Partagez | .
 
 [Thème 5] Retour d'ascenseur [Mis]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
  • William Faith
    • Nombre de messages : 226
    • Age : 28
    • Date d'inscription : 01/11/2008

    • Pensine
      Statut sanguin:
      Baguette magique:
    avatar
  • Médicomage Médicomage
MessageSujet: [Thème 5] Retour d'ascenseur [Mis]   Dim 31 Mai - 14:33:28

Titre : Retour d'ascenseur.
Thème choisi : le 5
Personnage(s) : Billy, Fred, Harry, Ginny, leurs enfants, Pénombre.
Résumé : Quand Harry est menacé de mort, Billy et Fred ont pour mission de le protéger, une manière pour eux de le remercier pour services rendus à l'école et aux élèves.
Cadre : Godric's Hollow
Année : 2017
Complet : Oui
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • William Faith
    • Nombre de messages : 226
    • Age : 28
    • Date d'inscription : 01/11/2008

    • Pensine
      Statut sanguin:
      Baguette magique:
    avatar
  • Médicomage Médicomage
MessageSujet: Re: [Thème 5] Retour d'ascenseur [Mis]   Dim 31 Mai - 14:34:07

...s'est échappée d'Azkaban, nous recommandons à la population sorcière d'être vigilante, l'évadée est une tueuse de moldus et de sympathisants moldus notoire. Nous ne savons pas pour l'heure comment celle qui fut autrefois au service de Tom Elvis Jedusort (alias Voldemort) s'y est prise pour s'évader, mais il se peut qu'elle se soit procurée une baguette, alors ne tentez rien si vous la croisez, mettez vous en sécurité et prévenez les au...CLIC

-Encore du boulot pour nous ça... grommela l'officier de police Morwind en éteignant la radio. En plus il fallait que ça tombe sur elle. Bon au moins on pourra régler quelques vieux comptes, hein ! Qu'en penses-tu ?

L'officier Faith attendait les ordres de mission qu'on leur confierait. Stationné à Godric's Hollow depuis une bévue commise il y a quelques mois à Londres, rien ne se passait jamais dans cette petite communauté de sorciers, et on allait sûrement leur dire de rester au poste pour répondre aux appels terrifiés des gens des environs, facilement impressionnables, qui verraient l'ombre d'une ex-mangemort partout.

-J'en doute. Si on sort d'ici ce sera pour courir après les fabulations de vieillards apeurés.

Deux hiboux arrivèrent alors, ponctuant la phrase de Bill avec un certain sens du timing. Fred remarqua ce qui n'allait pas immédiatement, tout comme son collègue.

-C'est des hiboux de Londres ! Pourquoi ceux de Londres nous enverraient eux-même les ordres de...

Mais Billy ne l'écoutait plus, du courrier de la capitale arrivant dans ce poste ne pouvait vouloir dire qu'une chose : Une mission capitale. Arrachant presque le petit message de la patte du grand duc, le brun déroula le parchemin et lut :

Citation :
Ordre de mission pour l'officier William Faith,
En raison des antécédents de la prisonnière matricule 2461843F, il semblerait que celle-ci cherche à venger son ancien maître. La cible la plus probable pour une telle attaque serait M. Harry Potter, résidant dans votre juridiction. Votre tâche consistera à assurer la protection de M. Potter en attendant que l'évadée soit appréhendée.

Commandant Mondshmetterling, 15h49, Bureaux de la Police magique, Londres.

Freddy finissait de lire le sien. Puis ils se regardèrent avec consternation.

-Si j'avais su qu'un jour on me demanderait de protéger celui qui nous a tous sauvés quand on était à l'école, j'aurais éclaté de rire, mais là, ça me semble juste ridicule. Harry est très bien capable de se défendre seul.

Fred marquait un point, celui qu'on avait surnommé l'élu s'était sorti de situations bien plus épineuses, et avait affronté des adversaires bien plus dangereux qu'une ex-mangemort armée d'une baguette qui ne lui appartenait pas et qui n'avait pas lancé un sort depuis des lustres.

