldu pour y trainer avec des moldus. Aux États-Unis, c'était même très rare d'en rencontrer tellement les villes sorcières étaient isolées du milieu moldu. En Angleterre, c'était différent, le territoire était bien plus petit et l'influence des uns sur les autres était grande. Mais quels seraient les avantages réels de vivre ainsi en parfaite harmonie ?

AC n'en voyait pas et c'était bien pour ça qu'elle était là ce matin-là. La curiosité la tenaillait et le sujet l'intéressait vraiment. Elle n'avait pas vécu les événements de l'année dernière, occupée à sortir en boite de nuit dans les villes sorcières de Californie. Elle ne savait donc pas réellement ce qu'il s'était passé pour les moldus, les né-moldus et tous ces gens qui firent opposition au Mage Noir. Elle s'était contentée de suivre les informations dans le journal et recevant la Gazette du Sorcier.

Elle retourna ranger son balai, profitant que le cours ne commence qu'à 10h pour aller faire quelques tours d'échauffements dans le Stadium avant d'assister à la Conférence. Il y avait foule lorsqu'elle pénétra dans la salle pour y quérir une place. Elle choisit de s'installer dans le deuxième rang. Elle ne connaissait pas suffisamment le sujet pour se mettre tout devant. Elle n'avait pas non plus forcément l'intention de participer activement, passablement neutre dans le débat qui allait se lancer.

Elle aperçut quelques camarades à qui elle fit des gestes de la main pour les saluer. Enfin assise, elle sortit du parchemin et une plume dans l'éventualité de prendre des notes.
Revenir en haut Aller en bas
  • Invité
  • Invité
MessageSujet: Re: Séminaire: la levée du Code International du Scret Magique   Dim 7 Nov - 21:03:15

9h36.
Joshua réajusta le col de son chemisier devant son miroir. Elle avait encore assez de temps pour finir de se préparer. Aujourd'hui, elle avait décidé d'assister à une conférence sur la levée du secret magique. Pour sa part, révéler aux moldus l'existence du monde sorcier était une folie pure et n'apporterait que des problèmes. C'est pour ça qu'elle avait hâte de voir les arguments qui seraient avancés. N'ayant plus rien d'autre à faire chez elle, elle fourra un petit parapluie dans son sac et fila hors de chez elle pour transplaner.

La brune était bien à l'heure, il n'y avait pas encore grand monde dans la salle de conférence. Elle salua d'un sourire l'intervenante, qui n'était d'autre qu'une vieille dame. Joshua trouvait qu'elle avait quelque chose de respectable, tout en lui faisant penser à sa propre grand-mère.
Elle balaya la salle du regard, espérant croiser quelques visages amis. Elle ne vit que quelques connaissances.. Le garçon qui avait chanté au cours d'Etude des moldus, le professeur de ce cours-là, deux ou trois filles..
D'ailleurs, elle fut surprise de voir le Fou assis calmement sur une chaise. Ca lui ressemblait pas, elle se serait plus attendue à le voir faire une tonne de bêtises au centre de la salle. Elle se dirigea vers lui.. Si la conférence se révélait être complètement nulle, il dirait sûrement quelque chose.. Ca pourrait être drôle.


"Bonjour Monsieur Murray. Comment allez-vous aujourd'hui ?"

Elle se demanda un instant si elle devait dire bonjour au chapeau. Oui, non ? Dilemme quand tu nous tiens ! Tant pis !
Elle s'installa à la deuxième rangée pas très loin de son prof. C'était une position idéale cette deuxième rangée. Elle s'installait toujours là.

La conférence finit enfin par commencer. Joshua se redressa sur sa chaise quand elle entendit l'intervenante se présenter. Elle aurait dû y faire plus attention dès le départ. Pinkstone ! Cela expliquait les positions de la fille en Etude des moldus, elle tenait de sa grand-mère ! Pinkstone lui rappelait aussi quelque chose d'autre, mais sur le moment, elle ne s'en souvenait pas.
Les points principaux de la conférence apparurent sur le tableau.
Joyeux. Même si dès le départ elle n'était pas d'accord avec la levée du secret magique, là, elle l'était encore moins.
Revenir en haut Aller en bas
  • Invité
  • Invité
MessageSujet: Re: Séminaire: la levée du Code International du Scret Magique   Dim 7 Nov - 22:01:09

Quelle excitation !

En tant que cinquième année à Poudlard, elle avait appris récemment qu'elle avait le droit de demander à ses professeurs l'autorisation de participer aux séminaires de l'UMA. Et pour celui qui promettait d'être intéressant et animé - c'était vraiment le moins que l'on puisse dire - elle s'était aussitôt précipitée dans le bureau de sa vieille directrice de Maison, Madame Boudstock, pour requérir l'autorisation de sortir temporairement de l'enceinte de Pouflard pour y assister. Autorisation qu'elle avait d'ailleurs eu sans peine - et son cher papa avait écrit pour avoir le plaisir d'accompagner sa fille sur les bancs de la vaste salle de séminaire.

Angélina avait donc revêtu son plus bel uniforme de Poudlard, avec sa cravate jaune au blason Poufsouffle, mit le badge des ELLES bien en évidence sur son pull noir, et avait passé la matinée à soigner sa coiffure. Mais il fallait bien avouer qu'une fois arrivée dans la salle, elle s'en fichait complètement. C'était totalement dément.
Il n'y avait QUE des adultes, et elle se sentait un peu perdue, très "petite fille" dans son uniforme scolaire. Elle aurait de quoi raconter à Ange, en revenant ce soir ! Sans compter que le thème de la conférence était sans conteste inédit, et qu'il choquait la jeune fille gâtée qu'elle était. Tout révéler aux moldus, mais c'était une erreur effroyable ! Leur secret était justement leur supériorité... Mais bon, cette journée avait comme un petit goût de vacances, et surtout l'occasion de pouvoir se vanter auprès de ses amies qu'elle allait à des conférences de l'UMA. Comme les adultes. Rien que pour cela, ces longues heures passées à s'ennuyer (probablement) avaient un intérêt considérable. C'était trop cool.

Avec enthousiasme, l'adolescente s'installa au sixième rang. Zut, elle avait un peu de mal à voir, avec toutes ces têtes qui la dominaient largement. Comment faire ? Vite, elle fit signe à son père qu'elle était trop loin, pour finalement venir s'asseoir au quatrième rang. C'était déjà mieux. Pour un peu, elle en aurait sautillé, et ses joues toutes roses démontraient son plaisir évident.
Enfin, le séminaire commença. Elle se sentait comme une pile électrique, et se mit à sourire avec enthousiasme à son voisin, un jeune adulte tellement séduisant qu'elle se mit à glousser doucement, avant de se mordre la lèvre, un peu confuse. Pour se concentrer enfin sur le programme prévu. Et de grimacer devant la journée ardue qu'elle allait devoir passer....Visiblement, ce n'était pas les cours de Poudlard (déjà qu'elle les trouvait difficile...) Enfin, elle était une Fowl, et donc forcément à la hauteur.

Na !

Revenir en haut Aller en bas
  • Invité
  • Invité
MessageSujet: Re: Séminaire: la levée du Code International du Scret Magique   Dim 7 Nov - 22:18:11

Elena s'était levée tôt ce matin-là. L'UMA, se révélant étonnamment avant-gardiste, accueillait un séminaire sur la Levée du Code International du Secret Magique, et ce, organisé par la plus grande spécialiste sur le sujet. Spécialiste qui n'était autre que sa grand-mère. La jeune fille avait hérité de l'intérêt de son aïeule dans le domaine, et le séminaire était déjà noté depuis des semaines dans son agenda. Elle ne laissa pas le temps à son réveil de sonner deux fois et de déranger sa colocataire. Après s’être étirée paresseusement en étouffant un bâillement, elle se rendit aussi vite que possible dans la salle de bain afin de prendre sa douche et de se préparer le plus silencieusement possible.

Quand elle fut enfin totalement réveillée, elle jeta un coup d’œil à sa montre gousset. Déjà 8h50 ! Elle avait rendez-vous à 9h pour prendre un petit déjeuner rapide avec sa grand-mère avant qu’elle ne se prépare pour le séminaire. C’est en courant que la jeune femme traversa les couloirs de l’université, pour parvenir finalement, les joues rosies, devant la cafétéria. Elles eurent l’occasion de discuter un peu, de tout, sauf bien sûr, de la conférence. Elena savait qu’il était inutile de demander à savoir par avance, la vieille femme voulait que ses critiques soient basées sur la même performance que les autres.


- A tout à l’heure Granny ! dit-elle après avoir affectueusement plaqué un bisou sur sa joue fripée.

La brune la regarda s’éloigner, puis prit la direction inverse vers le parc. Il lui restait un quart d’heure à tuer avant le début de la conférence, et sa grand-mère serait occupée tout le long à vérifier, comme d’habitude, que tout était parfait. Autrement dit, elle pouvait s’autoriser une intoxication des poumons pendant ce temps d’attente. Une fois dehors, elle s’alluma une clope, qu’elle fuma vite. Trop vite à son goût, tandis qu’elle regardait le rougeoiement du mégot s’atténuer par terre, dans l’air frais du matin. Elena hésita à en rallumer une autre, flirtant avec l’envie en jouant nerveusement à actionner son briquet. Finalement, elle repoussa la tentation, et prit un chewing-gum à la chlorophylle. Ses pensées vagabondaient, revenant pourtant inlassablement à l’heure. Quinze minutes pouvaient être terriblement longues…

Finalement, l’étudiante se leva, et alla rejoindre la salle des exam’, dans laquelle se tiendrait l’évènement. Quelques personnes étaient déjà arrivées. Elle alla s’installer au deuxième rang, à côté de Charlie, qui était déjà là. Le deuxième rang, c’était parfait. Sa grand-mère pourrait voir qu’elle la soutenait, qu’elle était attentive, même si elle n’en n’avait pas besoin, et elle évitait de se faire remarquer en se tenant au premier rang. Elle ne voulait pas se faire connaître en tant que « petite-fille de ». Elle était Elena Pinkstone, et pensait fermement qu’il fallait lever le Code International du Secret Magique, objet même du séminaire.

