Partagez | .
 
 [Thème 5] Come back
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
  • Page McHenry
    • Nombre de messages : 1880
    • Age : 33
    • Date d'inscription : 09/02/2008

    • Pensine
      Statut sanguin: Née-moldue
      Baguette magique: 27,5cm, noisetier clair, avec une spirale jusqu'à la pointe (brûlée), nerf de dragon
    avatar
MessageSujet: [Thème 5] Come back   Ven 27 Mar - 21:57:43

* Titre : Come back (non définitif)
* Thème choisi : le number 5
* Personnage(s) : Page pour le moment, évocation de Willou et Léllé, pour la suite, c'est encore surprise...
* Résumé : Encore une journée qui commence bien pour Pageounette... Décidément, son job n'est pas exactement comme elle l'imaginait.
* Cadre : Le Ministère pour l'instant
* Année : 2014
* Complet : Loin de là
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iceland.light.free.fr/blog
  • Page McHenry
    • Nombre de messages : 1880
    • Age : 33
    • Date d'inscription : 09/02/2008

    • Pensine
      Statut sanguin: Née-moldue
      Baguette magique: 27,5cm, noisetier clair, avec une spirale jusqu'à la pointe (brûlée), nerf de dragon
    avatar
MessageSujet: Re: [Thème 5] Come back   Ven 27 Mar - 21:59:48

Prologue


- Bloody hell ! Par Merlin, mais qui m'a fichu un abruti pareil comme sélectionneur ! Non mais regarde !

Furieuse, la jeune femme se retourna, cherchant du regard n'importe lequel de ses collègues pour le prendre à témoin de l'incompétence du sus-mentionné sélectionneur. Bizarrement, le département était étrangement silencieux, les plus proches collègues semblaient avoir déserté leurs postes, tandis que les autres paraissaient inexplicablement absorbés par la lecture de la dernière note de service -certainement celle stipulant que le formulaire TX-C47 n'était plus valide pour justifier l'ouverture de portes en intervention au moyen de chaussures coquées non réglementaires, mais qu'il fallait à présent remplir le feuillet G058N, à retourner en trois exemplaires à la hiérarchie, tamponnés et signés.

Page poussa un soupir. C'était à chaque fois la même chose. Comment faisaient-ils pour savoir que la Gazette sportive n'allait pas lui plaire ? Repassant rapidement la scène dans son esprit, la rousse entrevit une explication. Peut-être avaient-ils effectivement pu discrètement s'éclipser lorsqu'elle avait un peu brusquement abattu le journal sur son bureau, renversant son pot à crayons, et poussant un juron bien senti. A moins qu'ils ne l'aient déjà lu avant qu'elle n'arrivât ? C'était probable, elle avait toujours un peu de mal avec la ponctualité lorsqu'elle était au bureau. Ou alors était-ce simplement en regardant son visage se durcir alors qu'elle parcourait l'article ? Finalement, il y avait de nombreuses possibilités. Le résultat restant le même : elle n'avait personne sous la main pour partager son dépit, ni pour passer ses nerfs. Poussant un soupir résigné, la jeune femme se laissa retomber sur sa chaise, et presqu'immédiatement, l'activité reprit dans le service. L'ancienne Gryffondor jeta un regard blasé aux pleutres qui lui servaient de collègues, avant de se replonger dans la lecture de l'article qui avait déclenché son ire.

Les Chauves-Souris de Ballycastle avaient perdu un nouveau match. Plus qu'une défaite, c'était une nouvelle humiliation. Depuis qu'ils avaient embauché cet espèce de troll mal embouché de Jefferson Knight comme sélectionneur, l'équipe fétiche de la lionne ne faisait que subir des revers.

- Holy shit, je suis supporter depuis que je connais le Quidditch, c'est pas cette larve qui va pourrir mon équipe, non mais oh !

