Partagez | .
 
 [Thème 5] Une cible familière [Mis]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
  • Nathan McLane
    • Nombre de messages : 266
    • Age : 32
    • Date d'inscription : 26/05/2007
    avatar
MessageSujet: [Thème 5] Une cible familière [Mis]   Mar 7 Avr - 16:33:21

* Titre : Une cible familière
* Thème choisi: Dans 20 ans, thème 5
* Personnage(s) : plusieurs mais encore secrets.
* Résumé: Nathan a 33 ans, il est à présent tueur à gages sorciers, notamment pour financer ses nombreuses dettes de jeux. Un jour, l'une de ses missions s'avère être une ancienne connaissance de Poudlard ...
* Cadre: Londres essentiellement
* Année: 2017
* Complet : Oui


Dernière édition par Nathan McLane le Jeu 21 Mai - 21:05:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Nathan McLane
    • Nombre de messages : 266
    • Age : 32
    • Date d'inscription : 26/05/2007
    avatar
MessageSujet: Re: [Thème 5] Une cible familière [Mis]   Lun 18 Mai - 20:14:03

Lundi 17 avril 2017 - 00H00



Un petit regard par la fenêtre. Comme prévu, la maison était vide, excepté sa cible à l’étage. Toutes les conditions étaient réunies : ses enfants étaient chez la grand-mère et ne seraient ramenés que le lendemain en début d’après midi. Personne d’autre ne devait venir perturber sa tranquillité pendant le moment T, il s’en était assuré. Il expira avant de grimper sur le mur pour pouvoir entrer par une fenêtre du haut donnant sur un petit salon.

Généralement, il expédiait ses missions, ne ressentant aucun besoin de faire durer le moment. Il devait tuer, c’était tout ce qu’il faisait. Rien n’importait d’autre que le montant du chèque inscrit pour le récompenser. Nathan ne faisait aucun cas des opinions, camps ou ex couleurs de ceux qui l’employaient ou de ceux qu’il devait éliminer. Tout cela n’avait plus aucune importance et il finissait par ne plus réaliser ce qu’il faisait. Pourtant, il continuait de veiller à ne pas étendre les pertes aux proches et à faire un travail propre, rapide, efficace. Leur signifier ce qui allait leur arriver n’était pas non plus une nécessité, à quoi bon ? Les première fois, il s’était présenté comme vendeur ou autre, avait discuté avec eux… comme s’il leur devait un dernier temps de parole avant de les surprendre avec un sortilège de mort. Mais il était devenu connu pour ce qu’il faisait et depuis, tous craignaient qu’une discussion avec Nathan Mclane ne soit la dernière. Son cercle d’amis s’était donc réduit à Morgan Kharante, organisateur et ex champion de combats de boxe sorcière, et Oswald Smith qui avait lui, ouvert un magasin dans l’allée des embrumes. Il fréquentait aussi toujours de temps à autres sa cousine Précieuse, mais de façon distante, jamais ils n’étaient devenus réellement proches. Quant à Perle, son autre cousine, elle avait disparu dans la nature du jour au lendemain et personne n’avait su ce qu’elle était devenue.

Il n’avait pas toujours fait cela. En sortant de Poudlard, il avait voulu entamer une carrière dans le quidditch, en même temps qu’Isaac Deniel. Carrière plutôt bien réussit pour les deux dans un premier temps puisqu’ils avaient réussit à rejoindre l’équipe des Fitchburg Finches au poste de poursuiveurs remplaçants d’abord en parallèle à leurs études à l’UMA, puis poursuiveurs star ensuite. A 25 ans, sa carrière était lancée et il était en première page de tous les magasines sportifs. Lee Jordan même, devenu présentateur phare de la plus grande émission sportive anglaise, avait du laisser tomber ses anciennes rancœurs anti serpentardiennes puisqu’il était clairement pour les Anglais. Nathan et Isaac aimaient s’imaginer qu’il avait des tics qui lui venaient à chaque rare compliment lâché à leur égard. Le succès monte vite à la tête, surtout jeune. Nathan avait toujours été un flambeur de nature. Il avait découvert les tables de poker sorcières de l’underground londonien et avait eu du mal à s’en passer. Sa copine qui l’avait plus ou moins suivit pendant leurs années à Poudlard, l’UMA puis jusqu’au pic de sa carrière de quidditchman : Ange Dawster, avait fini par se lasser de ses absences répétées et de son état d’ébriété fréquent. Elle était devenue la journaliste phare du journal : « The Modern Sorcerer » à scandale dont la créatrice et rédactrice en chef était Pénombre Craft, ce qui arrangea bien Nathan, pendant la période où il la fréquentait, pour lui éviter une mauvaise presse sur ses écarts.