- Salut, ça va ? murmura-t-elle à son amie.

Puis sa grand-mère se mit à parler, et aussitôt, Elena se tut. Plume à papote et parchemin sortis, posés sur ses genoux, elle était toute ouïe. Le plan affiché lui paraissait clair, et elle savait combien il était difficile de se tenir à des arguments absolument raisonnés et de démontrer l’intérêt de chacun de leurs points lorsque l’on était passionné et que l’on rencontrait des avis contraires au sien. C’était un domaine dans lequel elle-même avait encore des progrès à faire.

Revenir en haut Aller en bas
  • Invité
  • Invité
MessageSujet: Re: Séminaire: la levée du Code International du Scret Magique   Lun 8 Nov - 7:54:16

Ce fut la sonnerie de son téléphone portable qui tira Matthew Williams de son sommeil. L'objet émettait un son aigu, désagréable mais très efficace pour réveiller les dormeurs compulsifs, ce que devenait le jeune homme quand il avait du sommeil en retard. La couette remonter jusqu'aux oreilles, le jeune homme marmonna un peu dans son sommeil avant d'ouvrir les yeux, et de sortir du lit. Il s'étira mollement, encore sous le coup de ce réveil brutal, et mit quelques secondes avant d'être un peu plus alerte. Le jeune homme alla prendre une douche, mit des vêtements propres et se dirigea d'un pas tranquille vers la cafétéria : il achèterait une viennoiserie et mangerait en chemin.

Cette journée - il l'avait appris avec un certain étonnement - serait consacrée à un séminaire sur la levée de Code International du Secret Magique. Des parents d'élèves d'origines moldues y étaient conviés, et, un instant, Matthew regretta que ses parents ne puissent pas venir. Sa mère aurait sûrement adoré être-là, mais elle ne pouvait pas transplaner, hélas. Et son père travaillait... Heureusement, quand Matthew, après avoir fini son croissant, arriva dans la salle, le séminaire n'était pas encore commencé et, oh joie ! Joshua était là. Le jeune sorcier alla s'asseoir à côté de la jeune fille et lui tendit le reste du sachet de pâtisserie : peut-être n'avait-elle pas eu le temps de déjeuner ?


-Salut cousine ! J'ai pensé à toi ce matin.

Il lui glissa le sachet dans les mains et sortit un bloc-note et un stylo à encre gel de sa trousse : Matthew utilisait rarement les plumes sorcières, préférant écrire comme un moldu. Il remarqua quelques élèves dans la salle : Elana Pinkstone, Ann-Charlotte Doeringer, et même Jonathan Finch, le type bizarre qui chantait en cours. Un peu plus loin, il aperçut John Murray, le professeur le plus déjanté de l'université et, soudain, se sentit perdu. Les sorciers anglais étaient vraiment étranges ! Pourtant, la femme qui animait la conférence paraissait, elle, tout à fait normale. Peut-être n'était-elle pas du pays ? Il remarqua même une élève bien trop jeune pour être là, et se souvint alors que les élèves de Poudlard étaient autorisés à assister à la conférence...
Revenir en haut Aller en bas
  • Invité
  • Invité
MessageSujet: Re: Séminaire: la levée du Code International du Scret Magique   Jeu 11 Nov - 10:11:02

Lorsque Jonathan lui avait dit qu'il allait y avoir un séminaire donné par la célèbre Carlotta Pinkstone pour promouvoir la levée du code international su secret magique, Gregory avait éclaté de rire. Non mais ça pouvait pas être sérieux ? La vieille, emprisonnée à plusieurs reprises tenait encore à sa propagande à la con ? Ok ces temps ci c'était la mode d'adopter les coutumes moldues, mais il y avait une différence entre acheter un stylo bic et révéler à des individus étroits d'esprit un truc qui les dépassent autant que l'existence de la magie. En tout cas, si c'était pas une blague, Malone avait hâte d'entendre ce que l'autre allait dire.

Cette conférence promettait d'être vraiment amusante pour lui qui avait grandi parmi les moldus et pu constater à de nombreuses occasions, leur acharnement à nier les faits et à rejeter tout ce qui échapper à leur compréhension du monde. Il suffisait de regarder comment ça s'est terminé pour Gallilée, lorsque l'homme brillant et plein de bonne volonté avait tenté d'exploser au peuple ignare une réalité qu'ils n'étaient pas prêts à accepter. Alors oui certes, on était plus au moyen âge, alors il y avait peu de chance que ça se solde par une chasse aux sorcières, mais supposer les moldus acceptent l'existence des sorciers relevait à ses yeux de la sottise la plus totale.

L'étudiant se laissa entrainé par le flot des élèves qui se dirigeait vers la salle d'examen. Toutefois il n'entra pas immédiatement, prenant le temps de se griller une cigarette avant. Merlin savait combien de temps cette conférence allait durer. Il finit par se glisser dans la salle parmi les derniers _ ce qui ne signifiait pas pour autant qu'il était en retard_ et alla se poser dans l'amphi au deuxième rang pour pouvoir participer et prouver encore une fois qu'il méritait son titre de roi des emmerdeurs.


« Salut les filles. Je sens qu'elle va être marrante cette conférence. »


Lança Malone à l'adresse d'AC et d'Enena tout en sortant ses affaires.

« Je trouve juste dommage qu'on ait pas invité quelques moldus pour qu'ils donnent leur avis sur la chose ça aurait sans doute été très instructif de voir leurs réactions.»

Pour sur, les moldus les auraient pris pour un secte de cinglés et auraient voulu les envoyer dans un asile psychiatrique. Mais Greg conserva cette réflexion pour lui, attendons au moins que la conférence commence pour de bon avant de lancer le débat.
Revenir en haut Aller en bas
  • Arsène Vawdrey
    • Nombre de messages : 514
    • Age : 39
    • Date d'inscription : 09/09/2008

    • Pensine
      Statut sanguin: Sang-de-Bourbe
      Baguette magique: 27cm, bois de noisetier avec du ventricule de dragon
    avatar
  • Médicomage Médicomage
MessageSujet: Re: Séminaire: la levée du Code International du Scret Magique   Ven 12 Nov - 18:58:26

La rentrée à l'UMA s'était, contre toute attente, plutôt bien déroulée. Arsène avait été obligé de quitter Faith si les deux voulaient retourner dans le prestigieux établissement. Les choses étaient suffisamment claires dans l'esprit du médicomage : La carrière passait avant le reste. De plus, il n'avait jamais eu de relation aussi longue que celle qu'il avait eu avec la jeune étudiante et il trouvait que finalement il s'en tirait à bon compte dans cette affaire. Bien sûr la jeune fille aurait probablement préféré que les choses se déroulent autrement, mais elle n'avait pas non plus fait de ravages lorsqu'Arsène lui avait exposé le problème. Il avait également beaucoup insisté pour que Faith reprenne ses études. Malgré tout, il l'aimait et il n'avait pas envie qu'elle gâche son avenir pour une relation qu'il n'était pas sûr de pouvoir faire durer. Au final, il l'avait quitté par amour pour elle et pour son avenir, mais c'était tout de même pas comme ça qu'il définirait la situation. Enfin vous le connaissez.

Quelque part, il appréciait que les choses rediviennent telles qu'elles étaient. Les filles qui se retournent sur son passage, les gloussements, les lettres anonymes criblées de parfum et de rouge à lèvre... Toutes ces choses qui avaient fait le quotidien d'Arsène avant cette fameuse soirée de Nouvel An. Il avait vécu le drame de sa vie, s'était attachée à une fille, mais au final il arpentait les couloirs de l'UMA comme si tout cela n'était pas arrivé. Comme si tout le monde avait occulté les derniers mois de violence. Mais lui, il n'oubliait pas. Biensûr il souriait d'un air ravageur à toutes ces demoiselles, mais ce n'était plus pareil, il avait moins envie de jouer à irrésistible Pr. Vawdrey. C'était presque un temps qui était révolu, presque, car il n'en était pas encore conscient ni sûr. Qui sait, la routine savait si vite revenir, mais son coeur était encore serré et c'était une sensation qu'il ne faisait que découvrir.

Et c'est ainsi qu'il se retrouva à déambuler dans les couloirs de l'UMA pour relier son bureau à la salle de conférence où devait se dérouler un séminaire de Carlotta Pinkstone. Il avait l'air déprimé malgré son allure impeccable. Il entra dans la salle, sourit à quelques demoiselles qui gloussaient déjà en le voyant arriver. Il en ignora d'autres, en tâchant de se faufiler dans les rangs pour s'assoir à proximité de John Murray, professeur depuis la rentrée.

Bonjour John !

Il fit un geste de la tête en direction du chapeau, geste discret. Il adressa ensuite un sourire à la demoiselle assise de l'autre coté du professeur. Il ne la connaissait pas. Nouvelle étudiante probablement.

Mademoiselle.

Il ne se présenta pas. Inutile. Il s'assit donc à coté de Murray, attendant les bras croisés que la conférence débute. Il n'avait pas l'intention de prendre des notes. Il aimait bien assister aux séminaires, ça permettait d'en parler ensuite durant les cours et celui-ci promettait de faire couler de l'encre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • PNJ
    • Nombre de messages : 51
    • Age : 68
    • Date d'inscription : 15/01/2009
    avatar
MessageSujet: Re: Séminaire: la levée du Code International du Scret Magique   Ven 10 Déc - 22:59:27

La salle s’était remplie depuis qu’elle avait commencé à prendre la parole. Les gens arrivés en retard tentèrent de se faire discret alors que les personnes déjà installées se taisaient progressivement. Elle avait donné le fil rouge du séminaire qui allait tantôt pouvoir commencer.