Mais elle savait pertinemment qu'elle ne pouvait rien y faire. Parfois, elle regrettait d'avoir écarté la filière sportive lors de son entrée à l'Université de Magie Avancée. Elle était persuadée qu'elle n'aurait pas fait la moitié des boulettes que commettait cet incapable de Knight, et si elle avait été dans l'équipe, elle lui aurait expliqué sa vision de la stratégie à grands coups de Docs dans le fondement. Seulement, la jeune McHenry, au sortir de Poudlard, n'avait pas opté pour le Quidditch. Même si elle avait longtemps hésité à suivre les traces de son ancienne capitaine, Lellia Windfall, qui brillait actuellement en tant que capitaine et poursuiveuse des Tornades de Tutshill, elle avait finalement porté son choix sur la filière élite magique, et fait ses classes avec un sérieux qu'on ne lui avait jusqu'à présent que peu connu à Poudlard. Le diplôme en poche, il n'avait pas fallu longtemps pour que l'incandescente jeune fille décrochât un poste d'Auror au Ministère. Evidemment, la réalité du monde professionnel s'était avérée un peu différente de ce qu'ils avaient vu à l'Université, mais globalement, elle s'y retrouvait. Elle n'avait surtout pas réalisé qu'elle serait confrontée à tant de paperasse. A en faire des cauchemars parfois. Si expliquer gentiment à un vampire en manque de sa dose qu'il fallait qu'il apprenne à se contrôler ne l'émouvait pas plus que ça, elle s'était réveillée plus d'une fois en sueur dans son studio londonien, s'imaginant étouffée sous une montagne de parchemins frappés du sigle du Ministère. Après une rapide visite à William par transplanage express, elle retrouvait rapidement le sommeil, son ami de toujours sachant toujours trouver les mots pour la réconforter, qui plus est lorsqu'il s'agissait de fustiger leur bonne vieille administration. Car il était bien placé pour parler de la stupidité du système : il avait travaillé quelques années au service de relations avec les Moldus mais, dégoûté par l'archaïsme du système, avait préféré quitter le fonctionnariat et avait ouvert depuis peu une boutique de services sur le chemin de Traverse. Les affaires semblaient bien marcher, et son complice avait enfin retrouvé le sourire, après des mois de morosité.

D'une lampée de café, la jeune femme tenta de se replonger dans l'ambiance du Ministère... Elle avait beau ne pas regretter son choix, parfois, le quotidien du bureau lui pesait. Aussi saisissait-elle la moindre occasion pour quitter l'atmosphère étouffante des locaux ministériels. Rien ne valait à ses yeux le travail de terrain. Par tous les Saints, elle n'avait pas fait des études d'Elite Magique pour croupir derrière un bureau, n'est-ce pas ?

Comme pour répondre à son imprécation, une voix grave s'éleva du bureau du Directeur.

- McHenry, si vous avez fini de jurer sur ces baltringues de Ballycastle, on a une urgence à traiter. Voyez rapidement avec le service concerné !

Trop heureuse de pouvoir déguerpir, la fluette rousse attrapa son blouson de cuir et, ignorant la provocation de son supérieur, attrapa la missive qui émergea du bureau de celui-ci, sous la forme d'un petit avion de papier se dirigeant droit sur elle. Le bloquant d'une main tout en enfilant l'autre manche de sa veste, la jeune Auror fit claquer ses lourdes chaussures tandis qu'elle dévalait les escaliers. Un peu d'action, enfin. Finalement, elle n'allait pas encore prendre racine dans ce fichu bureau. Un bref instant, Page se demanda comment elle considérerait son travail dans vingt ans, si à peine à la trentaine elle était déjà si critique.
Arrivée au premier palier, elle défroissa son Ordre de Mission et le parcourut rapidement des yeux. Son visage s'illumina : cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas travaillé en partenariat avec ce département.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iceland.light.free.fr/blog
  • Page McHenry
    • Nombre de messages : 1880
    • Age : 33
    • Date d'inscription : 09/02/2008

    • Pensine
      Statut sanguin: Née-moldue
      Baguette magique: 27,5cm, noisetier clair, avec une spirale jusqu'à la pointe (brûlée), nerf de dragon
    avatar
MessageSujet: Re: [Thème 5] Come back   Lun 13 Avr - 0:36:33

Chapitre 1

Pour la mise en ambiance :
Spoiler:
 


- McHenry, envoyée d’urgence du bureau des Aurors. L’est où le problème ?

