Partagez | .
 
 [Thème 5] Panique au Ministère [Mis]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
  • Invité
  • Invité
MessageSujet: [Thème 5] Panique au Ministère [Mis]   Mer 15 Avr - 7:23:44

* Titre : Panique au Ministère
* Thème choisi : 10 ans plus tard
* Personnage(s) : Rosalie Wainwright, Warren Wainwright, Josh Hepburn, Lucy Ann Donovan (Evoquée), Joshua Wainwright, Morgan Kharante, Hayden Wyncall, Elanor Levika, Lacey Hawkesworth
* Résumé : Rosalie est désormais directrice de la Police Magique, et la Maman comblée du petit Joshua, âgé de 5 ans. Les affaires sont nombreuses ne lui laissant guère le temps de respirer, mais elle coule néanmoins des jours à peu près paisibles. Du moins, jusqu'au jour où une visite inattendue la chamboule...Son frère, Warren, lui apporte des nouvelles renversantes! Qui ne manquent pas de la rendre folle de rage.
* Cadre : Au sein du Ministère principalement: Bureau de Rosalie, Salle de Gala, demeure de Rosalie
* Année : 2007 (Mois de Décembre)
* Complet : Oui!



" - Ma Rosie en chair et en os "

La phrase de son bien détesté frère cadet était tombée comme une boule de neige sur le magnifique visage de Rosalie Wainwright. La surprise était entière, car dans tout l'entourage de la belle blonde, Warren était de loin la personne qu'elle ne s'attendait surtout pas à voir. D'ailleurs, ce n'était pas pour rien qu'il y a cinq ans, elle lui avait clairement fait comprendre qu'elle ne voulait plus jamais le voir réapparaître devant ses yeux. Arrogant, perfide, ce n'était peut-être pas pour rien qu'il était devenu une star dans le monde superficiel du Quidditch, adulé par toutes les minettes assez crédule pour croire qu'il en avait quelque chose à faire. Non, pour sa soeur, ce joueur à la renommée mondiale méritait de finir aux oubliettes en moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire. Pourtant, ce fut avec un rictus cherchant à ressembler à un sourire qu'elle accueillit son frère, sans même approcher d'un pas. Le serrer contre elle était absolument exclus...Et Warren l'avait bien compris.

" Que me vaut le déshonneur de te voir dans mon bureau? "

Eclat de rire de la part de Wainwright fils. Comme quoi, ils étaient toujours aussi arrogants et désagréables l'un que l'autre, et somme toute il n'y avait aucune raison pour que cela s'arrange. Comme d'habitude, Rosalie fut prise d'une envie folle de lui en mettre une, mais elle se retint uniquement parce qu'il déposa un numéro de la gazette du sorcier sur son grand bureau. Incrédule, la demoiselle feint de ne pas comprendre un traître mot de la scène se déroulant sous ses yeux...Pourtant, si elle avait lu le gros titre présent sur le périodique, sans doute aurait-elle sauté au cou de son bien détesté frère cadet...De manière brutale ou joviale, cela restait à déterminer.

" - Lis soeurette, lis. Tu apprendras bien des choses...Je ne veux surtout pas rester là pour voir ta réaction de vieille fille mal peignée, tu m'excuseras...Si tu veux en causer, on se retrouve dimanche chez Père.
- Aucun risque. Plutôt crever que de bavasser ne serait-ce qu'une seconde en ta compagnie."