Les yeux étaient à présent tous, ou presque, braqués sur elle, attendant de voir la vieille sorcière qui se tenait devant eux prendre la parole. L’heure était pour elle vraiment très importante. Jamais encore on lui avait donné la possibilité de s’exprimer devant un public remplit d’enseignants, d’étudiants et de diverses personnes venues comme auditeurs extérieurs. Elle pouvait aujourd’hui toucher un nombre très grand de sorciers de la population actuelle et de toutes les générations. Elle en rêvait depuis déjà bien longtemps et enfin aujourd’hui elle allait pouvoir ouvertement donner son point de vue à la terre entière. Enfin… déjà à son parterre d’auditeurs.


- Hum… Hum… Bien que l’intitulé du menu pourrait vous sembler barbant, je vous garantie que nous allons faire au mieux pour que ce ne soit pas le cas.


Carlotta laissa échapper un rire léger avant de reprendre.


- Comme vous le savez très probablement, le monde moldu et le monde des sorciers est scindé depuis des centaines et des centaines d’années. Plus exactement depuis 1692 où les sorciers ont jugé bon d’instaurer le Code International du Secret Magique. Ce qui rend le passage de certaines coutumes ou technologies assez difficile, voir impossible. Car même si le monde Moldu est tout à fait connu et accessible à tout sorcier, celui-ci ne franchit que très rarement la mince barrière magique qui nous sépare des autres habitants de cette planète. Ce qui est une grave erreur ! Car quelles richesses pourriez-vous découvrir en allant simplement vous promener dans les rues londoniennes.

Le regard de la vieille sorcière se fit pétillant alors qu’elle se remémorait sa dernière escapade dans le cybercafé situé à proximité de son appartement. En plein centre de Londres.


- Pas plus tard qu’hier qu’elle ne fut pas mon émerveillement lorsque mon chemin croisa celui de ce jeune moldu, étudiant en informatique qui m’expliqua avec enthousiasme comment fonctionnait un système d’ordinateurs en réseau. Ce qui leur permet de faire des jeux ensemble, sans être dans la même pièce, simplement en restant connecté à Internet et en agitant leur souris sur leur écran. Il m’expliqua qu’il lui était possible de communiquer avec d’autres jeunes de son âge qui vivent au Japon, simplement en appuyant successivement sur les touches de son clavier.

Carlotta commença à s’enflammer et à gesticuler avec passion tout en débitant un flot de paroles ininterrompu que peut de gens pouvait comprendre à son grand regret. A moins que ce soit de la fascination qu’elle pouvait lire dans les yeux ronds que lui lançaient l’auditoire. Ce qui la motiva à poursuivre son exposé.

- Comprenez-vous la proximité que ces gens peuvent établir entre eux, simplement avec une machine, un clavier et une souris. Je ne connais pas de moyen aussi efficace qui permet à des sorciers très éloignés de se parler couramment et à toute heure du jour ou de la nuit. Quelle innovation pour le monde sorcier si une telle technologie pouvait franchir la barrière magique qui nous sépare de ce monde si fascinant. Car ce n’est pas là la seule merveille qu’ils pourraient nous amener. Et bien qu’ils soient très avancés dans certains domaines comme celui-ci, imaginez ce que nous, nous pourrions leur amener en retour. Beaucoup de choses que nous avons, que ce soit des objets, des potions magiques, les soins… pourraient être commercé dans le monde Moldu. D’où l’extension des marchés et le gain que nous, sorciers pourrions en tirer de cette ouverture.

Pinkstone termina sa tirade en tapant du poing sur le pupitre !! Ses yeux firent le tour de l’assemblée, sondant les esprits. Attendant les interventions éventuelles.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Invité
  • Invité
MessageSujet: Re: Séminaire: la levée du Code International du Scret Magique   Lun 27 Déc - 20:51:09

Charlie était à peine assise qu’elle fut rejointe par Elena qui réussit à se faufiler pour s’asseoir à ses cotés. La jeune étudiante venait d’inscrire sur son parchemin l’intitulé du cours ainsi que le nom de l’intervenant. C’était assez drôle que son amie ait justement décidé de venir s’installer à coté d’elle car il était évident qu’une question lui brûlait déjà les lèvres.

° Salut Elen’ ! Ouais nickel et toi ?

Charlie ne voulait pas donner l’air d’être indiscrète, c’est pourquoi elle attendit que la jeune demoiselle s’installe et que la conférence commence avant d’entamer le dialogue.

« Salut les filles. Je sens qu'elle va être marrante cette conférence. »

Charlie dissimula le morceau de parchemin, sur lequel elle venait de commencer à écrire un mot adressé à Elena, à la vue de Gregory à qui elle sourit malicieusement. Marrante ? Tient, tient elle était curieuse de savoir en quoi ça risquait d’être drôle, mais pour ça elle pouvait compter sur Malone.

° Salut Malone ! Si tu te reprends une retenue oui je pense que ça risque d’être marrant.


AC lâcha cette boutade tout en essayant de prendre un air solennel. Il en serait capable le bougre. Elle pouffa de rire discrètement lorsqu’il émit l’hypothèse de faire venir des Moldus. Charlie ne pu s’empêcher d’imaginer Carlotta leur donner un cours d’anatomie Moldu avec des cobayes de tout genre défilant devant eux. Digne du 19e siècle certes ! Elle se retient de soumettre l’idée à son camarade qui semblait avoir des idées déjà bien assez débordantes comme ça.

Se concentrant sur son morceau de parchemin elle termina d’y griffonner un petit mot à l’adresse d’Elena.

AC a écrit:


Je n’ai pas pu m’empêcher de faire le lien entre ton nom de famille et celui de l’intervenante… ?



Elle glissa le morceau de parchemin, délicatement plié en quatre, à sa voisine de table. C’était une manière plus discrète et plus polie d’entamer la conversation plutôt que de le faire à voix basses avec des chuchotements que la rangée du devant risquait de mal prendre. Surtout qu’il y avait assis juste devant elles l’indéchiffrable professeur Murray et le charmant professeur Vawdrey. Il serait dommage de perdre des points aussi stupidement. De plus la présence de Malone dans les parages promettait déjà suffisamment de grabuges comme ça.

La conférence fut entamée très vivement par Carlotta Pinkstone qui leur rappela la date de fondation du Code et de ses conséquences. AC prit quelques notes, intéressée mine de rien par le contenu du séminaire. Mais la suite la déconcerta. Informatique ? Ordinateur en réseau ? Internet ? Et on ajoute là au milieu une souris et un écran ?

Charlie releva la tête pour fixer bêtement la conférencière d’un air béat. C’était quoi ce charabia ? Elle retint néanmoins que les Moldus avaient apparemment la capacité de communiquer simultanément d’un bout à l’autre du monde. Impossible. Enfin non, comme était-ce possible ? C’est clair que d’un point de vue purement commercial, l’ouverture des frontières serait époustouflante. Mais était-ce nécessaire de mettre au courant les Moldus ? N’était-il pas simplement possible d’infiltrer des sorciers chez eux pour récolter des informations et copier les technologies qui les intéressent ?

° Tu y comprends quelque chose Elena ?

Ces mots sortir d'eux-même de la bouche de Charlie qui voulait être sûre de ne rien rater d'important. Car le sujet semblait tout de même très fascinant malgré les idées ambiguës de la vieille femme.

Revenir en haut Aller en bas
  • Invité
  • Invité
MessageSujet: Re: Séminaire: la levée du Code International du Scret Magique   Dim 16 Jan - 16:19:24

Le visage écrasé dans la paume de sa main, coude sur la table, Gregory devait avoir l'air de quelqu'un qui rouille gentiment en écoutant une jolie histoire. En fait c'était exactement le cas. Ecouter la vieille raconter son expérience avec un ordinateur était hilarant d'autant qu'elle avait visiblement compris guère plus de la moitié que ce que l'étudiant avait tenté de lui expliqué et que se retranscription approximative était juste incompréhensible pour un sorcier moyen. Un sorcier qui n'avait jamais vécu parmi les moldus en somme. Lui même était loin d'être un expert en la matière, il avait du partager le temps d'ordinateur avec tous ses autres frères et soeurs d'adoption mais il y avait en effet des jeux forts sympathiques dessus. Néanmoins, la question n'était pas du tout là.

« Bonjour Carlotta, euh vous permettez que je vous appelle Carlotta n'est ce pas ?
Je suis Gregory Malone et ce qu'on pourrait appeler un pur sang de bourbe. J'aimerais savoir, vous avez déjà tenté de dire à un moldu que vous êtes une sorcière ? Non, parce que j'ai vécu parmi eux pendant 17 ans, et je peux vous assurer que beaucoup sont encore plus racistes, intolérants et stupides que n'importe quel pro-sang pur extrémiste. »


Voilà une jolie entrée en matière. Avec ça, on savait à quoi s'attendre de sa part.

« Alors je suis d'accord avec vous sur le fait que l'extension des marchés serait profitable et que leur technologie est remarquable, mais je doute sincèrement que le profit soit très équitable.. Les arnaques seraient bien trop faciles et qu'est ce qui empêcherait un éventuel mage noir de leur fournir des artefacts ensorcelés pour leur nuire ? »

L'étudiant marqua une pause, sans pour autant attendre une réponse immédiate de la part de l'intervenante. Il était bien curieux de voir ce qu'elle pourrait opposer à ça, en tout cas, elle aurait sans aucun doute besoin de réfléchir un peu à la réponse.