-Tant pis, les ordres sont les ordres, et puis comme ça on pourra dire à tous les autres qu'on a protégé l'élu...

Avec un sourire Billy suivit son partenaire hors du petit local de police. Celui qui a survécu n'habitait pas très loin et ils n'avaient pas besoin de transplaner. De plus, il leur faudrait s'habituer à la fraîcheur de la nuit, puisqu'ils auraient de nombreuses rondes à effectuer. Les deux hommes, dans la force de l'âge et policiers depuis un petit moment savaient qu'eux mêmes ne devraient pas avoir trop de problèmes à maîtriser toute personne qui tenterait de les attaquer de front, si en plus le légendaire Harry Potter était présent pour leur prêter main forte, même un mage noir en pleine possession de ses moyens ne pourrait pas leur résister. Rien ne pouvait les effrayer et ils arrivèrent rapidement devant le portail de la maison des Potter. Elle avait été faite reconstruite par Harry à sa sortie de Poudlard et ressemblait exactement à celle qui avait été détruite par le Lord noir si longtemps auparavant. Il n'était que 20h et les lumières étaient encore allumées quand l'irlandais sonna à la porte. Ce fut Ginny qui leur ouvrit. Elle parut soulagée de les voir et rangea sa baguette dans sa robe.

-Entrez, entrez, il s'attendait à ce que le ministère envoie quelqu'un, je suis contente que ce soit vous.

Les deux officiers de police s'exécutèrent, s'essuyant mécaniquement les pieds sur le paillasson et saluant poliment la maîtresse de maison.

-C'est quiiiiiiii ?

Demanda une voix enfantine. Un petit garçon aux cheveux noirs en bataille et à l'air endormi.

-Ne dites rien aux enfants.

-Ne vous en faites pas.

La rassura Bill, puis il se tourna vers l'enfant et lui dit.

-C'est la police, mais on vient juste rendre visite à ton papa, on était à l'école ensemble.

Ce qui n'était pas tout à fait faux, mais pas tout à fait vrai non plus. Harry avait 6 ans de plus qu'eux et ils ne lui avaient presque jamais adressé la parole, en dehors des moments où ils gagnaient un match de quidditch et où il venait les féliciter. La réponse eut au moins le don de satisfaire le gosse, qui fila dans sa chambre comme le lui demanda sa mère. Ginny semblait anxieuse, sa main droite était en permanence à proximité de l'endroit où elle gardait sa baguette. Fred lui posa une main sur l'épaule pour la rassurer, un geste familier mais nécessaire. Elle leur indiqua où ils pouvaient s'asseoir en attendant que son mari finisse de border les enfants et de leur raconter une histoire. Elle revint quelques instants plus tard avec trois tasses de café et attendit en silence avec eux. L'atmosphère était un brin lugubre, Ginny s'inquiétait clairement pour son époux et n'avait pas touché à son café, que les deux autres avaient fini depuis environ cinq minutes. Billy ne parvenait pas à trouver les mots pour la réconforter, et la voir ainsi lui faisait mal au cœur. Lorsque Harry descendit enfin de la chambre des petits au salon, il les salua chaleureusement. Billy, sans se départir de son attitude professionnelle lui résuma la situation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • William Faith
    • Nombre de messages : 226
    • Age : 28
    • Date d'inscription : 01/11/2008

    • Pensine
      Statut sanguin:
      Baguette magique:
    avatar
  • Médicomage Médicomage
MessageSujet: Re: [Thème 5] Retour d'ascenseur [Mis]   Dim 31 Mai - 14:34:37

-Pénombre Craft s'est échappée d'Azkaban, on suppose qu'elle va chercher à se venger et tenter de vous tuer. Elle semblerait avoir obtenu une baguette, elle n'a pas la sienne en tout cas et pour le moment il n'y a aucune victime à déplorer. Ce qui en fait confirme l'hypothèse qu'elle n'a qu'un seul objectif en tête, c'est à dire vous.