Une fois l'échange d'amabilités passé, Warren prit congé sans attendre et Rosalie reprit le cours de son travail. La pile de rapport qu'elle avait à remettre au Ministre n'allait pas se faire tout seul, ce fut la raison pour laquelle elle ne jeta aucun regard à son journal ornant toujours détestablement son bureau. Pire, elle n'y prêta même plus attention jusqu'au lendemain...Ayant terminé tard, Rosalie n'avait quitté son travail que dans la nuit et n'avait songé dès lors qu'à une chose: Se mettre dans son lit et ne plus en sortir avant des heures. Son fils étant chez sa grand mère ce soir, c'était donc l'occasion rêvée pour se délecter d'un repos bien mérité.
Le sommeil lourd, la belle blonde héritière n'eut pratiquement aucun rêve durant cette courte nuit, excepté celui-ci: Elle revoyait ce maudit Josh Hepburn, l'archiviste qu'elle avait connu il y avait dix ans de cela et qui aujourd'hui demeurait aux abonnés absents. Cela faisait bien huit ans qu'elle n'avait plus eu de nouvelles, et par conséquent elle ne voyait pas exactement pourquoi c'était lui et pas quelqu'un d'autre qui venait polluer son rêve...D'autant plus que rêver de son mariage n'était pas ce qui avait de plus agréable, il faut l'avouer. Ce fut donc d'humeur massacrante que Rosalie Wainwright se réveilla en sursaut, en sueur, à huit heures du matin, constatant avec horreur qu'elle était, en plus de tout le reste, affreusement en retard. Cavalant comme un cheval furieux, il ne fallut pas plus d'une demi heure à la jeune femme de vingt huit ans pour se rendre à son poste, faisant mine bien entendu d'être là depuis sept heures et demie. De toute manière, le Ministre n'avait jamais remarqué ses retards...Rosalie était une telle acharnée qu'elle pouvait déballer un monceau d'excuses valables pour faire croire à sa présence non stop au Ministère. Du reste, ce n'était pas totalement faux, il y avait une grosse part de vérité là dessous: Il n'y avait qu'à voir le peu de temps qu'elle passait avec son fils, il ne fallait pas sortir diplômé de l'Université de Magie Avancée pour comprendre que c'était un bourreau de travail. Sauf qu'aujourd'hui, ce n'était pas une journée de travail ordinaire qui l'attendait: Un coup de téléphone de la réception la sortit de son état comateux en grandes pompes et acheva de la mettre d'une humeur massacrante. La visite de Précieuse McLane n'étant absolument pas prévue à son calendrier, Rosalie fit une moue discutable en apprenant la nouvelle. Pourtant, ce fut avec un grand sourire plus faux que jamais qu'elle l'accueillit, curieuse de voir ce que l'assistante en chef du Ministre pouvait bien lui vouloir...


" - Mrs Wainwright, je suis venue vous rappeler que le gala du Ministère aura lieu ce soir, dix huit heures pétantes. J'ai pris la précaution de vous prévoir une robe de soirée à la vue de votre emploi du temps plus que chargé. Elle vous sera livrée d'ici une heure."

Un remerciement de la tête conclut ce bref entretien, et Rosalie pu se remettre au travail. Du moins, elle feint de travailler durement jusqu'au moment où elle tomba par hasard sur la gazette du sorcier en cherchant une missive sur son grand bureau. Et, en posant son beau regard d'un bleu azur sur le gros titre, elle manqua de s'étouffer en avalant sa salive.

" Mariage au Ministère de la Magie: Josh Hepburn avec une inconnue sans emploi! Le célèbre langue de plomb serait-il tombé bien bas? Suite page 4 "

Sous le choc, Rosalie laissa volontairement tomber le journal. Le cochon! Ainsi avait-il décidé de se marier, huit ans après leur dernière altercation houleuse qui lui avait valut l'une des plus belles baffes de sa vie. La belle blonde n'avait pas fait dans la demi mesure cette fois là, l'insultant de "faux gay refoulé", vexée pour on ne sait plus quelle raison...Et cette fois, elle avait vu juste: Puisqu'il épousait une femme, sans emploi pour couronner le tout, il devait avoir définitivement fait une croix sur l'orientation sexuelle qui s'était toujours plu à crier sur tous les toits. Mais pour une fois, que dis-je, pour la première fois de sa vie, Rosalie était dégoûtée par les agissements de cet ancien archiviste devenu langue de plomb. Et pour cela, l'envie d'aller à ce maudit gala de bienfaisance fut d'autant plus forte.

