Partagez | .
 
 [Thème 1] Un Soir de Février...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
  • Invité
  • Invité
MessageSujet: [Thème 1] Un Soir de Février...   Lun 8 Juin - 3:11:59



    * Titre : Un Soir de Février... (À modifier, peut-être... ._.)
    * Thème choisi : Thème 1 ; Il y a longtemps.
    * Personnage(s) : Natacha Angel, Arsène Vawdrey, Rose Bennet, Declan Montgomery (PNJ), et d'autres, sûrement.
    * Résumé : Natacha est en septième année. Préfète de Serpentard, elle est l'un des fantasmes majeurs de l'école, ne laissant pas les garçons indifférents à sa présence. Cette fic' raconte, plus précisément, sa relation avec son copain, sa relation avec les autres, et ce qui lui fera détester l'amour à tout jamais.
    * Cadre : Poudlard
    * Année : 1981-1982
    * Complet : Non ; en cours d'écriture. =)
Revenir en haut Aller en bas
  • Invité
  • Invité
MessageSujet: Re: [Thème 1] Un Soir de Février...   Sam 13 Juin - 3:27:47




    PARTIE 1
    UNE LAPINE EN LIBERTÉ

    « Félicitations Miss Bennet. Votre sortilège est parfaitement bien exécuté. Quoique, le contraire m’aurait étonné, surtout venant de vous. Dix points pour Gryffondor! », lança, fortement, le professeur McGonnagall.

    Pff… Miss Bennet par-ci, Miss Bennet par là, qu’est-ce qu’elle avait de si extraordinaire? Une petite lécheuse, évidemment.
    Quelle honteuse façon, pour faire rayonner sa maison, que de s’attirer les faveurs des professeurs en agissant comme une petite élève soumise, toujours prête à leur rendre service, lançant quelques compliments, complètement impensés, au passage. ‘Ô comme elle est intelligente! Comme elle est serviable!’ disaient régulièrement les professeurs. Cette petite hypocrite, depuis le début de l’année, ne cessait de discuter avec McGonnagall, demeurant plusieurs minutes à la fin des cours, dans la classe, sous banal prétexte d’un oubli de matériel, pour faire agir ses charmes d’élève modèle, la glorifiant littéralement. Elle avait même osé lui mentionner qu’elle rêverait, plus tard, de devenir professeur de métamorphose. Comme elle souhaitait, aux yeux de Slughorn, devenir professeur de potions, et ainsi de suite. Les professeurs étaient-ils si stupides pour tomber dans son jeu? Pourtant, c’était évident qu’elle jouait son hypocrite. Une petite préfète parfaite. Parfaitement stupide, oui. Pff…

    Comme pour appuyer la remarque de McGonnagall, la brune se retourna vivement vers sa table, lançant un regard condescendant à Natacha, fixant son chat et son lapin qui, malgré tous ses efforts, conservaient inexorablement leurs oreilles respectives. Ils devaient, en effet, aujourd’hui, transférer les oreilles du lapin au chat, et celles du chat au lapin ; un sortilège de transfert tellement basique, selon les dires de leur professeur. Répondant à sa provocation par un regard noir, elle rejeta sa chevelure à l’arrière, d’un élégant mouvement du poignet.


    « Tu veux de l’aide, Natacha? » Une main se posa sur son épaule, descendant lentement vers son avant-bras dans un simulacre de caresse camouflée. Arsène Vawdrey. Qui d’autre aurait tenté une approche si puérile? Il s’intéressait à elle. Évidemment. Qui, dans cette école, ne s’intéressait pas à Natacha Angel, fière préfète des Serpentards, jeune femme en pleine possession de ses moyens? Moyens qu’elle s’évertuait constamment à mettre à l’avant, restant cependant gracieuse, ne franchissait jamais la limite de l’acceptable. Elle avait, certes, à quelques reprises, faiblement franchi celle-ci, mais sans plus. Sa réputation la précédait, créant un sentiment d’envie au niveau de l’école, accentué par son attitude qui, malgré les apparences, trahissait les stéréotypes futiles qu’on lui attribuait.