« Si je puis me permettre d'anticiper un peu sur la suite par rapport à votre plan.. Vous parlez d'obtenir la paix et tourner la page sur un passé révolu, mais est ce que révéler l'existence de la magie ne servirait pas tout autant l'intérêt de certains sorciers mal intentionnés en leur donnant le champs libre pour mieux établir leur domination ? S'amuser à terroriser des moldus avec la magie par exemple et en profiter pour les asservir en les menaçant ? C'était un peu ce que projetaient les mangemorts non ? »
Revenir en haut Aller en bas
  • Alan Desoya
    • Nombre de messages : 841
    • Age : 26
    • Date d'inscription : 17/01/2011

    • Pensine
      Statut sanguin: Né-Moldu
      Baguette magique: Bois de noyer noir, plume de phénix, 30 cm
    avatar
  • Médicomage Médicomage
MessageSujet: Re: Séminaire: la levée du Code International du Scret Magique   Mar 18 Jan - 22:15:09

Premier ou l'un des premiers séminaires de l'année auquel il pouvait enfin assister ! Alan était d'assez bonne humeur quand il arriva juste à l'heure pour le fameux séminaire sur la levée du Code International du Secret Magique, un séminaire d'importance à ses yeux surtout quand l'on venait du fameux monde moldu sans magie, le monde de la technologie, le monde de consommation, le monde pourri et corrompu à la moelle par ses propres vers... non, le monde moldu n'était pas celui d'un conte de fées merveilleux où la fée électricité établierait un royaume juste et équitable... c'était un monde gris et pollué, autant garder la pûreté naturelle de celui des sorciers au moins !

Il posa ses yeux noirs sur l'intervenante située à quelques rangées de sièges occupée qui semblait passionnée par son discours, de sa grande silhouette élancée et légèrement musclée il pouvait observer tout ce qu'il se passait sans géner qui que ce soit. Il n'était pas vraiment d'accord avec l'intervenante, et allait plus dans le sens de l'édudiant venant d'intervenir, tout en songeant tandis que sa main griffonaient les grandes remarques du passionnant débat :

Pfft... je ne crois pas que cela soit une bonne idée de lever le secret... d'un les moldus, dont je viens moi-même, ne sont pas tous des enfants de choeur, puis surtout ca risque de les choquer à un tel point qu'ils prendront peur et deviendront agressifs et menacants envers la communauté sorcière, menacés même, et personnellement, recevoir une bombe H ou autre saleté de ce genre ca me tente pas plus que cela... d'un côté y aurait des avantages certains... mais de l'autre ca sucrerait aussi tout le mythe des joueurs de tours "magiques" moldus ! Adieu le gentil vieilllard au chapeau de forme noire d'où jaillit une hirondelle...

Ce serait casser un mythe planétaire ! Des gens de plus au chômage... puis qui sait si les tendances au rejet ne s'étendront pas aux écoles, un peu comme dans les pays occupés par les armées allemandes lors du milieu du vingtième siècles, entre les arrogants et fictifs "aryens" et les "juifs", donc comme la communanté sorcière semblait à peine se reconstruire, serait-il vraiment prudent de s'ouvrir à d'autres risques potentiels ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Invité
  • Invité
MessageSujet: Re: Séminaire: la levée du Code International du Scret Magique   Mer 19 Jan - 14:40:52

Ah! Les fameux séminaires de L'UMA. Toujours très intéressant. Charlie avait toujours aimé assister à ces rencontres. On y apprenait souvent bien des choses. De plus c'était un lieu propice à l'échange d'opinions. Le jeune Weasley avait beau être un peu dissipé, il n'était pas décérébré! C'est donc avec entrain qu'il se rendit ce jour-là dans la salle de conférence. Il s'était levé de bonne heure, mais étrangement Andrew était déjà levé... Il lui semblait un peu fatigué même c'est dernier temps. Enfin bref, il n'était pas ici pour réfléchir à Andrew ! S'il était fatigué il n'avait qu'à se décoller un peu de sa copine ... et dormir ! Donc retournons à nos dragons. Charlie Weasley, frais lavé, habillé, rasé ce dirigeais donc avec entrain dans la salle de conférence qui accueillait aujourd'hui Carlotta Pinkstone. La salle était bien remplie et donc Charlie, dû ce faufiler entre les gens pour se trouver une place. Il reconnu Les profs Murray et Vawdrey, quelques étudiants de ses cours et la petite fille de l'invitée d'honneur. Il trouva rapidement une place dans la ranger qu'il voulait... le quatrième rang. Pas trop loin pour bien entendre, mais pas trop proche non plus ! Il ne voulait pas avoir le cou cassé à la fin de la séance ! Il s'installa près d'une jeune fille accompagne visiblement de son père. La petite fille venait visiblement de Poudlard vu l'uniforme de Poufsouffle qu'elle affichait fièrement. Il y avait deux plus de libre à ses côtés... Si Drew et sa copine se pointaient, ils pourraient s'installer là s'ils le voulaient.

Les minutes s’égrainèrent, avec quelque changement dans le décor, de nouvelles personne arrivaient tous simplement. Puis la conférence débuta. La levée du code international du secret magique… Ça attirait les gens ça ! Tout de suite…ou presque, Charlie se dit que la dame avait perdu la boule. Sérieusement ! Les moldus non pas à savoir que nous existons ! On peut très bien prendre leur technologie avec nos né-moldus sans avoir à déclencher un cataclysme ! Cataclysme serais bien le mot pour définir le shouk dans lequel le monde serais si les moldus venais à être au courant de notre existence. Mais la vielle femme était tellement prise dans son idée, elle avait l’Air tellement convaincue ! Mais elle était folle…pas de doute ! Par chance, Il nu pas à prendre la parole…il n’aimait vraiment pas se faire remarquer ! Gregory Malone résuma très bien ses pensées. Au moins il avait maintenant l’assurance de ne pas être le seul un peu rétrograde ! Il n’était pas né-moldu, mais il avait assez côtoyé Harry pour savoir que certains moldus réagissaient TRÈS mal au secret de la sorcellerie. Et puis Hermione, qui faisait presque partie de la famille aussi, apportais bien des détails sur la technologie moldu…pas besoin de lever le code pour en savoir plus ! Demander aux nés-moldus ! Ils peuvent très bien faire office de liaison entre les deux mondes. Non, vraiment Charlie Wealsey était bien campé sur ses positions. Le secret magique devait rester. Pas question de mettre le monde magique en péril pour des sottises ! De plus les né-moldus seraient ENCORE en danger… Les Moldus pourraient très bien se venger sur eux… au même titre que les sangs-pur…mais les sang-pur en général vive bien cachés sous plusieurs sort de dissimulation, pas les nés-moldus qui préfère en général vivre dans les villes et villages moldus.
Revenir en haut Aller en bas
  • Arsène Vawdrey
    • Nombre de messages : 514
    • Age : 39
    • Date d'inscription : 09/09/2008

    • Pensine
      Statut sanguin: Sang-de-Bourbe
      Baguette magique: 27cm, bois de noisetier avec du ventricule de dragon
    avatar
  • Médicomage Médicomage
MessageSujet: Re: Séminaire: la levée du Code International du Scret Magique   Mar 25 Jan - 0:22:57

Comme il s’y attendait, Carlotta se laissa emportée par le flot de ses pensées, laissant émerger un torrent de paroles probablement incompréhensible pour la plus grande partie de son auditoire. Un instant de silence plana sur la Salle de Conférence avant que Gregory Malone ne prenne la parole. Arsène se retint de soupirer d’avance.

L’étudiant trainait derrière lui une certaine réputation. Il ne fréquentait pas l’UMA depuis très longtemps, mais Arsène avait déjà maintes fois entendus parler de lui. Il serait notamment l’organisateur des soirées estudiantines, ce qui en disait déjà long sur le personnage.

Le professeur de Soins Magiques préférait garder son opinion pour lui-même et s’engager le moment venu d’un coté ou de l’autre du problème, mais l’intervention de l’étudiant lui donnait envie d’intervenir.

Malone n’avait pas entièrement tord, même s’il n’y allait pas avec le dos de la cuillère. Évidemment il y avait bien des moldus au courant qui n’avaient pas fait de syncopes lorsqu’ils avaient été informés de la situation sorcière dans le monde. Proportionnellement au nombre d’enfants de moldus dans le monde de la sorcellerie, on pouvait ajouter les parents, frères et sœurs à la liste des personnes au courant. Et ce fait ne posait en règle générale très peu souvent des problèmes. Bien sûr les réactions extrêmes étaient présentes, mais il n’y en avait que dans des cas relativement isolés.

Les moldus se contre fichaient de leur présence. Du moins tant qu’ils restaient invisibles à leurs yeux. Dès qu’ils seraient à la vue et au su de tous, les choses seraient différentes. Les gouvernements voudront avoir la main mise sur ce qu’il se passe dans leur communauté. Les services secrets s’infiltreront dans les affaires du Ministère de la Magie. Et ça risquait de créer des conflits entre les deux communautés qui feraient mieux de continuer à s’ignorer.

Il faudrait mettre en place des moyens bien plus développés qu’ils n’ont à présent pour éviter les éventuelles attaques contre les Moldus et à l’inverses éviter que les Moldus s’immiscent de trop dans leurs affaires. C’était bien trop tendu comme affaire pour que ça fonctionne. On voyait déjà bien comme le père-Weasley galairait au bureau du détournement de l’artisanat moldu. Une vraie calamité.

Il n’avait pas tord l’étudiant, concernant les Mangemorts. Mais Arsène se retourna vers le jeune homme pour le regarder dans les yeux et lui faire signe de cesser sa tirade. Il ne servait à rien de remuer le couteau dans la plaie. Ce n’était pas parce qu’un groupe extrémiste avait décidé d’anéantir la liberté de toute un peuple que tout le monde en faisait partie. La preuve, la plus grande majorité des sorciers étaient fondamentalement contre les idées divulguées par Lord Voldemort. Un autre étudiant s’exprima entre temps, laissant le temps à Arsène pour rassembler ses pensées et réagir.