***


Dix huit heures, un vint trois décembre de l'année deux milles sept. Rosalie était rayonnante dans cette magnifique robe rouge que lui avait fait préparer Précieuse McLane. Pour la peine, il était évident qu'elle allait fait sauter tous les procès verbaux retenus contre son mari dont elle avait eu vent...Bien que celui-ci ne fut pas bien malin aux yeux de la blonde héritière, elle lui devait bien ce service, surtout que cela indiquait combien Précieuse avait bon goût en matière de vêtements luxueux, et combien elle la remerciait de l'avoir embellie sans demander une quelconque contrepartie. Elle se rendit donc au gala avec un air hautain des plus significatifs, retrouvant devant la porte d'entrée du bâtiment Hayden Wyncall, sa comparse et amie de toujours. La seule amie qu'elle ait vraiment eue, du reste...Bien plus jeune que Rosalie, la demoiselle avait su prouver sa valeur en résolvant bien des affaires épineuses en tant que simple membre de la police magique. Certes, son poste n'était pas très reluisant pour l'heure, mais la directrice Wainwright avait depuis quelques mois fait en sorte qu'une promotion lui passe bientôt devant le nez. Restait à savoir si elle saurait relever l'opportunité avec autant de brio qu'elle se plaisait à coincer les malfrats.

" - Wyncall tu t'es mise sur ton trente et un, cela fait plaisir à voir. Serais-tu toujours aussi mordue de ce bon vieux Kharante? Si je ne m'abuse, il devrait être ici ce soir. Logique pour un directeur du Département des Mystères...
- Si jamais on le croise, je vais avoir envie de lui cracher en pleine face! Il est arrogant à souhait! Dommage qu'il ait de telles fesses de rêve..."


Rosalie éclata de rire face à la réaction toujours aussi naturelle d'Hayden. Elle demeurait persuadée que si cet insupportable Morgan Kharante méritait d'épouser quelqu'un, c'était bien cette policière hors pair n'ayant pas sa langue dans sa poche. Comme quoi, les mentalités n'évoluent guère si on y regarde de près: Rosalie était toujours l'arrogante héritière qu'elle était à Poudlard et à l'Université magique, Hayden possédait toujours la "phrase qui tue" en toute circonstance, et Morgan gardait envers et contre tout un tempérament d'ex sale gosse, faisant son charme d'après la foule de demoiselles polluant régulièrement son bureau. En définitive, tout laissait à penser que cette soirée allait être animée par un je ne sais quoi de pesant, surtout si par malheur Rosalie avait la malchance de croiser cet imbécile de Josh Hepburn.


Dernière édition par Rosalie Wainwright le Mer 15 Avr - 15:05:00, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
  • Invité
  • Invité
MessageSujet: Re: [Thème 5] Panique au Ministère [Mis]   Mer 15 Avr - 8:18:37

L'entrée au sein du gala se fit dans la franche camaraderie la plus totale. Hayden passa évidemment par la case "questions gênantes", comme à l'accoutumée, ce fut pourquoi Rosalie passa outre celle qui consistait à parler de son fils. C'était le seul sujet tabou qu'elle souhaitait jamais aborder, pas même avec Hayden ou même avec Lucy Ann Donovan, son amie de l'Université. Le peu de fois où elle avait celle-ci au téléphone, elle occultait toujours les questions sur son fils. Comme si c'était une tare d'avoir un fils...Mais au contraire, c'était pour le protéger qu'elle n'en parlait jamais et qu'elle ne l'amenait surtout pas au Ministère. En bref, mis à part cette question gênante, ce fut avec le sourire le plus sincère qui soit que la directrice de la police magique et l'une de ses employées pénétrèrent au sein de cette confrérie détestable d'employés du Ministère. Rosalie sortait du lot bien évidemment, et cela se fit sentir dès que les regards furent rivés vers elle et que les "bonsoirs", plurent comme des orages. La soirée s'annonçait merveilleuse...Jusqu'au moment où son regard croisa évidemment l'ancien archiviste du Ministère, au bras d'une demoiselle que Rosalie qualifia immédiatement de quelconque. Pourtant, alors qu'elle aurait pu parader sans problème devant cette pimbêche totalement dépourvue de classe, elle prit la route de la "petite porte", en se faisant aussi petite qu'une souris. Hayden la suivait du regard sans comprendre un seul instant pourquoi son amie se comportait si bizarrement...Mais la rencontre avec un autre jeune homme totalement connu changea complètement la donne: Il la fit repérer, à son grand désespoir.