    Tournant sensuellement son regard vers le brun, elle replaça négligemment une mèche de ses cheveux retirant, par son mouvement, la main de celui-ci sur son bras. Contemplant le petit préfet, elle posa sa plume, gracieusement, les jambes habilement croisées vers lui. Il était joli, certes, mais elle espérait qu’il n’estimait pas exagérément ses chances. Même s’il était considéré comme l’idylle de Poudlard par les petites deuxièmes années qui fantasmaient honteusement sur lui, ainsi que sur son nouveau badge de préfet, il demeurait un petit adolescent pré-pubère boutonneux. Elle était plus vieille que lui, voyons. Natacha voulait un homme. Un vrai. Pas un petit garçon imberbe aux chevilles honteusement enflées, surestimant ses habiletés. Cependant, elle recherchait encore celui qui ferait battre son cœur. Elle avait eu quelques copains durant les dernières années, mais elle ne les aimait pas. Trop immatures, elle venait rapidement à les trouver futiles, n’ayant, pour seul attrait, qu’un beau visage. Elle avait du choix, pourtant. Un énorme choix. Si elle voulait quelqu’un, elle pouvait l’avoir. N’importe qui. Il n’y avait, tout simplement, personne qu’elle voulait réellement. La seule attirance physique forgeait des relations superficielles, se soldant rapidement par un lamentable échec. Trop souvent, elle s’était fait utiliser pour le simple avantage qu’elle apportait, vu son physique avantageux. Oui, elle était belle, mais ce n’était pas tout ce qu’elle avait à offrir à un garçon. Elle cherchait quelqu’un avec de l’ambition, intelligent, qui saurait l’aimer non pour ses fesses, mais pour sa personnalité, pour la personne qu’elle était. C’était si compliqué de trouver un garçon, à Poudlard, ne souhaitant pas, principalement, avoir accès à une vue avantageuse de son décolleté? Visiblement, oui…


    « Tu veux m’aider? Toi?! » Soupçonneuse, elle contempla le petit chat, arborant fièrement deux proéminentes oreilles de lapin, qu’il tenait dans ses mains. « C’est toi qui a fait ça? Ou tu l’as tout simplement volé à Bennet pendant qu’elle avait le dos tourné pour complimenter McGonnagall? »

    « Non non non, c’est moi qui l’ai fait, t’inquiètes pas. J’suis pas stupide à c’point. Surtout qu’elle m’aurait arraché le bras si j’avais osé l’faire. » Tournant furtivement le regard vers la table de Bennet, elle remarqua, en effet, que ses deux animaux étaient encore sur son bureau, pendant qu’elle parlait avec leur professeur, dos à eux.

    « ‘lors vas-y, montre-moi comment faire, si t’es si intelligent, Vawdrey. » Son ton avait une nuance de défi. Elle savait, de toute façon, qu’il ne manquerait pas une si belle occasion de l’impressionner, même si elle doutait nettement de ses capacités. Avec son indéfectible sourire charmeur, il prit place sur le banc à côté de celui de Natacha, qu’il rapprocha honteusement pour être plus près d’elle. Posant négligemment son coude sur la table, elle le regarda se concentrer alors qu’il avançait son propre lapin, toujours intact, à sa place. Elle l’écouta marmonner quelques instructions, autant pour lui-même que pour elle, cherchant à retracer le procédé par lequel il était passé pour réussir son sortilège. Après quelques vains essais, ses doutes sur ses réelles capacités se confirmèrent, lui lançant quelques commentaires désobligeants. La rassurant, il répondit avec désinvolture à Natacha avant de poser sa main sur sa jambe. Pff, quel idiot. Retirant la main de Vawdrey avec une certaine force, elle ne réalisa pas qu’il était en train de marmonner le sortilège à nouveau, et il se retourna rapidement pour constater la cause du mouvement. Cependant, son bras suivit sa tête et, dans un éclair bleuté, sa baguette émit un léger crépitement. Légèrement aveuglée par le sortilège du brun, Natacha reprit contenance quelques secondes plus tard, avant de remarquer l’air niais que lui lançait celui-ci. Dans une expression figée, il contemplait son visage, balbutiant quelques mots incompréhensibles.

    « T’as perdu ta langue, Vawdrey? Surtout qu’tu te gênes pas pour me taponner sous la table, t’pourrais au moins m’parler clairement. » Posant son regard sur son lapin, elle remarqua rapidement qu’il avait, effectivement, de nouvelles oreilles. Cependant, ce n’était pas des oreilles de chat, comme il aurait dû, initialement, avoir. Un léger sentiment de crainte montant en elle, elle foudroya le brun du regard, avant de tâter sa tête d’un mouvement précipité. Comme elle le craignait, son sortilège avait fonctionné. Trop bien fonctionné, même…

    Elle avait les oreilles du lapin.
    Hurlant, littéralement, elle sortit en trombe de la classe. D’une certaine façon, Arsène avait atteint son but initial ; il lui avait laissé une grande impression. Trop grande, certes…
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Miroir du Riséd :: Hors-Jeu :: Archives :: Marathon des fanfics-