Il est évident qu’un certain nombre de lois devraient être mises en place pour éviter tout abus de pouvoir d’un coté et de l’autre. La communauté sorcière devra se déclarer autonome de la communauté moldue sinon je pense que nous entreront dans une guerre administrative et politique sans fin. Je suis également d’ascendance Moldue et je vous contredirais Mister Malone si je vous informe que la majorité de la population Moldue au courant d’existence d’un monde magique ne les effraient pas. De plus, beaucoup ne s’y intéressent pas. Mais la question que je me pose, Mrs Pinkstone, est la suivante : Le gouvernement est-il prêt à porter sur ses épaules de telles révélations ? Un gouvernement que nous avons encore fébrile et trop jeune ? Et la communauté sorcière peut-elle supporter de nouveaux changements si tôt après la fin de la guerre ? Certes la paix incite à l’amélioration du monde qui nous entoure, mais sommes nous prêt à cette éventualité qu’est la levée du Code International du Secret Magique ?

Il était convaincu que non et il était certain que pour l’instant le Congrès n’accepterait pas une telle ouverture. Trop dangereuse et hasardeuse pour le moment. Mais la question valait peut-être la peine d’être étudiée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Invité
  • Invité
MessageSujet: Re: Séminaire: la levée du Code International du Scret Magique   Mar 25 Jan - 13:15:59

- Tranquille, répondit Elena à son amie.

Puis Greg débarqua, affirmant que la conférence allait être drôle. Ou pas, c’était pas le but quand même ! Elena se contenta donc de lui adresser un sourire, mystérieux, comparé à ses grands sourires habituels. Elle se raidit un poil en l’écoutant proposer d’inviter des moldus d’un ton amusé. Un regard vers AC l’informa que visiblement, la jeune fille trouvait cela très drôle. Et pourquoi pas ? Elle-même ne voyait rien d’aberrant dans l’idée, à condition bien sûr, que ce soit fait sérieusement.

Charlie lui fit alors discrètement passer un petit mot. Elle avait beau trouver drôle l’idée que Malone fasse l’imbécile, elle restait quand même respectueuse. C’était plutôt sympa de sa part. Elena déplia la note, et y trouva alors la question fatidique, à laquelle elle s’attendait depuis qu’elle avait appris la tenue de la conférence à l’UMA. Le rapport entre son nom de famille et la vieille femme qui venait de prendre la parole. Elle sourit, et répondit aussitôt :


Code:
Normal, c’est ma grand-mère ;-)

Pendant ce temps là, Granny continuait à parler, infatigable, comme à chaque fois qu’on la lançait sur le sujet de coopération avec les moldus. Mais peut-être pas assez claire. Elena songea à lui transmettre l’idée d’afficher des images la prochaine fois. Emportée par sa passion, elle oubliait que peu de gens connaissaient l’existence d’un ordinateur, et que pour la plupart d’entre eux, une souris n’était rien d’autre qu’un petit rongeur. Charlie semblait d’ailleurs complètement larguée, et lui demanda si elle comprenait quelque chose.

- En gros, les moldus ont tout un tas d’objets et de techniques qui leur permettent de faire des choses que nous ne savons pas faire, auxquelles nous ne comprenons rien. Si on coopérait en associant leur science et notre magie, on pourrait commercialiser nos produits chez eux et inversement, voire inventer de nouvelles choses.

Pendant ce temps, assis à côté d’elles, Gregory paraissait s’ennuyer ferme. Décidé à mettre un terme à son ennui, il prit donc le premier la parole. Et pour le coup, Elena trouva vraiment désagréable le ton presque méprisant sur lequel il s’exprimait. Il prenait sa grand-mère pour une vieille folle, c’était évident. Et sous prétexte d’anticiper sur le reste du contenu, l’agressait sur ses arguments avant même qu’elle n’ait eu le temps de les exposer. Ca n’avait rien de fair-play. Elle cilla, puis reporta son regard sur sa grand-mère. Elle n’avait pas besoin de dire à Malone de la fermer. Ce clash n’était pas le sien. Alors que sa grand-mère ouvrait la bouche pour répliquer, le beau prof de soin, Arsène Vawdrey, prit la parole à son tour. Au moins, voilà des doutes qui étaient à peu près sensés.
Revenir en haut Aller en bas
  • PNJ
    • Nombre de messages : 51
    • Age : 68
    • Date d'inscription : 15/01/2009
    avatar
MessageSujet: Re: Séminaire: la levée du Code International du Scret Magique   Mar 25 Jan - 15:23:51

Carlotta distinguait trois types de regards dans l’assistance, tout de même majoritairement intéressée : il y avait les sceptiques, les moqueurs, et les intéressés. Ces derniers n’étaient pas foule, mais lorsqu’on plantait une graine, il fallait de la patience, et de l’entretien pour qu’elle pousse. Elle en avait terminé de sa première partie, concernant à la fois les avantages économiques et techniques que représentaient à ses yeux une association entre moldus et sorciers. Comme d’habitude, les questions et les remarques fusèrent, tandis qu’après un silence mitigé, le brouhaha s’installait dans la salle. Elle leva les mains pour apaiser le bruit, tandis que s’élevait la première intervention d’un jeune homme, assis à côté de sa petite fille.

Elle acquiesça lorsqu’il demanda crânement s’il pouvait l’appeler par son prénom. Puis il étala tous ses doutes, sa propre expérience des moldus. Il lui semblait également que les échanges sur le marché seraient déséquilibrés. Ce Gregory Malone semblait bien décidé à déverser toute sa bile, et continua en critiquant d’avance la suite de son programme. Le moins que l’on aurait pu dire à propos de ce jeune étudiant, est qu’il ne manquait ni de vivacité, ni de mordant. Si son propos n’avait pas été à ce point totalement blasé, il aurait pu être réellement crédible. La vieille dame ne put s’empêcher de se demander ce qui avait contribué à lui laisser une telle amertume. On aurait dit qu’il n’était animé d’aucune conviction personnelle, se contentant de s’élever devant celles des autres.

Arsène Vawdrey, professeur de soin, qu’elle connaissait de nom pour avoir assisté elle-même à quelques conférences de santé et autres interventions, lui arracha alors les mots de la bouche en abordant la nécessité évidente de modifier et d’ajouter des lois pour réguler une telle coopération. Puis lui-même émis des doutes quant à la capacité de la communauté sorcière à supporter un tel changement en des temps pareils. Jetant un regard dans l’assemblée pour voir s’il n’y avait pas d’autres questions, Carlotta entreprit alors de répondre aux différentes interventions.


- Eh bien Gregory, je pense que si vous voulez savoir à combien de moldus j’ai pu révéler mon secret, je suis au regret de vous annoncer qu’ils ne pourront pas témoigner en mon sens… les oubliators ont bien fait leur travail. En revanche, vous pourrez avoir un aperçu de mon expérience dans les fichiers d’Azkaban, commença-t-elle, un sourcil levé devant le ton employé par le jeune homme. Si vous avez vraiment besoin d’une réaction, ma belle-fille elle-même moldue, se fera un plaisir de vous raconter notre rencontre. Mais étant donné la richesse de votre parcours à 18 ans, je suppose que vous pouvez suffisamment imaginer celle du mien, à bientôt 79 ans, pour ne pas croire que je ne suis qu’une enfant rêveuse et naïve.

Elle fit une pause, ses yeux plantés dans ceux de Malone. Elle avait parlé d’une voix claire, d’un ton aimable mais ferme. Carlotta Pinkstone acceptait les critiques pertinentes, pas les insultes. Elle était progressivement passé de jeune inconsciente à vieille folle pour une majorité de la population, mais, à aucun moment de sa vie, elle n’avait laissé les gens lancer de telles affirmations sans leur répondre.

- Je ne puis que vous conseiller d’écouter vos professeurs, car vous avez tout à fait raison sur ce point Monsieur, dit-elle ensuite en se tournant vers Arsène Vawdrey, il sera nécessaire de mettre en vigueur et de modifier certaines lois, afin de veiller au bon déroulement de la coopération. Nul doute que certains pourraient y voir ici un profit uniquement personnel, et il faudra les arrêter, mais n’est-ce pas déjà ce que nous faisons ? Cela fait des années que je me bats au nom de la coopération, et jamais le moment n’a été aussi propice. Il faut battre le fer tant qu’il est encore chaud, malgré les risques, afin de ne pas nous enfermer de nouveau dans le carcan d’un gouvernement secret et frileux. Le nôtre est fébrile, certes, mais jeune, vous l’avez dit ! Vigoureux ! Il est temps de se remettre sur pied et d’oser changer les choses. Yes we can !

Il lui sembla alors que la transition était idéale pour passer à son second point. La vieille dame but une gorgée d’eau, prête à poursuivre.

- Ceci nous amène de façon idéale jusqu’aux avantages politiques que je perçois à travers une telle situation. Oui, comme je viens de le dire, je pense que l’occasion est parfaite pour nous de trancher avec trois siècles de mépris, de dédain, que la plupart d’entre nous paient en plus par l’incapacité à affronter les tâches les plus basiques de la vie sans une baguette à la main ! Combien de cordons bleus connaissez-vous qui deviendraient de véritable catastrophes en cuisine ?

De nouveau Carlotta s'agitait comme si elle avait eu vingt ans et toutes ses dents, transcendée par ses convictions. Elle tâcha tout de même de ne pas trop s'emballer, afin de rester compréhensible.

- Il ne s'agit pas seulement d'un changement politique, mais aussi d'un changement de mentalité, d'une volonté d'évolution. Rompre avec la prétention selon laquelle nous pourrions vivre à l'écart de nos confrères, en toute autarcie, même si je vous accorde qu'au départ, le secret fut imposé dans des circonstances qui le justifiaient. Mais il est temps de s'adapter, avant d'être totalement dépassés.

L'intervenante s'attardait sur les visages de ses auditeurs alors qu'elle parlait, s'adressant à chacun d'entre eux en particulier, et en même temps, à tous à la fois.