" - Wainwright vieille branche! J'attends toujours ton rapport concernant l'usage abusif des tasses crache crotte de nez! De toute manière, tout le monde sait ici que tu as beaucoup de gueule, peu d'expérience.
- Pourquoi tu ne fais pas comme tes comparses tellement supérieurs Kharante? Va donc te trouver une autre blonde à emmerder et laisse moi donc régler mes affaires en cours toute seule.
- Tu veux parler de Wyncall? Moi je te parle de toi pour le moment.
- Je suis une grande fille, je sais lacer mes chaussures toute seule..."


Couper court à la conversation...C'était une question de survie! Rosalie se mit donc à courir jusqu'à l'autre bout de la salle du gala, près du buffet, afin de s'éloigner le plus possible de la zone de danger à laquelle elle était confrontée bien malgré elle. Si elle avait su, elle serait restée chez elle, probablement, à s'occuper de son fils comme toute mère qui se respecte. Mais à la place, elle venait de se boire une flûte de champagne cul sec et elle semblait ne pas voir le bout de cette maudite soirée. Alors de loin, elle regardait Hayden et Morgan se crêper le chignon comme des chiffonniers et pour une fois, une scène pareille lui arracha un sourire.

" - Non mais vous savez ce qu'elle vous dit la Wyncall? Espèce de mufle mal dégrossi!
- Un peu de tenue demoiselle policière de mes genoux. Votre patronne sera bien incommodée si vous manquez de respect à un autre directeur.
- Directeur mes fesses! Que vous avez jolies d'ailleurs...Je me fiche que vous soyez directeur, ministre ou roi d'Angleterre, pour moi vous êtes un arrogant et mesquin petit personnage! Ne m'excusez pas, je dois prendre l'air... "


Morgan avait sourit, puis avait fougueusement embrassé les lèvres de notre chère Hayden sous les yeux non réellement surpris de la blonde héritière. Cette scène aurait dû arriver un jour ou l'autre...Et la réaction de l'embrassée ne fut guère surprenante non plus: Hayden l'avait repoussée, fidèle à son tempérament arrogant non décidée à se laisser faire. Pourtant, elle aimait ce fichu directeur d'un amour sincère...Et elle était foutrement incapable de lier les deux bouts avec lui, ses gestes déplacés la poussant sans arrêt à sortir de ses gongs pour qu'il la respecte. Mais Rosalie demeura très extérieure à une telle scène, refusant de se mêler de quelque manière que ce soit à la dispute de futur couple auquel elle assistait de loin. Si bien qu'en se concentrant autant sur les deux tourtereaux, Rosalie en avait presque oublié ce maudit Josh, qui lui l'avait repérée de loin, prêt à bondir pour mieux la voir ramper à un moment donné...

" - Si j'avais pensé de trouver ici...
- Arrête de jouer Hepburn, ce rôle ne te vas pas, je te l'ai déjà dit. Pourquoi ne vas-tu pas combler ta pimbêche de milles et un compliments détestables dont tu as le secret et que tu ne penses pas? Ce rôle là te va si bien..."


La blonde héritière, fidèle à son tour au personnage empli d'arrogance lui collant à la peau, s'était dégagée avec souplesse des bras de Josh, entourant détestablement sa taille. Elle ne voulait pas qu'il la touche, qu'il lui parle, qu'il l'atteigne d'une quelconque façon. Alors pour elle, ce gala était tout bonnement terminé.

***


Deux heures plus tard, Manoir de Rosalie Wainwright.

La blonde héritière venait de récupérer son fils chez sa mère et pourtant, même lorsqu'elle le serrait dans ses bras, sa fureur ne se calmait pas. Pire, en sentant le coeur de la chair de sa chair battre dans sa poitrine, elle ressentait sa colère doubler de volume. Après tout, Rosalie avait peut-être commis une erreur en portant le fils de Josh Hepburn sans jamais l'en informer. Elle disait à tous que cela faisait huit ans qu'ils ne s'étaient pas parlé, mais elle était la seule à connaître la triste vérité: Cela faisait cinq ans seulement qu'elle ne l'avait pas vue, et cela faisait cinq ans qu'elle avait effacé de la mémoire de l'archiviste leur seconde nuit ensemble. Elle l'avait séduit une seconde fois, peut-être s'en mordait-elle les doigts à présent qu'elle savait qu'il ne s'en souviendrait jamais. A moins qu'il n'ait subit un choc terrible au crâne, il n'y avait aucune chance pour qu'il puisse conjurer le sort qu'elle lui avait lancé. Pourtant, même en ressassant ainsi le passé, elle parvint à s'endormir comme une masse, son fils fermement serré contre elle.


