Partagez | .
 
 [thème 2] L'utilisation d'un nectar illicite nuit à autrui
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
  • Invité
  • Invité
MessageSujet: [thème 2] L'utilisation d'un nectar illicite nuit à autrui   Mer 6 Mai - 15:06:14

Citation:
* Titre (à toi de l’inventer): L'utilisation d'un nectar illicite nuit à autrui
* Thème choisi (un des 6 présentés): 2
* Personnage(s) (les personnages du forum/livre qui interviennent dans ton histoire) : Lindsey Lister (en focalisation interne),Jaïna Wedgers, Evan Summerbee, Ange Dawster... Pas encore bien déterminés en fait^^
* Résumé (3 lignes max, pour donner envie de vous lire...): Après une légère déprime, Lindsey trouve une étrange fiole et décide de se vanger d'une personne en particulier...
* Cadre (le lieu où se passe ton histoire): A poudlard... Un peu partout.
* Année (en quelle année se situe ton histoire, sachant que nous sommes en Avril 1997 sur le forum): 1997
* Complet : (oui ou non) : Pas encore
Revenir en haut Aller en bas
  • Invité
  • Invité
MessageSujet: Re: [thème 2] L'utilisation d'un nectar illicite nuit à autrui   Mer 6 Mai - 15:10:00

L’eau s’écoulait lentement sur le feuillage verdoyant du grand chêne qui me faisait face. Il en allait de même pour moi. Pourtant je ne me souciai pas du fait de revenir trempée dans mon dortoir. J’attendais, sans savoir réellement la raison de mon action. J’aimais ces moments où je me retrouvais simplement seule face à ma propre conscience et où je sentais sur mon corps la puissance de la Nature. J’aurai aimé avoir un tel pouvoir et influencer autant le cours des évènements. Mais j’étais un être de chair et de sang. Je ne pourrai certainement jamais réaliser ce souhait.

Je refermai, d’un claquement sec, ma cape afin de protéger le peu de vêtements encore non imbibés de la pluie torrentielle. Je sentais, sans peine, le murmure de l’eau ruisselait sur mes cheveux et sur mes habits. Un bruit alerta soudain mon attente étrangement passive et m’obligea à me retourner. Face à moi se tenait un gamin à peine sortit de la puberté à la carrure si chétive que l’on compatissait sans peine sur son sort. Seuls ses yeux contrastaient avec son apparence.
Deux prunelles océans où régnaient une curiosité (qui avait dû être la cause de son intégration à Serdaigle) et une malveillance non feinte.
Evan Summerbee. Première année à Poudlard.
J’haussai un sourcil, non étonnée de sa soudaine apparition à mes côtés. Il me ressemblait, cela allait de soi. Son esprit était sempiternellement en accord avec le mien. Contrairement à lui, je n’avais pas eu la chance de m’entendre avec une personne dès ma première année…
D’ailleurs, je n’avais obtenu une amitié que depuis cette année.
Mais pouvions-nous parler d’amitié lorsque nos sangs étaient similaires ? Je ne connaissais pas la réponse à cette question. Tel mon ombre, ce garçon me suivait toujours, parfois sans se montrer mais souvent siéger à mes côtés.


« Pourquoi tu restes là ? »

Question perspicace et totalement dénuée d’idiotie. Je réfléchis un instant avant de donner une réponse correcte.

« Je suis là parce que j’en ai envie »

Regard interloqué de la part de mon destinataire qui ne saisit toujours pas le sens de ma présence ici alors que le temps ne peut pas être plus mauvais.

« Et…. Tu ne voudrais pas aller ailleurs ?

-Cela ne serait pas pareil ».


J’optais alors pour ne plus répondre à aucune de ces questions et m’adossa sous l’arbre, lui lançant un regard amusé. Evan hésitait. Il me jeta un dernier regard intrigué avant de prendre le chemin de l’établissement.

Le silence reprit son dû, m’enveloppant de son doux manteau et me réconfortant de ma soudaine faiblesse. Il y avait toujours eu quelque chose qui m’avait déconcerté chez moi. Je savais que Poudlard m’avait changé. Mes souvenirs relatifs à ma première année étaient relativement horrible. J’étais une de ces petites filles mises à Serpentard, dû uniquement à leurs lâchetés innées et non à leurs caractères machiavéliques. Et pourtant…

Il s’avérait que les moqueries sempiternelles qui m’avaient été destiné avaient réussi à faire de moi, une élève aussi exécrable, antipathique que les autres. Ma niaiserie et ma sympathie à l’égard des autres maisons s’était volatilisées en même temps qu’une douce carapace de souffrance endurée m’enveloppait.

Et j’étais désormais ce que je ne pensais ne jamais devenir.