- J'ai l'intime conviction que le racisme dont nous parlait tout à l'heure Monsieur Malone, et qui existe d'un côté comme de l'autre, fin de la guerre ou non, ne peut être combattu que par la force de l'habitude. Et celle-ci ne peut-être établie sans que quelqu'un ose un premier pas vers l'autre, malgré les récriminations de la minorité de ces xénophobes. Car n'oublions pas qu'une pareille réaction provient d'abord de la peur, celle-là même d'être écrasé, dépouillé de ses droits par l'autre. Or, la peur doit être combattu au quotidien si l'on veut pouvoir l'effacer. Qui ne redoutait pas la présence du croque-mitaine sous son lit dans son enfance, une fois la lumière éteinte ? Jusqu'au jour ou plutôt que de vous lever et de rallumer la lumière, vous avez pris sur vous malgré votre crainte. Le premier soir, aucune main n'a surgi pour vous happer dans un monde cauchemardesque. Le deuxième non plus. Et c'est comme ça, petit à petit que vous avez cessé de craindre son apparition.

Elle adressa un sourire à petite-fille, au deuxième rang. Cette enfant qu'elle avait vu devenir une belle jeune femme et qui faisait battre de fierté son vieux coeur de grand-mère. C'était une sorte de dédicace. Elle revint ensuite sur l'assistance, dans l'attente de nouvelles questions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Invité
  • Invité
MessageSujet: Re: Séminaire: la levée du Code International du Scret Magique   Sam 19 Fév - 19:36:07

Charlie n’arrivait pas à comprendre tout ce qu’il se discutait. Mais elle en cernait néanmoins les plus grandes lignes après les éclairements d’Elena. Elle ne savait pas réellement à quoi s’en tenir. Gregory comme à son habitude s’était manifesté de manière très peu élégante avant de donner son point de vue. Pas très enthousiaste à l’idée de s’ouvrir sur le monde moldu.

Le professeur Vawdrey quand à lui n’était pas sûr non plus que l’idée soit très bonne, mais il manifestait surtout un scepticisme assez flagrant.

Quant à elle, elle n’avait pratiquement jamais adressé la parole à un moldu si ce n’est dans la rue, dans un magasin moldu, dans le métro ou ailleurs. Elle n’en fréquentait pas puisqu’elle avait toujours vécu dans le monde de la sorcellerie. Néanmoins il lui arrivait d’entendre parler de ce monde inconnu par ses camarades de classe. Notamment grâce à Elena qui elle avait vécu dans le vif du sujet. Apparemment, sa grand-mère était même carrément très fans de tous ces êtres étranges qui peuplaient l’autre partie de ce monde.

Mais quelle horreur ! Elle avait complètement oublié que cette fameuse Pinkstone avait fait de la prison pour avoir osé s’exprimer trop librement sur le compte des moldus. Charlie retint un petit cri d’exclamation, afin d’éviter à Elena de le remarquer, elle appuya son menton sur sa main.

Le discours de la grand-mère d’Elena commençait à l’interpeller. Était-ce une bonne idée ? Fallait-il laisser entrevoir ce qui échappait aux yeux de tous ces gens ? Et eux ? Pourraient-ils toujours vivre en sécurité si leur monde venait à changer aussi radicalement ?

Charlie n’était pas sûr d’être prête à ce changement, mais pour l’instant elle ne voyait pas nécessairement où pouvait se trouver un problème pour lever ce fameux code du secret magique. Mais très honnêtement, ça lui était bien égal. Et puis, il fallait d’abord qu’elle demande à père Doeringer ce qu’il en pensait, car là elle avouait ne pas savoir sur quel pied danser quant à cette histoire de moldus.
Revenir en haut Aller en bas
  • William McCarter
    • Nombre de messages : 189
    • Age : 22
    • Date d'inscription : 09/01/2011

    • Pensine
      Statut sanguin: Sang-Mêlé
      Baguette magique: Bois de Chêne, plume de phénix, 32,5 cm, rigide, excellente pour les duels
    avatar
  • Auror Auror
MessageSujet: intevention   Lun 7 Mar - 8:56:06

Le professeur Mc Carter devait se contenir. A la vue d’un séminaire aussi important, il n’avait pu s’empêcher d’y aller car il sentait qu’il était de son devoir de faire passer son avis et d’éviter que la communauté des sorciers ne suivent les idées de ces dangereuses personnes sans réfléchir suffisamment. Il ne faisait aucun doute à ses yeux que cette oratrice, malgré la foi qu’elle semblait avoir dans ses propos et en dépit de toute la raison qu’elle pouvait avoir, se laisser emporter par des utopies qui, espérait-il, ne deviendraient jamais réalité. S’il réussit à écouter le début du discours sans intervenir, la suite ne le lui permit pas et il prit la parole, essayant de s’exprimer sans qu’il soit expulsé de la salle à cause de ses propos qui pouvaient parfois être jugés offensants par certains. Il commença à parler d’un ton calme, tout en essayant de le conserver.

- Vous êtes, je pense, d’une grande intelligence. Aussi, je suppose que vous comprendrez que mes dires sont porteurs de sens. Il est vrai que le monde moldu renferme de vraies richesses que nous, malgré la magie, n’avons pas mais certains problèmes me semblent quand même assez épineux. Vous nous parliez tout à l’heure de, si j’ai bien compris, un système d’ordinateurs en réseau. Je connais suffisamment le monde moldu pour savoir ce que c’est et déjà j’aperçois les soucis. Par exemple, d’un point de vue pratique, comment feriez-vous pour utiliser ces ordinateurs alors que vous le savez, lorsqu’il y a trop d’ondes magiques, ces instruments issus de leur monde ne fonctionnent pas. Cela signifie que nous ne pourrions les utiliser que dans des endroits isolés où peu de magie est pratiquée. Oublions donc immédiatement Poudlard, l’UMA, le ministère de la magie, le chemin de traverse, l’hôpital Sainte-Mangouste et j’en passe. Ensuite, vous pensez que nous aurions la possibilité de commercer avec eux. Vous semblez omettre le fait que pour commercer avec eux, nous, devrons révéler notre existence. Imaginez le choc que cela provoquerait. Les moldus apprendraient qu’il existe des gens qui vivaient dans leur pays sans même les voir ! De plus, je ne vous parlerai pas longtemps du point de vue administratif mais, les moldus voudraient nous soumettre aux mêmes lois qu’eux, nous faire entrer dans leur juridiction, leur système fiscal et autres. Je considère que cela n’est pas possible étant donné le fait que nos deux communautés ont vécu séparées depuis des centaines d’années, aussi, nos manières de penser sont totalement différentes. Nous n’arrivons déjà même pas à réussir avec les gobelins qui, pourtant, font partie du monde magique mais alors avec ceux qui font partie du monde moldu, je n’ose l’imaginer… et en parlant de gobelin, allez dire aux moldus qu’il existe des dragons et des araignées géantes et ils tenteront de tous les exterminer ! Je peux aussi vous parler de l’envie : ces moldus voudront maîtriser la magie, ce qui, vous le savez, est littéralement impossible si l’on a pas de dons. Nous pourrions donc apprendre d’eux mais eux pas de nous. Ils seraient dans une situation inconfortable. Je terminerai par ceci ; si vous révélez notre existence aux moldus, vous plongerez le monde entier dans un chao pire que celui qui régnait lors du règne de Celui Dont On Ne Doit Pas Prononcer Le Nom.

Alors que lui aussi s’était enflammé en parlant, il avait achevé son discours dans un grand calme et était assez soulagé de ne pas s’être emporté au-delà des limites.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Invité
  • Invité
MessageSujet: Re: Séminaire: la levée du Code International du Scret Magique   Ven 11 Mar - 16:20:59

Jùn était aux anges. L’UMA allait vraiment être une formation vraiment libératrice ! D’une il pouvait posséder son propre appartement, et ainsi il avait pu remplir la demande d’adoption de sa sœur, dont il attendait la réponse. De deux il pouvait déjà assister à un séminaire, et de surcroit sur le sujet tabou des temps : la levée du Code international du Secret Magique !
Il prit le temps de fumer sa dose de nicotine avant de rentrer avec les autres. Hier avait encore été une dure soirée, il avait rangé en vitesse son appartement, résolu à prendre sa sœur avec lui. Mais se débarrasser des drogues s’était révélé bien trop dur. En les regardant, l’envie pressante de les absorber l’avait prit, et il n’avait pu y résister. De même, il lui avait était trop dur de les jeter, et s’était donc contenté de les cacher dans sa chambre. Il faudrait pourtant pallier cette faiblesse, s’il voulait prendre soin de Pernelle.

Il constata, non sans surprise, que le séminaire était bien plus rempli d’élèves que les cours qu’il suivait. Forcément la levée du code intéressait bien plus de personne que la fabrication d’un téléphone à base de pot de yaourt. Il reconnut aisément certains visages déjà présents aux précédents cours. Notamment le fameux Finch chanteur…Jùn tira un sourire narquois en le regardant.

*Pauvre tâche.*

Ses yeux s’arrêtèrent alors sur une jeune fille. Non, pas une jeune fille, une gamine ! Une blonde, bouclée, plutôt mignonne, mais…largement en dessous de la majorité. Quoi, quatorze ans tout au plus ? Qu’est-ce qu’elle foutait là ? Les séminaires étaient réservés aux professeurs et étudiants de l’UMA et en aucun cas à des enfants de Poudlard ou d’ailleurs !

*Tssss. Encore une fille de Machin.*


Il détestait les gosses de Truc, Bidule et Muche. Tous des gosses pourri gâtés et chouchoutés jusqu’à la moelle, obtenant tout les privilèges sans bouger le moindre petit doigt.
Il était lui-même riche, certes. Et fils d’un grand avocat moldus, certes. Mais ce dernier ne lui avait jamais accordé le moindre avantage, au contraire. Bon, d’accord il lui avait payé son appartement, en guise d’ « arrêt d’argent de poche ». Son unique cadeau depuis sa naissance, toutefois. Sa carrière, ses notes, ses occasions, il ne les devait qu’à lui, et lui seul.
Et surtout, il ne léchait pas les bottes de son père. Il le méprisait, et n’appréciait que son travail, pas sa personne.