Le lendemain matin, tout aurait pu être calme dans la vie de Rosalie. Elle aurait pu appeler Précieuse McLane pour lui notifier qu'elle prenait une journée de congé afin de s'occuper de son fils, mais elle ne le fit pas. Au contraire, elle prit comme toujours la voie difficile en se rendant à son travail...Mais pas seule. Fièrement habillée d'un tailleur noir, coiffée d'un chignon lui donnant un air strict et peu aimable, ce fut en serrant fermement la main du petit Joshua Wainwright qu'elle se rendit au bureau ce matin là. Attirant les regards, n'adressant que de simples "bonjours" envoyés à la volée, Rosalie venait de faire une entrée fracassante. Pourtant, sans accorder la moindre attention à la tripotée de médisants qui devaient être en train de baver sur son dos, elle ferma la porte de son bureau en la claquant sans aucune vergogne et se remit à travailler.
Plusieurs heures s'écoulèrent alors que Rosalie traitait les dossiers urgents et que Joshua dessinait sagement sur une petite table non loin de sa mère. L'atmosphère était paisible et travailleuses, du moins jusqu'à ce qu'une Elanor Levika essoufflée fasse une apparition impromptue dans le sublime bureau de la blonde héritière, le front en sueur, les membres tremblants, dans l'incapacité la plus totale d'aligner un mot après l'autre. Rosalie, fidèle à un calme olympien qui ne la caractérisait que depuis qu'elle était devenue mère, se leva dans un silence de mort et invita son ancienne comparse de l'Université de Magie avancée à s'asseoir, afin que celle-ci puisse reprendre son souffle sans s'étouffer. La raison de sa venue était encore inconnue...Mais le sang de l'héritière ne fit qu'un tour en entendant les simples mots "Hepburn", "mariage en cours", "église de Londres". Rosalie entra dans une fureur telle qu'elle balaya sans peine la montagne de dossiers qu'elle avait encore à traiter, effrayant d'un coup Elanor et son fils Joshua. Il lui fallut bien vingt minutes pour se calmer, ainsi que pas loin de cinq cafés serrés. Finalement, sa sentence tomba elle aussi comme un couperet:


" - Je dois m'y rendre. Veille sur mon fils s'il te plait, je serais vite de retour."

Ne laissant aucun temps de réponse à la pauvre Elanor sur laquelle tombait une montagne de responsabilité, Rosalie embrassa rapidement son fils sur le front et s'en alla mener sa propre guerre. Pour l'heure, elle était déchirée entre l'envie de massacrer Josh sur place pour cette haute trahison, ou bien faire en sorte que sa fiancée soit tellement dégoûtée de lui qu'elle le quitterait sûrement sur le champ. Mais dans tous les cas, fidèle à son tempérament nuisible et malin d'ancienne élève de Serpentard, sa vengeance allait faire mal...Très mal. Ainsi, en moins de temps qu'il n'en fallut pour dire "Quidditch", la blonde héritière se retrouva devant l'église la plus importante et la plus connue de Londres, d'où émanait une musique de mariage qui lui donnait envie de vomir. Mais étant donné qu'il y avait beaucoup de monde à ce fameux mariage, Rosalie n'eut aucun mal à se fondre dans la foule, marchant presque à quatre pattes entre les quelques bancs vides restants jusqu'à ce qu'elle tombe sur...Son frère. Mais que faisait Warren dans une cérémonie pareille? Lui qui avait toujours crié haut et fort qu'il ne supportait pas les mariages, les galas, et autres enterrements auquel il avait du assister depuis qu'il était enfant! Sauf que là, la belle blonde eut beaucoup de mal à reconnaître son frère cadet: Habillé richement, avec un costume noir de haute qualité, elle ne voyait plus du tout en lui l'étudiant merdeux passionné de Quidditch qu'il avait été à son arrivée à l'Université de Magie Avancée. Sans doute en avait-il gardé l'arrogance, mais il avait gagné en classe et en beauté, c'était indéniable. Tout comme sa soeur avant lui d'ailleurs...