L'homme en face de lui ne semblait pas plus troublé d'entendre que quelqu'un voulait le tuer que s'il venait d'apprendre qu'une lettre lui était destinée.

-Je sais tout ça Billy, tu peux me tutoyer au fait, et crois moi je n'ai aucune raison de penser qu'elle ne viendra pas ici. Je vois que le ministère m'a envoyé de l'aide et je suis reconnaissant mais je pense que cela n'était pas nécessaire. Sans vouloir vous vexer, Craft a tué des hommes et des femmes bien plus expérimentés que vous, je ne voudrais pas qu'il vous arrive quoi que ce soit.

Cette fois-ci Fred intervint.

-Et si elle essayait de s'en prendre d'abord à votre famille? Si elle entrait par la fenêtre de la chambre de vos enfants...

-Arrêtez !

Ginny avait les larmes aux yeux. Elle fixait celui qu'elle aimait avec tristesse, et une pointe de supplique dans le regard et dans son attitude.

-Pourquoi faut-il toujours que tu fasses tout ? Pourquoi refuses-tu toujours l'aide qu'on te propose ? Ces gens sont tes amis, ils sont compétents, laisse les t'aider si cette garce vient ici pour te... pour te...

Et elle éclata en sanglots. Désemparé, Harry la prit dans ses bras, tandis que Bill et Fred s'éclipsèrent et commencèrent à faire le tour de la maison en lançant des sortilèges d'alarme et de repoussintrus. Quelques minutes plus tard l'homme à la cicatrice vint les retrouver dehors, l'air résigné.

-Je suppose qu'un peu d'aide sera toujours la bienvenue, mais laissez moi m'occuper d'elle quand elle viendra et contentez vous de l'empêcher de se concentrer sur moi. Avec trois homme entraînés face à elle, Craft n'a aucune chance de parer tous les sorts qu'on lui lancera.

-Exellent. Il nous suffit maintenant d'attendre sa venue.

-Ne serait-il pas préférable que ta famille soit mise à l'abri, au poste de police par exemple ?

Harry le regarda avec surprise.

-J'ai installé moi même les sortilèges de défense de cette maison. Elle est presque aussi sûre que Poudlard, ma famille ne bougera pas d'ici.

-Très bien comme vous voulez, mais si les choses se gâtent (inutile de préciser qu'on entend par là la mort de Harry) vos protections disparaîtront et qui sait si nous sommes de taille face à Pénombre ? Votre famille pourrait être exposée à des sortilèges mal visés, et surtout comment pensez vous que les enfants vont réagir lorsqu'ils entendront la bataille?

S'il y avait une chose que Billy voulait éviter aux enfants de Harry, c'était d'assister à un duel à mort entre leur père et une folle furieuse. Le Gryffondor avait vu au cours de sa deuxième année suffisamment de morts et de personnes blessées par des sortilèges de mages noirs pour ne souhaiter ce spectacle à aucun enfant. Au moins au poste de police ils seraient en sécurité, et loin de l'action, en étant toutefois assez près pour pouvoir être rassurés immédiatement après l'issue du conflit. Ils convinrent donc de déplacer les gosses dans leur sommeil jusqu'au poste de police où des lits étaient à disposition des officiers. Leur mère les accompagnerait et Fred ferait régulièrement l'aller retour en transplanant pour tenir tout le monde au courant de la situation. Restait donc Billy et Harry, qui allèrent s'installer à l'intérieur.

-Une tasse de café ? Proposa le maître de maison. Histoire de se tenir bien éveillé...[/color]

-Volontiers, accepta le jeune homme.

Il était sur le qui-vive, prêt à réagir au quart de tour à la moindre apparition, de Fred ou de la Bellatrix Lestrange en puissance ; mais il s'efforça cependant d'afficher un air détendu, comme Harry le faisait, lorsque celui-ci lui servit sa boisson chaude.

-Ça me fait bizarre de me dire qu'on va se battre contre une ancienne camarade de Poudlard... Même si je l'ai quasiment pas fréquentée vu nos années de différence. J'ai beau savoir qu'elle est dangereuse (et qu'elle l'a toujours été, ajouta-t-il pour lui-même en se remémorant la deuxième année, où Craft avait fait des ravages), je trouve ça très étrange.