Cette pensée m’arracha un sourire, faible mais fort en nostalgie. Je savais, sans mal toutes les critiques que l’on me faisait. Je ne changerais plus. Cela était un fait. L’enfant innocente qui était entrée à Poudlard ne serait qu’un souvenir et non un but dans ma vie.
Tout les mauvais tours joués à mon encontre aurait un jour gain de cause à mon attention.
Encore une fois, je souris. Mais ce sourire était différent. Celui de la jeune fille que j’étais et que je resterais toute ma vie dû à une éducation et à des réflexions sottes détenues par les élèves de Poudlard.

Je me levais, sans un bruit, et décida dans un même élan de rentrer moi aussi au château, sachant pertinemment que je me ferais critiquer par les élèves que je rencontrerais quant-à ma tenue vestimentaire et à ma chevelure humide. Il y a des jours où rien n’a de valeur à vos yeux et seul l’idée qu’un moment ou à un autre, vous ne serez plus, vous redonne du courage. Il en allait de même pour moi.
Mon pas se fit soudain rapide dû à la soudaine averse qui s’abattit sur moi lors de ma traversée. Je poussai la porte, vérifiant au préalable que personne ne se trouvait à proximité, et pénétra dans l’enceinte. J’accélérai ma marche pour m’arrêter quelques mètres plus loin.
Un éclat argenté attira mon attention. Je découvris rapidement sa provenance et m’approcha de l’objet.

Un flacon.
Un breuvage non identifié y siégeait.

Je l’ouvris et huma son odeur avant de rapidement le refermer, tant celle-ci était écœurante. Serait-ce…. Du polynectar ? Je n’en avais jamais vu mais d’après les photographies que j’avais observé dans un des seuls livres d’études que j’avais ouvert durant l’été, cela y ressemblait.

Serait-ce enfin l’heure de ma vengeance ?

Je savourais ce moment de délectation suprême tandis que mon état dépressif s’évanouissait. La question était : qui serait le premier à la subir ?

Il y avait tant de personnes dans ma liste que j’en sortis que les plus innommables : Ange Dawster et Jaïna Wedgers étaient en tête.

Mon choix s’arrêta sur cette dernière qui m’avait humilié au beau milieu d’un couloir en me peinturant en rose. Prenant soudain conscience de la sensation de jouissance extrême que je ressentait à l’idée de faire de même avec sa petite personne, je me mis rapidement en marche afin d’obtenir un élément quelconque afin de prendre son identité.
Un cheveu suffirait.

Mon pas s’accéléra, se faisant impatient. Et puis soudain, je la vis. Elle était accoudée contre un mur, ses écouteurs sur ses oreilles et poussait gaiement la chansonnette sans remarquer que quelqu’un derrière elle l’observait.
Je m’avançai sans un bruit, tel un chat sournois prêt à jouer un mauvais tour, et déposa dans une brise légère ma main sur son épaule.

Comme elle, me l’avait d’ailleurs fait lors de notre première rencontre.
J’espérais secrètement que son cœur émette un raté similairement au mien et je constatai malheureusement qu’il n’en était rien de tel. Elle me sourit, de son sourire innocent et naïf qu’elle m’avait déjà auparavant adressé. Obtenant ce que je voulais (c'est-à-dire le cheveu désiré sur l’épaule de mon interlocutrice), je lui jetai la même sympathie au visage avant de tourner les talons pour m’enfermer dans les toilettes les plus proches.

Je poussai le battant des premiers waters, hurlant auparavant sur toutes les personnes qui se trouvait dans ces lieux afin de les faire dégarpir, et m’y enferma à double tour. J’attrapai rapidement la fiole adorée et y versa le cheveu obtenu. Le nectar émit quelques glougloutements significatifs avant de prendre une couleur sanguinolente, différente de celle d’origine. J’admirai la rapidité de la préparation de ce met et y trempa mes lèvres afin de gouter son goût. Bien sûr, ce n’était pas du jus de citrouille ! Quelle horrible texture…
Je réprimai mon envie de vomir et me força dans un même élan à avaler chaque gout de cette infâme mixture.

Il ne fallut que quelques minutes pour que mon apparence ne soit plus celle de Lindsey Lister. Je déposai sur le couvercle des toilettes mon blason et ma cravate qui, seuls, montraient mon appartenance à ma maison, et sortit des toilettes.

Mon reflet ne m’enchanta guère. Bien sûr, je ressemblais à mon ennemie mais la couleur de ces cheveux était particulièrement immonde et le fait de les porter pendant un laps de temps, ne me ravissait guère. Dans un sourire, je poussai la porte de sortie et me dirigea vers la salle d’étude.

Ma vengeance était à portée de main.
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Miroir du Riséd :: Hors-Jeu :: Archives :: Marathon des fanfics-