Naïf dans un premier temps, pompe à sou par son état de star de quidditch et fréquentant des cercles des plus douteux, il se retrouva vite plumé. Il n’avait pas prévu que sa jeunesse, sa célébrité et son compte en banque pourraient faire se lier les pires malfrats dans des entourloupes de tous genres pour pousser la chance en sa défaveur.

Seul depuis le départ d’Ange, entre deux matchs, donc sans revenu avant la prochaine saison, il avait quand même continué à jouer au poker, promettant remboursement pour le moment où il serait payé. Mais juste avant la saison suivante, son entraineur lui avait fait comprendre que s’il ne se reprenait pas, ne cessait d’oublier les entrainements ou de venir bourré la veille des matchs pour fréquenter des types louches, il ne renouvellerait pas son contrat pour la saison. Convaincu d’être indispensable et nécessaire à l’équipe, Nathan l’avait envoyé paitre, pensant être tout de même rappelé, ce qui ne fut pas le cas. Apprenant cela, fait d’autant plus grossit par un article enflammé et vengeur de son ex compagne, ceux à qui il devait de l’argent lui tendirent un piège et le violentèrent assez durement avec l’aide de sortilèges forts comme mesure préventive, le laissant à terre avec une blessure au bras qui lui empêcherait tout retour possible dans le monde du quidditch. Il vendit sa maison pour prendre un petit studio dans un coin retranché de Londres et coupa les ponts avec Isaac qui représentait à alors son rêve perdu. Un jour, alors qu’il allait sur ses 29 ans et était pratiquement au fond du rouleau, un homme à capuche vint vers lui dans la rue, une enveloppe à la main, et lui dit que c’était sa dernière chance de se reprendre s’il ne voulait être retrouvé sous un pont un jour. C’était une enveloppe spéciale qui entama sa carrière de tueur à gages.

Il enjamba la fenêtre et se retrouva dans le petit salon. Tout était bien rangé et sentait bon. Nathan s’attarda sur les photos de deux bébés sur un meuble. La maison respirait le bonheur et la tranquillité. Il sortit sa baguette de sa poche gauche et se dirigea vers la chambre. Il avait appris par cœur le plan de la maison et savait exactement où se trouvait chaque pièce. Le lit était vide, mais une forme était assise sur une chaise, face à lui. Il alluma la lumière.


« Ils t’ont donc envoyé ? Je ne pensai pas qu’ils te choisiraient toi si ce jour devait arriver…»


Nathan se contenta d’un hochement de tête. Leurs regards se fixèrent un moment, sans mots.

« Tu aurais mieux fait de partir loin »

« Tout est fini, j’ai reconstruit une vie … je ne pensais pas encore gêner… Je ne regrette rien. Mais surtout, je ne fuis pas, moi »

« Adieu donc … »

« Tu oserais ? là comme ça, alors que je suis sans défense ? J'ai une famille ... »

« On dirait que oui. »

« Lâche »

Pointant bien droit sa baguette, l’air impassible, Nathan lança, clairement et distinctement :

« Avada Kedavra »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Nathan McLane
    • Nombre de messages : 266
    • Age : 32
    • Date d'inscription : 26/05/2007
    avatar
MessageSujet: Re: [Thème 5] Une cible familière [Mis]   Mer 20 Mai - 17:04:39

Dimanche 9 avril 2017 - 02H00 (Une semaine avant)


« Je monte à 200 gallions »