-Comme elle n'a qu'un an de plus que moi j'ai souvent été en cours avec elle, et puis j'ai eu de nombreuses occasions de lui parler... Elle n'était pas aussi folle que maintenant, mais c'est vrai qu'on pouvait déjà voir son amour pour le côté obscur. Elle était séductrice, mystérieuse et en faisant trembler plus d'un... Et plus d'une, [i]compléta Harry en souriant, avec une petite pensée pour Dawster, la mini-bimbo qui s'était mis Craft à dos dès son arrivée.


-J'imagine que le séjour à Azkaban n'a pas du lui arranger le ciboulot.

Billy porta sa tasse à ses lèvres, goûtant au café fort avec plaisir. C'était fou comme, même après sa mort, Voldemort avait continué à enflammer les esprits dérangés de ses partisans, jeunes comme vieux. Il avait beau savoir depuis Poudlard que Pénombre était du côté du Mage Noir, se dire que Voldo et ses idées avaient à ce point gangrené l'esprit d'une jeune femme d'apparence aussi forte et indépendante, c'était franchement triste.

-Azkaban a sans nul doute empiré son état, mais je pense que la folie s'est emparée d'elle bien avant. Lors de la prise de Poudlard par les Mangemorts, elle a pour la première fois réellement goûté au plaisir de faire du mal... Tuer, détruire. Elle y a pris goût. Et j'imagine que le fait de perdre le peu d'amis -si on peut dire ça comme ça- qu'elle avait à l'école n'a rien fait pour améliorer les choses.

Le policier acquiesça et répondit :

-C'est sûr... Avant cette fameuse prise de Poudlard, j'avais cru comprendre qu'elle s'entendait relativement bien avec Deniel... Forcément, la guerre a été déclarée entre eux très vite après ça.

-Isaac ? Interrogea Harry. Ah oui... On m'a rapporté ce que vous aviez fait, vous et votre petit groupe de résistants... J'ai été surpris de constater qu'il n'y avait pas que des Gryffondor, et même qu'il y avait des Serpentards !

-On a tous été surpris de la tournure qu'à pris les choses, en fait. Mais ça a changé pas mal de choses dans les relations entre certains élèves, et j'pense que c'est en bien...

-Bien sûr. Je ne peux pas m'empêche de ressentir un sentiment de fierté quand je pense à tout ce que vous avez fait, même si je sais que ça n'a rien à voir avec moi.

Les deux hommes échangèrent un sourire. Ils ne s'étendirent malgré tout pas sur les souvenirs de leurs anciens camarades (pourtant, il y en avait des trucs à dire concernant Isaac Deniel, un des plus grands et des plus extravagants stylistes de sa génération !). Ils finirent chacun leur tasse de café, et Harry enchaîna d'un ton presque badin :

-Et comment se passe ta vie privée ? Tu as vu ma femme et mes enfants, mais je ne sais même pas si toi tu en as...

-Oh, bah, rien de spécial... répondit Billy, sans pour autant parvenir à masquer l'immense sourire qui fleurissait sur son visage chaque fois qu'il parlait de ça. Je suis fiancé à Revan (Austen, je sais pas si tu t'en souviens...) depuis un an, et pis... On songe à avoir un enfant bientôt.

-Revan ? Oui je me souviens, une petite brune discrète... Vous sembliez déjà bien vous entendre en première année !

-On a tout de suite été amis, c'est vrai... Et elle était discrète en première année, mais je peux t'assurer que c'est plus le cas ! Plaisanta le lion.

-C'est étrange comme les choses tournent parfois... J'ai aussi rencontré Ginny quand j'étais en première année, mais elle n'était pas encore à Poudlard, et elle se mettait dans tous ses états lorsqu'elle me voyait. Pas moyen de lui décrocher un mot ! Si on m'avait dit à l'époque que ce serait avec elle que je construirai ma vie, je l'aurais pas cru... Et pourtant !