" - Mais qu'est-ce que tu fiches ici Wawa? Toi qui hait par dessus tous les cérémonies! Tu veux te trouver une Juliette ou bien seraient-ce mes yeux qui me jouent des tours?!
- Je savais que tu viendrais en lisant l'article de la gazette. Je suis un démon, tu l'as dit toi-même...Pourtant, je sentais que si tu n'avais pas l'opportunité de t'opposer à ce mariage avant qu'il ne soit prononcé, tu y penserais toute ta vie. Tu as un fils maintenant...Mais tu assumes un peu trop le fait de ne pas lui donner de père. C'est dommage en sachant que son père est vivant et qu'il se trouve ici, dans cette église.
- COMMENT?! "


Pour passer inaperçue, c'était raté. Le cri peu agréable de Mrs Rosalie Wainwright avait retenti avec une telle force que tout le monde s'était immédiatement tourné vers elle, en commençant par Josh et sa fiancée qui avait l'air plus nunuche que jamais. Son frère l'avait trahie, une fois encore, et il l'avait tellement bien cernée que c'en était presque navrant. Pourtant, ce n'était pas comme s'ils s'étaient toujours connus, comme s'ils avaient été élevés ensemble et qu'ils étaient très proches. Rosalie n'hésitait pas à cracher allègrement dans le dos de son cadet, et elle ne doutait pas que son frère fasse de même lors des nombreuses soirées auxquelles il était toujours convié. Pourtant, ce coup de poignard dirigé volontairement contre elle était sans doute le plus cruel et le plus douloureux qu'il lui ait lancé. Si bien que ce fut des larmes de rage que l'on pu lire dans le creux des yeux bleus de Rosalie tandis qu'elle venait d'ouvrir la bouche pour en placer une.

" - Monsieur le curé, je m'oppose à ce mariage, Warren, tu n'es qu'un enfoiré de première et Josh, je n'aurais la paix que lorsque tu seras mort et enterré."

Rosalie avait parlé. Ses paroles ne sonnaient pas vraiment comme ceux d'un sage, tout comme elle avait conscience qu'elle venait de gâcher une cérémonie de mariage, mais pour ainsi dire c'était le cadet de ses soucis. Trahie, bafouée dans son honneur, la blonde héritière n'avait aucune pitié à revendre...Surtout maintenant que Warren s'était levé à son tour pour mettre à nouveau son grain de sel dans l'affaire. Comme quoi, elle aurait dû l'étrangler quand elle en avait encore l'occasion.

" - Monsieur le curé, messieurs dames les invités, Josh...Ce que ma soeur Rosalie tente de dire avec des mots la caractérisant en grande pompe, c'est qu'elle t'as toujours aimé. Du moment même où elle a posé les yeux sur toi jusqu'au jour où elle a mis au monde ton fils Joshua, son coeur n'a eu de cesse de battre pour ta petite personne. Et...
- Comment oses-tu déblatérer de pareilles inepties? Josh, le jour où je t'aimerais, j'aurais un cancer du cerveau. Maintenant, tu m'excuseras, mais je n'ai pas la moindre envie de voir un ancien gay se marier avec une nunuche de premier ordre! Quant à toi Warren, crois bien que tu payeras très cher ce que tu viens de faire. "
Revenir en haut Aller en bas
  • Invité
  • Invité
MessageSujet: Re: [Thème 5] Panique au Ministère [Mis]   Mer 15 Avr - 9:51:02

Rosalie gifla son frère sans attendre avant de se diriger vers la sortie, dépourvue de toute raison. Retourner au Ministère de la magie semblait au dessus de ses forces, et pourtant elle se devait d'y retourner pour rassurer son fils. Du haut de ses cinq ans, le fils que Rosalie avait eu avec Josh était plus intelligent que la plupart des employés du Ministère: Il était vif d'esprit, malin comme un singe et possédait déjà une manière de s'exprimer digne de celle de sa mère. Cependant, en poussant douloureusement la porte de son immense bureau au sein du Ministère magique, ce ne fut pas son fils toujours en train de dessiner qu'elle y trouva...Ce fut une Elanor Levika assommée, écroulée au beau milieu de son bureau! Déchirée entre la panique et la fureur, ce fut une Rosalie tremblotante qui secoua comme un prunier la pauvre Elanor qui n'avait elle rien demandé à personne. Puis, pour pousser le ridicule des évènements jusqu'au bout, la blonde héritière balança sans pitié un verre d'eau glacée à la figure de l'ancienne étudiante, n'ayant guère de temps pour faire dans la dentelle. Son fils n'était pas présent là où elle l'avait laissé, avec une surveillance en prime, il fallait qu'elle sache pourquoi...Et tout de suite.