Le gros Hammers lui lança un regard suspicieux et menaçant à la fois. Nathan venait déjà de remporter la mise au coup précédent et John Hammers était connu pour détester perdre. Le legitimens employé pour surveiller le bon fonctionnement du jeu semblait tenter une entrée massive dans la tête de notre blond. Il ne trichait pas, pour une fois que la chance était de son côté, il ne lâcherait pas prise. Le legitimens finit par laisser ses pensées tranquilles et faire signe au proprio du casino que tout était ok. Décontracté, toujours un air de défit vis-à-vis du gros sorcier, Nathan bu une gorgé de son whisky pur feu on rocks. Les doigts d’Hammers se crispaient sur ses cartes, de toute évidence il avait au maximum un brelan, qui ne ferait rien face à la suite de Nathan. L’époque où on pouvait l’embrouiller facilement était passée, Nathan avait réussit à imposer le respect sur les tables de jeu après avoir liquidé ceux qui avaient mis fin à sa carrière et sa vie passée. Ca avait été sa façon de faire « tabula rasa » avant de commencer sa nouvelle carrière. Il était plus raisonnable aussi, même s’il ne pouvait s’empêcher de continuer le jeu. Finalement ses missions de tueurs à gage n’étaient plus un unique moyen de rembourser ses dettes de jeu, mais une nouvelle drogue.

« Je me couche. »

Annonça l’ex mangemort reconvertit en trafiquant de potions : « sputch », soit le nouveau fléau des rues malfamées de Londres. Il grimaça et cracha après cette phrase qui semblait avoir attaqué sa chair pour sortir. Nathan aurait bien aimé que ça monte un peu plus, mais il y avait déjà une belle somme. Il sourit et ramassa les jetons sur la table.

« Tu ferais bien de t’arrêter là McLane si tu veux pas que je demande à mes hommes de vérifier un peu plus sérieusement si tu as vraiment eu de la chance ce soir ! »

Le legitimens sembla vexé par cette mise en doute de ses capacités mais ne tiqua pas. Il faut dire qu’Hammers était un gros poisson et que peu osaient le remettre en question. Nathan tapota les jetons avec sa baguette pour qu’ils se fondent un seul qui indique la somme totale et se leva. Il finit son verre et répondit à Hammers :

« Ce serait dommage de les faire se déranger pour rien. Bonne soirée à vous et à une prochaine … peut être. »

Il sortit un petit paquet de cigarettes et se dirigea pour faire changer son jeton à l’entrée du casino lorsqu’il sentit une main sur son épaule. Il se retourna et aperçu Stacy Camble, la jeune femme qui avait un moment partagé sa table de poker. Elle lui alluma par un gracieux lumos la cigarette qu’il venait de se mettre en bouche.

« Belle partie. Vous assurez comme ça sur toutes les tables monsieur McLane ? »

Il se laissa allumer la cigarette et sourit à la demoiselle, qui devait avoir entre 25 et 30 ans, avant de lui répondre.

« C’est dommage que vous nous ayez laissés si tôt, la compagnie d’Hammers était bien moins plaisante que la votre. »


Elle afficha un petit air coquin et lui tendit un petit parchemin tout en lui disant :

« Pour la revanche … »

Elle tourna les talons et s’en alla de la salle. Nathan regarda ce qu’il y avait écrit sur le parchemin : un numéro et un mot : stempora. Cela ressemblait fort à un numéro de chambre ainsi que son code d’entrée de l’hôtel du casino. non non j’ai pas vu trop de James Bond. Nathan changea enfin son jeton et se dirigea vers la sortie de l’hôtel pour finir de fumer tranquillement au calme dehors.
Il aperçu une silhouette bouger derrière un arbre pas loin de lui. Il mit la main sur sa baguette pour être préparé. Ce coin n’était pas des plus sûrs de Londres. Le quartier était pratiquement totalement peuplé de sorciers et pas les plus fréquentables. Si Voldemort était tombé il y a bien longtemps, une organisation appelée l’Opale s’était petit à petit créée. Elle regroupait les grands malfrats sorciers tout en étant une organisation moderne basée sur des trafics en tous genres(de créatures, humains, drogue, potions, objets de magie noire… ). Le ministère tentait de la faire tomber en surface mais était lui-même infiltré et corrompu. Lorsque l’argent entre en jeu, tout le monde a un chiffre. Un petit crissement en provenance de l’arbre et ce qui ressemblait à une baguette fit réagir Nathan au quart de tour pour immobiliser cette supposée menace en l’envoyant contre l’arbre.
En hauteur, plaqué sur l’arbre, baguette tombée, c’était en fait un homme qui semblait plus apeuré que menaçant :