C’était une vieille femme qui présentait la conférence. Elle aurait pu être sa grand-mère, tant les rides parsemaient son visage. Son nom lui évoqua un souvenir, une page de la gazette des sorciers à plusieurs reprises. N’était-ce pas la femme condamnée plusieurs fois à Azkaban pour ses propos hors limites ? Il sourit, cette femme devait être très intéressante, et intelligente. Azkaban n’était pas une petite école pour demeurés ! (oui oui, il compare bien Azkaban à une école
Rolling Eyes )
Toutefois, il fut légèrement déconcerté par son plan. L’idée de la révélation de la magie aux moldus ne lui plaisait pas du tout. C’était même une grosse connerie.

Il garda une oreille attentive en sortant de quoi prendre des notes. Quelque soit son avis, les arguments de la maitresse de conférence l’intéressaient, car ils ne semblaient pas se limiter au classique et banal : « c’est pour la paix et l’égalité dans le monde », ou « le mensonge est mal ».
Elle commença par la technologie moldue. Jùn la connaissait très bien, étant un outil majeur dans le travail de son père. Mais au point de dire qu’elle était une trouvaille géniallissime à mettre au profit des sorciers…
Il ne put toutefois s’empêcher une moue moqueuse en voyant certains yeux ronds comme des ballons des élèves qui ne connaissaient pas ces objets là. Tout comme au cours de Murray. Sur ce point là, il était vrai que la communauté sorcière était bien vide de connaissances.
Enfin, un élève eut le sens de la critiquer, même s’il ne prit aucune pincettes. Ah. Malone. Décidément, il aimait se mettre au centre de la scène ! Ce qui était sûr, c’est que son argumentation était correct, et juste à son avis. Pourquoi reproduire à échelle mondiale la condition idéale des mangemorts et des extrémismes, répétant ainsi l’erreur de l’an passée ? C’était tendre le bâton pour se faire battre, clairement. A moins que l’intérêt de ces gens était justement la surprise des moldus qui ne croyaient pas en la magie…ce qui était certes, plus amusant. Une troisième guerre mondiale avec la levée de ce code ? Pas avec les mangemorts, ça il n’y croyait pas. Par contre…entre moldus et sorciers, oui.

Un jeune brun repris cette pensée avec l’exemple de la bombe H, de l’agressivité des moldus devenant alors une menace. C’était certain. L’homme est pourri, et n’a qu’un but en tête : prouver aux autres qu’il est le plus fort. Il fallait juste voir les guerres entre moldus pour le comprendre !
Un professeur prit alors la parole, manifestement en désaccord avec le brun et Malone. Il réfuta les moldus réticents à la magie, ce qui énerva passablement Jùn. Qu’avait-il connu ? Un ami moldu, wouahou, c’est extraordinaire, il ne se braque pas ! C’est le 1 sur 100 !
Jùn se souvenait parfaitement de la réaction de son père lorsque sa mère lui avait révélé son secret, une année après leur rencontre. Il l’avait lâchement abandonné, sachant pertinemment qu’il l’avait mise enceinte accidentellement, étant très jeunes. En effet, à l’époque ses parents, Lys et Hadrian n’avaient que dix-huit ans. Il avait accepté de suite l’idée du gosse et de la responsabilité que cela impliquait à leur âge, mais alors l’idée de magie, ah ça jamais ! Beurk ! Bas les pattes ! Il était revenu au moment de l’accouchement. Pile à temps, papa. Histoire de lui faire une autre gosse derrière quoi. Bien entendu, il avait fini par s’y habituer, n’ayant pas vraiment le choix, mais il détestait que Lys pratique la magie, méprisait son fils, se foutait de sa gueule de vouloir défendre des sorciers (ben oui, à quoi ça sert de défendre ceux qui peuvent nous tromper à tout moment ?), et certifiait que le mutisme de Pernelle et sa folie venait de ce don maudit. Et Lys, dans tout ça,…ben elle fermait sa gueule, en femme soumise.

Il secoua la tête, se concentrant de nouveau sur la conférence et les autres arguments que pouvait apporter Carlotta Pinkstone. Et il failli rire dès la première phrase, se retenant de justesse. Oh, comme c’était bête, les prétendus moldus favorables à la magie avait été victimes des oubliators, c’était vraiment con, hein ? Ce qui était encore plus con, c’était de supprimer en prime le poste d’oubliator et de gâcher les études des futurs oubliators avec cette stupide loi !
Ah, et voilà. L’argument type et inutile. Je suis vieille, tu es jeune, donc j’ai de l’expérience et toi pas, donc j’ai raison. Ça frôlait l’argument d’autorité mis en place pour remplir les lignes vides et le manque d’argument des auteurs.
Le gouvernement était vigoureux, certes. Mais pas prêt à une troisième Guerre, pas juste après celle-ci. Et cette fois-ci, ce ne serait pas le Potter-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom (il est reconnaissant de son travail, mais ne l’apprécie pas franchement), le sauveur du monde sorcier. Parce qu’il n’y aura simplement pas de victoire.
Oh, elle parle de cuisine ! Chouette, la cuisine, c’est le bien !
Jùn n’eut pas à réfléchir, sorcellerie ou non, il excellait en cuisine. N’empêche, que lorsque tu rentres le soir, crevé, avec une tonne de devoirs, ou juste l’envie de dormir, ben t’es bien content d’avoir la magie pour accélérer le mouvement. Surtout quand t’es drogué et/ou bourré…N’est-ce pas Jùn ?

Le racisme combattu ? Et après ce n’est pas une fillette rêveuse ? La pauvre mamie avait gardé un esprit bien enfantin et optimiste ! Le racisme ne se contrôlait pas, et ne se combattait pas, même avec l’habitude. C’était un état d’esprit ! Et la seule façon de combattre un état d’esprit, c’était une dictature et des répressions extrêmes. C’était ça, sa nouvelle politique ?
Un autre professeur prit la parole, et Jùn se tint sur son qui-vive. Il lui tardait de prendre la parole, malgré sa difficulté au social. S’il voulait devenir un excellent avocat, il lui fallait bien apprendre à parler, et parler juste et bien.
En tous cas, le professeur fut d’une justesse qui épata le jeune homme. Les arguments étaient parfaits, une défense du secret brillante. Serait-il dans le droit, lui aussi ? Dès qu’il termina, Jùn se leva, le ventre en vrac et la nuque humide.

-L’homme est pourri, jusqu’à la moelle, qu’il soit sorcier ou moldu.


Commençons bien, commençons fort !


-Mais le moldu regorge de vers à l’intérieur même de son trognon déjà bouffé. Son système politique n’est que désordre et manipulation, corruption croyez-moi. Si tout va bien trop longtemps dans leur monde, il faut impérativement amener un virus dangereux, un conflit, une preuve de supériorité sur les autres pays. Et ainsi déclencher une guerre. Vous les connaissez, madame les guerres des moldus ? Rudes, n’est-ce pas ? Et nombreuses. Sans aucunes leçons apprises. Révélez donc leur notre existence, et vous serez certaine de voir ressurgir la chasse aux sorcières. Mais à notre échelle, et notre version. Personnellement je n’ai aucune envie de finir sur un bucher. Et vous ?

Il se tourna vers les autres élèves, conscient de l’accusation.


-Vous me direz que cette époque est révolue chez les moldus. Révolu, n’est-ce pas ce que l’on disait du Seigneur des Ténèbres il y a un peu plus de dix-sept ans ? Mais prenons un exemple de leur cruauté, et de leur pourriture, qui peut certainement égaler à la notre, j’en conviens, plus..récent. Leur seconde guerre mondiale à eux, vous la connaissez ?

Il parcourut la salle et décerna quelques regards qui répondaient négativement à la question.

-Et bien, avec une dictature mise en place dans de nombreux pays, un courant, une idée, un état d’esprit s’est rependu. Il consistait à penser que les hommes et femmes qui ne répondaient pas à la prétendue normalité ne méritaient pas de vivre. Qu’ils étaient une erreur de la nature, et qu’il fallait les exterminer. Les juifs, par leur religion, les homosexuels, les opposants au régime, et d’autres. Sauf qu’il ne s’agissait plus seulement d’une pensée, mais de mots proclamés en lois. Petit à petit, les lieux publics leur furent interdits, notamment l’école. Et puis on les chassa de leur lieu de vie. Et enfin, on les enferma dans des camps de travail, prêt à être envoyés dans d’autres camps. D’extermination. Brulés, fusillés, découpés, gazéifiés, les moyens étaient tous plus nombreux qu’horribles. D’autres servaient de cobays, pour des expériences faites par de véritables médecins. Histoire de voir si leur corps était normal ou non. Je ne raconterais pas toutes les horreurs passée, mais vous invite à ouvrir des manuels d’histoire.
Les moldus auront exactement cette réaction. Celle d’avoir peur, de nous mépriser, et de vouloir à tout prix se montrer comme race supérieure. Nous ne saurons pas normaux. Nous serons des bêtes, comme ces pauvres gens. Mais allons-y, donnons notre corps à la science !


La tension du séminaire était à présent plus que palpable. Nombreux étaient ceux à avoir blêmi.
Jùn prit une inspiration, parlez autant lui était étranger.


-Ils seront jaloux de nos pouvoirs, et en colère de notre secret longtemps gardé. Ils voudront nous punir, se venger, et surtout ne pas perdre face devant un potentiel ennemi, un concurrent à la puissance. Ils désireront la magie, comme le disait monsieur tout à l’heure. Et ce désir deviendra dangereux et malsain.
C’était aux sorciers de dominer les moldus, jusqu’à aujourd’hui. Ça n’est qu’une question de temps. La tendance s’inversera. Et ils nous domineront, nous priveront de notre magie, de nos vies. Ils ne sont pas nés de la dernière lune et possèdent des armes qui pourront nous détruire aisément, malgré notre don. Notre magie paralyse leur électronique, et si leurs techniques pouvaient paralyser notre magie ? Vous y avez pensé ? Croyez-moi, ils sont doués, et une simple puce électronique pourrait faire l’affaire.