" - Elanor!!!! OU EST MON PETIT GARCON NOM DE CHIEN?!
- Enlevé...Un homme immense a déboulé dans la pièce...Il m'a frappée au visage...Et...

- Mets toi de la glace! "


Paniquée, Rosalie ne prit même pas le temps de demander à son amie si elle n'avait pas trop mal à la tête...Non, elle courut aussi vite qu'elle le pu dans chaque recoin du Ministère, cherchant désespérément son fils comme si c'était une tragédie qui lui tombait sur le coin du nez et qu'elle ne parvenait pas à en comprendre l'ampleur. Mais bien vite, tandis qu'elle s'essoufflait de plus en plus et que l'envie de crier sa peine devenait trop forte, la pauvre Rosalie tomba à genoux dans le Hall d'entrée même du Ministère, et éclata en sanglots de désespoir. Tous les sorciers présents avaient le regard rivé sur elle, comme si elle était bonne à enfermer à l'asile tant elle se donnait formidablement en spectacle. Mais sa peine, elle, était bien réelle, quoi que l'on puisse en dire. Et si tous ces médisants avaient su pourquoi elle se laisser aller à pleurer ainsi comme une enfant perdue, alors peut-être auraient-ils révisé leur jugement deux fois. Ils pouvaient la haïr pour son caractère de chien et ses manières peu orthodoxes de dire les choses, Rosalie n'en demeurait pas moins une directrice de son département très compétente et rigoureuse dans son travail. Seulement voilà, sans son fils, il n'était pas question de se concentrer sur la moindre affaire! Jamais elle n'aurait eu le coeur à cela.
Le monde de l'héritière des Wainwright semblait s'écrouler, et il n'y avait aucune bonne âme pour lui tendre la main. Aucune, du moins jusqu'à ce qu'Elanor fasse à nouveau son apparition et aide son amie à se relever, le regard désolée et les gestes doux. Pour une fois, la belle blonde ne repoussa pas l'ancienne autre étudiante alors qu'elle la serrait contre elle pour apaiser ses pleurs. Cette fois, un Troll aurait pu la serrer dans ses bras, elle n'aurait de toute évidence pas moufté le moins du monde.

Rosalie mit un long moment avant de reprendre ses esprits et de s'éloigner de son ancienne comparse de l'Université de Magie Avancée. Elle avait eu beaucoup de mal à réaliser que son petit bout, la chair de sa chair, son trésor même s'il se trouvait être l'enfant de Josh...Avait disparu. Prise d'une nouvelle vague de panique, elle se mit à faire les cent pas dans son bureau, désespérée à la simple idée qu'il lui soit arrivé quelque chose. Jamais elle ne pourrait se pardonner de l'avoir laissé seul pour mieux aller pourrir la vie de son père...Chose qui devait s'être avérée inutile, puisqu'il devait s'être marié à présent. Pourtant, elle du bien quitter le Ministère à un moment donné, et cela même si elle avait attendu jusqu'à deux heures du matin, profitant de ce temps non pas pour clore un quelconque dossier urgent, mais bien pour faire des recherches en vue de retrouver son fils. Finalement, elle avait dû ordonner à Elanor de rentrer chez elle lorsque les douze coups de minuit avaient sonnés, et elle n'était partie que deux heures plus tard...Sans espoir de trouver le sommeil. Finalement, en se mettant devant sa grande fenêtre qui se trouvait dans son grand salon luxueux, Rosalie avait fini par fermer l'oeil, non sans mal, tout ça pour mieux cauchemarder ensuite, imaginant le pire concernant l'enlèvement de son petit garçon.
Une fois réveillée et habillée, ce fut en traînant plus les pieds qu'autre chose qu'elle se rendit à son bureau, sans aucune envie de se remettre au travail. Mais en poussant la porte du bureau, quelle ne fut pas sa surprise en y trouvant son frère Warren, ce maudit Josh de malheur et le petit Joshua, allongé mollement sur l'immense canapé qu'elle avait fait acheter par le Ministère lors de sa nomination à la tête de la Police Magique. Au comble de son bonheur, elle mit un temps de côté la haine qui la consumait pour les "deux hommes de sa vie" et accourut vers son petit bout afin de le serrer dans ses bras, le réveillant doucement avec bisous et câlins. Cette fois, Rosalie pleurait, mais ce n'était plus de désespoir: C'était bien de joie! Oubliant complètement son frère et l'ancien archiviste devenu langue de plomb, elle prit le soin d'appeler son auguste mère, afin que celle-ci vienne chercher le petit Joshua. Il fallait qu'elle l'éloigne de ces deux énergumènes à peine fichu de comprendre qu'il ne faut jamais séparer un enfant de sa mère, surtout lorsque celle-ci sait s'occuper de son fils et lui donne autant d'amour qu'elle est capable d'en donner. Puis, en attendant que Camélia Wainwright ne pointe le bout de son nez, Rosalie s'empressa de régler ses comptes...En premier lieu en gardant son fils contre elle, confortablement assise sur le canapé.