« Non non Monsieur McLane je ne vous veux pas de mal je voulais m’assurer que c’était bien vous ! … Je dois vous parler … je suis envoyé … je vous en prie ne me faites pas de mal ! ».

Nathan le fit descendre de quelques centimètres mais en le laissant collé à l’arbre, sa baguette dans sa main droite, s’approcha de lui et lui fouilla les poches.

« Et bien parles … hum… Doolitle … Qu’est ce que tu as à me dire … Oliver Doolitle »

Il avait trouvé le porte feuille de l’homme et lisait sa carte d’identification.

« Ma poche intérieur, c’est de la part de Monsieur Galington… »

Nathan chercha dans la poche indiquée ce dont lui parlait ce Doolitle et vit une enveloppe celée et signée magiquement, portant son nom. Il souffla, il connaissant très bien ce genre d’enveloppe, c’était un ordre de mission. Ce n’était pas la première fois que Galington lui donnait des missions et il avait l’habitude de les lui faire parvenir par des types différents à chaque fois. Il leva sa baguette ce qui libéra Doolitle et le fit s’écraser par terre. Nathan mit l’enveloppe dans sa poche sans l’ouvrir et jeta le porte feuille sur l’homme étendu à terre.

« Dis lui que je m’en occupe la semaine prochaine »

Il entra de nouveau dans l’hôtel et se dirigea vers la réception, sortant le petit parchemin donné peu avant par la joueuse de poker…

[…]


Il sortit sans faire de bruit de la chambre avant de prendre la route de la cheminette de l’hôtel.
Une fois chez lui, il s’étala de tout son long sur son lit. Il était à présent 7h du matin, l’heure de se coucher pour quelqu’un qui vivait de nuit comme lui. Il enleva sa veste et prit au passage l’enveloppe cachetée. Il leva sa baguette et, la visant, dit :


« Nathan McLane, je jure de porter à bien ma mission»

Elle s’ouvrit et lui laissa voir quelques secondes la photo, le nom et l’adresse de la prochaine personne qu’il devrait tuer. Il la fixa, l’air figé, comme s’il venait de voir un fantôme du passé. Il avait déjà eu à faire à des connaissances, mais jamais auparavant cela ne lui avait fait cet effet là. Eliminer J Craig ou McHenry avait même été une partie de plaisir, mais là... Alors que le parchemin se désintégrait devant ses yeux, Nathan ne pu s’empêcher de se sentir nostalgique. Il ne pouvait refuser, accepter d’ouvrir une enveloppe de ce type c’était accepter de réaliser la mission, quelle qu’elle soit. Là était la face la plus sombre de son métier, il faisait un pacte de sa propre vie en jurant de l’accomplir. De nombreuses histoires circulaient sur des sorciers ayant refusé ou raté une mission, devenus fous. On disait que l’ordre de mission se reconstruisait et venait hanter leur sommeil, leurs pensées, pour qu’ils finissent par craquer ou dépérir. Le montant indiqué à côté de leur nom était l’argument essentiel de ceux qui feraient tout pour de telles sommes et qui ne craignaient de vouloir un jour refuser une mission, tel pensait être Nathan. Galington était de plus connu pour ses nombreux casinos et lui donnait généralement à tuer les clients qui lui donnaient du fil à retordre, jamais il n’aurait cru voir ce visage dans un ordre de mission venant de lui.
Il s’allongea sur son lit, pensif, préoccupé, interrogateur.

*Pourquoi elle?*

Son plafond lui apparu bien blanc, bien fade. Il se releva, ne réussissant pas à prendre sommeil après ça. Il prit sa baguette pour toucher l’espèce d’écran dans son salon. Il énonçait les mots clefs de recherche comme il l’avait mainte fois fait pour ses précédentes cibles :
"Poudlard promotion 2002", "Londres", "Aegis".