Le planton qui avait été affecté à la surveillance des lieux la regardait comme si elle débarquait de Mars. Eh bien quoi, il n’avait jamais vu de diplômée étiquetée « Elite Magique » ? Il semblait évident que lui en tous cas n’avait pas fait ses classes à l’Université de Magie Avancée et était rentré dans la fonction publique sur concours. Taillé comme une ablette, le freluquet ne devait certainement ses galons de policier qu’à la réussite des examens internes. Et ses résultats à peine passables l’avaient certainement fait envoyer bien rapidement dans le fin fond du comté de Somerset. Une affectation à Glastonbury n’était certes pas une véritable mise au placard, mais il fallait bien avouer que la ville semblait modeste et tranquille. Le travail de la Brigade de Police Magique en ces lieux devait donc certainement se limiter aux contrôles de permis de transplaner ou autres joyeusetés que Page aurait trouvées ennuyeuses à mourir. Car hormis les ruines de son abbaye et son célèbre festival de rock dont la rouquine avait déjà entendu parler, la ville n’était pas réellement notable. Voilà donc pourquoi le Ministère devait y avoir envoyé des éléments plus… quelconques. Et voilà donc pourquoi elle avait l’impression de débarquer ici telle l’envoyée des Dieux. Morgane elle-même n’aurait sans doute pas fait plus d’effet au policier.
Avec patience, la jeune femme rajusta le col de sa veste en attendant que l’homme se décide à lui indiquer le théâtre des opérations, une fois qu’il aurait fini de la dévisager et se serait remis de ses émotions.


- Hum… J’ai cru comprendre que c’était urgent
, glissa-t-elle, en désespoir de cause, espérant le ramener poliment aux choses sérieuses.
- Ah, euh je… oui bien sûr excusez-moi. C’est qu’on n’a pas trop l’habitude de voir des gens comme vous par chez nous, vous voyez ?
- J’avais cru deviner oui…

Semblant se rendre compte tout à coup de son impolitesse, le planton rougit jusqu’aux oreilles, et ne pipa plus un mot, baissant les yeux, dirigeant l’irlandaise par gestes. Levant les yeux au ciel, la jeune femme lui emboîta le pas. Elle ne comprenait pas comment les gens parvenaient à s’émouvoir pour la simple raison que Londres leur envoyait un agent.

Ils quittèrent rapidement les bureaux de la police magique où Page avait atterri en transplanant quelques instants auparavant, et marchèrent quelques instants en silence dans les rues tranquilles de la petite ville. Il n’y avait quasiment personne dehors en ce début de matinée. En temps normal, Page aurait apprécié la visite, mais là, elle avait du travail. Aussi préféra-t-elle mettre à profit leur courte déambulation pour se familiariser avec les lieux. Elle ne savait pas exactement comment sa mission allait se dérouler, mieux valait rester prudente.

Bientôt, ils atteignirent un parking bitumé, bordé d’un mur de pierre de taille, et l’agent de police donna discrètement un badge à la jeune femme, en lui faisant un rapide point sur la situation.

- Normalement, c’est ouvert aux touristes, mais on a eu un petit souci cette nuit et euh… On a dû faire fermer… Le service de désinformation moldue a prétexté un glissement de terrain dans l’un des coins du parc pour nous permettre de travailler tranquillement. Officiellement, nous sommes archéologues, venus expertiser les dégâts subis par le bâtiment. On a fait faire des badges d’accès…

La jeune femme hocha la tête. Pour le moment, tout semblait carré. Ils avaient bien fait leur boulot, les provinciaux. Pas de moldus dans les pattes pour travailler, ce serait autant de paperasse en moins à remplir pour demander l’intervention d’un Oubliator assermenté à son retour au bureau.


- Qu’est-ce qui s’est passé au juste ? On m’a envoyé ici sans même prendre le temps de me briefer sur le souci…
- Oh, euh… Vous verrez sur place, ne vous inquiétez pas.

Pas très loquace, le bonhomme… Peut-être avait-il peur de dire une bêtise ? Pourtant, Page ne pensait pas être du genre imposante : elle avait gardé sa carrure de gringalette, et même si depuis Poudlard, ses escapades comme son travail lui avaient valu de nouvelles cicatrices, elles n’étaient que peu visibles. Pas de raison ostensible donc, pour que l’homme la craignît. Haussant les épaules, la rousse suivit son guide. Il la conduisit vers les grandes grilles de fer forgé qui fermaient l’accès au site. La jeune auror aperçut le panneau touristique qui indiquait le site : « Ruines de l’Abbaye de Glastonbury ». C’était joyeux. En travers avait été placardé un écriteau rédigé à la hâte, à la main, prévenant de la fermeture temporaire des lieux. Le moldu à l’entrée vérifia leurs badges et les deux sorciers entrèrent sans encombre dans le grand parc, en faisant grincer les grilles métalliques.
La beauté des lieux était indéniable. De vénérables arbres agrémentaient un parc à la pelouse impeccablement tondue, comme seuls les anglais en avaient le secret, et droit devant eux se dressaient les ruines de la fameuse abbaye, accrochant çà et là quelques nuées brumeuses qui tardaient à se dissiper. En arrière plan, les bâtiments monastiques un peu plus récents fermaient de façon majestueuse la perspective et au loin, on devinait la colline surplombée du célèbre Tor de Glastonbury, cette tour ancienne et si intrigante, qui conférait à l’ensemble un air de solennité grave. Page en venait à réviser son opinion sur cette petite bourgade. Finalement, les lieux semblaient plutôt agréables, loin de l’idée du bled paumée qu’elle s’était faite en lisant sa destination.