Il se racla la gorge, ayant une dernière chose à clarifier.


-Vous parliez de combattre le racisme avec le temps. Mais rien ne peut combattre le racisme, tout comme l’antisémitisme des moldus il y a une quarantaine d’année. Car c’est un état d’esprit, et la seule chose qui peut mettre à bout un état d’esprit, l’influencer à échelle mondiale, l’endoctriner, c’est une dictature et les répressions extrêmes. On en revient au régime nazi des moldus, et l’extermination. Alors que fait-on ? On choisit entre être les bourreaux, ou être les sacrifiés, si seulement on a le miracle d’avoir le choix ? Bel avenir que celui de l’abolition du secret, en effet. Une tout autre politique.

Le cynisme jaillissait de ses lèvres pulpées. De même que la fierté. En se concentrant sur ses idées, et sur le tableau noir du séminaire, en évitant le plus possible les regards pesant sur sa personne, il avait réussi pour la toute première fois de sa vie à parler longtemps, intelligemment, sans substances illégales, et sans grossièreté ou agressivité, devant plusieurs personnes ! Un progrès à grande échelle, même s’il doutait de pouvoir faire la même chose à petite échelle justement. L’intimité était bien plus effrayante.

Il se rassit, droit et paniqué au possible, mal à l’aise, mais sûr de son avis. Gêné des regards, des réactions des autres élèves et professeurs, il se concentra sur la maitresse de conférence.
Revenir en haut Aller en bas
  • Invité
  • Invité
MessageSujet: Re: Séminaire: la levée du Code International du Scret Magique   Ven 11 Mar - 18:22:46

Elena était parfaitement sereine. Evidemment, elle ne pouvait ignorer le scepticisme qui agitait la majeure partie de l'audience, et il était normal qu'ils aient des doutes. Il n'est de changement majeur qui ne se fait sans heurts, et tout discours comporte des failles. Mais c'était bien l'intérêt de ce séminaire de confronter les idées à l'avis de la population et à ses critiques, non ? Dans tous les cas, sa grand-mère avait suffisamment d'expérience pour s'en sortir pour, si ce n'était imposer ses idées, les exprimer de façon claire. Le séminaire était là pour planter une question, une réflexion, que chacun serait libre d'approfondir par la suite, à travers ses propres expériences. Il s'agissait d'exposition plus que de propagande. Même si elle-même était persuadée qu'aujourd'hui, la politique relevait du commerce. En conséquence, sans publicité, les idées de sa grand-mère auraient du mal à passer.
Au fond, Carlotta avait agi, c'était indéniable, mais peut-être n'avait-elle aujourd'hui, quoi qu'elle en dise, perdu la force de combattre réellement au nom de ses idées. Après tout, elle avait pratiquement du s'occuper d'élever une enfant. Même si notre belle brune n'avait plus rien d'une gamine, sa grand-mère ne prendrait jamais le risque de se retrouver de nouveau en prison et de la laisser se débrouiller seule, sans adulte pour être là rapidement en cas de besoin. Car ses parents étaient bien trop occupés avec leur boulot.
Pour autant, Lena n'oserait jamais laisser entrevoir à sa grand-mère cette idée, elle avait bien trop de respect pour elle.

L'un de ses professeurs prit la parole, puis un étudiant, à qui elle n'avait encore jamais parlé. Qu'ils étaient cyniques ! La guerre qu'ils venaient de traverser donnaient de bonnes raisons de le devenir, certes, mais ne fallait-il pas justement en tirer des leçons ? Il semblait que ses congénères étaient devenus plus méfiants encore qu'auparavant, et cela ne pouvait qu'être mauvais. Elle retint un soupir, et reporta son regard sur sa grand-mère, attendant que celle-ci réponde. D'un autre côté, si elle pouvait éviter les références personnelles, Elena s'en tirerait aussi bien. Elle n'avait pas non plus l'intention de voir sa petite enfance étalée dans la salle de séminaire.
Non mais franchement, ils se servaient toujours des mêmes arguments...


Revenir en haut Aller en bas
  • Alan Desoya
    • Nombre de messages : 841
    • Age : 26
    • Date d'inscription : 17/01/2011

    • Pensine
      Statut sanguin: Né-Moldu
      Baguette magique: Bois de noyer noir, plume de phénix, 30 cm
    avatar
  • Médicomage Médicomage
MessageSujet: Re: Séminaire: la levée du Code International du Scret Magique   Sam 2 Avr - 21:34:56

Alan commencait lui aussi à se lasser un petit peu, les mêmes arguments pour ou contre étaient toujours resservis, réchauffés et réarrangés pour faire en sorte que tout le monde ne voit pas qu'il s'agit uniquement d'une reformulation. Il prenait vite fait des notes d'une oreille distraite, passant des orations animées des uns et des autres, mais cela l'insupportait de constater que les réponses s'organisaient de manière manichéenne, sans aucun intermédiaire... en un mot : toutes les argumentations revenaient au même, et le débat tournait à vide. le grand brun aux yeux noirs songea alors amèrement :

"Elle a bien du courage de s'attaquer à l'un des piliers fondateurs de la société actuelle... mais n'est ce pas un peu casse cou de libérer toutes les protections ? Bon certe on ne peut pas rester éternellement dans l'isolationisme... mais de là à tout permettre..."

Toutefois, quand le dernier élève attaqua ouvertement les moldus, Alan s'arrêta brusquement d'écrire et son stylo tomba au sol brutalement, comme il l'avait lâché sous le choc : quoiiiiii ? Les moldus des pourritures ? Des... des vers ? Avait-il bien entendu ? Il se sentit s'empourprer de colère avant qu'il ne reprit son calme, du moins en apparence. N'était-ce pas un peu extrème là quand même ? Dans les deux cas ? Autant de la conférencière que de certains participants. Il garda son silence, voulant éviter de se répéter comme les arguments des uns et des autres rejoignaient assez bien sa pensée fort mitigée et assez neutre sur la question : s'il la résumait, elle serait ainsi : Ok, pas d'isolationnisme, mais pour autant éviter un chaos fort possible si toutes les barrières étaient levées ! Ou l'on risque de faire la même erreur que celle qu'ont fait les explorateurs du monde moldu envers les populations indigènes d'Amérique ou d'ailleurs...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • PNJ
    • Nombre de messages : 51
    • Age : 68
    • Date d'inscription : 15/01/2009
    avatar
MessageSujet: Re: Séminaire: la levée du Code International du Scret Magique   Dim 24 Avr - 13:18:58

Carlotta Pinkstone pouvait constater que ses paroles en perdaient plus d’un. Restait à savoir si c’était ses illustrations qui ne convenaient pas, ou tout simplement ses idées qui choquaient l’assistance. La seconde hypothèse était la plus probable…

Un homme se leva et prit la parole, énonçant plusieurs arguments tout à fait sensés, et fut suivi d’un jeune étudiant qui, pour sa part, parut un peu trop extrême aux yeux de la vieille femme. Si on voyait Hitler de partout aussi…

D’abord, la technologie.


- Bien sûr, pour ce qui est de la technologie, il faudra l’adapter, et cela ne se fera sans doute pas d’un claquement de doigt, mais à quoi bon dépenser des cent et des milles de notre budget en recherche et développement dès maintenant si le projet avorte ? C’est pourquoi cette conférence traite avant tout de la levée du Code du Secret.

Il ne fallait tout de même pas perdre de vue l’objectif principal de son discours, l’homme semblait croire qu’elle pensait accomplir tous ces objectifs sans révéler sa présence aux moldus !


- Il en est de même pour la question administrative, il faudra sérieusement étudier la question afin d’aboutir tant bien que mal à des compromis, ainsi que des lois qui nous assurerons la protection de notre monde. Nous appartenons tous à la race humaine, ce qui établit une différence par rapport aux gobelins, même si ce n’est pas la seule qui empêche aujourd’hui notre cohabitation, je vous le concède volontiers.

Ce qui, au passage, était tout à fait regrettable. Mais c’était instinctif, chez tous les êtres vivants, qui se ressemble s’assemble, et ils étaient loin de ressembler à des gobelins… Quoi que, certains petits vieux...

Puis elle se tourna vers le jeune homme.


- Vous semblez blasé. L’homme est pourri, alors ne faisons rien ? Laissons nos sociétés dériver sans rien dire ? Restons stoïques face à la menace, cynique devant les dégâts ? Dans ce cas là, qu’appeler vous vivre ? Le progrès ne se fait jamais sans prise de risque. De plus, vous vous complaisez dans la partie sombre de l’histoire, en oubliant son dénouement actuel. Les démarches pour la tolérance, la liberté, se multiplient dans le monde entier aujourd’hui. Je ne dis pas que nous vivons dans un monde parfait, ni que celui que nous tâcherons de construire le sera, loin de moi cette prétention. Seulement, il est certain que nous ne pouvons exiger d’amélioration sans fournir d’efforts.

Elle n’avait rien d’autre à ajouter concernant ce point de vue. Elle l’estimait faussé par un cynisme déplorable. Il lui semblait impossible d’avancer avec ce genre d’individu. Rester enchaîné par les désastres humains du passé n’avait rien de bon.


- Je pense que nous avons assez débattu pour aujourd'hui. Bien sûr, si vous avez encore des questions, vous pouvez me les poser à la sortie. Je vous souhaite une bonne journée !

Carlotta but une gorgée d'eau, puis rangea ses affaires, et descendit de l'estrade. Elle jeta un coup d'oeil par la fenêtre. Il y avait encore du chemin à parcourir pour faire avancer sa cause. Mais elle avait eu l'occasion de s'adresser à un public réfléchi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Séminaire: la levée du Code International du Scret Magique   

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Miroir du Riséd :: Hors-Jeu :: Archives :: Années passées-