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Nathan McLane
    • Nombre de messages : 266
    • Age : 32
    • Date d'inscription : 26/05/2007
    avatar
MessageSujet: Re: [Thème 5] Une cible familière [Mis]   Jeu 21 Mai - 16:18:34

Lundi 10 avril 2017 - 16H


Il avait lu et relu toutes les informations qu’il avait pu trouver sur elle. Après avoir fini brillamment Poudlard, elle avait suivit la formation académique de l’UMA, dans l’optique de devenir langue de plomb. Elle était arrivée dans les dix premiers de sa promotion et avait été prise directement au ministère. Plusieurs articles la concernaient pour diverses découvertes, dont une qui portait même son nom, mais que Nathan ne comprit pas. Il y avait ensuite un trou dans ce qu’il avait trouvé, seule une mention de la cour de justice y figurait. Puis elle avait tout plaqué et épousé un jeune et brillant avocat. Elle était restée dans le monde sorcier, ayant toujours une certaine aversion pour les moldus. Elle avait par la suite eu sur l’espace de deux ans deux petits garçons, âgés à présent de un et deux ans. Elle donnait des cours de lecture et d’écriture chez elle aux enfants sorciers que les parents voulaient préserver des écoles moldues. Rien qui ne sembla la rattacher de près ou de loin à Galington. Intrigué, Nathan alla rechercher dans ses archives personnelles, devenues des trophées de ses missions, pour tenter un rapprochement avec les autres cibles de Galington. Tous étaient à priori liés à son réseau, sauf : Kaelir Gammach. Nathan ne se souvenait plus que c’était de lui qu’était venu l’ordre de mission visant son ancien préfet en chef. L’explication qui était apparue évidente sur le moment était sa relation dévoilée avec la fille même de Galington. Il ne s’était pas posé beaucoup de questions et avait foncé, ayant lui-même une épée de Damoclès du dit Galington au dessus de sa tête qui lui avait pris au moins une dizaine de missions avant de faire disparaitre. Aucun lien ne semblait ressortir néanmoins entre Gammach et Aegis dans ses archives.

Etait-ce parce que c’était elle qu’il trouvait ça louche, ou y avait-il vraiment raison de rester perplexe? En quoi une femme qui donnait des cours à la maison pouvait déranger un malfrat du genre de Galington? Nathan resta des heures à lire ses archives et les informations qu’il avait pu rassembler sur elle. Plus il lisait, moins cela faisait sens. Mais après tout, jamais il n’avait essayé d’approfondir ses missions. En quoi celui qu’il avait un jour tué pour un simple regard de travers à son client méritait plus une mort sur commission que son ancienne camarade de classe ? Il décida donc de faire le vide, d’arrêter de se torturer la tête et de prévoir simplement comme à son habitude son plan d’exécution. Il se raisonna en se disant qu’outre une certaine soirée arrosée de sa sixième année, il n’avait jamais eu de bons rapports avec l’ancienne Serdaigle. Il n’allait pas mettre en péril sa carrière et sa vie juste parce que cela lui semblait louche que Galington veuille la tuer. Elle avait peut être été son amante, même s’il était difficile de se l’imaginer, ou autre, quelle importance finalement ?

Il sortit pour aller repérer les lieux. Elle habitait dans un quartier tranquille de Londres avec son mari et ses deux bébés. Dans ce genre de situation, il cherchait le moment où personne ne serait présent pour assister à l’exécution et éviter ainsi d’étendre les victimes. Normalement, cela entrait dans les détails techniques mais cette fois, il réalisait qu’il planifiait la perte pour deux bébés de leur mère avant même qu’ils aient eu le temps de la connaitre. Il essaya de ne pas y penser.