Billy approuva. Ils restèrent encore un petit moment à parler ainsi de tout et de rien, ils mentionnèrent certains de leurs anciens camarades pour s'échanger des nouvelles : ils parlèrent entre autre de leurs anciens préfets. Page McHenry était devenue une Auror redoutable et redoutée (c'était d'ailleurs elle qui serait chargée de poursuivre Craft si elle entreprenait de s'enfuir), et William Craig, qui avait été ami avec Harry, travaillait à présent au bureau de réparation des accidents et catastrophes magiques, au Ministère.

Ils venaient d'aborder un de leurs sujets favoris (le Quidditch ; que voulez vous on se refait pas), lorsque les alarmes se déclenchèrent.

Les deux hommes se levèrent d'un bond, Billy manquant de renverser sa chaise. Ils dégainèrent leurs baguettes d'un même mouvement, échangeant un regard significatif. Craft venait d'apparaître aux abords de la maison, et le policier se félicita d'avoir éloigné les enfants dans un endroit plus sûr. Ils se ruèrent dehors, épaule contre épaule : à peine furent-ils arrivés à l'extérieur qu'un jet de lumière verte les frôla pour laisser une trace noire contre le façade, juste au dessus de leurs têtes.

Pénombre était là. Azkaban n'avait pas réussi à faire disparaître toute trace de beauté en elle, et malgré son air affaiblit et dément, on devinait qu'elle avait été majestueuse. La rage et la haine déformaient sa voix lorsqu'elle hurla :


-Meurs, Potter ! Avada...

Crac !

Elle ne put terminer son sort, déconcentrée par l'apparition de Fred qui venait de transplaner à leurs côtés. Elle se reprit néanmoins très vite, et alors que le nouvel arrivant jetait un rapide coup d'oeil de reconnaissance autour de lui, elle brandit de nouveau la baguette qu'elle avait en main et lança un jet de lumière rouge sur le pauvre officier. Malheureusement pour elle, Harry et Billy avaient réagi au quart de tour pour empêcher un désastre, et la Serpentard se prit un Expelliarmus et un Bombarda dans le bras. Sa baguette vola au même moment où la main droite de l'héritière des Craft explosait. Avec un hurlement de douleur suraigu, celle-ci s'écroula au sol en se tenant le moignon calciné avec la main qui lu restait. Tandis que Celui qu'elle était venu tuer finissait de l'immobiliser, l'officier Faith se porta au secours de son ami Fred qui était inconscient.


-Comment va-t-il ?

-A priori bien, pas de dégâts apparents et le sort n'était pas un Avada !« Dieu merci »

Billy pointa sa baguette sur son collègue et le ranima. A part quelques bleus à cause de la chute, il n'avait rien. Lorsque son regard se posa sur Pénombre, il jeta un regard en biais à son ami.

-Tu l'as pas loupée on dirait...

-C'était ça ou elle trouvait un moyen de nous échapper à nouveau. En plus la douleur l'empêchera de transplaner pendant un moment.

-T'as vraiment pensé à tout ça?

-Non je lui ai juste fait ce qu'elle a fait à la tête d'un élève de Serdaigle de septième année pendant l'attaque de Poudlard.

-Bien fait pour cette garce !

Epilogue :

Il s'avéra que Pénombre Craft était une animagus non déclarée et qu'elle s'était transformée pour fuir Azkaban, un peu à la manière de Sirius Black, mais fut de nouveau enfermée et mourut avant de pouvoir s'échapper de nouveau. William Faith fut amené à comparaître au tribunal pour usage abusif de la force. Il fut acquitté en donnant les arguments qu'il avait donné à son collègue, qui lui se garda bien de révéler la vérité. Les enfants de Harry Potter ne surent jamais ce qui s'était passé.


Total : 2900 mots environ.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Thème 5] Retour d'ascenseur [Mis]   

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Miroir du Riséd :: Hors-Jeu :: Archives :: Marathon des fanfics-