" - Je ne suis pas certaine de vouloir savoir qui a fait le coup. Je vous hait, l'un comme l'autre, et je n'aurais véritablement la paix que lorsque je serais assurée de ne plus jamais vous avoir dans ma ligne de mire.
- Je voulais voir mon fils. Après tout c'est mon rejeton non? Tu n'as aucun droit de me l'enlever.
- Mettons les choses bien au point. Tu es aussi agréable qu'un caillou dans une chaussure et aussi séduisant qu'un cactus en fin de vie. Tu es le genre de personne avec qui je ne partagerais pas une tasse de thé et encore moins un bureau! Tu n'as aucun moyen de prouver que Joshua est ton fils et puis de toute manière, étant donné que tu ne t'ai jamais manifesté avant, aucun juge ne t'en confierait la garde. Tu es incapable de t'occuper de ta misérable petite personne, il n'est donc pas question que je te confie mon fils! Plutôt embrasser un pou atteint de calvitie plutôt que de te laisser l'approcher! Tu as de la chance que je ne te traîne pas en Justice pour enlèvement, séquestration, insubordination envers la directrice de la police magique et j'en passe. Tu n'es qu'un bon à rien Josh!
- Et si je t'épouse de force? Et puis si...Non rien.
- Voilà, c'est exactement ce que tu es: Un moins que rien! Et t'épouser? Quand j'aurais épousé le premier abruti venu et que j'en serais divorcée, peut-être t'accorderais-je l'ultime faveur de me demander ma main. Mais il n'est pas dit que j'accepte.
- Tu as déjà épousé le premier abruti venu dans le passé du reste..."


Rosalie déposa doucement son fils sur le canapé et bondit sur Josh pour lui coller une baffe monumentale. Ne plus jamais le voir, tel était son désir...Restait à savoir s'il allait être disposé à la laisse en paix.

" - Rosie, tu devrais te calmer, tu vas nous couver une syncope.
- Toi la starlette en culotte courte, la ferme! Vous avez intérêt à me débarrasser le plancher ou sinon par tous les dieux je vous coffre pour entrave à mon travail, corruption et enlèvement! "


Rosalie avait les joues rougies tellement la moutarde lui montait au nez. Un peu plus et elle allait exploser...Mais finalement, l'entrée impromptue de Camélia et de Lacey Hawkesworth détermina définitivement l'envie de prendre le large de nos deux comparses Josh et Warren. Sauf que personne ne s'attendait à ce que Joshua se lève sur ses deux petites jambes d'enfant, se dirige doucement vers Lacey et lui dise, un sourire sur ses petites lèvres menues:

" - Mon papa! "

La vérité avait éclaté et Rosalie était démasquée...Mais qu'importe, il fallait bien que le mariage secret de la flamboyante héritière soit dévoilé un jour.


~ THE END ~
Revenir en haut Aller en bas
  • Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Thème 5] Panique au Ministère [Mis]   

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Miroir du Riséd :: Hors-Jeu :: Archives :: Marathon des fanfics-