Samedi 15 avril 2017 - 13H



Il l’avait observée toute la semaine, tous ses allers et venues ainsi que ceux de son mari. Lui était souvent en déplacement et rentrait tard, s’il rentrait. Elle avait des journées assez cadrées, recevait des élèves la journée, sortait pour les courses ou pour aller chez des amis ou de la famille. Le problème principal restait les enfants, qui passaient leur temps avec leur mère. Ce samedi après midi, il s’était infiltré dans la maison pour voir l’aménagement des pièces ainsi que des précisions sur son agenda qu’elle tenait bien à jour. Il était prévu qu’elle rejoigne son mari à un colloc le lundi matin suivant et qu’elle dépose ses enfants chez leurs grands parents la veille. Il venait de trouver le moment où elle serait seule chez elle. Il s’aventura dans les affaires de Fabula, regarda longuement les photos et marcha dans la maison. Quand il entendit la clef bouger dans la porte d’entrée, il transplana devant chez Galington. Ce n’était pas ce qu’il avait prévu mais au moment de transplaner, il avait instinctivement pensé à celui qui lui avait donné cet ordre de mission si déroutant.

Il hésita à transplaner chez lui, se disant qu’il était inutile de fouiller, mais vit quelqu’un qu’il connaissait plutôt bien s'avancer vers la résidence du propriétaire de casinos. Il se cacha derrière un arbre et regarda plus précisément la silhouette qui était presque à présent devant l'entrée. Cela ne faisait aucun doute, c’était bien Océanne Delfour, la femme de chambre de Précieuse McLane. D’où le connaissait-elle ? Discrètement, il se faufila vers l’entrée aussi, vérifia qu’il n’y avait pas de filtre de protection ou de surveillance et s’infiltra à l’intérieur de la propriété Galington. Il suivit de loin en se cachant: Océanne et s’arrêta en la voyant se stopper net en plein milieu de l’allée qui menait à l’entrée de la maison. Il aperçu ensuite Galington venir à sa rencontre. Ils semblèrent échanger quelques mots, elle lui donna un paquet, et lui une enveloppe. Ils se serrèrent la main et elle fit demi tour. Nathan se cacha et continua de suivre Océane. Elle marcha et alla récupérer son balai avant de s’envoler. Nathan n’avait pas le sien avec lui et n’avait pas volé depuis l’accident. Il se dirigea tout de même vers le petit parking à balais, cassa magiquement la protection de l’un d’eux avant de l’enfourcher et de s’envoler. Il n’avait pas ressenti cette sensation depuis des années et réalisa à quel point ça lui avait manqué de se perdre dans l’infini du ciel. Il suivit Océane pendant un moment avant qu’elle n’entame une descente vers … le Manoir McLane, occupé à présent principalement par Précieuse. Il connaissait heureusement toutes les protections par cœur pour éviter de se faire repérer. Il continua de la suivre. Elle n’entra pas par la porte principale mais alla vers l’annexe qu’il croyait abandonnée. Elle entra et ressortit quelques minutes après. Elle n’avait plus l’enveloppe dans ses mains. Il attendit qu’elle s’éloigne et entra dans l’annexe. Il y avait des étagères de dossiers, et beaucoup de coffres de tailles différentes. Il en ouvrit un dans lequel il reconnu des lots de « sputch », un autre contenait des baguettes, un autres des potions étranges... Un coffre plus petit était fermé et inouvrable. Il alla ensuite regarder les dossiers et resta interloqué devant ce qu’il y lu.


« Ce n’est pas bien de fouiller chez les gens cher cousin... »

Il se retourna d’un coup et vit sa cousine, debout, le fixant, sa baguette en main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Nathan McLane
    • Nombre de messages : 266
    • Age : 32
    • Date d'inscription : 26/05/2007
    avatar
MessageSujet: Re: [Thème 5] Une cible familière [Mis]   Jeu 21 Mai - 21:01:08

Samedi 15 avril 2017 - 19H


Ils restèrent à se regarder quelques minutes. L’information qu’il avait dans les mains le chamboulait trop pour dire quoi que ce soit. Elle le fixa elle aussi d’un air impassible et leva sa baguette pour la diriger vers lui. Il sentit le document qu’il avait dans ses mains s’envoler et aller vers elle. Elle y jeta un coup d’œil et le désintégra.