Mais l’heure n’était pas à la contemplation. A peine étaient-ils entrés dans le parc que le planton commença à manifester quelques signes de nervosité. Il respirait plus vite, et ne cessait de serrer son badge dans ses mains. Il conduisit la jeune femme sur un petit chemin vers la droite, et ils arrivèrent bientôt en vue d’une autre construction de pierre, plus modeste. Les vestiges d’un ancien escalier se dressaient là, juste devant le bâtiment que l’homme lui indiqua comme étant les cuisines de l’abbaye. D’une voix tendue, il poursuivit les explications.


- Il est là le problème. On l’a enfermé dedans. Mais c’est un souci. On sait plus quoi en faire maintenant. Faut que vous régliez ça rapidement…


La jeune femme jeta un regard dubitatif à son collègue et, après avoir vérifié qu’ils étaient bien seuls dans le parc, sortit sa fidèle baguette de noisetier. On commençait les choses sérieuses.
Elle s’approcha prudemment de l’édifice. La pierre semblait avoir subi des assauts récents, et de grandes écorchures balafraient la porte de bois. Lentement et en silence, l’Auror se plaça du côté de la porte, passant la main sur le bois pour bien s’imprégner de la profondeur des entailles. Elle tendit l’oreille. Un souffle rauque lui parvenait depuis l’autre côté. Toujours aussi silencieuse qu’une ombre, l’irlandaise ajusta ses gants et raffermit sa prise sur sa baguette. Que le spectacle commence !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iceland.light.free.fr/blog
  • Page McHenry
    • Nombre de messages : 1880
    • Age : 33
    • Date d'inscription : 09/02/2008

    • Pensine
      Statut sanguin: Née-moldue
      Baguette magique: 27,5cm, noisetier clair, avec une spirale jusqu'à la pointe (brûlée), nerf de dragon
    avatar
MessageSujet: Re: [Thème 5] Come back   Mer 3 Juin - 18:11:40

Sentir le danger. Laisser son instinct prendre le dessus. En quelques années, la jeune Auror avait appris à croire en ce frisson qui la prévenait lorsqu'il fallait passer à l'action. Elle savait que son instinct ne la décevrait pas. Si son impulsivité lui avait déjà joué quelques tours désagréables durant son adolescence, elle avait fini par apprivoiser ce sixième sens. Ce petit rien de spontanéité qui pouvait offrir la fraction de seconde vitale. Dans sa profession, c'était une question de survie, et elle n'avait plusieurs fois évité de désastreuses situations que grâce à ce si précieux instinct.
Aujourd'hui encore, elle allait lui faire confiance.
Se retournant vers l'employé, elle lui fit signe de s'écarter. Dans le silence le plus complet, la jeune femme fit le tour de l'édifice d'un pas leste. Pas d'autre sortie potentielle. La seule ouverture dans l'enceinte de pierre était une étroite fenêtre flanquée de colonnettes, à plusieurs mètres du sol. La rousse ne savait pas encore quelle créature l'attendait à l'intérieur, mais si elle était capable de sortir par là-haut, c'est que l'intervention serait musclée ou tout du moins sportive. Sa vérification terminée, Page estima qu'il allait falloir se lancer. Elle n'aimait pas l'idée de n'avoir à disposition qu'une seule issue. Certes, la créature ne pourrait pas fuir ou la contourner, mais celle-ci saurait également par où l'Auror allait entrer, et autant dire que l'effet de surprise était très surfait dans ces conditions. Page pariait plutôt sur l'embuscade de l'autre côté de la porte, ce qui ne l'enchantait guère.
Prenant une profonde inspiration, la jeune femme raffermit la prise sur sa baguette. Le Département des Créatures Magiques n'avait pas fait appel à ses services depuis un moment, et il était hors de question qu'elle se défilât : elle aimait trop les quelques missions qu'elle avait effectuées pour leur compte. Cela pimentait le quotidien.