« Tu as perdu ta langue ? »

Il lui répondit d’un air à la fois surpris et scandalisé :

« Toi ? »

« Voyons Nathan, qui pouvait se trouver au sommet d’une organisation comme l’Opale à part moi ? »

« Pourquoi personne ne le sait alors ? »

« J’ai une image à préserver et je préfère régner dans l’ombre pour ne profiter que du positif, c’est ça l’intérêt de diriger non ? »

« Et c’était quoi "la force" que j’ai vu sur le document ?»


Elle sourit en coin avant de lui répondre :

« Et en quoi tout cela t’intéresse-t-il à présent ? Jusqu’à maintenant l’Opale ne semblait pas trop te passionner. Tu t’es lassé des tables de jeu peut être ? Ou bien est-ce autre chose ? »

« C’est un peu étrange de voir un organigramme représentant des gens n’ayant aucun lien de métier ou autre, ayant pour nom : "la force" et que j’ai pour la quasi-totalité été mandaté de tuer par des gens différents faisant partie de ce qui s'avère être ton réseau pour des raisons banales ! »

« Et c’est maintenant que tu te poses un cas de conscience ? Que McHenry doive mourir pour avoir lancé un sortilège de mutisme au chien d’un chef mafieu ne t’avait pourtant pas dérangé à l’époque … »

« Ils essayaient de te faire tomber c’est ça ? Tous ! McHenry, Craig, Gammach, Duval, Ewora, Weasley … Fabula »

« Tu l’appelles par son prénom ? »


Il ne lui répondit pas et la regarda, les yeux un peu rouges. Sa tête fonctionnait à cent à l’heure, il essayait de faire toutes les connexions.

« C’est logique, ils ont toujours été des idéalistes, des battants, c’était louche qu’ils se contentent de leurs métiers au ministère et à Poudlard. Ils savaient que c’était toi et s’étaient alliés pour casser l’Opale. Mais pourquoi est ce que c’est moi qui ai été choisit pour être leurs bourreau ? Tu n’as pas d’exécutants dans ton équipe ? »

« Leur organisation était ridicule, ils n’arrivaient pas à regrouper du monde ou à prouver les liens avec moi. Je ne voulais pas leur donner de l’importance ou que mes capos sachent qu’une menace, aussi petite soit-elle, planait. Il fallait s’en débarrasser avant qu’ils ne deviennent vraiment menaçants, et ta situation était idéale. Je savais que tu ferais les choses bien. »


Il grimaça puis ajouta :

« Mais pourquoi Fabula ? Maintenant ? Ils sont tous morts, elle ne m’a pas semblé faire partie d’une conspiration pendant cette semaine …»

« Et pourquoi pas ? Ce n’est pas à toi de te demander pourquoi. Je voulais qu’ils disparaissent tous, comme ça je suis sûre que l’idée ne germera plus dans la tête de personne et que personne ne pourra plus s’en prendre à moi. Et puis je n’ai découvert que récemment son implication dans la force, se faire mettre en cloque et lâcher la Force avant sa chute n’est pas une raison pour échapper à ma petite vengeance. Mais je ne comprends même pas pourquoi nous discutons, qu’est ce que tout cela peut te faire, tu dois la tuer et c’est tout ! »


Il eu soudain un déclic :

« L’Opale existait déjà quand j’étais joueur de quidditch … »

« Tu ferais mieux de ne pas t’aventurer là dedans Nathan … »

« Tu aurais pu m’aider … grande chef ! La famille ne compte pas ? »

« Tu t’embourbais dans le pétrin tout seul ! Je leur ai dit d’y aller molo… »

« Tu savais ce qui allait arriver ? »

« Tu devenais gênant à accumuler les dettes partout et à prendre un air supérieur, je ne pouvais pas faire grand chose. Déjà je t’ai sauvé d’être abattu ! Et c’est moi qui t’ai permis de te reconvertir aussi … »

« L’homme à l’enveloppe ? Un homme à toi encore, bien sur ! Et bien quelle aide ! Ca t’arrangeait bien un extérieur qui fasse par des intermédiaires tout ton sale boulot ! Tu as laissé la situation se produire car c’est ce que tu voulais ! J’aurai pu aller remporter la coupe du monde !»