Un alohomora informulé eut raison de la serrure. Page attendit un instant avant de pousser la porte de bois. Aucun signe de vie. Les grattements avaient cessé. Mais pas d'attaque sauvage sur la porte non plus. Se plaçant du côté de la porte, la jeune femme poussa le battant de la main, sans pour autant s'exposer. Un courant d'air frais sortit de l'intérieur, apportant à ses narines l'odeur du fauve. Elle avait déjà affronté ce genre de créatures.
Mais rien ne venait. Qu'est-ce qu'elle fichait par Merlin ! Cela faisait des heures que la bestiole, quelle qu'elle soit, devait essayer de sortir, et maintenant qu'elle avait le champ libre, elle se terrait ? Page aurait préféré la cueillir au vol, pendant sa fuite, plutôt que de rentrer dans le bâtiment, sans champ de vision, et sans même connaître son adversaire.

L'intérieur semblait très sombre, et la baguette de l'irlandaise s'illumina immédiatement d'un halo blanc. Deux pas chassés plus tard et la jeune femme passait prestement l'ouverture. La réaction ne se fit pas attendre. Ses yeux n'avaient pas fini de s'adapter à la pénombre qu'un choc la projeta vers le mur, tandis que résonnait un rugissement bestial. Le dos de la rousse heurta la pierre et elle manqua de tomber au sol, mais ses jambes tinrent bond et elle se remit d'aplomb, prête à faire face à la menace.


- Bloody Hell ! Je savais bien qu'entrer était une mauvaise idée ! rumina-t-elle.

Elle n'eut pas besoin de chercher la créature. Celle-ci se dressait devant elle, le poil hérissé, les babines retroussées, ses yeux sombres braqués sur elle. Un loup-garou. Pas vraiment un gros spécimen mais pas nom plus le louveteau tout mignon. Mais que diable faisait un loup-garou encore en phase de lycan en fin de matinée ? Et quel était cet étrange sentiment de déjà vu ? Page n'eut pas le loisir de creuser la question. Le poilu semblait maintenant avoir décidé de lui fausser compagnie, et, dans la pénombre, elle devina qu'il se ramassait pour sauter vers la sortie.

- Pas question mon ami, tu restes ici. Stu...

L'assaut de la créature la surprit. Elle avait cru qu'il voulait simplement s'en aller, mais le loup avait estimé plus malin de s'affranchir de toute opposition avant de prendre la poudre d'escampette. Page n'eut pas le temps de lancer son sortilège qu'une patte griffue la frappait avec force, et elle fut projetée sur la terre battue, un peu sonnée. Le loup en profita pour passer la porte, et l'irlandaise entendit crier l'employé d'une voix suraiguë.


- Et merde !

Se relevant sans prêter attention à son corps meurtri, l'Auror courut sur les traces de la créature. Le lycan était déjà à une vingtaine de mètres. D'un coup d'oeil, Page aperçut l'employé terrorisé tenter de se cacher derrière un arbre. Il était blanc comme un linge, mais visiblement, le loup ne faisait aucun cas de sa présence. Il semblait maintenant se comporter comme prévu et filait aussi vite que possible. Elle n'allait tout de même pas se faire avoir si facilement par un fichu loup garou ! Les sortilèges fusèrent, ratant tous leur cible, mais l'obligeant à ralentir sa course pour les esquiver ou chercher des couverts. Le poilu ne semblait pas en grande forme, et malgré son aptitude naturelle à la course, l'écart ne se creusait pas vraiment entre les deux adversaires. Page avait même l'impression qu'il boitait légèrement. L'avait -t-elle touché ? Elle n'en avait pas l'impression, mais pourtant... Ils traversèrent les ruines de l'église et atteignirent le bout du parc très rapidement. Trop rapidement au goût de la rousse. Ils étaient à présent bien trop proches des habitations.

- Arrête ! On peut t'aider !

Le loup sembla hésiter un bref instant, mais tendit ses bras puissants pour atteindre le haut du mur de pierre qui assurait le clos du parc et, dans un grognement, passa au dessus.

- Bullshit... Saloperie.

Malgré l'entraînement physique poussé que s'imposaient les Aurors, Page se savait incapable de passer le mur aussi facilement. Son gabarit ne lui permettait pas d'atteindre le haut. Pestant, la jeune femme infléchit sa course pour élargir son champ de vision vers le parc et d'un coup de baguette, la poubelle qui attendait sagement à côté du banc vola vers le mur. Accélérant, la rousse prit appui sur le container et put atteindre le haut du mur, se hissant avec difficulté. Saloperie de bestiole. Profitant de ces quelques instants, le lycan avait disparu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iceland.light.free.fr/blog
  • Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Thème 5] Come back   

Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Miroir du Riséd :: Hors-Jeu :: Archives :: Marathon des fanfics-