« Mon pauvre amis mais tu crois que tu as été sélectionné avec ton pote dans l’équipe grâce à qui ? Oui vous aviez du talent ! Mais le chemin est normalement plus long et la concurrence n’était pas mauvaise ! »


Nathan se prit la tête et s’assit par terre. Tout ce qui avait fait ses dernières années de vie venait d’être remis en cause. Il avait l’impression d’être devenu un pantin de sa cousine, que rien de ce qu’il avait fait n’était le fait de sa volonté.

« Tu t’en remettra. Je souhaitais te faire venir pour t’exposer tout cela prochainement. Je dois dire que tu t’es plutôt bien repris et j’aimerais te donner un rôle plus significatif, avec plus de pouvoir et ne dépendant plus d’enveloppes. Aegis est ta dernière mission, mais bon tu as voulu venir fouiner avant, tant pis tu l’apprends comme ça ! Reviens la semaine prochaine, on en reparlera plus sérieusement. »

Il leva les yeux vers elle, sans expression. Son esprit semblait divaguer dans tous les sens. Il fixa le vide puis hocha la tête.

« J’ai une séance de photos à faire je dois y aller. Je t’enverrai quelqu’un pour venir te chercher lorsque je lirai le nom: "Aegis" dans la section mortuaire du journal !»

Nathan se leva et la suivit vers la sortie, il marcha jusqu’à ce qu’il se retrouve devant l’immeuble où se trouvait son ex copine : Ange Dawster. Il hésita puis monta. C’était un très bel immeuble chic londonien, il sonna à la porte, sans trop savoir ce qu’il voulait lui dire. La porte s’ouvrit c’était une dame qu’il ne connaissait pas.

« Bonsoir est-ce que Mademoiselle Dawster habite toujours ici ? »

« Oui mais elle n’est pas encore rentrée, elle ne devrait pas tarder, vous voulez l’attendre ici ? »

« Non c’est bon je repass… »


Il aperçu derrière la dame un petit garçon d’environ 3-4 ans jouer par terre. Il était blond et jouait avec un petit balai rouge. Nathan le fixa, figé, puis tourna les talons et s’en alla.

Il marcha longtemps avant d’aller dans l’allée des embrumes. Il était fatigué, ne sentait plus ses membres et ne savait plus gérer le flux de ses pensées, une seule revenait de façon fixe, il savait ce qu’il avait à faire. Il entra dans un magasin particulier de baguettes, qu’il fallait bien connaitre. Il en avait entendu parler un jour dans un bar et avait trouvé cela pathétique. En ce jour, cela lui semblait comme la meilleure solution. Le propriétaire du magasin était un vieil aveugle.


« C’est pour une … baguette »

« 500 gallions ! »

« Quoi ? »

« Oui et on ne rembourse pas si vous n’êtes pas satisfait, ahahah !! »

Il éclata dans un rire rauque. Nathan grimaça, lui mit un billet dans les mains et attendit que le vendeur lui donne sa baguette. Il sortit sans demander son compte et alla dormir chez lui.


Dimanche 16 avril 2017 - 23H00


Il était prêt, mis sa baguette dans sa poche droite et la baguette achetée dans l’allée des embrumes dans la gauche. Il prit une enveloppe remplie de billets qu’il avait préparée ainsi que son balai de sa période de quidditchman. . Il se regarda dans la glace, soupira, puis sortit. Il déposa le balai et l’enveloppe devant la porte d’Ange Dawster avant de partir vers la maison de Fabula.

La baguette qu’il avait achetée était ce que l’on appelait une "self-curse". Elle avait beaucoup été vendue juste après la chute de Voldemort ses anciens partisants. Elle avait été conçu dans un tout autre but que ce qu'elle était devenue par la suite. En effet, ces baguettes fonctionnent comme toute baguette, sauf que le sort qui est lancé agit sur celui qui le lance et non sur ce qu'elle pointe.




Lundi 17 avril 2017 - 00H00





The End.
5144 mots
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
  • Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Thème 5] Une cible familière [Mis]   

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Miroir du Riséd :: Hors-Jeu :: Archives :: Marathon des fanfics-